Version classiqueVersion mobile

Decolonization of French India

 | 
Ajit K. Neogy

Avant-propos

Jacques Weber

Texte intégral

1 Sous l’impulsion d’Alfred Martineau, ancien gouverneur des comptoirs et inlassable animateur de la Société de l’Histoire de l’Inde Française, les travaux historiques sur Pondichéry et ses grandes figures, François Martin, Dumas, Dupleix et Bussy, ont connu une remarquable floraison dans l’Entre-deux-guerres, alors que l’idée coloniale était à son apogée. Puis ce fut un long silence. Pendant la décolonisation, les bâtisseurs d’empires tombèrent dans l’oubli. Le renouvellement de l’historiographie a commencé à la fin des années 1980, avec la belle thèse de Philippe Haudrère sur la Compagnie Française des Indes au XVIIIe siècle (1719-1795), qui dépoussière les vieux livres de P. Kaeppelin, H. Weber et G. Conan, et avec mes propres travaux sur les Etablissements français en Inde au XIXe siècle (1816-1914). Par la suite, les publications se sont multipliées : je citerai le Pondichéry, 1674-1761, de Rose Vincent, le Dupleix de Marc Vigié, le La Bourdonnais de Philippe Haudrère et l’ouvrage collectif Compagnies et Comptoirs que j’ai dirigé.

2 Il était indispensable que les historiens indiens apportent leur pierre à l’édifice. C’est ce que fait, quarante ans après S.P. Sen, le Professeur Ajit K. Neogy. Alors que son illustre prédécesseur s’était consacré au XVIIIe siècle et aux luttes franco-britanniques, il a choisi les années 1947-1954, marquées par le différend franco-indien sur la question de la décolonisation des comptoirs. Grâce à une documentation imposante, patiemment glanée au Centre des Archives d’outre-mer d’Aix-en-Provence, aux Archives du Quai d’Orsay et aux National Archives of India, ainsi que dans la presse française et indienne, et avec une sensibilité qui lui est propre, Monsieur Neogy retrace dans ses moindres détails les péripéties qui ont conduit à la cession des comptoirs à l’Union indienne. Lorsqu’enfin un chercheur courageux se sera attaqué aux quelques centaines de cartons des années 1914-1947, qui renferment le maillon manquant, l’histoire de l’Inde Française sera enfin écrite dans sa totalité.

3 Dès 1945, la souveraineté de la France sur l’Algérie et l’Indochine, où se produisent les premiers soubresauts nationalistes, est menacée. La défaite de Churchill et l’arrivée au pouvoir des Travaillistes, en juillet 1945, annoncent l’émancipation prochaine de l’Inde, dont Nehru prédisait dès février 1927, à l’occasion du Congrès de Bruxelles, qu’elle serait le prélude à la libération de tous les peuples coloniaux. Le G.P.R.F., qui sent souffler le vent de la décolonisation, comprend la nécessité de jeter du lest : le 23 août 1945, date à laquelle il met un terme à la discrimination dont étaient victimes les électeurs indiens et proclame l’unité de liste, il inaugure une politique, que poursuivra le tripartisme, visant à accorder davantage de responsabilités aux élus et d’autonomie à la colonie. Mais, alors que l’Union indienne et le Pakistan accèdent à l’indépendance, le 15 août 1947, Paris ne songe nullement à renoncer à ses cinq minuscules enclaves, multipliant au contraire les manœuvres afin de retarder l’inéluctable.

4 Ces atermoiements, dont le Professeur Neogy nous aide à suivre les méandres, sont d’autant plus surprenants que les “pauvres et insignifiantes bourgades” de l’Inde, sur lesquelles flotte encore le drapeau français, ne servent ni les intérêts ni la gloire de la France. Le renouveau que Pondichéry connut sous le Second Empire, époque à laquelle son port redistribuait les productions de l’océan Indien et expédiait ses fameuses guinées à la côte occidentale d’Afrique, ses graines oléagineuses à Marseille et des dizaines de milliers de coolies aux Mascareignes et aux Antilles, n’est plus qu’un lointain souvenir. Les difficultés sont apparues dès la fin du XIXe siècle, aggravées par la crise des années 1930 et la Seconde Guerre mondiale. Au lendemain du conflit, quelques filatures sont encore actives, mais les capitaux sont en grande partie indiens. L’intérêt stratégique des comptoirs est à la mesure de leur faible importance économique : même en pleine guerre d’Indochine, Pondichéry restera une escale secondaire. Il est incontestable en revanche que l’on redoute l’effet d’entraînement qu’aurait la cession des Etablissements de l’Inde : elle constituerait un précédent que ne manquerait pas d’invoquer le Viet Minh. Il semble que, dès 1947, le destin des comptoirs soit lié à celui de l’Indochine et qu’en aucun cas leur abandon ne pourra avoir lieu avant la décolonisation du Sud-Est asiatique.

5 Enfin, la défense des intérêts de la société coloniale peut difficilement être invoquée : on ne compte, en 1952, que 676, Européens et 4 600 francophones au chef-lieu. Ce sont pourtant des considérations humaines et sentimentales qui expliquent peut-être, avant toute considération stratégique, l’attitude des gouvernements et des élus. Depuis la fondation de Pondichéry en 1674, les Indiens des comptoirs ont toujours manifesté leur loyauté à l’égard de la France, offrant, à l’occasion des conflits l’opposant aux Hollandais et aux Anglais, leur or et leur sang. Depuis 1870, ils sont électeurs, désignant sans distinction de cultes ni de castes un député, un sénateur et des conseillers municipaux, locaux et généraux. Pour Paris, il ne saurait être question d’abandonner, sans les consulter, des populations, françaises depuis trois siècles, et jouissant des droits du citoyen depuis huit décennies. D’ailleurs, l’article 27 de la Constitution de la IVe République stipule clairement que “nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n’est valable sans le consentement des populations intéressées”.

6 Paris croit le référendum “jouable”, sauf à Chandernagor, où, depuis longtemps la présence française n’est que symbolique. Dans les quatre Etablissements du sud, en revanche, les populations sont relativement calmes : bien qu’on n’y compte, en 1948, que 672 soldats, dont 652 sous-officiers et cipayes indiens, l’ordre n’est jamais compromis sérieusement. Sans doute les manifestations en faveur du "merger” se multiplient-elles à Pondichéry, et de graves événements se produisent-ils à Mahé en octobre 1948 mais ils sont en partie le fait d’éléments extérieurs à la colonie. La commission des observateurs neutres confortera les convictions de Paris en écrivant en août 1951 que sonsentiment profondest que le souhait des habitants des comptoirs du sud, sauf peut-être Mahé, est le statu quo. Les commerçants, dont l’impôt augmenterait, les ouvriers, qui ne sont pas assurés de trouver en Inde une législation sociale comparable à celle qu’ils ont arrachée de haute lutte en 1937, et les Musulmans, qui bénéficient, en ces temps de troubles communalistes, d’une relative sécurité à l’abri du pavillon tricolore, ne souhaitent pas un départ précipité des Français, même si l’accession de l’Inde à l’indépendance les a remplis de fierté. Il est probable que la paysannerie, que la France a laissé végéter dans l’ignorance, est indifférente à des enjeux qui la dépassent.

7 Quant aux élites administratives et politiques, leur vœu le plus profond est sans doute l’autonomie, qui préserverait les particularismes indo-français, en même temps que leur emprise sur cette micro-société. Cette autonomie, ils peuvent la concevoir aussi bien au sein de l’Union française que de l’Union indienne, l’important étant que ces enclaves, que la langue, la religion, les us et coutumes et les intérêts économiques rattachent à l’Inde, conservent la spécificité que leur a conférée le long contact avec la culture et la loi françaises. L’essentiel étant que leurs privilèges de condottiere perdurent. La principale conséquence de l’introduction du suffrage universel et des institutions représentatives dans une colonie qui n’y avait pas été préparée fut en effet de permettre à de petites coteries douées pour le Combat électoral, généralement sanglant, de faire main basse sur la colonie. Chanemougam, l’incomparable “maître faussaire”, fut le premier à devenir “roi de l’Inde française” grâce aux institutions républicaines. Il eut des successeurs, dont Henri Gæbelé et Joseph David dans l’Entre-deux-guerres. Le dernier de la lignée est Edouard Goubert, dont l’idéal consiste à exercer le pouvoir et à en tirer le plus de profits. Il est pro-français tant que les positions françaises sont fermes et que le cordon douanier indien lui permet de s’enrichir par la contrebande. Il devient le champion du “merger” en 1954, quand le blocus qui asphyxie Pondichéry menace sa propre fortune et son avenir politique.

8 Reste à savoir pourquoi le Ministère de la France d’outre-mer a inventé Goubert à la veille des élections de 1948, élections cruciales puisque les conseils municipaux qui en seraient issus seraient chargés de l’organisation du référendum. Incertitudes quant aux sentiments réels de la population ? Ou crainte d’une manipulation du scrutin par les Congressistes ? Dans un pays où jamais une élection ne fut sincère, la victoire revenait toujours, Paris le savait d’expérience, au parti dont les “bâtonnistes” ou goondas s’avéraient les plus capables de conquérir les bureaux de vote et de “truffer" les urnes. L’erreur fut en tout cas énorme : d’une part, la France ternissait son image aux yeux de la jeune démocratie indienne, et, d’autre part, elle permettait à cette dernière de s’opposer en 1952 à un référendum dont elle avait accepté le principe en 1948, mais qu’elle ne souhaitait peut-être plus vraiment alors.

9 Nehru était sincère lorsqu’il accepta le principe du référendum. En revanche, les Congressistes locaux étaient déjà réservés : “pourquoi demander à des Indiens s’ils veulent être indiens ?rétorquaient-ils en substance aux partisans de la consultation. Après la guerre indo-pakistanaise de 1948, l’idée du référendum recule sensiblement dans les milieux dirigeants indiens. La résolution adoptée par l’O.N.U. le 5 janvier 1949 prévoit “un plébiscite libre et impartial” au Cachemire, dont la population compte 77 % de Musulmans. L’organisation d’un référendum à Pondichéry constituerait désormais un précédent dont pourraient se prévaloir le Pakistan et les Musulmans du Cachemire, pays que Nehru considère comme “la chair de sa chair”. Les scandaleuses manœuvres de Goubert permettront à Delhi de dénoncer en octobre 1952 l’accord de 1948. Le référendum n’aura lieu ni à Pondichéry ni au Cachemire. Seul fut finalement organisé celui de Chandernagor, dont l’issue ne faisait pas de doute, tant cette ville était depuis longtemps sortie de l’orbite française. Il eut lieu le 19 juin 1949 et se déroula dans le calme sous le regard d’observateurs internationaux, qui, selon Paris, pouvaient tout aussi bien garantir la sincérité d’une consultation dans les Etablissements du sud.

10 A partir d’octobre 1952, l’intégration à l’Inde ne fait plus de doute. Il suffit à Delhi d’accentuer la pression. Fait remarquable, même en cette période de tension, les débordements de violence resteront exceptionnels sur le terrain, alors que le dialogue ne sera jamais interrompu au plus haut niveau. Après trois siècles de cohabitation, Français et Indiens se comprennent et s’apprécient suffisamment pour éviter un événement aussi douloureux que l’intervention de l’armée indienne, comme à Goa en décembre 1961. Malgré quelques susceptibilités froissées de part et d’autre, la vieille démocratie française et la jeune, mais déjà solide, démocratie indienne ont su en 1954 dénouer le nœud gordien des comptoirs, sans sacrifier les intérêts et particularismes locaux. Il ne pouvait en être autrement entre deux peuples qu’unissaient de nombreuses affinités, ainsi que le soulignait Goumain, l’un des derniers administrateurs de Chandernagor : “même vivacité d’esprit, même souplesse de style, même sens des humanités et de la primauté des valeurs spirituelles, que d’autres peuples européens, plus dogmatiques et pratiquement expérimentaux, possèdent à un moindre degré”. Nehru admirait trop la civilisation française et les dirigeants français étaient trop conscients de la stature du Premier Ministre indien et de son poids moral et politique dans le Tiers-Monde pour que l’un ou l’autre des deux pays pût se laisser aller à commettre l’irréparable.

11 Finalement, les accords franco-indiens d’octobre 1954, signés quelques semaines après ceux de Genève, garantissent aux anciens comptoirs français un statut que d’aucuns préconisaient dès 1947 et qui aurait pu être entériné alors si le destin de cette colonie n ’avait pas été intimement lié à celui de l’Indochine. L’autonomie du Territoire de Pondichéry répond aux vœux des populations, qui, à l’occasion des élections municipales de 1955, désavoueront Goubert et donneront une large majorité au Front du Peuple, défenseur des particularismes locaux. Le traité de cession du 28 mai 1956 prévoit le maintien des institutions culturelles et scientifiques françaises et exauce le souhait exprimé par Nehru le 27 août 1947 : “Pondichéry est une fenêtre par où la France et l’Inde pourraient communiquer”, déclarait alors le Pandit. “Nous apprécierons une telle fenêtre sur la France comme un moyen de développer nos relations culturelles avec ce pays. Nous avons trop longtemps regardé le monde avec des lunettes britanniques. Nous désirons que notre jeunesse acquière une formation intellectuelle plus universelle, que seule la culture française est à même de nous donner”. Le Lycée Français, qui, malheureusement, accueille trop peu d’étudiants indiens, et l’institut Français de Pondichéry, qui ouvre à la France une fenêtre sur la civilisation indienne, demeurent aujourd’hui les plus beaux fleurons de la présence culturelle française en Inde.

12 La France, qui, après les sept années d’atermoiements que décrit le professeur Neogy, consent au transfert de facto en octobre 1954, retardera encore pendant six ans le transfert de jure. Les demandes des “Patriotes” français en faveur de la double nationalité, qui trouvent un écho à l’Assemblée Nationale, l’activité inlassable déployée par le “lobby pondichérien” et les sympathies du Général de Gaulle à l’égard d’une population qui a très tôt rallié la France libre sont autant d’obstacles à la ratification du traité du 26 mai 1956. Ce n’est qu’après l’intervention indienne à Goa et les accords d’Evian du 18 mars 1962, que la ratification, qui ne peut plus être différée, est enfin votée le 12 juillet 1962. Alors que le transfert de facto avait été décidé dans la foulée de la décolonisation de l’Indochine, le transfert de jure est la conséquence de la décolonisation de l’Algérie.

13 Conformément au traité de cession de 1956, les habitants des anciens comptoirs devenaient “nationaux et citoyens de l’Union indienne“, mais disposaient de six mois, à compter du 16 août 1962, pour opter pour la nationalité française. Privés de référendum, ils se voyaient ainsi offrir à titre de compensation, la possibilité d’un choix individuel.

14 A la date fatidique du 15 février 1963, 4 944 adultes auront fait le choix de la France. Presque tous sont des descendants de ces Indiens, qui, en vertu d’un décret du 21 septembre 1881, ont renoncé à leur statut personnel pour se soumettre au Code civil. Au moment où les Pieds Noirs d’Algérie prennent le chemin de l’exode, l’Inde de Nehru donne une leçon de tolérance en acceptant sur son sol une population d’origine indienne qui a fait le choix de l’ex-puissance coloniale.

15 Le Professeur Neogy a eu le grand mérite de débroussailler une période complexe et mal connue et d’ouvrir le débat sur la décolonisation de l’Inde française. D’autres historiens poursuivront sans doute la discussion par un dépouillement systématique des volumineuses et parfois encore “sensibles “ – Archives françaises postérieures à 1940, que le Professeur Neogy a été le premier à entrouvrir.

© Institut Français de Pondichéry, 1997

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search