Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 1 – Géopolitique : un pays bouleversé

L’insertion des réfugiés au Liban : une grande précarité

Fabrice Balanche et Éric Verdeil

Résumé

Qu’il s’agisse des conditions de logement, de l’accès à l’emploi ou de la scolarisation, l’insertion des réfugiés syriens s’effectue dans une grande précarité et se traduit par une paupérisation massive, alors même que tout indique que leur présence au Liban va s’inscrire dans la durée. La politique d’accueil du gouvernement libanais, généreuse à l’origine, se durcit à mesure que l’impact pour les Libanais devient plus lourd. L’aide internationale, massive, tend toutefois à se réduire et l’avenir est lourd d’incertitudes.

Texte intégral

L’emploi et la scolarisation

1Malgré la communauté de langue, l’accès au marché du travail est très difficile et, étant donné l’interdiction officielle de travailler pour les réfugiés, se limite à l’emploi informel. Faute de titre de séjour en règle, beaucoup de Syriens ne peuvent se déplacer pour chercher du travail, surtout dans les régions périphériques où il existe peu d’opportunités hors de l’agriculture. De plus, le marché du travail au Liban est lui-même peu porteur. Les Syriens, dont la majorité est peu qualifiée, trouvent surtout à s’employer dans la construction et secondairement dans l’agriculture et l’industrie. En acceptant des salaires très bas, et sans protection sociale, ils entrent en concurrence avec les autres migrants arabes (Égyptiens, Soudanais) dont le nombre a d’ailleurs diminué, ainsi qu’avec les Libanais peu qualifiés. Même les réfugiés dotés d’un meilleur niveau de qualification ont du mal à accéder à l’emploi faute de réseaux sociaux.

Figure I-15 : Secteurs d’activité des actifs au Liban en 2014

Figure I-15 : Secteurs d’activité des actifs au Liban en 2014

2La population des réfugiés syriens se caractérise aussi par sa grande jeunesse. Pour ces enfants, adolescents et plus encore étudiants, la scolarisation constitue un grand problème. Même si le gouvernement libanais a ouvert les portes des écoles publiques, notamment grâce à l’utilisation alternée des locaux, les programmes ne sont pas les mêmes, entre autres en raison du poids des langues étrangères dans les écoles libanaises. Surtout, le coût même minime de la scolarisation est hors de portée de beaucoup de réfugiés. L’éducation de toute une génération est sacrifiée, en particulier pour les jeunes filles. De nombreux mariages de très jeunes filles sont régulièrement signalés dans la presse.

Figure I-16 : Répartition par âge des Libanais et des réfugiés syriens en 2014

Figure I-16 : Répartition par âge des Libanais et des réfugiés syriens en 2014

3Certes, l’installation de plus d’un million de réfugiés a aussi des effets d’entrainement sur l’économie, en stimulant la production agro-alimentaire et la production de biens de consommation. De plus, l’aide internationale représente un flux monétaire important qui alimente l’économie locale. Mais l’installation des réfugiés engendre aussi une forte concurrence et un déclassement social pour les Libanais les moins aisés. Le conflit syrien contribue à limiter les exportations libanaises tandis que l’instabilité locale pèse sur le tourisme et limite les investissements, notamment en provenance du Golfe. Des études macro-économiques menées pour l’année 2014 ont montré que globalement, l’impact des réfugiés syriens est plutôt négatif pour l’économie du pays.

L’évolution de la politique d’accueil

4Dans un premier temps, l’accueil des réfugiés syriens s’est fait facilement, dans la continuité des relations d’accueil des travailleurs migrants, aucun visa n’étant nécessaire. Les premiers réfugiés ont été accueillis par un vaste élan de solidarité, en souvenir de l’accueil des réfugiés libanais en 2006 ou durant la guerre civile.

5D’emblée, toutefois, le gouvernement libanais privilégie une gestion sécuritaire des réfugiés, craignant l’infiltration de terroristes. Soucieux de ne pas reproduire le précédent de l’installation des Palestiniens, il refuse la mise en place de grands camps d’accueil, contrairement à la Jordanie et à la Turquie. De ce fait, il laisse aux familles, aux ONG et aux municipalités la gestion des enjeux concrets de l’installation : alimentation, infrastructures, scolarisation. A partir de juin 2014, les surenchères politiques internes et le poids de plus en plus lourd des réfugiés pour la population conduit à un raidissement. Désormais, les Syriens doivent obtenir un visa, les mouvements vers la Syrie entrainent la perte du statut de réfugiés et un titre de séjour coûtant environ 200 $ par personne doit être acquitté, une somme inaccessible pour la plupart.

6L’aide distribuée par les municipalités (cf. partie 6) et les ONG prend la forme de versements en numéraire et d’apports en nature. Une partie de l’aide est orientée vers les communautés hôtes, à partir du constat qu’une grande partie de la population libanaise est aussi touchée par la pauvreté (cf. partie 2) et avec l’idée d’améliorer l’accueil des Syriens par l’amélioration de l’habitat (par exemple extension de logement) ou de l’infrastructure (réseau d’eau, assainissement). En 2013, l’aide internationale transitant par les Nations Unies dépasse le milliard de dollars. À cela s’ajoutent des aides plus dispersées et difficiles à retracer provenant des pays arabes du Golfe à l’intention des réfugiés, qui, ainsi que le dénoncent certains observateurs, alimentent parfois les groupes armés de l’opposition syrienne. Toutefois, cet effort de la collectivité internationale s’amenuise. En 2014 et plus encore en 2015 les fonds versés et coordonnés par les Nations Unies diminuent. L’aide récente de l’Union européenne en réponse à l’afflux des migrants en Europe vise à pallier cette baisse. Les aides en numéraire diminuent (de 30 à 21,6$ par personne) et les conditions d’éligibilité deviennent plus difficiles à remplir, précarisant encore plus les réfugiés. Seuls 55% en bénéficient en 2015 contre 75% en 2014.

7Malgré le raidissement observé et les tensions dans le pays concernant tant la participation à la guerre en Syrie et les relations avec son régime, que l’impact local des réfugiés, le choc de l’installation des réfugiés syriens est absorbé, jusqu’à maintenant, sans conflit majeur. Face au blocage de la situation en Syrie et à l’ouverture temporaire des frontières européennes, de nombreux Syriens (ainsi que des Libanais) ont tenté leur chance dans l’émigration vers l’Allemagne et à un degré moindre, les pays scandinaves.

Figure I-17 : Évolution de l’aide des organisations des Nations Unies destinée aux réfugiés syriens

Figure I-17 : Évolution de l’aide des organisations des Nations Unies destinée aux réfugiés syriens

Figure I-18 : Demande d’aide et fonds reçus selon le Lebanon Crisis Response Plan

Figure I-18 : Demande d’aide et fonds reçus selon le Lebanon Crisis Response Plan

Table des illustrations

Titre Figure I-15 : Secteurs d’activité des actifs au Liban en 2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10750/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure I-16 : Répartition par âge des Libanais et des réfugiés syriens en 2014
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10750/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure I-17 : Évolution de l’aide des organisations des Nations Unies destinée aux réfugiés syriens
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10750/img-3.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre Figure I-18 : Demande d’aide et fonds reçus selon le Lebanon Crisis Response Plan
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10750/img-4.png
Fichier image/png, 13k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540