Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

AVANT-PROPOS

Texte intégral

1La muraille et les portes de Damas, comme la vieille ville qu’elles enserrent, sont inscrites depuis 1979 au patrimoine mondial de l’Unesco. Ces vestiges exceptionnels, chaque jour un peu plus menacés, ont fait l’objet depuis le milieu du xixe siècle de nombreuses études menées par des chercheurs anglais, allemands, français et syriens. Jamais cependant n’a été conduite une étude globale où était confronté l’ensemble des données archéologiques, architecturales ainsi que textuelles (inscriptions, documents papyrologiques, sources arabes et récits de voyage). Le premier objectif de ce livre a été de présenter une documentation abondante, collectée alors que cela était encore possible, pour préserver ce patrimoine et pour renouveler nos connaissances sur ces constructions.

2Cette entreprise scientifique s’inscrit dans la continuité d’un projet ancien entrepris par le célèbre orientaliste Jean Sauvaget (1901‑1950) lors de son séjour en Syrie entre 1924 et 1937. Celui‑ci rassembla alors de nombreuses données sur les portes et la muraille de Damas constituées de relevés architecturaux, de déchiffrements d’inscriptions, de photographies et de notes de terrain dont on trouvera ici les témoignages restés en partie inédits. Occupé par de multiples dossiers, puis frappé par la maladie, il ne put que traiter certains aspects de la muraille. Le dossier fut alors confié à deux de ses élèves, Janine et Dominique Sourdel, au moment où ils partaient pour l’Institut français de Damas. Durant leur séjour en Syrie, de 1949 à 1953, ils complétèrent cette documentation, notamment les données épigraphiques, qu’ils nous transmirent à leur tour.

3De février 2008 à avril 2011, la mission franco-syrienne constituée du côté français par les auteurs de ce livre et du côté syrien par Houmam Saad, Mīlād al‑‘Awābid et Joseph Hanna, a mené cinq campagnes de terrain avec le soutien financier de l’UMR 7192 « Proche‑Orient, Caucase » et le soutien logistique de l’Institut français du Proche‑Orient (IFPO). Le travail de terrain a consisté en prospections sur l’ensemble du tracé de l’enceinte afin d’identifier les vestiges conservés, de les analyser et de les relever, quand c’était possible, pour documenter et comprendre leurs phases de construction et leur chronologie.

4Depuis deux millénaires, l’enceinte de Damas a subi de multiples transformations. Démantelée, reconstruite, redessinée selon de nouveaux tracés, elle est le fruit d’une histoire complexe, celle des mutations d’une ville, et de remaniements multiples qui constituent l’objet de ce livre. Elle se présente aujourd’hui sous la forme d’un périmètre ovoïde de quatre kilomètres et demi que l’on peut suivre de façon continue malgré les variations d’aspects de sa courtine. Parfois conservée sur toute sa hauteur, parfois arasée, tantôt bien appareillée tantôt constituée de matériaux hétéroclites, elle est flanquée de tours aux modules tout aussi variés. Son tracé disparaît parfois sous un enchevêtrement de constructions adossées à la courtine ou s’interrompt sur quelques dizaines de mètres. Des sections en effet ont été détruites pour récupérer les matériaux, reconstruire au début du xxe siècle un quartier après un incendie, installer un bâtiment public ou bien pour percer une nouvelle rue reliant la ville ancienne aux quartiers périphériques dans lesquels l’enceinte s’est peu à peu fondue.

5Le nombre sept est traditionnellement avancé pour dénombrer les portes de la ville. Ce chiffre symbolique est associé, dans la tradition locale, aux sept planètes du système de Ptolémée auxquelles les portes antiques étaient dédiées. Ce n’est pourtant qu’au moment du siège de la ville par les armées de l’Islam en 635 que leur véritable nom nous est pour la première fois donné. Les deux principales, Bāb al‑Šarqī et Bāb al‑Ǧābiya sont situées à l’est et à l’ouest du decumanus romain, deux autres sont signalées au sud de cet axe, Bāb Ṣagīr et Bāb Kaysān, et enfin trois autres au nord, Bāb Tūmā, Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Salāma. Derrière ce chiffre et ces noms, qui n’ont que peu varié au fil des siècles, se cachent de multiples évolutions correspondant à l’ouverture de nouvelles portes, à la condamnation temporaire ou définitive de certaines autres, ou encore à des changements d’emplacement, de structure, voire de nature. Le cas de Bāb Kaysān en est une parfaite illustration : murée à plusieurs reprises durant le Moyen Âge quand les autorités se défiaient de la communauté juive vivant dans ce quartier, elle est aujourd’hui transformée en chapelle pour célébrer le culte de saint Paul à l’emplacement hypothétique de son évasion. Au total, ce sont, sans compter les poternes, une vingtaine de portes que nous avons recensées et étudiées. Certaines ne sont connues que par des mentions textuelles, d’autres ont laissé quelques vestiges archéologiques noyés dans des édifices plus récents, mais beaucoup sont encore debout portant seulement les stigmates des sièges et des incendies ainsi que des réfections multiples qui s’ensuivirent.

6Cette enceinte s’inscrit ainsi dans une histoire longue qui débute au plus tard un siècle après que Rome eut imposé, en 64 av. J.‑C., sa domination sur la Syrie. La première mention avérée de la muraille de Damas remonte en effet au premier siècle de notre ère, en pleine époque impériale, avec le célèbre épisode de la fuite de saint Paul relatée dans les Actes des Apôtres :

  • 1 Actes des Apôtres, IX, 23-25.

7« Au bout d’un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le faire périr. Mais Paul eut vent de leur complot. On gardait même les portes de la ville jour et nuit, afin de le faire périr. Alors les disciples le prirent de nuit et le descendirent dans une corbeille le long de la muraille » 1.

8L’époque byzantine qui succède à la période romaine voit des transformations majeures s’opérer sur l’édifice alors que la conquête arabe de 635, pas plus que l’époque umayyade (661‑750), qui fait pourtant de Damas la capitale d’un immense empire allant d’al‑Andalus à l’Indus, ne semblent apporter des modifications majeures : c’est le cadre préservé de la cité antique qui reste, et pour longtemps encore, le siège du nouveau pouvoir arabo-musulman.

9La prise de Damas par les Abbassides, le jeudi 20 ramadan 13/2 mai 750, est un épisode majeur de l’histoire du monde musulman médiéval. Avec le changement de dynastie, Damas, héritière de Rome et de Byzance, perd alors son rang de capitale bientôt récupéré par Bagdad qui s’inscrit dans une autre aire de civilisation, celle des Sassanides et de la Perse. La ville déchue n’exerce plus désormais, et pour de nombreux siècles, qu’une influence régionale avec une muraille démantelée puis restaurée avec des moyens de fortune. Après plus d’un siècle de domination abbasside, la prise de contrôle de la cité à la fin des années 970 par la dynastie chiite des Fatimides installée au Caire ne modifie pas profondément la situation. Les révoltes bédouines, les soulèvements populaires et la succession des gouverneurs marquent une époque agitée où les murailles sont bien souvent le lieu de ces affrontements.

10La prise de la ville par les Turcs saljoukides en 1076 marque véritablement la renaissance de la cité qui retrouve peu à peu son rang et sa fierté passée. Damas redevient capitale, celle d’abord d’une petite principauté sous les princes saljoukides (1076-1104) et sous leurs atābaks, les Bourides (1104‑1154), puis d’un territoire beaucoup plus vaste, allant de la Haute‑Mésopotamie à l’Égypte, sous le règne d’un autre prince turc, Nūr al‑Dīn (1154‑1174), auquel succède son général kurde, le fameux Saladin (1174‑1193).

11Cette époque marquée par l’installation de ces pouvoirs militaires venant d’Orient est aussi celle des Croisades qui menacent les territoires du dār al‑islām. En même temps que les techniques militaires évoluent, les villes, et Damas n’échappe pas à la règle, se dotent de citadelles, résidences de ce nouveau pouvoir, et rénovent leur système de défense, hérité bien souvent de l’Antiquité et obsolète : le prince turc Nūr al‑Dīn fait ainsi rebâtir l’enceinte de Damas et de plusieurs autres villes de son empire. Ce sont cependant les successeurs de Saladin, les princes ayyoubides, qui transforment le plus ce paysage urbain et son système de défense en voulant se protéger autant de la menace croisée qui ne faiblit pas que des princes rivaux de leur famille en perpétuels conflits.

12En effet, en 1118, à la mort d’al‑Malik al‑‘Ādil, frère de Saladin, l’empire ayyoubide se divise en petites entités autonomes que se partagent les membres de la dynastie. Damas redevient alors la capitale d’une principauté dont les souverains les plus marquants sont al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (1218‑1227) et son fils al‑Nāṣir Dawūd, puis les deux cousins de ce dernier al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl qui règne sur Damas à deux reprises et Naǧm al‑Dīn Ayyūb qui parvient à réunifier sous son autorité l’Égypte et la Syrie avant de mourir en 1249 devant Manṣūra où il assiège les croisés. Ces souverains, pour préserver leur autonomie, attachent une grande importance à l’entretien de la muraille qu’ils restaurent, agrandissent et adaptent aux normes défensives de leur époque. La dynastie ayyoubide parvient à se maintenir à Damas jusqu’en 1260, mais elle en est chassée par la poussée des Mongols qui entrent alors dans la cité.

13Les Mamlouks (1260‑1516), esclaves militaires des derniers princes ayyoubides, parviennent à imposer leur pouvoir en triomphant en 1260 des Mongols à la bataille de ‘Ayn Ǧālūṭ et en faisant la reconquête de Damas et de toute la Syrie. Le Caire reste cependant la capitale de leur sultanat, et Damas, avec le rang de capitale de la province de Syrie, n’occupe plus que le second rang tout en perdant toute autonomie. Le rythme élevé de gouverneurs qui se succèdent à la tête de la ville et de la province montre le souci du pouvoir central d’éviter toute velléité de sécession. Cette période est néanmoins marquée, à Damas, par une intense activité architecturale qui se traduit, sur la muraille, par les dernières traces d’une intervention d’ampleur concentrée sur les défenses avancées. Avec le développement des faubourgs et la construction de nouveaux quartiers périphériques, l’enceinte ne protège plus désormais qu’une partie de l’agglomération.

14Les Ottomans (1516‑1918), qui succèdent aux Mamlouks après les avoir vaincus à la bataille de Marǧ Dābiq au nord de la Syrie, ne portent qu’un intérêt limité à la muraille de Damas qui a alors perdu toute valeur défensive. Les courtines disparaissent peu à peu derrière les habitations qui viennent prendre appui contre elles tant du côté ville que du côté faubourgs. Il faut attendre, après l’époque du mandat français (1920‑1946), la création de la Direction générale des antiquités et des musées de Syrie (DGAM) en 1946, pour que ce patrimoine soit peu à peu remis en valeur et dégagé de l’habitat adventice qui l’avait recouvert.

15C’est dans ce cadre historique, limité essentiellement à la période médiévale, que s’inscrit l’histoire des portes et de la muraille de Damas objets de ce livre. Elle commence par la présentation des sources multiples et variées qui ont permis l’approche pluridisciplinaire déjà évoquée, mais aussi la remise en contexte de cette étude qui s’inscrit dans un siècle de recherche scientifique. Les données nouvelles ainsi collectées permettent, dans un deuxième chapitre consacré à l’évolution des tracés de l’enceinte, de proposer à la fois de nouvelles hypothèses sur la configuration de la muraille antique et une remise en cause plus générale de la chronologie traditionnellement adoptée pour les différentes phases de construction de l’ensemble. Ce chapitre est suivi d’une étude architecturale et historique détaillée des portes de Damas connues par des vestiges ou de simples mentions textuelles, et des tours les plus monumentales flanquant l’enceinte. Cette approche structure par structure, permet, au chapitre suivant, de dresser une étude typologique de l’ensemble du système de défense en replaçant celui‑ci dans le contexte régional des évolutions techniques. Le chapitre suivant traite de la place occupée par cette enceinte au sein de la société damascaine où sont évoqués les hommes ayant contribué à sa construction, sa surveillance, son entretien et son utilisation aussi bien en temps de guerre qu’en temps de paix. Un dernier chapitre est enfin consacré au corpus des inscriptions des portes et de la muraille dont la constitution, amorcée par Jean Sauvaget, puis poursuivie par Janine et Dominique Sourdel, est à l’origine de ce travail.

16L’approche globale ainsi proposée s’inscrit dans la longue durée et permet de livrer dans sa plénitude une nouvelle histoire d’un des monuments les plus riches et les plus complexes que le Proche‑Orient a su préserver.

17N.B. : dans le texte, les nombres ou lettres majuscules entre [ ] renvoient à la localisation des portes, des tours, des moulins ou des fouilles sur le plan de Damas en figure 1.

Notes

1 Actes des Apôtres, IX, 23-25.

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540