Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’artisanat du métal à Alep

 | 
Moheb Chanesaz
, 
Ella Dardaillon
, 
Jean-Claude David

INTRODUCTION. Les savoir‑faire : héritages et nouveautés

Texte intégral

Comment la nouveauté s'intègre‑t‑elle aux savoir‑faire et aux fonctionnements hérités ?

  • 1 Certains artisans semblent mettre un point d’honneur à être habillés en accord avec ce qu’ils esti (...)
  • 2 Plusieurs écoles professionnelles existaient à Alep, notamment l’école ottomane fondée vers 1870 p (...)

1Les ateliers de petite métallurgie traditionnelle d’Alep paraissent très archaïques, mais sont‑ils pour autant primitifs. En fait, ils contiennent tous des nouveautés plus ou moins récentes : les processus de fabrication et l’organisation du travail dans l’espace à l’époque de nos enquêtes (2004‑2009) peuvent évoquer un cumul d’aménagements successifs, correspondant à une alternance de progrès et de déclin ou de stagnations. Ainsi une standardisation est remarquable dans certains ateliers de forgerons des souks de Bab al‑Hadid et de Bab al‑Nasr : on peut voir dans chacun de ces souks une série d’une quinzaine d’ateliers mitoyens qui semblent reproduire un modèle. Les artisans travaillent debout, à deux ou à trois. Le foyer de forge, à un mètre de hauteur, construit en cornières d’acier et maçonnerie de briques et briques réfractaires, matériaux étrangers au contexte, toujours appuyé contre le mur de droite de l’atelier, est l’un des éléments caractéristiques qui semblent issus d’une modernisation, peut-être au temps du Mandat français. C’est sans doute le cas aussi de la grosse enclume bigorne qui trône à l’entrée de chaque atelier, comme de la blouse bleue ou du bleu de travail 1 portés par quelques patrons et compagnons dans ces ateliers, habitude acquise peut-être par eux ou leurs pères lors d’une formation en école professionnelle 2 ou en apprentissage. Le remplacement des soufflets de forge par des ventilateurs électriques et l’adoption de moteurs électriques pour certaines machines font sans doute partie de ces mêmes avancées. Mais par la suite, en trois quarts de siècle, presque rien n’a changé et cette bouffée de modernité appartient maintenant au passé.

Figure 1 (A0.1) : Alep, le chevalet (jahch ou che‘eb) destiné au travail sur des grosses pièces creuses en utilisant une enclume spéciale, sendian nari, en français recingle. Voir suite figure 2.

Figure 1 (A0.1) : Alep, le chevalet (jahch ou che‘eb) destiné au travail sur des grosses pièces creuses en utilisant une enclume spéciale, sendian nari, en français recingle. Voir suite figure 2.

Figure 2 (A0.2) : En raison de l’encombrement et de la taille réduite de l’atelier, une partie du travail s’effectue dans la rue.

Figure 2 (A0.2) : En raison de l’encombrement et de la taille réduite de l’atelier, une partie du travail s’effectue dans la rue.
  • 3 Sur l’outillage, voir notamment les notes 8 et 10, p. 94, 96.

2Un autre forgeron, forgeron de lames, dans le Souk al‑Nahhasin, travaillant seul, assis au sol sur un coussin, les pieds et les mollets bien rangés sous les cuisses, habillé de vieux pantalons de travail et d’une chemise défraîchie, n’attache pas la même importance à sa présentation que l’ouvrier ou le patron forgeron modernisé. Il travaille sur une petite enclume cubique dont le modèle se retrouve chez les forgerons nomades du xixe siècle dans l’empire ottoman, et son foyer de forge est construit sur le sol, en terre et en cailloux, comme un modèle réduit pour des jeux d’enfants. Les critères courants de localisation dans l’atelier, du poste de travail, de l’enclume et du foyer, ne sont pas du tout les mêmes que dans le cas précédent. Les ateliers de ce type, que l’on retrouve en ville à Homs et chez les forgerons nomades gitans à Alep, peuvent sembler primitifs. Sont‑ils vraiment représentatifs d’une époque antérieure à la modernisation de l’époque coloniale ? En fait, même dans ces ateliers, le changement imprime sa marque : la ventilation du foyer de forge est électrique et nulle part à Alep ou ailleurs dans le pays, même dans les ateliers les plus archaïques, on ne peut voir de soufflets de forge ; les meules, les brosses rotatives, les tourets électriques, sur lesquels elles sont montées sont importés ; les marteaux de forge couramment utilisés sont aux normes des marteaux utilisés par les forgerons qui travaillent encore en France, achetés chez les fournisseurs spécialisés 3. L’enclume petite et légère, que l’on retrouve chez des orfèvres, peut être aussi une adaptation à la mobilité, ayant nécessité un travail d’invention pour le choix des matériaux (assemblage de fer ou d’acier doux et d’acier) et pour la forme. En fait l’existence de plusieurs phases de modernisation au moins dans ces ateliers est évidente au‑delà de l’uniformité apparente que donnent la suie, la fumée et la typologie des objets produits. En quoi ces ateliers seraient‑ils vraiment primitifs ? Qu’est-ce qui ferait la différence entre eux et les ateliers standardisés qui semblent plus récents ? Les processus de fabrication et les savoir-faire sont peu différents : les quelques moteurs électriques témoins de la modernisation sont présents dans les différents types d’ateliers ; le travail manuel domine encore, garant de l’authenticité actuelle des façons anciennes de travailler. Mais au‑delà de ces éléments communs, l’organisation du travail dans l’espace de l’atelier et les attitudes corporelles sont très différentes : ce sont peut-être ces caractéristiques fonctionnelles, les attitudes, le rapport à l’espace et au sol, le rôle du corps, plus culturels que les processus techniques de fabrication ou l’adoption de quelques machines, qui font la différence ? Le regroupement des ateliers dans la ville en souks est aussi très significatif. 

Figure 3 (A0.3) : Alep, ateliers contigus au Souk al‑Nahhasin ; les outils utilisés sont les maillets en bois.

Figure 3 (A0.3) : Alep, ateliers contigus au Souk al‑Nahhasin ; les outils utilisés sont les maillets en bois.

Figure 4 (A0.4) : Alep, ateliers contigus au Souk al‑Nahhasin ; les outils utilisés sont les marteaux.

Figure 4 (A0.4) : Alep, ateliers contigus au Souk al‑Nahhasin ; les outils utilisés sont les marteaux.

3Une autre phase de changement intervient à la même époque, entre la fin de l’empire ottoman et le Mandat français, l’installation de réfugiés arméniens chassés d’Anatolie et de Cilicie, parmi lesquels se trouvent beaucoup d’artisans. Comme pour d’autres secteurs d’activité, les Arméniens disent être à l’origine d’innovations dans la métallurgie et le travail des métaux précieux. Beaucoup d’entre eux interrogés au cours de nos enquêtes évoquent leur migration ou celle de leurs pères, depuis leur lieu d’origine dans la Turquie actuelle, leur installation à Alep et les différences qu’ils ont rencontrées avec leurs propres habitudes de travail, et comment leur influence a fait évoluer certaines pratiques alépines. Mais leurs récits peuvent être enjolivés et les Arméniens arrivés à Alep ont aussi intégré à leur propre apport celui des artisans locaux, déjà des Arméniens présents depuis des siècles à Alep, ou des Arabes ou d’autres, avec aussi les pratiques apprises dans les structures de formation professionnelle mises en place par les administrations ou des institutions ottomanes ou françaises ou émanant d’œuvres ou de fondations locales. 

  • 4 Diderot et d’Alembert 1751-1772, et Panckoucke 1782-1832.
  • 5 Les planches de l’Encyclopédie comme élément de comparaison représentent sans doute une norme de n (...)
  • 6 Internet diffuse de nombreux échanges de courriers et des blogs, à propos de métiers traditionnels (...)

4Nous verrons encore avec les monographies que certains ateliers de forgerons, de dinandiers et d’autres métallurgistes, ainsi que d’autres métiers, notamment à Alep, présentent des ressemblance dans leurs processus de fabrication avec les descriptions et les représentations de la Grande Encyclopédie de Diderot et d’Alembert au xviiie siècle 4, alors que l’organisation du travail dans l’espace de l’atelier est différente et semble très marquée par les contextes. La comparaison avec les planches de l’Encyclopédie suggère aussi que le niveau technique et les processus de fabrication étaient comparables en général dans les petits ateliers artisanaux, entre le Levant actuel ou récent et l’Europe occidentale préindustrielle (ou proto‑industrielle) de la fin du xviiie siècle. Elle montre que les retards ou les décalages des ateliers alépins avec l’Occident, avant la révolution industrielle du xixe siècle n’étaient pas tellement considérables, sauf pour la part déjà motorisée et mécanisée en Occident avant l’industrialisation dans certains contextes depuis le Moyen Âge, et d’autre part que le fossé se creuse en général, au cours du xixe siècle et du xxe siècle, avec la révolution industrielle qui diffuse en Occident la motorisation, la mécanisation, les énergies nouvelles, la vapeur après l’hydraulique, etc. La différence reste faible si l’on choisit comme niveau de comparaison en Occident au xixe siècle et dans la première moitié du xxe, des contextes traditionnels, restés à l’écart de la modernisation chez des artisans au service du monde rural encore très conservateur ou travaillant dans de petites villes ou des bourgs, ou enfin pour des secteurs de l’artisanat en cours de disparition, remplacés par d’autres produits et d’autres modes de fabrication 5. En France, après la seconde guerre mondiale, et surtout au cours des années 1950‑70, alors que l’on pouvait encore y voir des soufflets de forge, les artisans comme les forgerons, maréchaux‑ferrants, charrons et carrossiers anciens, disparaissaient (provisoirement ?) ou rejoignaient le folklore 6, ou encore étaient remplacés par des moyens de production plus modernes, mécanisés, de même que les dinandiers de cuivre, les étameurs, les ferblantiers et beaucoup d’autres. Il faut noter aussi que le rythme des évolutions en Europe a été différent suivant les pays (on pourrait comparer la France avec l’Allemagne ou l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne ou le Portugal) ; de même qu’en Syrie la modernisation a moins de retard à Alep, grâce à des initiatives remontant sans doute aux années 1930‑1960, qu’à Hama ou Homs ou même Damas. 

Figure 5 (A0.5) : Homs, un atelier de fabrication d’alambics en chaudronnerie de cuivre.

Figure 5 (A0.5) : Homs, un atelier de fabrication d’alambics en chaudronnerie de cuivre.

Figure 6 (A0.6) : Alep, des récipients à plusieurs états de finition : bruts à droite, étamés à gauche.

Figure 6 (A0.6) : Alep, des récipients à plusieurs états de finition : bruts à droite, étamés à gauche.

Le souk : retard ou adaptation au contexte ?

  • 7 Sur le souk comme élément d’un modèle urbain, voir notamment :  Hreitani et David 1986, Geertz 197 (...)
  • 8 Voir Kennedy 2000 et Kennedy 2006.
  • 9 Boissière 2014, sur les formes du commerce à Alep.

5Un atelier situé dans un souk ancien d’Alep est d’emblée considéré comme traditionnel. En effet les spécialistes, historiens, géographes, anthropologues, considèrent le souk comme une forme spatiale de l’activité économique caractéristique des villes arabo‑musulmanes 7 anciennes, incluant aussi le monde turc, iranien, indien et l’Asie centrale musulmane. Découlant de l’organisation de la société dans l’espace urbain, ainsi que des rapports entre le pouvoir, les activités et fonctions urbaines, et les juridictions religieuses, notamment par le système des waqf‑s, le souk serait un produit issu d’une mutation développée sur les ruines de la ville antique orientale, dès l’époque paléochrétienne ou byzantine 8. Mais que reste‑t‑il dans la ville actuelle du système dont faisait partie le souk comme forme urbaine historique significative, dans la mesure où le système politique, économique et culturel qui l’a produit semble avoir disparu ? Les souks que nous pouvions voir encore, avant 2011, sont-ils des vestiges du passé ou des coquilles vides réoccupées? Pourtant le développement actuel de nouveaux souks dans des quartiers anciens et dans certains quartiers récents, souvent informels, laisse à penser que certaines conditions de leur existence subsistent ou ont été remplacées par de nouvelles dont les effets sont comparables 9.

Figure 7 (A0.7) : Alep, creusement de la fosse pour le remplacement du plot porte‑enclume (’ermé) ; l’ancien plot avec son enclume encore en place est couché au premier plan.

Figure 7 (A0.7) : Alep, creusement de la fosse pour le remplacement du plot porte‑enclume (’ermé) ; l’ancien plot avec son enclume encore en place est couché au premier plan.
  • 10 Bachar al-Assad succédant à son père, fait évoluer après 2000 la politique économique de la Syrie, (...)

6A première vue le bilan de l’évolution de ces activités semble très inégal en dépit de la manifestation de l’habileté et du savoir-faire des artisans, que l’on regarde la petite métallurgie du souk ou la métallurgie moyenne semi-industrialisée. Mais on peut considérer maintenant que dans un contexte social et économique difficile, ces formes d’activités de fabrication à petite échelle, tolérées, favorisées aussi par le protectionnisme étendu par l’État sur l’ensemble de l’économie syrienne sous Hafez al‑Assad, ont été une réponse apportée par la population à ses difficultés. Ces solutions souvent informelles, contenant une part importante d’illégalité témoignent de la résilience, de l’inventivité et de la réactivité qui ont permis à la population de villes submergées par l’exode rural, dans une situation de croissance démographique catastrophique, de crise du logement et de difficultés climatiques périodiques dans des régions rurales en Syrie du Nord et de l’est, de résoudre ses problèmes au mieux avant l’éclatement du conflit actuel qui remet tout en question et notamment les solutions produites par l’inventivité et la réactivité populaires 10. Les petits ateliers traditionnels de souks et de zones artisanales illégales ne sont-ils pas aussi la matrice où se sont constitués les savoir-faire, et réalisés les premières modernisations caractéristiques de la métallurgie moyenne semi-industrialisée, très dynamique, peu prise en compte par les statistiques de l’économie, malgré son rôle essentiel ? 

Figure 8 (A0.8) : Mise en place du nouveau plot ; au centre l’orifice destiné à la fixation de l’enclume.

Figure 8 (A0.8) : Mise en place du nouveau plot ; au centre l’orifice destiné à la fixation de l’enclume.

Des ateliers hors des souks, nouveauté ou simple changement d’échelle ? 

7Les deux ateliers de métallurgie moyenne semi‑industrialisée situés dans deux zones industrielles, (illégale à Cheikh Khoder, légale à Chqayef), que nous présenterons ici (fonderies de fer, acier et fonte au cubilot et au four électrique à induction), ne sont‑ils pas à la fois modernes et traditionnels? Les zones artisanales ou industrielles où ils se trouvent sont des extensions de la ville qui datent de quelques années ou décennies ; les bâtiments eux-mêmes sont des constructions récentes (béton armé, structure poteaux-poutres, grande halle avec plafond‑terrasse supporté par des séries de piliers minces). Une part de la technologie est importée. Mais ces deux ateliers situés en dehors de la ville ancienne sont-ils pour autant «‑modernes‑»‑? L’aspect archaïque des espaces de travail et leur « exotisme » pour l’observateur attentif et informé de l’organisation des locaux de fabrication actuels dans les pays développés font douter de leur modernité, qui semble plus proche du xixe siècle que du xxie‑siècle. Ainsi, l’innovation technologique importée ou développée localement, qui se manifeste par la mise en place d’outils et de moyens nouveaux dans les processus de fabrication, s’insère dans un contexte social, économique, spatial et politique de la ville et du pays et ne fait pas de ces ateliers une activité en rupture complète avec le passé, avec l’organisation du travail dans l’atelier, avec les attitudes corporelles. En fait, quelle que soit leur localisation et leur taille, ils ne sont pas non plus des conservatoires authentiques de formes anciennes mais sans doute des laboratoires, souvent très modestes, d’inventivité et d’intégration partielle de modernisation par hybridation, à l’image globale de ces sociétés qui sont en train de basculer. 

De l’atelier de souk à la zone artisanale ou industrielle 

8Évolution de l’organisation de l’espace urbain et de l’espace du travail dans l’atelier. Cinq groupes de monographies 

  • 11 Dans le cadre du quatrième plan quinquennal. Les implantations concernent : 1) une usine de profil (...)

9Notre étude, limitée et partielle, porte donc sur quelques aspects d’une petite métallurgie artisanale localisée dans des boutiques/ateliers de plusieurs souks ainsi que sur deux entreprises moyennes semi‑industrialisées qui emploient près d’une dizaine de travailleurs chacune, dans des zones artisanales récentes, l’une est légale et l’autre illégale. Ces microstructures étaient particulièrement nombreuses à Alep avant 2011 (surtout pour le textile et la métallurgie), dans la ville en plein développement, alors que la métallurgie lourde, employant un plus grand nombre d’ouvriers, avait été implantée par l’État notamment à Hama 11, ville sans grande tradition industrielle, suivant ainsi la logique contradictoire de la planification économique baassiste et d’une géopolitique territoriale du pouvoir.

10- Nous nous intéressons d’abord à la description et à l’analyse de l’évolution des techniques et des moyens de production. 

11- Nous nous intéressons aussi aux modifications de l’atelier, aux modifications de l’espace du travail et des attitudes corporelles qui accompagnent celles des techniques et de la société. Qu’est ce qui est transmis du passé et comment la nouveauté s’intègre t elle à la tradition, en produisant des métissages cohérents ? 

12- Nous croiserons ces questions concernant l’atelier avec les changements de localisation des activités de production dans la ville et le passage du souk à la zone industrielle dans le contexte du changement global de la ville et des politiques économiques. 

  • 12 Les dix ateliers présentés sont les suivants : 

13En fonction des types de technique, percussion ou fusion, facteurs discriminants essentiels dans la métallurgie, nous distinguons les cinq ateliers de métallurgie par percussion sur le cuivre (dinanderie) ou le fer (forge), des trois ateliers qui travaillent le métal en fusion, un petit atelier de fonderie de bronze et les deux ateliers de fonderies « modernes » de fonte et d’acier, qui utilisent la même technologie des moules au sable. Nous présentons aussi deux ateliers atypiques, un atelier d’étamage, complément de la dinanderie, et le travail des tourneurs sur bois qui produisent les manches pour les couteaux et les outils forgés dans les ateliers voisins 12

  • 13 Les noms de métier en rapport avec les métaux sont devenus des patronymes portés par des familles (...)

14Les spécialités de productions sont rassemblées en cinq groupes de monographies, chaque groupe étant introduit en général par une présentation des éléments communs au groupe 13

15- A. la dinanderie ou chaudronnerie de cuivre (nihasa, artisan : nahhas/nahhasin) et l’étamage (tabyid, artisan : mbayyed) ; 

16- B. le forgeage de lames et d’outils (hdadé, artisan : haddad/haddadin) ; 

17- C. la fabrication des manches en bois (njara, artisan : najjar/najjarin) ;

18- D. la micro‑fonderie traditionnelle de bronze (maskabé, artisan : sakkab‑nahhas) ; 

19- E. la fonderie « moderne » de fonte et d’autres métaux (artisan : sakkab). 

20Les petits ateliers de souk (au Souk al‑Nahhasin) qui fondent le bronze ou les ateliers plus grands de zones artisanales et industrielles peuvent aussi fondre et mouler l’aluminium ou des alliages. 

21Les spécialités de production dans l’usage parlé courant sont désignées en arabe par le nom de l’artisan et non par celui du métier. Les dénominations classiques de métier sont donc ignorées, par exemple : nihasa, njara, maskabé. Le nom des espaces de production renvoie au nom des artisans : souk al-nahhasin, souk al‑najjarin, etc.

22Autant dans les présentations introductives des éléments communs que dans les monographies d’ateliers, nous insisterons sur les marqueurs de changement et de permanence, essentiellement repérés dans le travail en cours plutôt que dans les entretiens avec les artisans. Nous ferons appel aussi à des comparaisons avec d’autres ateliers à Alep ou ailleurs en Syrie. Notre conclusion sera une tentative de réponse aux questions posées et une présentation d’hypothèses sur le futur de la petite métallurgie du souk et sur celui de la métallurgie moyenne semi-industrialisée, envisagé avant la guerre actuelle. L’ouverture économique qui s’installe en Syrie en plusieurs étapes, notamment avec l’arrivée au pouvoir de Bachar al‑Assad, dont Alep a tiré d’abord des profits considérables, est un facteur de bouleversement, qui intervient fortement sur les processus d’investissement. Les formes traditionnelles populaires d’investissement ne disparaissent pas mais sont marginalisées par le renouveau du développement des grands investissements capitalistes. 

23Nous éviterons autant que possible de classer les activités étudiées en fonction d’une hiérarchie de valeur et de leur donner une « note » en fonction de leur retard, d’archaïsme ou de progrès. Nous les apprécierons plutôt en fonction de qualités intrinsèques en rapport avec le contexte local et comme des réponses à des difficultés et à des besoins propres au contexte.

Notes

1 Certains artisans semblent mettre un point d’honneur à être habillés en accord avec ce qu’ils estiment être leur niveau social d’artisan, notamment des forgerons... Chaque atelier contient un miroir ou plusieurs miroirs ou morceaux de miroir. Les artisans changent de vêtement pour travailler et à nouveau pour rentrer chez eux, mais leurs vêtements de travail sont souvent aussi soignés que leurs vêtements de ville.

2 Plusieurs écoles professionnelles existaient à Alep, notamment l’école ottomane fondée vers 1870 près de la Citadelle et l’école Georges Salem, fondation privée  dans le quartier du Sébil.

3 Sur l’outillage, voir notamment les notes 8 et 10, p. 94, 96.

4 Diderot et d’Alembert 1751-1772, et Panckoucke 1782-1832.

5 Les planches de l’Encyclopédie comme élément de comparaison représentent sans doute une norme de niveau élevé à l’époque, plutôt que la référence la plus courante ou la plus archaïque.

6 Internet diffuse de nombreux échanges de courriers et des blogs, à propos de métiers traditionnels et notamment de la métallurgie. Il s’agit souvent de la communication de «trucs» ou de savoir-faire, transmis par des amateurs praticiens ou par d’anciens artisans (européens, canadiens ou des USA), proposant souvent le recyclage ou le détournement de matériaux de récupération. Des outils anciens sont proposés à la vente, à des prix élevés, autant pour être utilisés qu’inclus dans des collections. Les catalogues de vente d’outils professionnels neufs, souvent conformes à des modèles anciens, sont diffusés aussi par Internet et doivent répondre aux demandes d’une clientèle professionnelle ou non...

7 Sur le souk comme élément d’un modèle urbain, voir notamment :  Hreitani et David 1986, Geertz 1979, Mermier et Peraldi 2011, Raymond 1990-1991, Wirth 1974-1975.

8 Voir Kennedy 2000 et Kennedy 2006.

9 Boissière 2014, sur les formes du commerce à Alep.

10 Bachar al-Assad succédant à son père, fait évoluer après 2000 la politique économique de la Syrie, favorisant le développement de l’industrie la plus moderne avec les achats d’usines clés en main par des investisseurs, par l’allégement des taxes et l’ouverture douanière, surtout utile pour les entrepreneurs/investisseurs de Damas et d’Alep et leurs alliés dans le régime. 

11 Dans le cadre du quatrième plan quinquennal. Les implantations concernent : 1) une usine de profilés d’acier à Hama (600 ouvriers), dont la production a démarré en 1975, 2) une usine de profilés d’aluminium à Lattaquié, en 1976,  3) une unité de laminage à chaud dans la région de Hama avec 800 ouvriers, 4) une production de barres et de profilés, de billettes à Hama en 1977, 5) une unité de laminage à froid pour une production de tôles de fer blanc, 6) une usine de fonte de la ferraille à Hama en 1977. Cet ensemble était le point de départ d’un grand complexe de fer et d’acier à Hama. Par ailleurs, une usine de montage de tracteurs avait été fondée à Alep, qui existe encore, nous y reviendrons.

12 Les dix ateliers présentés sont les suivants : 

- l’atelier de dinanderie de Moustafa Nahhas Mohandes au Souk al-Nahhasin dans le faubourg ancien nord (p. 38 à 61) ; 

- l’atelier de dinanderie de Sarkis au Souk al-Nahhasin (p. 62‑63) ;

- l’atelier d’étamage au Souk al-Nahhasin (fig. 66 à 77) ;

- l’atelier du forgeron de lames assis au sol, au Souk al-Nahhasin, et les forgerons itinérants qorbat-s (tziganes) (fig. 78 à 93) ; 

- l’atelier du forgeron de lames, debout, Bakri Abdallah Sannan au Souk al-Nahhasin (fig. 94 à 102) ;

- l’atelier du forgeron d’outils, debout, au Souk de Bab al-Hadid intra-muros (fig. 103 à 112) ; 

- l’atelier du fabricant de manches d’outils au petit souk du Qabou al-Najjarin (fig 113 à 122) ; 

- la fonderie de bronze de Nabil Habch au Souk al-Nahhasin (fig. 123 à 128 et fig. 129 à 151); 

- la fonderie de fonte au coke (cubilot) de Mohammad Zubaydi, dans la zone industrielle illégale de cheikh Khodr… (fig. 152 à 185) ; 

- la fonderie d’acier et de fonte Al-Ittihad (l’Union ; fours électriques à induction), dans la zone industrielle légale de Chqayyef en périphérie nord  (fig. 188 à 203).

13 Les noms de métier en rapport avec les métaux sont devenus des patronymes portés par des familles des trois religions principales de la ville, musulmans, chrétiens, juifs. Dans l’espace public du souk, la plupart des artisans métallurgistes semblaient se définir par leur métier plutôt que par leur appartenance confessionnelle et se retrouvaient ensemble, chrétiens et musulmans dans le même Souk al-Nahhasin, dans un quartier défini comme mixte. La métallurgie appliquée à la mécanique automobile et aux moteurs, pompes, etc., constitue des regroupements par appartenances confessionnelles ou par spécialités : les mécaniciens auto/moteurs de Bab al-Faraj étaient plutôt arméniens et arabes chrétiens, ceux de Souleimaniyé et Midan aussi, mais pour diverses raisons ils sont maintenant de plus en plus souvent kurdes. Les quartiers où ils exerçaient leur profession étaient aussi leurs quartiers d’habitation, où ils avaient aussi d’autres professions : ainsi, Bab al-Faraj était un quartier presque arménien et spécialisé dans différents services (restaurants, marchands de boissons alcoolisées, pâtisserie, fabricants et marchands de basterma, hôtels de voyageurs, prostitution, cabinets médicaux, mécanique, commerce de pièces de rechange, etc.). Un souk de réparateurs de pompes et de moteurs, dans la rue du vieux Sérail, était majoritairement musulman. L’ancien souk des bijoutiers dans la Mdiné devient de plus en plus musulman tandis que les bijoutiers et orfèvres chrétiens ont développé leurs nouveaux souks dans des quartiers chrétiens ou autrefois chrétiens, Jdeidé, Tilal, Souleimaniyé, Midan. Les juifs ont quitté le pays. 

Table des illustrations

Titre Figure 5 (A0.5) : Homs, un atelier de fabrication d’alambics en chaudronnerie de cuivre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Figure 1 (A0.1) : Alep, le chevalet (jahch ou che‘eb) destiné au travail sur des grosses pièces creuses en utilisant une enclume spéciale, sendian nari, en français recingle. Voir suite figure 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 2 (A0.2) : En raison de l’encombrement et de la taille réduite de l’atelier, une partie du travail s’effectue dans la rue.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Figure 3 (A0.3) : Alep, ateliers contigus au Souk al‑Nahhasin ; les outils utilisés sont les maillets en bois.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Figure 4 (A0.4) : Alep, ateliers contigus au Souk al‑Nahhasin ; les outils utilisés sont les marteaux.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Figure 6 (A0.6) : Alep, des récipients à plusieurs états de finition : bruts à droite, étamés à gauche.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Figure 7 (A0.7) : Alep, creusement de la fosse pour le remplacement du plot porte‑enclume (’ermé) ; l’ancien plot avec son enclume encore en place est couché au premier plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Figure 8 (A0.8) : Mise en place du nouveau plot ; au centre l’orifice destiné à la fixation de l’enclume.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11353/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 569k

Lire

Open access