Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Chapitre I. La construction d’un savoir : historiographie de la muraille

Texte intégral

1La documentation relative aux portes et à la muraille de Damas est abondante et de nature très diverse. Elle commence par les quatre kilomètres d’enceinte de la vieille ville et les huit portes toujours utilisées qui marquent aujourd’hui encore le seuil symbolique entre l’ancienne cité et la ville moderne. Le témoignage exceptionnel que constituent ces vestiges, à la base de cette étude, ne doit pas cependant faire oublier que depuis au moins deux millénaires ces structures n’ont cessé d’être restaurées, remaniées, voire détruites et reconstruites. Ainsi, pour saisir ces évolutions il apparaît nécessaire de multiplier les sources d’information et les approches. Ce chapitre se propose de présenter la diversité des données qui ont été collectées et exploitées pour écrire l’histoire de cette enceinte et l’ensemble des études conduites sur le sujet depuis plus d’un siècle.

Les sources

Les sources arabes

2Les informations sur les portes et la muraille de Damas aux premiers temps de l’Islam sont peu nombreuses et se limitent à quelques données éparses contenues dans des ouvrages relevant de différents types de productions littéraires touchant Damas et la Syrie. Les données les plus anciennes se trouvent dans les ouvrages appartenant à la littérature des conquêtes, tel le Futūḥ al‑buldān (Conquêtes des pays) d’al‑Balāḏurī (m. 279/892), rédigés pour la plupart dans la seconde moitié du iiie/ixe siècle, mais reprenant bien souvent des auteurs plus anciens dont le texte complet n’a pas été conservé tels le Futūḥ al‑Šām (Conquêtes de la Syrie) d’al‑Wāqidī (m. 207/822) ou encore le Kitāb al‑Futūḥ (Livre des conquêtes) d’Ibn al‑A‘ṯam al‑Kūfī (m. après 204/819). Les portes de la ville – entre cinq et sept selon les sources – apparaissent pour la première fois dans les récits du siège et de la conquête de Damas en 14/635 par les armées de l’Islam. Parce que ces textes furent rédigés à une époque tardive, il n’est pas possible de dire à quand remontent précisément les noms arabes de ces portes ni s’ils s’inscrivaient dans la continuité des noms grecs qui n’ont pas été conservés.

  • 1 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 165‑166.

3Au ixe siècle, de nouveaux types de sources apparaissent au nombre desquelles les ouvrages de géographie comptent parmi les plus importants. Dans un premier temps, les géographes arabes sont très influencés par les textes grecs et ils ne s’en démarquent nettement qu’à partir du xe siècle. Ils donnent alors naissance à une véritable géographie du dār al‑islām à partir de données directement collectées sur le terrain comme en témoigne le géographe palestinien al‑Muqaddasī qui signale par exemple, dans les années 970, que les fortifications en briques crues « furent édifiées du temps où j’étais moi‑même à Damas » 1. Ces ouvrages sont généralement organisés selon les différents « pays » où sont présentées les agglomérations qui les composent. On trouve ainsi régulièrement dans les évocations de Damas, d’Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī (m. après 903) jusqu’à al‑Idrīsī (m. vers 1165), un paragraphe consacré aux portes de la ville, limité bien souvent à leur simple énumération ; ce type d’informations continua à être livré sous cette forme par les auteurs de Riḥla, tels Ibn Ǧubayr ou Ibn Baṭṭūta qui, dans l’itinéraire suivi pour effectuer le pèlerinage à la Mecque, passent par Damas et à leur tour donnent la liste de ses portes.

  • 2  al‑Raba‘ī, Faḍā’il, p. 71‑74.

4La ville de Damas apparaît également dans un genre littéraire qui se développe au ve/xie siècle, mais qui trouve ses racines aux premiers temps de l’Islam. Il s’agit des ouvrages de faḍā’il ou livres des vertus, présentant à travers un ensemble de traditions locales, les lieux saints de la ville et les bienfaits qui leur sont attachés. Les portes et les murailles n’y sont que rarement évoquées, si ce n’est par leur proximité avec ces lieux de vénération. Certains en effet sont implantés sur la muraille même comme le minaret de ‘Īsā/Jésus mentionné pour la première fois dans les Faḍā’il Dimašq d’al‑Raba‘ī (m. 444/1052) qui rapporte plusieurs traditions signalant « qu’à la fin des temps Jésus descendra sur le minaret de Bāb Šarqī » 2 (fig. 2).

Figure 2 : Bāb Šarqī et son minaret, vue depuis le sud en 1837, Pierre‑François Lehoux, « Damas, vue d’une des portes de la ville », gravure, in Léon de Laborde, Voyage de la Syrie…, pl. XLIV, p. 98.

Figure 2 : Bāb Šarqī et son minaret, vue depuis le sud en 1837, Pierre‑François Lehoux, « Damas, vue d’une des portes de la ville », gravure, in Léon de Laborde, Voyage de la Syrie…, pl. XLIV, p. 98.
  • 3 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 185‑187 ; Élisséeff, 1959, p. 297‑301.

5À partir du xiie siècle, les données se font plus nombreuses, notamment grâce à l’apparition d’un nouveau genre littéraire, celui des histoires urbaines (ta’rīḫ). Ces ouvrages s’ouvrent par une description topographique de la ville concernée suivie d’un dictionnaire biographique de personnalités religieuses y ayant vécu ou séjourné. Un des maîtres de cette littérature fut Ibn ‘Asākir (499‑571/1105‑1176) qui rédigea à partir des années 520/1126‑1135 jusqu’à sa mort, grâce aux encouragements et au soutien du prince de Damas Nūr al‑Dīn (549‑569/1154‑1174), sa monumentale Ta’rīḫ madīnat Dimašq en 80 volumes. Cette Histoire de la ville de Damas commence par la présentation des vertus de la cité et est suivie d’une description topographique dont l’avant-dernier chapitre est consacré aux portes en partant de Bāb Ṣaġīr et en progressant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre 3. Le savant damascain livre pour chacune d’elle l’origine de son nom arabe et donne parfois des éléments descriptifs qui sont les plus anciens en notre possession telle la mention des trois arches de Bāb al‑Ǧābiya ou de Bāb Šarqī, partiellement bouchées à son époque. Il est également le premier à faire état sur le front nord de la ville de Bāb al‑Ǧīnīq dont le nom était inconnu jusqu’alors et qui est bouchée à son époque.

  • 4 Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 34‑37.
  • 5 Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 372‑376.
  • 6 Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17‑19.

6Ibn ‘Asākir fit école à Damas où son œuvre fut reprise dans les ouvrages de topographies urbaines qui se multiplièrent jusqu’à la fin du Moyen Âge. On retrouve ainsi mot pour mot sa description des portes au xiiie siècle dans le A‘lāq al‑Ḫaṭīra d’Ibn Šaddād (m. 684/1285) 4, au xive siècle dans le ‘Uyūn al‑Tawārīḫ d’Ibn Šākir al‑Kutubī (m. 764/1363) 5 ou encore au début du xvie siècle, dans le Kitāb Nuzhat al‑anām fī maḥāsin al‑Šām d’Abū l‑Baqā’ al‑Badrī (m. 909/1503) 6. Chacun de ces auteurs essaie cependant d’ajouter des informations permettant d’actualiser quelque peu le texte primitif, en signalant les constructions de nouvelles portes — comme Bāb al‑Naṣr édifiée par Saladin —, l’état de conservation et les transformations des portes anciennes ainsi que les changements de noms.

  • 7 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 341‑342.

7Dans la seconde partie du Moyen Âge, se multiplient également les chroniques proprement damascaines qui livrent quantité de données, certes très dispersées, mais qui permettent de compléter l’histoire de la muraille et de ses portes. Ces chroniques locales commencent véritablement sous les Saljoukides et les Bourides par le Ḏayl Ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al‑Qalānisī (m. 555/1160), qui dirigeait l’un des bureaux de l’administration et qui décrit notamment le siège de la ville du côté de Bāb Kaysān et de Bāb Šarqī par Nūr al‑Dīn en 549/1154 7. Plus riche encore est la chronique d’al‑Ḏahabī (m. 665/1267), le Ḏayl Kitāb al‑Rawḍatayn couvrant l’époque ayyoubide et le début de l’époque mamlouke. Les travaux d’aménagement de l’enceinte par al‑Malik al‑‘Ādil et surtout par son fils al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (615‑624/1218‑1227), le rôle que joua la surveillance des portes dans la prise de contrôle de la ville par les différents princes de la famille ayyoubide ou encore la protection de muraille de la ville contre les crues du Baradā ne constituent que quelques éléments parmi quantité d’autres qui replacent ces structures dans la vie de la cité et ses événements marquants. On retrouve d’ailleurs ce type de données chez les grands chroniqueurs damascains de l’époque mamlouke comme al‑Ǧazarī (739/1338), Ibn Kaṯīr (m. 774/1373), Ibn Ṣaṣrā (apr. 801/1399), Ibn Qāḍī Šuhba (m. 851/1448) ou Ibn Ṭūlūn (m. 953/1546) qui insistent surtout sur les multiples sièges de la ville durant lesquels les portes et les murailles jouèrent un rôle de premier plan et nous informent incidemment sur les aménagements des défenses avancées.

Les voyageurs occidentaux

8Les murailles de Damas n’intéressèrent pas seulement les auteurs arabes, elles suscitèrent aussi la curiosité des voyageurs occidentaux qui bien souvent en livrent une description lors de leur passage par la ville. Leur intérêt cependant variait en fonction des circonstances qui les conduisaient à Damas.

9Une première catégorie de données est fournie par les chroniques et les récits de croisade rédigés au xiie et au xiiie siècles, le plus souvent par des lettrés ou par des hommes de religion résidant dans les États latins d’Orient. La perception qu’ils ont de l’enceinte est liée à l’esprit de guerre sainte et s’attache d’abord à sa fonction défensive comme en témoigne le récit de Guillaume de Tyr qui participe en 1148, lors de la deuxième croisade, au siège de Damas conduit par les rois de France et d’Allemagne. Le mauvais état des défenses et le manque d’entretien de la muraille lui font alors regretter que le siège ait été levé à cause des dissensions au sein du camp croisé. Au siècle suivant, l’évêque d’Acre, Jacques de Vitry, perçoit la muraille à travers le lieu de la fuite de l’apôtre Paul en 39 de notre ère, qu’il situe précisément à Bāb Kaysān, donnant ainsi naissance à une longue tradition de pèlerinage (fig. 3).

Figure 3 : Siège de Damas en 1148, Jacques de Vitry, Les grandes chroniques de France, enluminure, après 1332 - avant 1350.

Figure 3 : Siège de Damas en 1148, Jacques de Vitry, Les grandes chroniques de France, enluminure, après 1332 - avant 1350.

British Library, Royal MS 16 G VI f. 322r.

  • 8 Maraval, 1996, p. 275.

10C’est donc dans une perspective religieuse que s’inscrit une deuxième grande catégorie de récits, celle des pèlerins et des voyageurs qui viennent en Orient d’abord pour effectuer le pèlerinage à Jérusalem et qui, pour certains d’entre eux, comptent Damas au nombre de leurs étapes. Ce genre littéraire remonte à la fin de l’Antiquité, tel le témoignage du moine Arculfe qui donne à la fin du viie siècle, alors que Damas est sous domination umayyade, une brève description de la muraille qui est encore l’enceinte antique 8. Il faut cependant attendre les xive et xve siècles, au moment où les récits de pèlerinage se multiplient, pour trouver à nouveau des descriptions précises qui évoquent bien souvent la tradition liée à la fuite de saint Paul, mais aussi une description plus globale de l’enceinte qui constitue, au même titre que la grande Mosquée, l’un des monuments qui retient l’attention des voyageurs.

11Une dernière grande catégorie est représentée par les récits des voyageurs de l’époque moderne. Ils n’effectuent plus forcément pour des motivations religieuses le périple en Orient sous domination ottomane, mais davantage pour des raisons scientifiques, commerciales, politiques ou diplomatiques à l’instar du chevalier marseillais Laurent d’Arvieux qui visite Damas en 1660 alors qu’il est en mission au Levant, envoyé par Louis XIV. Le rôle d’informateur joué par ces hommes modifie quelque peu leur perception du paysage damascain qui n’est plus uniquement centré sur les lieux de pèlerinage et les communautés religieuses ; les murailles sont généralement décrites de même que les activités commerciales qui se développent à leur pied.

Les données épigraphiques

12Les inscriptions des portes et de la muraille, qui pour les plus anciennes remontent au xiie siècle, fournissent des informations fondamentales pour comprendre l’histoire de la structure défensive et de ses aménagements successifs dans la seconde partie du Moyen Âge. La collecte de cette documentation qui compte aujourd’hui 30 textes a commencé dès le milieu du xixe siècle.

  • 9 Kremer, 1854, 5/2, 12 et 15.

13Le premier à s’attacher à cette mission fut le savant allemand Alfred von Kremer qui signale en 1854 dans sa Topographie von Damaskus de nombreuses inscriptions arabes, mais ne peut en publier que deux qui étaient alors conservées à hauteur d’homme sur des tours de l’enceinte (Inscr. nos 8 et 219. Ce travail fut repris de façon plus systématique quelques années plus tard, en 1861‑1862, à l’initiative de l’épigraphiste William Henry Waddington, alors en Syrie pour recueillir des inscriptions grecques et latines. Il prêta attention aux inscriptions arabes qu’il ne pouvait déchiffrer lui‑même et les fit copier par ses interprètes arabophones dans un carnet qu’il mit à la disposition des chercheurs arabisants. Ces textes furent offerts en 1922 à la bibliothèque de l’Institut de France où ils sont aujourd’hui encore conservés sous le nom de Recueil Schefer (Ms 2972). Ce recueil comporte 560 relevés dont 10 concernent la muraille. Il est resté inédit à cause de la mauvaise qualité du déchiffrement des inscriptions sur lequel nous reviendrons.

14L’épigraphiste suisse Max van Berchem qui séjourna à Damas entre 1892 et 1894, puis après lui l’orientaliste français Jean Sauvaget, qui fut membre de l’Institut français de Damas de 1925 à 1937, effectuèrent à leur tour le relevé de très nombreuses inscriptions sans avoir cependant le temps de pleinement les exploiter. La plupart sont publiées avec une traduction française dans la grande entreprise épigraphique du Répertoire chronologique d’épigraphie arabe lancée en 1931 par les orientalistes français, mais sans commentaire scientifique permettant d’analyser l’inscription et de la rattacher à l’histoire du monument sur lequel elle se trouve.

  • 10 Munaǧǧid, 1945.
  • 11 Élisséeff, 1952‑1954, p. 196.
  • 12 Notamment D. Sack, voir infra, note n° 40 et Th. Weber (1993, p. 154) qui datent de l’époque de Nū (...)

15Le premier corpus de textes concernant la muraille fut l’œuvre d’un érudit syrien, Salāḥ al‑Dīn al‑Munaǧǧid, qui publia en 1945 dans son livre consacré aux portes et aux murailles de Damas, 12 inscriptions qui étaient pour la plupart déjà connues, mais qui pour la première fois étaient replacées dans leur contexte archéologique 10. Un peu plus tard, l’historienne Nikita Élisséeff constitua un autre corpus, celui des inscriptions de Nūr al‑Dīn, qui comprenait six inscriptions de la muraille dont une inédite (Inscr. n° 1011. Cette publication mettait en évidence l’importance des travaux effectués par ce souverain sur la muraille et influença sans aucun doute certains orientalistes pour la datation de l’enceinte médiévale 12.

  • 13 J. et D. Sourdel, 1979 (1983), p. 119‑172.
  • 14 Nous tenons ici à remercier la fondation Max van Berchem qui nous a permis d’accéder à cette docum (...)

16Le corpus que nous publions à la fin de ce volume s’inscrit dans une autre entreprise épigraphique lancée en 1983 par les orientalistes français Janine et Dominique Sourdel 13 dont l’objectif était de rassembler l’ensemble des inscriptions publiées ainsi que les données inédites conservées dans les Carnets de Max van Berchem 14 et dans les archives de Jean Sauvaget (fig. 4). Nous nous sommes efforcés pour chacun de ces textes d’en améliorer la lecture et d’en proposer un nouveau commentaire. Enfin, quelques inédits découverts lors des prospections conduites en 1953 par J. et D. Sourdel et entre 2008 et 2011 par les auteurs de ce livre, permettent d’apporter une nouvelle contribution à 160 ans de recherche épigraphique sur la muraille de Damas.

Figure 4 : Bāb al‑Farādīs, plan schématique et relevé de l’inscription, Jean Sauvaget, 1924‑1937.

Figure 4 : Bāb al‑Farādīs, plan schématique et relevé de l’inscription, Jean Sauvaget, 1924‑1937.

Collection particulière.

Les documents d’archives

  • 15 Sīrāfī, Riḥla, 1999 ; Buyukasik, 2013.

17Cet inventaire des sources serait incomplet si l’on n’y ajoutait les documents d’archives à caractère administratif ou privé qui livrent bien souvent des données originales sur la muraille de Damas. Ainsi, un document unique en son genre est un rapport administratif commandé en 564/1168‑1169 par le prince Nūr al‑Dīn et conservé dans un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France (Arabe 2258) (fig. 5.). Ce texte intitulé « Arpentage de quelques territoires en possession d’al‑Malik al‑‘Ādil Nūr al‑Dīn Abū l‑Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Aqsunqur en l’année 564/1168‑1169 » dresse l’inventaire des ouvrages fortifiés du royaume zankide et donne les caractéristiques principales de ses monuments 15. Pour la ville de Damas, le document livre des mesures extrêmement précises de l’arpentage effectué sur l’enceinte, de porte à porte, en partant du sud de la citadelle. Ce texte permet ainsi de situer avec précision les portes de la ville au moment où s’achèvent les grands travaux de Nūr al‑Dīn et en particulier de restituer l’emplacement originel des portes du front nord qui furent déplacées lors des travaux de réaménagement du xiiie siècle.

Figure 5 : Arpentage des murailles de Damas, extrait de Arpentage de quelques territoires en possession d’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn Abū l-Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Aqsunqur en l’année 564/1168-1169. BNF/MS arabe 2281.

Figure 5 : Arpentage des murailles de Damas, extrait de Arpentage de quelques territoires en possession d’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn Abū l-Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Aqsunqur en l’année 564/1168-1169. BNF/MS arabe 2281.
  • 16 Sur cette collection, voir D. et J. Sourdel, 1964 et 1965.
  • 17 « Papiers de Damas », Musée des arts turcs et islamiques, Istanbul, liasses 13 190 v°, 13 472 r°.
  • 18 « Papiers de Damas », liasses 13 200 et 13 816.

18La collection des « Papiers de Damas » découverte dans la grande Mosquée lors de l’incendie de 1893 et aujourd’hui conservée à Istanbul fournit également des informations 16. Les portes apparaissent fréquemment dans cette documentation datée des xiie et xiiie siècles, notamment dans les actes de ventes où elles permettent de situer les lots faisant l’objet de transactions immobilières : dāḫil (à l’intérieur de) Bāb Šarqī, ḫāriǧ (en dehors de) Bāb Tūmā 17. Les données les plus intéressantes se trouvent cependant dans les requêtes que les hommes chargés de la surveillance des murailles soumettent aux autorités urbaines pour l’amélioration de leur service ou de leur solde 18.

Les photographies

19La documentation photographique livre, quant à elle, depuis le milieu du xixe siècle, des informations sur certaines structures détruites à la fin du xixe siècle ou dans la première moitié du xxe siècle comme la porte de Bāb Kaysān, la barbacane de Bāb Šarqī ou encore le minaret de Bāb Tūmā. Mais elle sert aussi à analyser et à dater les modifications intervenues sur certains monuments comme la restauration d’un mâchicoulis de Bāb al‑Salāma ou encore le dégagement de certaines sections de la muraille des constructions qui y étaient adossées.

  • 19 Voir El‑Hage, 2000.

20Les plus anciennes photos datent des années 1850 et sont dues à James Graham et à Francis Frith (fig. 6), puis, dans les années 1870 et les années 1880, une couverture photographique de Damas est réalisée par les frères Bonfils 19. Ces documents livrent d’abord des vues générales de la ville et de ses principaux monuments. On retrouve le plus souvent les portes les mieux conservées ou bien les mieux dégagées des structures environnantes comme Bāb Salāma, Bāb Tūmā ou encore Bāb Kaysān avant sa destruction, mais c’est surtout Bāb Šarqī, la plus célèbre des portes et aussi la plus ancienne avec son arc romain qui retient l’attention des photographes. Aussi peut‑on voir, décennie après décennie, les métamorphoses de cette porte depuis 1879, date à laquelle elle est photographiée par Victor Guérin avec ses aménagements médiévaux (passage sous l’arche nord de l’arc romain, tour et barbacane) jusqu’aux années 1950 où les baies méridionales jusque‑là bouchées sont dégagées et l’arc restauré. Moins nombreuses sont les photos anciennes des murailles qui, pour rendre leur aspect monumental, nécessitent une perspective dégagée et du recul ; aussi retrouve‑t‑on le plus souvent les sections de l’enceinte longeant le Baradā ou bien des vues prises dans l’angle sud‑est de la ville qui n’est encore que très faiblement urbanisé.

Figure 6 : Bāb Šarqī, vue stéréoscopique de la face est de la porte en 1852, Francis Frith, photographe.

Figure 6 : Bāb Šarqī, vue stéréoscopique de la face est de la porte en 1852, Francis Frith, photographe.

Collection particulière.

  • 20 Hanauer, 1911, p. 43.

21Ce n’est qu’à partir du début du xxe siècle qu’une photographie à caractère documentaire voit le jour en même temps que les premières grandes études sur la muraille se développent. C’est ainsi qu’une énorme documentation photographique est rassemblée par les missions allemandes travaillant à Damas à la fin de l’Empire ottoman ou encore par la mission anglaise de James Edward Hanauer qui livre la seule photo que nous connaissions de la porte antique de Bāb al‑Farādīs sud 20. Ce fonds s’enrichit considérablement après la Seconde Guerre mondiale avec la création de la Direction générale des antiquités et des musées de Syrie (DGAM) qui accompagne chacune de ses interventions sur la muraille, dans le cadre de restaurations ou de fouilles de sauvetage, d’une couverture photographique.

22Cette documentation est restée jusqu’à une époque récente peu utilisée par les archéologues et les historiens travaillant sur les époques anciennes et il a fallu que des chercheurs comme Paul Chevedden attirent l’attention de la communauté scientifique pour que se manifeste un intérêt croissant pour ce matériel particulièrement riche. Il faut cependant remarquer l’extrême dispersion de ces photographies dans des collections privées ou publiques disséminées dans le monde entier qui en rend l’accès difficile. Le manque d’indexation de quantité de clichés vient encore compliquer la tâche. Toutefois, la mise en ligne progressive des collections des grandes institutions permet de mettre peu à peu à la disposition des chercheurs des documents inédits qui ne représentent encore qu’une part infime de cette documentation aux énormes potentialités.

Les études contemporaines

Les travaux pionniers

  • 21 Kremer, 1854, 5/2, p. 10‑17.
  • 22 Kremer, 1854, 5/2, p. 14.

23Au milieu du xixe siècle, la muraille et les portes de Damas deviennent un sujet d’étude à part entière qui se démarque des simples récits de voyage. Les études visent alors une approche globale alliant description et interprétation en faisant appel à des données extérieures. Un bon exemple de cette démarche est fourni en 1854 par l’Allemand Alfred  von Kremer dans sa Topographie von Damaskus où huit pages sont consacrées à la muraille 21. L’approche est avant tout descriptive et commence par les vestiges antiques de Bāb Šarqī avant de passer en revue les différentes courtines et portes depuis Bāb Tūmā jusqu’à Bāb Kaysān en progressant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Pour cet auteur, il s’agit d’abord de repérer l’ensemble des portes et de donner leurs noms ancien et contemporain, d’indiquer aussi les distances qui les séparent, ainsi que le nombre et la forme des tours qui flanquent la muraille. Un autre souci de von Kremer est de dater les différentes structures décrites en se fondant d’abord sur les données architecturales et sur le type d’appareil utilisé lui permettant de distinguer ce qui est d’époque antique, comme les portes de Bāb Šarqī ou de Bāb Ṣaġīr, et ce qui date de la période arabe. Il utilise également à cette fin les quelques éléments qu’il peut déchiffrer sur les inscriptions arabes et a parfois recours aux données des sources textuelles. Il recueille aussi des informations auprès des habitants des quartiers qu’il traverse, telle la tradition liée à la masse d’arme (dabbūs) accrochée sur la façade de Bāb al‑Salāma qui tombera avec vacarme pour annoncer l’heure du jugement dernier 22 !

Figure 7 : Bāb Kaysān, vue romantique depuis le sud-ouest, « Traditional scene of Paul’s escape », gravure, in Josias Leslie Porter, 1882, n. p.

Figure 7 : Bāb Kaysān, vue romantique depuis le sud-ouest, « Traditional scene of Paul’s escape », gravure, in Josias Leslie Porter, 1882, n. p.
  • 23 Porter, 1855, p. 38‑55.

24Le récit quasi contemporain de Josias Leslie Porter intitulé Five Years in Damascus 1850‑1855 est très voisin dans sa construction de celui de von Kremer. Le Britannique propose en effet un parcours autour de la muraille : il part de l’arc antique de Bāb Šarqī, qu’il est le premier à restituer dans son état originel, puis il progresse dans le sens des aiguilles d’une montre, non sans quelques déambulations dans les quartiers périphériques, pour arriver à Bāb Kaysān dont il propose aussi une vue pittoresque (fig. 7). Le texte vivant et aux intérêts multiples qui nous est proposé s’apparente encore par bien des aspects aux anciens récits de voyage. Néanmoins l’auteur fait preuve d’une véritable approche scientifique en essayant de dater les portes et les murailles, en distinguant ce qui est « Roman » de ce qui est « Saracen » selon des critères architecturaux, mais aussi en se fondant sur les inscriptions et sur le texte d’Ibn ‘Asākir qu’il est le premier à utiliser et qui le conduit à attribuer à Nūr al‑Dīn la plupart des constructions médiévales. Il s’informe aussi auprès des habitants des modifications récentes telle la monumentale tour d’angle au sud de Bāb Šarqī qu’avait vue le chevalier d’Arvieux dont il connaît le récit et qui vient d’être rasée par Ibrāhīm Bāšā pour construire des baraquements avec les moellons récupérés. Si les sources littéraires influencent directement sa perception des monuments et l’analyse qu’il peut en faire, il montre néanmoins un véritable sens de l’observation qui lui permet de repérer les vestiges d’une double muraille et d’une double porte à Bāb Ṣaġīr et à Bāb al‑Naṣr (appelé alors Bāb al‑Ḥadīd), voire d’une triple structure à Bāb al‑Faraǧ ! Il n’hésite pas non plus à entrer chez des habitants pour prendre de la hauteur et retrouver le tracé de l’enceinte noyé dans les constructions entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb al‑Naṣr 23.

25Encore très influencés par le genre des récits de voyage et avec des moyens limités qui ne leur permettent pas d’accéder aux inscriptions situées au‑dessus des portes, ces savants ouvrent la voie des recherches futures qui combinent études de terrain, collecte de données et utilisation des textes épigraphiques et littéraires. Ils esquissent aussi les grandes problématiques qui seront celles des chercheurs du xxe siècle sur les évolutions du tracé et l’établissement des différentes phases de construction de l’enceinte.

Les premières synthèses

26Les premières synthèses scientifiques conduites sur la muraille de Damas datent du début du xxe siècle et s’inscrivent dans l’histoire de cette région marquée tout d’abord par un rapprochement diplomatique de l’Allemagne et de l’Empire ottoman, symbolisé par la visite en 1898 de l’empereur Guillaume II à Damas, puis par la création en 1922 de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans de Damas juste après l’instauration du mandat français sur la Syrie et le Liban en 1920.

  • 24 Ce travail de prospection se fit grâce à l’aide d’un drogman syrien Yūsuf Agabi. Karl Wulzinger ef (...)
  • 25 Watzinger, Wulzinger, 1921 et 1924.

27La première étude majeure entreprise sur la muraille de Damas est l’œuvre de deux Allemands, l’archéologue Carl Watzinger (1877‑1948) et l’architecte Karl Wulzinger (1886 à 1948). Dans le cadre du Deutsch‑Türkische Denkmalschutzkommando für Syrien und Palästina, ils mènent, de 1916‑1918, un travail de prospection qui conduit à l’enregistrement, au relevé architectural et photographique et à l’étude des vestiges antiques et islamiques de la vieille ville et de ses faubourgs. Ils dressent en même temps les premiers plans détaillés de Damas à différents moments de son histoire en y replaçant les monuments répertoriés 24. Les résultats de cette campagne furent publiés en 1921 et 1924 dans deux livres fondamentaux, Damaskus, die antike Stadt et Damaskus, die islamische Stadt, qui constituent aujourd’hui encore la base de toute étude scientifique sur l’ancienne ville de Damas 25.

  • 26 Aucune chronologie précise n'est donnée de l'évolution du tracé de cette muraille à l'époque médié (...)
  • 27 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 63.
  • 28 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 57.

28Dans ce travail, les deux savants furent conduits à s’intéresser aux portes de la ville et au tracé de la muraille, notamment dans le cadre de l’évolution du tissu urbain qu’ils s’efforcèrent de reconstituer. Ils furent ainsi les premiers à proposer un tracé et une datation pour la première phase de construction de la muraille dans l’Antiquité 26. Ils la datent de la période sévérienne et la représentent sous la forme d’un quadrilatère de 1 330 m (est‑ouest) sur 855 m (nord‑sud) au tracé encore incertain en plusieurs endroits 27. Cette enceinte rectiligne s’appuie à l’est sur l’arc monumental à trois arches de « Bāb Šarqī », passe au sud par Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr tandis qu’à l’est, elle s’inscrit dans le prolongement du mur oriental de la citadelle. Le tracé du front nord se confond sur une section avec le mur du temenos du temple de Jupiter et présente un décrochement à son extrémité orientale imposée par l’inflexion du cours du Baradā. Une évolution de ce tracé se serait produite au tournant du ive siècle avec le déplacement vers l’ouest du mur occidental qui aurait permis l’intégration dans l’espace urbain d’un castrum construit au nord‑ouest de la ville, à l’emplacement actuel de la citadelle, sous le règne de l’empereur Dioclétien (284‑305). Cette nouvelle muraille se serait appuyée sur l’arc monumental de « Bāb al‑Ǧābiya » situé à l’extrémité occidentale de la via recta 28. (fig. 8).

Figure 8 : « Die Altstadt von Damaskus und ihre antike Bebauung », in Carl Watzinger et Karl Wulzinger, 1921, pl. III.

Figure 8 : « Die Altstadt von Damaskus und ihre antike Bebauung », in Carl Watzinger et Karl Wulzinger, 1921, pl. III.
  • 29 Wulzinger, Watzinger, 1924, p. 182‑187.
  • 30 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 65‑77. La tendance actuelle est d'attribuer la construction de cet (...)

29Wulzinger et Watzinger livrent également une étude systématique des portes de la ville combinant description architecturale des vestiges conservés, relevé des inscriptions et utilisation de sources arabes pour en dresser l’historique 29. Le travail le plus important est réalisé sur la porte orientale de la ville, l’arc de Bāb Šarqī, qui est alors largement arasé et totalement intégré à la muraille avec ses arches centrale et méridionale entièrement bouchées. L’étude minutieuse qu’ils conduisent sur cet arc romain leur permet d’en proposer une restitution beaucoup plus précise que celle de Porter, qui servira un demi‑siècle plus tard à sa restauration (fig. 9). Ils en proposent également une datation, aujourd’hui remise en cause, le faisant remonter au règne de Septime Sévère ou à celui de son fils Caracalla 30.

Figure 9 : Bāb Šarqī, restitution de l’arc antique, « Ansicht des Osttores », in Carl Watzinger et Karl Wulzinger, 1921, p. 76.

Figure 9 : Bāb Šarqī, restitution de l’arc antique, « Ansicht des Osttores », in Carl Watzinger et Karl Wulzinger, 1921, p. 76.
  • 31 Jean Sauvaget traite des portes et de la muraille dans trois publications qui se situent à différe (...)

30Après l’instauration du mandat, Jean Sauvaget, chercheur à l’Institut français de Damas, s’intéressa à la vieille ville, à ses monuments et particulièrement à son enceinte. S’il reprend largement les hypothèses de Watzinger et Wulzinger sur les tracés antique et médiéval, il y apporte certaines corrections tout en établissant une chronologie beaucoup plus précise des différentes phases de construction, notamment pour l’époque médiévale 31. Il est aussi le premier à évoquer une enceinte dès l’époque hellénistique qui aurait eu « un tracé régulier et orthogonal » délimitant le premier plan à damier de la ville, mais cependant sans qu’aucune trace archéologique ou textuelle ne vienne appuyer son hypothèse.

  • 32 Sauvaget, 1949, p. 338.

31Il apporte ainsi plusieurs modifications au tracé de la muraille romaine proposé par Watzinger et Wulzinger. La première consiste à ne pas retenir le premier tracé du front ouest de l’enceinte que ces deux auteurs faisaient d’abord passer à l’est du castrum de Dioclétien — qu’ils situent à l’emplacement de la citadelle dont Sauvaget rejette d’ailleurs l’existence. Pour lui, le tracé originel de ce front ouest passait dès l’origine par Bāb al‑Ǧābiya et il propose, à la différence de Watzinger et Wulzinger, une connexion du front ouest avec les murs nord et sud de l’enceinte en s’appuyant sur un tronçon de muraille antique repéré dans la citadelle médiévale. Une deuxième modification concerne le tracé du front nord de l’enceinte encore incertain chez les deux auteurs allemands. Sauvaget propose un décrochement de la muraille entre Bāb Tūmā et la citadelle « pour mieux serrer le cours de la rivière » 32, qui désigne en fait le nahr ‘Aqrabānī, bras méridional du Baradā. Cette section présente un tracé rectiligne qui passe désormais au nord du temenos du temple de Jupiter. Sauvaget rejette enfin l’attribution à l’époque romaine de sections entières de la muraille – notamment au nord de Bāb Šarqī – où il interprète la présence de blocs antiques comme des remplois médiévaux et il propose là encore un tracé antique plus rectiligne.

  • 33 Certains ont été publiés et d’autres sont restés inédits.

32Sauvaget, en s’appuyant principalement sur les portes antiques dont il dresse des plans schématiques 33 (fig. 10) et sur le pan de muraille antique conservé dans la citadelle, propose ainsi un tracé continu et régulier de l’enceinte qui vient compléter celui des deux auteurs allemands. La muraille antique offre alors un tracé parfaitement géométrique, celui d’un quadrilatère régulier englobant une superficie supérieure d’une vingtaine d’hectares à celle précédemment proposée (fig. 11).

Figure 10 : Bāb al-Salāma ou Bāb al-Faraǧ nord ? L’identification de la porte figurée sur ce plan schématique et vraisemblablement erroné pose problème, Jean Sauvaget, 1924-1937.

Figure 10 : Bāb al-Salāma ou Bāb al-Faraǧ nord ? L’identification de la porte figurée sur ce plan schématique et vraisemblablement erroné pose problème, Jean Sauvaget, 1924-1937.

Collection particulière.

  • 34 Sauvaget, 1949, p. 331‑338 ; Sauvaget, 1934a, p. 440. Sauvaget est le premier à remarquer que la v (...)

33Sauvaget reste cependant vague sur la chronologie de cette première muraille en évitant dans ses écrits tardifs de reprendre les datations des auteurs allemands. Il se contente le plus souvent de parler « d’enceinte antique », « d’enceinte romaine » ou encore d’enceinte « d’époque impériale » 34.

34Grâce aux observations de terrain et aux textes arabes dont Sauvaget est un excellent connaisseur, la chronologie proposée pour l’époque médiévale est beaucoup plus précise et totalement neuve. Il considère tout d’abord que l’enceinte antique est encore « intacte » au moment du siège de la ville par les armées arabes en 14/635 et que ce n’est qu’au milieu du viiie siècle qu’elle est détruite par les Abbassides lorsqu’ils s’emparent de la ville et renversent le califat umayyade.

  • 35 Sauvaget, 1934a, p. 455.
  • 36 Sauvaget, 1949, p. 332, fig. 7 et p. 333.
  • 37 Sauvaget, 1934a, p. 459.

35Un nouveau tracé de la muraille, purement médiéval, est situé par Sauvaget au xe siècle, et plus précisément sous les Fatimides qui prennent le contrôle de la cité dans les années 970 et élèvent des remparts « en terre puis en pierre ». Dans cette nouvelle ordonnance arabe de la ville « où la ligne droite n’y constitue qu’une exception » 35, on ne conserve de l’enceinte antique que quelques portes : les arcs monumentaux de Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Šarqī et les trois portes de Bāb Ṣaġīr, Bāb Kaysān et Bāb Tūmā. Elles servent « de points fixes » ou de points d’appui à la nouvelle muraille qui dessine par rapport à la muraille antique « tantôt des rentrants, tantôt des saillants » donnant ainsi naissance à une enceinte de forme ovoïde qui se substitue au tracé rectangulaire et orthonormé de l’Antiquité 36 (fig. 12). Cette muraille connaît des réfections au xiie siècle selon « le modèle romain et byzantin », expression énigmatique qui montre bien la gêne de Sauvaget pour expliquer la présence, à la base de sections entières, de gros blocs calcaires équarris provenant de monuments antiques 37. On retrouve cette même ambiguïté sur l'utilisation des blocs antiques dans des notes inédites de Jean Sauvaget : « on y voit çà et là, souvent sur une longueur assez considérable, des blocs de pierre de très grandes dimensions qui sont évidemment d'origine antique, ‑ sans qu'il soit toujours possible d'affirmer avec certitude qu'ils sont encore in situ ou s'ils ont été remployés au cours de travaux antérieurs à l'époque ayyoubide » (fig. 13).

Figure 11 : Proposition de restitution du plan antique de Damas, Jean Sauvaget, 1934a, fig. 6.

Figure 11 : Proposition de restitution du plan antique de Damas, Jean Sauvaget, 1934a, fig. 6.

Figure 12 : Proposition de superposition des plans antique et médiéval de Damas, Jean Sauvaget, 1934a, fig. 7.

Figure 12 : Proposition de superposition des plans antique et médiéval de Damas, Jean Sauvaget, 1934a, fig. 7.

Figure 13 : Rempart sud, vue des tours et enceinte proto-byzantines entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr.

Figure 13 : Rempart sud, vue des tours et enceinte proto-byzantines entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr.

© Cl. Piaton, 2008.

  • 38 Texte inédit des Archives Jean Sauvaget.

36La dernière phase majeure de l’aménagement de la muraille est située par Sauvaget « au xiiie siècle » et même plus précisément « au début du xiiie siècle », avec la construction en « appareil soigné » de « toute la face nord de l’enceinte » le long du Baradā, donnant ainsi naissance au quartier de Bayn al‑Sūrayn, c’est‑à‑dire « entre les deux murailles », situé entre la muraille antique et la muraille médiévale. Ce plan de « modernisation » de l’enceinte aurait été arrêté par l’invasion mongole de 1260 et les travaux ultérieurs effectués sur la muraille aux époques mamlouke et ottomane sont considérés par Sauvaget comme de simples réfections ou restaurations qui se reconnaissent « à l’indigence de leurs matériaux : petit appareil, souvent négligé, pour la première, — moellons grossiers, pour la seconde » 38.

Les études récentes

  • 39 Will, 1994, p. 38.

37La question du tracé et de la chronologie de la muraille n’a véritablement été reprise qu’à la fin des années 1980 et durant les années 1990, mais les auteurs qui ont eu à traiter de la question se sont montrés extrêmement prudents aussi bien sur les différents tracés que sur la date de ceux‑ci à l’instar du chercheur français Ernest Will 39. Cet auteur propose toutefois l’existence d’une première enceinte araméenne, dont on n’a jamais retrouvé la moindre trace, et qui aurait été détruite au viiie s. av. J.‑C. Il semble également admettre l'existence d'un tracé antique de la muraille répondant à des critères d'axialité et de symétrie (un projet hellénistique réalisé au début de la domination romaine) et d'une enceinte médiévale ovale. Il note cependant le problème posé par les blocs se trouvant à la base de cette dernière.

  • 40 Sack, 1989, p. 14 et 23. Cette datation va à l’encontre de toutes les données archéologiques et ép (...)

38L’archéologue allemande Dorothée Sack reprend largement les conclusions de Sauvaget, mais se risque à proposer une nouvelle datation de la muraille nord qui longe le Baradā en l’attribuant au règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174) 40.

  • 41 Weber, 1993, p. 151‑154.

39Une avancée notable est due à un autre chercheur allemand, Thomas Weber, qui a repéré la mention, dans un texte tardif du viie siècle de notre ère, de l’existence d’une hypothétique muraille d’époque araméenne, mais surtout la mention de l’enceinte dans les Actes des Apôtres et dans une lettre de Paul aux Corinthiens lors du fameux épisode de la fuite de saint Paul en 39 de notre ère, fournissant ainsi un terminus ante quem à la construction de la muraille antique. À partir de là, Weber a émis l’hypothèse, mais sans preuve textuelle ou archéologique, de l’existence d’une muraille hellénistique qui aurait été totalement remaniée par les Romains après la création de la Province de Syrie en 64 av. J.‑C. Cette muraille antique aurait été rasée au moment de la conquête de la ville par les Abbassides et n’aurait été reconstruite selon un tracé ovoïde que sous le règne de Nūr al‑Dīn 41.

  • 42 Braune, 1999.

40Quelques années plus tard, l’archéologue allemand Michael Braune, à la manière d’Alfred von Kremer et de Josias Porter, livre une étude globale de la muraille et de ses portes en partant de Bāb al‑Ǧābiya et en progressant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre 42. Il s’attarde particulièrement sur les portes, dont il donne un relevé schématique, et sur leur système de défense tout en faisant appel aux données épigraphiques pour dater l’ensemble des structures. Il est le premier à mettre clairement en évidence un système de défense avancée, particulièrement développé sur le front nord grâce à une ligne de moulins fortifiés allant de Bāb al‑Salāma [8] à Bāb al‑Faraǧ [12] ; les plates‑formes de ces moulins auraient été aménagées à partir de 1200 pour accueillir des trébuchets et s’adapter aux évolutions de la poliorcétique. Il considère enfin qu’aucun témoignage archéologique ou épigraphique n’existe prouvant l’existence d’une muraille romaine ou pré‑romaine. Aussi se demande‑t‑il si la muraille qui se dresse devant les armées de l’Islam en 635 et va permettre de résister à un siège de plusieurs mois n’est pas une muraille byzantine.

  • 43 Dayoub, 2012, p. 231 ; 2014, p. 144‑182.

41L’exploitation des textes entreprise au xixe siècle par Porter évolue à partir des années 2000 vers un inventaire systématique des données textuelles sur la muraille et les portes de Damas. Le principal artisan de ce travail est un historien syrien, Bassam Dayoub, qui, dans plusieurs publications, a mis en évidence cette documentation nouvelle et en a montré l’intérêt majeur pour présenter une chronologie détaillée et livrer une véritable histoire de l’enceinte de Damas. Il a ainsi découvert dans un poème faisant l’éloge d’un gouverneur fatimide de la fin du xe siècle la plus ancienne mention de Bāb al‑Ǧinān, une des portes occidentales de la ville 43.

Les apports de l’archéologie

42Ce n’est qu’à la fin des années 1990 et durant les années 2000 que la muraille a fait l’objet de sondages archéologiques. Ceux‑ci se sont concentrés au sud‑est de la vieille ville dans une zone où l’emprise urbaine avait laissé encore quelques espaces vierges, tant intra muros qu’extra muros, permettant une exploration des niveaux de fondation des murs.

  • 44 Braune, 1999, p. 70 ; Braune, 2000, p. 184 ; Braune, 2008, p. 203‑204.

43La première initiative revint à M. Braune qui, durant quatre semaines en septembre‑octobre 1999, ouvrit trois sondages de part et d’autre de la muraille, dans le terrain vague de Bustān Sukkar, à 250 m à l’ouest de l’église Saint‑Paul/Bāb Kaysān [N]. Il met en évidence dans ce secteur deux phases majeures de construction de la muraille : une phase initiale marquée par la construction d’un premier mur d’enceinte de 3,50 m d’épaisseur monté en pierres calcaires de 0,30 x 0,30 m liées par des joints épais de quatre centimètres en mortier de chaux et de poudre volcanique. Dans une seconde phase, cette enceinte est doublée par un mur extérieur ayant à la base des blocs romains en remploi — dont une architrave datée des années 330 — et des pierres en basalte pour les assises supérieures permettant aux deux murailles réunies d’atteindre 5 m d’épaisseur. M. Braune date ces deux phases de l’époque islamique, du xiie siècle pour la première et du xiiie siècle pour la seconde, en estimant que le doublement de la muraille qui permettait l’installation des balistes sur les remparts se situe nécessairement après 1200, à une époque où ces engins étaient systématiquement utilisés pour la défense de la ville 44.

  • 45 Dabbour, 2006, I, p. 75‑85 et II, p. 83‑100.

44Quelques années plus tard, en 2004, Yamen Dabbour, archéologue à la DGAM, ouvrit à son tour cinq sondages (trois sur la face interne de la muraille et deux sur sa face externe) dans le même secteur, entre l’église Saint‑Paul et le secteur de fouille allemand [P]. Cette campagne lui permit de retrouver les deux phases de construction de la muraille, mais l’interprétation qu’il en livre est totalement différente de celle de M. Braune. La première différence porte sur l’ordre des phases de construction, puisqu’il estime que la première muraille édifiée était la muraille extérieure de 2,45 m d’épaisseur sur laquelle serait venue s’appuyer dans un second temps la muraille intérieure permettant à l’enceinte d’atteindre 4,50 m d’épaisseur. La seconde divergence porte sur les époques de la construction. Y. Dabbour date la première muraille de l’époque romaine en fondant son interprétation sur la présence d’un appareil romain régulier, présentant un profil en gradin, et surtout sur la découverte au niveau des fondations et des premières assises, de céramiques romaines datées entre le ier et le iiie siècle de notre ère. Le doublement de la muraille est quant à lui daté de la seconde moitié du xiie siècle ou de la première moitié du xiiie siècle et correspond, comme l’avait suggéré M. Braune, à l’utilisation d’un nouveau matériel de défense 45.

  • 46 Guilhot et al., 2010, p. 48.

45Il faut ajouter qu’en 2009, un autre archéologue de la DGAM, Houmam Saad, a ouvert deux nouveaux sondages au pied de la muraille, mais dans un secteur différent situé entre Bāb Tūmā et la tour carrée d’al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ayyūb, marquant l’angle nord‑est de la muraille [Q]. Ces sondages qui ont permis d’atteindre les fondations ont révélé l’utilisation à la base de l’enceinte de spolia d’époque romaine (chapiteaux, tambours), disposés sans ordre apparent et assemblés sans mortier (fig. 14). Ce matériel de remploi et la découverte d’un mobilier céramique appartenant uniquement à la période islamique tardive (ayyoubide et mamlouke) ont conduit H. Saad à proposer pour ce secteur de la muraille une datation ne remontant pas au‑delà des derniers siècles du Moyen Âge 46.

Figure 14 : Rempart est, vue du sondage réalisé par la DGAM à l’angle de la courtine et de la tour, secteur [Q].

Figure 14 : Rempart est, vue du sondage réalisé par la DGAM à l’angle de la courtine et de la tour, secteur [Q].

© H. Saad, 2009.

46Un des objectifs de ces différents sondages était de répondre à la principale interrogation qui est apparue dès les premières études consacrées à la muraille, à savoir si les blocs d’époque romaine des fondations étaient des vestiges de l’enceinte romaine encore en place ou bien des remplois beaucoup plus tardifs. Les réponses contradictoires apportées par ces différentes campagnes de fouilles n’ont pas permis de résoudre cette question.

  • 47 Sur ces fouilles, voir Dabbour, 2006, I, p. 86‑89 et II, p. 101‑105.

47Des travaux archéologiques d’une tout autre ampleur se déroulèrent en 2005 au moment de la construction d’un échangeur permettant l’accès à un tunnel autoroutier au sud du secteur de Bustān Sukkar 47 (fig. 15). Les fouilles de sauvetage organisées par la DGAM et suivies par Y. Dabbour permirent de dégager sur près de 150 mètres, le faṣīl (braie), le fossé médiéval et d’en révéler la structure [P]. Une datation précise de ces aménagements, soit l’année 623/1226, fut proposée par l’archéologue grâce à la découverte, dans le même secteur, d’une inscription du prince ayyoubide al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam ‘Isā mentionnant le creusement de ce fossé et la construction de ses deux murs (Inscr. n° 13).

Figure 15 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue panoramique prise lors des travaux d’aménagement routier des années 2000.

Figure 15 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue panoramique prise lors des travaux d’aménagement routier des années 2000.

© I. Hajjar, 2005.

48Il faut enfin noter que les fouilles de sauvetage conduites en 2000 à l’angle sud‑est de la vieille ville lors de la construction d’un tunnel piétonnier et les travaux de 2005 précédemment évoqués permirent de « redécouvrir » des tours avancées qui étaient encore visibles au xixe siècle, mais qui avaient été par la suite ensevelies sous des décombres [O].

  • 48 El‑Hage, 2000, p. 79.
  • 49 Ṣalībī, 1982, p. 23‑34.
  • 50 Dabbour, 2006, I, p. 90‑94 et II, p. 106‑112.Des blocs appartenant à un bandeau épigraphique d’épo (...)

49Les vestiges de la tour d’angle [F], située au sud‑est de l’enceinte, apparaissent nettement sur une photo de Frith prise en 1859 48, et sur de nombreuses autres par la suite (fig. 16). Ils furent redécouverts en 1967 à la suite de travaux entrepris par la municipalité de Damas au sud de Bāb Šarqī ; un archéologue de la DGAM, Nasīb Ṣalībī, conduisit le dégagement de quelques assises de la tour qui ne fut fouillée jusqu’aux fondations qu’en 2000 lors de la construction du tunnel piétonnier 49. Quant à la seconde tour avancée [D], ce sont les travaux de dégagement du fossé de 2005 qui permirent de la redécouvrir. On ne connaissait de cette tour que l’inscription de Nūr al‑Dīn qui avait été relevée au milieu du xixe siècle par von Kremer sans doute parce qu’elle se trouvait à cette époque‑là à hauteur d’homme. Son étude par Y. Dabbour permit de révéler des phases de construction complexes avec une première datant de l’époque saljoukide et précédant de plus d’un demi‑siècle les travaux de Nūr al‑Dīn 50.

Figure 16 : Vue des vestiges de la tour sud-est, entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, réoccupés au XIXe siècle. Bonfils, photographe, v. 1880.

Figure 16 : Vue des vestiges de la tour sud-est, entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, réoccupés au XIXe siècle. Bonfils, photographe, v. 1880.

Collection particulière.

Notes

1 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 165‑166.

2  al‑Raba‘ī, Faḍā’il, p. 71‑74.

3 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 185‑187 ; Élisséeff, 1959, p. 297‑301.

4 Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 34‑37.

5 Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 372‑376.

6 Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17‑19.

7 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 341‑342.

8 Maraval, 1996, p. 275.

9 Kremer, 1854, 5/2, 12 et 15.

10 Munaǧǧid, 1945.

11 Élisséeff, 1952‑1954, p. 196.

12 Notamment D. Sack, voir infra, note n° 40 et Th. Weber (1993, p. 154) qui datent de l’époque de Nūr al‑Dīn le tracé ovoïde de la muraille.

13 J. et D. Sourdel, 1979 (1983), p. 119‑172.

14 Nous tenons ici à remercier la fondation Max van Berchem qui nous a permis d’accéder à cette documentation conservée à Genève.

15 Sīrāfī, Riḥla, 1999 ; Buyukasik, 2013.

16 Sur cette collection, voir D. et J. Sourdel, 1964 et 1965.

17 « Papiers de Damas », Musée des arts turcs et islamiques, Istanbul, liasses 13 190 v°, 13 472 r°.

18 « Papiers de Damas », liasses 13 200 et 13 816.

19 Voir El‑Hage, 2000.

20 Hanauer, 1911, p. 43.

21 Kremer, 1854, 5/2, p. 10‑17.

22 Kremer, 1854, 5/2, p. 14.

23 Porter, 1855, p. 38‑55.

24 Ce travail de prospection se fit grâce à l’aide d’un drogman syrien Yūsuf Agabi. Karl Wulzinger effectua les relevés, tandis que Carl Watzinger conduisit les recherches topographiques et documentaires et rédigea entièrement les ouvrages.

25 Watzinger, Wulzinger, 1921 et 1924.

26 Aucune chronologie précise n'est donnée de l'évolution du tracé de cette muraille à l'époque médiévale.

27 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 63.

28 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 57.

29 Wulzinger, Watzinger, 1924, p. 182‑187.

30 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 65‑77. La tendance actuelle est d'attribuer la construction de cet arc à l'époque augustéenne : Freyberger, 1989, p. 86, n. 72.

31 Jean Sauvaget traite des portes et de la muraille dans trois publications qui se situent à différents moments de sa carrière de chercheur. On y voit évoluer sa réflexion qui s’éloigne peu à peu des hypothèses des deux savants allemands qu’il avait dans un premier temps largement admises et reprises (Sauvaget, 1932b, p. 1‑4 et 39‑43 ; Sauvaget, 1934a, p. 420‑480 ; Sauvaget, 1949, p. 314‑358).

32 Sauvaget, 1949, p. 338.

33 Certains ont été publiés et d’autres sont restés inédits.

34 Sauvaget, 1949, p. 331‑338 ; Sauvaget, 1934a, p. 440. Sauvaget est le premier à remarquer que la via Recta est mentionnée dans les Actes des Apôtres et il n’est pas impossible qu’à travers la formule « d’époque impériale », il envisage une datation plus haute que celle proposée par Watzinger et Wulzinger.

35 Sauvaget, 1934a, p. 455.

36 Sauvaget, 1949, p. 332, fig. 7 et p. 333.

37 Sauvaget, 1934a, p. 459.

38 Texte inédit des Archives Jean Sauvaget.

39 Will, 1994, p. 38.

40 Sack, 1989, p. 14 et 23. Cette datation va à l’encontre de toutes les données archéologiques et épigraphiques (voir chapitre suivant).

41 Weber, 1993, p. 151‑154.

42 Braune, 1999.

43 Dayoub, 2012, p. 231 ; 2014, p. 144‑182.

44 Braune, 1999, p. 70 ; Braune, 2000, p. 184 ; Braune, 2008, p. 203‑204.

45 Dabbour, 2006, I, p. 75‑85 et II, p. 83‑100.

46 Guilhot et al., 2010, p. 48.

47 Sur ces fouilles, voir Dabbour, 2006, I, p. 86‑89 et II, p. 101‑105.

48 El‑Hage, 2000, p. 79.

49 Ṣalībī, 1982, p. 23‑34.

50 Dabbour, 2006, I, p. 90‑94 et II, p. 106‑112.Des blocs appartenant à un bandeau épigraphique d’époque mamlouke ont été trouvés dans ce secteur. Leur étude ne nous a pas permis de confirmer leur appartenance à la muraille et nous avons préféré ne pas les faire figurer dans le corpus.

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Bāb Šarqī et son minaret, vue depuis le sud en 1837, Pierre‑François Lehoux, « Damas, vue d’une des portes de la ville », gravure, in Léon de Laborde, Voyage de la Syrie…, pl. XLIV, p. 98.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Figure 3 : Siège de Damas en 1148, Jacques de Vitry, Les grandes chroniques de France, enluminure, après 1332 - avant 1350.
Crédits British Library, Royal MS 16 G VI f. 322r.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 4 : Bāb al‑Farādīs, plan schématique et relevé de l’inscription, Jean Sauvaget, 1924‑1937.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 5 : Arpentage des murailles de Damas, extrait de Arpentage de quelques territoires en possession d’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-Dīn Abū l-Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Aqsunqur en l’année 564/1168-1169. BNF/MS arabe 2281.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 6 : Bāb Šarqī, vue stéréoscopique de la face est de la porte en 1852, Francis Frith, photographe.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 7 : Bāb Kaysān, vue romantique depuis le sud-ouest, « Traditional scene of Paul’s escape », gravure, in Josias Leslie Porter, 1882, n. p.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Figure 8 : « Die Altstadt von Damaskus und ihre antike Bebauung », in Carl Watzinger et Karl Wulzinger, 1921, pl. III.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Figure 9 : Bāb Šarqī, restitution de l’arc antique, « Ansicht des Osttores », in Carl Watzinger et Karl Wulzinger, 1921, p. 76.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Figure 10 : Bāb al-Salāma ou Bāb al-Faraǧ nord ? L’identification de la porte figurée sur ce plan schématique et vraisemblablement erroné pose problème, Jean Sauvaget, 1924-1937.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 11 : Proposition de restitution du plan antique de Damas, Jean Sauvaget, 1934a, fig. 6.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 12 : Proposition de superposition des plans antique et médiéval de Damas, Jean Sauvaget, 1934a, fig. 7.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 13 : Rempart sud, vue des tours et enceinte proto-byzantines entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr.
Crédits © Cl. Piaton, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 14 : Rempart est, vue du sondage réalisé par la DGAM à l’angle de la courtine et de la tour, secteur [Q].
Crédits © H. Saad, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 15 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue panoramique prise lors des travaux d’aménagement routier des années 2000.
Crédits © I. Hajjar, 2005.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 16 : Vue des vestiges de la tour sud-est, entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, réoccupés au XIXe siècle. Bonfils, photographe, v. 1880.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12401/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540