Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 2 – Une économie déséquilibrée : des inégalités croissantes

Liban-monarchies du Golfe : une dépendance accrue

Bruno Dewailly

Résumé

Au cours des cinquante dernières années, les relations entre le Liban et la péninsule arabe se sont considérablement amplifiées et nombreux sont les Libanais à y avoir trouvé du travail, voire à y avoir fait fortune. Inversement, le Liban est pour les Arabes du Golfe à la fois un havre touristique et une terre d’investissements, singulièrement dans l’immobilier. Ces liens intenses posent la question d’une dépendance économique accrue, même si elle est sujette aux variations des prix du pétrole et aux aléas de la géopolitique.

Texte intégral

Intensification des migrations vers les pays arabes du Golfe et remises monétaires

1Au cours des 40 dernières années, les destinations privilégiées par l’émigration libanaise ont fortement évolué. Malgré des flux migratoires orientés pour les trois‑quarts vers les pays de l’Organisation de coopération et développement économique (OCDE) durant les années de guerre civile, l’émigration vers les pays du Golfe progresse depuis 1960. La péninsule arabe est devenue, à partir du milieu des années 1990, la destination professionnelle privilégiée des Libanais. Les monarchies du Golfe attirent désormais près de 50% du flux migratoire libanais.

Figure II-6 : Les destinations d’émigration des Libanais 1975-2007

Figure II-6 : Les destinations d’émigration des Libanais 1975-2007

2Parallèlement, les populations arabes du Golfe constituent, depuis les années 1950, la principale clientèle touristique étrangère du pays (plus de 50% de 2000 à 2010). Toutefois, cette clientèle diminue, passant de 384 000 visiteurs en 2010 à 98 000 en 2014.

Figure II-7 : Montant et provenance des remises vers le Liban 2009-2014

Figure II-7 : Montant et provenance des remises vers le Liban 2009-2014

3Au cours des dix dernières années, les remises monétaires de la diaspora représentent entre 5 et 7,5 Mds de $US, soit 14 à 26% du PIB selon les années. Toutefois, depuis 2004, cette part décroît et depuis 2009 le montant des remises plafonne autour de 6,5 Mds $US/an. De 2009 à 2013, environ les 2/3 de ses remises monétaires proviennent des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), avec des variations partiellement corrélées à celles du prix du pétrole.

Prédominance mais déclin des investissements arabes du Golfe

4De 2005 à 2014, les investissements directs étrangers (IDE) au Liban connaissent de fortes variations : ils sont passés de 3,3 Mds $US à 4,4 Mds en 2009, avant de redescendre à 3 Mds en 2014. En 2005 leur montant équivalait à 67% du montant des remises, alors que dix ans plus tard il ne représentait plus que de 41% de leur valeur. Globalement, depuis 2000, 80% des IDE proviennent des pays du Golfe, avec un tropisme particulier pour l’immobilier.

Figure II-8 : Montants et origines des IDE greenfield au Liban depuis 2003

Figure II-8 : Montants et origines des IDE greenfield au Liban depuis 2003

5Depuis 2007, le secteur immobilier draine une très large majorité de fonds étrangers. Au cours de ces cinq dernières années, ce secteur a été l’objet de plus de 85% du montant des IDE (90,1% en 2014). Prédominants dans les années 1990, les investissements émiratis et koweitiens se sont fortement ralentis depuis, tandis que les investissements saoudiens atteignaient leur plus haut niveau en 2010-2011. Depuis 2011, d’autres investisseurs arabes montent en puissance, Syriens et Jordaniens notamment. Parallèlement, on assiste à un désengagement des investisseurs immobiliers originaires du Golfe, qui tentent de revendre une partie ou la totalité de leurs biens-fonds.

Figure II-9 : Origine des investissements étrangers au Liban (2011-2014)

Figure II-9 : Origine des investissements étrangers au Liban (2011-2014)

6Ces éléments montrent l’intensité et l’importance pour le Liban des relations économiques avec les États du Golfe. Néanmoins, les baisses sectorielles constatées ces dernières années, si elles occasionnent un ralentissement économique, autonomisent le Liban vis-à-vis de ce pôle régional. Si ces pays constituent des partenaires économiques majeurs, le Liban n’a sans doute pas intérêt à construire son modèle de développement uniquement sur les secteurs qu’ils privilégient, à la fois pour éviter les chocs et les pressions résultant de cette dépendance, et à cause des effets socio-économiques induits par une telle spécialisation.

Table des illustrations

Titre Figure II-6 : Les destinations d’émigration des Libanais 1975-2007
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10765/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure II-7 : Montant et provenance des remises vers le Liban 2009-2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10765/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure II-8 : Montants et origines des IDE greenfield au Liban depuis 2003
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10765/img-3.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure II-9 : Origine des investissements étrangers au Liban (2011-2014)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10765/img-4.png
Fichier image/png, 27k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540