Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 6 – Urbanisme, aménagement et gouvernance territoriale

Les municipalités, de nouveaux acteurs du développement local

Jihad Farah et Émilio Gemayel

Résumé

Depuis 1998, année des élections municipales après 33 ans d’arrêt, les municipalités se sont imposées comme acteurs essentiels du développement local malgré les pesantes restrictions administratives et financières imposées par l’État central. Nombre de municipalités trouvent des moyens de contourner ces entraves et améliorent le cadre de vie et l’accès aux services de leurs populations.

Texte intégral

1Les 1 113 municipalités libanaises diffèrent fortement en termes de taille, de moyens et de dynamisme. Rappelons que les chiffres officiels de population renvoient à l’état-civil, qui ne correspond pas à la population résidente. Nous ne disposons pas d’estimations alternatives récentes et fiables. Un premier ensemble regroupe les municipalités densément peuplées ou gagnant de la population. C’est le cas des grandes villes et leurs périphéries qui sont suffisamment dotées ou peuvent s’appuyer sur la dynamique d’urbanisation pour générer des ressources pour agir. Toutefois, elles doivent faire face à des défis sociaux, économiques et territoriaux considérables. Le second ensemble concerne les municipalités de localités de petite taille ou perdant de la population, notamment dans les zones périphériques ou montagneuses du pays. Selon le LCPS, 43% des municipalités comprennent moins de 2 000 personnes inscrites dans leurs registres. Ces municipalités manquent de ressources et donc de moyens d’action. Malgré ces contraintes, le recours à des réseaux d’acteurs, à des interventions incrémentales et des expérimentations, améliore le cadre de vie et les services de nombreuses municipalités à leurs populations.

2La municipalité est l’unique échelon territorial décentralisé au Liban. Elle détient le pouvoir local et échappe partiellement au contrôle des grands acteurs politiques communautaires. L’ancrage local permet un appui sur des réseaux d’acteurs ou de dégager des soutiens financiers complémentaires. Mais l’affiliation à des leaders ou partis politiques reste souvent nécessaire pour bénéficier des ressources de ces partis et des ministères qu’ils contrôlent au sein de l’État central. Parfois, des coopérations transcendant les barrières communautaires s’établissent pour réaliser des projets.

Chiyah : des espaces verts et publics dans une banlieue dense

3Chiyah se trouve dans la banlieue sud-est de Beyrouth, une des aires les plus denses de la capitale. En 1998, elle porte toujours les lourds stigmates de la guerre civile : sur la ligne de démarcation, de nombreux bâtiments sont encore en ruine. La nouvelle équipe municipale mise sur un changement en profondeur de l’image de la localité, par l’aménagement d’espaces publics et verts. Le maire, un industriel et notable local, réussit à bâtir un réseau de soutiens comprenant clans familiaux, paroisses, associations de commerçants et associations de jeunesse locales. Sa stratégie comporte trois éléments. Une décision municipale autorise l’exploitation temporaire par la municipalité de toute parcelle non-construite en jardins, espaces verts et terrains de jeux. La municipalité aménage également quelques jardins et espaces verts ainsi qu’un centre communautaire. Enfin, elle encourage les autres acteurs du réseau à investir dans des espaces et services complémentaires (jardins, de terrains de sport, de jeux d’enfants et de cafés) et à participer à l’animation des espaces municipaux.

Figure VI-9 : Création d’espaces verts et publics à Chiyah

Figure VI-9 : Création d’espaces verts et publics à Chiyah

Ghobeiri : fournir des services aux quartiers informels

4Ghobeiri est une des principales municipalités gagnées par le Hezbollah en 1998, dont il veut faire une vitrine de son action municipale. Plus de la moitié du territoire municipal se trouve dans le périmètre du projet ELYSSAR, qui vise, sous l’égide de l’État, la reconstruction de la banlieue sud-ouest comprenant un grand nombre de quartiers informels. Le gel du projet, suite à des blocages politiques en 1997, fait tomber dans les faits la responsabilité de ces quartiers sur la municipalité. Bien qu’elle ne puisse en principe pas intervenir dans une zone informelle, elle réalise un réseau pluvial, des forages de puits et la distribution locale d’eau potable, une digue de protection pour un quartier informel construit sur la côte, un projet pilote de tri des déchets, l’organisation des étalages d’un marché informel… Dans ces actions présentées comme urgentes et temporaires, la municipalité s’appuie sur la nébuleuse des associations du parti mais aussi sur le soutien d’agences de développement internationales.

Figure VI-10 : Interventions municipals dans les quartiers informels à Ghobeiri

Figure VI-10 : Interventions municipals dans les quartiers informels à Ghobeiri

Zahlé : une station municipale de traitement de déchets

5À Zahlé, à la différence d’autres zones, dans la Bekaa, les déchets sont restés une affaire municipale. Jusqu’en 2005, les municipalités rassemblaient leurs déchets dans des décharges en plein air ou les enfouissaient. À cette date, la municipalité de Zahlé construit une station municipale de traitement de déchets répondant aux normes environnementales, une première au Liban. Aujourd’hui cette unité dessert 23 localités dans la Bekaa centrale, à cheval sur plusieurs unions municipales et cazas (Zahlé et Baalbek), et comprenant des populations de communautés différentes. Une tarification relativement modeste, les services de la station et la revente de matériaux recyclés et de compost permettent de couvrir le fonctionnement sous-traité à une entreprise et même d’assurer une marge bénéficiaire.

Figure VI-11 : Localités desservies et tonnages par la station de Zahlé

Figure VI-11 : Localités desservies et tonnages par la station de Zahlé

Dhour Choueir : une alimentation électrique continue et moins chère

6Nombreuses sont les municipalités qui tentent de contrôler les nuisances des générateurs commerciaux. En 2010, la municipalité de Dhour Choueir (Haut Metn) va encore plus loin en choisissant de produire et de distribuer elle-même de l’électricité. Cela lui permet de fournir une couverture électrique continue, notamment pour l’éclairage public, et de diminuer la facture électrique des ménages de près de 30%. Le soutien de notables locaux contribuant au financement de l’investissement est essentiel dans le montage de cette opération.

Table des illustrations

Titre Figure VI-9 : Création d’espaces verts et publics à Chiyah
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10969/img-1.png
Fichier image/png, 165k
Titre Figure VI-10 : Interventions municipals dans les quartiers informels à Ghobeiri
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10969/img-2.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure VI-11 : Localités desservies et tonnages par la station de Zahlé
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10969/img-3.png
Fichier image/png, 509k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540