Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Changement(s) climatique(s) : des tendances difficiles à déterminer

p. 64-65

Résumé

L’absence des mesures météorologiques rend extrêmement difficile l’étude de l’évolution du climat connue par le Liban sur les moyen et long termes. Rares sont les mesures datant d’avant les années 1950 et beaucoup de stations ont arrêté de fonctionner ou été endommagées pendant la guerre civile. L’impact du changement climatique qui s’est imposé comme un enjeu environnemental majeur à l’échelle mondiale y est donc délicat à établir. Les données existantes permettent cependant d’observer plusieurs évolutions climatiques, sans doute en partie liées entre elles et à des évolutions régionales et mondiales.


Texte intégral

Des évolutions climatiques contrastées à l’échelle du territoire libanais

1Le total des précipitations tombées sur le territoire libanais n’a pas évolué de manière significative depuis 50 ans. Elles ont fortement diminué dans les régions les plus sèches, en particulier dans une partie du nord de la Bekaa, tandis qu’elles ont augmenté au nord et sud-est du pays. La principale évolution observée à l’échelle nationale consiste en une multiplication des épisodes de pluies torrentielles. S’ajoutent des changements nets de température : l’augmentation de la température moyenne de deux degrés en 30 ans et l’accroissement de l’écart moyen entre les températures minimale et maximale, un élément contribuant aux processus de désertification mais dont l’impact reste encore à préciser.

2Cette augmentation des températures contribue à l’accélération de la fonte des neiges mais les mesures effectuées ces dernières décennies ne permettent pas d’établir si la superficie moyenne couverte par la neige a évolué de manière significative d’année en année. Combinées avec une surexploitation des ressources en eau, ces évolutions mènent à une réduction du niveau des nappes souterraines et du débit des puits et des fleuves : le débit annuel moyen du Litani est ainsi passé de 275 à 125 millions entre 1965 et 2011.

Figure IV-2 : La pluviométrie au Liban entre 1950 et 2013

Image 1000000000000436000006E5A5966B32.png

Figure IV-3 : Les températures au Liban entre 1974 et 2011

Image 10000000000003E9000002438A32B18B.png

Figure IV-4 : Le débit de quelques puits au Liban en 1984 et 2013

Image 10000000000003A100000241C68B35FE.png

Des îlots de chaleur urbains qui se renforcent ?

3Une des évolutions climatiques les plus remarquables observées au Liban est l’accroissement des températures à Beyrouth. La température moyenne y aurait augmenté de 4°C depuis 1964. Le programme CIRCE estime que les mesures relevées à l’aéroport de Beyrouth révèlent une hausse de 0,1°C par décennie des températures maximales et d’une augmentation de deux jours par décennie du nombre de jours chauds observés en été. Ces tendances ont des conséquences majeures sur l’environnement urbain et ses habitants, notamment sur les niveaux de pollution et sur la santé. Elles augmentent le recours à l’air conditionné, donc la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, notamment des centrales électriques.

Figure IV-5a : Les températures à l’aéroport de Beyrouth entre 1971 et 2000

Image 10000000000003C7000002D42701FF78.png

Figure IV-5b : Les températures à l’aéroport de Beyrouth entre 1971 et 2000

Image 10000000000003A5000002D8785E3D13.png

4Ces changements semblent avant tout liés aux effets de l’îlot de chaleur urbain. Les zones urbanisées ont des surfaces plus sombres qui absorbent par conséquent une plus grande part de radiations solaires, provoquant une augmentation de la température. Les zones végétalisées, peu présentes dans la capitale, maintiennent au contraire des températures plus basses, notamment en raison des mécanismes d’évapotranspiration. Le lien de ces évolutions avec les tendances climatiques observées à plus petite échelle reste à établir mais un accroissement des températures moyennes renforce ce phénomène. Alors que celui-ci semble particulièrement marqué à Beyrouth, la température à Tripoli n’aurait pas augmenté de plus de 2°C entre 1964 et 2004. La multiplication et la concentration des constructions dans le premier pôle urbain du pays (la capitale), en l’absence de législation ou de réglementation fonctionnelle qui les encadrent, contribuent sans doute à expliquer ce phénomène.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.