Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’artisanat du métal à Alep

 | 
Moheb Chanesaz
, 
Ella Dardaillon
, 
Jean-Claude David

CHAPITRE V. La fonderie « moderne » de fonte et de fer

Ateliers E1, E2

Texte intégral

Deux ateliers de métallurgie moyenne semi‑industrialisée

1Cette activité est-elle l’héritière de la précédente ? Du point de vue du mode opératoire, la principale différence est dans les dimensions plus importantes des ateliers et des moyens de production : les fours utilisés sont aussi beaucoup plus performants et produisent plus de métal fondu. Les produits fabriqués sont généralement de plus grande dimension, pour une utilisation plus sophistiquée, destinés généralement à faire partie de montages mécaniques, dans des pompes ou d’autres machines. La différence visible essentielle est l’utilisation d’un autre métal, fer, acier ou fonte, pour fabriquer des produits différents de ceux obtenus par le moulage du bronze ou de l’aluminium. En fait, au‑delà des parentés et des ressemblances, du point de vue de notre étude, ces ateliers appartiennent à un système urbain qui n’est plus celui du souk. Chacun des deux ateliers décrits appartient aussi à un système urbain différent qui correspond à une époque de la ville, avec évidemment des passages de l’un à l’autre. Dans les deux ateliers présentés, la technologie de la fusion est différente de celle des fondeurs du souk : les fours de fusion du bronze ne modifient pas la nature du métal mais seulement son état, alors que le cubilot et les fours électriques peuvent transformer des ferrailles de récupération en fonte ou en acier. Dans le cubilot, le coke sert à la fois de combustible pour la montée en température, et d’élément modifiant la nature du métal par apport de carbone. Le four à induction fonctionne à l’énergie électrique : les éventuels ajouts de charbon (coke) y sont destinés à transformer la ferraille en fonte ou en acier en modifiant la teneur en carbone. Dans les deux ateliers, le métal produit est coulé dans des moules pour produire des pièces techniques et dans l’atelier aux fours électriques pour produire aussi des lingots (gueuses de fer ou d’acier), matière première intermédiaire destinée à être transformée à nouveau. 

2Une différence fonctionnelle réside dans l’organisation du déplacement des matières dans l’atelier et de la distribution du métal en fusion. Le cubilot est installé tout près de l’entrée de l’atelier, là où les ferrailles à recycler sont livrées, et une organisation simple et efficace facilite le chargement du cubilot par en haut depuis une mezzanine. Dans l’autre atelier, les fours électriques sont au fond, mais le pont roulant permet d’apporter à proximité les ferrailles livrées à l’entrée, éloignée, en passant par-dessus les moules et les lingotières.

Figure 187 (E1.36) : L’environnement urbain de l’atelier.

Figure 187 (E1.36) : L’environnement urbain de l’atelier.

Figure 224 : Cartes de visites de deux ateliers de fonderie semi‑industrielle à Cheikh Khodr collectées en 2005.

Figure 224 : Cartes de visites de deux ateliers de fonderie semi‑industrielle à Cheikh Khodr collectées en 2005.

Fonderie de fonte au cubilot avec moules au sable de Muhammad Zubaydi

atelier E1

Zone industrielle illégale du quartier informel de Cheikh Khodr au nord de la ville

Enquête et photos, 13 et 14 avril 2007

  • 1 Les pompes à moteur diesel importées surtout depuis le mandat français et avec le boom du coton ir (...)

3La fonte est produite ici à partir de matériaux recyclés (fonte et ferraille, kherba). Les pièces moulées sont de taille moyenne, souvent des pièces rotatives pour des pompes d’irrigation ou d’autres moteurs ou machines 1. L’atelier est situé dans le quartier de Cheikh Khodr, au nord‑nord‑est d’Alep au cœur de quartiers populaires illégaux. 

L’atelier dans le quartier 

4L’atelier est au milieu du quartier informel de Cheikh Khodr qui a été légalisé et remis à niveau par la Municipalité, et où coexistent habitat et ateliers. Il est situé au nord de la ville et au nord‑est des quartiers arméniens (et de la mécanique automobile) plus anciens, dans une zone en cours d’urbanisation depuis une quarantaine d’années. Le quartier est connu pour le grand nombre d’ateliers de fonderie et plus généralement de métallurgie qui s’y trouvent. Comme dans le quartier industriel de Kallasé au sud-ouest de la vieille ville, plus ancien, spécialisé dans le textile, le maillage est celui d’un quartier d’habitation. Mais alors qu’à Kallasé les bâtiments « industriels » ont plusieurs étages et une typologie d’immeubles d’habitation, dans le quartier de Cheikh Khodr ce sont plutôt des constructions basses sur de petites parcelles. La parcelle de l’atelier étudié, dépassant 130 m2, est trop vaste pour une parcelle de maison populaire illégale. Les photos d’extérieur prises devant l’atelier montrent la forme caractéristique de ce tissu : voies régulières non asphaltées, maillage orthogonal ; les trottoirs qui existent parfois sont construits par les propriétaires des ateliers et des maisons ; d’importantes flaques d’eau au milieu de la rue sont dues aux fuites dans le réseau d’eau potable d’origine illégale (fig. 187). L’architecture rappelle aussi celle de maisons, avec un rez‑de‑chaussée parfois aménagé pour des boutiques et un étage souvent équipé d’un balcon avec un palan. Les rez‑de‑chaussée sont en général utilisés comme ateliers et l’existence de palans à l’étage montre qu’il peut s’agir aussi d’ateliers (la cohabitation d’ateliers et d’habitat dans le même immeuble semble exister). La rue et les trottoirs peuvent servir d’annexes aux ateliers. 

5L’atelier étudié ici a été manifestement construit pour cette fonction industrielle, avec plus de hauteur sous plafond et un vaste volume sans subdivisions. Il existe dans le quartier des concentrations de grands ateliers occupant des parcelles plus grandes que celles des immeubles d’habitation, regroupant sans doute plusieurs parcelles domestiques. Le quartier semblait correctement desservi en électricité avant 2011, malgré son origine illégale. Les fours à induction de l’atelier al‑Ittihad, que nous étudierons ensuite, gros consommateurs d’énergie, sont situés dans une zone industrielle officielle et légale. Les photos montrant la circulation dans la rue d’une poche en tôle (boda‘et saj) remplie de métal en fusion et portée, à l’aide d’une pougnée (chayyal) par deux ouvriers accompagnés d’un troisième (fig. 186), qui semblent se diriger vers un autre atelier à une certaine distance, suggère des collaborations ou l’existence d’annexes ou de systèmes d’association dans le quartier. 

L’atelier

6Le nombre de travailleurs semble être supérieur à une demi-douzaine (six ou sept présents avec le patron ?). Ils ne paraissent pas spécialisés de façon précise et semblent pouvoir intervenir lors de la coulée ou pour fabriquer les moules au sable, ou encore par exemple pour la réfection des poches de coulée, mais certains d’entre eux paraissent n’être que de simples manœuvres. 

7L’atelier mesure 12m x 11m, soit 132 m2. C’est un quadrilatère de structure poteaux-poutres et terrasse en béton armé. Les murs sont en moellons de pierre dégrossie (suivant l’habitude alépine). Quatre piliers soutiennent la couverture et définissent une structure en trois travées de quatre mètres. Du côté de la rue, trois ouvertures donnent sur l’extérieur (deux grands portails et une porte d’accès à la petite pièce derrière le four) ; une autre ouverture dans l’angle diamétralement opposé à l’entrée est en forme de claustra surélevée, et une ouverture en forme de porte donne sur un espace extérieur également surélevé ; des orifices en hauteur complètent la ventilation et l’éclairage apportés par l’ensemble précédent. En effet, l’atelier est relativement peu lumineux à l’intérieur, à l’exception de la zone autour du four (fig. 154, secteur 3), proche de l’entrée, largement éclairée par la lumière extérieure et l’angle opposé qui bénéficie aussi de la lumière naturelle (fig. 152, secteur 5). Les parties centrales de l’atelier, éloignées de l’extérieur, sont éclairées par quelques tubes au néon (fig. 152, secteur 4). Il y a encore quelques décennies des aciéries et fonderies en France (et ailleurs) étaient aussi largement ouvertes sur l’extérieur qui servait d’exutoire aux fumées et autres émanations polluantes, beaucoup mieux contrôlées et filtrées maintenant, ce qui n’est pas le cas à Alep, où tout part « dans la nature ». L’espace de travail, relativement vaste, est peu subdivisé : les activités s’y répartissent en fonction des besoins et leur emplacement peut varier d’un jour à l’autre, sauf l’emplacement du four et de ses annexes. 

Figure 152 (E1.1) : Plan : secteur 1 : stockage de matière première sur la mezzanine ; secteur 2 : préparation de la poche et réserve de sable ; secteur 3 : cubilot ; secteur 4 : zone de coulée ; secteur 5 : préparation des moules et réserve de sable ; secteur 6 : stockage des moules.

Figure 152 (E1.1) : Plan : secteur 1 : stockage de matière première sur la mezzanine ; secteur 2 : préparation de la poche et réserve de sable ; secteur 3 : cubilot ; secteur 4 : zone de coulée ; secteur 5 : préparation des moules et réserve de sable ; secteur 6 : stockage des moules.

8L’unique four est tout près de l’entrée de l’atelier (à quatre mètres de la rue) sur le côté droit. Un escalier qui se prolonge jusqu’à la terrasse conduit d’abord à la mezzanine où est entreposé le métal à recycler (pièces de fonte et d’acier récupérées) et le combustible (coke). Cette mezzanine est au niveau du gueulard, orifice supérieur du four où s’effectue le chargement par un ouvrier. L’espace sous l’escalier sert de dépôt. 

  • 2 La fonte « primaire » issue du haut-fourneau, généralement à proximité des mines, produit interméd (...)

9Le four est un cubilot, four vertical très simple posé sur quatre pieds (fig. 173‑175) dans lequel les matériaux à fondre sont en contact direct avec le combustible, donc sans creuset. Le combustible est du coke (fig. 157). Le contact à haute température (entre 1400 et 1600 degrés ?) du métal et du coke entraîne une carburation importante nécessaire pour obtenir de la fonte (de deuxième fusion), alors que le terme haut-fourneau désigne normalement le four utilisé pour obtenir de la fonte primaire à partir du minerai 2. Les dessins et photos montrent les éléments constitutifs du four, cylindre vertical en acier ou armature extérieure en tôle, garni intérieurement de briques réfractaires, surmonté d’une cheminée (fig. 153 à 156 et fig. 158‑160, 173). Il s’agit d’une technologie relativement ancienne en Occident (le nom, cubilot apparaît en France en  1841, à partir de l’anglais). Élément essentiel du développement d’une industrie petite et moyenne, ce type de four est encore en usage un peu partout en Occident dans de petites fonderies. Dans cet atelier, la capacité du four est de 500 kg. Le chargement progressif se compte en zanbil, sortes de couffins en caoutchouc de récupération de pneus : pour trois zanbil-s de métal de 16 kg chacun, un zanbil de charbon de 10 kg. Il faut six heures pour écouler toute la charge du four. Le four est reconstruit (en briques réfractaires importées) toutes les sept coulées (sakbat). Les orifices de ventilation des tuyères sont nettoyés toutes les dix minutes (fig. 154, 183).

10Les divers orifices du four sont (fig. 153 à 156) : 

Figure 153 (E1.2) : Coupe b‑b’ : chargement du cubilot par le gueulard. c‑c’ : base du four et lieu de la combustion appelé béten‑nar. Le four est allumé avec un morceau de bois et un petit ajout de mazout. Puis l’artisan verse le charbon “coke”. La combustion est accélérée par l’air pulsé par le ventilateur.

Figure 153 (E1.2) : Coupe b‑b’ : chargement du cubilot par le gueulard. c‑c’ : base du four et lieu de la combustion appelé béten‑nar. Le four est allumé avec un morceau de bois et un petit ajout de mazout. Puis l’artisan verse le charbon “coke”. La combustion est accélérée par l’air pulsé par le ventilateur.

Figure 154 (E1.3) : Coupe A‑A’ : débouchage des tuyères (« oreilles ») pendant fusion ; les flèches indiquent le trajet de l’air introduit dans les « oreilles » et pulsé par le ventilateur.

Figure 154 (E1.3) : Coupe A‑A’ : débouchage des tuyères (« oreilles ») pendant fusion ; les flèches indiquent le trajet de l’air introduit dans les « oreilles » et pulsé par le ventilateur.

Figure 155 (E1.4) : Coupe A‑A’ : ouverture à l’aide de palans de la “cheminée“ du cubilot et des poulies au plafond pour permettre l’accès au corps du cubilot.

Figure 155 (E1.4) : Coupe A‑A’ : ouverture à l’aide de palans de la “cheminée“ du cubilot et des poulies au plafond pour permettre l’accès au corps du cubilot.

Figure 156 (E1.5) : Coupe B‑B’ : bascule vers l’avant de la partie supérieure du corps du cubilot pour procéder à sa réfection (briques réfractaires).

Figure 156 (E1.5) : Coupe B‑B’ : bascule vers l’avant de la partie supérieure du corps du cubilot pour procéder à sa réfection (briques réfractaires).

Figure 157 (E1.6) : Livraison du combustible (coke). A gauche, la porte principale ouvrant sur le secteur 3 ; au centre, porte donnant sur le couloir d’accès à la mezzanine (secteur 1) où sont stockés la matière première et le combustible qui seront chargés dans le cubilot.

Figure 157 (E1.6) : Livraison du combustible (coke). A gauche, la porte principale ouvrant sur le secteur 3 ; au centre, porte donnant sur le couloir d’accès à la mezzanine (secteur 1) où sont stockés la matière première et le combustible qui seront chargés dans le cubilot.
  • - une porte de défournement sous l’orifice de coulée, tout en bas du four, pour le nettoyage du cubilot refroidi après une coulée, et notamment avant réfection ; 
  • - l’orifice de coulée muni d’une gouttière, juste au‑dessus de la base du four (fig. 153, 174‑175 et 178‑180). Dans le sol, devant le four, une fosse peu profonde facilite la présentation de la poche de coulée sur son support tenu par deux ouvriers puis posée (Ya Rabb, « Ô Seigneur », est écrit en arabe au dessus de l’orifice de coulée).
  • - deux tuyères (nawadir sing. nadour monoculaire), à une soixantaine de centimètres au-dessus de la base du four (fig. 154, 158, 183), par lesquelles est injecté l’air (à température ambiante), pulsé par un ventilateur électrique (kour), qui active la combustion du coke. Les tuyères sont munies de vannes de réglage (éden, oreilles), d’entrée de l’air utilisées aussi pour accéder au cœur du four en vue d’effectuer certains nettoyages et contrôles ; 
  • - l’orifice de chargement ou enfournement (le gueulard, photos fig. 160‑182), dans la partie supérieure du four, au niveau de la cheminée (fig. 153 à 156, 182). 

Figure 158 (E1.7) : Vue générale de la partie inférieure du cubilot (secteur 3a) avec à droite le ventilateur électrique pulsant l’air pour accélérer la combustion.

Figure 158 (E1.7) : Vue générale de la partie inférieure du cubilot (secteur 3a) avec à droite le ventilateur électrique pulsant l’air pour accélérer la combustion.

Figure 159 (E1.8) : Noyaux (matchoy) et moules (‘aleb) dans le secteur 4. Les moules sont placés sur deux rangs pour ménager des espaces de circulation prévus pour la coulée.

Figure 159 (E1.8) : Noyaux (matchoy) et moules (‘aleb) dans le secteur 4. Les moules sont placés sur deux rangs pour ménager des espaces de circulation prévus pour la coulée.

Figure 160 (E1.9) : Orifice de chargement ou gueulard du cubilot (fig. 153).

Figure 160 (E1.9) : Orifice de chargement ou gueulard du cubilot (fig. 153).

Le processus de fabrication dans la fonderie de fonte au cubilot

11Trois premières phases situées en amont de la fusion et de la coulée sont indispensables : la collecte des matériaux recyclés, la fabrication des moules au sable, la réparation ou la fabrication des poches de coulée. 

12La collecte des matériaux réformés (chutes et pièces usées de vieux moteurs ou de pompes, ou avec des défauts, chez les mécaniciens, etc.) est faite par des réseaux informels peut être en lien avec les services municipaux de ramassage des ordures : le recyclage joue encore un rôle essentiel dans ces économies, contrairement à ce qui s’est passé en Europe (en France) au cours des années 1960‑70 qui ont vu disparaître progressivement une partie du recyclage traditionnel (ferrailleurs, chiffonniers, etc.). L’étude de cette activité à Alep est à faire ! 

13Parmi les pièces de récupération, on trouve aussi du métal peint en couleurs vives, des boîtes de conserve et des petites pièces mécaniques en fonte, cassées. Mais on rencontre aussi de grosses pièces de fonte (moteurs, pièces mécaniques) qu’on décharge des camionnettes et qu’un ouvrier casse à coup de masse dans la cour de l’atelier ou dans la rue, pour les rendre manipulables et utilisables dans le four. 

14Au moment de l’enquête la fabrication des moules au sable n’était visible que dans sa phase finale : ces moules étaient constitués de quatre parties : le couvercle, la partie intermédiaire, et le noyau qui repose sur la partie inférieure. Des noyaux, qui correspondent aux parties creuses de la pièce finie, sont visibles, posés provisoirement sur des moules dans lesquels ils seront ensuite encastrés (fig. 159, p. 153). Les éléments des moules sont grisâtre : c’est un effet du « poteyage », traitement des surfaces en sable compacté du moule pour en améliorer les propriétés lors de la coulée ; le traitement est suivi du séchage à l’aide d’un chalumeau à gaz. La fabrication des moules a lieu dans l’atelier (fig. 152, secteur 5, p. 139). 

15Pour la fabrication des moules, le travail doit se faire dans la partie éclairée par la lumière naturelle au fond, dans l’angle diamétralement opposé à l’entrée (fig. 176, p. 149 et fig. 152, p. 139, secteur 5), où se trouvent aussi les poches de transport et de coulée du métal en fusion (fig. 152, secteur 2) pour les poches. La fabrication des moules en sable dans des châssis circulaires métalliques (ou d’autres formes en fonction des pièces fondues) est décrite pour d’autres ateliers où elle a pu être observée (atelier D1, Nabil Habch, p. 124). C’est un travail entièrement manuel exécuté par un ou plusieurs ouvriers assis par terre devant un tas de sable (fig. 129, 152 secteur 5, 188 secteur 4). Le sable est généralement recyclé et utilisé à plusieurs reprises. Les châssis sont produits dans d’autres ateliers de fonderie d’aluminium ou importés. L’utilisation de sable synthétique pour réaliser le moule doit être plus pratique et plus sûre, mais le sable n’est pas récupérable dans cette technique qui ne semble pas courante à Alep. 

16La fusion du métal dans un cubilot, four à cuve sans creuset, impose le transport du métal liquide (en fusion) dans des « poches » (bawadé’) pour la coulée dans les moules alignés. Les poches sont ici portées par deux ouvriers à l’aide de poignées coudées fixées à de longs manches (chayyal), pour faciliter le versage tout en restant loin de la chaleur dégagée par la poche de métal en fusion (fig. 180‑186), alors que dans des aciéries plus importantes le déplacement de la poche peut se faire à l’aide d’un pont roulant (infra, atelier E2). Les différentes phases de la réfection des poches sont montrées dans les photos 161 à 171, commentées dans les légendes. C’est aussi un travail de façonnage manuel à partir de sable et d’autres matériaux importés ou d’origine régionale. Le façonnage des moules reste en grande partie manuel même dans les fonderies modernes des pays technologiquement avancés. Le retard technologique n’est donc pas considérable à Alep dans ce cas.

Figure 161 (E1.10) : Dans le secteur 2, préparation d’une nouvelle poche en tôle de fer (fond amovible).

Figure 161 (E1.10) : Dans le secteur 2, préparation d’une nouvelle poche en tôle de fer (fond amovible).

Figure 162 (E1.11) : Les parois et le fond sont tapissés à la main de sable mouillé.

Figure 162 (E1.11) : Les parois et le fond sont tapissés à la main de sable mouillé.

Figure 163 (E1.12) : Le sable est tassé d’abord à l’aide d’un cylindre creux (bouri), puis…

Figure 163 (E1.12) : Le sable est tassé d’abord à l’aide d’un cylindre creux (bouri), puis…

Figure 164 (E1.13) : … à l’aide d’un marteau (matra’a) sur le bord supérieur.

Figure 164 (E1.13) : … à l’aide d’un marteau (matra’a) sur le bord supérieur.

Figure 165 (E1.14) : Les parois sont égalisées à l’aide d’une lame (’achchaché), puis…

Figure 165 (E1.14) : Les parois sont égalisées à l’aide d’une lame (’achchaché), puis…

Figure 166 (E1.15) : … lissées à l’aide d’une spatule (sbaton).

Figure 166 (E1.15) : … lissées à l’aide d’une spatule (sbaton).

Figure 167 (E1.16) : Le bec est lissé à l’aide du manche du marteau, puis...

Figure 167 (E1.16) : Le bec est lissé à l’aide du manche du marteau, puis...

Figure 168 (E1.17) : ...de nouveau à l’aide de la spatule.

Figure 168 (E1.17) : ...de nouveau à l’aide de la spatule.

Figure 169 (E1.18) : Le fond est tassé avec une dame (tabbaché) d’un diamètre égal à celui du fond.

Figure 169 (E1.18) : Le fond est tassé avec une dame (tabbaché) d’un diamètre égal à celui du fond.

Figure 170 (E1.19) : Les parois et le fond sont enduits de graphite. On distingue, à gauche, les outils utilisés pour les opérations précédentes.

Figure 170 (E1.19) : Les parois et le fond sont enduits de graphite. On distingue, à gauche, les outils utilisés pour les opérations précédentes.

Figure 171 (E1.20) : La poche “verte” c’est-à-dire “mouillée” est prête à l’emploi après avoir été chauffée au chalumeau.

Figure 171 (E1.20) : La poche “verte” c’est-à-dire “mouillée” est prête à l’emploi après avoir été chauffée au chalumeau.

Figure 172 (E1.21) : Centrifugeuse à ébarber (khallata)alimentée par l’électricité (secteur 3b) ; on distingue au centre deux pièces au milieu des matériaux abrasifs  (sable et cailloux).

Figure 172 (E1.21) : Centrifugeuse à ébarber (khallata)alimentée par l’électricité (secteur 3b) ; on distingue au centre deux pièces au milieu des matériaux abrasifs  (sable et cailloux).

Figure 173 (E1.22) : Le patron (au fond) et ses compagnons dans le secteur 3a où le cubilot vient d’être allumé ; au fond, la mezzanine (secteur 2) et l’escalier d’accès à la terrasse.

Figure 173 (E1.22) : Le patron (au fond) et ses compagnons dans le secteur 3a où le cubilot vient d’être allumé ; au fond, la mezzanine (secteur 2) et l’escalier d’accès à la terrasse.

Figure 174 (E1.23) : Le cubilot ; on distingue sur la mezzanine l’ouvrier chargé d’alimenter le cubilot. 

Figure 174 (E1.23) : Le cubilot ; on distingue sur la mezzanine l’ouvrier chargé d’alimenter le cubilot. 

17La coulée 

18Faute de laboratoire pour l’analyse précise des matériaux recyclés, on peut penser qu’un tri approximatif à l’œil est fait, entre différentes qualités d’acier et les pièces en fonte de récupération, afin de déterminer la quantité de carbone, donc l’apport par le combustible (coke) pour obtenir une fonte plus ou moins carbonée (2 à 3 % de carbone) convenant aux besoins. L’excès d’impuretés, la peinture, les corps gras (huile) peuvent aussi entraîner des défauts dans le métal. L’ouvrier qui remplit les zanabil à enfourner dans le gueulard doit avoir un rôle important dans cette sélection empirique. 

19La montée en température et l’appréciation du niveau de fluidité du métal en fusion sont aussi jugées au coup d’œil, sans utilisation de thermocouples pour mesurer la température, ce qui n’a rien d’extraordinaire puisque les critères empiriques bien établis sont connus depuis des siècles et aisément praticables avec un minimum d’expérience. Ils font partie des savoirs transmis dans les ateliers, où la plupart des travailleurs sont formés sur le tas. Un regard de surveillance pour le contrôle de la fusion est généralement ménagé à travers les tuyères d’injection d’air (nawadir, monoculaires), ce qui doit être le cas ici, au moment du nettoyage des « oreilles » (fig. 154 et 183). 

20Les photos 175, 177‑179 montrent l’écoulement du métal en fusion dans la poche, répété à plusieurs reprises. Plusieurs (trois) poches sont prêtes (fig. 176). 

Figure 175 (E1.24) : Nettoyage de la gouttière de l’orifice de coulée du cubilot.

Figure 175 (E1.24) : Nettoyage de la gouttière de l’orifice de coulée du cubilot.

Figure 176 (E1.25) : Le secteur 5 : à gauche, au premier plan les moules prêts à la coulée et au fond les moules vides stockés ; au centre, le poste de moulage (tapis en mousse sur le sol) et la réserve de sable. À droite, une série de poches bawadé‘ avec leurs poignées de manutention.

Figure 176 (E1.25) : Le secteur 5 : à gauche, au premier plan les moules prêts à la coulée et au fond les moules vides stockés ; au centre, le poste de moulage (tapis en mousse sur le sol) et la réserve de sable. À droite, une série de poches bawadé‘ avec leurs poignées de manutention.

Figure 177 (E1.26) : Percement de l’orifice de coulée et récupération de la première fusion.

Figure 177 (E1.26) : Percement de l’orifice de coulée et récupération de la première fusion.

Figure 178 (E1.27) : Pour recevoir la coulée, la poche est posée dans une cavité creusée dans le sol (fig. 153, 154, p. 140‑141).

Figure 178 (E1.27) : Pour recevoir la coulée, la poche est posée dans une cavité creusée dans le sol (fig. 153, 154, p. 140‑141).

Figure 179 (E1.28) : Rebouchage de l’orifice de coulée après remplissage de la poche.

Figure 179 (E1.28) : Rebouchage de l’orifice de coulée après remplissage de la poche.

Figure 180 (E1.29) : Écrémage du contenu de la poche avec une raclette (‘azzalé).

Figure 180 (E1.29) : Écrémage du contenu de la poche avec une raclette (‘azzalé).

21Description simplifiée du processus : au cours de la chauffe, les morceaux de métal solide enfournés dans le gueulard avec le coke, en haut du four, descendent et remplissent l’espace laissé par les matériaux déjà en cours de fusion (fig. 182). Ils sont chauffés progressivement par les gaz qui montent, produits par la combustion du coke, et fondent à leur tour. La température est de 1600 à 1700 degrés au‑dessus des tuyères, où s’effectue la combustion (béten‑nar). L’ouvrier continue à enfourner des matériaux à fondre, à mesure que le niveau baisse à l’intérieur. 

22Dans la partie basse du cubilot, le métal fondu maintenu à température (vers 1400‑1500 degrés) s’accumule. Les scories (karmakht), crasses et laitiers forment un dépôt à la surface du bain de fonte liquide. Le niveau du métal liquide et du laitier reste évidemment inférieur aux orifices des tuyères (40 centimètres au‑dessus de l’orifice de coulée). 

23L’orifice de coulée, proche de la base du cubilot, est débouché, pour le remplissage de la poche, à  l’aide d’une longue tige métallique (sikh et‑tem) (fig. 176, à 178). Les scories et impuretés qui s’écoulent avec le métal en fusion sont « écrémées » et jetées sur le sol à l’aide d’un outil (‘azzâlé) (fig. 180). 

24En fonction de leur taille, plusieurs moules peuvent être remplis avec le métal contenu dans une seule poche (fig. 181). Entre temps l’orifice du four a été rebouché (fig. 179) avec un cône de terre réfractaire fixé (tabbon, tampon) à l’extrémité d’un outil (sikh tabbon, fig. 184‑185) en attendant le débouchage du cubilot et le remplissage d’une autre poche et la poursuite de la coulée. Il faut six heures pour vider totalement la charge du four.

Figure 181 (E1.30) : Versement de la fonte dans les moules ; la partie supérieure des moules est maintenue par des poids ; au centre, contre le pilier, de gauche à droite, l’outil muni d’un tampon conique en terre réfractaire mouillée (sikh tabbon) pour reboucher l’orifice de coulée du cubilot après la coulée,  la pique pour redéboucher cet orifice en vue d’une nouvelle coulée (sikh ettem), et la spatule d’écrémage (‘azzalé).

Figure 181 (E1.30) : Versement de la fonte dans les moules ; la partie supérieure des moules est maintenue par des poids ; au centre, contre le pilier, de gauche à droite, l’outil muni d’un tampon conique en terre réfractaire mouillée (sikh tabbon) pour reboucher l’orifice de coulée du cubilot après la coulée,  la pique pour redéboucher cet orifice en vue d’une nouvelle coulée (sikh et‑tem), et la spatule d’écrémage (‘azzalé).

Figure 182 (E1.31) : Au premier plan, le cubilot avec le métal en cours de fusion ; à droite, le secteur 4 avec une coulée en cours ; au fond, les moules stockés dans le secteur 6.

Figure 182 (E1.31) : Au premier plan, le cubilot avec le métal en cours de fusion ; à droite, le secteur 4 avec une coulée en cours ; au fond, les moules stockés dans le secteur 6.

Figure 183 (E1.32) : Débouchage des tuyères (nawadir) pendant la fusion (fig. 154) ; on distingue le tampon en place dans l’orifice de coulée.

Figure 183 (E1.32) : Débouchage des tuyères (nawadir) pendant la fusion (fig. 154) ; on distingue le tampon en place dans l’orifice de coulée.

Figure 184 (E1.33) : Rebouchage de l’orifice de coulée avec le sikh tabbon.

Figure 184 (E1.33) : Rebouchage de l’orifice de coulée avec le sikh tabbon.

Figure 185 (E1.34) : Modelage du sikh tabbon, en terre réfractaire,  remplacé à chaque nouvelle coulée.

Figure 185 (E1.34) : Modelage du sikh tabbon, en terre réfractaire,  remplacé à chaque nouvelle coulée.

Figure 186 (E1.35) : Transport dans la rue d’une poche de fonte liquide d’un atelier à l’autre.

Figure 186 (E1.35) : Transport dans la rue d’une poche de fonte liquide d’un atelier à l’autre.

25On peut voir (fig. 181) des blocs pesant plusieurs kilos posés sur les moules pour empêcher leur gonflement et leur déformation. Il est essentiel que les gaz présents dans le métal fondu soient évacués au cours du remplissage du moule et ne restent pas piégés dans la pièce sous forme de bulles fragilisantes, points de faiblesse (pailles). Des évents sont prévus dans les moules à cette fin. 

26À la fin de la coulée, on procède à l’entretien du four et au nettoyage de toutes les scories laissées par le métal : le four est reconstruit toutes les sept coulées par le personnel de la fonderie et le patron (fig. 156). 

27Dans le procédé de coulée en moule perdu, ce qui est le cas ici et le plus courant par ailleurs, plusieurs opérations sont nécessaires pour séparer la pièce métallique produite du sable qui peut y adhérer et pour détruire le noyau en sable resté à l’intérieur de la pièce (décochage, débourrage, dessablage). Il s’agit enfin de débarrasser la pièce des appendices métalliques résultant de l’opération de coulée.

28La première opération, qui laisse des traces très visibles, consiste à frapper énergiquement le moule contre un mur afin de faire tomber le sable, et récupérer le sable et la pièce. C’est donc le mur le plus proche du poste de fabrication des moules, où se constitue le tas de sable, qui est marqué par cet impact, particulièrement remarquable dans les photos :  fig. 176 et aussi 123‑124, 134 et suivantes. 

29Le processus se termine avec la finition de la pièce, nécessaire avant son utilisation ou éventuellement avant une autre étape de la fabrication (sciage, ébarbage, meulage, ébavurage, etc., sur place ou dans un autre atelier) puis parfois le travail sur le tour, fait dans un autre atelier ou encore par l’entreprise cliente. L’atelier dispose ici d’une centrifugeuse à ébarber (fig. 172).

Fonderie d'acier et de fonte par recyclage de ferrailles 

atelier E2

dans les fours électriques à  induction  

Un contexte qui semble étranger au souk

30L’usine de l’Union (al‑Ittihad), est à huit kilomètres du centre‑ville, dans la zone industrielle de Chqayef au nord d’Alep, en dehors de la ville agglomérée, à l’ouest de la route de Muselmiyé, au sud du camp palestinien de Handarate. 

31Dans cette zone industrielle, les ateliers sont de taille moyenne, autour de 200 à 300 m2

32Celui-ci est une vaste halle (fig. 188) de près de 400 m2, quasiment carrée, constituée de trois travées définies par une technologie constructive simple en béton armé, système poteaux-poutres, terrasse, murs en moellons de pierre dégrossis. Quatre piliers sont isolés et d’autres (16 piliers) sont plaqués contre les murs d’enveloppe.

Figure 188 (E2.1) : Plan de l’atelier : près de l’entrée, le stock de matières premières recyclées (secteur 1) ; à gauche, la zone de coulée (secteur 3) puis les deux fours à induction (secteur 2) ; à droite, la préparation des moules (secteur 4).

Figure 188 (E2.1) : Plan de l’atelier : près de l’entrée, le stock de matières premières recyclées (secteur 1) ; à gauche, la zone de coulée (secteur 3) puis les deux fours à induction (secteur 2) ; à droite, la préparation des moules (secteur 4).
  • 3 Les techniques pour l’évacuation des gaz et la dépollution, souvent négligées dans les petits atel (...)

33La partie avant de l’atelier est bien éclairée (fig. 189) par les grandes ouvertures en façade, alors que le fond est plutôt sombre (fig. 188, secteur 2, p. 159). Les fumées et gaz sont évacués par les ouvertures hautes des murs et des ventilateurs électriques accrochés aux murs : il n’y a pas de cheminée ni de hotte de récupération ou de conduit des gaz, retard ou choix significatif d’une époque du développement technologique, dépassée d’un demi-siècle ou plus par rapport à d’autres contextes et aux normes actuelles surtout si l’on considère que l’utilisation des fours à induction dans le monde est en progression rapide depuis 1955 selon une courbe inverse de celle de l’utilisation des cubilots 3. L’espace de l’atelier semble peu ordonné, avec des objets divers qui paraissent abandonnées, bien qu’il soit réellement organisé de façon cohérente et relativement fonctionnelle : le pont roulant, installation permanente lourde participe pour beaucoup à la logique de l’espace. Il fait partie de la modernité de l’ensemble, avec le four à induction. Il est rendu nécessaire par l’importance du volume de métal fondu dans ce type de fours et donc par le nombre des poches déplacées, et les distances parcourues entre les fours et les moules ou les lingotières.

Figure 189 (E2.2) : Vue générale de l’atelier ; au premier plan le secteur 1 (matières premières à recycler), au centre le secteur 3 (coulée), au fond le secteur 2 (fours) ; le mur de séparation entre les secteurs 1, 2 et 3 s’arrête à mi-hauteur pour laisser circuler l’air et la lumière. 

Figure 189 (E2.2) : Vue générale de l’atelier ; au premier plan le secteur 1 (matières premières à recycler), au centre le secteur 3 (coulée), au fond le secteur 2 (fours) ; le mur de séparation entre les secteurs 1, 2 et 3 s’arrête à mi-hauteur pour laisser circuler l’air et la lumière. 

34La travée de gauche (secteur 1) est plus étroite et séparée du reste de l’espace par un mur. Dans la travée suivante (secteur 3), qui correspond à l’entrée, se trouvent la fonderie avec les fours, les lingotières et les moules. Les ferrailles de récupération qui servent de matière première (dans le cas observé il s’agit de tôle et autres fers minces), sont livrées par camionnettes, déposées près de l’entrée, triées et découpées au chalumeau pour être fondues (fig. 189‑190).

Figure 190 (E2.3) : Découpe au chalumeau (secteur 1) des matériaux de récupération transportés ensuite vers les fours (secteur 2) dans une benne à l’aide d’un pont roulant commandé électriquement. 

Figure 190 (E2.3) : Découpe au chalumeau (secteur 1) des matériaux de récupération transportés ensuite vers les fours (secteur 2) dans une benne à l’aide d’un pont roulant commandé électriquement. 

35Une partie de la travée de droite (secteur 4) est occupée par deux tas de sable et l’espace de préparation et de réparation des poches de coulée, constituées d’une enveloppe métallique doublée intérieurement d’une couche de sable compacté mélangé à d’autres matériaux : trois poches de 50 kg chacune sont prêtes. Le sable est utilisé deux fois puis jeté. Plusieurs hommes travaillent ensemble, assis par terre, les jambes tendues pour fabriquer des moules, à la différence de l’attitude observée dans l’atelier D1 où l’ouvrier n’étend qu’une seule jambe (fig. 129, p. 125). Cependant, au moment de l’enquête, l’essentiel de l’activité consistait dans la coulée de lingots dans des moules directement confectionnés à l’emplacement même de la coulée (voir ci-après). 

  • 4 Note de l’éditeur. Malgré la correction technique apportée aux clichés 191 à 203, il est possible (...)

36Les deux fours électriques à induction (secteur 2) sont côte à côte au fond de l’atelier, surélevés et basculants pour verser le métal en fusion dans les poches (fig. 198) 4. Le pont roulant circule dans cette travée médiane, se déplaçant longitudinalement, tandis que le palan se déplace latéralement. Le déplacement principal du pont sur les rails en hauteur permet d’aller des fours aux installations de coulée des lingots (secteur 3b) ou aux moules pour des pièces mécaniques (secteur 3e), situés un peu plus loin dans la travée. Le pont roulant est mu par des moteurs électriques commandés depuis le sol, ce qui permet une grande précision des déplacements et des arrêts. 

37Les fours, wja’at, ont été importés d’Allemagne, d’occasion, et fonctionnent alternativement, l’un des deux restant éteint pour entretien. Les coulées sont de 500 kg par 40 minutes pour la totalité de l’opération (alimentation et fusion, fig. 191‑192). L’atelier coule de 5 à 8 tonnes par jour et par four. Le four est reconstruit chaque année à l’intérieur à l’aide de briques réfractaires et bobines inductrices. Le dosage des composants ajoutés à la coulée est variable suivant les produits recyclés utilisés et le produit final attendu. 

Figure 191 (E2.4) : Chargement du four.

Figure 191 (E2.4) : Chargement du four.

Figure 192 (E2.5) : Tassement des matériaux dans le four.

Figure 192 (E2.5) : Tassement des matériaux dans le four.

Figure 193 (E2.7) : Remplissage du modèle  avec le  sable  (secteur 3a).

Figure 193 (E2.7) : Remplissage du modèle  avec le  sable  (secteur 3a).

38Une douzaine de personnes en général travaille dans ce type d’atelier où certains ouvriers sont de simples manœuvres ou des ouvriers sans qualification, formés sur le tas. Les deux contremaîtres kurdes de l’atelier décrit, qui s’occupent des fours et de leur fonctionnement – températures, dosages – sont des « spécialistes », tout comme les ouvriers qui refont les poches de coulée ou qui préparent les moules en sable. 

39Deux types de produits étaient fabriqués dans cet atelier au moment de l’enquête : 

40- des lingots de métal (fer, acier). 

41Les lingots (sbékat) sont coulés à l’air libre dans des moules, simples levées parallèles de sable disposées sur le sol, qui constituent des gouttières ou rigoles  (majari)groupées par quatre (fig. 199‑201). Ces gouttières en sable compacté sont elles-mêmes façonnées dans des moules bas en tôle (fig. 193‑195, 196‑200). Le moule préparé et damé (fig. 194‑195) est retourné sur le sol plan, formant quatre rigoles (majari sbékat) de moins de 10 cm de large et plus d’un mètre de long, correspondant aux dimensions voulues pour les lingots (gueuses). Les moules en sable (gouttières au sol) sont détruits par le démoulage (secteur 3d), le sable étant récupéré et réutilisé plusieurs fois ; l’empilement des lingots est visible dans un espace de l’atelier (fig. 188, secteur 3d, 197). La technique de rigoles dans le sable est ancienne en Europe (médiévale) et ailleurs, et n’est pas spécifiquement locale en ce qui concerne Alep : elle passe pour avoir été réinventée au xviiie siècle en Angleterre par Abraham Darby (disposition du moulage des lingots connue sous le nom anglais de pig iron comb ou pig iron casting), et est largement utilisée par la suite. Le système mis au point par Darby semble être celui qui est visible dans la photo de l’usine de Chicago 1890‑1901 (fig. 212) de l’atelier d’Iroquoi Smelting Iron C°, dans lequel la fonte en fusion est distribuée par une rigole principale (central channel) et se déverse de chaque côté dans des rigoles en cul de sac, comme les dents d’un peigne (ou comme les « porcelets qui tètent leur mère » !), où les lingots se forment et refroidissent : les ouvriers qui s’occupent de la coulée recouvrent les lingots de sable (fig. 188c, p. 159 et fig. 201).

Figure 194 (E2.8) : Répartition à la main du sable dans le modèle.

Figure 194 (E2.8) : Répartition à la main du sable dans le modèle.

Figure 195 (E2.9) : Tassement du sable à l’aide d’une dame (tabbaché) ; le modèle est ensuite retourné ; le moule obtenu prend place à la suite des précédents, à droite et à gauche.

Figure 195 (E2.9) : Tassement du sable à l’aide d’une dame (tabbaché) ; le modèle est ensuite retourné ; le moule obtenu prend place à la suite des précédents, à droite et à gauche.

Figure 197 (E2.10) : Au premier plan, une poche en attente avec son support manipulé à l’aide du pont roulant (secteur 3d) ; à gauche, un stock de lingots déjà coulés ; à droite des moules en attente de coulée.

Figure 197 (E2.10) : Au premier plan, une poche en attente avec son support manipulé à l’aide du pont roulant (secteur 3d) ; à gauche, un stock de lingots déjà coulés ; à droite des moules en attente de coulée.

Figure 198 (E2.11) : Remplissage de la poche (secteur 2) manipulée à l’aide d’un palan se déplaçant le long du pont roulant ; pour cette opération, le corps du four est basculé vers l’avant ; le personnage au turban est appuyé contre le tableau de commande du four.

Figure 198 (E2.11) : Remplissage de la poche (secteur 2) manipulée à l’aide d’un palan se déplaçant le long du pont roulant ; pour cette opération, le corps du four est basculé vers l’avant ; le personnage au turban est appuyé contre le tableau de commande du four.

Figure 199 (E2.12) : Coulée du fer dans les moules (secteur 3b) ; la poche, transportée par le pont roulant commandé par un ouvrier (masqué à gauche), est vidée manuellement par une seule personne.

Figure 199 (E2.12) : Coulée du fer dans les moules (secteur 3b) ; la poche, transportée par le pont roulant commandé par un ouvrier (masqué à gauche), est vidée manuellement par une seule personne.

Figure 201 (E2.13) : Après la coulée, l’ouvrier couvre de sable le métal en fusion pour le refroidir.

Figure 201 (E2.13) : Après la coulée, l’ouvrier couvre de sable le métal en fusion pour le refroidir.

Figure 202 (E2.14) : Coulée dans une autre série de moules, fermés, dont la partie supérieure est maintenue en place par deux poids (secteur 3e) ; la poche, toujours transportée au pont roulant, est alors manipulée par deux ouvriers, en raison de la précision requise par la petite taille de l’orifice de coulée.

Figure 202 (E2.14) : Coulée dans une autre série de moules, fermés, dont la partie supérieure est maintenue en place par deux poids (secteur 3e) ; la poche, toujours transportée au pont roulant, est alors manipulée par deux ouvriers, en raison de la précision requise par la petite taille de l’orifice de coulée.

Figure 203 (E2.15) : Chargement du four (secteur 2) ; on distingue, à gauche, le tableau de commande du four, et à droite, les matériaux de récupération prêts à être enfournés.

Figure 203 (E2.15) : Chargement du four (secteur 2) ; on distingue, à gauche, le tableau de commande du four, et à droite, les matériaux de récupération prêts à être enfournés.

42- des pièces de fonderie diverses par coulée dans des moules au sable (secteur 3e). 

43Comme dans les petits ateliers de fonderie de bronze du souk (atelier de Nabil Habch) le travail de fabrication des moules se fait assis par terre (secteur 4). La coulée est effectuée par des travailleurs qui accompagnent la poche de métal soulevée et déplacée par le pont roulant (fig. 202) puis basculée pour faire couler le métal en fusion dans les moules. 

44L’atelier peut aussi réaliser des objets en fontes spéciales préparées dans le même four en ajoutant des additifs (carbone, silice, phosphore, etc.) au métal recyclé.

Figure 196 (E2.9bis) : Tassement du sable à l’aide d’une dame (tabbaché) ; le modèle est ensuite retourné ; le moule obtenu prend place à la suite des précédents, à droite. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.

Figure 196 (E2.9bis) : Tassement du sable à l’aide d’une dame (tabbaché) ; le modèle est ensuite retourné ; le moule obtenu prend place à la suite des précédents, à droite. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.

Figure 200 (E2.12bis) : Coulée du fer dans les moules (secteur 3b) ; la poche, transportée par le pont roulant commandé par un ouvrier (invisible), est vidée par une seule personne. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.

Figure 200 (E2.12bis) : Coulée du fer dans les moules (secteur 3b) ; la poche, transportée par le pont roulant commandé par un ouvrier (invisible), est vidée par une seule personne. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.

Notes

1 Les pompes à moteur diesel importées surtout depuis le mandat français et avec le boom du coton irrigué après la seconde guerre mondiale, ont assez vite nécessité un entretien sur place (à Alep) et le remplacement de pièces qui ont cessé d’être importées pour être reproduites par des artisans locaux (souvent arméniens à l’origine), tourneurs, fondeurs, mécaniciens. C’est sans doute une des origines du développement de cette métallurgie à Alep (avec la réparation des véhicules automobiles).

2 La fonte « primaire » issue du haut-fourneau, généralement à proximité des mines, produit intermédiaire, est ensuite transformée en acier ou en fer.

3 Les techniques pour l’évacuation des gaz et la dépollution, souvent négligées dans les petits ateliers ou les ateliers anciens, ont été mises en oeuvre dans les usines de grosse métallurgie d’abord aux États-Unis et dans certaines régions d’Europe, puis avec retard dans d’autres régions, et cela en fonction de la taille des entreprises.

4 Note de l’éditeur. Malgré la correction technique apportée aux clichés 191 à 203, il est possible que ceux‑ci conservent des imperfections dues aux résidus de poussière dégagés par l’activité de l’atelier.

Table des illustrations

Titre Figure 179 (E1.28) : Rebouchage de l’orifice de coulée après remplissage de la poche.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure 187 (E1.36) : L’environnement urbain de l’atelier.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 224 : Cartes de visites de deux ateliers de fonderie semi‑industrielle à Cheikh Khodr collectées en 2005.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 152 (E1.1) : Plan : secteur 1 : stockage de matière première sur la mezzanine ; secteur 2 : préparation de la poche et réserve de sable ; secteur 3 : cubilot ; secteur 4 : zone de coulée ; secteur 5 : préparation des moules et réserve de sable ; secteur 6 : stockage des moules.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Figure 153 (E1.2) : Coupe b‑b’ : chargement du cubilot par le gueulard. c‑c’ : base du four et lieu de la combustion appelé béten‑nar. Le four est allumé avec un morceau de bois et un petit ajout de mazout. Puis l’artisan verse le charbon “coke”. La combustion est accélérée par l’air pulsé par le ventilateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 154 (E1.3) : Coupe A‑A’ : débouchage des tuyères (« oreilles ») pendant fusion ; les flèches indiquent le trajet de l’air introduit dans les « oreilles » et pulsé par le ventilateur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Figure 155 (E1.4) : Coupe A‑A’ : ouverture à l’aide de palans de la “cheminée“ du cubilot et des poulies au plafond pour permettre l’accès au corps du cubilot.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Figure 156 (E1.5) : Coupe B‑B’ : bascule vers l’avant de la partie supérieure du corps du cubilot pour procéder à sa réfection (briques réfractaires).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Figure 157 (E1.6) : Livraison du combustible (coke). A gauche, la porte principale ouvrant sur le secteur 3 ; au centre, porte donnant sur le couloir d’accès à la mezzanine (secteur 1) où sont stockés la matière première et le combustible qui seront chargés dans le cubilot.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 158 (E1.7) : Vue générale de la partie inférieure du cubilot (secteur 3a) avec à droite le ventilateur électrique pulsant l’air pour accélérer la combustion.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 159 (E1.8) : Noyaux (matchoy) et moules (‘aleb) dans le secteur 4. Les moules sont placés sur deux rangs pour ménager des espaces de circulation prévus pour la coulée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 160 (E1.9) : Orifice de chargement ou gueulard du cubilot (fig. 153).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 161 (E1.10) : Dans le secteur 2, préparation d’une nouvelle poche en tôle de fer (fond amovible).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 162 (E1.11) : Les parois et le fond sont tapissés à la main de sable mouillé.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 163 (E1.12) : Le sable est tassé d’abord à l’aide d’un cylindre creux (bouri), puis…
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 164 (E1.13) : … à l’aide d’un marteau (matra’a) sur le bord supérieur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 165 (E1.14) : Les parois sont égalisées à l’aide d’une lame (’achchaché), puis…
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 166 (E1.15) : … lissées à l’aide d’une spatule (sbaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 167 (E1.16) : Le bec est lissé à l’aide du manche du marteau, puis...
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figure 168 (E1.17) : ...de nouveau à l’aide de la spatule.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 169 (E1.18) : Le fond est tassé avec une dame (tabbaché) d’un diamètre égal à celui du fond.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 170 (E1.19) : Les parois et le fond sont enduits de graphite. On distingue, à gauche, les outils utilisés pour les opérations précédentes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Figure 171 (E1.20) : La poche “verte” c’est-à-dire “mouillée” est prête à l’emploi après avoir été chauffée au chalumeau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 172 (E1.21) : Centrifugeuse à ébarber (khallata)alimentée par l’électricité (secteur 3b) ; on distingue au centre deux pièces au milieu des matériaux abrasifs  (sable et cailloux).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 173 (E1.22) : Le patron (au fond) et ses compagnons dans le secteur 3a où le cubilot vient d’être allumé ; au fond, la mezzanine (secteur 2) et l’escalier d’accès à la terrasse.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 174 (E1.23) : Le cubilot ; on distingue sur la mezzanine l’ouvrier chargé d’alimenter le cubilot. 
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Figure 175 (E1.24) : Nettoyage de la gouttière de l’orifice de coulée du cubilot.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 176 (E1.25) : Le secteur 5 : à gauche, au premier plan les moules prêts à la coulée et au fond les moules vides stockés ; au centre, le poste de moulage (tapis en mousse sur le sol) et la réserve de sable. À droite, une série de poches bawadé‘ avec leurs poignées de manutention.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 177 (E1.26) : Percement de l’orifice de coulée et récupération de la première fusion.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 178 (E1.27) : Pour recevoir la coulée, la poche est posée dans une cavité creusée dans le sol (fig. 153, 154, p. 140‑141).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 180 (E1.29) : Écrémage du contenu de la poche avec une raclette (‘azzalé).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Figure 181 (E1.30) : Versement de la fonte dans les moules ; la partie supérieure des moules est maintenue par des poids ; au centre, contre le pilier, de gauche à droite, l’outil muni d’un tampon conique en terre réfractaire mouillée (sikh tabbon) pour reboucher l’orifice de coulée du cubilot après la coulée,  la pique pour redéboucher cet orifice en vue d’une nouvelle coulée (sikh ettem), et la spatule d’écrémage (‘azzalé).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 182 (E1.31) : Au premier plan, le cubilot avec le métal en cours de fusion ; à droite, le secteur 4 avec une coulée en cours ; au fond, les moules stockés dans le secteur 6.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 183 (E1.32) : Débouchage des tuyères (nawadir) pendant la fusion (fig. 154) ; on distingue le tampon en place dans l’orifice de coulée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 184 (E1.33) : Rebouchage de l’orifice de coulée avec le sikh tabbon.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 185 (E1.34) : Modelage du sikh tabbon, en terre réfractaire,  remplacé à chaque nouvelle coulée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 186 (E1.35) : Transport dans la rue d’une poche de fonte liquide d’un atelier à l’autre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Figure 188 (E2.1) : Plan de l’atelier : près de l’entrée, le stock de matières premières recyclées (secteur 1) ; à gauche, la zone de coulée (secteur 3) puis les deux fours à induction (secteur 2) ; à droite, la préparation des moules (secteur 4).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 189 (E2.2) : Vue générale de l’atelier ; au premier plan le secteur 1 (matières premières à recycler), au centre le secteur 3 (coulée), au fond le secteur 2 (fours) ; le mur de séparation entre les secteurs 1, 2 et 3 s’arrête à mi-hauteur pour laisser circuler l’air et la lumière. 
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 190 (E2.3) : Découpe au chalumeau (secteur 1) des matériaux de récupération transportés ensuite vers les fours (secteur 2) dans une benne à l’aide d’un pont roulant commandé électriquement. 
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Figure 191 (E2.4) : Chargement du four.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Figure 192 (E2.5) : Tassement des matériaux dans le four.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 193 (E2.7) : Remplissage du modèle  avec le  sable  (secteur 3a).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 194 (E2.8) : Répartition à la main du sable dans le modèle.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 195 (E2.9) : Tassement du sable à l’aide d’une dame (tabbaché) ; le modèle est ensuite retourné ; le moule obtenu prend place à la suite des précédents, à droite et à gauche.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 197 (E2.10) : Au premier plan, une poche en attente avec son support manipulé à l’aide du pont roulant (secteur 3d) ; à gauche, un stock de lingots déjà coulés ; à droite des moules en attente de coulée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Figure 198 (E2.11) : Remplissage de la poche (secteur 2) manipulée à l’aide d’un palan se déplaçant le long du pont roulant ; pour cette opération, le corps du four est basculé vers l’avant ; le personnage au turban est appuyé contre le tableau de commande du four.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 199 (E2.12) : Coulée du fer dans les moules (secteur 3b) ; la poche, transportée par le pont roulant commandé par un ouvrier (masqué à gauche), est vidée manuellement par une seule personne.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 201 (E2.13) : Après la coulée, l’ouvrier couvre de sable le métal en fusion pour le refroidir.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Figure 202 (E2.14) : Coulée dans une autre série de moules, fermés, dont la partie supérieure est maintenue en place par deux poids (secteur 3e) ; la poche, toujours transportée au pont roulant, est alors manipulée par deux ouvriers, en raison de la précision requise par la petite taille de l’orifice de coulée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Figure 203 (E2.15) : Chargement du four (secteur 2) ; on distingue, à gauche, le tableau de commande du four, et à droite, les matériaux de récupération prêts à être enfournés.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Figure 196 (E2.9bis) : Tassement du sable à l’aide d’une dame (tabbaché) ; le modèle est ensuite retourné ; le moule obtenu prend place à la suite des précédents, à droite. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Figure 200 (E2.12bis) : Coulée du fer dans les moules (secteur 3b) ; la poche, transportée par le pont roulant commandé par un ouvrier (invisible), est vidée par une seule personne. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11368/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 862k

Lire

Open access