Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 6 – Urbanisme, aménagement et gouvernance territoriale

Reconstructions : des nouvelles approches

Jihad Farah et Amanie Majed

Résumé

La guerre de 2006 contre Israël et les combats de Nahr al-Bared en 2007 contre le groupe radical islamiste Fatah al-Islam ont causé d’importants dégâts. Les reconstructions diffèrent de la reconstruction d’après la guerre civile. Elles témoignent de nouveaux rapports de force inégaux qui expliquent l’évolution contrastée de ces chantiers.

Texte intégral

1Ces projets se démarquent de la reconstruction des années 1990 par l’implication de nouveaux acteurs et par le retrait de l’État central dont se défient les habitants. Ceux de la banlieue sud déplorent les positions de la majorité gouvernementale lors de la guerre de 2006 et craignent un scénario à la SOLIDERE. Ceux de Nahr al-Bared doutent de sa volonté de reconstruire le camp. Dans ce contexte, d’autres acteurs occupent le devant de la scène.

2Au centre de la reconstruction de la banlieue sud se trouve le parti Hezbollah, ou plus précisément Waad l’organe créé à cet effet. Ni société privée ni établissement public de reconstruction, seules entités habilitées dans les lois libanaises à assurer la reconstruction d’un secteur, Waad réussit néanmoins à convaincre un nombre considérable d’ayants droit de lui déléguer la reconstruction de leurs bâtiments. En plus de cette action focalisée sur la propriété privée, Waad coopère avec les municipalités et l’union municipale de la banlieue sud, contrôlées par le parti, pour aménager l’espace public. Cet organisme reçoit le soutien de milliers de bénévoles et de centaines d’ingénieurs et d’architectes ainsi que d’autres organismes affiliés au parti, spécialisés de longue date dans les questions de travaux publics. Waad gère l’argent des indemnités versées par le gouvernement aux ayants droit, auquel s’ajoutent des capitaux assurés par le parti et ses soutiens politiques, soit un total estimé à 400 millions de dollars. Le Hezbollah favorise la rapidité de la reconstruction de la banlieue sud, un de ses principaux bastions. Waad réussit l’exploit de reconstruire 270 bâtiments, soit 4 700 unités résidentielles et commerciales, en cinq ans. Toutefois, des critiques portent sur deux questions : la participation marginale de la population au processus et l’occasion perdue d’agir sur une banlieue très dense au tissu anarchique, en conséquence du choix de reconstruire à l’identique.

Figure VI-6 : Montage du projet Waad

Figure VI-6 : Montage du projet Waad

3À Nahr al-Bared, un comité local, composé d’habitants déplacés du camp, de volontaires et de spécialistes venus les assister, propose une alternative au projet gouvernemental. Élaboré par un grand bureau d’études libanais sans concertation avec les habitants, ce dernier est totalement déconnecté de la géographie et de l’histoire du camp avant la destruction. Le comité parvient à faire adopter son projet grâce au soutien de l’UNRWA, l’agence des Nations Unies en charge de l’assistance aux Palestiniens. Il obtient également l’appui de la population grâce à son approche participative. Le bombardement par l’armée libanaise des combattants retranchés dans les bâtiments a totalement détruit le camp. Près de 30 000 habitants ont évacué les lieux. Or, le camp étant officiellement une entité extraterritoriale, ses bâtiments n’étaient pas cartographiés et leur occupation n’était pas enregistrée. Le comité s’engage dans une opération de reconstitution de ce qui existait sur la base d’entretiens avec les milliers de familles déplacées. Il développe un modèle permettant de reconnaître des « droits » aux familles en fonction de leur situation avant le conflit, qui fondent la proposition d’aménagement. Les familles sont impliquées dans le dessin de leurs appartements comme dans l’aménagement de leur bâtiment et leur quartier. Malgré de difficiles négociations avec l’armée et la DGU sur des questions sécuritaires et réglementaires, l’appui des bailleurs de fonds lors de la Conférence de Vienne (2008) assure à l’UNRWA les fonds pour commencer le processus de construction. Toutefois, suite au retrait des promesses des bailleurs de fonds, le projet est aujourd’hui bloqué après la construction d’une trentaine de bâtiments.

Figure VI-7 : Localisation du camp de Nahr al-Bared

Figure VI-7 : Localisation du camp de Nahr al-Bared

Figure VI-8 : Montage du projet Nahr al-Bared

Figure VI-8 : Montage du projet Nahr al-Bared

Table des illustrations

Titre Figure VI-6 : Montage du projet Waad
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10962/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure VI-7 : Localisation du camp de Nahr al-Bared
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10962/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure VI-8 : Montage du projet Nahr al-Bared
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10962/img-3.png
Fichier image/png, 110k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540