Version classiqueVersion mobile

Ville à vendre

 | 
Christine Auclair

Troisième partie. Les citadins Madrasi dans la mouvance “libérale” : Vers de nouvelles stratégies d’appropriation de l’espace

Introduction

Texte intégral

“Lorsque l’on croit que les notions économiques sont nées des besoins d’ordre matériel qu’il s’agissait de satisfaire et que les termes qui rendent ces relations ne peuvent qu’avoir un sens matériel, on se trompe gravement. Tout ce qui se rapporte à des notions économiques est lié à des représentations beaucoup plus vastes qui mettent en jeu l’ensemble des relations humaines ou des relations avec les divinités
Emile Benvéniste,
Le vocabulaire des institutions indo-européennes,
Paris, Minuit, 1969, tome 1, p. 202.

1Dans le passage d’une politique du logement interventionniste à une politique incitatrice, destinée à mobiliser et à promouvoir le secteur privé pour qu’il prenne en main la production du parc de logements, de nouvelles stratégies d’appropriation de l’espace sont susceptibles d’émerger au sein de la société civile. Dans les programmes publics, on avait tenté de favoriser l’ascension sociale de certaines couches de la société, en leur procurant un statut résidentiel supérieur, d’effacer certains préjudices de caste et d’introduire dans l’espace résidentiel homogénéité, mixité et brassage social. A Madras, les logiques de l’“Etat-protecteur”, réintégrées dans le système socio-politique “dravidien”, ont mené à la mise en place d’un dispositif de redistribution sociale spécifique, s’appuyant davantage sur les logiques de ce qu’on pourrait appeler l’“Etat-clientéliste”.

2La privatisation, en éclipsant le rôle de l’Etat, conduit à une remise en question de ces logiques, mais surtout à une redéfinition du rôle des différents acteurs dans l’espace urbain. Par ailleurs, la privatisation, qui signifie la libéralisation des choix de la société civile, doit conduire à l’élaboration de nouvelles stratégies d’appropriation de l’espace, et surtout, à son repositionnement au sein de l’espace urbain. Il s’agit donc de définir les modalités et les contours de l’appropriation différentielle de l’espace qui se met en place dans le contexte de la privatisation. Il est également nécessaire d’évaluer le rôle des différents acteurs privés dans la production résidentielle et d’appréhender la position de l’Etat au sein du dispositif de production de logements.

3C’est en termes d’analyse prospective à l’échelle locale que nous proposons d’aborder ici l’impact de la privatisation. Nous analyserons le développement du marché privé du logement dans une période récente (1980-1991) et nous mettrons en évidence les segments les plus porteurs du marché et les plus représentatifs de la dynamique de privatisation en cours (chapitre 5), sachant que les couches moyennes constituent a priori les cibles privilégiées des opérateurs privés et les couches à partir desquelles le gouvernement indien a bâti son plan de promotion de l’initiative privée. Il s’agit donc d’étudier un segment du marché articulé autour de la demande en logements émanant des couches moyennes (chapitre 6). Au sein de ce segment du marché, nous analyserons les stratégies d’accession résidentielles des ménages et les stratégies des opérateurs privés, pour tenter d’en déterminer les impacts sur l’espace urbain.

4Malgré le rôle important et croissant que joue le secteur privé dans la production de logements, peu d’informations existent permettant de décrire et d’expliquer sa production et son fonctionnement. Les données sont rares, dispersées et peu fiables car incomplètes. Mais surtout, les acteurs privés acceptent difficilement l’exploration de leur secteur, lieu d’une pratique complexe et parfois en marge de la légalité. En même temps, l’intérêt qu’on a pu leur porter à travers nos investigations, dans une conjoncture de valorisation médiatique de l’initiative privée, les ont amenés parfois à s’exprimer davantage qu’on ne pouvait l’espérer. D’autres obstacles devaient être franchis, quand il s’agissait d’aborder les enquêtes auprès des ménages : il nous a fallu maints détours pour aborder certaines questions comme celle de la caste, surmonter les résistances du discours et comprendre la position de l’interlocuteur. Notre position d’étrangère nous a facilité l’enquête, invitant à une certaine curiosité de la part des ménages, mais, parfois, les a amené à exhiber un certain discours d’adhésion aux valeurs occidentales.

© Institut Français de Pondichéry, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search