Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’artisanat du métal à Alep

 | 
Moheb Chanesaz
, 
Ella Dardaillon
, 
Jean-Claude David

Avant-Propos

Les auteurs dédient cet ouvrage aux artisans d’Alep

Texte intégral

L'artisanat du métal à Alep . Quelle postérité ?

  • 1 Nous tenons à exprimer nos remerciements à l’UMR 5133-ArchéOrient qui a soutenu ce projet d’étude (...)

1Notre démarche visait à comparer des aspects de la métallurgie du cuivre, du bronze, du fer et des métaux précieux, essentiellement à Alep, dans des ateliers encore actifs avant 2012, avec les mêmes activités à d’autres époques, en milieu urbain, comme par exemple à l’âge du Bronze (vers 1200 av. JC) à Ougarit (Ras Shamra) près de Lattaquié. Les descriptions précises du présent devaient nous permettre de mieux comprendre le passé, sans cependant que nous prétendions mettre en évidence des filiations directes ayant pu se développer sur plusieurs millénaires. Nous pensions rechercher plutôt des parentés entre des pratiques ou des moyens ayant existé à différentes époques dans des milieux naturels et culturels proches. Cette idée était née de rencontres informelles à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon, entre des chercheurs appartenant à différentes disciplines, anthropologie (M. Chanesaz), archéométallurgie (E. Dardaillon), géographie (J.‑C. David), et ayant tous travaillé en Syrie et au Liban 1.  

2Seule la première partie de notre recherche sur les activités traditionnelles contemporaines, effectivement réalisée, est publiée ici. Nous avons exclu notamment tout notre travail sur les métaux précieux, essentiels à Alep, et de nombreuses enquêtes complétant les dix exemples d’ateliers choisis ici. Nous avons aussi laissé de côté une partie du gros dossier photographique sur les artisans du métal à Alep, Homs, Hama, Damas. 

3Le second volet de cette démarche devrait faire l’objet d’une autre publication, fondée sur la comparaison du présent et du passé récent avec des données sur la métallurgie découvertes dans les fouilles archéologiques : nous pensions nous inspirer de notre approche du contemporain pour mieux connaître la métallurgie dans des sites archéologiques difficiles à analyser comme Ougarit à l’âge du Bronze récent, en abordant les phénomènes dans leur globalité, en situant les connaissances, non seulement à l’échelle de l’atelier, de l’espace domestique, palatial ou religieux, mais aussi dans le système politique, culturel, social et spatial de l’ensemble de la ville et de la région, pour autant qu’on puisse les connaître. 

4Il s’agissait par exemple de réfléchir sur la localisation des activités de fabrication dans l’espace urbain en considérant l’importance des métaux usuels ou précieux comme signes et outils de pouvoirs, importance qui peut expliquer leur insertion au cœur de la ville et leur contrôle par le pouvoir. Les espaces spécialisés, dédiés aux activités économiques, – souks ou « quartiers industriels » –, sont apparus en ville progressivement, à mesure que ces activités devenaient des métiers, en fonction d’évolutions qui modifiaient les fonctionnements politiques et sociaux antérieurs, au moins en partie. Pourtant, l’existence d’un arsenal important aux xiiexiiie siècles de notre ère, dans le palais princier (Zankide et Ayyoubide) de la citadelle d’Alep, fondé par l’émir Noureddine au cœur de la ville arabe et musulmane, perpétue l’ancienne pratique du contrôle direct exercé par le prince sur des instruments militaires du pouvoir, pratique existante deux ou trois millénaires plus tôt. 

5Notre observation des ateliers modernes pourrait nous permettre aussi d’expliquer la rareté des indices archéologiques à Ougarit, non pas parce que les ateliers étaient situés en périphérie ou hors de la ville, mais parce qu’ils utilisaient, comme ces mêmes métiers le font encore maintenant, des matériaux périssables et un outillage souvent proche du matériau brut. Ces matériaux étant difficiles à repérer dans la fouille archéologique, s’impose alors un travail d’interprétation des traces laissées par des gestes et attitudes du travail. 

6Nous avons donc engagé un programme de recherches sur le terrain à Alep et dans d’autres villes (Damas, Hama, Homs). Nous avons tenté d’organiser notre connaissance de la métallurgie traditionnelle actuelle en partant de l’idée qu’elle constitue un système d’éléments en interaction dans la ville. Nous souhaitions croiser les aspects techniques (les processus de fabrication) et fonctionnels (l’organisation du travail dans l’espace de l’atelier et les attitudes corporelles du travail), avec une réflexion sur l’organisation générale de l’espace urbain en rapport avec des considérations culturelles et sociales et avec le fonctionnement des pouvoirs. Ces systèmes d’interactions à l’époque contemporaine étaient essentiellement hérités de la période ottomane postérieure au xviiie siècle et des mutations en cours, conséquences de la mondialisation, du développement de la société de consommation et de la croissance des villes.

7Les enquêtes à Alep ont été réalisées entre 2004 et 2009 : 

8- Des enquêtes préliminaires ont été conduites par Moheb Chanesaz (anthropologue, Université Libanaise et chercheur associé à ArchéOrient), en novembre 2004, pour établir des contacts avec les informateurs puis prendre des rendez-vous avec les artisans afin de les observer au travail. 

  • 2 Les deux laboratoires CNRS, le Gremmo et ArchéOrient, sont inclus dans la Maison de l’Orient et de (...)

9- Une mission en septembre 2005 rassemblait Moheb Chanesaz et Ella Dardaillon, (archéologue, associée à ArchéOrient) puis cette dernière et Jean‑Claude David (géographe, associé au Gremmo puis à ArchéOrient) 2

10- Une nouvelle enquête a été conduite par Moheb Chanesaz en avril 2007, puis par Jean‑Claude David et Ella Dardaillon en novembre 2007. 

11- Enfin à l’occasion de missions pour d’autres programmes nous avons pu retourner ponctuellement sur notre terrain de la métallurgie à Alep, notamment en 2009. 

12Au cours des visites, nous avons réalisé des entretiens dans les ateliers, observé et enregistré le travail et son espace par des photos (pas moins de 1500 clichés) et des croquis cotés. Nous avons aussi recueilli autant que possible la terminologie technique. 

13Les différents métiers du métal auxquels nous nous sommes intéressés étaient généralement localisés dans les quartiers anciens, parfois aussi dans des quartiers modernes et des faubourgs ou même en marge du tissu urbain. Dans la ville ancienne et dans sa proximité, il s’agit de forgerons et d’étameurs à Bab al‑Nasr (notamment dans le Souk al‑Nahhasin) et à Bab al‑Hadid, d’artisans du cuivre à Bab al‑Nasr, d’orfèvres et de bijoutiers dans différents sites des souks centraux, à Jdeidé et dans le quartier chrétien et musulman moderne de Mhattat Bagdad. Dans d’autres ateliers, souvent plus grands, situés hors de la ville, à l’est d’Alep, comme dans le quartier de Cheikh Khoder et dans la zone industrielle de Chqayef au nord, on travaille le fer, la fonte, le bronze. A 10 km au sud d’Alep, à Cheikh Saïd, se trouvent des ateliers (illégaux) où est traité le plomb, en partie en plein air, que nous avons visités sans enquêter systématiquement. 

14Notre recherche anthropologique et sociologique sur cet aspect de l’économie de la ville contemporaine a abouti à un ensemble cohérent qui nous a semblé pouvoir être publié indépendamment de la comparaison avec les données archéologiques, c’est ce que nous avons décidé de faire quand le début du conflit en Syrie, en 2011, a donné une urgence à toutes les formes de recherche sur la ville ancienne, les activités populaires, le patrimoine immatériel, menacés en priorité par la volonté de détruire. Nous avons laissé de côté l’aspect antique et archéologique de la recherche pour décrire essentiellement les activités encore vivantes que nous avions pu observer. Nos enquêtes de terrain, menées surtout à Alep avant 2011, et nos photographies enregistrent des activités maintenant (en 2016) arrêtées ou disparues, dont les locaux situés près d’une ligne de front ont servi de champ de bataille et ont été pillés et détruits. Certains ateliers, consacrés notamment à la fusion et à la coulée du métal dans des moules à sable, ont travaillé sans doute à la fabrication d’armes et de munitions pour des groupes armés (grenades, mortiers, roquettes, etc.). 

15Les idées que nous exposons en conclusion nous ont semblé découler de cette observation d’activités qui étaient encore vivantes, bien que déclinantes. Nous constations les évolutions entre les années 1990 et 2009, avec la mutation en cours de l’artisanat des ateliers de souks qui s’adressait essentiellement à une clientèle urbaine des quartiers anciens et populaires, et avec le développement d’un artisanat en ateliers dans des zones d’activité souvent illégales ou des zones industrielles légales. Ces mutations semblaient favoriser une forme d’entreprise plus dynamique que les ateliers‑boutiques de souk, et liées à des circuits industriels plus considérables et parfois plus modernes. 

16Une autre conclusion nous paraît maintenant essentielle alors que les combats à Alep semblent avoir pris fin et que des questions se posent sur la destruction du patrimoine et sa réhabilitation : nos témoignages eux‑mêmes ont maintenant une valeur patrimoniale. Mais les locaux du Souk al‑Nahhasin de Bab al‑Nasr, qui étaient en cours de restauration dans les années 2000 ont été détruits, les artisans et leurs familles dispersés, y compris ceux qui envisageaient de développer leur activité pour une clientèle, souvent étrangère, d’amateurs ou de touristes. Ces activités renaîtront peut‑être. Mais nous ne connaissons pas l’état de la population et ses moyens de réagir, il nous est difficile d’imaginer quelles formes prendra cette résurrection. 

17À ceux qui s’interrogent sur la question de la participation de femmes dans les ateliers, il faut préciser que la question est hors sujet. En effet la société du Proche‑Orient est organisée, dès avant l’Islam, suivant un partage des tâches et des espaces entre le monde domestique et familial, essentiellement féminin, et le monde public, essentiellement masculin. Les occupations des hommes se déroulent dans l’espace public (les souks) ou en communication directe avec lui (ateliers, boutiques, les lieux de la religion). Les occupations des femmes trouvent leurs espaces dans les maisons et concernent directement la famille et les enfants. Les femmes sont parfois investies dans des travaux de production en rapport avec la sphère de l’économie générale. C’est le plus souvent en milieu rural et leur contact avec l’extérieur est médiatisé par les hommes. Les ateliers de métallurgie impliquant des travaux de force écartent les femmes, à l’exception de l’artisanat des métaux précieux (bijouterie, orfèvrerie) qui peut solliciter une participation féminine, notamment chez les chrétiens et les juifs...  

18Les ateliers de petite métallurgie traditionnelle sont principalement situés dans plusieurs souks sur la ligne de front. Ils ont été pillés, vidés de tout ce qui pouvait être réutilisé ailleurs. Les bâtiments ont été détruits par l’artillerie et les bombardements. Les artisans comme la plupart des habitants de ces quartiers sont partis, dans d’autres régions de Syrie ou à l’étranger et leurs espaces domestiques ont été détruits ou pillés. Il est actuellement impossible de retrouver ces artisans. La situation actuelle ne signifie pas la fin de l’activité artisanale, la reconstruction de ces activités et des espaces urbains devrait en effet commencer par un retour progressif des habitants dans le cadre d’une stabilité retrouvée.

  • 3 Une partie de ces recherches a été publiée dans Dardaillon et David 2015, et David et alii 2014b, (...)

19Les incitations officielles, celles des autorités syriennes et alépines et celles de l’UNESCO dans cette zone classée au patrimoine mondial, et les interventions pour revitaliser le souk sont encore en germe et il sera sans aucun doute intéressant d’observer ce qui se mettra en place, et comment les ateliers se réorganiseront sur les mêmes sites ou ailleurs. Quoi qu’il en soit la publication de nos observations faites entre 2004‑2009 demeure une source irremplaçable de connaissance et une aide pour la reconstruction 3

Notes

1 Nous tenons à exprimer nos remerciements à l’UMR 5133-ArchéOrient qui a soutenu ce projet d’étude depuis le début. Les deux UMR, ArchéOrient et le Gremmo (UMR 5195), ont pris en charge le financement des différentes missions du projet. Nous remercions Olivier Aurenche pour ses conseils et ses encouragements, puis ses relectures ; Muriel Girard qui nous a accompagnés pour certaines enquêtes et nous a communiqué ses plans de repérages d’activités au Souk al-Nahhasin ; le Dr. Mahmoud Hreitani qui nous a aidé par sa connaissance de la ville et du terrain de la petite métallurgie ; Louma Semaan qui a été notre interprète dans plusieurs entretiens avec des artisans ; Alia Farkouh qui a contribué à la traduction en arabe du glossaire-index.

2 Les deux laboratoires CNRS, le Gremmo et ArchéOrient, sont inclus dans la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

3 Une partie de ces recherches a été publiée dans Dardaillon et David 2015, et David et alii 2014b, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), et David et alii 2015, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org).

Lire

Open access