Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Préface

Jean Mesqui

Texte intégral

1Les enceintes urbaines, par la complexité de leur étude, attirent en général peu les publications d’envergure : elles impliquent, en effet, des recherches diachroniques difficiles dans les fonds d’archives souvent éparpillés géographiquement, et parallèlement des investigations sur le terrain qui, même en l’absence de fouilles archéologiques, peuvent être une course d’obstacles redoutable, en raison de la difficulté d’accès aux vestiges, ainsi qu’à leurs modifications constantes au fil de leur usage. Enfin, et ce n’est pas le moins, ces vestiges sont souvent presqu’inexistants au-dessus du sol, et ne sont découverts que dans le cadre de fouilles d’urgence liées à des opérations d’urbanisme ou de voirie, d’une façon totalement aléatoire.

2Ceci est aussi vrai en Occident qu’en Orient ; sur le bord est de la Méditerranée, si l’on excepte les grandes études relatives à Byzance-Constantinople (pour laquelle n’existe aucune grande synthèse), ou à Dyarbakir et Rhodes, toutes deux dues au génial Albert Gabriel dans la première moitié du xxe siècle, bien peu de monographies complètes, accompagnées d’une documentation iconographique satisfaisante, ont été publiées dans les dernières années. On en est donc réduit à courir après les articles publiés ici ou là dans les revues spécialisées pour trouver quelques éléments disparates ; du fait que la caractéristique des enceintes urbaines est, en particulier dans les régions orientales, d’avoir vécu sur des espaces de temps dépassant le millénaire, la recherche en est d’autant plus ardue que les publications peuvent intervenir dans des disciplines différentes, en tout cas au point de vue chronologique. J’ai essayé récemment d’effectuer un tel travail pour les enceintes de Césarée maritime, après les travaux de relevé et les fouilles menées par l’équipe franco-israélienne sur le site ; je mesure donc l’ampleur de la tâche qui se présente à toute équipe travaillant sur une enceinte multiséculaire.

3Aussi est-ce avec bien du plaisir que j’ai découvert la belle monographie consacrée par Jean‑Olivier Guilhot, Jean‑Michel Mouton et Claudine Piaton à l’enceinte urbaine de Damas ; lui donner une préface est un honneur, et je m’y prête bien volontiers, d’autant que leur précédent travail consacré au château de Ṣadr dans le Sinaï suffit à attester de la qualité des travaux menés par cette équipe, étant à la fois la présentation d’une superbe découverte, et un modèle du genre dans la qualité de la publication.

4La ville de Damas entre bien dans le champ de ces agglomérations pluriséculaires du Proche‑Orient ; paradoxalement, son enceinte urbaine est pourtant bien peu connue, sans doute du fait que ses vestiges sont peu apparents dans l’urbanisation assez compacte de cette ville, et que, hormis certains éléments symboliques comme la porte Bāb Šarqī avec son arc triomphal antique, beaucoup d’éléments en ont été absorbés dans des constructions plus récentes, ou ont totalement disparu. De plus, les destructions « punitives » de l’enceinte de Damas n’ont pas manqué, à chaque fois qu’un nouveau pouvoir investissait la ville après une résistance des habitants ; mais, comme à l’habitude, le quotidien fait en définitive plus de mal au patrimoine, s’il n’est pas protégé, que des destructions ordonnées par un pouvoir nouveau. J’ajouterai même, non sans quelque tristesse, que plus récemment des restaurations trop brutales ont pu dénaturer certains monuments, au point qu’on se félicite, en définitive, que des photographies anciennes permettent de retrouver l’état originel.

5Pour l’étudier, les auteurs bénéficiaient néanmoins d’une bibliographie assez importante ; on y notera la figure éminente de Jean Sauvaget, orientaliste et historien, archéologue également, qui a tant apporté à la connaissance d’Alep et de Damas ; et celle de Janine et Dominique Sourdel, élèves de Jean Sauvaget, qui entreprirent le recensement des inscriptions épigraphiques de la ville. Il en est bien d’autres, depuis l’allemand Alfred von Kremer qui écrivit en 1854 la première étude sur la topographie de Damas, et sur son enceinte, jusqu’aux publications les plus récentes des fouilles de sauvetage menées par la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie ; de toutes ces études, les auteurs ont su tirer le meilleur pour éclairer l’analyse de chacune des parties de l’enceinte, et aussi pour dresser une synthèse convaincante.

6Un matériau essentiel, pour l’étude d’une enceinte, est évidemment l’iconographie : Damas a bénéficié depuis le milieu du xixe siècle de photographies assez nombreuses, beaucoup d’entre elles constituant aujourd’hui la seule référence pour des ouvrages disparus. Il est heureux que les auteurs publient beaucoup de ces vues, souvent inédites, qui constituent un matériau irremplaçable. Mais à cela s’ajoute les textes et l’épigraphie ; on ne s’étonnera pas de ce que l’équipe ait étudié de près les sources originales, fournissant des traductions personnelles des récits anciens, mais ce qui constitue une avancée majeure est la publication intégrale du corpus épigraphique de l’enceinte, avec les textes en arabe et leur transcription réalisée par les auteurs en corrigeant et en affinant les interprétations antérieures.

7Tout ce matériau assemblé permet dès lors une étude solide, documentée et charpentée de l’enceinte ; évidemment, ce n’est pas le rôle d’une préface que de la résumer, aussi voudrais-je ici en souligner les apports majeurs.

8En premier lieu, les auteurs proposent une approche nouvelle concernant la chronologie des tracés des enceintes successives. De la première enceinte, hellénistique ou romaine, ne subsistent que les portes ; un nouveau tracé est proposé dans l’ouvrage, en tenant compte de considérations topographiques et urbanistiques. Il est à ce jour impossible d’en proposer une datation précise. En revanche, la première enceinte défensive dont subsistent les restes en grand appareil, souvent de remploi, de plan ovoïdal, serait pour eux attribuable à l’époque « protobyzantine », soit au ive ou au plus tard au début du ve siècle ; cette enceinte qui enserrait un périmètre plus étendu que la ville romaine a englobé des zones nouvellement urbanisées, du fait de la croissance de la ville. Elle fut démantelée en 750 après la prise de pouvoir par les Abbassides, mais continua néanmoins d’être entretenue par la suite.

9Le grand restaurateur, ou plutôt le véritable constructeur, de l’enceinte médiévale fut Nūr al‑Dīn ; c’est à lui que l’on doit une bonne partie des défenses, en particulier les tourelles semi‑circulaires, de l’enceinte réédifiée sur les bases byzantines, mais aussi plusieurs portes. De façon très intéressante, les textes attribuent à ce souverain la construction au‑devant de l’enceinte principale d’un mur de la hauteur d’un homme, destiné à en protéger les bases des sapeurs et des mineurs adverses ; or des fouilles récentes ont permis de mettre au jour des restes de ce mur bas en terre – un faṣīl, qui fut dans la première moitié du xiiie siècle englobé dans une fortification plus importante par les souverains ayyoubides.

10Mais bien d’autres souverains intervinrent par la suite pour compléter et agrandir cette enceinte, dotée, outre des fausses-braies, de bāšūra‑s ou barbacanes. L’examen attentif des anciennes photographies et des restes en place permet aux auteurs de distinguer les différentes époques ; pour les spécialistes, un, parmi les nombreux points à relever, est l’identification de mâchicoulis continus à deux consoles dès l’époque ayyoubide dans plusieurs portes et au moins une tour. Ce point mérite l’intérêt, car l’on considérait jusqu’à présent que le mâchicoulis continu est une invention mamelouke ; c’est donc bien une découverte, car, contrairement à ce qui a pu être affirmé, rien n’atteste que ces mâchicoulis aient été ajoutés postérieurement aux constructions.

11L’ouvrage a bien d’autres mérites : outre la remise en perspective des diverses défenses par rapport aux ouvrages équivalents contemporains, il offre une très intéressante analyse du rôle de l’enceinte dans la « sociologie urbaine ». Les murs n’y sont plus analysés en tant qu’éléments architecturaux, mais en tant que marqueurs de la vie urbaine, dans ses rapports avec les souverains, avec l’extérieur, voire avec le mythe : au travers de l’épigraphie et des sources historiques ou des traditions, c’est toute une autre face de l’enceinte qui se présente.

12On aura compris que cet ouvrage renouvelle, sur bien des points, la connaissance de Damas, et plus généralement la place de l’enceinte de Damas au sein des villes fortifiées proche-orientales. Le lecteur, à qui maintenant je laisse le plaisir d’entrer dans ce livre, le découvrira pleinement par lui‑même, sans que j’entreprenne ici une ennuyeuse exégèse. Qu’il me soit seulement permis, en conclusion, de saluer les auteurs de cette belle étude pour leur contribution, une nouvelle fois, à l’étude de la fortification médiévale au Proche-Orient.

13Rueil‑Malmaison, le 14 novembre 2017

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540