Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

Des échanges commerciaux fortement déséquilibrés mais dynamiques

Bruno Dewailly

Résumé

Le Liban est un pays tourné vers le commerce, notamment par l’intermédiaire de la diaspora. Toutefois, les échanges sont fortement déséquilibrés, même si le déficit s’est réduit depuis 15 ans. Mais la guerre en Syrie met à mal ce dynamisme commercial.

Texte intégral

Hypertrophie de la plate-forme d’échanges beyrouthine

1À l’échelle nationale, le caractère le plus marquant des échanges avec l’extérieur est l’extrême domination de la place de Beyrouth par rapport aux autres points d’accès au territoire libanais. Désormais, 85% des produits importés et exportés passent par le port ou l’aéroport de Beyrouth. Avant 2014, les voies d’exportations étaient plus diversifiées, plus de 30% du tonnage sortant alors par la Syrie. Mais à cause de la guerre, ce point de passage est passé de 20% à 10% des exportations entre 2010 et 2013, tandis que les importations sont quasiment interrompues. La concentration des échanges sur le pôle beyrouthin contribue à la congestion de la région capitale. Les ports régionaux de Tripoli, de Saïda et de Tyr captent peu de trafic et restent des plateformes logistiques marginalisées, qu’une politique d’aménagement du territoire équilibrée devrait renforcer.

Figure II-14 : Part des importations et exportations par points d’accès de 2011 à 2015

Figure II-14 : Part des importations et exportations par points d’accès de 2011 à 2015

Forte dépendance aux importations de biens échangeables

2Le Liban produit peu de biens échangeables. Depuis l’indépendance, la balance commerciale libanaise n’a cessé d’être négative, parfois fortement. Depuis 2012, la valeur totale des exportations enregistre un recul de 25% (de 4,7 à 3,5 Mds $), tandis que, depuis 2011, le montant des importations est stable. Cette situation s’explique en partie par la croissance du marché intérieur liée à l’afflux de réfugiés. Globalement, les exportations sont peu variées et leur valeur ajoutée limitée. Bijouterie et joaillerie constituent le premier poste d’exportation (23%) et un poste d’importation important (6%). Il s’appuie notamment sur un savoir-faire ancien et réputé et, pour ce qui a trait à l’accès aux matières premières, sur des réseaux diasporiques, notamment en Afrique de l’Ouest via les principales places mondiales de négoce (Anvers, Dubaï, Genève, Bombay, Bangkok). Machines‑outils et équipements électriques représentent un autre poste remarquable d’exportation (14%). Il est fortement lié à la production de générateurs électrothermiques (23%), de matériels électriques variés (23%), de pièces ou de machines‑outils (22%) et de biens électroménagers (12%). Le Liban exporte aussi des produits reconditionnés (véhicules, pièces détachées) ou des matériaux recyclés (métaux, plastiques). Côté importations, les minéraux et produits raffinés représentent près de 30% du montant total et les produits alimentaires 16%, dénotant une forte dépendance alimentaire vis‑à‑vis de l’extérieur. Pays à l’industrie globalement peu développée, le Liban importe massivement des machines-outils (pour le BTP), des produits chimiques (pharmacie), des véhicules et bien d’équipements ménagers ou encore des métaux.

Figure II-15 : Part des importations et exportations par catégorie de produits de 2011 à 2015 (moyenne en valeur)

Figure II-15 : Part des importations et exportations par catégorie de produits de 2011 à 2015 (moyenne en valeur)

La géographie du commerce libanais

3La part des importations depuis la Chine, essentiellement pour des biens de consommation, ne cesse de progresser (11%). Ce pays est devenu en 2013 le premier fournisseur du Liban devant l’Italie, la France, les USA et l’Allemagne (notamment produits pétroliers raffinés et automobiles). Le Moyen‑Orient constitue le principal débouché des produits libanais et le deuxième espace d’approvisionnement. En 2013, 50% des biens y étaient exportés (22% en Syrie, 17% en Arabie Saoudite, 14% aux EAU) et 18% importés (4,5% de Turquie, 3,4% d’Égypte et 2,4% d’Arabie Saoudite). Le continent africain forme également un espace commercial de prédilection des produits libanais. Les biens y sont distribués notamment grâce à la présence diasporique (Afrique de l’Ouest). L’Europe constitue le troisième débouché du Liban. Toutefois les rapports commerciaux sont fortement déséquilibrés. En 2013, 1 Md $ de biens y étaient exportés contre 11 Mds importés. Premiers destinataires de biens libanais, la Suisse et l’Afrique du Sud constituent deux clients particuliers. En 2013, la Suisse importe du Liban pour 450 M$ de bijoux et matières précieuses (43% de bijoux, 35% d’or et 19% de diamants). Depuis 2010, l’Afrique du Sud achète annuellement et presque exclusivement entre 340 et 680 millions $ d’or.

Figure II-16 : Importations et exportations libanaises par pays (2011-2015)

Figure II-16 : Importations et exportations libanaises par pays (2011-2015)

Table des illustrations

Titre Figure II-14 : Part des importations et exportations par points d’accès de 2011 à 2015
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10775/img-1.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure II-15 : Part des importations et exportations par catégorie de produits de 2011 à 2015 (moyenne en valeur)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10775/img-2.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure II-16 : Importations et exportations libanaises par pays (2011-2015)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10775/img-3.png
Fichier image/png, 355k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540