Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

Énergie : entre dépendance aux hydrocarbures, pollution et pénurie

Éric Verdeil

Résumé

Aujourd’hui dans l’attente du début de l’exploration des potentiels gisements pétroliers et surtout gaziers de sa zone économique exclusive maritime, le Liban reste un pays fortement dépendant des importations d’hydrocarbures, qui représentent 95% de son énergie primaire. Son potentiel en énergie renouvelable est limité et sous-exploité, notamment dans le secteur de l’hydroélectricité et, malgré son démarrage récent, dans celui du solaire. L’éolien est encore à l’état de plans. Cette dépendance aux hydrocarbures est accentuée par une hausse régulière et forte de la consommation, responsable de pollutions nombreuses. La pénurie d’électricité constitue un problème majeur et récurrent (voir infra).

Texte intégral

Une hausse croissante des usages

Figure V-16. Source et usages de l’énergie consommée au Liban en 2013

Figure V-16. Source et usages de l’énergie consommée au Liban en 2013

1En 2013, 96% de l’énergie consommée au Liban est importée, sous forme essentiellement de produits pétroliers, auxquels s’ajoutent un peu de charbon et d’électricité. Cette énergie est exploitée sous deux formes : d’une part, comme carburant, principalement pour les transports et un peu pour le chauffage des habitations ; d’autre part, elle est transformée en électricité, soit par la compagnie publique pour les centrales thermiques, soit par des générateurs privés mal identifiés par les statistiques (38% de la capacité installée en 2006 selon la Banque mondiale). On peut en percevoir l’importance dans la consommation sur le graphique ci-contre avec la branche issue des produits pétroliers allant vers les habitations, qui correspond en partie à cette production électrique alternative privée.

2Même si les variations annuelles de la consommation sont irrégulières et en partie liées à la conjoncture géopolitique (conséquences de la guerre de 2006 avec Israël), l’augmentation tendancielle de la demande reflète l’augmentation de la population avec l’arrivée des réfugiés syriens ainsi que la hausse des usages (mobilité, consommation électrique, etc.) malgré la faible croissance économique.

Figure V-17. Évolution des grands usages de l’énergie 2005-2012

Figure V-17. Évolution des grands usages de l’énergie 2005-2012

Une société automobile

3Les transports consomment en moyenne 43% de l’énergie. Utilisée dans 80% des déplacements au Liban, l’automobile domine d’autant plus que l’offre de transport collectif est très mal organisée. Le train a été abandonné depuis le début des années 1990. Même si un train régional cadencé entre Beyrouth et Tripoli est régulièrement évoqué, les emprises ferroviaires sont progressivement asphaltées pour le trafic routier ou, au contraire, sapées par l’érosion littorale. L’essentiel du transport en commun est assuré par les taxis collectifs et les minibus, appartenant souvent au secteur informel et offrant des conditions souvent chaotiques et relativement onéreuses.

Figure V-18. Évolution du nombre de véhicules importés au Liban

Figure V-18. Évolution du nombre de véhicules importés au Liban

4Les pouvoirs publics ne favorisent pas l’organisation du transport collectif. Au contraire, ces dernières années, l’acquisition d’automobiles a été encouragée par les crédits à la consommation, qui ont permis un essor sans précédent des importations. Celles-ci ont plus que doublé, en moyenne, entre la période 1997-2007 et les années suivantes, avec un pic à 100 000 véhicules par an en 2009. Même si on n’est pas bien équipé pour calculer le nombre de véhicules qui ont été retirés du marché, les chiffres demeurent considérables : une nouvelle voiture pour cinq habitants en âge de conduire de 2008 à 2014. Il s’agit en grande partie de petits véhicules de marque asiatique, moins onéreux que les grosses cylindrées dont le marché libanais reste par ailleurs friand. Ceci illustre une diffusion croissante de l’automobile au sein des classes moyennes et populaires.

5La croissance de l’automobile est aussi soutenue par les programmes d’aménagement routier. Face à la congestion croissante, entretenue par ces importations massives, la réponse des autorités a été de concentrer les investissements publics sur l’amélioration du réseau de transport, avec la construction d’un réseau autoroutier vers le nord et le sud du pays, la Bekaa étant encore délaissée. Malgré les travaux de construction de ponts et de passages souterrains aux principaux carrefours, les grands axes de l’agglomération de Beyrouth sont largement paralysés aux heures de pointe, ce qui oblige les banlieusards à des trajets toujours plus longs et pénibles tandis que le stationnement devient très difficile. La conséquence de l’utilisation croissante de l’automobile est aussi une forte pollution. La répartition des gaz NOx et de CO dans l’agglomération de Beyrouth, où les seuils sanitaires internationaux sont dépassés, est clairement corrélée avec les grands axes de circulation – même si la production d’électricité, privée comme publique, y contribue également.

Figure V-19. La pollution de l’air à Beyrouth en 2010

Figure V-19. La pollution de l’air à Beyrouth en 2010

Table des illustrations

Titre Figure V-16. Source et usages de l’énergie consommée au Liban en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10921/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure V-17. Évolution des grands usages de l’énergie 2005-2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10921/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure V-18. Évolution du nombre de véhicules importés au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10921/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure V-19. La pollution de l’air à Beyrouth en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10921/img-4.png
Fichier image/png, 229k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540