Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

Le Liban dans sa sous-région : un niveau de développement moyen cachant de considérables disparités

Bruno Dewailly

Résumé

Rive occidentale du Croissant fertile baignant la Méditerranée, la terre du Liban a, des siècles durant, joué un rôle de carrefour et d’interface entre l’Occident et l’Orient proche ou lointain. Ouverte à de multiples influences, la société libanaise a développé des particularismes démographiques et économiques qui ont suscité une orientation tertiaire et assuré au pays un rôle régional de premier ordre (finance, médias, publicité, tourisme) jusque dans les années 1970. Toutefois, sa perte de compétitivité liée à la guerre civile, l’autonomisation des acteurs du Golfe, l’accroissement des mobilités et la dématérialisation des échanges ont durablement relativisé les atouts passés et invitent la société libanaise à repenser son futur.

Texte intégral

Un régime démographique précoce et composite

1À l’échelle du Moyen-Orient, le profil démographique du Liban se rapproche plutôt de ceux de ses voisins européens (Chypre, Grèce). La population libanaise est entrée en transition démographique plus tôt que celles des autres pays arabes. En 2013, l’indice de fécondité du Liban n’était plus que de 1,49 (3 en 1990 et 2,23 en 2000). Certes, tous les pays de la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient ont vu leur taux synthétique de fécondité chuter au cours des 50 dernières années, mais c’est au Liban et dans les Émirats arabes unis (EAU) que cette diminution a été la plus forte (74 % depuis 1960) tandis que, parallèlement, ce taux dans le reste du monde arabe diminuait de 54 % en moyenne. Le vieillissement de la population libanaise s’accélère, renforcé par un allongement de l’espérance de vie et l’émigration soutenue chez les moins de trente ans. Même si on ne dispose pas de données régionalisées sur la fécondité, on sait que cette moyenne masque de fortes variations en fonction du niveau socio-économique et des régions. En effet, en 2009, la taille moyenne des ménages est de 5,3 dans les cazas périphériques défavorisés de Minié-Danniyé et de Akkar, contre 3,3 à Beyrouth.

Figure II-2 : Taux de fécondité en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2013

Figure II-2 : Taux de fécondité en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2013

Une économie tertiaire et rentière

2À l’instar des économies des pays du Proche-Orient, les activités au Liban sont principalement tertiaires (commerce, services financiers). Selon les nomenclatures, elles représentent entre les 2/3 et les 3/4 de la valeur ajoutée. Les activités du secteur bâtiment et travaux publics (BTP) dominent un secteur secondaire amoindri par des conjonctures internationales continuellement instables. À la différence des pays rentiers du Moyen-Orient, des Israéliens et des Chypriotes, les ressources fossiles off shore ne font pas encore l’objet d’exploitation. En déclin depuis la fin des années 1960, les productions primaires libanaises pèsent peu mais constituent un secteur porteur pour l’avenir. Actuellement, le profil économique du Liban se résume à quatre caractéristiques : une faible mise en valeur des atouts naturels (climat, eau), une instabilité régionale larvée, une dépendance aux rentes externes et internes (rente pétrolière, remises diasporiques, rentes foncière et immobilière) et les surcoûts sociaux qui en résultent. Les difficultés économiques se traduisent par un PIB courant/hab. de l’ordre de 10 000 $ en 2014, lequel cache d’importants écarts de répartition des richesses. Elles interrogent sur la durabilité de son modèle de croissance.

Figure II-3 : Montant et composition sectorielle des PIB en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2014

Figure II-3 : Montant et composition sectorielle des PIB en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2014

Figure II-4 : PIB par habitant en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2014

Figure II-4 : PIB par habitant en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2014

Un niveau de développement humain recélant de fortes disparités internes

3Onzième pays de la sous-région et premier pays arabe non producteur d’hydrocarbures selon l’indice de développement humain (IDH =0,765 en 2014), le Liban a un niveau élevé qui est surtout fonction d’une longue espérance de vie (79,4 ans en 2015 selon l’OMS) et d’un haut niveau des sous-indices éducatifs (malgré une éducation publique peu réputée). Toutefois, la société libanaise se distingue par des disparités de richesse et scolaires très marquées, plutôt représentatives des extrêmes régionaux. Ainsi en 2014, l’IDH ajusté aux inégalités (IDHI) n’est plus que de 0,606 (-30 % lié aux inégalités de revenu et -24 % aux inégalités scolaires).

Figure II-5 : Indice de développement humain en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2013

Figure II-5 : Indice de développement humain en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2013

Table des illustrations

Titre Figure II-2 : Taux de fécondité en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11526/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure II-3 : Montant et composition sectorielle des PIB en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11526/img-2.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure II-4 : PIB par habitant en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11526/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure II-5 : Indice de développement humain en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11526/img-4.png
Fichier image/png, 53k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540