Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’artisanat du métal à Alep

 | 
Moheb Chanesaz
, 
Ella Dardaillon
, 
Jean-Claude David

CONCLUSION

Texte intégral

  • 1 Bijouterie et orfèvrerie sont un secteur de la métallurgie traditionnelle particulièrement dynamiq (...)
  • 2 Pourtant à une époque ancienne, entre le xve et le xviiie siècle, les savonneries, les tanneries, (...)

1À la question posée au début de cette réflexion, sur la capacité d’intégration de la nouveauté dans la petite métallurgie traditionnelle du souk, la réponse qui transparaît à travers nos dix monographies et les autres enquêtes réalisées est d’abord un constat d’arrêt de l’évolution qui était perceptible dans les périodes antérieures 1. Les changements des moyens de production, dans le sens d’une amélioration de la productivité, qui avaient été réalisés autrefois et notamment à la fin de l’époque ottomane, pendant le Mandat français et les premières décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale pour répondre à une augmentation de la demande, permettaient un développement modéré des activités sans changements structurels, pour des produits encore adaptés à la demande. Mais ils ne pouvaient pas préparer une véritable mise à niveau et encore moins une industrialisation, sans doute irréalisable dans les souks 2. Pourtant l’utilité de ces ateliers avait été évidente et se prolongeait dans un contexte de protection étatique de l’économie nationale et pour la production de substituts aux importations. 

  • 3 Les mortiers en bronze que l’on pouvait voir dans toutes les cuisines et sur les étagères des fond (...)

2Ensuite l’activité du secteur de la petite métallurgie traditionnelle des souks avait bien décliné dans les deux décennies qui ont précédé la guerre actuelle : nous avons noté lors de nos enquêtes que beaucoup d’ateliers des souks al-Nahhasin et de Bab al-Hadid étaient fermés – fermetures temporaires ou définitives, ou activité réduite. L’organisation du travail et les processus de fabrication n’évoluaient pratiquement plus et certaines productions anciennes ne trouvaient plus de clientèle 3

Figure 215 : Bawabet al-Qassab, une entrée du quartier ancien de Jdeideh.

Figure 215 : Bawabet al-Qassab, une entrée du quartier ancien de Jdeideh.
  • 4 Les dinandiers de cuivre fournissaient essentiellement des objets de vaisselle étamés à usage quot (...)

3Traditionnellement ces ateliers fournissaient des objets du quotidien utiles à la population. Les quelques branches d’activité groupées dans ces souks intéressaient différentes clientèles 4, essentiellement des utilisateurs de vaisselle en cuivre étamé à usage quotidien, plus appréciée autrefois que la terre cuite ou la porcelaine, mais la vaisselle en cuivre coûte cher ; elle est aujourd’hui souvent remplacée par des objets en aluminium, inox et matières plastiques, fabriqués dans des ateliers situés hors du contexte des souks. Pour les ustensiles de cuisine et l’outillage professionnel, les  artisans forgerons exposent maintenant à côté de leur production un choix de produits importés de Turquie, d’Europe Centrale, de Chine ou du Sud-Est asiatique, etc. (fig. 216). L’apparence de ces objets sur lesquels les traces du travail sont moins visibles les fait-elle préférer aux objets fabriqués localement parfois plus bruts ? Les prix des objets importés sont-ils inférieurs? Diverses raisons peuvent faire préférer soit les importations, soit les produits locaux : le choix existe maintenant alors qu’il y a une cinquantaine d’années les produits locaux dominaient le marché. Mais la clientèle traditionnelle réduite, pourrait être parfois remplacée par d’autres clientèles (touristes, amateurs d’objets d’art et de décor). 

Figure 216 : Deux forgerons en action dans leur atelier du Souk Bab-al-Hadid. Divers objets exposés sont importés (pelles, fourches, marteaux...) à côté des productions de l’atelier.

Figure 216 : Deux forgerons en action dans leur atelier du Souk Bab-al-Hadid. Divers objets exposés sont importés (pelles, fourches, marteaux...) à côté des productions de l’atelier.

4Comment évoluer ? Si la demande traditionnelle faiblit, les ateliers disparaissent ou doivent opérer des mutations de leurs espaces, de leurs localisations et de la production.

  • 5 Sur l’institution ancienne des waqf-s, voir la note 1 p. 26.

5Huit des ateliers qui ont été présentés ici font partie d’un souk. L’atelier du souk est difficilement extensible du fait de la contrainte d’une division parcellaire intangible dans le système ancien dominant des waqf-s 5. Pour augmenter la production il faudrait augmenter le rendement dans chaque atelier ou bien ajouter d’autres ateliers dans une extension du souk. Ainsi, le Souk al-Nahhasin des dinandiers et des forgerons a-t-il été prolongé vers l’est au cours de la première moitié du xxe siècle, le long de la même rue, aux dépens des rez‑de‑chaussée d’habitations, pour permettre l’installation de nouveaux ateliers de forgerons et de dinandiers, les deux spécialités principales existantes, auxquels se sont ajoutés des ferblantiers, des fabricants de poêles à mazout, puis d’objets en pneus recyclés (récipients, couffins, etc.). Le prolongement des souks et la création de nouveaux souks à proximité ou ailleurs dans la ville, pratiqués encore il y a un demi-siècle, ne semblent plus maintenant suffisants pour stimuler l’augmentation de la production ou son évolution sauf pour des souks de produits alimentaires ou de consommation domestique et les bijoutiers (Boissière 2014, p. 305 à 317). De plus, les règlements municipaux imposaient le déplacement des activités de fabrication dans des zones artisanales ou industrielles en dehors des quartiers anciens : la question se pose alors de la conservation et de la mise en valeur de l’artisanat traditionnel dans ses lieux d’origine. 

  • 6 Sans doute des activités comparables ont-elles existé dans d’autres villes, notamment à Damas?
  • 7 Ces quartiers ont été construits essentiellement pendant le Mandat français et densifiés par la re (...)
  • 8 La fabrication de triporteurs, «Tertera» dans la terminologie populaire, a été très importante à A (...)
  • 9 La loi n° 10 (édictée le 4 mai 1991) joue un rôle important dans le développement de l’économie (B (...)
  • 10 Si l’essentiel des investissements considérables réalisés dans les années 1970 dans la métallurgie (...)

6Un exemple déjà ancien de tentative d’évolution vers un niveau de production supérieur à celui de la boutique de souk, qui aboutit finalement à un échec, a été la mise en place d’une chaîne de montage artisanale d’autocars, significative des difficultés d’adaptation aux exigences de dimensions et de modernisation du secteur privé de la métallurgie (mécanique automobile et tôlerie). Dans les années 1980, un atelier de montage d’autocars 6 est ouvert dans le quartier moderne de Souleimaniyé ou du Midan 7 à Alep. L’initiative vient sans doute d’un entrepreneur arménien disposant de capitaux, du savoir-faire, et capable de constituer une équipe d’ouvriers dans ce quartier de la mécanique automobile. Cette entreprise ne disposait pas d’un hall adapté à son activité : l’espace de travail était constitué seulement de quelques grandes boutiques au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation, plus vastes que des cellules de souk traditionnel. Chaque boutique abritait l’avant d’un autocar en cours de fabrication, le reste du châssis dépassant sur le trottoir et dans la rue (large et peu passante). Les cinq ou six carcasses étaient des états plus ou moins avancés de construction, comme dans une chaîne de montage. La base de la fabrication était constituée des ensembles châssis-moteurs importés, de marque Scania. L’essentiel du travail était la carrosserie et l’aménagement intérieur. Plus anciennement ou dans d’autres cas (pour les autocars populaires hop-hop), le châssis même pouvait être fabriqué sur place, équipé d’un moteur importé 8. Ces ateliers alépins ont disparu après plusieurs années de fonctionnement, quand il est devenu plus facile d’importer des bus complets, d’occasion ou neufs, sans doute dans le cadre de la loi numéro 10 9. Dans ce cas exemplaire, la petite fabrication locale n’est donc pas devenue une industrie moderne, mais s’est simplement éteinte 10.

Figure 217 : Une rue du Souk al-Nahhasin.

Figure 217 : Une rue du Souk al-Nahhasin.

De la petite métallurgie traditionnelle du souk aux ateliers moyens semi-industrialisés : plus qu’un déplacement, un changement de nature

  • 11 Boissière 2014 et Métral 2014.

7Un déplacement des ateliers de souks qui faciliterait l’accès à des espaces de travail plus vastes pourrait favoriser l’évolution, aider à passer à une autre échelle en sortant de la ville ancienne dense. De tels déplacements peuvent sembler utopiques, au sens propre du terme, car les artisans du souk sont des héritiers de leur quartier, de leur famille, de leurs locaux. Ils sont connus et repérés pour leur expertise dans leur spécialité, certains pour la complémentarité de leurs fabrications avec d’autres productions dans le même souk (par exemple les lames de couteau et les manches en bois). Ils craignent des changements dans lesquels ils perdraient certains de leurs principaux atouts : le fait d’être connus et d’inspirer la confiance, des qualités de visibilité et de proximité indissociable du souk 11

8Les nouveaux ateliers que nous avons appelés de métallurgie moyenne semi-industrialisée, dont nous décrivons deux exemples – des fonderies localisées hors des souks et loin de la ville ancienne – dans des zones artisanales et industrielles, ne répondent pas aux besoins domestiques de la population comme le faisaient les artisans du souk. Ils trouvent leur place dans le nouveau système économique global de la ville et du pays et s’articulent avec d’autres niveaux de l’économie en cours d’industrialisation, comme sous‑traitants ou fournisseurs d’entreprises plus importantes. Ils produisent, avec les mêmes technologies que celles du souk (moules en sable), des pièces de plus grande dimension et en plus grandes séries, en fonte et en acier, rarement en bronze, destinées généralement à des montages mécaniques (moteurs, machines), dans d’autre secteur d’activité. Ils font partie de la petite industrie et non plus de l’artisanat. Ils perpétuent pourtant un rapport artisanal au travail, mais avec un nombre de travailleurs par atelier en moyenne trois ou quatre fois supérieur à celui d’un atelier du souk ou de l’atelier des dinandiers de la qaysariyya (page 42). Ils conservent souvent une base familiale ou locale, pratiquent un mélange de techniques anciennes et modernes et perpétuent certaines pratiques traditionnelles d’organisation de l’espace du travail (ateliers E1 et E2 de notre étude). 

9La fonderie/aciérie al-Ittihad où nous avons enquêté fonctionne avec deux fours électriques à induction et un pont roulant. Ces aménagements la font entrer dans une autre catégorie d’entreprise même si par ailleurs elle reste tributaire de méthodes plus anciennes pour la coulée des lingots de fonte et pour la fabrication des moules en sable par des ouvriers qui travaillent assis sur le sol comme les artisans du Souk al-Nahhasin. Une part essentielle du travail reste fondée sur l’énergie musculaire humaine sans assistance de motorisation. L’automatisation est absente ; les outillages modernes de métallurgie (tours et machines-outils à commandes numériques) sont également inaccessibles : toutefois le travail presse‑bouton existe dans la métallurgie semi‑industrielle (fig. 190, 199, 203) alors que l’automatisation complète apparaît surtout dans les usines textiles et dans d’autres entreprises de haut niveau technologique dont ne font pas encore partie la petite et moyenne métallurgie. 

  • 12 S’agissait-il d’une situation de « développement bloqué » dont parle Gilbert Achcar dans son ouvra (...)
  • 13 Sur les processus équivalents de création d’entreprises dans le textile, voir Cornand 1984 et 1994 (...)

10Le niveau industriel de la métallurgie est représenté à Alep essentiellement par l’usine de montage de tracteurs agricoles installée au début des années 1970 dans le cadre du quatrième plan quinquennal (voir note 10, p. 177 et note 11 p. 23). Il s’agit d’une entreprise d’État. Cette usine fonctionnait et se développait avant 2011; elle avait prévu une production de 3000 unités de tracteurs en 2007, à peu près trois fois plus que les importations de tracteurs en Syrie à la même époque. Ainsi, contrairement à l’industrie textile qui a développé tous ses niveaux d’activité, la métallurgie alépine se cantonne dans des entreprises petites ou moyennes et n’a créé que très peu d’entreprises industrielles. Pourtant il semble que les entreprises très petites ou moyennes de la métallurgie soient beaucoup plus présentes à Alep qu’ailleurs dans le pays ou dans des pays plus développés. Elles étaient beaucoup plus visibles en tout cas du fait de leur regroupement en souks et surtout en quartiers spécialisés dans des zones d’habitat illégal. L’importance du travail illégal, des entreprises informelles et de l’économie au noir, dans des quartiers informels ou non, est remarquable. Cette économie populaire est caractérisée à la fois par un fort dynamisme de la population, et un certain retard technologique, et par la nécessité des passe-droits et des compromissions, devenus institutionnels 12, mais elle constitue un début de solution à un chômage très important. Sans doute le développement de ces ateliers est-il essentiellement une réaction de la société qui reprend et développe à l’échelle d’une ville de trois millions d’habitants 13 des activités économiques nées dans la ville ancienne de cent cinquante mille habitants.  

11Dans une nouvelle répartition des niveaux de l’activité, la métallurgie moyenne en ZA (Zone Artisanale ou Zone d’Activité artisanale) est le secteur dynamique et sans doute producteur et formateur de main d’oeuvre, tandis qu’une grande usine comme celle des tracteurs reste exceptionnelle. La spécificité irréductible de la petite métallurgie traditionnelle en souks pourrait-elle lui permettre de subsister à côté des deux secteurs plus productifs et mieux intégrés de l’industrie métallurgique et de la nouvelle métallurgie moyenne comme un secteur culturel et populaire témoin d’une activité de production ancienne ?

Figure 218 : Cour du Khan Utch Khan. Au fond de la cour, la savonnerie.

Figure 218 : Cour du Khan Utch Khan. Au fond de la cour, la savonnerie.

La petite métallurgie traditionnelle, une valeur culturelle et patrimoniale ? 

12La part de cet héritage urbain que représente la petite métallurgie des souks se réduit en même temps que disparaît la société traditionnelle des quartiers anciens. Sa valeur culturelle et patrimoniale ne pourrait-elle pas pourtant être un facteur de redynamisation? Avant 2011, il y a presque toujours dans les petits ateliers de métallurgie du souk un adulte et un travailleur jeune formé ou en formation, le fils ou un apprenti ; si certains ateliers ferment et disparaissent, d’autres évoluent à la recherche d’un nouveau statut dans la ville et dans l’économie globale ; c’était le cas de la petite entreprise de dinanderie de Moustafa Nahhas Mohandes avec ses trois locaux (A1a, A1b, A1c), que nous avons analysée, dont la finalité s’inscrivait avant la guerre actuelle dans de nouveaux circuits commerciaux ouverts sur l’exportation et sur une clientèle de touristes et d’amateurs par exemple dans les émirats du Golfe, circuit passant souvent par la capitale, Damas. Ces artisans, forgerons, dinandiers et les autres sont fiers de leur travail et aiment le faire voir et en expliquer la richesse. Le déclin de leur activité est leur désespoir. 

13Pendant les deux décennies passées, au moment où la mécanisation, la modernisation et l’automatisation se développaient particulièrement dans les divers secteurs du nouveau textile, des artisans de la petite métallurgie dans les ateliers du souk et en ZA très qualifiés dans leur domaine avaient maintenu et adapté des technologies pauvres en apparence, proches du corps et peu mécanisées, productrices d’emplois, comme dans d’autres régions de ce qu’on appelait le Tiers Monde, mais en pratiquant leurs métiers comme un art personnel et collectif d’atelier. Dans cette pratique ancienne du travail qui perpétuait des techniques antérieures à la mécanisation, le corps fonctionnait comme une préfiguration de la machine. Dans nos monographies nous voyons que la force musculaire reste le principal moteur des outils, et que la totalité du corps joue le rôle du bâti porte outils : la mécanisation avec la connexion de multiples axes-moteurs sur la machine-outil puis l’adoption de la commande numérique et la mise à distance du corps n’ont pas cours dans  ces ateliers et restent toujours étrangères à ce mode de production. 

  • 14 Bianca 1980, mission UNESCO.
  • 15 GTZ est l’Agence allemande de coopération (Deutsche Gesellschaft Für Technische Zusammenarbeit) qu (...)
  • 16 La restauration architecturale du Qabou al-Najjarine au souk de Bab al-Hadid est significative de (...)

14Dans les années 2005-2009, au moment de notre enquête, peu avant la guerre actuelle, l’accès à ce statut de patrimoine culturel était contrarié par une valorisation systématique de la contemplation du patrimoine urbain architectural et artistique, un regard polarisé par les monuments. La réalisation du  dégagement du front ouest du mur de l’enceinte médiévale, où se trouvaient la porte d’Antioche (Bab Antakya, d’architecture ayyoubide) et plusieurs tours, commençait alors, entraînant le déplacement des activités installées depuis des siècles au pied du rempart et la démolition de ces locaux considérés comme parasites, décision allant à l’encontre des mesures préconisées par l’architecte et urbaniste Stefano Bianca en 1980-82 14, qui prônait la conservation des activités humaines avant tout, plutôt que le dégagement du patrimoine matériel aux dépens du patrimoine vivant. Ce nettoyage a entraîné la disparition de plusieurs dizaines d’artisans en boutiques (forgerons et autres) ou installés sur les trottoirs (souk en plein air de cordonniers réparateurs de chaussures, avec leurs machines à coudre). Les forgerons ont déménagé dans des zones artisanales en périphérie, décision qui tenait compte de leur utilité mais ignorait le caractère patrimonial, culturel et éventuellement la valeur d’attraction populaire et touristique de leur activité. Le règlement appliqué était celui, déjà ancien, qui visait à déplacer toutes les activités de fabrication hors des quartiers d’habitation et notamment des quartiers anciens. Pour le secteur étudié dans le cadre du « Projet Vieille Ville » qui concernait l’essentiel des vieux quartiers, l’administration municipale, sous l’impulsion de l’organisme allemand de coopération GTZ 15, préconisait pourtant le maintien des activités économiques, notamment de l’artisanat. Au même moment, un programme de restauration visait à remettre en état l’architecture visible (façades dans l’espace public) des bâtiments riverains du Souk al-Nahhasin et prenait donc en considération l’existence de ces artisans, non protégés eux-mêmes comme patrimoine, mais qui demeuraient dans leur cadre d’activité, cadre classé depuis les années 80 16

15La guerre actuelle remet en question ces programmes en cours. Non seulement les souks de forgerons et dinandiers sont détruits, mais les destructions matérielles, humaines et sociales touchent l’ensemble de la société, maintenant déstructurée et anéantie. Mais la fin de la guerre, qui doit arriver, s’accompagnera de reconstructions qui devront être à la fois des retours sur la mémoire, des redécouvertes et des inventions de nouveaux rapports au passé comme richesse pour le présent. 

Figure 219 : Une maison de Bawabet al-Qassab.

Figure 219 : Une maison de Bawabet al-Qassab.

Le corps humain comme une machine-outil ? Technologies, attitudes corporelles, espaces, dans les ateliers de métallurgie traditionnelle à Alep

  • 17 La coulée d’acier dans des rigoles en sable pour mouler des lingots (gueuses) est utilisée dans l’ (...)

16L’importance ancienne du corps dans les petits ateliers de métallurgie du souk ne disparaît pas totalement dans la phase actuelle de mécanisation partielle de certains grands ateliers : dans les deux ateliers de fonderie en ZA (métallurgie moyenne semi‑industrialisée), présentés ici, le pont roulant est une aide pour le transport et la coulée du métal en fusion qui restent en partie manuels ; les manipulations des moules à sable pour la coulée des gueuses rappellent encore une phase d’industrialisation ancienne en Europe et aux États‑Unis qui restait très corporelle 17. La fabrication des moules et leur manutention sont manuelles. 

17Par contre, le travail au tour, dans d’autres ateliers, est un travail debout, même sur des machines qui restent à commandes manuelles et dont les connexions avec le corps sont très limitées ; et cela, contrairement au travail sur un tour traditionnel à archet pour lequel le corps est à la fois le moteur et le bâti de la machine, y compris les pieds qui jouent aussi un rôle important. Au contraire, les grandes usines implantées récemment par dizaines pour le textile, le tissage, la teinture, l’apprêt et la confection, détruites par la guerre actuelle et les pillages, étaient très automatisées et instituaient un rapport différent, très distancié, entre le corps de l’ouvrier et la machine.

La mise à distance du corps ou l’intégration du corps au dispositif technique (voir chapitre 6)

  • 18 Les machines à coudre, Singer, manuelles, conçues pour travailler en étant assis par terre sur un (...)

18Une autre mutation essentielle dans le travail avant la guerre actuelle semblait être l’évolution des attitudes, avec la disparition progressive du travail traditionnel assis au sol au profit du travail debout ou assis sur un siège. Cette mutation significative est indissociable d’un ensemble de changements, à l’échelle de l’atelier comme à celle de la ville, conséquences du progrès apporté par la mondialisation, de la diffusion d’une économie de la consommation et d’une recherche de la rentabilité. Le changement est global mais concerne essentiellement l’architecture de l’espace domestique, avec l’introduction du mobilier. Certains ateliers du textile et notamment de la confection, les moins automatisés du secteur, qu’ils soient de petits ateliers de quelques travailleurs ou de grands halls rassemblant des dizaines de postes de travail, offrent maintenant des postes assis sur une chaise « normale 18» , devant des machines à coudre et d’autres machines importées, ou du travail debout. 

La part des petits investisseurs familiaux ou celle des systèmes financiers pyramidaux (systèmes de Ponzi) et celle des grands investisseurs associés avec le régime syrien

19À Alep et dans le pays en général, les entreprises peuvent se caractériser par leur système d’investissement et l’origine de leurs capitaux : les différents types d’entreprises ainsi définis coexistent et communiquent ou sont étanches les uns aux autres. Ainsi les entreprises de la métallurgie peuvent être classées schématiquement en plusieurs catégories suivant les formes d’investissements qui leur permettent d’exister : la petite métallurgie traditionnelle du souk, les ateliers de métallurgie moyenne semi-industrialisée, les grandes entreprises modernes produits de l’investissement capitaliste, enfin les entreprises d’État. Elles sont aussi caractérisées notamment par des procédés de fabrication, d’organisation du travail dans l’atelier et des attitudes corporelles au travail. La petite métallurgie traditionnelle du souk et les ateliers moyens semi-industrialisés fonctionnaient avec des investissements pouvant aussi être qualifiés de traditionnels ou populaires, constitués dans les quartiers par des voisinages et des familles qui ignoraient ou refusaient la banque et l’emprunt. Ces modes de circulation et d’accumulation de capital ont aussi trouvé un développement et une ouverture dans les systèmes pyramidaux qui ont fonctionné à Alep notamment entre 1980 et 2009. 

Figure 220 : Portail d’entrée du Khan Utch Khan.

Figure 220 : Portail d’entrée du Khan Utch Khan.
  • 19 Boissière 2014, p. 297 à 317, et David 2014a.
  • 20 Le promoteur illégal réserve en général une grande parcelle dans la meilleure localisation pour co (...)
  • 21 Pour le textile dans les années 1990 et l’ouverture économique en Syrie, voir Jocelyne Cornand 198 (...)

20La coexistence de l’habitat et des activités de fabrication se perpétue, plus ou moins reflétée par la carte des zones artisanales et industrielles, dispersées sur une grande partie de la ville. Les activités économiques, souvent localisées à l’intérieur des quartiers populaires et informels et sur leurs marges, sont des émanations directes de la population habitante qui s’autofinance et crée elle-même une partie de ses emplois, à sa propre échelle et dans son propre environnement. Les petits ateliers du souk, les quartiers de Kallasé, Cheikh Maqsoud,  Cheikh Khoder, parmi beaucoup d’autres sont représentatifs de cette dynamique, souvent informelle et marginale, parfois en marge de la légalité, comme les ateliers de cordonnerie (turkmènes et kurdes) dans le quartier informel de al‑Hellok 19. Les problèmes de pollution ne sont pas pris en considération : habitat, artisanat et commerce sont entremêlés malgré l’existence des zonages définis par les plans directeurs de la Municipalité. Mais ne nous y trompons pas : cette organisation illégale met aussi en œuvre des comportements qui ont leurs raisons d’être, leurs propres règles tacites, leurs nécessités et qui peuvent être qualifiés de pré-légaux plutôt que d’illégaux, qui sont peut-être l’un des héritages les plus riches de la ville ancienne (voir Sakkal 2014). Les quartiers illégaux, qu’ils soient voués à l’habitat, à des activités économiques ou bien à un mélange des deux, sont le produit souple et évolutif de l’action de promoteurs clandestins, en quelque sorte des aménageurs populaires qui malgré leurs déficiences 20 se substituent en partie à l’État et à la Municipalité (qui laissent faire, plus ou moins conscients de leur carence). En l’absence d’emprunts bancaires, les processus d’investissements, que ce soit pour réaliser son logement, une boutique ou un atelier, passent par des solidarités familiales, intergénérationnelles. La réalisation d’un projet prend des années, en fonction de la reconstitution périodique du capital disponible par accumulation 21

  • 22 Boissière et Anderson 2014, p. 350-368.

21Une autre forme d’investissement a fonctionné des années 1980 à 2009 en l’absence de réseau bancaire privé avant 2005 et du fait de la méfiance qu’inspirait le système bancaire nationalisé. C’est l’action des ramasseurs d’argent qui notamment à Alep ont drainé vers des bureaux l’épargne de milliers d’habitants, auxquels ils proposaient et versaient au début du processus des intérêts considérables, dans une démarche purement spéculative de systèmes financiers pyramidaux ou dans le but d’investir dans des entreprises industrielles ou commerciales modernes. Ces systèmes réduisaient considérablement le délai entre le dépôt du capital et la disponibilité des intérêts. Ces pratiques utopiques d’une économie populaire n’étaient donc plus le fait d’une famille ou des habitants d’un espace de la ville, que ce soit un quartier informel ou le voisinage d’un souk, ni de dynasties capitalistes comme certains commerçants du souk, mais un moyen accessible à tous de réaliser son souhait d’investir et de faire travailler son argent, par l’intermédiaire d’un individu lanceur de l’appel de fonds en qui les co-investisseurs plaçaient leur confiance. Ces entreprises financières ont été perçues pendant quelques années comme des success stories typiques du sens des affaires des Alépins. Les faillites de ces banquiers amateurs, conséquences de leur imprudence, ont été en partie orchestrées par le pouvoir qui, ayant pris conscience de l’importance du capital dormant drainé, souhaitait sans doute éliminer ces concurrents en redonnant force à la loi 22. Entre temps, le nouveau libéralisme de Bachar al-Assad faisait son effet. La transition vers une réelle modernisation de l’économie de production était en marche en Syrie grâce aux multiples manifestations de l’esprit d’entreprendre. La réalisation des projets les plus lourds et le dynamisme général étaient enfin favorisés par le régime qui avait choisi depuis un peu plus d’une décennie de ne plus entraver le développement et l’activité d’Alep et d’autres villes avec l’idée d’y trouver son profit et de ne plus laisser partir ce profit chez les ramasseurs d’argent et chez les petits investisseurs. 

22La guerre actuelle a anéanti l’ensemble de l’économie d’Alep, légale et illégale, grandes entreprises et minuscules ateliers. Une partie de ces petits investissements productifs populaires était profitable à la part la moins favorisée de la société, celle des quartiers du nord, de l’est et du sud de la ville, qui ont été tenus jusqu’en 2016 par les rebelles. Ces quartiers trouvaient dans la micro-économie non légale, particulièrement développée à Alep, des moyens de vivre et de poursuivre des stratégies familiales de progrès ou de progression. Les questions qui se posent autour de ce patrimoine immatériel remarquable sont étroitement liées à l’ensemble des problèmes inextricables de réhabilitation de la ville.  

Figure 221 : Une ruelle de la Mdiné (centre de la ville ancienne), proche de Dar Hammad, centre de l’Ifpo à Alep.

Figure 221 : Une ruelle de la Mdiné (centre de la ville ancienne), proche de Dar Hammad, centre de l’Ifpo à Alep.

Figure 222 : Atelier du dinandier Moustafa Nahhas Mohandes. De gauche à droite : Jean-Claude David, Nabil Soummaqiyé et Mahmoud Hreitani.

Figure 222 : Atelier du dinandier Moustafa Nahhas Mohandes. De gauche à droite : Jean-Claude David, Nabil Soummaqiyé et Mahmoud Hreitani.

Figure 223 : Porte d’entrée d’un souk de la Mdiné au cœur de la vieille ville.

Figure 223 : Porte d’entrée d’un souk de la Mdiné au cœur de la vieille ville.

Notes

1 Bijouterie et orfèvrerie sont un secteur de la métallurgie traditionnelle particulièrement dynamique à Alep, toujours en évolution.

2 Pourtant à une époque ancienne, entre le xve et le xviiie siècle, les savonneries, les tanneries, les teintureries, les tissages sont passées du format de souk à celui de grands ateliers : les grandes savonneries aménagées autour du xviiie siècle sont remarquables par une certaine fonctionnalité et des cuves métalliques de cuisson du savon qui peuvent faire trois mètres de diamètre ; dans son article sur la savonnerie traditionnelle, Thierry Grandin (1984) indique que le diamètre de la cuve est « proche de 2m50 ». Les teintureries aussi se sont développées en grandes unités, tandis que les ateliers indépendants de tanneries et les tissages étaient rassemblés autour de grandes cours communes, dès le xvie siècle.

La bijouterie qui est depuis longtemps un secteur dynamique à Alep a conservé sa forme de souk mais s’est déplacée dans la ville. Le secteur s’est développé considérablement et a renforcé la première place d’Alep dans le pays. Il s’est réorganisé tout en conservant son caractère familial et artisanal de proximité et sa forme de souk.

3 Les mortiers en bronze que l’on pouvait voir dans toutes les cuisines et sur les étagères des fondeurs et des dinandiers jusque dans les années 1990, dans lesquels les femmes pilaient divers ingrédients pour les préparations alimentaires traditionnelles, ont totalement disparu, remplacés par les robots électriques.

4 Les dinandiers de cuivre fournissaient essentiellement des objets de vaisselle étamés à usage quotidien, professionnel et festif : assiettes, plats, plateaux, grands plateaux à usage exceptionnel, casseroles, marmites, passoires et écumoires, cafetières théières, aiguières, seaux, coffrets portatifs pour emporter au hammam le nécessaire de bain, etc. Ils sont maintenant souvent remplacés par des objets en aluminium, en inox ou en plastique. Les fondeurs de bronze reproduisaient par moulage au sable des objets usuels comme les mortiers et pilons indispensables autrefois dans les cuisines, d’autres ustensiles de cuisine, des manches de couteaux, des poignées de casseroles et pour d’autres récipients, des boutons et gonds de portes, de volets et de meubles, des éléments de décor en bronze, des outils, des pièces pour les équipements (sanitaires et plomberie), etc. Les forgerons produisaient des brochettes pour griller la viande, des couteaux, des hachoirs, des éléments de braseros (avec les ferblantiers), des outils d’usage courant (marteaux, serpes, haches, herminettes, et autres), des outils professionnels et des accessoires pour les métiers de la construction et d’autres métiers, des éléments de grilles en fer forgé en volutes, etc.

5 Sur l’institution ancienne des waqf-s, voir la note 1 p. 26.

6 Sans doute des activités comparables ont-elles existé dans d’autres villes, notamment à Damas?

7 Ces quartiers ont été construits essentiellement pendant le Mandat français et densifiés par la reconstruction d’immeubles plus hauts après la seconde guerre mondiale.

8 La fabrication de triporteurs, «Tertera» dans la terminologie populaire, a été très importante à Alep et dans d’autres villes, avec essentiellement des moteurs allemands Sachs importés. Parfois interdits, ils ont été généralement autorisés à nouveau. Ils sont aussi très concurrencés par les petits véhicules importés de fabrication asiatique.

9 La loi n° 10 (édictée le 4 mai 1991) joue un rôle important dans le développement de l’économie (Boissière 2014, p. 355).

10 Si l’essentiel des investissements considérables réalisés dans les années 1970 dans la métallurgie lourde, dans le cadre du quatrième plan quinquennal, ont concerné Hama, Lattaquié et quelques autres sites, Alep reçoit alors une usine de tracteurs agricoles qui se développera, parallèlement à la modernisation du secteur agricole, principalement dans la région d’Alep. D’après un rapport élaboré par une institution canadienne, en 2010, la compagnie d’État Al-Furat Company for Tractors à Alep produit 1420 unités par an en 2003, 2000 en 2006 et a un objectif de 3000 unités en 2007. Al-Furat couvre 65% du marché syrien (importations faibles : 1093 unités en 2006).

11 Boissière 2014 et Métral 2014.

12 S’agissait-il d’une situation de « développement bloqué » dont parle Gilbert Achcar dans son ouvrage récent Le peuple veut, où l’informel serait en partie la conséquence du blocage de développement par la corruption du régime et de ses clients ?

13 Sur les processus équivalents de création d’entreprises dans le textile, voir Cornand 1984 et 1994.

14 Bianca 1980, mission UNESCO.

15 GTZ est l’Agence allemande de coopération (Deutsche Gesellschaft Für Technische Zusammenarbeit) qui dépend du ministère allemand de la Coopération économique et du développement. Elle a édité en 2004 une brochure, en collaboration avec la Direction de la Vieille Ville : The Rehabilitation of the Old City of Aleppo. Depuis 1993 et jusqu’en 2007, cet organisme collabore avec la Direction de la Vieille Ville pour préparer l’aménagement et la conservation des quartiers anciens dans le cadre d’une réglementation adaptée.

16 La restauration architecturale du Qabou al-Najjarine au souk de Bab al-Hadid est significative de ce nouveau point de vue, mais bizarrement mise en œuvre puisque tout un réseau de tubes de diamètre important (près de cinquante centimètres) est installé sous la voûte d’époque mamelouke, recrépie, pour récupérer les fumées des ateliers et les évacuer à l’extérieur.

17 La coulée d’acier dans des rigoles en sable pour mouler des lingots (gueuses) est utilisée dans l’atelier al-Ittihad d’Alep et est encore actuelle dans des aciéries en Europe, voir p. 162‑163. 

18 Les machines à coudre, Singer, manuelles, conçues pour travailler en étant assis par terre sur un coussin ou un petit tabouret, existent encore dans les maisons, pour la couture familiale ou quelques travaux de couture ou de broderie payés, mais ont disparu des ateliers depuis longtemps.

19 Boissière 2014, p. 297 à 317, et David 2014a.

20 Le promoteur illégal réserve en général une grande parcelle dans la meilleure localisation pour construire une mosquée. D’autres parcelles bien situées, respectant le programme du plan directeur, sont mises en réserve pour les écoles, les jardins publics...

21 Pour le textile dans les années 1990 et l’ouverture économique en Syrie, voir Jocelyne Cornand 1986, 1994, 1997.

22 Boissière et Anderson 2014, p. 350-368.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Figure 215 : Bawabet al-Qassab, une entrée du quartier ancien de Jdeideh.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 216 : Deux forgerons en action dans leur atelier du Souk Bab-al-Hadid. Divers objets exposés sont importés (pelles, fourches, marteaux...) à côté des productions de l’atelier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Figure 217 : Une rue du Souk al-Nahhasin.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 218 : Cour du Khan Utch Khan. Au fond de la cour, la savonnerie.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 219 : Une maison de Bawabet al-Qassab.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Figure 220 : Portail d’entrée du Khan Utch Khan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 221 : Une ruelle de la Mdiné (centre de la ville ancienne), proche de Dar Hammad, centre de l’Ifpo à Alep.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Figure 222 : Atelier du dinandier Moustafa Nahhas Mohandes. De gauche à droite : Jean-Claude David, Nabil Soummaqiyé et Mahmoud Hreitani.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 223 : Porte d’entrée d’un souk de la Mdiné au cœur de la vieille ville.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11374/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

Lire

Open access