Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 1 – Géopolitique : un pays bouleversé

Un système politique à bout de souffle

Éric Verdeil

Résumé

Les accords de Taëf (1989) ont réformé le système politique en introduisant un nouvel équilibre des pouvoirs qui s’est déployé, à l’ombre de la présence syrienne, pendant les années 1990. Mais depuis 2005, les tensions régionales et leurs répercussions internes provoquent de nombreux blocages du système décisionnel qui empêchent ou retardent tant les élections présidentielles que les législatives. Le vide politique qui s’installe aggrave les lacunes d’un régime confessionnel mais aussi clanique et étroitement lié aux milieux des affaires.

Texte intégral

Des institutions bloquées

1 La pratique politique libanaise post-Taëf a imposé le consensus sur les grandes décisions, ce qui devient très difficile à obtenir depuis le milieu des années 2000. En 2004, le désaccord sur la prolongation de trois années du mandat du Président Émile Lahoud, soutenu par la Syrie, marque l’origine du nouveau cycle de violence politique que connaît le Liban. L’incapacité des acteurs libanais à trouver un successeur à ce dernier, en 2007, dans le contexte des tensions aiguës consécutives à la guerre de 2006, entraîne une vacance de la Présidence. Seul l’accord de la conférence de Doha, suite aux affrontements de mai 2008, rend possible l’élection de Michel Sleiman, l’ancien chef de l’armée libanaise. À la fin de son mandat, en mai 2014, l’absence d’accords entraine à nouveau une longue vacance du poste. Dans le même temps, le gouvernement a lui‑même été partiellement ou totalement entravé dans son action, soit à cause de longues périodes de consultation pour la nomination d’un Président du Conseil des ministres (gouvernement des affaires courantes), soit à cause de la démission d’une partie du gouvernement. Enfin, les élections législatives prévues en 2013 ont été repoussées à deux reprises, faute d’accord sur la loi électorale et sous prétexte d’instabilité sécuritaire. Ce blocage des institutions est la traduction politique des désaccords sur la position du Liban dans le conflit syrien et le reflet des liens qu’entretiennent ses différentes factions politiques avec des acteurs régionaux. Il a pour conséquence de suspendre toute décision, telle que les nominations des hauts fonctionnaires. De même, aucun budget n’a été voté depuis 2004.

Figure I-4 : Les périodes de vacance présidentielle et le blocage du gouvernement (2004-2015)

Figure I-4 : Les périodes de vacance présidentielle et le blocage du gouvernement (2004-2015)

Un système confessionnel et clanique qui peine à se renouveler

2  Si les facteurs régionaux expliquent cette paralysie du paysage politique libanais, son manque de souplesse réside aussi dans la logique confessionnelle qui préside à la distribution des principaux postes politiques (le Président est un maronite, le Président du Conseil un sunnite, celui du Parlement un chiite). Quant aux députés, s’ils sont élus par tous les citoyens de chaque circonscription, leur confession est déterminée afin de refléter la diversité confessionnelle du pays. Mais à chaque élection, le mode de scrutin est remis en débat en raison des revendications de telle ou telle communauté.

3Toutefois, la logique confessionnelle ne doit pas masquer d’autres types de rapports de force. Outre les clivages politiques et notamment la compétition entre les alliances transconfessionnelles du 8 Mars et du 14 Mars, les modalités d’inscription des électeurs, principalement dans leurs villages d’origine plutôt que dans leurs lieux de vie, favorisent des logiques claniques et localistes. Les familles Hariri, Gemayel, Joumblatt ou Frangié en sont des exemples bien connus mais, au‑delà, il convient de noter que 31 des 128 députés ont un membre proche de leur famille qui siège ou a siégé au Parlement (père, mère, oncle, grand père), ce qui montre le poids des familles qui occupent durablement les positions de pouvoir.

Figure I-5 : Répartition des sièges de députés par coalition politique en 2009

Figure I-5 : Répartition des sièges de députés par coalition politique en 2009

La collusion des élites politico-économiques

4Outre son faible renouvellement, l’élite politique libanaise se distingue par la porosité très forte qu’elle entretient avec les milieux d’affaires, qu’il s’agisse de l’immobilier, de la banque, du commerce ou de l’industrie. Des données récentes sur la composition de l’actionnariat et des conseils d’administration des banques en fournissent la preuve. Ainsi, en 2013, 29% du capital de 7 banques est entre les mains de huit familles comptant des hommes politiques, parfois de premier plan. On peut alors sérieusement s’interroger sur l’indépendance des politiques gouvernementales par rapport aux intérêts des banques et de leurs actionnaires, par exemple en matière de réduction de la dette, dont le service représente 36% du budget de l’État. Or, les dividendes issus des bons du Trésor représentent 280 millions de dollars soit 31,8% du total des revenus du secteur. Des politiques de diminution significative de la dette auraient ainsi pour conséquence de réduire les revenus de ces acteurs politiques.

Figure I-6 : Le contrôle du capital des banques libanaises par la classe politique

Figure I-6 : Le contrôle du capital des banques libanaises par la classe politique

Table des illustrations

Titre Figure I-4 : Les périodes de vacance présidentielle et le blocage du gouvernement (2004-2015)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10730/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure I-5 : Répartition des sièges de députés par coalition politique en 2009
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10730/img-2.png
Fichier image/png, 202k
Titre Figure I-6 : Le contrôle du capital des banques libanaises par la classe politique
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10730/img-3.png
Fichier image/png, 40k

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540