Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 3 – Une urbanisation intense

Le Mont-Liban, la montagne urbanisée

Ghaleb Faour et Éric Verdeil

Résumé

Région de forêts et de terrasses agricoles accrochées à ses versants puissants, le gouvernorat du Mont-Liban, région centrale du pays, peuplée aujourd’hui d’environ 2,5 millions d’habitants si l’on compte les réfugiés, est une région de plus en plus urbanisée. À l’urbanisation dense s’ajoute une urbanisation des zones rurales, par gonflement des villages, le long des routes et par mitage des zones agricoles et naturelles, qui indiquent une intégration fonctionnelle avec la région capitale.

Texte intégral

L’urbanisation de la montagne

1En complément de l’identification des zones bâties, le Centre national de télédétection du CNRS Liban a entrepris une cartographie globale de l’occupation des sols dont sont présentés ici les résultats provisoires concernant le Mont-Liban. Cette région centrale du pays s’étend de la mer à des altitudes de plus de 2600 m. Bénéficiant d’un climat humide en hiver, la région est la plus boisée du pays, avec environ 650 km² de forêts, soit la moitié des zones naturelles libanaises, qui s’étendent parfois sur d’anciennes friches agricoles. En raison des pentes fortes, de l’exode rural et de l’urbanisation, les zones agricoles ne représentent que 250 km². Les deux types principaux de culture sont les zones maraîchères et de bananeraies du littoral (notamment la plaine de Damour au sud de Beyrouth) et les vergers en altitude (successivement oliviers puis pommiers et autres arbres fruitiers).

2Ces espaces agricoles et naturels subissent une forte pression urbaine. À l’urbanisation continue typique du centre de l’agglomération, le long des axes routiers, s’ajoute une urbanisation par gonflement des villages. Ces banlieues dortoirs de Beyrouth bénéficient depuis la fin de la guerre civile de l’amélioration du réseau routier. Sur les hauteurs de Jbeil, du Kesrouan-Ftouh, d’Aley et de l’Iqlim al-Kharroub se met en place une véritable marqueterie. En l’absence de plans contraignants, au gré des opportunités foncières, les constructions occupent les parcelles agricoles ou les milieux boisés et naturels. Ce mitage représente environ 25% des zones urbanisées continues dans le Mont-Liban.

Figure III-7 : L’occupation des sols dans le Mont-Liban et Beyrouth en 2013

Figure III-7 : L’occupation des sols dans le Mont-Liban et Beyrouth en 2013

Figure III-8 : Les principaux postes de l’occupation des sols au Mont-Liban et Beyrouth en 2013

Figure III-8 : Les principaux postes de l’occupation des sols au Mont-Liban et Beyrouth en 2013

L’Iqlim al-Kharroub : d’une zone agricole à une banlieue résidentielle

Figure III-9 : L’occupation des sols dans la région de l’Iqlim al-Kharroub

Figure III-9 : L’occupation des sols dans la région de l’Iqlim al-Kharroub

3La région de l’Iqlim al-Kharroub, zone de collines entre Beyrouth et Saïda, illustre ces transformations. Zone rurale de peuplement à majorité sunnite dans le caza du Chouf druze, elle se compose de villages au terroir structuré par les terrasses agricoles, où alternent champs d’oliviers et cultures de plein champ, dans un milieu de garrigue et de forêts de chênes et de pins. Depuis les années 1990, la partie basse de la région, notamment autour des localités de Barja et Sibline, s’est fortement urbanisée, y compris avec des zones industrielles (notamment une cimenterie). Les villages sur les hauteurs, notamment Chhim, ancien village marché, se densifient également. Non seulement l’exode rural est stoppé, mais la région accueille des ménages parfois originaires de la région, travaillant à Beyrouth, mais peinant à s’y loger et que les transports plus faciles incitent à s’installer là. Les constructions villageoises sont progressivement abandonnées et remplacées par de petits immeubles familiaux, qui occupent parfois les parcelles agricoles ou naturelles. Les zones de mitage accompagnent et prolongent les zones urbaines continues qui montent le long des routes principales depuis le littoral.

Figure III-10 : Le mitage urbain dans la région de Chhim (source : É. Verdeil, 2006)

Figure III-10 : Le mitage urbain dans la région de Chhim (source : É. Verdeil, 2006)

Table des illustrations

Titre Figure III-7 : L’occupation des sols dans le Mont-Liban et Beyrouth en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10825/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure III-8 : Les principaux postes de l’occupation des sols au Mont-Liban et Beyrouth en 2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10825/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure III-9 : L’occupation des sols dans la région de l’Iqlim al-Kharroub
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10825/img-3.png
Fichier image/png, 305k
Titre Figure III-10 : Le mitage urbain dans la région de Chhim (source : É. Verdeil, 2006)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10825/img-4.png
Fichier image/png, 24M

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540