Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

Les eaux de la discorde

Christèle Allès

Résumé

De manière récurrente depuis l’indépendance, il est fait appel à l’unité de tous les Libanais autour de leurs ressources en eau. En témoigne le discours du ministère de l’Eau et de l’Énergie qui entend faire de l’eau « un droit pour chaque citoyen, une ressource pour tout le pays ». Pourtant, les signes de conflits sont fréquents. La réalisation de grands projets hydrauliques fait l’objet de contentieux importants entre communautés locales, associations environnementales et gouvernement. La nouvelle répartition des pouvoirs promue par la réforme du secteur de l’eau n’est pas non plus exempte de tensions. Si unité il y a, c’est sans doute sur le partage des eaux provenant de cours transfrontaliers, et plus particulièrement face aux tentatives hégémoniques du voisin israélien sur les eaux du Liban‑Sud.

Texte intégral

Des conflits d’aménagement et de gestion

1Les projets menés par l’État libanais concernant l’aménagement et la gestion des ressources en eau sont à l’origine de nombreux conflits. Considérés par le ministère de l’Eau et de l’Énergie comme la meilleure réponse à l’irrégularité de la pluviométrie libanaise, les barrages font l’objet de mobilisations systématiques de la société civile et plus particulièrement d’associations de défenses de l’environnement comme IndyAct, Green Line, ou encore le Mouvement Écologique Libanais. Leur argumentation met en cause l’efficacité de tels aménagements (caractère fortement perméable du sous-sol libanais, gaspillage des ressources en eau déjà exploitées, existence de solutions alternatives moins coûteuses) et met l’accent sur les atteintes que ce type d’infrastructures est susceptible de faire subir à l’environnement (destruction des écosystèmes locaux, pollution des nappes phréatiques) et aux populations locales (accentuation du risque sismique, expropriations).

2La réorganisation institutionnelle du secteur de l’eau est quant à elle l’objet de résistances de la part de certains comités locaux de gestion de l’eau. Composés d’habitants et souvent étroitement associés aux pouvoirs locaux, une trentaine d’entre eux a refusé de céder ses prérogatives conformément aux injonctions de la réforme et continue d’alimenter la population à des tarifs largement inférieurs à ceux pratiqués par les offices des eaux. Ces comités réfractaires sont particulièrement nombreux dans les régions sous-équipées en réseaux d’eau potable du Akkar et de la Bekaa. Mais on retrouve une situation similaire dans certaines agglomérations du Mont‑Liban comme Damour ou Deir el‑Qamar, où les municipalités, à l’origine de la mise en place des réseaux d’adduction d’eau potable, refusent aujourd’hui de les remettre à l’Office des eaux. Si des négociations sur le tarif des abonnements ou l’amélioration du service ont pu conduire à la dissolution de certains comités, le conflit reste d’actualité ailleurs et des procès ont été intentés par les offices autonomes et le ministère contre les comités récalcitrants.

Figure V-13. Invitation à une réunion de la campagne No Dam contre la construction du barrage de Qayssamani (source : No Dam, 2015 ; traduction : “Le barrage de Qayssamani : problèmes et solutions”, Hammana, 6 juin 2010)

Figure V-13. Invitation à une réunion de la campagne No Dam contre la construction du barrage de Qayssamani (source : No Dam, 2015 ; traduction : “Le barrage de Qayssamani : problèmes et solutions”, Hammana, 6 juin 2010)

Le partage des eaux transfrontalières

3Le Liban se situe en amont de trois bassins versants transfrontaliers (l’Oronte, le Nahr al‑Kabir et le Hasbani‑Wazzani). Si on y ajoute les eaux souterraines, on peut considérer que ce sont 20 à 25% des ressources en eau du pays qui s’écoulent au-delà de ses frontières.

4Alors que le partage des eaux avec la Syrie a été réglé entre 1972 et 2002, il n’en est rien pour ce qui concerne le Hasbani, un affluent du bassin du Haut‑Jourdain. Un plan américain datant de 1954, le plan Johnston, sert généralement de référence pour le partage des eaux du Jourdain entre les États riverains, mais aucun accord officiel n’a été trouvé entre le Liban et Israël dans un contexte de tensions récurrentes entre les deux pays. Malgré sa situation en amont du bassin versant, le Liban n’utilise qu’une très faible quantité de ses eaux. En effet, jusqu’en 2000, les sources du Hasbani et du Wazzani étaient situées dans la zone occupée par Israël au sud du pays. Depuis le retrait israélien, quelques projets ont certes été engagés côté libanais (une station de pompage sur le Wazzani notamment), mais ils ont fait l’objet de menaces de bombardement de la part du gouvernement israélien. Seule l’adduction d’eau potable vers quelques municipalités a été tacitement autorisée par Israël, et le développement de l’irrigation dans la zone reste pour l’instant peu probable. La puissance de dissuasion israélienne sur cet espace, associée à l’occupation continue des fermes de Chebaa et du Golan syrien, assure donc à l’État hébreu le contrôle des principales sources du Haut‑Jourdain.

Figure V-14. Les eaux transfrontalières au Liban

Figure V-14. Les eaux transfrontalières au Liban

Figure V-15. Les eaux disputées du Hasbani-Wazzani

Figure V-15. Les eaux disputées du Hasbani-Wazzani

Table des illustrations

Titre Figure V-13. Invitation à une réunion de la campagne No Dam contre la construction du barrage de Qayssamani (source : No Dam, 2015 ; traduction : “Le barrage de Qayssamani : problèmes et solutions”, Hammana, 6 juin 2010)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Figure V-14. Les eaux transfrontalières au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10917/img-2.png
Fichier image/png, 256k
Titre Figure V-15. Les eaux disputées du Hasbani-Wazzani
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10917/img-3.png
Fichier image/png, 98k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540