Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’artisanat du métal à Alep

 | 
Moheb Chanesaz
, 
Ella Dardaillon
, 
Jean-Claude David

CHAPITRE VI. Attitudes du travail et rapport au sol un patrimoine culturel ?

Texte intégral

Travailler assis au sol assis sur un siège ou debout

  • 1 L’orfèvre sur argent, Avedik Bayramian, rencontré dans son atelier de Bawabet al-Qasab devant la c (...)

1Dans le contexte culturel et social du Moyen‑Orient et en l’absence de sièges à 45 centimètres, trois attitudes corporelles – debout, assis sur un siège bas, assis sur le sol – sont significatives de statuts et d’états, au repos ou au cours d’une activité, dans la plupart des espaces de vie, que ce soit dans l’espace domestique ou dans l’espace du travail. La plupart des artisans âgés interrogés à Alep et dans les autres villes de la région disent avoir connu le travail assis sur le sol, eux-mêmes ou par leur père ou grand-père, y compris les orfèvres 1. À présent, les attitudes assises sur un siège bas ou assises sur le sol sont en voie de disparition. Pourtant ces attitudes ont joué pendant des siècles un rôle essentiel dans la définition de formes architecturales et dans l’organisation des espaces. Ainsi une architecture des sols en rapport avec l’absence de meubles, était caractérisée par des différences de niveau et de matériaux des sols. 

2Certains des sols des ateliers que nous avons étudiés peuvent conserver des différences de niveau, vestiges d’aménagements en maçonnerie qui pouvaient tenir lieu d’assises. D’autres sols refaits ne gardent pas de traces de différences de niveaux, pourtant les niveaux du travail n’y sont pas souvent ceux de sièges «normaux» entre 45 et 50 cm de hauteur ou ceux de plans de travail aménagés entre 77 et 80 cm, pour travailler debout. Les artisans y sont généralement encore assis sur un coussin au sol ou sur un tabouret à 30 cm de hauteur. 

3Certaines attitudes habituelles du corps dans le travail, notamment le fait de travailler assis sur le sol, sans siège, peuvent favoriser une proximité entre le corps et l’objet du travail en une sorte de fusion fonctionnelle, fusion quasiment irréalisable quand le travailleur est debout ou assis sur un siège devant une table et qui a longtemps été un principe du travail avant la diffusion de la machine ou parallèlement à elle. 

  • 2 - Les étameurs dont les ateliers à Alep sont équipés d’un plan de travail à 80 cm travaillent debo (...)

4Dans quatre des dix ateliers que nous décrivons, les artisans travaillent debout et dans les trois ateliers de fonderie/moulage (bronze, fer, fonte) une part importante du travail se fait assis sur le sol. Dans trois autres ateliers, un forgeron qui travaille seul et deux dinandiers, le travail se fait essentiellement assis sur le sol 2

Figure 209a et b (F6a et b) : Deux images du soufflet double manuel (clichés communiqués par Roupen Barsoumian, ancien artisan fondeur de bronze).

Figure 209a et b (F6a et b) : Deux images du soufflet double manuel (clichés communiqués par Roupen Barsoumian, ancien artisan fondeur de bronze).

Figure 210 (F7) : On distingue, dans un atelier de bijoutier en Albanie ottomane, un soufflet manuel (placé à la droite de l’artisan assis à droite de la photo) qui peut être activé indifféremment par l’un ou l’autre des deux artisans. Cette photo ancienne est sans doute représentative de la disposition de soufflet dans de petites boutiques d’artisans.

Figure 210 (F7) : On distingue, dans un atelier de bijoutier en Albanie ottomane, un soufflet manuel (placé à la droite de l’artisan assis à droite de la photo) qui peut être activé indifféremment par l’un ou l’autre des deux artisans. Cette photo ancienne est sans doute représentative de la disposition de soufflet dans de petites boutiques d’artisans.

5Les attitudes corporelles et le rapport au sol sont directement associés à un processus de fabrication et à un poste de travail. Les attitudes peuvent dépendre d’exigences techniques ou perpétuer des pratiques générales héritées. Les dispositifs nouveaux qui peuvent être adoptés autant dans les locaux du souk que dans le grand local de la qaysariyya peuvent aussi refléter un parti pris de modernité qui a fait effacer des aménagements anciens du sol, encore visibles dans d’autres ateliers du même souk : l’atelier de Sarkis notamment ou les ateliers de forgerons de lames. 

Figure 204b détails (F1b) : Photographie présumée de l’atelier A2, prise dans les années 1935‑1940 par Dérounian (voir fig. 204a, p. 62).

Figure 204b détails (F1b) : Photographie présumée de l’atelier A2, prise dans les années 1935‑1940 par Dérounian (voir fig. 204a, p. 62).

Figure 205b (F2b) : Détail de la fig. 205a, p. 63. Jeunes ouvriers d’un atelier de dinandier travaillant sur un jahch (artisans à droite).

Figure 205b (F2b) : Détail de la fig. 205a, p. 63. Jeunes ouvriers d’un atelier de dinandier travaillant sur un jahch (artisans à droite).

Figure 206b (F3b) : Détail de la fig. 206a, p. 65. À Alep, étameur ambulant dans la rue. Ici dépose de l’étain sur le fond du récipient tenu au‑dessus du foyer.

Figure 206b (F3b) : Détail de la fig. 206a, p. 65. À Alep, étameur ambulant dans la rue. Ici dépose de l’étain sur le fond du récipient tenu au‑dessus du foyer.
  • 3 D’autres ateliers de grosse chaudronnerie ou de dinanderie sont équipés de sièges spécifiques, sor (...)

6Dans le local de la qaysariyya, quatre postes de travail sont caractérisés par l’attitude assise sur des sièges bas, tabourets bas de 30 centimètres, et le « fauteuil » du patron (fig. 32 et 37 à 39) : c’est le travail sur les petites enclumes de chaudronnier, pour façonner le métal, et un poste pour le dessin et le ciselage du décor (fig. 13‑15 et 41 à 43). Pour définir la hauteur d’assise de son siège pour ces quatre postes, l’artisan doit tenir compte des dimensions et de la forme de la pièce travaillée (circulaire, sphérique ou cylindrique), de l’angle d’attaque sur la pièce, de la position du corps nécessaire pour obtenir une frappe efficace selon cet angle et enfin du maintien de la pièce et de sa rotation éventuelle grâce à l’intervention des orteils (photo Dérounian fig. 204). Ils mettent en œuvre une combinaison dans l’espace de l’ensemble du corps avec l’objet travaillé, dans une construction complexe, mobile et équilibrée, alors que l’appui du corps sur l’assise du siège constitue le point stable et fixe essentiel. Les photos 38‑39 montrent un montage qui permet à l’artisan d’être assez haut pour marteler le rebord d’un grand plateau et le façonner : le plateau qui fait près d’un mètre de diamètre est posé verticalement sur le sol et légèrement penché ; le tas ou tasseau (petite enclume) est planté dans le plot de telle façon que la forme de l’enclume soit située à presque un mètre de haut pour y faire reposer le bord du plateau, tandis que le siège de l’artisan est rehaussé par un bidon de tôle et plusieurs coussins ! La photo 37 montre le même poste aménagé pour le travail sur un petit plateau, avec un tas moins haut, alors que le siège de l’artisan est moins haut d’une quinzaine de centimètres. La photo 43 montre dans l’atelier du souk une installation où un grand plateau est posé obliquement sur une enclume plus courte, ce qui permet une autre attaque, oblique, de la bordure du plateau. La partie du plateau du côté du sol est légèrement surélevée par un morceau de tôle ou par un pied chaussé de l’artisan. Dans tous les cas présentés ici les sièges sont mobiles, en bois avec une assise paillée (ou cordée) à 30 cm de hauteur 3

7Des photos de l’atelier de Sarkis, vide ou occupé par une seule personne, prises lors de notre enquête en 2007 (fig. 47‑48, 58‑59, 62‑63) montrent à droite et à gauche du passage vers l’intérieur deux estrades en maçonnerie d’un mètre carré environ englobant chacune en bordure un plot porte-enclume. Il s’agit vraisemblablement du même lieu que la photo de Vartan Dérounian dans les années quarante (fig. 204). 

Figure 212 (F9) : Vue générale de l’Iroquoi Smelting Iron C° à Chicago vers 1890. . By Detroit Publishing Co., publisher [Public domain], via Wikimedia Commons from Wikimedia Commons

Figure 212 (F9) : Vue générale de l’Iroquoi Smelting Iron C° à Chicago vers 1890. . By Detroit Publishing Co., publisher [Public domain], via Wikimedia Commons from Wikimedia Commons

Figure 213 (F10) : Un dinandier du Souk al-Nahhasin de Bab al‑Nasr avec la grande balance ancienne pour vendre au poids les objets façonnés. Photo prise par un photographe alépin dans les années 1960‑1970. Collection personnelle de Jean-Claude David.

Figure 213 (F10) : Un dinandier du Souk al-Nahhasin de Bab al‑Nasr avec la grande balance ancienne pour vendre au poids les objets façonnés. Photo prise par un photographe alépin dans les années 1960‑1970. Collection personnelle de Jean-Claude David.

8Une photo prise en 2007 dans l’atelier montre Sarkis au travail (fig. 48). Dans le travail au sol, le ou les (deux) artisans peuvent composer un montage où leurs corps, leurs membres, se combinent à l’objet travaillé pour intervenir avec les outils. Le montage complexe qu’ils constituent où le corps intervient en guise de bâti, repose sur le sol par un petit nombre de points stables (deux ou trois), le siège ou le sol avec ses reliefs, l’enclume et souvent les pieds, généralement les talons dans une position qui transforme les pieds en éléments du bâti et porte-outils, sans rapport avec leur fonction essentielle dans l’anatomie de la station debout. 

  • 4 Pour plus de détails sur le corps humain comme une machine-outil, voir David et alii, 2015.

9Dans les attitudes des travailleurs assis sur leur estrade avec leurs pieds en contrebas, l’ensemble du corps participe au travail, le haut du corps jusqu’au bassin et aux fesses posées sur le coussin est un élément d’équilibre et aussi le support de la tête et des bras. Les bras et les mains sont les axes et les moteurs des outils de martelage : la main droite tient le marteau et la gauche est l’un des guides de la rotation de l’objet en cours de façonnage. Les fesses de l’artisan sur le coussin de sol sont l’un des points principaux de stabilité du bâti que constitue le corps. Les jambes, les cuisses, les genoux peuvent être des supports de l’objet façonné qui repose aussi par un point sur l’enclume. Les orteils de l’artisan sont un autre guide de la rotation de l’objet. L’ensemble du dispositif est sous le contrôle permanent des capteurs sensoriels conscients (les sens) ou inconscients (automatismes, réflexes) de l’artisan. On peut imaginer la complexité d’une robotique et de périphériques, assistant la machine-outil, et qui seraient gérés par l’informatique qui remplaceraient ces systèmes « primitifs » de la machine organique humaine vivante  par une automatisation 4.

Figure 214 (F11) : Un dinandier âgé au Souk al‑Nahhasin de Bab el‑Nasr. Photo Jean‑Claude David dans les années 1980.

Figure 214 (F11) : Un dinandier âgé au Souk al‑Nahhasin de Bab el‑Nasr. Photo Jean‑Claude David dans les années 1980.

Notes

1 L’orfèvre sur argent, Avedik Bayramian, rencontré dans son atelier de Bawabet al-Qasab devant la cathédrale arménienne des Quarante Martyrs à Salibé le 10 novembre 2007, nous dit avoir travaillé autrefois dans un premier atelier, celui de son oncle, au Jaddet al-Khandaq (où se trouvaient aussi d’autres orfèvres), assis sur le sol avec un coussin sur les genoux mkhaddé et devant eux une sorte de balustrade dazka. En 1838, son arrière-arrière‑grand-père avait commencé ce métier à Aintab (Gaziantep maintenant en Turquie). Son grand-père arrive à Alep en 1917. Son oncle a ouvert en 1974 la boutique où il se trouve actuellement.

2 - Les étameurs dont les ateliers à Alep sont équipés d’un plan de travail à 80 cm travaillent debout, alors que dans d’autres contextes ils peuvent être assis sur le sol (étameurs itinérants) ou debout dans une fosse avec le sol comme plan de travail ; 

- des forgerons de lames travaillent à deux debout ; 

- des forgerons d’outils dans les ateliers réaménagés dans les années 1930 travaillent à deux ou à trois debout ; 

- les tourneurs sur bois travaillent debout devant leur tour importé à moteur électrique, mais certains fabricants de manches (redressés à chaud) travaillent assis au sol ; 

- dans les deux ateliers plus grands et plus modernes localisés hors des souks, une partie des ouvriers travaillent debout, tandis que ceux qui fabriquent les moules en sable travaillent assis au sol ; 

- le fondeur/mouleur de bronze du Souk al-Nahhasin travaille essentiellement assis au sol pour la fabrication des moules, mais debout quand il s’occupe du four et de la coulée ; 

Dans trois autres ateliers le travail se fait surtout assis au sol : 

- le forgeron de lames qui travaille seul ; 

- le grand atelier de dinanderie de Moustafa Nahhas Mohandes ; 

- l’atelier ancien du dinandier Sarkis.

3 D’autres ateliers de grosse chaudronnerie ou de dinanderie sont équipés de sièges spécifiques, sortes de chevalets (jahch, en français ânon) sur lesquels on s’assied à califourchon, qui permettent de travailler les formes creuses en introduisant la pièce sur le bec de l’enclume oblique (recingle) (fig. 1-3).

4 Pour plus de détails sur le corps humain comme une machine-outil, voir David et alii, 2015.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 209a et b (F6a et b) : Deux images du soufflet double manuel (clichés communiqués par Roupen Barsoumian, ancien artisan fondeur de bronze).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 210 (F7) : On distingue, dans un atelier de bijoutier en Albanie ottomane, un soufflet manuel (placé à la droite de l’artisan assis à droite de la photo) qui peut être activé indifféremment par l’un ou l’autre des deux artisans. Cette photo ancienne est sans doute représentative de la disposition de soufflet dans de petites boutiques d’artisans.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 204b détails (F1b) : Photographie présumée de l’atelier A2, prise dans les années 1935‑1940 par Dérounian (voir fig. 204a, p. 62).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 205b (F2b) : Détail de la fig. 205a, p. 63. Jeunes ouvriers d’un atelier de dinandier travaillant sur un jahch (artisans à droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 206b (F3b) : Détail de la fig. 206a, p. 65. À Alep, étameur ambulant dans la rue. Ici dépose de l’étain sur le fond du récipient tenu au‑dessus du foyer.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 212 (F9) : Vue générale de l’Iroquoi Smelting Iron C° à Chicago vers 1890. . By Detroit Publishing Co., publisher [Public domain], via Wikimedia Commons from Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 213 (F10) : Un dinandier du Souk al-Nahhasin de Bab al‑Nasr avec la grande balance ancienne pour vendre au poids les objets façonnés. Photo prise par un photographe alépin dans les années 1960‑1970. Collection personnelle de Jean-Claude David.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 214 (F11) : Un dinandier âgé au Souk al‑Nahhasin de Bab el‑Nasr. Photo Jean‑Claude David dans les années 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11371/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

Lire

Open access