Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Introduction

Texte intégral

Les défis d’un nouveau contexte

1Après une quinzaine d’années de reconstruction dans un climat de paix relative, de 1990 à 2004, le Liban a connu depuis 2005 une succession de graves violences politiques mêlant de manière complexe enjeux internes et tensions régionales. Aux assassinats de personnalités politiques de premier plan et à la guerre destructrice menée par Israël contre le Liban, s’ajoutent les multiples épisodes d’instabilité dans plusieurs régions du pays. Cette violence récurrente est exacerbée depuis 2011 par le conflit dans la Syrie voisine qui trouve de nombreuses ramifications dans le pays. La paralysie politique depuis 2014, à la fin du mandat du Président de la République Michel Sleiman est à la fois le symptôme et un facteur aggravant de l’impasse dans laquelle stagne le Liban.

2Ces défis (géo)politiques se combinent avec d’autres transformations et tensions. Le bouleversement démographique et social que constitue l’installation de plus d’un million de réfugiés syriens est le plus spectaculaire, même s’il a été remarquablement absorbé par la société libanaise. À cela s’ajoute une accentuation des déséquilibres économiques : les moteurs de la prospérité envisagés lors de la reconstruction, le tourisme et l’immobilier, s’abîment dans le marasme ; la pauvreté d’une part croissante de la population s’approfondit et une large partie de la jeunesse émigre, notamment les diplômés.

3De plus, le Liban, comme les autres pays de la région, fait face à d’autres défis que la brutalité de l’actualité politique éloigne trop souvent de l’attention. Il s’agit notamment des effets locaux du changement climatique, et plus largement d’une gestion calamiteuse de l’environnement naturel et bâti. Pollutions, urbanisation incontrôlée, congestion, dilapidation des ressources combinent leurs effets et font supporter aux plus défavorisés un fardeau croissant.

Un atlas renouvelé

4Dans l’ouvrage paru en 2007, Atlas du Liban. Territoires et société, notre équipe proposait une lecture géographique et cartographique de ces enjeux. Ce bilan des transformations spatiales causées par la guerre civile (1975‑1990) et quinze années de reconstruction soulignait nombre de fragilités mais aussi des mutations durables et structurantes du territoire libanais. Une attention particulière était accordée à une lecture multiscalaire visant à dépasser les particula-rismes religieux et politiques du pays pour le replacer dans des mutations plus globales de la géographie du Moyen‑Orient et de la mondialisation. Ce travail nécessite d’être aujourd’hui ajusté et approfondi pour tenir compte des bouleversements évoqués ci‑dessus et inclure dans l’analyse des points laissés dans l’ombre, notamment autour des grands enjeux environnementaux, tels que la question de l’eau ou celle des effets des changements climatiques globaux. Mais ce nouvel opus ne remplace pas le précédent, il le complète. Les grandes constantes du pays, liées à son histoire tout au long du vingtième siècle, son insertion internationale et régionale, ne sont pas reprises ici et nous renvoyons au travail initial qui est aujourd’hui librement consultable en ligne.

5Le présent atlas identifie six thèmes sur lesquels des éclairages inédits ou des mises à jour sont indispensables. La première partie est centrée sur la géopolitique régionale, les violences politiques internes et leurs effets locaux, à savoir l’installation des réfugiés syriens et la réémergence au grand jour des milices et groupes armés en conflit entre eux et avec l’armée libanaise. Le Liban apparaît de nouveau comme un territoire fragmenté entre de multiples allégeances. La deuxième partie montre la fragilité du modèle économique mis en place par le gouvernement de la reconstruction. Sa dépendance aux investissements extérieurs et aux remises de la diaspora, les blocages de l’industrie et de l’agriculture aggravent les déséquilibres sociaux. La troisième partie est un bilan de l’urbanisation du pays, qui s’est accrue en superficie de 80% en vingt ans, au détriment des espaces naturels et de l’agriculture. Le littoral, objet d’intenses convoitises, est largement artificialisé et dégradé. De multiples signes de mutations et de dégradation de l’environnement sont observables sur le territoire libanais et sont l’objet de la quatrième partie. Certains semblent annonciateurs du changement climatique global et de ses effets locaux même si les mécanismes et les preuves de ces enchaînements sont encore difficiles à caractériser. En revanche, il existe un lien direct entre l’urbanisation massive et de nombreux risques mesurés et cartographiés de plus en plus clairement. Les dysfonctionnements de quelques services publics en lien avec l’exploitation des ressources naturelles font l’objet de la cinquième partie : l’approvisionnement en eau, en énergie (marqué par la pénurie électrique) et la gestion des déchets solides, qui traverse une crise profonde. La sixième partie étudie les mutations dans la gestion du territoire libanais, marqué par le retrait voire la marginalisation de l’État et l’affirmation d’autres acteurs agissant sur le territoire, notamment les municipalités, les pouvoirs locaux mais aussi des associations civiles. Sans constituer la panacée, ils illustrent aussi le dynamisme de la société libanaise et sa capacité à trouver de nouvelles ressources et registres d’action pour sortir des contradictions qui entravent le pays.

Méthode et sources

6Cet atlas est le fruit d’une collaboration entre des chercheurs et universitaires libanais, au sein du CNRS Liban et de l’Université libanaise, et de chercheurs français issus de différentes universités et organismes mais tous liés, à des degrés divers, à l’Institut français du Proche-Orient. Ses différentes sections illustrent la primauté d’une approche géographique, plaçant au premier plan de l’analyse la spatialisation des faits sociaux et naturels. Visant un public large, cet atlas privilégie un langage graphique simple et clair ; les commentaires sont limités et les lecteurs désireux d’approfondissements méthodologiques invités à se reporter aux sources et travaux cités. Il s’agit en effet d’alerter le public et les décideurs d’évolutions critiques, trop rarement considérées ensemble.

7La rareté des sources étatiques mobilisables constitue un des plus lourds obstacles à l’activité scientifique au Liban. L’administration publique des statistiques, qui nous a grandement aidés, ne produit malgré tout qu’un nombre limité d’informations. Les lacunes des données concernant la population en sont le symbole, mais l’activité économique est également très mal connue. Ces lacunes sont particulièrement sensibles à l’échelle locale, où aucune donnée plus récente que 2004 n’est disponible. De ce fait, pour l’essentiel, la visualisation des informations statistiques n’a été préparée dans cet ouvrage qu’à l’échelle des cazas ou des mohafazats, c’est-à-dire une échelle mal adaptée à la réalité de l’organisation spatiale du peuplement.

8Malgré tout, diverses administrations libanaises ou organisations privées produisent leurs propres sources et notre équipe a été en mesure d’en collecter certaines, notamment s’agissant de l’urbanisme, de l’occupation du littoral, ou des municipalités. Les sources internationales permettent aussi de placer le Liban dans une perspective comparative régionale.

9Les traitements d’images aériennes et satellites, couplées à des enquêtes de terrain, constituent un dernier ensemble de sources indispensables pour pallier la rareté des données officielles et illustrent les apports d’une démarche pluridisciplinaire associant sciences de l’environnement et sciences sociales. Le CNRS Liban et son centre de télédétection produisent et conservent ce type de données depuis les années 1990, ce qui fournit une base essentielle pour la connaissance du pays. Les informations sur l’extension de l’urbanisation et sur les risques proviennent de cet effort et sont ainsi mises, pour la première fois, à la disposition du public. De même, les études du collectif libano-français réuni dans le projet ANR LIBRIS sur la vulnérabilité des immeubles aux séismes à Beyrouth, résultent d’enquêtes de terrain traitées sous SIG et constituent un apport majeur offert à l’attention du public.

Figure In-1 : Carte administrative du Liban

Figure In-1 : Carte administrative du Liban

Table des illustrations

Titre Figure In-1 : Carte administrative du Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/11112/img-1.png
Fichier image/png, 119k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540