Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Quelques réflexions finales en forme d’introduction

Michel Mouton

Texte intégral

1La recherche d'une ressource nécessaire à la survie marque les comportements et infléchit les choix de chaque communauté. L'eau est la ressource vitale sans doute la plus essentielle. Ce n'est que lorsque l'homme en dispose, avec la nourriture, qu'il peut éventuellement se consacrer à d'autres domaines d’activité. Dans les sociétés modernes, en milieu tempéré ou humide, l'eau est naturellement disponible et les hommes ont souvent perdu la conscience de son absolue nécessité ; dans les sociétés traditionnelles en milieu aride ou semi-aride, la quête de l'eau et son approvisionnement sont des préoccupations permanentes. L'importance des techniques et des stratégies d'acquisition peut donc paraître "un critère fluide" (M. Mauss) qui joue un rôle déterminant chez les uns, et qui chez d'autres est marginal et sans incidence sur la manière d'aborder l'environnement naturel et social au jour le jour. Les études de cas réunies ici portent sur le domaine semi-aride du Moyen-Orient ancien et moderne. La quête de l'eau y constitue un élément central de la vie des communautés humaines. Les stratégies d'acquisition de l'eau et le niveau des techniques hydrauliques ont donc une très forte incidence sur leurs modes de vie et de peuplement.

2Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Le premier est bien évidemment l'environnement, caractérisé par le climat et par les données géologiques, géographiques et pédologiques. Chaque milieu naturel offre une accessibilité à l'eau différente. Chaque écosystème requiert donc des techniques et des stratégies différentes. Ces réponses sont apportées par l'homme en fonction de ses connaissances, donc de son histoire et de sa culture. Elles sont tributaires aussi de ses besoins qui, à partir de la révolution néolithique, ont dépassé largement la simple consommation alimentaire. Tous ces facteurs sont déterminants, et rendent relative la notion de difficulté et de rareté. Un exemple donné par M. Godelier l'illustre parfaitement : les aborigènes vivant en milieu désertique en Australie ne disposent que de modestes points d'eau ne pouvant assurer la survie que de petits groupes humains, et pourtant une abondante nappe phréatique coule sous leurs pieds à une profondeur qui leur est inaccessible en raison de leur niveau technique. L'adoption ou la découverte d'une technique d'acquisition de l'eau peut non seulement rendre disponible une ressource, mais aussi favoriser le développement de nouvelles stratégies de subsistance, changer les modes de vie et bouleverser les structures de la société.

3Il est évident que sans l'intervention volontariste de l'homme sur son environnement, à partir de ses connaissances techniques les plus rudimentaires, motivée d'abord par les seuls besoins primaires, la plupart des régions arides et semi-arides du Moyen-Orient n'auraient pas pu être habitées. Les communautés ayant un mode de vie nomade ont partout aménagé des cuvettes, nettoyé des espaces pour concentrer l'eau des pluies, creusé des réservoirs le long de leurs itinéraires habituels. Dès que l'homme a cherché à maîtriser la production de ses aliments en semant pour récolter, il a dû construire son terroir, au bord des sources, sur les berges humides des cours saisonniers, puis sur des terres rendues fertiles artificiellement par une maîtrise de plus en plus grande de la dérivation de l'eau et de l'irrigation. La bonne gestion des systèmes de distribution est vitale à la survie des communautés ; elle a supposé la mise en place de règlements, incluant même des châtiments allant jusqu'à la condamnation à mort dans les sociétés les plus hiérarchisées (voir la contribution de B. Lafont).

4Ce qui frappe avant tout, dans bon nombre des études présentées dans ce volume, c'est la pérennité de tous ces aménagements. Ceux-ci s'inscrivent successivement dans le paysage, chaque peuplement se caractérisant par des besoins et des connaissances techniques particulières. Les communautés enrichissent de manière cumulative leur environnement. À cette image, il faut apporter la nuance nécessaire de l'archéologie en général : on ne retrouve et inventorie que ce qui a survécu au passage du temps. Il ne fait pas de doute que bien des constructions en matériaux périssables ont dû permettre d'acheminer, de stocker, de partager l'eau et bien d’autres installations ont disparu au cours des siècles, après leur abandon. Seules celles creusées dans le substrat ou bâties en pierre et en matériaux minéraux sont parvenues jusqu'à nous. Elles sont devenues les éléments complémentaires d'un environnement naturel. Elles constituent en quelque sorte les touches discrètes apportées au paysage par l'homme pour améliorer sensiblement son habitat. Et chaque individu, ou groupe d'individus, qui temporairement ou durablement va passer sur un territoire ainsi façonné par ses prédécesseurs va profiter de ces installations, sans même parfois en avoir la connaissance technique ; comme si ces bassins, ces retenues, ces réservoirs, ces dérivations faisaient naturellement partie de l'environnement : « les nouveaux occupants profitent "naturellement" d'une ressource pourtant d'origine artificielle » (B. Geyer). Ainsi, nombre de communautés ont fondé leurs stratégies d'acquisition de l'eau sur des installations préexistantes que leur niveau technique et/ou leur force de travail n'auraient pas permis d'aménager (voir les contributions de B. Geyer, F. Braemer & G. Davtian, O. Lecomte, M. Dbiyat).

5La géographie du peuplement en milieu semi-aride et aride est, bien entendu, liée à la répartition des ressources en eau. La recherche de l'eau n'est certes pas la seule variable commandant la répartition des installations ; d'autres choix ont souvent la priorité (itinéraires, autres ressources etc.) qui obligent à un transport de l'eau sur une longue distance (voir F. Braemer & G. Davtian, D. Genequand). Cependant la présence de l'eau reste un critère important dans les sociétés pré-industrielles. Pour cela, les techniques et les stratégies d'acquisition vont être déterminantes dans les choix et les possibilités d'implantation humaine : il faut pouvoir ou savoir accéder à la ressource disponible, sinon celle-ci est de facto inexistante. Ainsi le plateau du Jabal 'Ala en Syrie n'a pu être peuplé que lorsque des puits permettant de capter l'eau des nappes phréatiques ont pu être forés au travers du basalte : ce ne fut donc qu’à partir de l'âge du Bronze, car il fallait pour cela des outils en métal (voir B. Geyer). Seule la maîtrise de systèmes complexes de dérivation et d'irrigation a permis, par ailleurs, le développement de sites villageois en grand nombre dans les vallées des basses-terres de l'Arabie du Sud ou dans la plaine de Misrian en Asie centrale (contributions de M. Mouton et O. Lecomte).

6En combinant cette proposition avec la proposition antérieure, nous nous apercevons que la préexistence de réseaux de l'eau d'un niveau technique avancé a pu favoriser un repeuplement par des populations qui n'auraient pas pu d'elles-mêmes mettre en oeuvre les travaux nécessaires, par manque de connaissances ou de force de travail : c’est le cas, par exemple, du repeuplement de la plaine de Misrian aux époques historiques, qui s’appuie sur le réseau de l'âge du Fer (O. Lecomte), ou plus récemment celui de la région de Salamya à partir des qanats anciens (M. Dbiyat).

7La mise en place et la gestion des systèmes d'acquisition et/ou de distribution de l'eau contraignent les individus et les communautés à l'entente. Elles constituent donc un facteur de cohésion et de structuration sociale. Elles représentent, dans les sociétés anciennes ou traditionnelles, un facteur de complexité et de hiérarchisation, bien avant d'être le fait de la volonté d'un pouvoir central dominant (voir discussion dans B. Lafont). Au Yémen, ce sont les réseaux d'irrigation mis en place par les communautés villageoises qui ont permis d'atteindre la concentration urbaine et la complexité sociale qui ont fait naître un pouvoir politique central (voir M. Mouton).

8Les liens de solidarité autour d'un intérêt collectif se renforcent, en outre, face à un danger possible. C'est le cas dans la situation des groupes sédentaires face à l'instabilité de leur relation avec les groupes nomades. La défense de leur terroir et des ressources qui en permettent l'entretien est un facteur de cohésion très fort entre les groupes sédentaires, de la plus haute antiquité à nos jours (M. Dbiyat).

9Mais c’est aussi parfois l'intrusion d'un pouvoir incontestablement dominant qui va favoriser la mise en place d'un réseau d'intérêt collectif jusqu'alors inexistant, ou bien d'intérêt particulier au détriment de certaines fractions de la population, comme par exemple l'adduction d'eau pour un centre urbain aux époques de la domination romaine et byzantine (voir contributions de J.-M. Dentzer et al. et de J.-B. Yon). Un tel réseau va se surimposer ex nihilo aux plus modestes systèmes traditionnels de l'eau mis en place progressivement par les communautés sédentaires et pastorales qui se sont succédées sur un territoire durant des millénaires. Il est alors possible de lire dans le paysage une géographie hiérarchisée de la maîtrise de l'eau : petites unités de collecte des ruissellements correspondant à des groupes familiaux, réseaux d'irrigation d'un bassin versant correspondant aux besoins d'une communauté villageoise, réseau que l'on pourrait appelé "fédéral", planifié par le pouvoir politique au travers de plusieurs bassins versants pour les besoins urbains ou agricoles d'un centre dominant (J.-M. Dentzer et al.). Ce dernier niveau, imposé en quelque sorte par une autorité qui dépasse largement le niveau du terroir d'où l'eau est extraite, ne répond pas forcément de la meilleure manière aux besoins des hommes et aux conditions naturelles. C'est le cas dans la Syrie d'aujourd'hui, où certaines règlementations de l'État, dictées par des organismes internationaux, ne correspondent pas à la réalité du terrain ; les autorités les imposent néanmoins pour des raisons politiques (voir R. Jaubert et al.).

10L'importance d'une société et des structures du pouvoir qui la régissent ne peut être mesurée à partir des réseaux de l'eau qu'elle a mis en place. L'erreur des modèles qui présupposaient une organisation étatique forte à la formation des grands réseaux d'irrigation complexes a depuis longtemps été démontrée ; bien des systèmes de grande ampleur ont été mis en place par des communautés villageoises et des groupes familiaux élargis ou tribaux (voir O. Lecomte, M. Mouton). Il est vrai, pourtant, que les pouvoirs supra-communautaires, dès l'âge du Bronze, ont su utiliser les moyens dont ils disposaient pour aménager des systèmes de dérivation et de distribution de l'eau qui ont, en général, dépassé en ampleur et en rendement ce qui préexistait. Mais ce qui différencie ces systèmes de ceux construits progressivement par les communautés locales, ce n'est pas la réalité matérielle de leurs aménagements mais leurs modes de gestion. Ces réseaux démesurés ont toujours demandé une gestion fondée sur une autorité politique d'un niveau étatique et n'ont pas survécu à de trop longues périodes d'instabilité politique. En revanche, les systèmes, même de grandes dimensions, développés par des groupes restreints, ont plus souvent traversé les siècles. La gestion communautaire est un gage de bon fonctionnement allant dans le sens de l'intérêt collectif. On constate que, tant dans le cas d'une gestion étatique qu’individuelle d'une ressource commune, l'intérêt personnel prend le pas sur l'intérêt collectif. En effet, les dérivations familiales captent au maximum l'eau des cours temporaires, au-delà des besoins réels ; les sources libres de droits communautaires sont accaparées par les propriétaires des terrains ; et surtout, les pompages individuels prélèvent sans compter, ou en fraudant si une règlementation étatique existe, au risque d'épuiser la ressource ou de tarir les autres moyens d'approvisionnement existant (voir contributions de M. Dbiyat et de R. Jaubert et al.).

11L'emprise des réseaux de l'eau constitue aussi un angle d'approche très pertinent pour l'étude des espaces d'occupation, aussi bien dans les campagnes que dans les villes. En effet, en l'absence de textes ou de témoins, l'historien, le géographe ou l'ethnologue ont souvent des difficultés à définir le cadre spatial d'une communauté, les limites des territoires, les zones d'influence des individus ou des groupes d'individus dans l'espace. Les réseaux de l'eau tracent de manière indiscutable la géographie sociale de ceux qui les ont mis en place.

12Cette proposition est validée par les vastes réseaux d'irrigation qui acheminent l'eau sur des dizaines de kilomètres, ou qui sont alimentés par un bassin hydrographique partagé par de nombreux centres de peuplement (voir O. Lecomte, M. Mouton, J.-M. Dentzer et al.). Elle est confirmée dans les cas plus modestes de simples puits, citernes et autres aménagements sans liens apparents, mais dont la répartition en terrain ouvert suppose des ententes inter-communautaires sur les limites des territoires et sur le respect des droits, des individus et/ou des groupes réduits, sur ces ressources (voir M. Abdulkarim et G. Charpentier, F. Braemer et G. Davtian)). L'exploitation de l'eau ou son acheminement ne peut se faire que sur son propre territoire ou sur un territoire ami. Pour cette raison, ce ne sont parfois pas les sources les plus accessibles à une communauté qui ont été mises en valeur, mais celles qui s'intègrent dans leur espace contrôlé, même si elles sont plus difficiles à exploiter (voir F. Braemer & G. Davtian). Pour s'assurer la maîtrise de la ressource, les communautés doivent garantir leur autorité sur l'espace géographique concerné tout entier. La perte de cette autorité peut entraîner une situation de dépendance, comme ce fut le cas au Déhistan lorsque le pouvoir achéménide prit le contrôle de la tête du réseau d'irrigation et exigea un tribut (O. Lecomte).

13Par ailleurs, lorsqu'une même eau assure la survie de communautés différentes non apparentées, elle devient source de conflits. Car une ligne d'eau dessine un territoire social, un espace partagé, puisque l'eau qui le traverse doit être partagée. Les territoires politiques vont se dessiner le long de cette ligne d'eau, au Yémen par exemple (voir M. Mouton), assurant une stabilité difficile à obtenir si le contrôle de cette ressource est fractionné entre différentes cités-États comme ce fut le cas à l'époque sumérienne archaïque (voir B. Lafont).

14En milieu urbanisé, les réseaux "spontanés" de distribution de l'eau sont le reflet des moyens qui ont pu être mis en oeuvre par un groupe familial élargi ou un quartier, dont ils dessinent par ailleurs les limites spatiales du territoire urbain (J.-M. Dentzer et al.). La mise en place de points d'eau, de citernes, de canaux de distribution ou d'amenée, suppose une entente entre les habitants, un partage de la ressource, des accords de voisinage pour assurer l'acheminement et la collecte de l'eau au travers de la propriété d'autrui (M. Abdulkarim et G. Charpentier).

15Au-delà de ses besoins, l'homme a donné une valeur symbolique très forte à l'eau. C'est une constante universelle, mais qui est d'autant plus sensible là où l'eau est une ressource rare, comme c'est le cas au Moyen-Orient.

16Source de vie, l’eau prend une valeur sacrée. Bien des sources ont été associées aux dieux, et il ne fait pas de doute que pluies et crues, fleuves et rivières dont l'eau était essentielle à la survie ont été vénérés, priés, divinisés par les communautés qui en dépendaient. L’eau prend alors parfois un rôle magique ou médicinal. Ainsi il en est de la source d'Efqa à Palmyre, sans doute aussi en raison de ses qualités sulfureuses (J.-B. Yon). Dans cette dimension sacrée, l'eau peut constituer un pôle de cohésion pour les groupes qui la vénèrent en un lieu, sous la forme de pratiques religieuses collectives périodiques.

17Elle peut aussi avoir un rôle civique important, en particulier dans les sociétés urbaines. A l'époque romaine, par exemple, l'eau est un enjeu politique. Les travaux qu'exigent son approvisionnement et sa distribution sont signifiés par des inscriptions de plus en plus nombreuses à l'époque impériale dans la province d'Arabie (J.-M. Dentzer et al.). Le contrôle de l'eau apporte du prestige aux personnages politiques et renforce leur pouvoir. C'est en partie autour de l'eau que se structurent les classes dominantes en affirmant leur différence par l'effort démesuré de l'entretien d'installations de prestige qui utilisent, pour le plaisir, le luxe, le superflu, cette ressource vitale. Les bains romains en sont la meilleure illustration, mais aussi l'aménagement à la même époque de certaines sources, de fontaines et de nymphées (voir les contributions de M. Abdulkarim et G. Charpentier, J.-M. Dentzer et al., J.-B. Yon). La valeur symbolique de l'eau, comme marqueur du pouvoir, est plus forte encore si l'on touche au monde nomade. Plus que pour tous les autres, l’eau constitue pour les hommes du désert une richesse essentielle. Contrôler l'eau, la posséder pour en faire surgir de luxuriants jardins et l'offrir à ses hôtes, est le meilleur signe de la puissance d'un prince. C'est ce qu'a compris l'aristocratie omeyyade lorsqu’elle a mis en scène son pouvoir dans les palais de la steppe ; les inscriptions qui accompagnent les ouvrages hydrauliques associent les constructeurs à la répartition de cette ressource vitale, et en font ainsi des êtres à part ayant le pouvoir d'apporter la vie en plein désert (D. Genequand).

18On le voit, aborder l'histoire des sociétés sous l'angle de la quête de l'eau apporte des éléments déterminants pour la compréhension de la répartition du peuplement, des stratégies d'adaptation au milieu et de la structuration sociale des communautés. Nombre des choix hydrauliques réalisés par les communautés au cours de leur histoire nous renseignent sur leurs priorités, leur approche du milieu, leur rapport au pouvoir et parfois au sacré. Cette ressource vitale, qu'un simple rayon de soleil fait disparaître, a pourtant marqué durablement de son empreinte les territoires parcourus par l'homme. Nous espérons que les quelques travaux réunis dans ce volume apportent des éléments nouveaux à une réflexion que nous devons encore enrichir par de plus nombreuses explorations de terrain.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540