Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

Un château d’eau sous pression

Christèle Allès

Résumé

La question de la pénurie hydrique doit également être posée au Liban en termes de qualité de l’eau. L’absence de traitement des eaux usées fait courir un sérieux risque sanitaire à une population qui ne dispose par ailleurs pas toujours d’un accès au réseau d’eau potable. Dans un contexte où les services publics d’eau sont peu performants, l’accès à l’eau potable et domestique est un indicateur fort des inégalités sociales et spatiales qui traversent la société libanaise.

Texte intégral

Des ressources en eau dégradées

1L’absence quasi totale d’infrastructures de traitement des eaux usées est aujourd’hui la principale responsable de la pollution des ressources en eau libanaises. Bien qu’un schéma d’assainissement couvrant l’ensemble du territoire ait été conçu dès 1982, seules 18% des eaux usées produites au Liban seraient aujourd’hui traitées. Dix stations d’épuration sont entrées en fonctionnement, dont six depuis 2012, témoignant d’une récente amélioration de la situation. Il aura fallu attendre six ans la mise en service de certaines stations, notamment celles de Tripoli et de Nabatiyé, à cause des retards dans la réalisation des réseaux d’assainissement et d’incertitudes concernant les modalités de gestion. Ces infrastructures fonctionnent cependant en deçà de leurs capacités et ne permettent qu’un prétraitement qui élimine les gros objets, les graviers et les sables. Il faut ajouter à ce tableau une soixantaine de stations municipales majoritairement réalisées grâce à l’aide internationale. Nombre d’entre elles sont aujourd’hui à l’arrêt, les faibles ressources financières des municipalités n’ayant pas permis de pérenniser leur exploitation. Dans les zones desservies par un réseau d’égout, l’essentiel des eaux usées est rejeté directement à la mer ou dans les vallées. Ailleurs, elles sont stockées dans des puits perdus à partir desquels elles s’infiltrent dans le sous-sol et contaminent les eaux souterraines.

2Les niveaux de pollution des eaux sont par conséquent particulièrement alarmants, notamment dans les espaces littoraux. Les analyses menées aux embouchures de certains fleuves côtiers et sur les plages ont parfois révélé des taux de bactéries très supérieurs aux normes sanitaires, tant les concentrations d’eaux usées non traitées sont importantes. Cette pollution représente un danger pour les baigneurs mais aussi pour les écosystèmes littoraux.

Figure V-6. Facteurs et témoins de la pollution des eaux

Figure V-6. Facteurs et témoins de la pollution des eaux

Un accès inégalitaire à l’eau potable

3Malgré la vaste reconstruction après la guerre civile, plus de 20% des ménages libanais sont sans raccordement au réseau d’eau potable. Les régions rurales de la Bekaa, et plus encore du Nord, sont les plus mal loties. Dispersion de l’habitat, sous‑développement et retards dans la réhabilitation des réseaux se conjuguent ici pour conduire à des situations où les taux de couverture atteignent parfois difficilement les 40% (cazas du Akkar et de Bcharré).

4La région du centre connaît les pénuries les plus importantes. L’eau n’y est distribuée que trois heures par jour durant la période estivale, voire complètement coupée dans certains quartiers de l’ouest de Beyrouth de septembre à décembre. Si la production d’eau est parfois insuffisante, ce sont aussi les pertes sur les réseaux qui doivent ici être mises en cause dans un contexte où 45% des réseaux de transmission et 33% des réseaux de distribution ont dépassé les 30 ans.

Figure V-7. Les inégalités de raccordement au réseau public d’eau potable en 2010

Figure V-7. Les inégalités de raccordement au réseau public d’eau potable en 2010

Figure V-8. Part du budget des ménages consacré à l’eau fonction des sources d’eau par région

Figure V-8. Part du budget des ménages consacré à l’eau fonction des sources d’eau par région

Table des illustrations

Titre Figure V-6. Facteurs et témoins de la pollution des eaux
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10908/img-1.png
Fichier image/png, 298k
Titre Figure V-7. Les inégalités de raccordement au réseau public d’eau potable en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10908/img-2.png
Fichier image/png, 205k
Titre Figure V-8. Part du budget des ménages consacré à l’eau fonction des sources d’eau par région
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10908/img-3.png
Fichier image/png, 30k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540