Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 5 – La crise des services publics

Le Liban : un château d’eau ?

Christèle Allès

Résumé

L’eau revêt au Liban une dimension identitaire forte. Le contraste entre ses montagnes verdoyantes et l’aridité des plaines syriennes a en effet permis d’affirmer sa spécificité dans l’ensemble proche-oriental. Dans la période de construction nationale qui suit l’indépendance, on a fait du Liban un « don du Litani », et de ses montagnes arrosées « le squelette de l’unité libanaise ». Cependant, l’abondance est aujourd’hui menacée par l’augmentation des besoins, particulièrement domestiques et agricoles. Seules des mesures drastiques destinées à limiter les gaspillages permettront de maintenir l’équilibre entre ressources disponibles et exploitation dans les décennies à venir.

Texte intégral

Un pays relativement riche en eau à l’échelle de la région

1Avec des précipitations moyennes avoisinant les 855 mm/an, le Liban est un pays relativement bien pourvu en ressources en eau à l’échelle de la région, ce qui lui a valu sa réputation de château d’eau. Son climat « levantin », caractérisé par une concentration des précipitations de novembre à avril et une saison estivale particulièrement sèche, a donné naissance à environ 40 cours d’eau principaux dont seulement 17 sont pérennes. Ils se répartissent en deux grands ensembles. D’un côté, trois grands bassins versants représentent 44% de la superficie du pays : le Litani (2 140 km2), l’Oronte (1 720 km2) et le Hasbani (680 km2). De l’autre, plusieurs cours d’eau côtiers prennent leur source dans le Mont-Liban.

2Les eaux souterraines représentent environ 18% des ressources du pays et assurent la pérennité de nombreux cours d’eau alimentés par les sources karstiques. Fleuves et sources sont fortement marqués par l’irrégularité intra-annuelle des précipitations : 75% du débit fluvial total se produit entre janvier et mai, 16% entre juin et juillet et 9% entre août et octobre. Quant aux sources, seul 17% de leur rendement annuel total est disponible durant la période estivale.

Figure V-2. La répartition des ressources en eau au Liban

Figure V-2. La répartition des ressources en eau au Liban

L’ensemble des données hydrologiques est à prendre avec précautions. Le réseau de stations de mesure n’a été que partiellement réhabilité après la guerre civile et le personnel est insuffisant pour assurer un suivi efficace. L’estimation des ressources est souvent fondée sur des séries de mesures datant des années 1960-1970 et elle peut varier fortement selon les auteurs. Nous avons généralement choisi de retenir les données fournies par le ministère de l’Eau et de l’Énergie.

Un risque de pénurie hydrique ?

Figure V-3. Les ressources en eau renouvelables par habitant : le Liban dans sa region

Figure V-3. Les ressources en eau renouvelables par habitant : le Liban dans sa region

3L’abondance des précipitations ne masque cependant pas une situation difficile. Les disponibilités en eau douce par habitant situent toujours le Liban parmi les pays les plus favorisés de la région mais, depuis 2014, le « château d’eau » a dépassé le seuil de pénurie hydrique défini par l’ONU.

4Une comparaison entre demande en eau, volumes réellement exploités et ressources renouvelables, fait cependant apparaître une situation plus nuancée. La demande actuelle se situe en effet bien en deçà des ressources exploitables mais l’équilibre est précaire. Les projections optimistes du ministère de l’Eau et de l’Énergie libanais (MEE) concernant l’évolution de la demande en eau à l’horizon 2030 tablent sur une augmentation mesurée de la population ainsi que sur la mise en œuvre de politiques publiques visant à améliorer l’efficacité des réseaux d’eau potable comme des techniques d’irrigation. Sans ces mesures, le Liban devrait consommer plus de 100% de ses ressources en eau d’ici une décennie selon la Banque Mondiale (BM). Par ailleurs, la production d’eau permet pour l’instant tout juste de satisfaire la demande et ce, de manière bien peu durable.

5Le stockage des eaux superficielles reste pour l’instant très faible et les besoins sont largement couverts par une utilisation massive des eaux souterraines. Elles couvrent aujourd’hui 50% des besoins de l’agriculture et 80% des besoins en eau potable. En partie incontrôlée, cette exploitation se traduit déjà par une diminution du niveau des aquifères et par d’importantes intrusions d’eau de mer dans les régions littorales les plus peuplées.

Figure V-4. L’évolution de la demande en eau au Liban entre 2010 et 2030

Figure V-4. L’évolution de la demande en eau au Liban entre 2010 et 2030

Figure V-5. Les différentes sources de l’eau produite au Liban en 2010

Figure V-5. Les différentes sources de l’eau produite au Liban en 2010

Table des illustrations

Titre Figure V-2. La répartition des ressources en eau au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10896/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure V-3. Les ressources en eau renouvelables par habitant : le Liban dans sa region
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10896/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure V-4. L’évolution de la demande en eau au Liban entre 2010 et 2030
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10896/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure V-5. Les différentes sources de l’eau produite au Liban en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10896/img-4.png
Fichier image/png, 36k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540