Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Conclusion

Texte intégral

1Au moment de conclure ce travail, on ne peut manquer de souligner un paradoxe. En général, la réalisation d’un atlas, en tant qu’inventaire cartographique raisonné d’un pays, se produit dans des moments d’affirmation étatique. Les atlas sont en effet des symboles de souveraineté à travers l’exhibition cartographique des frontières nationales et des formes territorialisées de l’action de l’État. Leur réalisation même est conditionnée par la possibilité d’accès à des ressources informationnelles dont la production résulte du processus de contrôle et de gestion d’un État sur son territoire. L’Atlas du Liban ne correspond pas à cette situation même si c’est une institution publique, le Conseil national de la recherche scientifique du Liban, qui est à l’initiative de cette réalisation.

2Le Liban traverse aujourd’hui une période de forte déstabilisation à la fois interne et externe. Ses institutions marquées par la vacance du pouvoir apparaissent plus impuissantes que jamais depuis la fin de la guerre civile (1991). En témoignent à la fois les crises majeures de la fourniture des services publics (eau potable, électricité, déchets) et la gestion désordonnée et inefficace de l’urbanisation qui entraîne pollution, exposition à des risques majeurs et dilapidation des biens publics que sont les espaces naturels et agricoles et l’accès au littoral. L’État apparaît aussi largement impuissant face à l’arrivée soudaine et à l’installation selon toute vraisemblance durable d’une population massive de réfugiés syriens représentant environ un tiers de la population résidente libanaise et qui s’ajoute notamment aux réfugiés palestiniens présents depuis 1948. L’arrivée de cette population déracinée et largement dépourvue de ressources vient aggraver une crise sociale déjà dramatique, avec des niveaux de pauvreté au plus haut.

3Face à ces évolutions, l’État libanais se révèle largement aveugle, faute de disposer d’outils d’observation. Leur absence même témoigne du désintérêt des élites politiques pour ces questions. Ainsi, l’État continue à limiter les moyens et les programmes de son administration des statistiques dont les collectes de données sont dépendantes de la coopération internationale. La population résidente et ses caractéristiques socio-démographiques élémentaires sont très mal connues, notamment dans leur répartition géographique, ce qui explique une lacune sans doute surprenante dans un tel ouvrage. Le paradoxe étant alors que la population réfugiée est beaucoup mieux cernée, dans sa composition sociale, sa répartition spatiale et ses conditions de vie, que les Libanais.

4On pouvait craindre, en lançant ce projet, que le Liban comme pays n’existe plus au moment de son achèvement, de même que la Syrie a largement implosé depuis 2012, et en raison même des contrecoups de cette crise syrienne au Liban. Certains observateurs, tout en reconnaissant ces fragilités, prônent la patience et espèrent que le Liban pourra éviter d’être entrainé dans le tourbillon mortifère qui enveloppe la région. L’espoir de trouver et d’exploiter le gaz off shore, comme les voisins israéliens et chypriotes, soulève même l’espérance que le pays pourrait trouver les moyens d’un développement économique moins dépendant. Mais c’est un pari bien incertain et un enjeu majeur dont la bonne gestion est une nécessité pour les futurs gouvernements. Sans se voiler la face concernant l’ampleur des défis existentiels que le Liban doit affronter, on peut au terme de l’enquête relever plusieurs dynamiques qui permettent au Liban de tenir, sinon en tant qu’État, du moins en tant que pays.

5La première de ces dynamiques est l’insertion économique régionale et mondiale du Liban et ses liens avec sa diaspora. L’existence de celle-ci est certes un produit de la crise économique structurelle du pays, et elle le prive des compétences d’une partie de sa jeunesse. Mais en contrepartie, ses remises monétaires assurent au pays des ressources qui contribuent aux besoins d’une partie de la population.

6Le dynamisme de la société civile libanaise constitue un deuxième atout majeur pour le pays. Même si ce terme est loin d’être clair, on peut observer qu’au Liban, les citoyens, contraints de faire sans l’État, usent des ressources que leur offre l’appartenance à plusieurs types de réseaux sociaux, qu’ils soient professionnels, militants, scientifiques, parfois aussi confessionnels, pour asseoir leurs protestations contre les actions de l’État et des acteurs qui accaparent la violence et le pouvoir comme pour imaginer des répliques et des alternatives. Ces initiatives critiques produisent de la connaissance, dont cet atlas s’est nourri pour donner à voir les mobilisations visant la défense et la promotion de certains droits civiques ou la protection de l’environnement et des biens publics. On peut penser que face aux forces qui cherchent à enrôler la population du Liban dans une logique de division politique et confessionnelle, de larges segments de la société libanaise, instruits des erreurs et des dérives fatales de la guerre civile, opposent une résistance qui contribue à la résilience du pays à travers les crises qu’il traverse.

7Au sein de ces initiatives civiles, et au risque de généraliser, il nous semble nécessaire de compter le dynamisme dont font montre de nombreuses collectivités locales. Certes, l’organisation municipale et supramunicipale n’est pas exempte de défauts. On peut notamment citer le fait que nombre de citoyens ne peuvent voter au lieu où ils résident mais sont assignés au lieu d’enregistrement de leurs ancêtres. Cette désarticulation est sans doute une cause essentielle de la mauvaise gestion de certains services publics, en raison de la capture de l’action publique au bénéfice d’une élite municipale dont les intérêts ne recoupent pas toujours ceux des usagers effectifs des territoires locaux. Pour autant, les échelons locaux de l’action publique sont le lieu d’initiatives multiples visant à résoudre des questions concrètes, ce qui passe par des partenariats et des alliances peu spectaculaires et qui, surtout, échappe aux prismes ordinaires de lecture de l’action publique au Liban, focalisés sur les enjeux politiques nationaux et confessionnels. En consacrant la dernière partie de cet atlas à ces réalisations locales modestes mais concrètes, notre équipe entend souligner leur potentiel et la nécessité de réfléchir à renforcer la capacité d’action de ces institutions locales.

Figure C-1 : Processus participatif au moment de la concertation pour la reconstruction du camp de Nahr al-Bared (source: Ismael Sheikh Hussein, 2008)

Figure C-1 : Processus participatif au moment de la concertation pour la reconstruction du camp de Nahr al-Bared (source: Ismael Sheikh Hussein, 2008)

Table des illustrations

Titre Figure C-1 : Processus participatif au moment de la concertation pour la reconstruction du camp de Nahr al-Bared (source: Ismael Sheikh Hussein, 2008)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 749k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540