Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 1 – Géopolitique : un pays bouleversé

Une décennie de violence

Fabrice Balanche et Éric Verdeil

Résumé

Après quinze années (1991-2005) relativement pacifiques, consacrées à la reconstruction économique à l’ombre de la tutelle syrienne, le pays entre dans un nouveau cycle de violence. Les milices et les groupes armés réapparaissent au grand jour dans certains territoires qu’ils contrôlent et l’armée libanaise, sur la brèche, peine à s’interposer efficacement tout en restant le dernier symbole de l’unité nationale.

Texte intégral

Le retour de la violence politique

1Depuis 2005 date de l’assassinat de l’ancien Président du Conseil Rafic Hariri, la recrudescence de la violence a été multiforme : assassinats politiques et attentats aveugles, guerre israélienne de 2006, conflits armés localisés à Nahr el‑Bared (2007) au Liban‑Nord puis en mai 2008, à Beyrouth, aux limites de la banlieue sud chiite et de zones du Mont-Liban à majorité druze, dans la Bekaa et à Tripoli. La capitale du Liban‑Nord est devenue un point chaud chronique, agitée de combats intermittents. Saïda n’est pas en reste, avec de violents affrontements qui culminent en 2013. De plus, les frontières s’embrasent. Outre le point chaud permanent des fermes de Chebaa, des échanges sporadiques et retenus de missiles se produisent entre Israël et divers groupes parfois mal identifiés. Le nord et la Bekaa deviennent aussi des points de fixation et de combats entre les belligérants du conflit en Syrie qui vont et viennent de part et d’autre de la frontière, notamment dans la région sunnite d’Arsal.

Figure I-7 : Répartition des violences politiques au Liban (2005-2014)

Figure I-7 : Répartition des violences politiques au Liban (2005-2014)

2Si les attaques israéliennes de 2006 ont été de loin les plus meurtrières avec plus de 1 100 victimes libanaises civiles et militaires (ainsi que 120 civils et 118 militaires israéliens), les flambées de violence de 2007‑2008 et depuis 2012 jusqu’à début 2015 représentent un total à peu près équivalent d’environ 1 000 morts d’après le recensement imparfait effectué à partir de Wikipédia.

Figure I-8 : Mortalité due à la violence politique au Liban (2005-2014)

Figure I-8 : Mortalité due à la violence politique au Liban (2005-2014)

3Outre l’affirmation du Hezbollah, acteur prépondérant de la scène politique libanaise, qui domine le Sud, la banlieue sud de Beyrouth et une partie de la Békaa, la caractéristique essentielle de la période est le retour des partis armés. En 2008, en conflit avec une décision gouvernementale menaçant son système interne de communication, le Hezbollah et ses alliés se rendent maîtres de plusieurs quartiers ouest de Beyrouth que les combattants du Mouvement du Futur se sont avérés incapables de défendre. Le conflit s’étend dans d’autres régions, notamment le Chouf et Aley où le Hezbollah combat les miliciens druzes, et à Tripoli, où des affrontements opposent les miliciens alaouites à des groupes sunnites locaux.

4Dès 2007, le groupe islamiste Fatah al‑Islam avait occupé le camp palestinien de Nahr el‑Bared et forcé l’armée libanaise à un long combat de plus de trois mois, qui a largement détruit le camp, et fait 163 victimes au sein de l’armée, 222 au sein du groupe islamiste et 22 parmi les civils. Dans les camps palestiniens, qui échappent à la souveraineté libanaise, les groupes nationalistes sont désormais en butte à la montée des jihadistes. La guerre en Syrie et les parties régionales qui s’y impliquent renforcent ces jihadistes idéologiquement, financièrement et matériellement (en armes). Les groupes jihadistes mènent plusieurs opérations, notamment à Tripoli et à Saïda, où ils affrontent soit d’autres groupes politiques armés libanais, soit l’armée.

5Face à ce regain de violence, l’armée libanaise joue un rôle décisif en s’interposant pour empêcher l’extension des combats, à Tripoli et dans la Bekaa, y compris à Arsal où des groupes islamistes radicaux s’installent durablement et capturent des otages libanais, exécutant certains d’entre eux. Mais l’armée libanaise manque de moyens. Elle dépend pour son équipement des aides étrangères (étatsunienne, saoudienne, française). Elle est néanmoins un symbole de l’unité nationale. Les deux derniers présidents Emile Lahoud et Michel Sleiman en sont d’ailleurs issus. Le subtil équilibre des nominations des officiers supérieurs y empêche l’emprise d’un parti sur les autres et en fait le fragile rempart devant la menace d’un effondrement.

Figure I-9 : Le Liban divisé, les territoires miliciens

Figure I-9 : Le Liban divisé, les territoires miliciens

Table des illustrations

Titre Figure I-7 : Répartition des violences politiques au Liban (2005-2014)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10735/img-1.png
Fichier image/png, 161k
Titre Figure I-8 : Mortalité due à la violence politique au Liban (2005-2014)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10735/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure I-9 : Le Liban divisé, les territoires miliciens
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10735/img-3.png
Fichier image/png, 185k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540