Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

L’inquiétante progression des inégalités et de la pauvreté

Bruno Dewailly

Résumé

Fortement appauvrie et fragilisée par la guerre civile, la population libanaise pouvait s’attendre à voir son sort s’améliorer après le conflit. Or, 25 ans après, pour une majorité d’habitants, il n’en est rien. Globalement les inégalités sociales ont crû et la pauvreté s’est diffusée, en particulier dans les zones périphériques. Les populations au niveau de vie intermédiaire voient leur poids démographique et économique s’étioler.

Texte intégral

Inégalités accrues de richesse, appauvrissement général et hausse de l’endettement

1À l’échelle régionale, aucune société n’est plus inégalitaire que le Liban. Plus encore, avec un indice Gini de 0,848 en 2014, le pays se classe parmi les 10 plus inégalitaires au monde en termes de répartition de la richesse (définie dans une étude du Crédit Suisse comme la valeur marchande des actifs (financiers ou non) moins les dettes, compte non tenu des réfugiés syriens).

2La richesse totale du pays diminue depuis 6 ans de même que la richesse moyenne qui passe de 35 529 $ par adulte en 2010 à 30 207 $ en 2015. Cette tendance est largement due à la forte croissance de l’endettement privé. Depuis 15 ans, la dette par adulte a presque triplé et s’est fortement accrue depuis la crise financière de 2008 (12 697$ en 2015). D’autant que l’estimation ignore 450 officines de crédits non déclarées, selon la Banque du Liban. Parallèlement, le niveau médian de la richesse diminue depuis 2007. En 2015, ce dernier s’élève à 5 340 $, soit l’équivalent de son niveau 20 ans plus tôt. Cette évolution dénote une concentration grandissante des biens au sein des populations déjà les plus aisées (20% de la population consomme 45% des biens) et une progression de la pauvreté. Désormais, les 2/3 de la population adulte possèdent moins de 10 000 $ de biens et 30,2% entre 10 000 et 100 000 $ (contre respectivement 60,5 et 38% en Jordanie). La réduction continue de la tranche aux revenus intermédiaires pourrait mener à une progression des conflits sociaux et des départs.

Figure II-22 : Évolution de la richesse au Liban depuis 2000

Figure II-22 : Évolution de la richesse au Liban depuis 2000

Figure II-23 : La pauvreté au Liban en 2008 (hors réfugiés)

Figure II-23 : La pauvreté au Liban en 2008 (hors réfugiés)

3En 2008, la pauvreté (moins de 4$/jour/personne) au Liban touchait 28,6% de la population totale (soit 1,07 million hab.) et l’extrême pauvreté (moins de 2,4$/jour/personne) 8% (soit 300 000 hab.). La répartition des revenus des ménages et les besoins de base non-satisfaits (BNS) connaissaient une très forte disparité régionale au détriment des régions périphériques. Les populations des cazas sous occupation israélienne jusqu’en 2000 souffrent surtout d’un manque d’infrastructures, d’équipements et de services. À l’opposé, les populations des régions du nord du pays (Akkar, Minié‑Danniyé, Hermel) doivent d’abord faire face à une pauvreté monétaire, qui se conjugue avec un haut niveau de non-satisfaction des besoins de base. C’est aussi le cas d’une majorité des habitants des agglomérations de Tripoli et de Saïda. C’est au centre du pays (Beyrouth, Mont‑Liban et Zahlé) qu’en moyenne les niveaux de vie sont les plus élevés et les services de base les mieux assurés.

4Depuis 2008, aucune étude n’a été menée pour suivre l’évolution de la pauvreté à l’échelle nationale. De 2009 à 2014, les évolutions des principaux indicateurs laissent supposer sa progression : baisse de la richesse globale, inflation des prix à la consommation de 23% (FMI, 2015), augmentation du taux de chômage de 6,4% à 21% (soit 334 000 personnes) et jusqu’à 34% chez les moins de 25 ans, etc.

Tripoli : concentration d’inégalités et progression de la pauvreté

5L’affaiblissement continu de l’économie de Tripoli, lié notamment à sa marginalisation et à la coupure avec l’arrière‑pays syrien, ainsi qu’à la concentration de l’investissement dans l’économie immobilière, a suscité l’accroissement de la pauvreté et le plongeon d’une partie de la société dans la misère. Seuls 8% des habitants n’y sont pas défavorisés. Les dernières enquêtes disponibles font ressortir la diffusion de la pauvreté et de nombreux quartiers connaissent une augmentation du nombre de résidents pauvres (Qobbé et Tell‑Zahriyé, respectivement 18% et 8% des défavorisés). Plus encore, ce sont les situations d’extrême pauvreté qui ont progressé ces dernières années. En 2014, 32% de la population était extrêmement défavorisée. Comparés à d’autres, les habitants de Tripoli ne souffrent pas tant d’un manque crucial de services de base (sanitaire, éducatif, logement) que d’un besoin monétaire. Compte tenu de l’incapacité des élites locales à mettre en œuvre un développement global et durable au service de tous les segments de la population, la situation pourrait perdurer voire s’aggraver.

Figures II-24a : Caractéristiques de la pauvreté à Tripoli 2011-2014

Figures II-24a : Caractéristiques de la pauvreté à Tripoli 2011-2014

Figures II-24b : Caractéristiques de la pauvreté à Tripoli 2011-2014

Figures II-24b : Caractéristiques de la pauvreté à Tripoli 2011-2014

Table des illustrations

Titre Figure II-22 : Évolution de la richesse au Liban depuis 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10784/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure II-23 : La pauvreté au Liban en 2008 (hors réfugiés)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10784/img-2.png
Fichier image/png, 204k
Titre Figures II-24a : Caractéristiques de la pauvreté à Tripoli 2011-2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10784/img-3.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figures II-24b : Caractéristiques de la pauvreté à Tripoli 2011-2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10784/img-4.png
Fichier image/png, 85k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540