Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

L’énigme de la population au Liban

Éric Verdeil et Bruno Dewailly

Texte intégral

1De toutes les incertitudes qui entourent les statistiques au Liban, celle qui touche à la population libanaise est assurément l’une des plus sensibles et constitue pour cet atlas un véritable défi. Alors qu’aucun recensement n’a été organisé depuis 1932, l’état‑civil est le plus souvent tenu dans la localité d’origine des individus, sans rapport avec leur résidence actuelle au Liban ou à l’étranger. Le dernier dénombrement des immeubles et établissements date de 2004, et d’autres enquêtes par sondage sur cette base ont été menées en 2007 et en 2009, qui ont permis à l’administration des statistiques de proposer une évaluation de la population résidente au Liban par mohafazat (uniquement en pourcentage en 2009). Ces chiffres montrent une décroissance surprenante de 1997 à 2004, puis une stagnation. Ils ont été critiqués pour leur opacité. Deux points restent obscurs.

2Malgré la baisse de la fécondité, la croissance naturelle reste relativement élevée du fait de l’arrivée à l’âge adulte de classes jeunes nombreuses. Elle est contrebalancée par une forte émigration, que les données officielles ne documentent guère. Les chiffres des passages aux frontières montrent un solde négatif de 40.000 à 50.000 Libanais par an. Seules des enquêtes indépendantes, notamment celles menées par l’Université Saint‑Joseph, traitent du phénomène plus en détail et analysent les destinations (partie 2). En outre, la population étrangère au Liban est également très mal connue. Des estimations indépendantes évaluent le nombre d’étrangers résidents au Liban en 2011 à 700.000. Les données officielles montrent un solde positif des entrées depuis 2011. Outre l’arrivée massive des réfugiés syriens, traitée en détail dans la partie 1 de l’atlas, la population résidente au Liban s’accroit aussi de travailleurs étrangers. Si le nombre de personnes originaires des pays arabes a diminué depuis 2011, les travailleurs et surtout les travailleuses en provenance d’Asie et d’Afrique augmentent régulièrement.

Figure In-2 : Les données de population existantes

Figure In-2 : Les données de population existantes

Figure In-3 : Carte de la population urbaine au Liban selon Géopolis

Figure In-3 : Carte de la population urbaine au Liban selon Géopolis

3Les incertitudes qui caractérisent la population résidente et sa nationalité sont redoublées lorsqu’on cherche à connaître sa répartition géographique. Les données sur la spatialisation de la population non‑libanaise sont rares, à l’exception de celles concernant les réfugiés syriens, qui sont au contraire connues dans le plus grand détail. Une enquête récente sur les réfugiés palestiniens a montré un gros décalage entre le nombre de personnes enregistrées (de l’ordre de 400 000) et celles qui résident effectivement au Liban (270 000 en 2011). Faute de données régionalisées à un niveau de détail assez fin sur la taille moyenne des ménages, toute estimation locale de la population résidente au Liban pour 2004, comme cela avait été fait en 1997, est impossible et serait de toute façon déjà largement dépassée. Nous nous sommes donc contentés d’estimer la population résidente, hors réfugiés syriens et palestiniens, pour 2014 en fonction du mouvement naturel et des hypothèses moyennes sur l’émigration (environ 4,2 millions d’habitants), avant de la répartir à l’échelle des mohafazats en fonction de la structure régionale de 2009, pour la comparer à la population des réfugiés syriens (partie 1).

4De la même manière, l’évaluation de la population des agglomérations est très délicate. A titre indicatif, les estimations de Géopolis fournissent une base cohérente dans sa méthode qui repose sur le critère de l’agglomération du bâti et une estimation de la population des unités locales, même si les chiffres peuvent être critiqués dans le détail. Selon cette estimation, 80% de la population habitait en 2010 l’une des 17 agglomérations de plus 10 000 habitants dont environ 2 millions dans l’agglomération de Beyrouth et sa banlieue morphologique.

Table des illustrations

Titre Figure In-2 : Les données de population existantes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11118/img-1.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure In-3 : Carte de la population urbaine au Liban selon Géopolis
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11118/img-2.png
Fichier image/png, 116k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540