Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

La crise électrique

Éric Verdeil

Résumé

Le rationnement électrique marque la vie des Libanais depuis la guerre civile et marque l’incapacité de l’État à répondre aux besoins de la population dans ce domaine. Alors que la demande ne cesse d’augmenter, malgré de profondes inégalités dans l’accès à l’électricité, les gouvernements successifs n’ont pu réorganiser un secteur mal géré et maintenir la capacité de production, qui devrait au contraire augmenter. La population dépend largement des générateurs, alors que les chauffeeau solaires et les panneaux photovoltaïques font une timide percée.

Texte intégral

Une pénurie aggravée

1Le rationnement électrique, qui s’était progressivement réduit, au fil des années d’après‑guerre, reprend de plus en plus depuis la guerre de 2006 avec Israël, à cause des dommages infligés au réseau par les bombardements, de l’augmentation de la demande et de l’insuffisance des investissements dans les travaux sur les centrales existantes. Alors que la demande est estimée à plus de 3 000 MW, les capacités disponibles se situent à peine à 2 000 MW. L’une des raisons est le retard dans l’utilisation du gaz naturel comme combustible, auquel il faut ajouter une structure tarifaire inadaptée, la persistance des pertes techniques sur le réseau et des raccordements frauduleux (cause d’environ 25% de pertes dont il n’a pas été possible d’obtenir la répartition géographique), ainsi que les déficits de la compagnie publique Électricité du Liban (EDL), qui demeurent la première cause de l’endettement public.

2Le rationnement électrique est profondément inégal sur le plan géographique. Le Beyrouth administratif a longtemps été totalement préservé des coupures. Depuis 2006, son approvisionnement a été réduit de 3 puis 5 heures par jour. Les autres régions sont beaucoup plus durement touchées, jusqu’à rester dans le noir la moitié de la journée. Cette inégalité résulte d’un choix que le Conseil des Ministres a confirmé à plusieurs reprises, malgré les revendications pour une répartition plus équitable. Le tarif de l’électricité publique étant largement subventionné, ce régime de distribution revient à avantager financièrement les résidents de la capitale, qui sont en moyenne plus aisés que le reste de la population.

Figure V-20. Le rationnement électrique par région 2004-2015

Figure V-20. Le rationnement électrique par région 2004-2015

Une demande en hausse malgré des inégalités de consommation

3L’entreprise publique doit répondre à une demande d’électricité de la part d’abonnés de plus en plus nombreux. De 2005 à 2013, EDL a enregistré plus de 200 000 abonnés supplémentaires (+17%). Alors que 42% des abonnés résident dans l’agglomération capitale, c’est dans la Bekaa que le nombre de nouveaux raccordements est le plus élevé, ainsi que dans la région du Tripoli et dans certaines banlieues de Beyrouth.

4Toutefois, la moyenne des consommations enregistrées sur la période (qui permet de lisser les retards de paiement et de facturation) montre de très forts décalages, avec un ordre de grandeur de 1 à 10 entre la Bekaa nord et Beyrouth. Ceci reflète d’abord les inégalités de rationnement et les différences de niveaux de vie entre le centre et les périphéries. Enfin, ces inégalités de consommation renvoient probablement à l’existence d’une forte fraude dans certaines régions périphériques.

Figure V-21. Nombre d’abonnés à l’électricité au Liban 2005-2013

Figure V-21. Nombre d’abonnés à l’électricité au Liban 2005-2013

Figure V-22. Consommation électrique moyenne par région

Figure V-22. Consommation électrique moyenne par région

Quelles alternatives ?

5Face à ces coupures de courant fréquentes et inscrites dans la durée, les Libanais ont développé de multiples formes d’adaptation. La plus spectaculaire est le développement de réseaux alternatifs, à l’échelle de la maison, de l’immeuble ou du quartier, pour s’approvisionner en électricité à partir de générateurs électriques alimentés au diesel, pour un ampérage variable. Selon une enquête de 2013, 70% des ménages libanais et 76% des commerçants ont recours à ce type de solution. Malgré un encadrement croissant par les municipalités, ces systèmes restent polluants et onéreux, et de ce fait très inégalitaires.

6Depuis 2011, l’équipement des ménages en chauffe‑eau solaires et en panneaux photovoltaïques individuels se développe rapidement, encouragé par des crédits bonifiés soutenus par les bailleurs internationaux et la Banque du Liban. Mais leur pénétration reste encore faible et compliquée dans l’habitat collectif majoritaire dans les villes.

Figure V-23. Chauffe-eau solaires, panneaux photovoltaïques et réservoirs d’eau sur un immeuble de Qalamoun, près de Tripoli : les Libanais multiplient les dispositifs alternatifs face à la crise des services urbains (source : É. Verdeil, 2014).

Figure V-23. Chauffe-eau solaires, panneaux photovoltaïques et réservoirs d’eau sur un immeuble de Qalamoun, près de Tripoli : les Libanais multiplient les dispositifs alternatifs face à la crise des services urbains (source : É. Verdeil, 2014).

Table des illustrations

Titre Figure V-20. Le rationnement électrique par région 2004-2015
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10926/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure V-21. Nombre d’abonnés à l’électricité au Liban 2005-2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10926/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure V-22. Consommation électrique moyenne par région
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10926/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure V-23. Chauffe-eau solaires, panneaux photovoltaïques et réservoirs d’eau sur un immeuble de Qalamoun, près de Tripoli : les Libanais multiplient les dispositifs alternatifs face à la crise des services urbains (source : É. Verdeil, 2014).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 987k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540