Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

Une production de richesse peu soutenable

Bruno Dewailly

Résumé

Nettement tertiarisée, l’économie libanaise se caractérise par une faible production de biens échangeables malgré un certain nombre d’avantages concurrentiels potentiels (situation, diversité géographique, haut niveau d’éducation, bas coût du travail, puissance de la diaspora, etc.) de nature à favoriser la compétitivité internationale des entreprises. Toutefois, l’instabilité régionale et nationale, les défaillances des infrastructures publiques (électricité, eau, etc.) ainsi que la nette préférence pour des placements spéculatifs conditionnent et dénotent un défaut de confiance des acteurs économiques locaux vis‑à‑vis d’engagements susceptibles d’accroître la richesse de manière plus durable.

Texte intégral

Économie tertiarisée et prépondérance des biens non-échangeables

1Le Liban est connu pour avoir fondé très tôt une économie reposant sur des activités de commerce et de services. Globalement, 77% de la valeur produite provient du secteur tertiaire, lequel représentait en 2009 72,6% des emplois. Les activités de services sont variées (soins, finance, immobilier, services urbains, etc.) et certaines, fort anciennes (banque, éducation, tourisme), bénéficient d’une renommée régionale et internationale notoire. Aussi, la part des valeurs des activités relevant des secteurs primaire et secondaire (respectivement 6,4 et 21% des salariés en 2009) ont‑ils fortement diminué depuis 40 ans. Elles n’étaient plus que de 4 et 19% en 2013 tandis que les valeurs ajoutées des produits restaient basses. Cette orientation de l’économie dénote le désintérêt de la classe politique pour ces secteurs d’activité malgré leur potentiel.

Figure II-17 : Montant et composition du PIB du Liban (2004-2013)

Figure II-17 : Montant et composition du PIB du Liban (2004-2013)

2La nomenclature statistique met mal en évidence la prépondérance des activités associées à la production de biens immobiliers, qui est répartie sur plusieurs secteurs (carrières, construction, immobilier, banque). Par définition, ces biens essentiellement non échangeables, attirent certes quelques capitaux extérieurs, mais sont surtout régis par une économie court‑termiste, spéculative et génératrice de coûts externes démesurés (inflation immobilière, détournement ou non-respect des règles d’urbanisme, impacts environnementaux dommageables, etc.). Cette logique économique et ces coûts freinent considérablement le développement soutenable de la société et contribuent notamment à la fuite des cerveaux et à l’instabilité récurrente.

Agriculture, industrie et tourisme : des potentialités sous-exploitées

3En 2014, la production animale compte pour 39% de la valeur du secteur agricole (dont aviculture 47% devant production laitière 21%). L’arboriculture (pommes, bananes, agrumes et raisins de table) représente 19%. Toutefois, au plan alimentaire, le Liban n’est pas autosuffisant. Pourtant, le pays dispose d’atouts géographiques considérables (climat, ressources, diversité écologique, situation, etc.) et de savoir‑faire qui pourraient faciliter des productions plus importantes et à plus forte valeur ajoutée à l’instar de la vigne, qui constitue l’une des rares cultures (avec les cultures illicites) à voir sa surface augmenter. Depuis 2010, la croissance en valeur des principaux produits agricoles est essentiellement due à l’inflation cumulée (21%) et à une hausse de la demande de biens de base liée à l’afflux de réfugiés.

Figure II-18 : Répartition sectorielle des productions agricoles au Liban 2010-2014

Figure II-18 : Répartition sectorielle des productions agricoles au Liban 2010-2014

4La part relative de l’industrie dans le PIB progresse également moins vite que ce dernier. L’emploi industriel concerne en 2014 quelque 85 000 employés répartis dans 8 000 structures environ. Le tissu industriel libanais est donc surtout constitué de PMI qui caractérisent une véritable culture entrepreneuriale. Les entreprises de taille moyenne sont surtout localisées au centre du pays (Grand Beyrouth, Zahlé) tandis que les agglomérations de Tripoli ou de Saïda et les régions périphériques hébergent surtout des microstructures. Les quatre principales branches (agro-alimentaire, matériaux minéraux non métalliques, matériaux et produits métalliques, réparation de matériels) concentrent 66% de l’emploi, mais ne représentent que 55% de la valeur ajoutée produite.

Figure II-19 : Nombre d’emplois industriels par caza en 2007

Figure II-19 : Nombre d’emplois industriels par caza en 2007

Figure II-20 : La production de biens industriels par secteur en 2009

Figure II-20 : La production de biens industriels par secteur en 2009

5Le secteur touristique souffre également de la conjoncture, d’un manque de diversification de l’offre et de la concurrence internationale. En 2013, le tourisme représente 6,5% du PIB dont 2,5% pour l’hôtellerie et la restauration (contre 3,1% en 2007). Généralement tiré par les activités hôtelières et résidentielles visant les touristes d’affaires, la diaspora et la clientèle du Golfe, le secteur doit faire face, depuis 2010, à une baisse de la fréquentation de cette clientèle. Depuis 2013 toutefois, la demande d’hébergement hôtelier s’est reprise puis stabilisée grâce à l’augmentation de la demande interne et à l’afflux de réfugiés.

Figure II-21 : Nombre de nuitées hôtelières au Liban par nationalité 2007-2013

Figure II-21 : Nombre de nuitées hôtelières au Liban par nationalité 2007-2013

Table des illustrations

Titre Figure II-17 : Montant et composition du PIB du Liban (2004-2013)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10777/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure II-18 : Répartition sectorielle des productions agricoles au Liban 2010-2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10777/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure II-19 : Nombre d’emplois industriels par caza en 2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10777/img-3.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure II-20 : La production de biens industriels par secteur en 2009
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10777/img-4.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure II-21 : Nombre de nuitées hôtelières au Liban par nationalité 2007-2013
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10777/img-5.png
Fichier image/png, 21k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540