Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Éric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Mouin Hamzé

Partie 1 – Géopolitique : un pays bouleversé

Le Liban écartelé dans la géopolitique régionale

Fabrice Balanche

Résumé

L’expression d’État tampon avancée par George Corm convient parfaitement au Liban, qui est la caisse de résonnance des conflits de la région. Dans un système structuré par le communautarisme institutionnel, les décisions sur la scène politique libanaise sont largement déterminées par les rapports de force régionaux et les interventions des puissances étrangères régionales (Iran, Arabie Saoudite et Syrie) ou internationales (USA, Russie).

Texte intégral

Le Liban au cœur de la géopolitique régionale

1Le Liban est au centre d’un champ de tensions entretenues par le conflit israélo‑arabe, dont le volet israélo-palestinien constitue désormais l’essentiel, et par le conflit entre l’Iran et l’Arabie Saoudite. Les puissances occidentales, notamment les États­‑Unis, soutiennent Israël et l’Arabie Saoudite. L’invasion américaine de l’Irak a bouleversé les équilibres antérieurs. Le Liban en subit le contrechoc avec l’assassinat de Rafic Hariri en février 2005, le retrait de l’armée syrienne de son territoire et l’entrée dans un nouveau cycle de violence.

2Le Sud‑Liban est le dernier front arabe encore actif avec Israël hormis la bande de Gaza. Les autres frontières sont normalisées, y compris celle du Golan, même si cette dernière pourrait se réveiller à la faveur du conflit en Syrie. Pour l’Iran, il est impératif de maintenir une logique de tension avec Israël, via ses alliés. Cela lui a permis de négocier les modalités de la levée de l’embargo économique qui le frappe. De ce fait, le Liban a subi plusieurs attaques israéliennes visant à éliminer le Hezbollah, que l’État hébreu considère comme le bras armé de l’Iran à sa frontière. La guerre de l’été 2006 a constitué l’épisode le plus violent de cette confrontation. Le Hezbollah a mis en échec l’assaut israélien et a tiré un grand prestige de ce qu’il considère comme sa victoire, malgré l’importance des dégâts matériels et des pertes humaines.

Figure I-2 : Le Liban dans la géopolitique régionale

Figure I-2 : Le Liban dans la géopolitique régionale

La question syrienne

3Les désaccords sur la gestion des suites de la guerre de 2006 se conjuguent avec les divergences plus anciennes quant aux relations avec la Syrie. Désormais, la classe politique libanaise se partage entre deux alliances transcommunautaires, qui tirent leur nom des manifestations de 2005 pour et contre le retrait de la Syrie. Le « 8 mars », mené par le Hezbollah et Amal, est rejoint par le parti chrétien de Michel Aoun. Le « 14 mars » regroupe quant à lui le Mouvement du Futur, sunnite, et divers partis et groupes chrétiens. D’autres organisations politiques occupent des positions intermédiaires et changeantes.

4La question syrienne occupe une telle place dans la vie politique libanaise que la guerre civile en Syrie ne pouvait que peser dangereusement sur le Liban. Indépendamment de ses racines internes, la crise syrienne peut être lue au prisme de l’opposition entre l’Iran, soutien du régime d’Assad, et l’Arabie Saoudite, qui souhaite sa chute. Dès la militarisation du conflit, les opposants à Assad ont utilisé le Liban pour le transit des armes, pour le recrutement d’hommes et comme refuge. Dès 2012, le Hezbollah est intervenu aux côtés de l’armée du régime contre l’opposition, afin de protéger les villages chiites de Syrie, liés aux tribus chiites de la Békaa. L’intervention s’est ensuite élargie, avec le renfort iranien, pour protéger Damas, clé de l’axe stratégique liant l’Iran et le parti chiite. La prise de Qosseir par le Hezbollah en mai 2013 a été suivie par les batailles du Qalamoun, visant à stopper les infiltrations et les attentats en territoire libanais. L’appui du Hezbollah au régime syrien prend ensuite une dimension qui dépasse les seuls enjeux libanais. Inversement, divers groupes islamistes libanais soutiennent l’opposition syrienne, et attaquent l’armée ou le Hezbollah y compris au Liban. L’engagement des groupes armés libanais dans le conflit syrien reflète les clivages politico-communautaires et menace de déstabiliser gravement le Liban.

Figure I-3 : Le Liban et la crise en Syrie

Figure I-3 : Le Liban et la crise en Syrie

Table des illustrations

Titre Figure I-2 : Le Liban dans la géopolitique régionale
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10726/img-1.png
Fichier image/png, 347k
Titre Figure I-3 : Le Liban et la crise en Syrie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/10726/img-2.png
Fichier image/png, 353k

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540