Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 4 – Les grands enjeux environnementaux

Risques (I): feux de forêt, mouvements de terrain et activités humaines

Chadi Abdallah et Claire Gillette

Résumé

Plusieurs risques font l’objet d’une attention croissante au Liban, notamment parce que leur nombre et leur ampleur pourraient être démultipliés par les évolutions climatiques en cours. Les épisodes de pluies torrentielles de plus en plus nombreux contribueraient ainsi à accroître le nombre et l’ampleur des inondations et des mouvements de terrain qui affectent déjà le pays, tandis que la hausse des températures et du nombre d’épisodes de sécheresse favoriseraient les incendies de forêt.

Texte intégral

De l’incendie de forêt aux incendies en zones périurbaines ?

1Entre 1960 et 2010, 35% de la superficie forestière aurait fait l’objet de détériorations notables. Si les activités de défrichement ont joué un rôle majeur dans ces évolutions, les incendies de forêt y ont également contribué. Ceci a attiré l’attention des institutions publiques. Le CNRS y a consacré plusieurs études. Les seules données portant sur ces événements et s’étalant sur une longue période proviennent des missions effectuées par chaque centre de la Défense civile, avec des informations sur le type de zones affectées, et quelques tentatives de cartographie des zones brûlées sur la base d’images satellites. Il n’est donc pas possible de cartographier précisément la localisation de ces incendies dans la durée.

2Chaque année, entre 8 000 et 16 000 interventions sont menées par la Défense civile pour lutter contre des incendies de végétation : selon une estimation du CNRS, 1 200 hectares en moyenne seraient brûlés, soit 0,1 % du territoire libanais. Les zones de végétation basse sont les plus affectées. Dans le Mont-Liban, la région la plus boisée du pays, les feux touchent plus souvent les forêts. Dans les régions du Sud, de l’Est et du Nord du pays, en particulier le Akkar, les interventions de la Défense civile ont davantage concerné les zones de culture. Plusieurs facteurs expliquent la récurrence de ces incendies, en particulier le surpâturage, l’exploitation du bois, le mitage des zones rurales par l’urbanisation et la régression des espaces agricoles au profit de la garrigue, ce qui témoigne du poids des activités humaines dans la progression de ces phénomènes. La cartographie des zones à risque réalisée en 2015 par le CNRS, présentée ici par caza, prouve que les zones potentiellement les plus affectées sont celles qui se trouvent en bordure des grandes agglomérations de Beyrouth et Tripoli. Cela conduit les chercheurs à mettre en garde contre un nouveau danger : une fréquence accrue de feux dans les zones d’extension urbaine.

Figure IV-6 : Impacts et risque d’apparition des feux de végétation

Figure IV-6 : Impacts et risque d’apparition des feux de végétation

Les mouvements de terrain

3Aucune cartographie des mouvements de terrain sur l’ensemble du territoire libanais n’est disponible mais plusieurs études ont révélé l’importance et la diversité de ces phénomènes. Plus de 3 500 glissements de terrain et 6 000 chutes de blocs, pierres et débris ont ainsi été recensés. Ils entraîneraient en moyenne des pertes financières allant de 10 à 15 millions de dollars par an. Ces mouvements sont parfois très destructeurs : en mars 1992, une avalanche fut à l’origine d’un glissement de terrain qui détruisit plusieurs habitations et fit 20 morts à Hazerta, près de Zahlé. L’exemple de la zone de Fater au Mont-Liban montre que ces risques peuvent s’accumuler à certains endroits, y compris à proximité d’habitations.

4Des facteurs variés contribuent à leur survenue et à leur multiplication. Il s’agit parfois d’événements exceptionnels, à l’instar des avalanches ou de séismes comme celui de 1956. Ils peuvent aussi être liés à des épisodes de pluies torrentielles, dont le nombre croît, et à certaines activités humaines. Les constructions de routes ou de bâtiments, l’exploitation de carrières et de systèmes d’irrigation modifiant le régime d’écoulement des eaux sont autant d’éléments qui les favorisent. Mais les réglementations existantes ne prennent pas en compte les risques de mouvements de terrain.

Figure IV-7 : Les mouvements de terrain à Fater, au Mont-Liban (source : C. Abdallah, 2013)

Figure IV-7 : Les mouvements de terrain à Fater, au Mont-Liban (source : C. Abdallah, 2013)

Figure IV-8 : Les mouvements de terrain observés au Liban en 2010

Figure IV-8 : Les mouvements de terrain observés au Liban en 2010

Table des illustrations

Titre Figure IV-6 : Impacts et risque d’apparition des feux de végétation
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10872/img-1.png
Fichier image/png, 188k
Titre Figure IV-7 : Les mouvements de terrain à Fater, au Mont-Liban (source : C. Abdallah, 2013)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10872/img-2.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Figure IV-8 : Les mouvements de terrain observés au Liban en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10872/img-3.png
Fichier image/png, 19k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540