Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 4 – Les grands enjeux environnementaux

Risques (II) : inondations et activités humaines

Chadi Abdallah

Résumé

Les inondations sont fréquentes pendant la saison humide entre décembre et mars après un épisode orageux ou au début de la fonte des neiges. Les rivières sortent alors de leur lit, provoquant des dommages importants, estimés à 15 millions de dollars par an. Ces événements sont de plus en plus étudiés et semblent avant tout liés à des facteurs anthropiques, notamment l’extension incontrôlée de l’urbanisation.

Texte intégral

Un phénomène de plus en plus fréquent ?

1Il n’existe pas de relevé systématique des épisodes d’inondation, ce qui rend difficile l’étude de leurs impacts. Un recensement des événements évoqués dans la presse a été établi par une équipe du CNRS. Ces chiffres sont à prendre avec précaution dans la mesure où ils révèlent sans doute en partie l’attention croissante portée par les médias et l’opinion publique à cette question. On observe néanmoins une augmentation nette du nombre d’épisodes rapportés, avec un total de 23 depuis 2000. Plusieurs éléments pourraient expliquer cette tendance. L’accroissement du nombre de pluies torrentielles ces dernières décennies, au moins en partie lié à des évolutions du climat à plus petite échelle, contribue certainement à multiplier le nombre d’inondations. Cependant, ce sont les facteurs anthropiques qui apparaissent comme les plus déterminants.

2L’extension des zones bâties et urbanisées se poursuit sans véritable régulation, alors que les constructions d’axes routiers et de ponts au-dessus des cours d’eau, de bâtiments en bordure de ceux-ci, le dépôt de matériaux rocheux et de déchets près de leur lit accroissent la vulnérabilité des rives.

Figure IV-9 Les épisodes d’inondation rapportés dans la presse au Liban

Figure IV-9 Les épisodes d’inondation rapportés dans la presse au Liban

Des conséquences importantes sur les terrains agricoles et les infrastructures

3Près des deux tiers des dommages rapportés concernent les activités agricoles et les infrastructures, en particulier routières. Lors de plusieurs épisodes violents, des récoltes entières ont été perdues, notamment dans le Akkar et la Bekaa en 2003, et le réseau routier est devenu impraticable, conduisant par exemple à la fermeture des écoles pendant trois jours en janvier 2013. Le nombre de morts, 41 depuis 1975, montre que ces événements font également des victimes dans la population, même si ce chiffre reste bas comparé au nombre de victimes d’évènements similaires dans d’autres pays. Plus de 15% des dommages affectent par ailleurs des habitations. Les conséquences de ces inondations sont d’autant plus lourdes que le gouvernement libanais n’est pas en mesure de distribuer des dédommagements suffisants, alors même que ce sont parfois des populations aux revenus peu élevés qui sont affectées, comme dans le Akkar.

Figure IV-10 : Les dégâts et victimes des inondations au Liban selon la presse

Figure IV-10 : Les dégâts et victimes des inondations au Liban selon la presse

4Ces éléments ont conduit le CNRS libanais, en lien avec le PNUD, à mettre en place un projet d’évaluation du risque d’inondation. L’ensemble des zones à risque des bassins versants de fleuves pérennes, particulièrement importantes dans la Bekaa et le Akkar, a fait l’objet d’une cartographie détaillée déclinée en trois volets : occupation des sols, dégâts sur le bâti et sur les terrains agricoles. Pour des crues d’une période de retour de dix ans ayant lieu entre décembre et février, il est estimé que, sur l’ensemble du territoire libanais, les pertes pourraient atteindre plus de trois millions de dollars pour les terrains agricoles et 60 millions de dollars pour les constructions. Quelque 748 km de routes sont concernés. Pour une crue d’une période de retour de cinquante ans, 82 000 personnes seraient affectées. Les exemples de Ghadir et Ras Baalbek montrent bien l’impact du développement de zones bâties et celui de la présence de terrains agricoles et d’installations industrielles en plein cœur des zones inondables.

Figure IV-11 : Les impacts des inondations en milieux urbanisé et agricole au Liban

Figure IV-11 : Les impacts des inondations en milieux urbanisé et agricole au Liban

Table des illustrations

Titre Figure IV-9 Les épisodes d’inondation rapportés dans la presse au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10863/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure IV-10 : Les dégâts et victimes des inondations au Liban selon la presse
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10863/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure IV-11 : Les impacts des inondations en milieux urbanisé et agricole au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10863/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540