Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

La crise des déchets

Jihad Farah et Éric Verdeil

Résumé

La crise du ramassage et de l’élimination des déchets dans le Grand Beyrouth, durant l’été 2015, et les mobilisations populaires qu’elle a suscitées, sont un symbole supplémentaire de la faillite de l’État à gérer les services publics de manière efficace mais aussi un révélateur d’inégalités territoriales. Si le secteur des déchets pose de nombreux problèmes partout au Liban, les collectivités locales s’en emparent de manière inégale et parfois plus satisfaisante que dans la capitale.

Texte intégral

Une gestion chaotique mais géographiquement différenciée

1La collecte des déchets, qui relève en principe des municipalités, a été terriblement affectée par la guerre civile. Les déchets n’étaient plus collectés régulièrement, et les entraves à la circulation ont entraîné la création de dépotoirs sauvages. Les plus spectaculaires furent ceux de la baie du Normandy à Beyrouth, ultérieurement réaménagée en remblai urbanisable, et ceux de Borj‑Hammoud, promis au même sort depuis de longues années. Durant les années de reconstruction, de grandes décharges se trouvaient sur le littoral de Saïda (celle‑ci a été récemment réhabilitée) ainsi qu’à Tripoli. Les décharges sauvages ont proliféré dans l’ombre des vallons.

2Progressivement, les autorités publiques ont repris en main le secteur. À l’échelle nationale, la production de déchets ménagers est très inégale et reflète les différences de niveaux de vie. Beyrouth et le Mont-Liban génèrent des volumes de déchets proportionnellement plus importants qu’ailleurs, et en forte croissance (+42% de 1999 à 2013). Les déchets organiques représentent plus de 50% du total. Seulement 8% sont recyclés et 11% sont compostés, le reste étant enfoui en décharge. Il existe de fortes disparités régionales dans les méthodes de gestion.

3Dans la plupart des régions, une gestion pluri-communale a été mise en place. À Beyrouth et au Mont-Liban, depuis 1994, le gouvernement a progressivement confié la collecte, le traitement et l’entreposage aux filiales d’une entreprise privée, Sukleen et Sukomi. Or, les coûts opérationnels ont fortement augmenté sans que le tri et le recyclage ne connaissent d’amélioration significative. La Caisse autonome des municipalités prélève ces sommes sur la part des 255 municipalités concernées. Selon le LCPS, elles représentent 40%  de leur part. Ces ponctions réduisent la capacité d’investissement au service des projets pluri-municipaux qui est en principe l’objectif de ce fonds. La saturation puis la fermeture de la décharge de Naamé, qui a desservi Beyrouth et le Mont-Liban depuis 1998, explique la crise du secteur, alors que l’État, les municipalités et la société civile ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le choix de nouveaux sites de décharge ni sur la mise en place de filières de traitement plus écologiques. Les municipalités, qui déclarent ne plus faire confiance au gouvernement, craignent des nuisances et une dévalorisation des valeurs foncières si elles installent des décharges dans leur périmètre. La situation est telle à Beyrouth et au Mont-Liban que le gouvernement a aménagé à titre temporaire de nouvelles décharges littorales et a même envisagé l’exportation des déchets, en attendant de réorganiser l’ensemble de la filière en limitant drastiquement la production de déchets par le tri et le recyclage, et d’appliquer la décision gouvernementale datant de 2010, qui stipule un recours à la méthode de « Waste to Energy ». Dans les autres régions, les initiatives relèvent davantage des municipalités mais sans exclure des partenariats avec des entreprises privées.

Figure V-24. La composition des déchets ménagers en 2013

Figure V-24. La composition des déchets ménagers en 2013

Figure V-25. Répartition régionale de la production de déchets en 2013

Figure V-25. Répartition régionale de la production de déchets en 2013

Figure V-26. Modes de collecte et de traitement des déchets ménagers dans les principales agglomérations libanaises

Figure V-26. Modes de collecte et de traitement des déchets ménagers dans les principales agglomérations libanaises

Figure V-27. Acteurs alternatifs de la gestion des déchets

Figure V-27. Acteurs alternatifs de la gestion des déchets

Les municipalités face à la crise : le cas de Bikfaya

4Depuis que Sukleen a cessé le ramassage, en juillet 2015, beaucoup de municipalités se trouvent contraintes de bricoler des solutions. L’incinération sauvage des déchets est une indication de l’incapacité de nombre d’entre elles à faire face à la crise. Toutefois, certaines réussissent à imposer des alternatives, en partenariat avec des associations ou des entreprises privées.

5Petite ville du Metn, Bikfaya produit près de 10 tonnes de déchets par jour. Dans un premier temps, comme beaucoup de municipalités, elle fait appel à des filières informelles qui se « débarrassent » des déchets à des prix exorbitants. Mais avec le prolongement de la crise (jusqu’à mars 2016), le choix de la municipalité est d’imposer le tri, seule solution durable. Cela nécessite, en amont, outre une campagne intensive de communication, un contrôle strict pour empêcher le développement de décharges sauvages, des amendes lourdes et le refus de ramasser les déchets non triés. En aval, la municipalité met en place un espace d’entreposage et de tri qui se transforme progressivement en une petite usine. Les déchets récupérables sont repris par une association (Arc-en-ciel) active depuis le début de la crise dans la récupération et le recyclage des déchets à Beyrouth et au Mont-Liban. D’autres sont repris par des usines locales. Les déchets organiques sont livrés à des fermes de cochons dans la zone.

Figure V-28. La collecte des déchets triés par les habitants (source : É. Gemayel, Bikfaya, 2016)

Figure V-28. La collecte des déchets triés par les habitants (source : É. Gemayel, Bikfaya, 2016)

Table des illustrations

Titre Figure V-24. La composition des déchets ménagers en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10932/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure V-25. Répartition régionale de la production de déchets en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10932/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure V-26. Modes de collecte et de traitement des déchets ménagers dans les principales agglomérations libanaises
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10932/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure V-27. Acteurs alternatifs de la gestion des déchets
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10932/img-4.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure V-28. La collecte des déchets triés par les habitants (source : É. Gemayel, Bikfaya, 2016)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10932/img-5.png
Fichier image/png, 4,3M

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540