Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

Une action publique volontariste, des résultats qui se font attendre

Christèle Allès

Résumé

Depuis la fin de la guerre civile, de nombreux projets sont menés pour tenter d’améliorer l’accès à l’eau des ménages comme des agriculteurs tout en rendant la gestion des services plus performante. Peu de réalisations concrètes ont cependant vu le jour pour l’instant, et les tentatives de réforme du secteur menées sous l’impulsion des bailleurs de fonds internationaux n’ont que rarement abouti à une amélioration du service.

Texte intégral

Une réforme inachevée

1Durant les années 2000, la réorganisation institutionnelle du secteur de l’eau, à l’instar des nombreuses réformes dans les pays du Sud depuis le début des années 1990, qui s’insèrent souvent dans le cadre de plans d’ajustement structurels poussés par la Banque Mondiale et le FMI, implique un modèle de gestion de l’eau transnational conforme aux principes du développement durable et de la « bonne gouvernance ». Trois principes dominent : la décentralisation et la participation des usagers, la gestion intégrée du cycle de l’eau, la tarification à coût complet et plus largement la marchandisation voire la privatisation des services d’eau urbains. Son application au Liban a donné lieu au regroupement de vingt et un offices des eaux et d’une multitude de comités locaux en quatre établissements régionaux responsables à la fois des services d’eau potable, de l’assainissement et de l’irrigation (à l’exception de l’établissement du Sud).

2Dix ans après leur adoption, aucun des ces principes n’a véritablement été appliqué : seul l’Office des eaux de Beyrouth et du Mont‑Liban est autonome financièrement, les compétences d’assainissement et d’irrigation ne leur ont que rarement été transférées, les tarifs ont augmenté mais les taux de recouvrement des factures restent faibles. La réforme a donné lieu à de nombreuses expériences de gestion innovantes portées par des acteurs de la coopération internationale (partenariats public‑privé, installation de compteurs, gestion de bassin versant, gestion participative, etc.) mais elles ont pour la plupart avorté. Plus grave, malgré les efforts fournis par les nouveaux établissements, leur fragilité sur le plan financier comme sur celui des ressources humaines ne leur permet pas toujours d’assurer leurs missions de base sur l’ensemble du territoire, soit l’entretien des réseaux d’eau potable.

Figure V-9. Recouvrement des factures d’eau potable

Figure V-9. Recouvrement des factures d’eau potable

Figure V-10. Réforme institutionnelle du secteur de l’eau

Figure V-10. Réforme institutionnelle du secteur de l’eau

Le renouveau des grands projets

3Alors qu’un seul barrage avait été construit au Liban depuis 1954 (le barrage de Qaraoun), plusieurs grands projets hydrauliques sont aujourd’hui réactivés. Ils ont pour objectifs de résoudre les problèmes actuels et futurs d’approvisionnement en eau potable, mais aussi d’étendre les superficies irriguées. Dix‑huit barrages sont prévus pour améliorer les capacités de stockage des eaux superficielles, ainsi que plusieurs lacs collinaires. Il faut y ajouter de vastes projets de diversion du fleuve Litani datant des années 1970 et relancés au début des années 2000 : le projet Awali‑Bisri, destiné à l’alimentation de Beyrouth en eau potable, et le projet du canal 800, qui doit assurer l’irrigation de 15 000 hectares de terres dans le Sud du pays. Seul le barrage de Chabrouh a pour l’instant été mis en service. D’une capacité de huit millions de m3, il représente à peine 1% de ce qu’il est prévu de stocker au total. Ces projets font par ailleurs l’objet de nombreuses critiques. La capacité du fleuve Litani à supporter ces multiples prélèvements, mais aussi la pertinence de poursuivre une politique de l’offre dans un contexte où les pertes sur les réseaux (fuites et fraudes) atteignent 48% des volumes produits, sont autant d’éléments qui amènent à douter de l’efficacité de ces nouvelles infrastructures.

Figure V-11. Barrages et lacs collinaires : état des lieux en 2015

Figure V-11. Barrages et lacs collinaires : état des lieux en 2015

Figure V-12. Les grands projets sur le fleuve Litani

Figure V-12. Les grands projets sur le fleuve Litani

Table des illustrations

Titre Figure V-9. Recouvrement des factures d’eau potable
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10912/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure V-10. Réforme institutionnelle du secteur de l’eau
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10912/img-2.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure V-11. Barrages et lacs collinaires : état des lieux en 2015
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10912/img-3.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure V-12. Les grands projets sur le fleuve Litani
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10912/img-4.png
Fichier image/png, 174k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540