Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondations pieuses en mouvement

 | 
Musa Sroor

Préface

Randi Deguilhem

Texte intégral

1Le livre de Musa Sroor sur les fondations pieuses de Jérusalem au cours du dernier siècle ottoman met en lumière les stratégies par lesquelles divers acteurs -publics et privés- ont participé à la transformation du statut des biens waqfs par des voies légales ou illégales.

2Le waqf est souvent comparé à ce qui est connu en Occident comme « fondation pieuse » mais aussi, de façon erronée, comme « fondation de mainmorte » dans la mesure où les propriétés foncières qui lui sont attachées sont soi-disant immobilisées « à jamais » au profit des bénéficiaires désignés par le fondateur, qu’il s’agisse d’institutions religieuses ou sociales ou bien d’individus.

3Documents à l’appui, Musa Sroor démontre qu’il existait en fait une forte mobilité juridique, parfois de nature intercommunautaire, parfois aussi à l’échelle internationale, des biens affectés aux waqfs sur le marché immobilier de la ville de Jérusalem durant les six dernières décennies ottomanes. Ces documents révèlent en effet que les locations de biens affectés aux waqfs aboutissaient assez souvent à une situation où le locataire s’appropriait les biens en question, légalement ou non, les transformant ainsi en une forme de propriété privée. Par le processus de l’istibdâl, l’échange d’un bien waqf avec un autre bien qui n’était pas waqf, produisait aussi une transformation du statut de ces biens, le premier perdant son statut de waqf alors que le deuxième devenait waqf. Cette transformation de statut s’est effectuée en grande partie par le biais des responsables des waqfs dont le premier devoir était d’entretenir les biens des fondations afin de préserver leur rentabilité.

4Cela était le cas pour Jérusalem, comme pour d’autres villes de l’Empire ottoman. Or Jérusalem n’est pas n’importe quelle ville : elle était la capitale d’une province ottomane et une ville sacrée pour les trois monothéismes. À la fin de l’époque ottomane, le waqf y était fortement instrumentalisé par des personnes appartenant aux différentes communautés confessionnelles locales. Mais ce qui compliquait davantage la donne, c’était l’intervention des représentants des instances coloniales européennes, russes et américaines qui y convoitaient terrains et immeubles, et réussissaient à s’y approprier des biens affectés aux waqfs.

5Dans cet ouvrage, Musa Sroor analyse toutes les stratégies complexes relatives à ces questions et reconstitue brillamment les usages de l’institution du waqf par les différents pouvoirs présents à Jérusalem à cette époque. La variété et la quantité de la documentation qu’il étudie sont impressionnantes, mais c’est surtout le talent qu’il met en œuvre pour croiser les informations locales, régionales et internationales qui rend son travail particulièrement remarquable. Il analyse ainsi des documents portant sur les waqfs hiérosolymites consignés dans les registres provenant du tribunal de Jérusalem, aujourd’hui préservés au Centre des archives d’Abû Dîs (quartier de Jérusalem de la Cisjordanie), ainsi que d’autres documents conservés au ministère des Waqfs de Jérusalem, dans les bibliothèques al-Khâlidiyya et du Haram al-Sharîf de Jérusalem mais aussi aux archives de l’Université jordanienne d’Amman. Par souci d’exhaustivité, il examine par ailleurs des journaux contemporains conservés dans les archives précitées et étudie des documents produits par le pouvoir ottoman tels les almanachs annuels (sâlnâmas), ainsi que des documents diplomatiques conservés en France, au Royaume-Uni et en Allemagne. Ce regard diplomatique sur les waqfs et leurs utilisations dans la ville de Jérusalem au cours des dernières décennies ottomanes qui précèdent immédiatement le Mandat britannique sur la Palestine apporte une contribution très précieuse à l’analyse du waqf dans un contexte hautement politisé.

6En tant que directrice de la thèse de doctorat de Musa Sroor, soutenue à l’Université d’Aix-Marseille, préfacer ce livre est un très grand honneur. Nous lui sommes très reconnaissants d’avoir produit cette merveilleuse étude qui fera date, tant sur le plan empirique que conceptuel, et nous l’en remercions vivement.

Auteur

Directrice de recherche au CNRS

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540