Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 3 – Une urbanisation intense

Une forte poussée de l’urbanisation

Ghaleb Faour et Éric Verdeil

Résumé

L’urbanisation, qu’on ne peut appréhender au Liban que par l’analyse d’images, faute de données statistiques récentes, a presque doublé depuis vingt ans. Elle se concentre dans la région centrale mais sa croissance est notable dans les zones périphériques, sous des formes souvent très diffuses, guidées par les axes de communication, comme dans la région nord du pays, de Tripoli à Halba.

Texte intégral

1L’analyse d’images aériennes à haute définition constitue la source la plus commode pour étudier l’urbanisation. Le CNRS Liban a effectué un travail systématique sur les années 1994, 2005 et 2013. A l’échelle nationale, les zones bâties et artificialisées ont augmenté en surface d’environ 80%, passant de 472 à 858 km², c’est-à-dire 8% du territoire. Hormis Beyrouth, où la surface administrative se confond avec la zone construite, la proportion des zones bâties est la plus élevée dans le Mont-Liban, avant les mohafazat du Sud du pays (9 et 10%). C’est la Békaa nord qui reste la moins urbanisée.

2Dans tout le pays, la période de 1994 à 2005 est la plus intense pour la construction, ce qui traduit le climat favorable des années de reconstruction, où l’afflux de capitaux privés a été soutenu par la construction d’infrastructures routières.

Figure III-2 : Superficies urbanisées au Liban par gouvernorat (ou mohafazat) (1994-2013)

Figure III-2 : Superficies urbanisées au Liban par gouvernorat (ou mohafazat) (1994-2013)

Figure III-3 : Zones urbanisées et croissance urbaine (1994-2013)

Figure III-3 : Zones urbanisées et croissance urbaine (1994-2013)

3La croissance urbaine reste forte dans la période suivante, particulièrement dans les zones périphériques. Akkar et Miniyé‑Danniyé se caractérisent par un fort dynamisme, de même que l’axe Saïda-Nabatiyé. Mais le mouvement d’urbanisation est partout plus modeste dans la période 2005‑2013 qu’auparavant, même au Sud et dans la région de Nabatiyé marqués par la reconstruction post-2006.

4La considération des paliers d’altitude relativise l’idée que la montagne serait envahie par l’urbanisation. Plus de 50% des zones urbaines se situent à une altitude inférieure à 500 m et cette proportion évolue peu sur la période. Le palier 500-1000 m concentre environ 30% de l’urbain. Au-dessus de 1000 m, ce taux est à environ 18%. De plus, par définition, la plaine intérieure de la Bekaa se situe entièrement sur ces deux paliers.

5L’analyse des images montre très finement les nouvelles formes de l’urbanisation dans le Nord du pays, l’une des zones les plus dynamiques, alors que la région se caractérise par une pauvreté très accentuée. Le site urbain de Tripoli connaît à la fois une extension spatiale continue marquée, avec l’urbanisation des jardins ouest, des nombreuses zones d’oliveraies en périphérie est et sud, et une densification de la zone centrale. A cela s’ajoute un intense mouvement d’urbanisation périphérique. Vers Zghorta au sud-est, vers la région de Koura au Sud, le long de la côte sud-ouest, il suit les axes routiers. Dans la direction de Minié et Halba, l’urbanisation s’étend en outre par densification horizontale des villages et bourgs existants et par mitage des zones agricoles. Ce même type d’urbanisation s’étend également dans les zones de collines et de montagne. Cela traduit la faiblesse des régulations concernant la construction et la forte pression démographique locale, alors que les migrations vers Tripoli sont bloquées par l’absence d’offres d’emplois et par les hautes valeurs foncières. Cette urbanisation à basse densité déstructure l’espace rural et occupe des terres agricoles, dont le rendement économique est trop faible pour empêcher leur conversion en zones bâties.

Figure III-4. : Zones urbanisées par palier d’altitude (1994-2013)

Figure III-4. : Zones urbanisées par palier d’altitude (1994-2013)

Figure III-5 : L’urbanisation de Tripoli à Halba

Figure III-5 : L’urbanisation de Tripoli à Halba

Figure III-6 : Mitage urbain dans la banlieue de Tripoli (Koura, É.Verdeil, 2009)

Figure III-6 : Mitage urbain dans la banlieue de Tripoli (Koura, É.Verdeil, 2009)

Table des illustrations

Titre Figure III-2 : Superficies urbanisées au Liban par gouvernorat (ou mohafazat) (1994-2013)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10809/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure III-3 : Zones urbanisées et croissance urbaine (1994-2013)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10809/img-2.png
Fichier image/png, 81k
Titre Figure III-4. : Zones urbanisées par palier d’altitude (1994-2013)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10809/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure III-5 : L’urbanisation de Tripoli à Halba
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10809/img-4.png
Fichier image/png, 185k
Titre Figure III-6 : Mitage urbain dans la banlieue de Tripoli (Koura, É.Verdeil, 2009)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540