Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 4 – Les grands enjeux environnementaux

Une réponse institutionnelle incomplète

Chadi Abdallah, Stéphane Cartier et Claire Gillette

Résumé

Peu de stratégies d’ensemble ont pour l’instant été adoptées par les autorités publiques en ce qui concerne la prévention et l’adaptation aux évolutions climatiques ou la gestion des risques. Si ces phénomènes sont de plus en plus étudiés au Liban, les dispositifs législatifs et les cadres pour garantir leur application ne sont que partiellement définis et mis en place.

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, alors que le thème du changement climatique s’est imposé sur la scène internationale, il a fait l’objet d’un nombre croissant d’études au Liban. La plupart de ces initiatives sont portées par des institutions publiques libanaises d’envergure nationale, en particulier le ministère de l’Environnement, et des organisations internationales, à l’instar du PNUD. La question du changement climatique y a d’abord été intégrée comme étant une problématique parmi d’autres, au sein de projets aux thèmes généraux, avant que des programmes spécifiques n’y soient consacrés, notamment pour l’intégrer dans l’ensemble des institutions. Le lancement en 2013 du Programme d’action national pour intégrer le changement climatique dans l’agenda du développement du Liban s’inscrit dans ce contexte. Supervisé par le PNUD et mis en place par le ministère de l’Environnement, il bénéficie d’un budget de 500 000 dollars fournis par le gouvernement. Son objectif est de promouvoir des stratégies de développement pour limiter le réchauffement climatique et faire réduire les émissions de gaz à effet de serre aux acteurs publics et privés.

2Malgré l’ambition de ces initiatives leur mise en pratique reste tributaire de la création de dispositifs de contrôle. Les collectivités et acteurs locaux en semblent par ailleurs largement exclus. La portée de ces projets reste donc à établir. Du reste, les évolutions observées à l’échelle locale, comme le renforcement de l’îlot de chaleur urbain à Beyrouth, ne sont pas intégrées dans des programmes d’action. Suite à une étude publiée en 2005 par le ministère de l’Énergie et de l’Eau en collaboration avec le PNUD, un texte législatif définissant des standards thermiques pour les constructions a été préparé mais il est toujours en attente de validation par le Conseil des Ministres.

Figure IV-14 : Projets sur les questions de changement climatique au Liban

Figure IV-14 : Projets sur les questions de changement climatique au Liban

Risques : la mise en place progressive de dispositifs divers

3Malgré les effets destructeurs de certains phénomènes comme les mouvements de terrain, observés sur plusieurs décennies, il n’existe pas encore de plan de prévention et de gestion de l’ensemble des risques décliné à l’échelle locale. La plupart des projets menés dans les zones concernées consistent en des interventions mineures en quelques lieux spécifiques, par exemple la construction de remblais et murs de soutènement pour limiter les conséquences des glissements de terrain et des chutes de débris.

4  Depuis le milieu des années 2000, plusieurs initiatives ont été lancées dans ce domaine. L’État libanais a adhéré au “Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015 : Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes”, adopté par la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes en janvier 2005. Cela a conduit le Bureau du Premier Ministre à travailler, en collaboration avec le PNUD, sur un projet intitulé “Renforcer les compétences en matière de gestion des risques et des catastrophes au Liban”. Une unité de réduction et gestion des risques a été créée en son sein et un plan national de réponse aux catastrophes a été préparé. Les institutions publiques, notamment les ministères de l’Éducation et des Affaires sociales, ont été encouragées à inclure la problématique des risques dans leurs activités. Une plateforme portée par le CNRS a été créée pour une meilleure analyse des risques. Des acteurs très divers sont impliqués dans le projet afin de permettre une collecte large des données, y compris en temps réel, et d’en assurer l’analyse, notamment pour guider les autorités publiques et mieux gérer les catastrophes. La préparation des bases de données et la mise en place des équipes étaient déjà bien avancées en 2015. Cependant, en-dehors de ces projets, et jusqu’à nouvel ordre, aucune enveloppe budgétaire n’est allouée à la gestion des risques au sein des institutions publiques et les acteurs locaux ne sont qu’en partie impliqués dans ce processus : seulement trois gouvernorats sur huit disposent de plans de réduction des risques.

Figure IV-15 : La plateforme SuNaR d’évaluation des risques : des acteurs multiples

Figure IV-15 : La plateforme SuNaR d’évaluation des risques : des acteurs multiples

Un code parasismique embryonnaire

5Un facteur majeur de risque est l’absence de réglementation contraignante régulant l’urbanisation dans les zones où des aléas naturels existent, ou encore l’absence d’application des prescriptions existantes, comme le montre l’exemple des règles parasismiques. Même si une première tentative de réglementation parasismique a été faite en 1997, ce n’est qu’en 2005 qu’un décret impose un avis d’ingénieur et une accélération sismique horizontale de référence au rocher de 0.2 g. Nombre de dispositions du décret de 2005 sont restées à l’état de recommandations, faute de clarifications sur le contrôle technique. Le décret de 2012  rend obligatoire une inspection parasismique des nouveaux bâtiments, mais laisse un délai d’adaptation au secteur immobilier, jusqu’en 2017-2018, avant l’application à toute nouvelle construction. Faute de références nationales, cette politique publique officialise de facto l’adoption de standards étrangers reconnus (américains ou français) à condition de se référer à un seul code parasismique par édifice. Seule libanisation, le décret comporte une accélération horizontale de référence au rocher de 0.25 g, supérieure à celui de 2005 qui n’avait jamais été appliqué.

Table des illustrations

Titre Figure IV-14 : Projets sur les questions de changement climatique au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10888/img-1.png
Fichier image/png, 165k
Titre Figure IV-15 : La plateforme SuNaR d’évaluation des risques : des acteurs multiples
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10888/img-2.png
Fichier image/png, 239k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540