Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 3 – Une urbanisation intense

Controverses sur le domaine public maritime

Ghaleb Faour, Éric Verdeil et Dictaphone Group

Résumé

L’urbanisation se concentre dans la zone littorale et plus particulièrement sur la ligne de côte : le domaine public maritime est intensément exploité et cela, de manière souvent illégale ou du moins contraire aux principes généraux qui le régissent. Cette occupation est précisément documentée par les services de l’État, même si elle est tolérée et parfois facilitée. Ces pratiques sont aujourd’hui de plus en plus controversées et combattues par des acteurs civils qui s’opposent à l’accaparement de l’espace public, aux dégradations environnementales et à la spéculation financière qui les guident.

Texte intégral

1Le domaine public maritime, borné côté terre par la limite des plus hautes eaux, est un espace appartenant à l’État, dont l’exploitation n’est possible que via des autorisations et en échange d’une redevance, à titre précaire et temporaire. En pratique, toutefois, divers lois et décrets en ont autorisé l’exploitation à titre touristique ou autre, ce qui représente plus de 2,5 millions de m². Une enquête récente du ministère des Transports, en charge de la gestion du domaine public maritime, constate toutefois que les infractions à cette réglementation représentent une surface équivalente à celle où l’exploitation est autorisée.

Figure III-11 : Type et surface des infractions concernant l’occupation du domaine public maritime en 2014

Figure III-11 : Type et surface des infractions concernant l’occupation du domaine public maritime en 2014

2Le plus grand nombre d’infractions se situe au Mont‑Liban et au Liban Sud. Toutefois, le Mont‑Liban et le Liban Nord concentrent les plus grandes surfaces illégales, avec une forte prépondérance des usages touristiques, sous forme de « chalets » et plages en remblais d’accès exclusifs, qui alimentent la ségrégation des publics et la spéculation immobilière. Au Sud, des usages résidentiels expliquent ces empiètements illégaux. Divers projets de loi visant à régulariser ces usages illégaux en contrepartie de taxes et d’amendes au bénéfice de l’État, ont été évoqués mais n’ont jamais abouti car ils se sont heurtés à de puissants intérêts, plusieurs hommes politiques étant directement concernés.

Figure III-12 : L’occupation illégale du littoral en 2014 par caza

Figure III-12 : L’occupation illégale du littoral en 2014 par caza

3Le cas de Beyrouth est l’un des plus emblématiques, même si les surfaces concernées semblent limitées. En effet, le littoral de la capitale est largement artificialisé, et surtout, il est de plus en plus approprié par des sociétés privées ou exploité pour des usages privés.

Table des illustrations

Titre Figure III-11 : Type et surface des infractions concernant l’occupation du domaine public maritime en 2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10831/img-1.png
Fichier image/png, 124k
Titre Figure III-12 : L’occupation illégale du littoral en 2014 par caza
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10831/img-2.png
Fichier image/png, 208k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10831/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540