Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 6 – Urbanisme, aménagement et gouvernance territoriale

Introduction à la partie 6

Texte intégral

Figure VI-1 : La foire de Tripoli (source : Grace Rihan Hanna, 2006)

Figure VI-1 : La foire de Tripoli (source : Grace Rihan Hanna, 2006)

1Durant la dernière décennie, le Liban a de nouveau fait face à des défis d’urbanisme et d’aménagement majeurs, mais dont la gouvernance est radicalement modifiée par rapport à la période antérieure. Ces changements se manifestent à trois niveaux. D’abord, l’État central a perdu son statut d’acteur principal, voire unique, tant sur le plan de la régulation que celui des opérations. Malgré le schéma directeur d’aménagement du territoire libanais, publié en 2004, les crises politiques continues depuis 2005 ont empêché l’État central de coordonner l’action et de guider les nouveaux acteurs qui entrent en scène. L’émergence de nouvelles échelles d’action et de gouvernance territoriales est le deuxième changement de taille qui bouleverse le paysage de l’aménagement au Liban. Le « retour » des municipalités, avec les élections municipales de 1998, a marqué un moment important dans la revitalisation de la vie politique locale. Face aux défis de la fourniture d’équipements, d’infrastructures et de services locaux, les municipalités improvisent des réponses avec plus ou moins de succès. Faire appel à des partenaires locaux, recourir à la coopération décentralisée, profiter du soutien d’organisations internationales ou encore de celui de structures d’accompagnement et d’assistance aux municipalités créées par des partis, sont quelques-uns des nombreux canaux qui permettent à des municipalités de mobiliser les ressources techniques et financières pour agir sur leurs territoires. La multiplication des unions municipales, notamment après 2005, atteste aussi de l’importance nouvelle de cette échelle de gouvernance et d’action autant aux yeux des municipalités qu’à ceux des bailleurs de fonds et des acteurs locaux. Ces changements d’échelle de gouvernance conduisent un troisième type de mutation qui concerne les outils et les pratiques d’urbanisme et d’aménagement. À travers la planification stratégique, les approches participatives ou le montage informel de projets « alternatifs » de reconstruction ou de fourniture de services et d’espaces verts et publics, les nouveaux acteurs de l’action territoriale expérimentent de nouvelles façons de faire sans se limiter aux outils réglementaires traditionnels de l’urbanisme au Liban. Reste que ce foisonnement d’acteurs, d’échelles et de projets est porteur d’un risque de complexité, de conflits et de contradictions, pouvant même mener, dans certains cas, à l’inertie.

Table des illustrations

Titre Figure VI-1 : La foire de Tripoli (source : Grace Rihan Hanna, 2006)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10945/img-1.png
Fichier image/png, 7,1M

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540