Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

Un secteur bancaire et financier prédominant

Bruno Dewailly

Résumé

Les activités de services constituent 70% du PIB du Liban. Anciennes et réputées, les activités bancaires et financières ne représentent toutefois que 8% du PIB (4,4  Mds $) en 2013, soit moins de la moitié du montant des activités commerciales et moins que la production industrielle. Début 2015, elles concernent 70 établissements bancaires (dont 16 d’affaires), 10 représentations bancaires étrangères, 53 établissements financiers, 324 organismes de change et 40 compagnies de crédit. La place financière de Beyrouth a fortement souffert des années de guerre civile et a vu sa suprématie régionale et son rôle d’intermédiaire concurrencés, notamment par des villes du Golfe. Néanmoins, les qualités du secteur bancaire, la garantie de secret bancaire et l’exemption fiscale sur les revenus des placements attirent encore de nombreux capitaux étrangers, condition nécessaire au soutien d’un endettement public colossal (70 Mds $ mi‑2015, soit 145% du PIB) grâce aux placements en bons du Trésor.

Texte intégral

Un petit maillon des réseaux financiers arabes et occidentaux

1La grande majorité des banques opérant au Liban est de nationalité libanaise. Leur nombre a diminué graduellement (82 en 1982 à 53 en 2015), reflet d’une certaine fragilité (faillites, départs) ou d’une consolidation du secteur (fusion). Surtout, l’étude de l’actionnariat fait apparaître une internationalisation beaucoup plus développée du secteur, avec notamment des investisseurs arabes et occidentaux, ce qui illustre les liens avec les monarchies du Golfe et l’insertion du Liban dans la mondialisation. En 2014, tous les actionnaires originaires de l’OCDE détenant plus de 20% des parts d’un établissement, étaient basés dans des paradis fiscaux (Iles Vierges, Suisse, Luxembourg, Delaware, etc.).

Figure II-10 : Les établissements bancaires au Liban

Figure II-10 : Les établissements bancaires au Liban

Expansion bancaire internationale et finance offshore

2Le soutien bancaire aux investissements productifs de biens échangeables reste limité. La conjoncture régionale, le besoin de capitaux nécessaires au financement de la dette et la stagnation du niveau de richesse des Libanais résidents ont conduit les principaux établissements bancaires à diversifier leur stratégie de croissance. Depuis 10 ans, plusieurs se sont ouverts à l’international, préférentiellement dans d’autres paradis fiscaux afin d’étoffer leurs offres de services ou dans des pays à forte présence diasporique, notamment dans le but de capter de l’épargne et d’augmenter leur fonds propre. Ce regain d’appétence pour les populations de la diaspora fait écho aux considérations politiques croissantes pour ces populations (droits de vote, naturalisation, etc.) au cours des dernières années. De longue date, État et milieu bancaire ont fonctionné en symbiose, associés dans un rapport d’obligations qui domine et conditionne l’économie toute entière.

Figure II-11 : La présence des banques libanaises à l’étranger depuis 1974

Figure II-11 : La présence des banques libanaises à l’étranger depuis 1974

Recomposition et extension du secteur bancaire national

3Privé de son Central Business District, le pôle financier international de Beyrouth est sorti de la guerre affaibli et morcelé (Hamra, Dora, Ghobeiri). Toutefois, la couverture bancaire n’a cessé de se densifier (de 424 agences en 1981 dont 39% à Beyrouth et 22% en banlieue, à 964 en 2014 dont 25% à Beyrouth et 27% dans sa banlieue).

Figure II-12 : Évolution du réseau bancaire au Liban 1981-2015

Figure II-12 : Évolution du réseau bancaire au Liban 1981-2015

4L’expansion des réseaux bancaires dénote une bancarisation grandissante de la société (32% en 2010, 50% en 2015), relayée, depuis 20 ans, par la diffusion de distributeurs automatiques de billets et de terminaux de paiement électronique surtout concentré sur Beyrouth et le Mont‑Liban.

5Parallèlement, à cette extension, l’endettement du secteur privé libanais (entreprises et ménages) a triplé en valeur courante depuis 2007, en raison de l’afflux de capitaux, de conditions de crédits peu regardantes et de trois plans de relance de la Banque du Liban depuis 2013, véritables incitations au crédit immobilier et à la consommation. Les milieux d’affaires et politiques se sont eux-mêmes lancés dans la promotion immobilière spéculative. Désormais, l’ensemble des activités liées à l’immobilier drainent au minimum 42% du volume des crédits tandis que les investissements dans l’industrie et l’agriculture restent dérisoires.

Figure II-13 : Évolution de la distribution sectorielle des crédits bancaires de 2007 à 2014

Figure II-13 : Évolution de la distribution sectorielle des crédits bancaires de 2007 à 2014

Table des illustrations

Titre Figure II-10 : Les établissements bancaires au Liban
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10771/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure II-11 : La présence des banques libanaises à l’étranger depuis 1974
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10771/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure II-12 : Évolution du réseau bancaire au Liban 1981-2015
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10771/img-3.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure II-13 : Évolution de la distribution sectorielle des crédits bancaires de 2007 à 2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10771/img-4.png
Fichier image/png, 32k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540