Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 4 – Les grands enjeux environnementaux

Un pays au risque sismique élevé

ANR Libris

Résumé

Le Liban est un pays à sismicité faible à modérée, parcouru par de grandes failles qui ont généré des séismes historiques dévastateurs. L’urbanisation extrêmement importante le long de la bande littorale, notamment dans l’agglomération de Beyrouth où vit plus de 40% de la population libanaise et se concentre une grande partie de l’activité économique, politique et administrative, le tout associé à un code parasismique embryonnaire, font du Liban un des pays méditerranéens les plus exposés au risque sismique.

Texte intégral

Figure IV-12 : Sismicité récente et sismicité historique au Liban

Figure IV-12 : Sismicité récente et sismicité historique au Liban

Des failles majeures, une sismicité modérée mais des séismes historiques destructeurs

1Le Liban est traversé par la grande faille du Levant, longue de 1200 km depuis le Golfe d’Aqaba jusqu’à la Turquie. Au Liban, cette faille se scinde en trois branches majeures ayant déjà généré dans le passé de nombreux séismes destructeurs de magnitude supérieure à 7 degrés sur l’échelle de Richter : par exemple le séisme et tsunami de 551 sur le chevauchement du Mont‑Liban (en mer) et le séisme de 1202 sur la faille de Yammouné. Les informations portées par les spéléothèmes des grottes de Jeita et de Kanaan au nord de Beyrouth confirment que de forts séismes avec une accélération maximale de 0.2 à 0.6 g sont possibles dans la région. Bien que la sismicité enregistrée ces dernières années soit seulement modérée, les études paléosismiques montrent que les failles de Yammouné et du chevauchement du Mont‑Liban sont maintenant suffisamment chargées pour engendrer de nouvelles ruptures.

Une vulnérabilité sismique certaine

2Depuis 1990, la reconstruction de Beyrouth favorise une urbanisation verticale. Durant la période 2008-2012 du boom immobilier, l’administration octroie chaque année des surfaces de permis de construire qui équivalent approximativement à 80 % de la surface foncière brute de la ville. Aujourd’hui à saturation, Beyrouth est composée d’un amas hétéroclite de bâtiments de hauteur et d’âge variés. La pratique de construction sur pilotis, la surcharge des réservoirs d’eau en toiture, les rajouts d’étages sur les anciens bâtiments, la qualité de sol parfois médiocre et la construction sur talus instables accroissent considérablement les risques d’endommagement en cas de séisme. L’inventaire de près de 8 000 bâtiments permet une première évaluation des dommages pour une sollicitation sismique forfaitaire de 0.25 g et suggère que la moitié des immeubles serait très endommagée. Les enquêtes socio-démographiques, économiques, anthropologiques et psychologiques soulignent la forte vulnérabilité des Beyrouthins aux séismes et l’urgence de la mise en place de politiques de protection et de prévention efficaces, adaptées au contexte libanais.

Figure IV-13 : Taux d’endommagement estimé avec la méthode FEMA pour une accélération sismique de 0.25 g

Figure IV-13 : Taux d’endommagement estimé avec la méthode FEMA pour une accélération sismique de 0.25 g

Table des illustrations

Titre Figure IV-12 : Sismicité récente et sismicité historique au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10876/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure IV-13 : Taux d’endommagement estimé avec la méthode FEMA pour une accélération sismique de 0.25 g
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10876/img-2.png
Fichier image/png, 39k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540