Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

L’égalité entre les femmes et les hommes : une conquête inachevée

Marie Bonte

Résumé

Une présence importante des femmes dans l’espace public, des mobilités croissantes et une apparente liberté des mœurs dans certaines franges de la société laissent penser que la situation des femmes au Liban est plus enviable que dans d’autres pays de la région. En termes d’écarts entre les genres, le Liban occupe pourtant le 123e rang sur 136 selon un classement du Forum Economique Mondial. Conscientes de ce classement, de nombreuses associations défendent le droit des femmes et des minorités sexuelles. Elles tentent de faire avancer des lois jugées trop archaïques et réclament la traduction concrète de résultats flatteurs en matière d’éducation, en termes de pouvoirs économiques et de représentation politique notamment.

Texte intégral

L’accès à l’éducation et à l’enseignement supérieur

1Le plan de restructuration du système éducatif élaboré en 1994, qui instaurait douze années de scolarité obligatoire, a contribué à réduire significativement le nombre de femmes analphabètes chez les moins de vingt ans. À l’échelle du pays, selon l’Unicef, le taux de scolarisation à l’école primaire est de 97,1% sur la période 2008‑2011. Ces résultats efficaces ne doivent pas masquer d’importantes disparités générationnelles et géographiques (Fig. 1) : c’est dans les régions les plus rurales que le taux d’illettrisme féminin est le plus élevé.

Figure II-25 : Les disparités régionales et générationnelles en termes d’illettrisme féminin au Liban

Figure II-25 : Les disparités régionales et générationnelles en termes d’illettrisme féminin au Liban

2Concernant l’enseignement supérieur, les indicateurs du Liban, du monde arabe et du monde ont aujourd’hui tendance à converger (Fig. 2). La fréquentation des universités est à l’avantage des femmes qui représentent 54,2% de la population étudiante en 2014, soit environ 60% d’une classe d’âge. Ce bon résultat est lié à l’importante mobilité étudiante surtout masculine : 14,5% des hommes, contre 8,6% des femmes, vont effectuer tout ou partie de leurs études à l’étranger. Si les femmes sont bien représentées dans les filières santé, sciences humaines, et droit et commerce (respectivement 69%, 61% et 54% des étudiants), elles ne représentent que 29% des filières ingénieur et construction. L’accès favorable des femmes à l’enseignement primaire, secondaire et supérieur tarde cependant à se traduire par une situation économique et un accès à l’emploi équitable. En effet, les femmes représentent à peine un quart de la population active occupée et 61% d’entre elles gagnent moins de 500 dollars par mois, contre 30% des hommes actifs occupés.

Figure II-26 : Le ratio femmes/hommes dans l’enseignement supérieur au Liban, dans le monde arabe et dans le monde en 2012

Figure II-26 : Le ratio femmes/hommes dans l’enseignement supérieur au Liban, dans le monde arabe et dans le monde en 2012

3Depuis 1953, les femmes ont le droit de vote et sont éligibles. Leur présence dans la vie politique demeure cependant marginale, que ce soit en termes de représentation ou d’implication au sein des partis. Par ailleurs, plus de la moitié des femmes politiques au Liban sont arrivées à leur poste par hérédité. Aujourd’hui, seulement 3% des sièges du Parlement Libanais sont occupés par des femmes. À l’échelle locale, les femmes ne sont pas mieux représentées. Lors des élections municipales de 2004, 552 candidates se sont présentées pour siéger aux conseils municipaux, et 248 ont été élues (soit 2,67% des conseillers à l’échelle du Liban), le nombre d’élues variant en fonction des gouvernorats (Fig. 3). Tous niveaux territoriaux confondus, la faible participation des femmes à la vie politique est liée aux diverses représentations des rôles sociaux de la femme qui l’excluent des affaires politiques. Le coût important des campagnes politiques représente un frein supplémentaire à l’engagement. La mobilisation féminine est en grande partie reportée sur les organisations non gouvernementales, ce qui témoigne à la fois de leur action au sein de la société civile et entérine par la même occasion leur marginalisation de la vie politique. Les ONG qui se mobilisent pour une meilleure représentation des femmes en politique tentent de faire instaurer un système de quotas (un minimum de 30% de femmes élues parlementaires, soit 38 sièges), proposition jusqu’à aujourd’hui rejetée par le Parlement.

Figure II-27 : Les femmes aux élections municipales de 2004

Figure II-27 : Les femmes aux élections municipales de 2004

La mobilisation pour et par les femmes

Figure II-28 : En décembre 2015, l’association Kafa (« assez ») qui agit contre les discriminations, les violences et les formes d’exploitation que subissent les femmes au Liban a mis en scène - avec l’agence de publicité Leo Burnett - un faux mariage entre une enfant et un homme d’âge mûr. La vidéo a été tournée dans un espace public (la corniche de Beyrouth) dans le but de choquer les passants et de les sensibiliser au fait que les dispositions relatives au statut personnel, qui sont du ressort des communautés religieuses, permettent parfois le mariage de très jeunes filles.

Figure II-28 : En décembre 2015, l’association Kafa (« assez ») qui agit contre les discriminations, les violences et les formes d’exploitation que subissent les femmes au Liban a mis en scène - avec l’agence de publicité Leo Burnett - un faux mariage entre une enfant et un homme d’âge mûr. La vidéo a été tournée dans un espace public (la corniche de Beyrouth) dans le but de choquer les passants et de les sensibiliser au fait que les dispositions relatives au statut personnel, qui sont du ressort des communautés religieuses, permettent parfois le mariage de très jeunes filles.

4Largement représentées dans les ONG, les femmes y trouvent un emploi (rémunéré dans la moitié des cas, selon le CRDT en 2006), une cause ou un soutien. Les associations centrées sur les droits des femmes peuvent se diviser en trois catégories : organismes de bienfaisance, promotion de la recherche par et pour les femmes, mobilisation pour l’égalité entre femmes et hommes et contre les violences faites aux femmes. À cette répartition s’ajoutent les associations de défense des droits des minorités sexuelles que sont Meem et Helem. Leurs militants réclament entre autres l’abrogation de lois telles que l’article 534 du Code Pénal condamnant les relations sexuelles « contre nature ». L’impossibilité pour une femme libanaise de transmettre sa nationalité à ses enfants issus d’un père étranger est également problématique et constitue un motif de mobilisation majeur et fédérateur. Il vient s’ajouter aux volontés de supprimer les articles de loi prévoyant une réduction de peine pour les crimes d’honneur, et de mieux protéger les femmes victimes de relations sexuelles non consenties au sein du mariage. La protection des mineures - notamment avec la demande de fixer l’âge légal du mariage à 18 ans - fait également partie des objectifs de nombreuses associations. Enfin, de vastes campagnes de sensibilisation menées par des ONG libanaises visent tant à la prévention contre la violence faite aux femmes qu’à l’impulsion d’un changement dans les représentations des rôles sociaux masculins et féminins.

Table des illustrations

Titre Figure II-25 : Les disparités régionales et générationnelles en termes d’illettrisme féminin au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10790/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure II-26 : Le ratio femmes/hommes dans l’enseignement supérieur au Liban, dans le monde arabe et dans le monde en 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10790/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure II-27 : Les femmes aux élections municipales de 2004
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10790/img-3.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure II-28 : En décembre 2015, l’association Kafa (« assez ») qui agit contre les discriminations, les violences et les formes d’exploitation que subissent les femmes au Liban a mis en scène - avec l’agence de publicité Leo Burnett - un faux mariage entre une enfant et un homme d’âge mûr. La vidéo a été tournée dans un espace public (la corniche de Beyrouth) dans le but de choquer les passants et de les sensibiliser au fait que les dispositions relatives au statut personnel, qui sont du ressort des communautés religieuses, permettent parfois le mariage de très jeunes filles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10790/img-4.png
Fichier image/png, 177k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540