Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction à la partie 5

p. 74-75


Texte intégral

Figure V-1 : Nouvelle station d’épuration de Nabatiyé, alors en construction. Elle fonctionne depuis 2013, mais en sous-capacité parce que les réseaux d’égout ne sont pas tous achevés. Elle a été financée par un prêt français et est gérée par une filiale de Véolia Environnement (source : É. Verdeil, 2009).

Image 1000000000000D55000009FFF8333902.png

1Les services publics, en principe assurés par des établissements publics nationaux ou régionaux, ou délégués à des entreprises privées, traversent une crise profonde au Liban. L’approvisionnement en eau, dans ce pays montagneux et relativement bien doté en ressources hydrauliques, est inconstant, insuffisant et inégalitaire. Malgré l’existence de conflits aux frontières, la raison en est surtout la mauvaise gestion nationale. L’efficacité et le coût des projets de construction de barrages sont contestés. L’énergie en particulier l’électricité, sont d’autres enjeux majeurs. La dépendance très forte aux hydrocarbures est renforcée par une consommation en croissance et l’augmentation du nombre d’automobiles, qui cause une forte pollution dans les villes, tout en aggravant la congestion du trafic. La production d’électricité reste très inférieure à la demande, causant des pénuries très inégalement réparties, et imposant le recours à des systèmes alternatifs et onéreux. La crise spectaculaire de la collecte et de l’enfouissement en décharge des déchets ménagers qui a éclaté à l’été 2015 est le symbole d’une faillite technique mais surtout d’une gestion centralisée et opaque dont les Libanais manifestent à grands cris leur rejet.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.