Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’artisanat du métal à Alep

 | 
Moheb Chanesaz
, 
Ella Dardaillon
, 
Jean-Claude David

CHAPITRE III. La fabrication des manches en bois

Atelier C1

Texte intégral

Le tourneur sur bois et fabricant de manches d'outils

atelier C1 

Travail debout et assis

  • 1 Sauvaget 1941.

1Dans les souks des quartiers anciens d’Alep, les ateliers des artisans qui fabriquent les manches d’outils sont souvent situés à proximité de ceux des forgerons qui fabriquent ces outils, ce qui est significatif d’une logique courante de groupement des activités par clientèle ou par complémentarité dans la production d’objets composites, plutôt que par une technologie unique et une seule matière première mise en œuvre (fig. 102 et 112). Ainsi, nous avons repéré des fabricants de manches d’outils dans le souk de Bab al‑Nasr, hors les murs, et dans celui de Bab al‑Hadid intra‑muros (fig. 113 à 122), où se trouvent aussi des forgerons et d’autres travailleurs du métal. Jusqu’à maintenant, des fondeurs de bronze fabriquent aussi dans le même souk des manches en bronze (ou en aluminium) pour des couteaux (Nabil Habch, atelier D1). Ce souk est aussi connu depuis les époques ayyoubide et mamelouke (xiiie et xivsiècles) comme lieu d’entreposage de bois d’œuvre et de chauffage 1, fonction dont il gardait quelques vestiges. Le souk de Bab al‑Hadid est encore connu sous le nom de Qabou al‑Najjarine, « la voûte des menuisiers » spécialisés dans les articles à destination de l’agriculture où l’on fabriquait encore récemment des araires en bois et en métal. On y fabrique aussi des tamis avec des grilles de métal ou treillis de peau montés sur des cadres en bois cintré.

Figure 113 (C1.1) : Fabrication au tour de manches d’outils de taille réduite ; on distingue au fond une scie à ruban.

Figure 113 (C1.1) : Fabrication au tour de manches d’outils de taille réduite ; on distingue au fond une scie à ruban.

Figure 114 (C1.2) : Fabrication au tour de manches d’outils de taille réduite.

Figure 114 (C1.2) : Fabrication au tour de manches d’outils de taille réduite.

2La fabrication des manches repose principalement sur deux techniques, très différentes, qui toutes deux sont en déclin, les manches d’outils étant désormais de plus en plus souvent importés (souvent de Chine). En général, les manches des petits outils et des couteaux sont en bois tourné, tandis que les manches de grands outils, fourches, bêches, pelles, herminettes, haches, sont en bois courbé ou cintré ou en bois tourné. 

3Le tour à bois a longtemps été actionné par un archet, suivant une technique très ancienne, présente dans différentes régions du monde. Dans les années quatre‑vingts, un vieil artisan actionnait encore un tour à archet dans un local minuscule de l’entrée du Khan Utch Khan qui donne sur le souk de Bab al‑Nasr (fig. 211). Il travaillait assis par terre sur un coussin. Les tours à bois d’Alep sont sans doute maintenant tous actionnés par un moteur électrique et les tourneurs travaillent debout. La boutique voisine du forgeron de lames Bakri Abdallah Sannan dans le Souk al‑Nahhasin est celle d’un tourneur sur bois qui lui fournit des manches de couteaux (fig 102). Dans le petit souk du Qabou al‑Najjarine des menuisiers reçoivent des grumes (’arami) de dimension moyenne (fig. 115‑116) qu’ils débitent à la scie à ruban en formats divers et notamment en barreaux de section carrée (30 ou 40 mm environ de côté et jusqu’à 2 mètres de long) qui sont travaillés ensuite au tour pour obtenir des manches (fig. 113‑114). Les bois utilisés sont le plus souvent régionaux.

Figure 115 (C1.3) : Matière première prête à être travaillée par équarrissage, puis tournage (voir fig. 116, p. 112).

Figure 115 (C1.3) : Matière première prête à être travaillée par équarrissage, puis tournage (voir fig. 116, p. 112).

Figure 116 (C1.4) : Au premier plan, au centre, les manches équarris (la scie à ruban est à droite) avant d’être confiés au tourneur. Cette technique convient à la fabrication de manches courts. 

Figure 116 (C1.4) : Au premier plan, au centre, les manches équarris (la scie à ruban est à droite) avant d’être confiés au tourneur. Cette technique convient à la fabrication de manches courts. 
  • 2 Cette technique a été modernisée et industrialisée au xixe siècle en Europe notamment par l’ébénis (...)

4Le bois courbé (ou cintré) est aussi sans doute une technique très ancienne 2. Le principe du bois courbé est la chauffe, généralement dans un bain d’eau ou de la vapeur, à des températures relativement basses entre 100 et 140‑150 degrés.  

5La technique alépine ancienne, et sans doute moyen-orientale, est la chauffe à sec dans un four au contact des flammes (fig. 117‑118), de branches de bois coupées à la longueur voulue, en évitant bien sûr que le bois ne s’enflamme. Le travailleur devant le four est debout comme celui qui courbe ou dresse le bois dans un bâti. Les branches préparées et chauffées, conservant une partie de leur écorce, sont tordues manuellement ou mise en tension dans un bâti en bois (jahch ou che‘eb, fourche, immobilisées par un collier métallique, voir fig. 117 et 119) pour être redressées. Elles sont chauffées et travaillées à plusieurs reprises jusqu’à l’obtention d’un élément convenant à la fonction. Dans ce cas, les manches sont vraisemblablement finis à l’aide d’un petit rabot (’anniz) ou d’une herminette (’addoum) qui enlève la couche noircie et atténue les irrégularités de surface puis à la râpe à bois (mibrad). Dans un autre atelier représenté dans les photos (fig. 121‑122), toutes les opérations successives, de redressage et de finition semblent réalisées par un seul artisan, assis au sol, qui dispose d’un petit brasero pour chauffer le bois à redresser et termine le travail à l’herminette.

Figure 117 (C1.5) : Fabrication de longs manches par redressage à chaud à partir de branches : au premier plan, les chevalets (djahch) ; au centre la matière première “brute“ ; au fond le four et les artisans. Voir également fig. 118 à 120, p. 116‑117.

Figure 117 (C1.5) : Fabrication de longs manches par redressage à chaud à partir de branches : au premier plan, les chevalets (djahch) ; au centre la matière première “brute“ ; au fond le four et les artisans. Voir également fig. 118 à 120, p. 116‑117.

Figure 118 (C1.6) : Mise en chauffe dans le four.

Figure 118 (C1.6) : Mise en chauffe dans le four.

Figure 119 (C1.7) : Redressage sur le chevalet.

Figure 119 (C1.7) : Redressage sur le chevalet.

Figure 120 (C1.7bis) : Redressage sur le chevalet après la mise en chauffe. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.

Figure 120 (C1.7bis) : Redressage sur le chevalet après la mise en chauffe. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.

Figure 121 (C1.8) : Dans un autre atelier, écorçage à l’herminette ; le foyer, au premier plan, permet de reprendre la chauffe.

Figure 121 (C1.8) : Dans un autre atelier, écorçage à l’herminette ; le foyer, au premier plan, permet de reprendre la chauffe.

Figure 122 (C1.9) : Finition du manche à l’herminette ; à droite, à côté de la pioche, une grosse lime utilisée si nécessaire. Cette technique convient à la fabrication de manches longs.

Figure 122 (C1.9) : Finition du manche à l’herminette ; à droite, à côté de la pioche, une grosse lime utilisée si nécessaire. Cette technique convient à la fabrication de manches longs.

Notes

1 Sauvaget 1941.

2 Cette technique a été modernisée et industrialisée au xixe siècle en Europe notamment par l’ébéniste et industriel autrichien d’origine allemande, Michael Thonet.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 113 (C1.1) : Fabrication au tour de manches d’outils de taille réduite ; on distingue au fond une scie à ruban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Figure 114 (C1.2) : Fabrication au tour de manches d’outils de taille réduite.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figure 115 (C1.3) : Matière première prête à être travaillée par équarrissage, puis tournage (voir fig. 116, p. 112).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 116 (C1.4) : Au premier plan, au centre, les manches équarris (la scie à ruban est à droite) avant d’être confiés au tourneur. Cette technique convient à la fabrication de manches courts. 
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 117 (C1.5) : Fabrication de longs manches par redressage à chaud à partir de branches : au premier plan, les chevalets (djahch) ; au centre la matière première “brute“ ; au fond le four et les artisans. Voir également fig. 118 à 120, p. 116‑117.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Figure 118 (C1.6) : Mise en chauffe dans le four.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 119 (C1.7) : Redressage sur le chevalet.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Figure 120 (C1.7bis) : Redressage sur le chevalet après la mise en chauffe. Dessin au trait M. Chanesaz, 2015.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Figure 121 (C1.8) : Dans un autre atelier, écorçage à l’herminette ; le foyer, au premier plan, permet de reprendre la chauffe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 122 (C1.9) : Finition du manche à l’herminette ; à droite, à côté de la pioche, une grosse lime utilisée si nécessaire. Cette technique convient à la fabrication de manches longs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11362/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 543k

Lire

Open access