Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Conclusion

Texte intégral

  • 1380 N° 476 - SÉNAT - SESSION ORDINAIRE DE 1998-1999 - Annexe au procès-verbal de la séance du 30 juin 1 (...)

1Cette étude couvre presqu’un siècle de liens culturels, scientifiques et techniques entre la France et l’Inde. Les pistes indiquées peuvent être encore approfondies, et d’autres explorées. Depuis 1962, plus de quatre décennies se sont écoulées. Le réseau des Alliances françaises en Inde s’est développé et le contexte socioculturel du pays a évolué. Un rapport du Sénat présenté en 1999 démontre toutefois que de nombreuses observations restaient d’actualité plusieurs décennies après la limite chronologique de cette étude.1380

2L’appropriation de la culture française par les élites indiennes est un des phénomènes les plus étonnants de l’histoire culturelle à l’époque contemporaine. Elle reste presque totalement ignorée dans la production mémorielle française, y compris universitaire. Elle s’opère au XIXe siècle sans action du gouvernement français. Même s’il y joue un rôle important, cette appropriation ne peut être perçue comme la seule conséquence du développement du système éducatif anglais à l’époque du Raj britannique.

3Au tournant du XXe siècle, alors que l’enseignement du français atteint des proportions très importantes dans le système scolaire et universitaire, les autorités du Raj prennent des mesures pour le cantonner à un rôle subalterne. Ce sont les élites indiennes qui viennent à sa défense, le Cercle Littéraire de Bombay, une association indienne, plus particulièrement parsie, se mobilisant et jouant un rôle décisif pour contrecarrer la tentative des autorités britanniques. À son sujet, James Darmester écrit :

  • 1381 AMAE N – consu bom n° 12 , Le Cercle Littéraire : DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bomba (...)

« La création de ce cercle qui remonte à l’année 1886, est un des épisodes les plus honorables de l’influence française à l’étranger ; c’est un hommage rendu spontanément à notre civilisation et sans qu’il ait été provoqué ou inspiré par aucune ingérence française, officielle ou officieuse. »1381

4 Mentionné dans le Bulletin de l’Alliance française, cette action des élites indiennes pour la défense du français ne suscite pas la moindre action des représentants français. Relégué à une situation de précarité, l’enseignement du français reste toute de même accessible aux étudiants des deux sexes, contre l’avis formulées par la Commission des universités indiennes de 1902, dans une tentative plus large pour contenir l’émancipation des élites indiennes.

5Parallèlement aux mesures contre l’enseignement du français, et aux attaques gallophobes dans la presse, les élites du Raj créent la Société des Amis de la France dans l’Inde britannique à Simla en 1911. À une exception près, les indiens en sont exclus. Il est difficile d’imaginer une illustration plus évidente de la volonté d’un pouvoir colonial de s’attribuer l’exclusivité d’attributs socio-culturels considérés comme marqueurs de l’élite. Aussi, le Cercle Littéraire ne manquait pas d’arguments puisés directement dans la formation et la culture des élites britanniques pour réfuter ceux mis en avant par les autorités du Raj afin de leur barrer l’accés au français, et au passage d’apparaître largement plus progressive que ces dernières.

6Si l’action des autorités coloniales et l’apathie française réussissent à maintenir la culture française dans une position secondaire, cette dernière n’en continue pas moins d’être diffusée par différents canaux. Le premier est l’action des élites indiennes dont les dynamiques s’inscrivent dans celles de la culture moderne à l’intérieur de la sphère coloniale, ainsi qu’en dehors de cette dernière, en Inde, en Europe et sur les autres continents.

7Ces élites accèdent à la production littéraire et scientifique moderne par la médiation de l’anglais et du système éducatif anglo-indien, mais aussi indépendamment de cette médiation au cours de leurs voyages, et par le relais de leur diaspora. Cette phase du mouvement nationaliste avant l’Indépendance est marquée par une ouverture au monde qui déborde largement les contraintes que les autorités britanniques tentèrent d’imposer à la sphère d’intermédiation culturelle des élites indiennes, comme nous l’avons vu par exemple avec le Cercle Littéraire ou la vie et l’œuvre de Toru Dutt.

8Malgré l’action hostile des autorités du Raj, la culture française pénètre aussi par les Britanniques. La langue française est la première langue étrangère de leur propre système éducatif, sans parler des nombreuses traductions anglaises d’œuvres francophones. Elle pénètre aussi par le monde ibérique – que l’on pense à l’introduction du français dans les programmes de l’université de Bombay par le père Pedraza –, et les territoires portugais en Inde en particulier, le français y étant enseigné, à un niveau plus élevé que dans les comptoirs français.

9Les échanges culturels entre la France et l’Inde du fait des Français le sont presque toujours à titre individuel, qu’il s’agisse de James Darmesteter, des sœurs Karpelès, ou de Christine Bossennec. Ils jouent un rôle important mais qui faute de soutien de Paris, reste limité. Même émanant de consuls français, jusqu’en 1947, le Quai d’Orsay reste largement sourd aux appels au soutien à la présence culturelle française.

  • 1382 Roger-Pol Droit écrit d’ailleurs : « Le cas de la France constitue un exemple sigulier. Il accentue (...)

10La culture française existe donc en Inde de manière autonome à une action gouvernementale. Elle devient toutefois une partie constitutive dans le processus de construction culturelle de la nation indienne. Revenir sur ces allers-retours de l’histoire des relations culturelles entre les deux pays à l’époque contemporaine est nécessaire pour comprendre les choix des élites indiennes, dans la perspective définie par Roger Chartier de contraintes débordées et de libertés bridées.1382

  • 1383 Il écrit également : « Cette histoire, longue et embrouillée, (est) faite de rencontres et d’esquiv (...)

11L’intérêt manifesté en Inde pour la culture française amène à s’intéresser aux motifs politiques d’une France se refusant à tout contact soutenu avec les élites nationalistes indiennes avant l’Indépendance, quitte à y sacrifier ses intérêts culturels, et commerciaux. Selon Roger-Pol Droit cet oubli de l’Inde s’explique historiquement : « Je suis convaincu, écrit-il, que si l’on veut voir changer quelque peu la situation, il faut retraverser, autrement, tout un réseau historique. Aller fouiller, longtemps… ».1383

12Après plus de trois siècles de relations directes, il y a là assurément un paradoxe. Cet oubli de l’Inde suit le développement du second empire colonial français à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. La presse à caractère semi-officiel vibre à la réception des télégrammes en provenance de l’Inde lors de la révole de 1857, se satisfait de son issue favorable aux Britanniques, délaisse progressivement l’Inde pour reporter ses passions asiatiques et coloniales vers l’Indochine, manifeste un soutien à la cause indienne au début du XXe siècle, avant d’être gagné définitivement par la position anglaise, suite à des démarches officielles et officieuses des représentants de Londres.

13La France privilégie ses propres colonies et les régions échappant à l’influence britannique. Les publications d’articles, de récits, d’images diffusent en France une lecture très sélective de la géographie universelle. La production culturelle française définit un espace affectif favorisant les régions où elle peut définir le terme de ses relations. L’Inde y devient une référence lointaine. Elle ne fait plus l’objet que de rares articles où reviennent les images sensationnelles, le plus souvent inquiétantes, qui constituent les représentations coloniales du monde.

14Au sortir de la première guerre mondiale, l’Inde se retrouve de manière encore plus radicale au confluent des représentations antagonistes qui marquent les rapports de la France avec le reste du monde symbolisées par la dichotomie Orient/Occident et toutes ses déclinaisons : opposition puissances coloniales/peuples colonisés, monde musulman/Europe chrétienne, démocraties/régimes communistes (ou « menacés » de le devenir), et même entre les deux pays riverains du Rhin.

15L’attitude française vis-à-vis de l’Inde est alors résumée de la manière suivante par le Maulana Abul Kalam Azad, politicien, intellectuel et érudit de premier plan :

  • 1384 PERNOT M., Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient. p. 144.
    Dans l’Avant Propos, l’auteur ou (...)

« On a grand tort, en Europe, de croire à l’hostilité, au ressentiment de l’Asie, et d’imaginer que nous préparons je ne sais quelle ruée furieuse et vengeresse. Notre idéal est bien différent : nous aspirons à la liberté et à la paix ; nous rêvons d’un monde où l’Orient et l’Occident, au lieu de se combattre, uniraient leurs forces et leurs génies. Mais qui réalisera ce rapprochement et cette union ? Les Anglais ont montré qu’ils en étaient incapables. Naguère nous comptions encore sur la France, sur son esprit libéral, sur sa générosité. Les années qui se sont écoulées depuis la grande guerre ont vu s’écrouler en Orient de grandes espérances. »1384

16 Il est significatif qu’Azad ait tenu ces propos à Maurice Pernot, chargé de mission du Ministère de l’Instruction publique pour l’étude des mouvements musulmans en Orient, au début des années 1920. Le leader nationaliste, partisan d’une Inde laïque, avait pleinement conscience des représentations outrées qui handicapaient ce dialogue entre les deux pays souhaité par les élites indiennes. Quelques décennies plus tard, en évoquant « les esprits hostiles ou seulement chagrin (qui) trouvent motif à dire que l’avenir est sombre et que l’Inde marche à l’abîme » et en réclamant un examen plus mesuré, les propos de l’ambassadeur de France à Delhi renvoient les mêmes échos.

17Malgré l’aura de Rabindranath Tagore, l’image de l’Inde devint un fantasme que ne contrebalançait pas un dialogue direct, basé sur une connaissance et une reconnaissance réciproque, qui seul permettent une appréciation de l’autre. L’attention des milieux dirigeants français se portait ailleurs. Derrière un rideau de représentations fantasmatiques et colorées, l’Inde était repoussé vers l’oubli.

18L’exclusion de son champ d’action de régions du monde où elle ne pouvait prétendre exercer une influence prédominante, contrepartie du messianisme culturel de la Troisième République se poursuivit sous la Quatrième République. Après la seconde guerre mondiale, la confirmation du choix du tout français en était le symbole, alors même que l’anglais avait étendu son emprise sur la majeure partie du monde, et qu’ il était devenu en Inde un médium incontournable. Ce choix limitait la diffusion des œuvres et du rayonnement de la culture française, d’autant qu’il n’était en aucun cas compensé par une politique d’échanges directs (bourses, postes d’enseignants, etc) pour le soutenir.

  • 1385 « Cette élite, pour restreinte qu’elle soit, ne doit pas être négligée. Les gens qui la composent e (...)

19Au milieu du XXe siècle, l’oubli de l’Inde attint un degré surprenant dans les milieux diplomatiques. Lorsque dans les années 1950, l’ambassadeur de France écrit au Quai d’Orsay pour l’inviter à appuyer le développement de l’Alliance française de Bombay, il lui fallait rappeler qu’il existe en Inde une élite influente susceptible de relayer sur place l’action culturelle française. Soixante-six ans ans après la création du Cercle littéraire, initiative unique en Asie, les institutions françaises ne parvenaient toujours pas à intégrer les relais indiens.1385

20Aujourd’hui cet oubli de l’Inde se retrouve la production mémorielle des pionniers des échanges culturels et de l’amitié franco-indiens. Les ressortissants français qui ont contribué à la reconnaissance du "génie indien" ne suscitent que peu d’études et guère plus d’attention. Là où l’Allemagne a imposé un Max Müller comme une référence majeure du dialogue Orient-Occident, la mémoire d’Eugène Burnouf ou de Sylvain Lévi n’a pas été promue en Inde. Coedès, Bloch, Filliozat ou Renou pourraient également être cités parmi les orientalistes ayant contribué à la reconnaissance de la culture indienne et aux relations des deux pays.

  • 1386 La mémoire de Romain Rolland est surtout entretenue par les indiens francophiles. De même, la relat (...)

21Il faut y ajouter les passeurs d’Inde, universitaires ou non qui ont servi de relais entre les deux pays comme Suzanne et Andrée Karpelés, André Weil, Alain Daniélou, Christine Bossennec, Paul Louis Charlier, Fernand Benoit, le père Lafont, André Malraux,1386 voire l’ambassadeur Stanislas Ostrorog dont l’action personnelle fut remarquable. Du côté indien, la liste est encore plus longue. En dehors de la figure reconnue de Rabindranath Tagore, citons notamment Ratnabai et Mihirbai Ardéchir, Toru Dutt, Praful Chandra Ray, Amrita Sher-Gil, Benoy Kumar Sarkar, J.R.D. Tata, Kalidas Nag, Satyanendranath Bose, ou Uday Shankar. Ces derniers et de nombreux autres doivent encore trouver leur place dans l’histoire culturelle et scientifique française.

22Le déclin de la place de l’Inde dans le paysage culturel français, et le rendez-vous manqué avec les élites indiennes ne doivent pas faire oublier le développement de liens culturels et scientifiques développés depuis les années 1870 qui permettent le développement d’une coopération au début des années 1950.

23L’action des Alliances françaises de Calcutta et de Bombay, initiée et orientée par les élites indiennes, préfigure ce que sera la coopération culturelle de la France à l’extérieur de son empire colonial. Au cours de la même décennie, une expérience originale est engagée sur la côte du Coromandel. Certes, dans un premier temps, l’investissement français à Pondichéry pose la question de la continuité avec les orientations coloniales et du mode de coopération choisi par les dirigeants de Paris, souvent en contradiction avec les avis des diplomates et des chargés de mission sur place.

24Cette coopération se construisit en effet autour d’établissements qui appartiennent à la France et qu’elle contrôle directement ou indirectement, et non sous forme de partenariats avec des institutions indiennes. Il faut noter toutefois les exceptions majeures dans des domaines spécialisés, la recherche physique et mathématique avec le TIFR, ou pour la recherche médicale avec l’AIIMS. Ces centres furent eux-mêmes les initiateurs de ces collaborations, dont ils couvrirent la plus grande partie des frais. On y retrouve l’influence de la demande indienne dans l’évolution de la copération française, et le rôle des responsables indiens ayant fait des études ou des recherches en France.

  • 1387 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 239, Note sur l’état des relations franco-indiennes, le 29.11.1962.

25Le dynamisme des Alliances françaises et le soutien accordé, à partir du tournant des années 1950, à quelques programmes de coopération scientifique et technique ne peuvent toutefois dissimuler la modestie des moyens consacrés à l’action culturelle française en Inde. Une note sur l’état des relations franco-indiennes, datée du 29 novembre 1962, conclut à ce sujet-là : « Les limites de notre expansion culturelle et commerciale résultent trop souvent de l’insuffisance des moyens que nous pouvons mettre en œuvre dans ces deux domaines ».1387

26En 1962, il apparaissait toujours nécessaire de développer un plan général pour l’action culturelle, scientifique et technique en Inde.

27Le gouvernement, les médias et les intellectuels français accordent à l’Inde un regain d’attention depuis les années 1990. Depuis la fin des années 1990, suite à l’annonce de ses premiers essais nucléaires, et la libéralisation économique, l’Inde a en effet rejoint le cercle des grandes puissances, qui la courtisent de plus en plus. Jusqu’à quel point ce changement de statut de l’Inde sur la scène internationale a-t-il modifié la perception des enjeux des relations culturelles scientifiques et techniques entre l’Inde et la France ? S’agit-il d’un véritable renouveau ou simplement d’un ajustement conjoncturel ? De quelle manière les processus qui président à la prise de décisions des institutions françaises et aux représentations dans le paysage culturel et intellectuel français sont-ils effectivement et durablement affectés ?

Notes

1380 N° 476 - SÉNAT - SESSION ORDINAIRE DE 1998-1999 - Annexe au procès-verbal de la séance du 30 juin 1999 - RAPPORT D’INFORMATION FAIT au nom de la commission des Finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation (1) sur la mission d’information effectuée en Inde du 9 au 21 janvier 1999, Par M. Jacques CHAUMONT.
(http://www.senat.fr/rapga.html).

1381 AMAE N – consu bom n° 12 , Le Cercle Littéraire : DARMESTETER J., « Le Cercle Franco-Parsi de Bombay », p. i-iii, in Le journal des débats, 2 novembre 1891., et AAf-P - Bulletin de l’Af n° 38, le 10-12.1991, p. 132-133.

1382 Roger-Pol Droit écrit d’ailleurs : « Le cas de la France constitue un exemple sigulier. Il accentue les paradoxes de cet oubli (de l’Inde) ». DROIT R.-P., L’Oubli de l’Inde, p. 20.

1383 Il écrit également : « Cette histoire, longue et embrouillée, (est) faite de rencontres et d’esquives ». id., p. 204.

1384 PERNOT M., Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient. p. 144.
Dans l’Avant Propos, l’auteur ouvre son récit par les lignes que voici : "L’inquiétude qui règne en Orient a fait naître dans notre monde européen bouleversé lui-même, un surcroît d’alarme et d’appréhension (…). Des forces de destruction, des forces de création, qui sommeillaient depuis si longtemps que nous en avions oublié l’existence, se réveillèrent soudain".

1385 « Cette élite, pour restreinte qu’elle soit, ne doit pas être négligée. Les gens qui la composent exercent leur influence sur tous les plans, en affaires comme en politique. Nous sommes donc justifiés à faire un effort pour développer notre action culturelle à Bombay" AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 – AFI à AE, le 14.01.1952.

1386 La mémoire de Romain Rolland est surtout entretenue par les indiens francophiles. De même, la relation entre Sylvain Lévi et l’Inde a été remise au goût du jour par le professeur bengali, Nandadulal Dé, à travers la traduction du journal de son épouse lors de leur long voyage en Inde en 1921. C’est à Nikhil Padgaonkar, cinéaste indien, qu’on doit un documentaire sur Malraux et l’Inde. Le cinéaste français Arnaud Mandagaran, constitue une exception par son travail sur l’aventure du film Le Fleuve, qui marqua la rencontre notamment de Jean Renoir, Rumer Godden, Satyajit Ray, Chidananda Das Gupta, Christiane Bossennec, Alain Daniélou ou Radha Burnier.

1387 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 239, Note sur l’état des relations franco-indiennes, le 29.11.1962.

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search