Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Deuxième partie. Politique, diplomatie et action culturelle françaises en Inde

1944 - 1962 : vers le renouveau des relations culturelles franco-indiennes ?

Texte intégral

Reprise des contacts directs

  • 1003 Grand dictionnaire de la langue sanscrite.
  • 1004 « Rapport sur un voyage d’information en Inde d’octobre 1948 à mars 1949, sur l’invitation de l’uni (...)
  • 1005 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 - (8- Livres – revues), AC (C. Journot)) à MAE, le 14.04.1951.

1Pallalèlement au renforcement de certaines tendances dessinées lors de la période du Raj concernant les études indiennes, on note toutefois une reprise des contacts directs. D’ailleurs, les autorités indiennes sollicitent fréquemment les orientalistes français à l’occasion de congrès, ou pour la mise en place de certaines institutions. Une collaboration est engagée à Pune dès 1948 entre les indianistes indiens et Louis Renou dans le cadre d’un Thesaurus Linguae Sanscrit1003 par l’intermédiaire du Deccan College.1004 À cette occasion, l’attaché culturel demande une participation financière, l’envoi de livres, et surtout l’envoi d’un chercheur français.1005 Le Deccan College maintient par la suite un contact avec les indianistes français. Le caractère ponctuel ou individuel de ces échanges, telle la venue de Guy Deleury, empêche de parler d’une coopération sur le long terme.

  • 1006 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 - AFI à AE, le 27.03.1950. Council on Higher Learning in the Oriental H (...)
  • 1007 AMAE P – RC 1945-1959 n° 96 - AE (Bureau des missions) à AFI.

2En 1949, l’Inde invite un indianiste français à Bombay pour l’All India Conference, le grand congrès des études indiennes organisé. Faute d’autres représentants, c’est finalement le conseiller Claude Journot, diplômé de hindi, qui représentera la France. À l’occasion du Council on Higher Learning in the Oriental Humanities, le gouvernement indien demande la collaboration de dix éminents spécialistes, sans qu’il n’y soit donné suite.1006 En 1951, se tient, à Lucknow, la Conférence orientaliste du 3 au 5 octobre. Les organisateurs invitent le recteur de l’université de Paris à venir délivrer un message pour l’ouverture. Le recteur déclinant l’invitation, c’est à nouveau le conseiller culturel qui est délégué.1007

  • 1008 AMAE P – RC 1945-1959 n° 96 - AFI à AE, le 11.01.1952.

3En 1952, Charles Samaran, ancien directeur des Archives nationales et président du Conseil international des Archives devient également membre correspondant de l’Indian Historical Records Commission.1008 En 1953, quittant le département d’études en musicologie de l’université de Bénarès, Alain Daniélou prend la direction de la bibliothèque de la Société de Théosophie à Adyar, près de Madras. Il en modernise les techniques de conservation, tout en remettant à l’honneur les travaux des indianistes français. Simultanément, il poursuit son œuvre de préservation de manuscrits anciens, particulièrement dans le domaine de la musicologie.

4Au lendemain de l’indépendance, les perspectives de coopération franco-indiennes ne manquent pas à Pune, au Deccan College, à Calcutta, bientôt au musée d’histoire de Delhi, et lors des nombreux colloques. Cependant, à partir de 1954, sous l’impulsion de Jean Filliozat, c’est vers Pondichéry et l’Institut français que l’effort. Ce dernier est inauguré en 1955. Si l’indépendance de l’Inde permet le retour aux contacts directs entre les indianistes français et la société indienne, on en continue pas moins de mesurer le poids des orientations dessinées pendant la période coloniale. Cette période de transition ne s’achève que dix-sept ans après l’Indépendance de l’Inde. Ces orientations peuvent être rappelées brièvement de la manière suivante : importance accordée au sud de la péninsule, cristallisation des études indiennes autour de l’Inde classique, et surtout, déclin radical du poids de ces études dans la réflexion intellectuelle et universitaire sur un plan général ainsi que l’a noté Roger-Pol Droit.

5Si les indianistes, sous la houlette de Filliozat tentent de réinstaurer des contacts directs, dès avant la fin de l’aventure coloniale française, ou du moins après la cession de facto des comptoirs, cela ne se traduit pas au niveau de la politique générale de la France vis-à-vis de l’Inde. La prééminence française en matière culturelle, notamment auprès d’une partie socialement très importante des élites indiennes est soumise à une concurrence rude à partir de la fin du XIXe siècle, et surtout entre les deux guerres. Face à l’adoption d’une vision bipolaire, divisant le monde entre pays colonisés et non-colonisés et entre empire français et empire britannique, la France tarde à intégrer le paramètre de multilatéralité, un paramètre nourri par l’action des autres nations dans la péninsule.

6La constitution indienne et les premiers pas politiques du nouveau pays se nourissent d’influences et d’expériences diverses issues de la formation et de l’observation de ses élites gouvernantes. Ces dernières puisent en effet dans leur héritage culturel et notamment l’héritage culturel occidental pour contruire leur identité nationale. Il en est de même de leur démarche au niveau de la coopération, que ce soit sur le plan scientifique ou technique. Pour cela, les élites s’appuisent sur la stratégie d’implantation et d’échanges soutenue par les ‘diasporas’ indiennes, un trait essentiel du dynamisme de l’Inde qui lui permit d’occuper une place centrale dans l’économie moderne : établissement de tête de ponts, de relais, délégations, recueil d’information, mise en place de structures d’accueil, combinaison des avantages différentiels selon l’offre de chaque pays…

7Cette multipolarité, et particulièrement cette multiplicité de l’offre de la part des autres nations, se renforce dans le cadre de l’Inde indépendante, du moins au niveau, culturel, technique et commercial. L’Inde qui affiche son attachement à une troisième voie reste une terre de propagande, mais de plus en plus contrôlée au fur et à mesure que les élites du pays prennent en main le processus de nationalisation des institutions. Toutefois, le prisme anglo-saxon demeure. Il se renforce même par la domination culturelle américaine. Pour être présente en Inde, la France doit donc affirmer sa présence de manière active à travers des projets de coopérations précis et ciblés, et par la mise en place de structures d’échanges durables. Face à une France encore presque toute entière tributaire de ses choix coloniaux, le dynamisme indien s’avère une fois de plus déterminant dans l’orientation du développement d’une coopération, sur le plan technique particulièrement.

La réorganisation des services diplomatiques après la Seconde Guerre mondiale

8Au cours de la période qui entoure l’Indépendance, les élites aspirent toujours à un dialogue et à une coopération avec un interlocuteur européen, afin d’alléger le fardeau colonial que représente l’héritage culturel britannique et aider l’Inde à prendre sa place dans le concert des nations. Certains propos de leaders indiens peuvent encore surprendre par leur sympathie exprimée à l’égard de la France. Ainsi, en 1952, par exemple, l’ambassadeur de France reçoit un accueil des plus chaleureux du docteur Radakrishnan, vice-président de l’Inde, quelques jours avant un voyage de ce dernier dans l’Hexagone :

  • 1009 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 - AFI à AE (AO), le 01.09.1952.

« Il me reçut chez lui, très simplement, me retint deux heures, me parla en termes émus de la France, de tout ce que le monde lui doit, puis des séjours qu’il y a faits, de ses relations avec Romain Rolland, avec M. Herriot, d’autres encore. Ainsi le docteur Radakrishnan, revenant à Paris à vingt ans d’intervalle, quand tant d’événements se sont produits dans le monde, pourrait peut-être devenir le trait d’union entre la France et l’Inde. »1009

  • 1010 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 27.11.1948.

9Le cas du docteur Radakrishnan n’est pas unique. À l’université d’Allahabad qui compte une association diplomatique créée au lendemain de l’Indépendance, on trouve un Cercle français, fonctionnant depuis plusieurs années. Le Suisse Fernand Benoît, ancien professeur à Santiniketan, en est l’animateur. Les possibilités de collaboration offertes par l’université d’Allahabad et son association diplomatique sont révélatrices des espaces qui s’ouvrent à l’action culturelle de la France au cours de la période qui entoure l’Indépendance. Fondée en 1883, cette université est pendant longtemps patronnée par Gandhi et Jawaharlal Nehru conserve une résidence familiale dans la ville. En 1947, alors qu’on y dénombre 6500 étudiants, un centre d’études diplomatiques et internationales avec l’appui du gouvernement, devenant ainsi la première institution en Inde pour la préparation au concours des Affaires étrangères.1010

  • 1011 Ibid., et rapport du conseiller à l’ambassade, Raoul Bertrand.
  • 1012 Ibid.
  • 1013 Ibid.

10L’association qui regroupe les membres de ce centre d’études diplomatiques comprend 332 étudiants et vingt-cinq étudiantes. Dès 1947, elle manifeste ouvertement son intérêt pour le développement d’un partenariat avec la France.1011 En novembre 1948, l’ambassadeur de France est invité par l’association à prononcer le discours d’inauguration d’un cercle de causeries. Puis, c’est au tour de Raoul Bertrand, conseiller de l’ambassade. Entre-temps, le nombre d’étudiants du Cercle français passe d’une trentaine à 3200 étudiants, dont une trentaine d’étudiantes. Le conseiller de l’ambassade en brosse le portrait sociologique suivant : « … originaires de riches familles des Provinces-Unies, (ils) ont pour la plupart voyagé en France ».1012 Par ailleurs, à la suite d’un discours qu’il prononce et d’une séance de question de plus de deux heures, il évalue le niveau des étudiants comme supérieur à celui des universités américaines, pays dans lequel il a été en poste précédemment.1013

  • 1014 MONTAUD A., 1987 : « Le hindi en 1947 : la question de la langue nationale, ses origines et ses con (...)
  • 1015 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 27.11.1948.

11L’association diplomatique et certains professeurs sollicitent une collaboration pour la période de transition qui s’ouvre avec l’Indépendance. Cette inclinaison pour la France se nourrit d’une présence culturelle française entretenue au cours des décennies précédentes, puisque Benoit y enseigne le français depuis le début des années 1930 et que six professeurs de l’université ont réalisé leurs études en France. Parmi eux, on remarque la présence du docteur Suniti Kumar Chatterjee, professeur de phonétique, qui est, depuis 1947, le rapporteur de la Commission gouvernementale chargée de déterminer la lingua franca, c’est-à-dire de présenter les conclusions du rapport sur la langue nationale du nouvel État. Bien que partisan du hindi sanscritisé dans ce débat qui agite les responsables et les intellectuels indiens,1014 ce dernier exprime clairement le désir de voir le français jouer un rôle dans le nouvel État.1015 Ceci amène le conseiller de l’ambassade à réfléchir au développement d’un centre de formation des professeurs de français à l’échelle de toute l’Inde. Pour en établir les bases, il cite en exemple l’action culturelle que la France a développé en Turquie.

12L’enthousiasme pour la culture française qui se manifeste à Allahabad est établi sur une amitié solidement développée au cours des décennies précédentes. Dans le cas où aucune action de la France ne serait menée à destination des étudiants, Bertrand ne présume cependant pas de sa durée. Cet enthousiasme doit être entretenu, insiste-t-il par la présence d’un professeur, la mise à disposition de livres, de revues, de films :

  • 1016 Ibid.

« Si l’impression d’ensemble est encourageante, il ne faudrait pas croire cependant que nous puissions longtemps bénéficier d’une telle volonté sans un minimum d’efforts. La jeunesse des universités indiennes tourne volontiers ses regards vers l’extérieur (…). C’est ainsi qu’à la suite d’un séjour inférieur à un an d’un lecteur russe, l’Association soviétique d’Allahabad compte à l’heure actuelle deux fois plus de membres que le Cercle français. L’orientation politique des Indiens dépendra dans une mesure difficilement appréciable, mais sans doute non négligeable, des efforts qui seront faits, par telle ou telle puissance, pour attirer parmi les jeunes générations, les cadres destinés plus tard à les conduire ».1016

  • 1017 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 101 - AFI à AE, le 05.12.1952.

13Les efforts des nations les plus riches en Inde s’inscrivent dans le long terme. On peut ainsi observer une continuité dans les efforts de l’Allemagne. Cette dernière est prompte à regagner ses positions après la Seconde Guerre mondiale. En 1952, l’ambassadeur Ostrorog indique par exemple que l’Allemagne, dans le seul cadre de l’assistance technique, offre 200 bourses, alors que le programme français est encore balbutiant dans ce domaine.1017

  • 1018 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 194 - AE Note au sujet du programme de bourses attribuées à des techni (...)
  • 1019 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 194 - AE à AFI, le 15.03.1960.

14Même lorsque la France commence à développer sa coopération technique à la fin des années 1950, il reste loin du niveau des autres puissances.1018 Ainsi, pour l’exercice 1959-1960, le Ministère des Finances n’accepte le financement des frais de voyages que de 60 bourisers à titre exceptionnel.1019 L’ambassadeur précise alors :

  • 1020 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 194 - AE : Note au sujet du programme de bourses attribuées à des tech (...)

« Notre programme de formation en France de techniciens indiens est actuellement freiné par le refus de prendre à notre charge le voyage des stagiaires vers notre pays dans les mêmes conditions que le font les autres pays qui offrent une coopération technique à l’Inde (et notamment l’Angleterre, les États-Unis, la Pologne, la R.F.A., l’URSS, la Tchécoslovaquie et le Japon). Les meilleurs candidats à des bourses de perfectionnement à l’étranger choisissent de ce fait les bourses offertes par les autres pays. Le Ministère des finances s’oppose, en effet, à ce que le département prenne à sa charge plus de 60 voyages complets en 1960 alors que le contingent a été fixé à 110.
Même si l’on peut escompter que certains candidats appartenant au secteur privé viendront en France au frais de leurs entreprises, le maintien d’une telle proposition manifeste un recul très net de notre programme de formation des techniciens indiens puisque le bilan de l’année 1959 laisse apparaître le chiffre de 111 stagiaires reçus par le service de coopération technique. »1020

  • 1021 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 140 AFI à AE (Direction du S.I.P. ), le 18.02.1964.
  • 1022 Ibid.
  • 1023 Ibid.
  • 1024 Ibid.

15Cette comparaison désavantageuse pour l’action française se vérifie également dans le domaine de l’information. Au tournant des années 1950, alors que l’ambasssade de France doit faire preuve d’ingénuosité pour assurer la publication de son bulletin mensuel d’information en utilisant les moyens d’impression les moins coûteux possibles, la High Commission britannique publie un bulletin quotidien sur les questions de politique étrangère.1021 L’ambassade d’URSS publie elle un bulletin quotidien rédigé dans une dizaine de langues : anglais, hindi, bengali, marathi, tamoul, ourdou, malayalam, etc. L’U.S. Information Service, qui emploie plusieurs centaines de personnes, diffuse ses nombreuses publications auprès des différentes administrations indiennes. L’ambassade de Yougoslavie publie un bulletin bi-mensuel. Les missions de la Chine populaire et de la Pologne publient différentes revues, « de présentation souvent luxueuses ».1022 On peut recenser encore les publications des missions du Pakistan, de Ceylan, de l’Egypte, d’Afghanistan et d’Israël. Quant à l’ambassade de R.D.A., elle publie un bulletin, German News, tiré à 100 000 exemplaires. Sept employés sont chargés de sa distribution qui mobilise un bureau postal mobile installé à l’ambassade trois jours par semaine. D’autre part, un attaché de presse est adjoint dans chacun des consulats allemands de Bombay, Calcutta et Madras.1023 Chacun des postes dispose d’un camion cinéma avec deux agents à bord, un Indien et un Allemand, qui sillonnent le pays trois semaines sur quatre.1024

  • 1025 AMAE P – RC 1945-1959 - n° 95 (8), consu cal à AFI, le 31.10.1950
  • 1026 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 - AFI à AE le 25.01.1951.

16Malgré l’intensification des moyens de contrôle, notamment par l’instauration d’une Commission de la censure des films, les différentes puissances mondiales continuent de déployer une intense propagande. Dès 1950, par exemple, une librairie soviétique s’ouvre à Calcutta : « À l’enseigne anodine de Current Book distribution une librairie soviétique vient de s’ouvrir en plein cœur de Calcutta », signale le consul.1025 Parallèlement, en 1951, un syndicat américain achète, en 1951, plusieurs journaux asiatiques, notamment au Pakistan et en Inde.1026 À la fin des années 1950, alors que son action dans le nord de l’Inde se limite à Bombay et Calcutta, où elle est soutenue par un fort dynamisme local, la France n’a encore entrepris aucune véritable politique d’action culturelle d’ensemble pour le sud de l’Inde en dehors de Pondichéry, contrairement à l’Allemagne, l’URSS ou les États-Unis ou la Grande-Bretagne qui ont déjà établi des centres culturels ou d’information à Hyderabad, Madras et Pune.

Premières tentatives

  • 1027 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle…, p. 79.

17La réorganisation des services diplomatiques français suite à la Seconde Guerre mondiale entraîne le rattachement, par étapes, de différents services du Ministère des Affaires étrangères au sein de la direction générale des Relations culturelles : les échanges artistiques en 1946 ; le bureau chargé des rapports avec l’Unesco en 1947 ; l’accueil des personnalités étrangères, les relations avec les organisations internationales - incluant la coopération technique multilatérale en 1948, de même que les activités d’information générale sur la France à l’étranger ; enfin, le Fonds culturel destiné à la diffusion commerciale du livre.1027 Cette centralisation renforce le concept d’une action française dans le monde qui est dirigée, organisée et coordonnée par le Ministère des Affaires étrangères, réunissant aussi bien la coopération culturelle, que technique et scientifique, mais également la diffusion de l’information.

18A la fin de l’année 1944, le professeur Olivier Lacombe est chargé de mission culturelle auprès du consulat général de France à Calcutta. Il est donc possible de parler d’action culturelle de la France en Inde. La mission de Lacombe va se transformer en poste d’attaché culturel avec son successeur Claude Journot, en 1948, puis de conseiller culturel, en 1949, toujours avec ce dernier. Si la volonté d’établir une action culturelle française en Inde se manifeste dès 1944, en revanche, le développement de relations politiques semble plus délicat.

  • 1028 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AO à ambassade à Londres, le 27.03.1946.

19A la fin du mois de mars 1946, la direction d’Asie-Océanie du Quai d’Orsay soumet à l’ambassade de France en Grande-Bretagne, le projet de nomination d’un représentant diplomatique auprès du gouvernement central, par l’intermédiaire d’un ministre plénipotentiaire.1028 Le gouvernement intérimaire de Nehru prend la direction de l’administration indienne le 2 septembre, et le 18 septembre, un haut-commissaire britannique est nommé à Delhi. Cependant, l’ambassadeur français à Londres appelle toujours à la prudence et incite à rester sur l’expectative :

  • 1029 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – ambassade à Londres à AE, le 09.10.1946.

« Cette nomination ouvre automatiquement la question de l’établissement de relations diplomatiques directes entres les Indes et les gouvernements étrangers. Devons-nous, pour autant, nous hâter de prendre contact, à ce sujet, avec le cabinet de M. Nehru ? Je ne le pense pas pour les raisons suivantes.
La première est l’incertitude de l’avenir politique aux Indes (…). Les affaires que nous traitons avec les Indes, ne sont (sauf peut-être celles des crédits demandés pour faciliter nos achats de jute) ni si nombreuses, ni si graves que nous ne puissions continuer à les traiter soit par le canal de nos agents locaux, soit du Foreign Office (…). Il me paraît plus convenable d’attendre que cette ouverture nous soit faite par Delhi plutôt que de la faire nous-mêmes. »1029

  • 1030 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AE à consu cal, le 15.10.1946 ; et le 29.10.1946 (Note pour le pré (...)
  • 1031 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AE, le 30.10.1946.
  • 1032 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AE (Télégramme à l’arrivée), le 05.04.1947.
  • 1033 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AFI à AE, le 18.12.1947.

20Dès le mois d’octobre, l’Australie, la Chine et les États-Unis établissent une délégation en Inde.1030 Suite à cela, le principe de la création d’une ambassade de France à New Delhi est approuvé par décision du Conseil des ministres, le 30 octobre. Cependant, il faudra attendre le 5 avril 19471031 pour que Henri Roux, chargé d’affaires de France en Inde prenne possession de son poste,1032 et c’est finalement le 18 décembre 1947 que Daniel Lévi, le premier ambassadeur de France en Inde, présente ses lettres de créances au président de la République indienne.1033

21La situation dans ses comptoirs de Mahé et Chandernagor, oblige la France à s’intéresser de plus près à la situation en Inde, et à intervenir auprès du gouvernement indien. Dans le projet d’instruction à Daniel Lévi, c’est d’ailleurs la question des comptoirs qui apparaît au premier plan. Tout de suite après vient celle de l’Indochine. Le gouvernement de Nehru manifeste la volonté de prendre une part active à la résolution du conflit. En outre, les avions français qui s’y rendent font escale à Calcutta ou à Delhi. Une dégradation des relations avec l’Inde pourrait donc avoir des conséquences directes sur la situation française en Asie.

  • 1034 AMAE P – RC 1944-1959 n° 96 – AFI à AE, le 20.05.1948.

22Rapidement, la question des comptoirs apparaît insoluble par voie de négociation. Le maintien d’enclaves étrangères sur son sol est inconcevable pour l’Inde qui a acquis de longue lutte son indépendance et qui est décidée à se placer à la tête du mouvement de décolonisation. De son côté, la France n’est pas prête à l’émancipation de la moindre de ses colonies, si petite soit-elle. La situation politique pèse donc très lourdement sur l’action culturelle française en Inde. Toute manifestation publique favorable à la France deviend même délicate. En 1948, par exemple, le centre de Royaumont, qui organise une semaine franco-indienne, demande à l’ambassade d’intervenir pour obtenir un message de soutien d’une haute personnalité du gouvernement indien. L’ambassadeur répond que l’état des relations entre les deux pays appelle à une certaine discrétion : « L’ambiance officielle en Inde est loin, en effet, même sur le plan culturel de nous être favorable. »1034

23En 1962, l’ambassadeur écrira au sujet des relations franco-indiennes depuis 1947 : « Deux questions ont formé, au cours de ces dernières années, des obstacles trop sérieux à l’instauration de rapports cordiaux entre les deux pays, pour ne pas être d’abord évoquées, le délai de ratification du traité de 1956, et les incidences de la question algérienne.

  • 1035 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 239 - Note sur l’état des relations franco-indiennes, le 29.11.1962.

24Il convient d’ajouter qu’au cours de cette période d’attente, les autorités indiennes se sont abstenues de mettre une entrave quelconque au développement de notre action culturelle, elles l’ont au contraire facilitée. »1035

25Avant de mettre en place une politique d’ensemble, la direction générale des Relations culturelles, sous la houlette de Jean Marx, s’attache à reconstruire son action autour de centres de diffusion. L’Alliance française va être l’outil choisi à cet effet. Établies sur une tradition d’échanges culturels, les Alliances françaises de Calcutta puis de Bombay connaissent rapidement une activité florissante. Elles fédérent peu à peu les différents éléments dynamiques, susceptibles d’amener les élites indiennes à la culture française. En revanche, jusqu’en 1954, divers projets de centres culturels français, ou de Maisons de France échouent au moins partiellement. Après les accords franco-indiens, l’essentiel de l’investissement culturel français est dirigé vers Pondichéry et donnant le jour à une expérience originale par la transformation d’une présence essentiellement politique en une présence culturelle.

Centres de diffusion de la culture française

26Alors que les relations diplomatiques franco-indiennes tardent à s’établir, l’action culturelle française, quant à elle, tente de s’organiser rapidement. En 1944, Olivier Lacombe prend son poste auprès du consulat général de France à Calcutta, qui est alors à la tête de la diplomatie française en Inde. De 1945 à 1949, les projets se succèdent. À Calcutta, les activités de l’Alliance française et du Centre culturel font preuve d’une grande vitalité. Après sa réorganisation, à partir de 1950, l’Alliance française de Bombay, connaît à son tour un essor considérable.

27Une période de propositions dure jusqu’en 1949, et malgré les perspectives très intéressantes de coopération, très peu de réalisations voient finalement le jour. Dominées par les questions coloniales, les relations franco-indiennes piétinent. C’est le dynamisme des Alliances de Calcutta et de Bombay qui permet de soutenir une action culturelle novatrice, qui s’étend aux domaines technique et scientifique.

Projets de centres culturels et possibilités de coopération (1945-1948)

28La création du premier poste d’attaché culturel, en la personne du professeur Olivier Lacombe, au cours du mois d’octobre 1944, bien avant la nomination d’un chargé d’affaires, semble traduire une volonté de la France de développer ses relations avec l’Inde, sur le plan culturel. Ces intentions ne se traduisent toutefois pas sur un plan financier et Christian Fouchet, consul général, donne cette description du premier bureau des service culturels :

  • 1036 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - consu cal à Affaires Etrangères, le 30.07.1945.

« Un coin de mon appartement personnel avec quelques médiocres meubles de location ».1036

29En outre, dès 1944, le Ministère des Affaires étrangères affiche la volonté de créer un centre culturel français en Inde, voire même un réseau de centres culturels ou Maisons de France. C’est le plus ambitieux des projets envisagés par la France au cours de la période 1940-1962. En 1944, le Ministère des Affaires étrangères exprime également la volonté de créer un institut français en Inde. Différents projets sont ébauchés. Calcutta, Delhi, Bénarès et même Chandernagor sont évoqués comme des lieux d’implantation possibles pour ce centre. Parallèlement, des institutions indiennes, notamment à Allahabad, Delhi, Hyderabad ou Mysore, se montrent enclines au développement d’une coopération avec la France.

  • 1037 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 (non daté : mi-août 1944)- AE : Note sur la création d’un institut (...)
  • 1038 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100, AE, le 13.07.1944.

30La création d’un réseau de Maisons de France fait l’objet pour cette période du premier rapport concernant l’action culturelle en Inde. Ce réseau est tout d’abord envisagé à partir de quatre centres : Lahore, Bombay, Pondichéry et Calcutta.1037 Ce rapport est suivi le 13 juillet 1944 d’une réunion de la direction générale des Relations culturelles, sous la présidence de Marx, assisté de Pelliot et des représentants du Ministère des Colonies, de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères, « pour mettre au point le projet d’un institut français aux Indes. »1038

  • 1039 Ibid.

31L’objectif du projet présenté par Lacombe répond à deux observations. La première est le déclin de la culture française en Inde. La seconde est d’ordre géographique, à savoir l’immensité de l’Inde, et donc la nécessité de diffuser la culture française par une action menée depuis différents points. Ainsi, selon Lacombe, le but des Maisons de France est : « … d’enfermer l’Inde dans un réseau à partir de quatre centres : Lahore, Bombay, Pondichéry, et Calcutta. La culture française actuellement très en déclin ne peut s’étendre sur ce pays vaste comme un continent à partir d’un seul endroit et les grandes villes sont toutes excentriques. »1039

  • 1040 Voir plus loin au sujet de l’enseignement du français.

32Le courant de curiosité du « monde hindou » pour la culture française convient, selon l’attaché culturel, d’être « utilisé ». Ce courant se manifeste, précise-t-il, par la création de chaires de culture française.1040

  • 1041 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AE, le 13.07.1944.

33La définition du fonctionnement de ces centres comprend une mission d’enseignement et une autre de recherche. Le but est aussi de restaurer le prestige de la présence française, un prestige quelque peu tombé en désuétude, notamment dans ses comptoirs : « La création de ces Maisons de France, qui grouperaient à la fois la recherche et l’enseignement, et offriraient des facilités aux boursiers français et hindous, seraient susceptibles de rendre quelque vie à ses établissements de l’Inde, vestiges ou reliques d’un grand passé. »1041

  • 1042 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - Compte-rendu de la mission effectuée par Pierre Gourou… (09-10.1 (...)

34Avant d’envisager la mise en place du réseau complet, l’établissement de la première maison fait l’objet d’une évaluation des différentes villes susceptibles de l’accueillir. Le choix des anciens comptoirs Chandernagor et Pondichéry est jugé malvenu par l’attaché culturel, à cause du contexte politique. Certains avantages sont reconnus à Bénarès, et notamment sa grande université et la présence du professeur Chatterjee, ancien étudiant en France et directeur du département de géographie le mieux organisé de l’Inde, selon Pierre Gourou.1042

35Cependant, le choix de la ville Bénarès est considéré comme délicat vis-à-vis des musulmans. Quant à la ville de Bombay, elle est jugée comme trop neuve, son « milieu spirituel » insuffisamment développé et son climat trop dur. Le site de Pune est jugé intéressant, surtout à cause de ses activités scientifiques. Toutefois, en dehors de sa connexion à Bombay, la ville est trop isolée. Finalement, c’est Calcutta, qui semble le lieu le plus propice à la création de cette première maison, avec la possibilité envisagée par la suite de créer une annexe à Chandernagor, où l’enseignement serait dispensé en français.

  • 1043 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, le 24.02.46.

36Le 24 février 1946, une décision semble arrêtée pour la création d’un Institut français à Calcutta, de même que semble acceptée la mise en place d’une résidence d’été complémentaire. Pour des raisons budgétaires, la création d’un troisième centre, prévu à Pondichéry, est jugée, à cette date-là, difficile à engager.1043 Une solution alternative est toutefois envisagée pour Pondichéry, sous la forme d’un musée d’ethnologie qui pourrait être rattaché au futur Institut français de Calcutta. La direction générale des Relations culturelles signifie alors au consulat général qu’elle attend le projet détaillé concernant l’Institut français et souligne dans une dépêche suivante que :

  • 1044 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC - Note pour la DAO, le 25.02.1946.

« … elle est bien persuadée de l’urgence d’établir aussi solidement que possible un Institut qui puisse assurer le rayonnement intellectuel de la France en même temps qu’il sera un lieu d’accueil pour les indianistes français. »1044

  • 1045 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, le 16.03.46.

37Les débats se poursuivent cependant avec l’attaché culturel, la direction de Relations culturelles affirmant sa volonté que le futur Institut ne soit pas l’apanage des seuls indianistes français, mais qu’il soit avant tout un centre de diffusion de la culture française : « … je ne saurais accepter que l’Institut de Calcutta représentât exclusivement la science indianiste française, et je pense qu’il n’est pas impossible de combiner les différentes activités ».1045

  • 1046 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, (non daté, entre le 21.03.46 et le 21.05.46).

38Finalement dans les semaines qui suivent, la direction de Relations culturelles informe le consulat général de l’ajournement de la location d’un immeuble, jusqu’à la fin de l’année 1946. Cet ajournement est motivé par la situation financière.1046 De fait, malgré les plans échafaudés et l’impulsion que le Quai d’Orsay paraissait initialement prêt à donner pour l’action culturelle en Inde, les moyens de cette action tardent à venir, et les projets à se concrétiser.

  • 1047 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, le 30.11.1946.
  • 1048 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – Jean Filliozat à Directeur du département d’Asie, le 30.07.1947.

39En novembre 1946, la direction des Relations culturelles propose de réunir le 4 décembre un comité de spécialistes des questions indiennes dans le cabinet de Marx, pour déterminer les mesures propres à développer l’action culturelle de la France en Inde.1047 Il n’est malheureusement fait état d’aucun compte-rendu de cette réunion. En revanche, le 30 juillet 1947, le professeur Jean Filliozat, indianiste, ancien élève de Lévi, transmet une note de deux pages à la direction du département d’Asie concernant : « … les conditions d’établissements de relations scientifiques permanentes entre indianistes français et indiens. »1048

  • 1049 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AE à chargé d’affaires de France à Karachi, le 30.01.1948.
  • 1050 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DAO : note pour la DGRC, le 03.10.1947.

40À partir de ce moment-là, le professeur Filliozat apparaît au premier plan dans l’élaboration du projet d’action culturelle. À la manière de Lévi, dont il est le successeur au Collège de France, il devient le consultant du Quai d’Orsay et du Ministère de la France d’outre-mer. Ainsi, dès le mois d’octobre, il est nommé chef de mission par les deux ministères, pour étudier la création dans la péninsule d’un centre de recherche.1049 Daniel Lévi étant le premier ambassadeur de France en Inde et Lacombe le premier attaché culturel, les indianistes français occupent donc une place prépondérante dans l’établissement des relations culturelles entre les deux pays. Au mois d’octobre 1947, Lacombe compose un aide-mémoire : « … en vue de la conclusion d’une convention culturelle entre la France et l’Inde, lorsqu’une occasion favorable se présentera. »1050

  • 1051 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 02.10.1950.

41Dans les temps qui précèdent et qui suivent tout de suite l’Indépendance, parallèlement au projet de Maisons de la France ou d’un institut français, plusieurs opportunités s’offrent à l’établissement d’une coopération culturelle directe avec des institutions indiennes. En 1950, avec le transfert des services culturels de Calcutta à Delhi, Christian Belle, attaché d’affaires de France en Inde, prévoit le passage d’une action locale à une action nationale.1051 Ce transfert avec un retard par rapport à l’installation de l’ambassade dans la capitale, marque également l’éloignement du centre des activités culturelles françaises de son environnement le plus fécond, pour Delhi, capitale administrative. En introduction de sa dépêche Au sujet de l’installation à Delhi des services culturels aux Indes, le consul écrit :

  • 1052 Ibid.

« La capitale du Bengale offrait un terrain particulièrement favorable dont le champ devait nécessairement rester limité à l’origine dans un pays où la France demeurait à peu près inconnue et où l’œuvre à entreprendre était considérable. »1052

42L’année suivante, le nouvel ambassadeur, Stanislas Ostrorog, tente d’attirer l’attention du Quai d’Orsay sur les opportunités pour la France de développer sa présence en Asie :

  • 1053 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 – AFI à AE, le 09.11.1951.

« Au moment où nous avons perdu tant de positions en Extrême-Orient, il serait regrettable d’affaiblir notre présence en Inde, où nous devons, tout au contraire, utiliser au maximum les possibilités qui nous sont offertes par le régime d’indépendance. »1053

43Plus de quatre années de transition se sont donc écoulées depuis l’Indépendance. L’attention française est de plus en plus accaparée par l’Indochine, tandis que les relations franco-indiennes buttent sur la question des anciens comptoirs. Malgré la volonté affichée par le chargé d’affaires, en 1950, le passage à une action culturelle sur le plan national paraît encore difficile. La question des moyens reste cruciale et touche même les conditions les plus élémentaires en matière de représentation diplomatique. Ainsi, le problème des locaux de l’ambassade et de la chancellerie reste en grande partie irrésolu jusqu’à la fin de notre période.

44En 1953, dans une dépêche intitulée La situation difficile où se trouvent nos consulats en Inde, l’ambassadeur interpelle le Quai d’Orsay au sujet des conditions de travail :

  • 1054 Id., AFI à AE, le 07.01.1953.

« Pour un pays de 360 millions d’habitants nous avons trois postes : Calcutta, Madras et Bombay. Leur circonscription respective couvre d’immenses territoires (…). Même en reconnaissant que nous n’avons nulle part de colonie française importante et que nos échanges commerciaux ne sont pas considérables avec l’Inde, la tâche de nos consuls est lourde, s’ils veulent la remplir avec sérieux et tenir l’ambassade informée des événements dont ils sont témoins (…). C’est sans doute en raison de cette insuffisance de personnel que le poste de Madras, où des événements politique si considérables se sont produits, ne m’a jamais envoyé d’information (…). Il faut assurer à nos trois consulats une direction permanente, et prévoir à cet effet que chaque chef de poste ait à ses côtés un adjoint qui le seconde dans ses activités et assure, de manière normale, la gérance pendant les longues périodes de congés. »1054

  • 1055 Id., DAO : Note pour la DG du personnel, le 26.01.1953.

45Les remarques d’Ostrorog rencontrent d’ailleurs l’approbation de la direction Asie-Oéanie qui les transmet à la direction générale du Personnel : « La démarche de Stanislas Ostrorog est tout à fait justifiée ».1055 Cependant, aucun effort n’est consenti par Paris pour modifier la situation.

  • 1056 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 98 et 112.
  • 1057 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – AE à AFI, le 15.02.1960.

46Face à un déséquilibre flagrant entre les moyens employés et la taille des enjeux, l’action culturelle garde une dimension essentiellement locale, se développant autour des Alliances françaises, et, en premier lieu, celles de Calcutta et de Bombay. Ces dernières deviennent de véritables centres culturels et affichent des résultats encourageants. Elles réunissent plusieurs centaines d’élèves. Dès les années 1950, elles développent également des collaborations avec d’autres établissements (universités, instituts, laboratoires, etc.), et prennent une part prépondérante dans les relations scientifiques et techniques. Les stages de français qu’elles organisent pour les techniciens marquent une étape dans l’histoire de la diplomatie culturelle de la France.1056 En 1960, elles sont parmi les premières à mettre en place une section audio-visuelle.1057 Le succès des activités des Alliances françaises de Calcutta et de Bombay repose en grande partie sur un dynamisme local, le manque d’investissement de la France limitant une fois de plus leur rayon d’action.

47Pour la période 1955-1962, c’est Pondichéry qui représente le plus grand investissement au chapitre de l’action culturelle, atteignant plus de 59 % du budget de l’enseignement de la France en Inde. Dans son rapport sur l’activité culturelle française en Inde, en 1957, l’ambassadeur consacre neuf des seize pages à Pondichéry. Il écrit en introduction :

  • 1058 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – AFI, le 17.05.1957 : Note sur l’activité culturelle française en (...)

« Cette activité peut être envisagée sous deux chefs principaux : - dans l’Inde en général
 - à Pondichéry. »1058

  • 1059 Les raisons en sont multiples et notamment la désobéissance dans l’armée indienne.

48De 1944 à 1962, dix-huit annnées s’écoulent, dont quinze sous le régime de l’Inde indépendante et représentent pour les relations des deux pays une période de tâtonnements et de transition. La fin de la guerre voit une accélération des événements en Inde. Le départ des Britanniques apparaît inévitable, il reste à en fixer les conditions.1059 L’Indépendance est annoncée officiellement en 1946. Comment passer alors d’un gouvernement de type colonial à celui d’une nation souveraine ? Le nouvel État doit réorienter et développer les structures léguées par les Britanniques. Pour cela, la collaboration étrangère est nécessaire. Même si l’influence de la Grande-Bretagne est omniprésente, de nombreuses occasions s’offrent aux autres nations de développer leur présence, à travers la coopération technique, scientifique, industrielle, administrative, militaire, mais aussi culturelle.

49La Seconde Guerre mondiale a aussi marqué une étape supplémentaire de la centralisation de l’action culturelle française à l’étranger. De 1944 à 1948, la manifeste l’intention de développer une coopération culturelle en Inde. Cependant, les moyens tardent à être débloqués tandis que les autres nations se montrent plus promptes à participer à cette transition que connaît l’Etat indien. À partir de 1949, les enjeux politiques l’emportent sur les considérations culturelles du fait de la question des comptoirs. Toutefois, une coopération prend forme essentiellement à travers les activités des Alliances françaises de Calcutta et de Bombay. Les sciences et des techniques, domaines dans lesquels l’Ambassade de France en Inde tente de privilégier le développement d’une coopération, y occupent une place importante.

Delhi, Poona : les débuts

Delhi

  • 1060 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AFI à AE, le 02.10.1950.

50En 1950, bien que Calcutta représente un foyer plus propice pour la culture française que Delhi, le transfert des services culturels vers la capitale de l’Union indienne n’en est pas moins devenu inévitable. Même si elle ne présente pas encore une activité culturelle comparable aux trois capitales des anciennes Présidences, la ville est un centre de plus en plus incontournable. La concentration des pouvoirs politiques et administratifs, des organes de presse, d’institutions nationales à vocation culturelle, font de la capitale une scène de première importance pour les représentations étrangères. Delhi devient le siège de grandes conférences internationales.1060 Dès 1947, s’y tient la conférence pan-asiatique. Delhi University s’y développe et compte, en 1957, 10 000 étudiants. L’All Indian Institute of Medical Sciences (AIIMS) attire de nombreux scientifiques.

51En 1950, plus d’une trentaine d’ambassades, légations, et haut-commissariats sont implantés dans la capitale. Le gouvernement de Delhi cherche à faciliter l’implantation des différentes représentations étrangères aux côtés des institutions internationales, telles que l’O.M.S. ou l’Unesco. À l’usage des délégations étrangères, il crée au sud de la capitale un quartier qui leur est spécialement réservé : Chanyakapury. La France, profitant des conditions exceptionnelles de location instituées de façon transitoire au moment de l’Indépendance, s’illustre par sa résistance à suivre le mouvement général d’implantation dans cette enclave diplomatique, et ce, au grand désespoir des ambassadeurs.

52À partir de 1950, les chefs de la délégation française font face aux ultimatums du gouvernement indien. Ils lancent des appels répétés pour que l’achat du terrain et la construction de la nouvelle ambassade dans le quartier diplomatique soit inscrite au budget. Face à l’absence de réponse, Daniel Lévi puis Stanislas Ostrorog choisissent la solution qui consiste en l’achat des immeubles occupés par la chancellerie et l’ambassade.

  • 1061 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 3 - AFI à AE, le 01.09.1954.
  • 1062 Id., le 11.11.1953.

53Les locaux de la chancellerie et de l’ambassade sont deux bungalows appartenant à des particuliers et réquisitionnés, en 1947, par les autorités du pays pour les mettre à la disposition des ambassades. En 1950, le Service du Protocole indien avertit donc de l’expiration du régime d’exception issu des réquisitions après un délai d’un an.1061 En 1951, le Ministère des Affaires étrangères indien intervient auprès des chefs de missions afin qu’ils achètent des terrains dans l’enclave diplomatique prévue à cet effet. Le Quai d’Orsay s’y refuse, jugeant l’opération trop onéreuse. D’autres missions, comme celles du Canada, de l’Iran ou des Pays-Bas, ont choisi, dès 1951, de devenir les propriétaires des immeubles loués depuis 1947.1062 Daniel Lévi avise Paris de cette alternative à laquelle il préconise de recourir.

  • 1063 Id., le 01.09.1954.
  • 1064 Id., le 11.11.1953.
  • 1065 Ibid.
    Au mois de mai Stanislas Ostrorog doit rappeler d’urgence, par télégramme, l’imminence de l’é (...)

54En 1952, toutes les missions, hormis la mission française, ont pris les mesures nécessaires.1063 En 1952, Paris oppose une incapacité financière pour l’année en cours, et propose l’étude de la question pour le budget 1953. En 1953, la question est à nouveau ajournée.1064 Le régime d’exception dont bénéficie l’ambassade de France est appelée à prendre définitivement fin au mois de juin 1954.1065 À cet effet, elle est mise en demeure de rendre les locaux au mois de mai. Ostrorog doit user des relations amicales qu’il entretient avec le Premier ministre pour prolonger cette situation d’exception. Les dépêches concernant la question des immeubles de l’ambassade occupe une part impressionnante de la correspondance des ambassadeurs français en Inde.

  • 1066 Ibid.

55Lorsque le nouvel ambassadeur arrive en Inde en 1961, il est étonné de voir que les locaux de l’ambassade ne comprennent pas de salle où il puisse réunir tous ses collaborateurs, et qu’il n’existe d’autres endroits que les couloirs pour entreposer les archives. Aussi, peut-on comprendre que l’action culturelle française dans la capitale indienne débute modestement et difficilement. Pourtant, dès 1947, alors que l’implantation d’un Institut français est en projet, l’attaché culturel ne note aucune objection parmi les autorités de la capitale, et même plutôt « une certaine faveur ». La volonté est exprimée que cet institut ait un caractère aussi académique et universitaire que possible : « L’attaché culturel souligne que pour donner pleine et définitive confiance un certain nombre de mesures concrètes seront à prendre ».1066

  • 1067 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - le 05.12.1956.
  • 1068 Id., le 17.05.1957.

56Toutefois, hormis l’épisode du bureau d’information de 1944 à 1946, on ne peut relever d’action culturelle française à Delhi avant 1955. C’est entre 1955 et 1962 que l’action culturelle française dans la capitale politique indienne prend lentement forme. Les activités de l’Alliance française de Delhi, dernière née des Alliances en Inde après Bombay, Calcutta et Madras, ne démarre sérieusement qu’à partir du mois de septembre 1955. En décembre 1956, le film documentaire Le Monde du Silence crée l’événement à Delhi, lors de la conférence générale de l’Unesco.1067 C’est un événement retentissant qui va susciter un grand nombre de projections. En 1957, l’Alliance française de Delhi compte un professeur qui dispense dix heures de cours par semaine. L’association enregistre à peu près une centaine d’élèves. Le nombre de cours est limité par l’impossibilité dans laquelle se trouve le professeur, recruté localement, d’animer des cours du soir. Or, les services culturels n’ont pas les moyens d’affecter une autre personne pour prendre en charge d’autres classes.1068

  • 1069 Id., le 18.11.1957.

57Au cours du mois de novembre de la même année, il faut signaler l’ouverture de l’école pour les enfants de langue française à Delhi. C’est une petite école qui réunit alors dix-huit enfants de 8 à 18 ans, belges, cambodgiens, français, laotiens et suisses.1069 Pour l’animer, l’ambassadeur obtient l’envoi d’un professeur de français.

58En 1960, lors de sa visite dans la capitale, le directeur des Relations culturelles dresse l’état des lieux suivants :

  • 1070 Conseiller culturel.
  • 1071 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Note résumant les entretiens de M. Seydoux… 02.1960, p. 6.

« M. Seydoux a pu constater l’exiguïté des locaux, il envisage favorablement la création d’un centre audiovisuel (à condition qu’un professeur compétent puisse être désigné) et a jugé intéressant le projet d’une bibliothèque centrale soumis par Lequiller;1070 mais cela pose des problèmes de crédits afin que les locaux nécessaires puissent être loués à cette intention. »1071

59La création d’un centre culturel français à Delhi est finalement décidé, au cours des années 1959-1960.

  • 1072 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AE à AFI, le 10.05.1960.
  • 1073 Id., le 26.03.1960.

60A partir de juillet 1960, France Bhattacharya est nommée secrétaire de l’Alliance française de Delhi.1072 La même année, le conseiller culturel y organise le premier Festival des Films français qui rencontre un grand succès. Enfin, un poste de lecteur est créé à l’université de Delhi en 1961.1073 C’est vraiment à partir des années 1960-1962 que l’activité culturelle française à Delhi commence à se développer. La ville est d’ailleurs progressivement appelée à devenir un centre majeur de diffusion de la culture française, en collaboration avec Delhi University dans un premier temps, puis plus tard, avec la grande université, Jawaharlal Nehru University. Ce développement est trop tardif cependant pour rentrer dans le cadre de cette étude.

Pune

  • 1074 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 – J. SOETZEL : Rapport sur la mission de M. Jean Soetzel, en Inde (...)

61En dehors de Bombay d’autres centres de francophilie se perpétuent dans l’ouest de la péninsule. Bien que comptant une population modeste par rapport aux autres grandes villes du pays, Pune n’en représente pas moins un centre intellectuel majeur, comme l’écrit Jean Stoetzel, professeur de psychosociologie, chargé de mission : « Poona : ville relativement petite de l’Inde (1 500 000 habitants) est un foyer très actif de culture supérieure. »1074

  • 1075 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – consu bom à AFI, le 02.06.1954.

62En 1948, le Deccan College accueille le grand indianiste Louis Renou pour la constitution d’un Thesaurus Linguae Sanscrit. Le 27 juillet 1952, un Cercle français est créé à l’université, la Poona University French Association. Cette initiative est soutenue par deux professeurs indiens, Khore et Sohoni. Le père Guy Bergeron, et les représentants de l’Alliance française de Bombay, en la personne tout d’abord de Jean Batbedat, puis de son successeur Henri Murcia, participent dans un premier temps à son animation.1075 En août 1953, l’association propose une représentation théâtrale, des projections de films, ainsi qu’un service d’information alimenté par une petite bibliothèque qui compte environ 150 livres provenant de dons de l’Alliance, du Commissariat général du Tourisme français, et d’entreprises privées de Bombay.

63L’université de la ville propose des cours du soir qui rassemblent soixante-dix élèves. Ces cours préparent pour les examens du certificate, examen optionnel que l’on peut présenter après deux années d’études. Des cours supplémentaires de langue et de civilisation sont alors en voie d’organisation. Cependant, recevant peu de soutien et d’encouragement de services culturels français, eux-mêmes dépourvus de moyens et de personnel, l’enthousiasme qui suit l’élan de la création de cette association retombe, et son activité ralentit. Un déclin des cours de français dans l’université accompagne ce ralentissement.

  • 1076 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 – consu bom à AE, le 05.09.1958.

64En 1958, Henri Dumont regrette de ne pas pouvoir mieux coordoner les différentes activités culturelles françaises qui ont cours à Pune : « Il y aurait intérêt à ce que de Bombay, nous soyons mieux armés pour soutenir, conseiller ou diriger par des contacts plus fréquents un effort culturel cohérent et efficace à Poona. »1076

65L’université compte bien alors deux professeurs pour les cours de français, afin de préparer aux examens de BA et de MA, mais les cours préliminaires dans les collèges universitaires ont presque cessé, faute de professeurs. Une centaine d’élèves suit en revanche les cours du soir dispensés par les deux professeurs. Les techniques d’enseignement par l’anglais, le refus du professeur supervisant l’enseignement du français de passer à la méthode directe et de renouveler les programmes sont perçus par le consul général comme des obstacles à un meilleur enseignement. Faute de contacts nourris avec la culture française et ses représentants, la Poona University French Association présente donc un visage moribond à la fin des année 1950.

  • 1077 Id., le 05.07.1958.
  • 1078 Ibid. Le consul et M. Sanna recommandent Mme Mookherjee.

66D’autres institutions ont inclus un enseignement du français dans leur programme. C’est le cas de la National Defence Academy, école des élèves officiers. Deux professeurs de français y dispensent un enseignement de 70 heures par an à 200 élèves.1077 La visite, en 1959, de Dumont et Sanna, directeur de l’Alliance française, est l’occasion d’une mise au point sur les questions pédagogiques. À la demande de l’association des langues étrangères de cette institution de recherche, les deux représentants français rendent également visite au National Chemical Laboratory. Il leur est demandé de se faire indiquer un professeur de français d’origine française pour la mise en place d’un cours d’une heure par semaine, destiné à une soixantaine de techniciens.1078

  • 1079 Id., le 25.04.1958.

67Parmi les nombreuses congrégations installées à Pune, on retrouve des franciscains sous la conduite d’un père savoyard. Surtout, on compte une centaine de séminaristes qui suivent des cours de français dispensés par deux religieux, l’un Français et l’autre Belge. La faculté de théologie et de philosophie, et le collège de Nobili, centre de formation des novices de la Compagnie de Jésus, constituent également des institutions importantes dans la ville de Pune. En 1958, la Compagnie de Jésus envisage même de faire de la ville le principal centre culturel catholique du sud asiatique, avec un séminaire papal rassemblant les séminaristes de toute l’Inde, de la Birmanie, de Ceylan et du Pakistan.1079

  • 1080 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- consu bom à AFI, le 03.09.1959.

68En 1959, l’université de Pune se voit affecter un lecteur, en la personne de Jean Varenne nommé professeur au Deccan College.1080 Cette nomination est l’occasion de raviver les activités de l’Association française. Au mois d’août, devant une audience d’une soixantaine de personnes, le consul général remet des prix à seize étudiants au cours d’une cérémonie qui est présidée par le vice-chancelier. La Poona University French Association retrouve une certaine animation. Cette année-là, on note la réorganisation d’un service de bibliothèque, des réunions, la préparation d’une pièce de théâtre, etc. Un courant rival se dessine cependant, sous la forme d’un Cercle littéraire au sein du Wadia College qui rassemble les élites d’origine non-marathie de la cité, à savoir celles d’origine parsie, sindhi, et gudjerati.

  • 1081 Institut de recherche linguistique qui se consacre notamment à la composition d’un dictionnaire enc (...)

69Le Deccan College reste un point de convergence pour les indianistes français en Inde, puisqu’après Louis Renou et Jean Varenne, il reçoit, en 1959, Madeleine Biardeau et Madeleine Vaudeville, attachées de recherches au CNRS. À l’occasion de sa création, le centre de formation de professeurs de langue du Deccan College1081 choisit la langue française pour inaugurer ses cours. Le consul propose alors les services du centre audiovisuel de l’Alliance française qui doit être mis sur pied au cours des mois suivants. Les circonstances semblent à nouveau favorables au développement de la culture française dans ce centre important d’enseignement qu’est la ville de Pune.

  • 1082 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- AE à AFI, le 27.07.1960.

70Au mois de juillet 1960, Jean Varenne se trouve affecté à Hanoi, à l’EFEO, plus d’un an avant le terme de son contrat.1082 Alors que l’inauguration du centre de formation des professeurs s’apprêtait à mettre le français à l’honneur, son remplacement tarde à arrivé. L’activité culturelle française à peine renaissante s’en trouve donc désorganisée. Il faudra attendre plus d’un an avant qu’un autre lecteur ne soit nommé. Cette vacance ne passe évidemment pas inaperçue aux yeux des autorités universitaires, comme le signale le conseiller culturel :

  • 1083 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195- consu bom à AFI, le 13.08.1961.

« On compte sur lui pour réorganiser progressivement les études de français et devenir l’animateur de l’Association française. Lorsque j’ai évoqué avec le doyen de la Faculté des Lettres le problème des examens, il a abondé dans mon sens, non sans me représenter courtoisement que la situation serait meilleure si nous avions eu comme les Allemands, un lecteur actif qualifié. »1083

71Ce lecteur sera finalement détaché en septembre 1961.

  • 1084 Il a alors achevé sa thèse de doctorat à l’université de Pune sur le culte de Vithoba et le pèlerin (...)

72La même année, au cours d’une visite au grand séminaire de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est nouvellement créé, le consul général signale le rôle joué en faveur de la culture française par le révérend père Moget, et les jésuites belges. La même année, le révérend père Deleury poursuit conjointement à son apostolat ses travaux de recherche en langue marathie1084.

73Parallèlement, l’université et le Gokhale Institute of Economics manifestent leur intérêt pour les sciences humaines françaises, avec le regret exprimé toutefois que les travaux des scientifiques français, même quand ils sont connus, ne puissent être assez suivis faute de publications disponibles en anglais. Grâce au consul, un étudiant du Gokhale Institute of Economics est recruté par les services économiques de l’ambassade.

  • 1085 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 140 - AFI à AE, Rapport de la fin de mission-L’Inde de 1961 à 1965, le (...)

74Une autre institution de la ville va offrir l’opportunité de développer un partenariat, c’est l’Institut de cinéma de Pune. Le directeur de l’IDHEC est invité dans cette institut à la fin des années 1950. Le détachement d’un professeur de l’IDHEC est alors envisagé. La France ne donnant suite, c’est finalement une autre nation qui développera cette coopération.1085

  • 1086 En 1964, on compte 550 étudiants recevant un enseignement du français à l’université, dans le cadre (...)

75Malgré quelque lenteur du Quai d’Orsay, l’enseignement du français se développe tout de même à Pune, au début des années 1960.1086 Pune est un centre qui présentent de nombreux domaines d’activités ouverts à une coopération de haut niveau. C’est également le centre où les autorités indiennes réclament à la France d’ouvrir un centre d’indianisme, une demande justifiée par les activités et les initiatives du Deccan College.

76Madras est considérée comme la capitale de l’Inde du Sud. Cependant, comme Pune, elle reste longtemps à l’écart de l’action culturelle de la France. L’action de la France y est largement conditionnée par la question des comptoirs, et en particulier celle de Pondichéry. Aux côtés de l’ancienne capitale de la Présidence britannique dans le sud, Hyderabad et Bangalore représentent aussi deux centres majeurs d’enseignement et de recherche.

L’Inde du Sud ou le poids des engagements coloniaux

Hyderabad et Bangalore

Bangalore

  • 1087 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE : Visite de M. Lequiller à Bangalore et Hyderabad, le 1 (...)

77Bangalore devient une ville moderne en 1881, avec l’implantation d’un établissement militaire britannique. Son agglomération se développe jusqu’à devenir un grand centre technique, industriel, et même politique. Des institutions telle que l’Assemblée et le secrétariat général de l’État du Karnataka vont y siéger, plutôt que dans l’ancienne capitale Mysore. En 1909, l’Institut indien des Sciences y est fondé soutenu par la famille Tata. Dans les années 1950, il rassemble 300 étudiants des différentes universités indiennes autour de nombreux laboratoires spécialisés.1087 Un autre centre, le Sri Jayachamrajendra Occupational Institute, créé par le gouvernement de Mysore, prépare aux carrières industrielles, tandis que le Raman Research Institute produit des physiciens de haut niveau. Enfin, de nombreux établissements forment techniciens, ingénieurs, médecins, agronomes etc. C’est un foyer d’enseignement et de recherche particulièrement animé.

  • 1088 Ibid.

78Dans le domaine technologique, on relève la construction de l’usine Bharat Electronics construite par la Compagnie générale de la TSF. Cette usine fournit en émetteurs et récepteurs un très grand nombre d’administrations et d’institutions indiennes. Deux tiers des machines de l’usine sont françaises, et l’établissement compte jusqu’à dix-huit ingénieurs français. En 1959, elle en compte toujours six. Un des ingénieurs donne des cours techniques à l’Institut indien des sciences, où le français est enseigné par une professeur polonaise. D’autres cours de français sont également donnés par une Française à l’Association des Jeunes d’Asie, tandis qu’un Français de Tahiti dirige l’Institute of World Culture qui propose des conférences. À son propos le conseiller culturel signale que : « … il ne tient qu’à nous d’avoir notre place dans les programmes. M. Daniélou, par exemple, y a prononcé naguère une conférence de musicologie. »1088

79Ainsi, Bangalore présente un terrain très favorable pour la coopération. Aussi le conseiller culturel propose-t-il la nomination d’un lecteur de français chargé de conseiller les enseignants de français, de coordonner et de développer leurs différents cours. Ce lecteur se verrait également confier la tâche de diffuser l’information sur la France – documentation générale et documentation technique – d’encourager la vente des œuvres françaises dans les librairies et leur diffusion dans les bibliothèques, de fournir des conférenciers à l’Institute of World Culture et de recruter des étudiants boursiers. D’autres nations sont déjà solidement implantées, comme les États-Unis qui disposent d’une bibliothèque par l’intermédiaire de l’U.S. Information Service, ou les Anglais qui y installent en 1960un British Council.

80Malgré l’intérêt que représente la nomination d’un lecteur à Bangalore, le conseiller culturel, connaissant les marges extrêmement limitées des services culturels français en Inde, ne se risque pas à proposer cette création de poste immédiatement, d’autant que : « … les besoins me paraissent encore plus grands dans d’autres centres et notamment à Hyderabad. »

Hyderabad

  • 1089 L’État d’Hyderabad devient l’Andhra Pradesh suite aux mouvements pour la reconnaissance des grandes (...)

81Hyderabad occupe une place centrale, au carrefour des principales villes de l’Inde, Calcutta, Delhi, Bombay, Madras et Trivandrum. Intégrée à l’Union indienne en 1948,1089 la capitale de l’ancien État princier conserve certaines caractéristiques propres. En tant que capitale de l’état d’Andhra Pradesh, à partir de 1951, la ville est dôtée des institutions d’enseignement réputées, comme la grande université Osmania, et une élite cultivée et cosmopolite.

  • 1090 Aux côtés de l’Af de Bombay, de l’université de Bombay, de celle de Pune, l’université d’Hyderabad (...)

82Dès 1948, des cours de français sont donnés à l’université, certainement dans le cadre du Certificate et du Diploma. Hyderabad présente des centres d’enseignement du français en Inde comme l’attestent les envois de livres et les rapports de voyages.1090

  • 1091 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE, le 16.02.1959.

83Parmi les établissements de recherche les plus modernes de la ville, on peut citer le Regional Research Laboratory – dépendant du C.S.I.R., l’équivalent du CNRS –, les laboratoires de recherche en nutrition, ainsi que le luxueux et très prestigieux College of Administrative Staff, dirigé par un ancien chef d’état-major de l’armée indienne,1091 et accueille l’élite administrative du pays. Lors de la visite de Lequiller, l’ambassadeur des États-Unis y intervient en tant que conférencier.

  • 1092 Ibid.
  • 1093 Ibid.

84En 1959, l’enseignement du français est introduit dans le programme universitaire, parmi les secondes langues dans le programme des examens de BA et de MA. Cet enseignement reste, pour reprendre les mots du conseiller culturel, « très rudimentaire ».1092 Aussi ce dernier prête-t-il une attention particulière à la demande d’envoi d’un lecteur de français émanant de l’université Osmania. La modification des programmes lui semble préalablement nécessaire afin que les cours de français ne se limitent pas aux seules classes de littérature et s’ouvrent aux autres disciplines, notamment scientifiques, comme c’est déjà le cas pour l’allemand. Pour que cette modification puisse être effective, le conseiller culturel propose de reporter la nomination d’un lecteur à l’année suivante en 1960.1093

85Cependant, dès l’année universitaire 1959-1960, Chouraqui devient le premier lecteur français à Hyderabad. Les résultats ne se font pas attendre, comme le constate l’ambassadeur au mois de mars 1962 :

  • 1094 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 192 – AFI à AE, le 08.03.1962.

« faisant preuve d’un esprit d’initiative exceptionnel, et ne ménageant pas son temps, Chouraqui s’est attiré la sympathie générale et a réussi à porter d’un dizaine à plus de trois cent cinquante le nombre de ses étudiants. Grâce à l’appui personnel du recteur, il a pu former et faire approuver la nomination à plein temps de trois professeurs indiens pour l’assister dans son enseignement. »1094

  • 1095 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 196- Rapport sur la Mission en Inde (Delhi/Asian history Congress, du  (...)

86Selon un chargé de mission, la maîtrise qu’il a acquise de la langue ourdoue est un des fondements de la popularité incontestable dont jouit Chouraqui à l’université.1095 L’audience des cours de français se maintient, et bientôt se pose la question de l’introduction du français dans les écoles secondaires. Par ailleurs, la ville devient le principal centre de formation des professeurs de français en Inde.

  • 1096 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, p. 2, le 1 (...)

87Toujours dans le sud de la péninsule, il faut signaler l’existence d’un cercle français dans le Kerala, à l’université de Trivandrum, et d’un autre à Mysore,1096 qui prouvent d’une activité culturelle française autonome, indépendante de tout soutien de la France. À Mysore, l’action des missionnaires français aboutit à l’ouverture d’un collège, peu avant l’Indépendance de l’Inde :

  • 1097 ASM-E, AUDIAU F., 1955 : « Œuvres d’éducation dans nos missions de l’Inde », p. 413-422, Bulletin d (...)

« Le Collège Ste-Philomène de Mysore fut fondé par Mgr Feuga en 1946. L’évêque et son vicaire général, le Père M. Quéguiner, n’avaient pas tardé à saisir qu’un collège catholique au siège même de l’université de Mysore, dans la capitale du royaume, serait appelé à compléter l’éducation reçue par nos chrétiens dans les écoles secondaires du diocèse (…). Le Père C. Brown fut nommé Recteur, et le maharaja de Mysore ouvrit le nouveau collège en août 1946 (…). L’enseignement se répartit entre la Faculté des Lettres et la Faculté des Sciences. Le Père Fleury, qui passa avec distinction son MA à Cambridge en 1947, assure les cours de littérature anglaise. »1097

88À la fin des années 1950, à l’exception de Pondichéry, la France n’a toujours entrepris aucune véritable politique d’action culturelle d’ensemble pour le sud de l’Inde, contrairement à l’Allemagne, l’URSS, les États-Unis ou la Grande-Bretagne qui ont établi des centres culturels ou d’information à Hyderabad, Madras et Pune. À partir du début des années 1960, l’action culturelle française commence s’organiser dans le sud de la péninsule. C’est dans l’ancien chef-lieu des comptoirs que la France choisit de concentrer son effort.

Madras dans l’ombre de Pondichéry

89Représentant le principal pôle politique et culturel de l’Inde du Sud face à l’Inde du Nord, les élites tamoules de Madras s’attachent au maintien de la langue anglaise comme langue officielle aux côtés du hindi. Madras est également, avec Bombay, le pôle principal de la production cinématographique indienne. Tentant de repousser l’inévitable intégration de ses anciens comptoirs à l’Inde, la France tarde à organiser son action culturelle dans le sud de l’Inde. En 1957, le consul de France à Madras dresse ce tableau de la présence française dans l’Inde du Sud :

  • 1098 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, p. 1-2., le (...)

« Si à l’époque de son apogée entre 1746 et 1761, Pondichéry était la deuxième ville de l’Inde, nos revers militaires dans la seconde moitié du XVIIIe siècle l’ont maintenue à l’écart du progrès économique, politique et social du reste de l’Inde. En revanche, la présence française s’est étendue à tout le territoire dravidien par le truchement, d’abord de nos missionnaires hospitaliers et enseignants, puis de nos techniciens et ouvriers spécialisés. Plus de quatre cent de nos compatriotes sont aujourd’hui immatriculés au Consulat de Madras. Par eux, la présence française se manifeste d’Hyderabad au Cap Comorin, et de la côte d’Orissa à celle de Malabar. Or aucun effort n’a été fait pour rassembler cette présence, la totalité de notre appui portant sur le territoire de nos anciens établissements destinés, selon une formule de M. Nehru, à l’"intégration psychologique" à l’Union indienne ».1098

  • 1099 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 2 - « Demande d’ouverture d’un consulat à Chennai » (note de Daniel Lé (...)

90Le sud de la péninsule est la région où la France tarde le plus à initier son action culturelle. Pour cause, alors que plusieurs nations entretiennent un consulat, voire un consulat général, depuis la période de l’entre-deux guerres, la France n’y a toujours aucun poste d’ouvert lorsque l’Inde accède l’indépendance. En 1948, la nécessité de la création d’un consulat est soulignée. Au-delà des raisons économiques que lui présente J.R.D. Tata, et des raisons culturelles soutenues par Jean Filliozat, le Quai d’Orsay retient surtout les raisons politiques. Une présence minimale à Madras devient indispensable pour suivre l’évolution de la situation des comptoirs, le gouvernement de la région de Madras ne restant pas inactif face au déroulement des événements à Pondichéry.1099 La capitale tamoule continue, en effet, de réagir aux événements qui concernent son ancienne rivale.

  • 1100 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 2 - AFI à AE, le 07.01.1953.

91A partir de 1950, Papoussamy, fils de l’ancien commis du consulat à Bombay, reçoit la charge du consulat à Madras. Roger London le remplace en 1954. Ce poste est pourvu de moyens extrêmement modestes qui ne permettent pas de remplir le minimum de travail d’information, comme l’indique le chef de la délégation française en 1953.1100 Cette année-là, encouragé par l’ambassade, Papoussamy parvient à soutenir la création d’une Alliance française. Cependant, l’association doit affronter de nombreuses difficultés. Le chemin qui mène à la création d’un véritable centre culturel français dans la capitale de l’Inde du Sud reste long.

Les débuts (1953-1955)

  • 1101 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 - AFI à AE, le 23.03.1953. et AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (9 : liv (...)
  • 1102 DG des RC du MAE.

92L’Alliance française est créée le 3 septembre 1953. Elle succède à un Cercle français qui regroupait les professeurs de français de la ville et qui n’est pas évoqué dans les archives. Cette création est due « à l’initiative et (à) l’action inlassable » de Papoussamy.1101 Encourageant le travail « continu et soutenu » du premier tenant du consulat, l’ambassade espère instaurer dans la ville la même dynamique qu’à Calcutta et à Bombay. Madame Hardy, secrétaire du Cercle français, devient la secrétaire de la nouvelle association. Le secrétaire adjoint est le professeur Krishnan, chef du département de mathématiques à l’université, ancien boursier des relations culturelles.1102 Le président de l’association est le professeur Alexandrowicz, réfugié polonais, et enfin, le vice-président est le père Racine.

93En constituant un centre culturel en Inde du Sud, l’Alliance française de Madras espère pouvoir combler une lacune étonnante :

  • 1103 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, p. 1-2, le  (...)

« L’Alliance de Madras est issue, en 1953, de l’ancien Cercle français qui groupait, dans la capitale dravidienne, les professeurs y enseignant notre langue. Le français ayant rang d’égalité avec l’anglais aux examens universitaires, il avait été jugé désirable de donner aux étudiants, comme à tous ceux désireux d’apprendre notre langue, des cours conçus selon les méthodes de l’Alliance et présentant les avantages suivants :
 - niveaux égal ou supérieur à celui rencontré dans les milieux universitaires de l’Inde du Sud
 - délivrance d’un diplôme de caractère officiel ;
 - préparation à l’octroi de bourses d’étudiants en France ;
A ces activités d’ordre enseignant devaient s’adjoindre des manifestations sociales et culturelles permettant d’étendre, sous l’égide et avec l’appui matériel de l’Alliance de Paris, notre action sur tout le territoire de l’Inde méridionale… »1103

94Dès 1953, des réunions hebdomadaires sont organisées, une pièce de théâtre et des projections de films sont proposées, et les premières classes de français sont mises en place.

  • 1104 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101- consu mad à AFI, le 12.11.1954.

95En 1954, Papoussamy est remplacé à la tête du consulat par London. Rapidement après son installation, le nouveau consul souligne de manière régulière un intérêt pour les « choses françaises ». À la fin de la même année, les relations franco-indiennes sont soulagées du poids de la question des comptoirs. Une résolution partielle du problème, par leur cession de facto, fait suite au vote des élus à Kijéour. Cette résolution permet aux élites de Madras d’exprimer désormais ouvertement leur intérêt pour la culture française. Ainsi, le 12 novembre 1954, moins d’un mois après Kijéour, le consul signale : « … un renouveau de l’intérêt pour les choses de la France qui accompagne le transfert de facto. »1104

  • 1105 Ibid.

96Au cours du mois de novembre 1954, la cérémonie d’ouverture de l’exposition de reproductions de peintures françaises transportée depuis Calcutta, Les cent chefs d’œuvres de l’art français, se tient dans une salle pleine. L’exposition suscite un grand enthousiasme et de nombreux comptes rendus de la presse. Les autorités sollicitent l’organisation régulière de ce type de manifestations, le ministre de la Justice de l’État déclare : « La peinture est l’un des plans sur lesquels la pensée indienne peut le mieux communier avec la pensée française. »1105

  • 1106 Ibid.

97Le représentant français reçoit une demande de prolongation de l’exposition des reproductions de peintures françaises, et l’Indian Institute of Culture de Bangalore manifeste son intérêt pour la culture française. Le consul, Bornecque, directeur du Collège français de Pondichéry, et le père Monchannin, promoteur du dialogue franco-indien, participent à l’animation de cet institut par une série de causeries. Monchanin est également un intermédiaire actif entre les milieux « franco-pondichériens » et l’Alliance française.1106

  • 1107 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101- consu mad à AE, le 26.11.1954.

98Cette fin d’année semble faste pour la culture française à Madras car on note également le 11 novembre la représentation de L’Absent de Spaak et des Fourberies de Scapin à l’Alliance. Le 25 novembre, le Deccan Herald, journal de Bangalore, publie un grand article intitulé « La grande qualité de l’art français et de sa littérature », qui appelle à la coopération culturelle entre les deux pays.1107 Cet article paraît suite à la Semaine culturelle française inaugurée le même jour par le ministre de l’Intérieur, H. Siddaveerapa.

  • 1108 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101- consu mad à AFI, le 25.11.1954.
  • 1109 Id., le 07.12.1954.
  • 1110 Id., le 14.02.1955.

99Toujours au mois de novembre 1954, le Dr Reddy, président de l’Indian Association of the History of Medecine et spécialiste de la médecine française en Inde, informe le Quai d’Orsay de ses vœux pour le développement d’une coopération autour de l’histoire de la médecine française et sollicite l’envoi de documents, afin d’organiser une exposition consacrée à ce thème.1108 À la fin de l’année, l’intérêt pour l’indianisme français est ravivé par une traduction en anglais d’un livre de Jules Bloch sur les structures grammaticales des langues dravidiennes.1109 Enfin, en février 1955, le leader intellectuel Ramswamy Aiyer fait don à l’université d’Annamalaï de sa collection de livres français, qui compte, entre autres, 82 volumes des œuvres de Voltaire.1110

  • 1111 Ibid.

100Le contentieux politique très vif jusqu’au mois d’octobre semble déjà oublié, et face aux réactions chaleureuses des élites de la capitale tamoule, le consul peut envisager avec la plus grande confiance le développement de l’action culturelle : « La sympathie et le goût pour les choses françaises sont là. On se rencontre avec les Dravidiens non seulement sur le plan de l’idéologie politique, mais sur celui du théâtre et des arts graphiques. Le mouvement est propice pour faire un bon départ dans l’installation des relations culturelles : le terrain paraît propice ».1111

101Cependant, la France choisit d’orienter son action culturelle en priorité vers son ancienne colonie de Pondichéry, au détriment de Madras. La mise sur pied tant attendue d’un centre culturel à Madras s’en trouve retardée.

Difficultés récurrentes (1955-1962)

Difficultés financières, réorientation nécessaire

  • 1112 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action en Inde dravidienne, le (...)

102Dès le début de l’année 1954, l’ambassadeur Ostrorog sollicite la venue à l’Alliance d’un jeune licencié ou d’un instituteur pour assurer les cours et pour prendre en charge le secrétariat de l’association. Ainsi, celle-ci pourrait être organisée « de la même façon que l’ont été celles de Calcutta et de Bombay ».1112 Ce projet butte sur le refus de crédit opposé par le Quai d’Orsay. Une solution alternative doit donc être envisagée. Un boursier français du gouvernement indien, étudiant en statistique à l’université de Madras, est affecté à l’Alliance française, en échange d’une modeste indemnité compensatrice. Cette collaboration s’avère peu satisfaisante. Tout d’abord, à son arrivée, le jeune étudiant ignore qu’une quelconque mission culturelle lui serait confiée. De plus, la bourse allouée étant minime, il lui est difficile de nouer des liens avec l’élite de la ville. Or de telles relations sont indispensables pour la réussite et le développement de l’association.

103Le consul souligne donc que, à moins d’un soutien financier du gouvernement, les activités de l’association sont vouées à l’échec :

  • 1113 Ibid.

« Le problème de l’enseignement du français me paraît devoir être réexaminé à la lumière de ce fait nouveau, et la mission de l’Alliance française de Madras réorientée en conséquence. Le temps n’est plus aux initiatives privées reposant sur la bonne volonté et sur l’espoir que le gouvernement viendra, par ses largesses, apporter la consécration financière manquante (…). Pour ce qui concerne l’enseignement de notre langue, l’amateurisme ne suffit pas, ni la bonne volonté, c’est là domaine technique. L’expérience du boursier-lecteur s’avère inconcluante (…). En tant que centre d’enseignement du français, il lui faut à sa tête le spécialiste prévu par votre Excellence. »1113

  • 1114 A la base de l’essor des Alliances de Calcutta et de Bombay se trouve des professeurs qualifiés tel (...)
  • 1115 Birla, capitaine d’industrie et mécène d’origine marwarie, installé à Calcutta. AMAE P – AO 1956-19 (...)

104Sans soutien du Quai d’Orsay pour permettre à un professeur français de prendre en charge les activités de l’Alliance française, celle-ci reste prise dans un cercle vicieux. Sans spécialiste de l’enseignement, elle ne peut, en effet, ni se faire valoir de la qualité d’un centre d’enseignement suffisamment attractif, ni dispenser un nombre d’heures de cours suffisant afin d’enregistrer des ressources nécesssaires à son fonctionnement.1114 En outre, pour soutenir l’action de l’association, London signale qu’à Madras : « … il n’y a ni Tata ni Birla susceptibles d’y apporter un intérêt ».1115

Un milieu francophile divisé par les contentieux politiques de Pondichéry

  • 1116 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – S. OSTROROG, Note sur l’action culturelle de la France en Inde, (...)
  • 1117 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, le 19.11.1957.

105Dans sa note de seize pages sur l’action culturelle française en Inde, rédigée en 1957, l’ambassadeur commence le paragraphe concernant l’Alliance française de Madras avec la phrase suivante : « Se débat dans les difficultés financières et personnelles ».1116 Les dépêches du consul à l’ambassadeur nous permettent d’en savoir un peu plus sur la nature de ces difficultés. Tout d’abord des divisions l’affaiblissent. Ainsi, le professeur Divien, originaire de Pondichéry, chargé de cours au YMCA de Madras et au collège Stella Maris, reconnu comme « le plus qualifié des interprètes semi-professionnels de la langue et de la culture française à Madras »,1117 est exclu de l’association pour ses positions sur la question des comptoirs en 1954. Malgré les pressions du consul, le comité ne revenant pas sur sa décision, Divien crée en réaction le French Institute. Les divisions qui avaient compliqué la naissance de l’Alliance avant l’intégration des comptoirs, restent vives et affaiblissent une action qui a du mal à s’établir.

Harmonisation nécessaire de la présence française dans l’Inde du Sud

  • 1118 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – S. OSTROROG, Note sur l’action culturelle de la France en Inde, (...)

106La mission des institutions maintenues ou créées par la France ne tient pas compte de la présence de la grande ville d’Inde du Sud. En 1957, dans le rapport de l’ambassadeur sur l’action culturelle de la France, un paragraphe est consacré à l’action à Madras tandis que neuf pages sont consacrées à Pondichéry.1118 Ce déséquilibre traduit une réalité budgétaire, Pondichéry concentrant, à partir du milieu des années 1950, la grande majorité des crédits de l’action culturelle française en Inde. Selon le consul, il apparaît donc indispensable de coordonner les ressources employées dans l’ancien chef-lieu des comptoirs avec celles de la grande ville du sud de la péninsule :

  • 1119 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, le 19.11.1957.

« C’est dans l’intégration que réside la seule solution de pareils problèmes (…). Puisque Pondichéry, libérée des entraves qui maintenaient notre établissement en dehors de la communauté indienne, est en passe de devenir le lien culturel entre la France et l’Inde, l’occasion paraît d’autant plus opportune de profiter de la présence d’un nombreux personnel enseignant à Pondichéry pour prévoir le détachement d’un professeur à l’Alliance française de Madras (…). Le moment est venu d’envisager l’intégration des activités culturelles de Pondichéry et de Madras, Alliance française y comprise, si nous voulons – et nous le pouvons – lutter avec succès contre nos concurrents qui savent harmoniser l’économique et le culturel. »1119

  • 1120 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – S. OSTROROG, Note sur l’action culturelle de la France en Inde, (...)
  • 1121 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - consu mad à conseiller culturel à Delhi, le 19.11.1957.

107À Madras, les moyens sont tellement modestes que, malgré les résultats décevants obtenus par celui-ci, le départ du lecteur-boursier fait craindre une aggravation de la désorganisation de l’Alliance. Dans l’immédiat, le consul demande le détachement d’un professeur de Pondichéry, ou au moins un « prêt » pour l’animation des classes à l’Alliance française.1120 Ostrorog lui apporte son soutien. À la fin de l’année 1957, le consul constate cependant que les professeurs de français de Pondichéry se montrent rétifs à toute coopération : « … les relations ébauchées entre l’Alliance de Madras et Pondichéry n’ont pas donné les résultats souhaités, les professeurs du Collège français se trouvant placés dans un milieu hermétique et l’Institut ne cherchant pas le contact avec les milieux touchés par l’Alliance. »1121

  • 1122 Ibid.

108Le consul à Madras ne peut donc compter sur la collaboration des professeurs de français de Pondichéry, centre de culture française pourtant destiné à rayonner dans l’Inde entière. Aussi demande-t-il, à nouveau, le détachement d’un professeur de la métropole : « … chargé de l’organisation des cours de l’Alliance française de Madras, de la liaison avec Pondichéry et des contacts avec les milieux universitaires qui s’avère comme une condition essentielle de notre action culturelle en Inde dravidienne. »1122

  • 1123 Ibid.
  • 1124 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AE à AFI, le 16.04.1959.

109En outre, le consul préconise un changement du statut de l’Alliance qui, dans son état, ne « correspond pas au milieu local » : « L’initiative de notre action doit reposer sur une base officielle pour pouvoir porter utilement ses fruits dans cette contrée de cent millions d’habitants où les choses de l’esprit ont toujours passionné l’opinion ».1123 Cependant, le Quai d’Orsay se montre toujours réticent à soutenir le développement de l’Alliance à Madras. Ainsi, en avril 1959, la direction générale des Relations culturelles et techniques, par l’intermédiaire du Service des Œuvres, rappelle que les frais de fonctionnement de l’Alliance française doivent, quoiqu’il en soit, être supportés par les ressources locales.1124

  • 1125 Id., consu mad à AFI : Au sujet de notre action culturelle, p. 2-3, le 10.12.1957.
  • 1126 Id., le 27.06.56.

110Malgré cela, London ne se décourage pas. Ses dépêches constituent un matériel intéressant pour une réflexion générale sur l’action culturelle française. À plusieurs reprises, il met en avant la question de la langue, particulièrement importante dans l’Inde du Sud.1125 Il propose également des réflexions comparatives avec l’action d’autres pays, notamment l’Allemagne, et insiste sur l’importance du cinéma comme moyen d’atteindre le public indien. Enfin, il tente de montrer la spécificité de la curiosité du public de l’Inde du Sud, ou du moins de Madras, à l’égard de la culture française. Une spécificité qui est marquée, selon lui, par une inclination pour les œuvres politiques et philosophiques françaises : « Quand on parle de la France, c’est Voltaire, c’est Rousseau qu’on évoque et l’exemple que la République a donné au monde en proclamant l’égalité des hommes et des races devant la loi. »1126

  • 1127 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- consu mad à conseiller culturel à Delhi, le 13.01.1960.

111Par ailleurs, on note qu’un enthousiasme continue à se manifester pour la culture française à Madras, à chaque fois qu’un événement en offre l’occasion. Par exemple, la projection d’un film français, annoncé seulement le matin même par un entrefilet dans un journal fait salle comble. Le hall de 800 places est rempli, du monde est même refusé à l’entrée.1127 Cet enthousiasme encourage le consul à tenter d’attirer l’attention du Quai d’Orsay :

  • 1128 Ibid.

« L’enseignement de cette séance est que Madras constitue, matériellement comme intellectuellement, un milieu particulièrement idoine pour l’organisation de représentations artistiques de ce genre. Venant après le Festival des Films d’Allemagne de l’Est, notre manifestation a provoqué des réactions auprès de nos amis indiens qui m’ont exprimé le regret que le festival du film se soit trouvé limité à Delhi. »1128

1960… vers l’amélioration ?

  • 1129 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- consu mad à AFI, le 20.12.1960.
  • 1130 Ibid.

112En 1960, la situation de la culture française de Madras semble en voie de s’améliorer puisque l’Alliance française et l’université de la ville comptent enfin un professeur détaché.1129 En outre, une "Semaine franco-indienne" est organisée à l’université, sous l’impulsion du Centre international indien. Celle-ci s’inscrit dans le cadre des manifestations Orient-Occident de l’Unesco. London signale avoir laissé son entière organisation aux soins des autorités indiennes, de mademoiselle Siauve, de l’Institut français de Pondichéry et de Labare, professeur détaché et lecteur à Madras. En un mois seulement un programme fourni peut être proposé.1130 Tout d’abord se tient une exposition placée sous l’égide du doyen de l’université de Madras, Sir A. L. Mudaliar, ancien président du Conseil exécutif de l’Unesco. Cette exposition présente une collection d’œuvres et d’ouvrages d’art prêtés par les sections d’indologie et de science de l’Institut français de Pondichéry, par le département d’archéologie de la même ville et le service des archives du gouvernement de Madras, ainsi que de nombreuses autres institutions de Madras, comme le musée, le département des Fondations religieuses hindoues, la section d’Histoire ancienne et d’Archéologie, l’école des Beaux-Arts, le Théâtre classique et l’Académie de Musique indienne.

113De nombreuses conférences sont également proposées. Elles couvrent des thèmes très divers, tels que la littérature, la sociologie, la biologie végétale, l’archéologie, le droit constitutionnel, l’industrie du film, etc. Parmi les intervenants, on retrouve des personnalités francophiles tamoules, et des professeurs français de Pondichéry et de Madras.

  • 1131 Ibid.

114Les manifestations rencontrent une audience importante et l’ensemble des manifestations connaît un succès incontestable. Après plusieurs siècles de relations parfois tumultueuses, c’est l’occasion, pour la première fois, de consacrer la coopération culturelle franco-indienne dans la grande capitale tamoule. Est-ce le début d’un nouveau départ pour les relations des deux pays dans cette région du sud de l’Inde ? Se basant sur l’attitude des autorités indiennes, le consul de France l’espère. « Le plus grand soin paraît avoir été apporté par Sir A. L. Mudaliar et son comité d’organisation pour donner à cette manifestation culturelle le caractère d’une "repensée" des rapports intellectuels entre la France et l’Inde »;1131 et London de noter que la publicité favorable donnée à l’occasion de cette manifestation : « … est venue, auprès de l’opinion, atténuer la portée des attaques politiques indiennes contre la France. »

  • 1132 AMAE P – AO 1956-1967 - 239 -Note : RC franco-indiennes, le 13.09.1962.
  • 1133 « Il faudrait faire un effort pour toucher la jeunesse. Or les moyens sont absolument insuffisants (...)

115Le Quai d’Orsay ne semble pas profiter de ce courant favorable qui suit cette initiative indienne pour susciter un réel renouveau des relations culturelles franco-indiennes à Madras. On peut certes noter le détachement d’un lecteur à l’université d’Annamalai en 1959, et d’un autre en 1961, à la fois à l’université de Madras et à l’Alliance française.1132 Toutefois, cette dernière continue à se débattre dans des difficultés matérielles, et son développement reste limité par la présence d’un seul professeur chargé tout à la fois de l’enseignement et de l’administration.1133 Le bâtiment de l’association, qui date de 1830, se distingue par sa vétusté. Après 1962, la création d’un centre culturel apparaît toujours à réaliser :

  • 1134 Id, p. 42-43.

« La délégation a rapporté de son séjour le sentiment qu’il serait possible de faire de cette ville un centre de rayonnement français dans le sud de l’Inde. Les manifestations dans ce centre attireraient l’élite de la société de Madras et de Pondichéry (…). Un tel centre pourrait donner des débouchés aux jeunes pondichériens désireux d’enseigner le français sans quitter leur région. »1134

  • 1135 Sans compter la population des anciens établissements.

116Ainsi le renouveau des relations culturelles dans la capitale tamoule, entrevu à plusieurs reprises depuis la cession de facto, tarde-t-il à se concrétiser, faute d’une présence et de moyens suffisants. En outre, de la fin des années 1950 jusqu’en 1962, du fait de la politique coloniale française en Algérie, mais aussi, et surtout, du refus du Parlement français de ratifier le traité de cession de jure des comptoirs français en Inde, la France s’expose à nouveau aux fourches caudines des hommes politiques et de la presse, particulièrement au Tamil Nadu. Dans un de ses rapports sur l’action de la France en Inde du Sud, le consul souligne l’importance de coordonner l’action des professeurs des différents centres de l’Inde du Sud, sa circonscription regroupant la communauté française la plus nombreuse et de nombreux établissements d’enseignement supérieur de grande qualité, à Madras bien sûr, mais aussi à Bangalore et à Hyderabad.1135

Pondichéry : état des lieux culturels (1944 - 1954)

117De tous les lieux d’implantation de centres de diffusion de la culture française en Inde, c’est Pondichéry qui, de loin, constitue le chapitre le plus étoffé de la correspondance diplomatique française, particulièrement de 1954 à 1962. Toute trace de la présence française ne disparaît pas de Karikal, Mahé et Yanaon. Leurs habitants seront également concernés par le traité de 1962 qui attribue la possibilité d’opter pour la nationalité française. L’attenion qui leur est porté restent cependant secondaire par rapport à Pondichéry. Chandernagor reste un cas à part. Intégré plus rapidement à la République indienne, la question d’un centre culturel y refait régulièrement surface.

Une évolution bridée par la politique

118Dès le mois de décembre 1945, l’idée d’établir à Pondichéry un établissement culturel qui puisse devenir à la fois un foyer d’indianisme et d’étude de la culture française, est formulée par le consul général à Calcutta :

  • 1136 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 80 - consu cal à attaché culturel, le 01.12.1945.

« Avec l’aide du service de l’Instruction publique de la colonie, nous pouvons en faire un foyer vivant d’études dravidiennes d’une part, d’études françaises d’autre part, et un lieu d’étape et de stage pour les Indiens qui voudront mieux nous connaître et se préparer à venir compléter en France leur formation. »1136

119En février 1946, l’attaché culturel fait le point sur le projet de développement d’un institut français ainsi que sur l’avenir des institutions culturelles françaises en Inde. Le « précédent » de l’EFEO sert de base à ce nouveau rapport. L’idée d’un institut français à Pondichéry est clairement énoncée au mois d’août 1946. L’intérêt politique apparaît au premier chef des motivations pour ce projet. Il n’est alors pas question, pour le Ministère des Colonies, d’envisager une intégration des anciens comptoirs au futur État indien. Les anciens comptoirs, et à leur suite les relations franco-indiennes, deviennent otages des enjeux de l’empire colonial français.

120En septembre 1946, le Ministère des Colonies écrit :

« Admettre, même à échéance très lente, l’éventualité du rattachement à l’Inde nationale serait reconnaître implicitement la possibilité pour tout autre partie de l’Union française de se séparer à son gré de la France. »

121Ainsi, dans cette perspective, un institut français à Pondichéry apparaît comme un moyen de propagande en faveur de la présence française par réaction aux pressions des nationalistes indiens.

122Une quinzaine de jours plus tard, une note de la direction Asie-Océanie est adressée à la direction générale des Relations culturelles. Il y est suggéré :

« … la fondation d’un large foyer intellectuel français à Pondichéry comme moyen de sauvegarder notre souveraineté sur nos établissements. »

123A l’heure de l’Indépendance de l’Inde, le projet de création d’un institut français à Pondichéry s’inscrit donc clairement dans une perspective de continuité, sous d’autres formes, de la présence coloniale française. En mai 1947, Henri Roux, chargé d’affaires, s’entretient avec Nehru, futur Premier ministre de la République indienne, sur la question de la présence culturelle française dans les comptoirs. Deux mois auparavant, l’idée d’un institut de civilisation indienne a été avancée par Jean Filliozat, directeur d’étude à l’Ecole pratique des Hautes-Études, et secrétaire de la Société asiatique. En 1948, ce dernier est chargé d’une mission de trois mois dans les comptoirs pour l’étude de ce projet. Il deviendra par la suite le principal artisan de la création de l’Institut français de Pondichéry.

  • 1137 AMAE P – AO 1944-1955 – 100 If : Note du ministère de la France d’outre-mer à AE, le 21.08.1947.

124La fin de l’année 1947 voit également la transformation du Collège colonial de Pondichéry en un Collège national : « Cette mesure paraissant justifiée par la situation politique et la nécessité de desserrer le colonialisme. »1137 Cette demande réclame application à compter du premier octobre 1947. Il est un temps envisagé que le Collège colonial, devenu Collège national, soit aligné sur le même statut que les autres collèges français à l’étranger, notamment pour son financement. Henri Roux souligne déjà l’importance du fait que ce financement ne soit pas dépendant du Ministère des Affaires étrangères : « afin d’éviter qu’un engagement pris un peu rapidement ne se heurte à une impossibilité d’exécution, qui laisserait entendre que la France est hors d’état de donner effet à ses promesses. »

125Aligner le fonctionnement du Collège colonial sur celui des autres collèges français à l’étranger peut permettre de préparer la période transitoire qui s’annonce, et de préserver un statut intéressant pour l’établissement. Cependant, la France affiche sa détermination à refuser d’envisager toute mesure de transition, même sur le plan culturel, et se refuse-t-elle à soutenir toute action dans ce sens. Aussi, le statut du Collège colonial qui devient finalement le "collège français", ne connaît-il aucun autre changement qu’une modification nominale.

  • 1138 BICHAT P. 1997 : « La présence culturelle française à Pondichéry et sa mémoire », p. 24, in La Lett (...)
  • 1139 Ibid.

126Ce refus de transformation à Pondichéry se vérifie également avec l’Alliance française. En 1947, celle-ci confie à Emmanuel Adicéam une mission afin de créer un centre dans l’ancien chef-lieu des comptoirs.1138 L’association se développe avec succès, mais, de peur que ses activités n’échappent à leur contrôle, les autorités françaises font réduire ses subventions et obtiennent ainsi la fin de ses activités dès la fin de l’année.1139 Le motif avancé est l’impertinence du fonctionnement d’une Alliance française en territoire français. Cette volonté de la France de ne pas céder la moindre parcelle de son autorité n’est suivie d’aucun investissement structurel propre à resserrer les liens culturels avec la population des comptoirs.

127Avec le projet de centre culturel, le Collège colonial et l’Alliance française, c’est la question des institutions culturelles françaises dans les anciens comptoirs qui est posée : leur permanence, leur intégration ou leur transformation. Le règlement de cette question étant éludé, on ne note aucune action en vue de préparer une transition devenue inévitable. Quant à l’Institut français, le sujet n’apparaît plus dans la correspondance du Quai d’Orsay et de l’ambassade avant le mois de juillet 1954. De fait, les négociations avec le gouvernement indien sur les colonies françaises sont rompues à partir de 1949, butant sur la question du référendum pour l’autodétermination, qui amène à une déterioration de la situation. On ne note aucune initiative nouvelle jusqu’à ce que la situation des comptoirs ne réclame à nouveau d’être considérée en toute urgence.

Chandernagor : "Quitte à garder au passé un souvenir fidèle"

  • 1140 MISRA-BESNARD K., Le mouvement nationaliste en Inde

128Chandernagor, tout comme Pondichéry, occupe une place particulière dans la mémoire coloniale française. Cédant à la pression des habitants et des autorités locales, le comptoir proche de Calcutta est la première colonie à s’émanciper de l’empire colonial français.1140 En obtenant la tenue d’un référendum en 1949, et en ratifiant sa conclusion favorable à l’intégration en 1951, la France obtient un délai inespéré. Cependant le refus de se maintenir sous l’autorité française, hypothèse difficilement envisageable dans cet antre du nationalisme indien, signifie-t-il le rejet de l’héritage français ? La réponse est plus complexe qu’un bref résumé des faits ne l’indique.

129Le mouvement qui mène Chandernagor à la libération de la tutelle française s’inscrit dans le courant de l’histoire. Les habitants du comptoir – ou du moins une partie d’entre eux – sont conscients du rôle Chandernagor dans la rivalité franco-britannique, puis dans le mouvement pour le swaraj. Fort de cette conscience historique, la fin de la tutelle française correspond à une évolution inévitable. Ceci ne signifie pas le rejet d’un héritage français à qui cette bourgade doit la spécificité de son histoire et d’une partie de son identité. Ce particularisme, auquel un certain nombre d’habitants sont attachés, distingue en effet Chandernagor du reste du Bengale.

  • 1141 AMAE P - RC 1945-1959 n° 95 DRC à Minsitère de la France d’outre-mer, le 05.08.1953.

130Ainsi, deux ans après l’achèvement du processus d’intégration de l’ancien comptoir, le gouvernement indien décide la création d’un musée du souvenir français à Chandernagor, dans l’ancienne résidence de Dupleix. En 1953, le Musée du Souvenir français voit le jour. Et la direction générale des Relations culturelles soutient d’ailleurs le projet par l’envoi de documents originaux.1141

131Si Chandernagor ne rejette pas entièrement l’héritage français, il ne faut pas perdre de vue que celui-ci est limité. En 1951, le consul général à Calcutta écrit :

  • 1142 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 101 – consu cal à AFI, le 03.07.1951.

« Sans vouloir médire de l’œuvre du passé de l’ancienne possession de Chandernagor, il faut reconnaître la qualité très médiocre des résultats que nous avons atteints dans le domaine de l’enseignement et de la diffusion du français. Quelque soit le niveau des études considérées, le legs français est fort pauvre. »1142

132Il ne voit alors de trace de la présence française que dans l’institution religieuse de Saint Joseph de Cluny aussi méritante que désargentée :

  • 1143 Ibid.

« La seule parcelle de l’œuvre française restée vivante est le couvent des sœurs de l’ordre de Saint Joseph de Cluny. Sous le nom de la France, ces religieuses à l’orphelinat comme au pensionnat, continuent une œuvre désintéressée. Elles n’ont pas de subventions du département. Il serait possible d’édifier un service médical et une maternité de dimensions modestes, qui seraient le complément du seul établissement français qui, après notre départ, reste solidement établi à Chandernagor. Au lieu d’une action strictement culturelle, dont les conséquences tant matérielles que politiques seraient difficiles à prévoir, nous pourrions montrer par la création, limitée dans ses moyens et ses dimensions, d’un dispensaire-maternité à Chandernagor que la France, sans nul autre souci que charitable, honore la tradition de son passé dans l’ancienne enclave. »1143

  • 1144 Société culturelle indo-française.
  • 1145 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, le 02.09.1961.

133En 1959, le tableau semble avoir évolué. Un enseignement du français persiste dans l’ancien comptoir. Il est fragile, voire marginal. Il se maintient sur des ressources locales, à travers trois groupements locaux : le directeur du département de français du collège de Chandernagor, celui de la section française de l’Ecole Kanailal Vidyamandir, et celui de l’association Indo Farasi Sanscriti Parishad1144 qui se partagent jalousement une petite clientèle en déclin.1145 Le souvenir émouvant de la France demeure parmi quelques anciens fonctionnaires dévoués, mais, ici comme à Pondichéry, c’est essentiellement la gratuité de l’enseignement du français qui lui vaut une petite audience.

  • 1146 Ibid.

134Toujours en 1959, le projet d’une Alliance française est un temps envisagé. Cependant le projet est abandonné. Selon l’ambassadeur, cela semble avoir été une sage décision au vue des susceptibilités et des divisions de « nos anciens administrés ».1146 Le bilan concernant Chandernagor est donc difficile à tirer. Si on on ne peut pas parler de centre de francophonie, on peut tout de même relever le maintien d’un enseignement du français, et remarquer que certains piliers de cet enseignement en Inde sont originaires de Chandernagor, comme les professeurs Kormokar et Nandadulal Dé.

1954 : état des lieux et ébauche de projets

  • 1147 WEBER J., Pondichéry et les comptoirs de l’Inde après Dupleix…, p. 390.

135A l’issue de cette année charnière de l’histoire de France, qui voit s’achever en Asie, la première étape de la décolonisation de son empire, le renouveau de l’action culturelle française s’impose sur ce continent, et particulièrement en Inde. À partir du mois d’avril 1954, l’intégration des quatre modestes colonies françaises subsistant en Inde est progressivement admise par le Ministère des Affaires étrangères.1147 Une note secrète s’intitulant les Intérêts culturels dans l’Inde est évoquée dans les dépêches en juillet 1954. Le 9 août, Les intérêts culturels à défendre à Pondichéry, un télégramme de l’ambassadeur et du conseiller culturel rebondit sur cette note.

136Après la cession de facto, selon le désir exprimé par les deux parties, le chef-lieu des anciens comptoirs doit garder une place centrale dans leurs relations. AvecPondichéry, et plus particulièrement l’Institut français, c’est une véritable coopération internationale qu’ ambitionne le Ministère des Affaires étrangères, au milieu de l’année 1954. Ceci mérite d’être noté, tant la coopération franco-indienne a été laissée de côté jusque-là, malgré les appels répétés de l’ambassadeur, des conseillers culturels et de nombreux chargés de mission. Stanislas Ostrorog tente tout son possible pour traduire concrètement les ambitions françaises de présence culturelle.

  • 1148 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 - Note pour le secrétaire d’État, le 17.07.1954.
  • 1149 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 - Note : Centre pilote franco-indien de Pondichéry, le 03.07.1954.
  • 1150 Ibid.

137Dès le 17 juillet 1954, une note adressée au secrétaire d’État transmet deux projets concernant la création à Pondichéry d’un centre de coopération franco-indienne dans le cadre des négociations sur le futur statut des comptoirs.1148 Le premier, daté du 3 juillet, propose la création d’un "centre pilote franco-indien à Pondichéry".1149 Ce projet de 5 pages pose en préambule le postulat suivant : « Il est peut-être encore possible de maintenir dans des enclaves condamnées à disparaître une partie de notre influence. »1150

  • 1151 Ibid.

138En outre, il considère que les propositions : « … doivent prendre en considération les besoins de l’Inde (afin d’établir) une coopération nouvelle, loyale et dénuée de tout arrière pensée. »1151

139Bien qu’un renouvellement des perspectives s’avère indispensable à l’aube du rattachement des anciens comptoirs, la référence à la souveraineté coloniale demeure : « Le projet dont les grandes lignes ont été tracées ci-dessus serait, s’il était reconnu, de nature, semble-t-il, à assurer le maintien d’une présence française indiscutable à Pondichéry et modifier profondément la signification et la portée de l’abandon de souveraineté consenti par nous. »

  • 1152 Id., Note du Professeur Robert Debré.
  • 1153 Ibid.

140Le second projet, de 5 pages également, est l’œuvre du professeur Robert Debré.1152 Ce dernier est très ambitieux. Il exprime ainsi le désir de voir : « … la création d’une cité universitaire de culture latine, médiévale (… comparable à) Oxford, ou mieux à la montagne Sainte-Geneviève et au pays latin dans ce Paris du moyen âge ».1153 L’institution reprendrait dans toute l’Inde : « … non seulement les idées, les modes de pensée, mais aussi les techniques et la langue de la France. » Ce projet devrait notamment contenir « … un musée-théâtre, une salle d’expositions, de concerts, de congrès, des terrains de sports, de jeu et une salle de musée ».

141Pour cet établissement très vaste, richement doté et aux multiples compétences, le professeur Debré prévoit un mode de financement qui peut paraître surprenant : « … en échange d’un attachement libre à la France, qui reconnaîtrait les droits de l’Inde sur les établissements, l’Inde assurerait la plus grande partie des frais. » Pour ce faire, selon Debré, les anciennes colonies françaises devraient jouir d’un statut de self government, et d’extraterritorialité. D’évidence, certains intellectuels en France restent mal informés des conditions qui ont présidé à la cession de facto des comptoirs.

  • 1154 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 - AE à AFI, le 13.08.1954.
  • 1155 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 – AFI à AE, le 17.08.1954.

142Au mois d’août, réapparaît l’idée d’un plan pour l’ouverture d’une Maison de la France à Pondichéry.1154 En outre, les mois d’août et de septembre voient une intense activité de la part des services diplomatiques français pour dresser l’état des institutions culturelles françaises, et pour envisager leur avenir. Il s’agit essentiellement du Collège français, de l’EFEO – rapatriée d’Indochine – de l’école de médecine, de l’école de droit, de l’hôpital et sa pharmacie, et de l’ashram du penseur bengali Aurobindo Ghosh.1155 Dans une dépêche du 24 août, Ostrorog, conscient du décalage fréquent entre les intentions et leurs réalisations, conclut avec lucidité :

  • 1156 Id., le 24.08.1954.

« Les propositions sont modérées, s’inspirant à la fois des nécessités qu’impose une liquidation et du souci de préparer l’avenir dans le sous-continent indien sans assumer des charges qui excèdent nos moyens. Dans cet esprit, les fondations de recherche semblent préférables aux établissements d’enseignement. »1156

  • 1157 Dans un discours à Londres le 16 décembre, Nehru déclare devant le Parlement que le gouvernement in (...)
  • 1158 Voir à Annexe : Le Monde.

143Les accords du 21 octobre, qui suivent le rattachement des colonies françaises à l’Union indienne, sanctionnent la perpétuation d’une présence française à travers le maintien d’institutions culturelles restant propriétés de l’État français, selon le fameux souhait, exprimé par le Premier ministre indien, que Pondichéry soit une fenêtre ouverte sur la France.1157 La presse, l’opinion et les dirigeants français qui s’étaient totalement désintéressés de la situation des anciens comptoirs, se sentent brusquement préoccupés par leur sort. Ainsi en témoigne, par exemple, un article dans Le Monde du 20 octobre, « De l’Empire de Dupleix à l’Union indienne, Pour la création d’un centre de recherche français à Pondichéry »,1158 écrit par Tibor Mende, géo-politologue spécialiste de l’Asie.

144Si, en France, on semble s’exprimer d’une même voix pour le maintien d’une présence à travers des institutions culturelles, les modalités de ce maintien ainsi que l’objet des missions de ces institutions restent encore largement à déterminer. C’est le cas par exemple du Collège français de Pondichéry qui suscite de nombreuses dépêches.

145De fait, la présence française dans ses anciennes colonies est toujours dans une phase transitoire, puisque les accords de cession tardent à être ratifiés par les autorités françaises. La prolongation de cette phase de transition fragilise encore la situation de la culture française. Dès le 25 novembre, le représentant de la France à Pondichéry adresse à Ostrorog une dépêche au sujet de :

  • 1159 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81- le représentant français à AFI, le 25.11.1954.

« la menace sur la présence culturelle française et la nécessité d’une action rapide et de réalisation concrète pour faire face à l’action des pro-merger contre les traces de présence française. »1159

  • 1160 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81- AFI à DRC, le 01.12.1954.

146L’ambassadeur informe Bourbon Musset, directeur des Relations culturelles au Quai d’Orsay, de cette situation l’avertissant de : « … la médiocrité des institutions françaises et de la nécessité à agir rapidement pour mettre en place l’Institut et sauvegarder une trace de la présence française. »1160

147Passées les grandiloquentes déclarations d’intentions formulées sur le vif des événements, la réalité du terrain se fait effectivement pressante et rend urgent la concrétisation des intentions affichées par l’octroi de moyens. Parallèlement, se poursuit l’état des lieux et l’étude des structures à partir desquelles doit se maintenir la présence française dans les territoires rattachés à l’Union indienne.

  • 1161 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81- Secrétariat des Conférences à Assemblée technique, le 20.12.1954.

148A la fin de l’année 1954, une note importante de douze pages du secrétariat des Conférences à la section de l’Assistance technique tente d’établir à la fois un bilan et un projet global concernant l’action culturelle dans les anciens comptoirs. C’est le premier rapport détaillé de ce type. Il tente d’intégrer la question des institutions culturelles françaises à Pondichéry sur le plan financier, dans le cadre du Plan de Colombo, accord international de définition des modalités de coopération en Asie.1161 Pour la première fois les lacunes de l’investissement de la France en Inde sont mises en exergue par d’autres représentants que les agents diplomatiques sur place. Par exemple, ce rapport permet d’établir que seulement 1,62 % des experts internationaux venus en Inde, en 1953, sont de nationalité française.

  • 1162 Ibid.

149Concernant Pondichéry et les autres comptoirs, le rapport met en parallèle l’ancienneté de la présence française et l’indigence dans laquelle ils ont été maintenus : « Pondichéry, ville où la France était présente avant de l’être dans les actuelles villes de Faculté de Nancy, Strasbourg et Alger », indique cette note.1162

150Reprenant une publication de l’Union française publiée en 1954, elle dresse un tableau comparatif de la part occupée par l’Inde dans le budget consacré par la métropole à ses colonies.

Tableau XI : L’investissement de la France dans ses colonies (Saint-Pierre et Miquelon, Océanie, Côte des Somalis, Réunion, Guadeloupe, Inde française)

Colonie Nombre d’habitants Budget (en francs)
Saint Pierre et Miquelon 4 000 200 000 000
Océanie 60 000 3 000 000
Côte des Somalis 5 000 000 5 000 000
Réunion 180 000 3 000 000
Guadeloupe 220 000 2 000 000
Inde française 300 000 921 000
Total 5 764 000 213 921 000

Tableau XII : Tableau comparatif en pourcentage de la répartition la population et de l’investissement de la France dans ses colonies de Saint-Pierre et Miquelon, d’Océanie, de la Côte des Somalis, de la Réunion, de la Guadeloupe et de l’Inde française

Colonie Pourcentage d’habitants Pourcentage du budget
Saint Pierre et
Miquelon
0,069 % 93,49 %
Océanie 1, 04 % 1,4 %
Côte des Somalis 86, 74 % 2,33 %
Réunion 3,12 % 1,4 %
Guadeloupe 3,81 % 0,93 %
Inde française 5,2 % 0,43 %
  • 1163 WEBER J., Pondichéry et les comptoirs de l’Inde après Dupleix

151L’état peu avancé de l’enseignement du français, et plus généralement de la culture française dans les comptoirs en Inde, trouve certainement une part importante de son explication dans des raisons structurelles et budgétaires. Celles-ci ramènent aux choix de la politique coloniale de la France.1163

  • 1164 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 80- Représentation française à Pondichéry à AFI, le17.12.1954, et : i (...)

152La disparition de l’autorité française va rapidement laisser apparaître la fragilité d’une présence culturelle qui n’a jamais été établie en profondeur. Nous en avons un exemple à travers le cas du Petit séminaire de Pondichéry, établissement d’éducation entièrement dirigé par des prêtres tamouls, et dépendant de l’évêque français de Pondichéry, Mgr Colas. Parmi les 1 200 élèves de l’établissement, on en compte 150 qui étudient le français. Dès le mois de décembre 1954, le proviseur adresse une circulaire aux parents des élèves de français leur demandant de s’exprimer nettement sur leur désir de voir leurs enfants continuer ou non l’étude du français. Ce dernier précise qu’« avec le changement de régime politique, il est évident que le français ne leur sera plus d’aucune utilité dans un avenir rapproché. »1164

  • 1165 Id., le 17.12.1954.

153Le rapport entre la France et la population de ces petites colonies indiennes semble donc ténu et susceptible de disparaître en même temps que l’autorité française. En outre, lorsque des volontés de rassemblement autour de la culture française se manifestent, elles sont rattrapées par des controverses politiques. Ainsi, à peine l’Association des Amis de la Langue et de la Culture française voit-elle le jour, à l’initiative de Gaebele, Tirouvarassin, Tirouvanziam et Lambert, que l’adhésion d’adversaires politiques, en l’occurence Goubert et Montioupoulle, a pour conséquence une menace de scission.1165

  • 1166 Ibid.

154A l’issue du rapport du secrétariat des Conférences à la section de l’Assistance technique, un plan ambitieux est proposé pour développer l’action française à Pondichéry. S’inscrivant dans le cadre du plan de Colombo, de l’Onu et de l’Unesco, il exprime le souhait de voir le chef-lieu des anciens comptoirs devenir un centre international de coopération, d’accueil d’experts internationaux et de rencontres. L’action culturelle qu’il propose de mettre en place serait centrée sur un Institut français. Le professeur Charles Betteleheim rédige à cet effet une note de cinq pages pour définir l’organisation de l’enseignement scientifique et technique de cet institut. Il met l’accent sur la préparation des étudiants, des professeurs et des ingénieurs désirant étudier en France. Il affiche la préoccupation de répondre à des besoins « réels ».1166 Reposant sur les vues concrètes d’un intellectuel connaissant l’Inde, ce projet ambitieux semble toutefois surestimer les moyens que la France est prête à investir dans son ancien comptoir, ainsi que la situation géographique occupée par Pondichéry.

  • 1167 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 80 1944-1955 – DG des Affaires Politiques, Note, le 07.01.1955.

155Finalement, au début du mois de décembre, la direction générale des Affaires politiques se range derrière les propositions d’Ostrorog concernant la création de l’Institut français, et la conservation des autres structures existantes. Enfin, le 7 janvier 1955, une nouvelle note de la direction générale des Affaires politiques tente de faire le point sur les conclusions des différents services concernés du Ministère des Affaires étrangères, pour développer son action à partir de l’Institut français.1167

156A partir de 1955, l’organisation de l’activité culturelle de la France à Pondichéry incombe à l’ambassadeur. Pour cela, il se fonde donc sur les institutions existantes, c’est-à-dire le collège français et l’école de médecine, ainsi que sur le projet retenu par le Quai d’Orsay, d’après les propositions de Filliozat, d’un institut français comprenant une section d’indologie. Le développement de la branche scientifique et technique de l’Institut semble être à l’initiative des deux parties, se fondant notamment sur les conseils de Betteleheim. Enfin, l’ambassade et le Quai d’Orsay s’accordent pour mettre en place une troisième branche qui serait consacrée à la civilisation française. Le maintien de l’école de médecine semble répondre aux attentes du gouvernement indien. Les décisions s’arrêtent donc sur le maintien du collège français et de l’école de médecine, et sur la création d’un Institut qui comporte trois branches d’activités : études indianistes, études scientifiques et techniques, civilisation et langue françaises.

Vers la création d’un centre de coopération et de francophonie (1955-1962)

157En 1957, presque trois ans après la cession de facto, et un an après la signature à Delhi du traité de cession l’ambassadeur peut tirer un premier bilan de l’action culturelle de la France à Pondichéry

  • 1168 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 1, 17 (...)

« Lorsque les établissements français furent cédés à l’Inde, il fut convenu que la France pourrait conserver et créer à Pondichéry certaines institutions culturelles. Pondichéry deviendrait ainsi, selon l’expression consacrée : "Une fenêtre ouverte sur la France". Mais comme la France n’avait pratiquement rien fait dans ses anciens comptoirs comme pénétration culturelle, cette fenêtre n’ouvrait, en réalité, sur presque rien. Tout était à faire. Beaucoup a déjà été fait en deux ans mais beaucoup reste à faire et cela ne se fera pas sans de grosses dépenses. »1168

158Le 20 mars 1955, avant que son organisation ne soit achevée, l’Institut français est inauguré. Les accords qui officialisent le statut spécial accordé à la France sont signés à Delhi par l’ambassadeur de France et par le Premier ministre indien, le 28 mai 1956. Ils représentent l’aboutissement de négociations menées par Ostrorog. En revanche, ce n’est que le point de départ d’une action culturelle qui reste largement à mettre en place. La transition d’institutions culturelles appartenant au cadre de l’empire colonial français vers des institutions culturelles intégrées à l’Union indienne reste encore à réaliser.

  • 1169 AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – représentant français à Pondichéry, Note sur la future organisation (...)

159Tout d’abord, comme peut le constater le représentant français, qui réside à Pondichéry pendant la période transitoire, le transfert de jure a de nombreuses implications sur le plan administratif : « Pour paradoxal que la chose puisse paraître à priori, le transfert de jure loin de diminuer la tâche des services français, aura pour conséquences de l’alourdir considérablement. »1169

  • 1170 « Les représentants français sont absorbés par les questions administratives, militaires et budgéta (...)

160La transition s’annonce d’autant plus difficile qu’elle n’a pas été préparée, comme l’explique le représentant de l’autorité française à Pondichéry, et ainsi que le confirme un inspecteur des postes diplomatiques.1170 Cette transition va être compliquée par le refus français de ratifier les accords de cession qui va légitimement amener les autorités indiennes à douter des intentions de la France. Les instruments de la ratification ne seront échangés, et les quatre anciens comptoirs encore sous autorité française ne seront légalement intégrés à l’Union indienne, au sein de l’Union Territory of Pondicherry, que le 16 août 1962.

161Faute d’avoir été suffisamment discutée par les responsables gouvernementaux, la question du financement des institutions à maintenir, ou à développer, constitue bientôt un obstacle, voire une source de conflits pour l’école de médecine. Une partie de la résolution de ce problème réside dans le fait de savoir si le maintien et l’entretien de ces institutions est une chance offerte à l’Inde ou à la France.

  • 1171 AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – DRC à représentant à Pondichéry et à AFI, le 17.01.1955.

162Parmi les questions qui touchent au maintien des institutions culturelles françaises à Pondichéry, celle de l’École de médecine occupe la place la plus importante. C’est l’institution à laquelle le gouvernement indien semble le plus attaché. En 1955, on note que parmi les vingt étudiants originaires du territoire de Pondichéry qui séjournent en France, treize sont attachés au domaine médical. Dix étudient à la faculté de médecine de Montpellier, deux autres à la faculté de médecine de Paris, et un à l’Institut Pasteur. Deux autres sont rattachés à des facultés de sciences, et un à Polytechnique. La faculté des Beaux-Arts, celle des Lettres, le collège Louis le Grand, et la congrégation de Saint Joseph de Cluny accueillent également chacun un élève.1171 On peut constater l’importance des domaines scientifique et technique au sein des relations culturelles franco-indiennes. Dans les arts ou les sciences humaines, l’héritage français semble plus fragile.

Le Collège français

  • 1172 AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – Président du Conseil à représentant français à Pondichéry, sous couv (...)

163Créé en 1826, le Collège français - le plus ancien des collèges coloniaux - compte 593 élèves en 1955. Deux professeurs agrégés y enseignent aux côtés de quatre instituteurs du cadre métropolitain, de deux licenciés du cadre général de la France d’Outremer, et de quinze maîtres du cadre local. Ne dispensant ni enseignement scientifique, ni enseignement en anglais, l’institution doit donc développer ces enseignements pour tenter de « créer un véritable centre franco-indien ».1172

  • 1173 Ceci nous ramène à l’ancien système français d’examens du baccalauréat et d’admission dans les univ (...)
  • 1174 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 8, 17 (...)

164En outre, l’absence de propédeutique1173 barre l’accès direct des élèves à l’enseignement supérieur des universités en France. Bien qu’il soit devenu le collège français en 1948, l’établissement d’enseignement primaire et secondaire a conservé la fonction d’un établissement de type colonial offrant une formation pour des emplois, souvent subalternes, du cadre administratif de l’Union française. Cet enseignement est également inadapté au système d’enseignement en Inde. De nombreuses transformation conditionnent donc un possible rayonnement culturel de l’établissement au sein de l’Union indienne : « Nous n’avons intérêt à maintenir ce collège, qui nous coûte cher, que s’il attire des élèves de toute l’Inde ou, tout au moins, de l’État de Madras et cela ne peut se faire que si cet établissement est adapté aux conditions propres de l’Inde. »1174

  • 1175 Ibid.

165A partir de 1955, le but du collège français, n’est plus de former des fonctionnaires pour le cadre colonial. Il n’est pas non plus de former des bacheliers pour les universités et les grandes écoles françaises, mais : « de donner à ses élèves qui sont des citoyens indiens une formation qui leur permette de participer par la suite à la vie de l’Inde moderne. »1175 Le nombre des étudiants destinés à aller poursuivre des études supérieures en France est décrit comme infime.

166Pour que le collège français remplisse son rôle de pôle de diffusion de la culture française dans l’Union indienne, il faut donc qu’il présente un visage attractif à l’intérieur d’un système d’enseignement marqué par un contexte fortement concurrentiel. Ceci suppose un investissement en matière d’équipement et de personnel enseignant. Un autre impératif est l’adaptation des programmes et des méthodes qui doivent, tout en gardant une spécificité française, répondre aux nécessités éducatives et professionnelles de l’Inde. Enfin, les équivalences de diplômes doivent être établies pour le baccalauréat afin que les étudiants puissent ensuite intégrer les écoles, administrations et universités indiennes.

  • 1176 Id., p. 10.

167L’établissement de l’équivalence entre le baccalauréat et le B.A. fait l’objet de négociations qui, en 1957, n’ont toujours pas abouti. Si la question de la différence des programmes paraît alors en voie de résolution, l’année supplémentaire séparant l’examen de Matriculations du B.A., par rapport au nombre d’année entre le BEPC – alors reconnu comme l’équivalent de l’examen de Matriculations – et le baccalauréat, constitue un point de discorde sur lequel le ministre indien de l’Éducation refuse de transiger.1176

168Une des solutions envisageables est de proposer l’équivalence entre B.A. et propédeutique. Ceci suppose alors la présence à Pondichéry d’un personnel enseignant plus qualifié, c’est-à-dire au moins celle d’un professeur agrégé en sciences, celle d’un professeur agrégé de médecine et d’un agrégé de lettres étant assurée grâce à l’école de médecine et à l’Institut. Un nouveau problème surgit alors : en ajoutant un examen après le baccalauréat, le nombre des examens pour les étudiants du collège français serait rapporté à trois, contre deux pour les autres étudiants indiens. Cet obstacle supplémentaire risque d’être rédhibitoire, et de décourager les rares étudiants indiens prêts à suivre l’enseignement du collège français.

  • 1177 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- AE : Note faite à l’occasion du voyage en Extrême-Orient de M. Ma (...)

169A la fin de l’année 1958, l’équivalence des diplômes du collège français avec les diplômes indiens est toujours à l’étude1177. Pour un total d’environ 500 élèves recevant un enseignement primaire et secondaire, une douzaine présente le baccalauréat en 1959, et seulement 4 sont en propédeutique.

  • 1178 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action cultur (...)

170En décembre 1959, Manac’h, directeur du département d’Asie Océanie au Quai d’Orsay, se rend en Inde, à Delhi et à Pondichéry. Le mois suivant, c’est au tour de Roger Seydoux, le directeur de l’Action culturelle et technique. Leurs analyses diffèrent. Pour le premier, le collège doit s’adapter à l’environnement anglo-saxon, mais constitue une structure adaptée qui doit être maintenue.1178 En cela, il rejoint d’ailleurs l’opinion du conseiller culturel et du représentant français à Pondichéry :

  • 1179 Ibid.

« Nous devons donc donner plus d’importance à l’enseignement de l’anglais afin que les élèves de notre collège ne soient pas défavorisés par rapport aux autres sur le plan indien. Il importe d’agir avec insistance dans ce sens auprès de l’Éducation nationale. Si nos méthodes ne sont pas souples, nous risquons de tuer le collège. »1179

171En revanche, Seydoux paraît prêt à en finir avec une expérience coûteuse dont l’évolution ne laisse, selon lui, présager d’aucune perspective, même sur un plan local :

  • 1180 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – DGACT : Note résumant les entretiens de M. Seydoux et les conclu (...)

« L’établissement paraît financièrement très lourd à M. Seydoux. Selon le proviseur, le recrutement des élèves diminue de qualité ; la "bonne bourgeoisie" de Pondichéry fait faire des études anglaises à ses enfants ; ce sont surtout les enfants de basse caste, attirés par la gratuité (l’enseignement secondaire indien est payant), qui fréquentent désormais notre établissement (…). Pour M. Seydoux, ce collège a fait son temps. Il doit être transformé complètement ou disparaître ».1180

172Selon le directeur des Affaires culturelles et techniques, le seul recours envisageable est l’intégration totale du collège français au système éducatif indien. Il deviendrait ainsi un établissement affilié au système universitaire indien. Il y serait toutefois maintenu un enseignement du français pour certaines matières, à l’exemple du collège franco-iranien de Téhéran. Cette solution permettrait d’espérer un recrutement plus large. Si elle échouait, il serait possible d’envisager une fermeture de l’établissement :

  • 1181 Ibid.

« Si même cette solution ne pouvait triompher - comme on peut le craindre, pour diverses raisons – l’administration française serait en bonne position morale, à la fois devant les Pondichériens et devant l’administration indienne, pour fermer un Collège inadapté aux réalités nouvelles ».1181

173Malgré les positions de Seydoux, le collège français est maintenu, avec les mêmes difficultés et sans évolution notable vers une adaptation au système éducatif indien. En 1961, aucun système d’équivalence avec les diplômes indiens n’est encore établi pour les bacheliers de Pondichéry. Les conclusions d’une note des Affaires culturelles et techniques, rédigée au mois d’avril de cette année là, reviennent sur le poids financier du collège et expriment des vues très pessimistes quant à son avenir :

  • 1182 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195- Direction des Affaires culturelles et techniques Note au sujet de (...)

« Les élèves au baccalauréat français (…) sont peu préparés à passer de notre système à un système de tradition anglo-saxonne et le nouvel État indien ne peut leur offrir, en raison de ces mêmes traditions, que des emplois secondaires, voire subalternes. L’enseignement du français à Pondichéry est au propre, dans le système actuel, une survivance sans objet. »1182

  • 1183 Id., p. 7.

174La note revient également sur la nécessité de l’intégrer au système indien et prend comme modèle le système établi au Collège français de Galatasaray d’Istanbul, appliqué par la suite au Collège Hstekal de Kaboul, puis aux collèges égyptiens d’Héliopolis, de Port-Saïd et de Zamalck1183. La note ajoute que le poste budgétaire du collège français de Pondichéry, avec 685 000 nouveau francs de subvention annuelle, est l’un des plus coûteux parmi ceux que la direction générale des Affaires culturelles et techniques entretient à l’étranger.

  • 1184 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 192 - AFI à AE, le 23.08.1962.

175La situation du collège, qui représente également le plus gros chapitre budgétaire de l’action culturelle de la France en Inde, est donc encore précaire et son avenir reste indéterminé. Cet échec laisse également apparaître le manque de coopération générale entre la France et l’Inde au niveau universitaire. Ainsi, à la fin de l’année 1962, le problème des équivalences n’est toujours pas résolu. Cet échec souligne également le manque de concertation sur les modallités d’application des accords, au moment de la signature du traité de cession de jure1184. Cependant, avec la ratification de ce traité par le Parlement français, huit ans après leur signature, la possibilité d’opter pour la nationalité française va donner une justification nouvelle à l’existence du collège français.

L’Institut français de Pondichéry

  • 1185 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 80 - AFI à AE, le 18.03.1955.
  • 1186 Id., le 21.03.1955 (depuis Pondichéry).

176L’Institut français de Pondichéry est inauguré devant 500 personnes, le 20 mars 1955, en présence de Rajagopalachari, représentant de l’État de Madras1185. La réception a lieu tout d’abord dans l’immeuble de l’Institut puis dans le bâtiment du haut-commissaire de l’Inde1186. Cette nouvelle institution doit encore déterminer une grande partie de son mode de fonctionnement, de ses moyens, de ses objectifs, ainsi que sa place parmi les centres de diffusion culturelle de la France en Inde, et par rapport aux institutions indiennes.

  • 1187 Id., le 02.12.1955.

177Au départ l’Institut ne comprend que deux sections : une section d’indologie et une section scientifique1187. Une section de civilisation et de langue françaises doit encore venir le compléter. Mais celle-ci tarde à se mettre en place et à trouver sa justification, et se transforme finalement en Alliance française en 1958.

178En 1955, le contenu de la section scientifique reste à définir, en fonction notamment des moyens humains et financiers que la France est prête à lui consacrer. Elle s’oriente finalement vers la biologie végétale, plus particulièrement la cartographie du manteau végétal de l’Inde du Sud. La section qui trouve le plus rapidement sa vitesse de croisière est celle que dirige le professeur Filliozat, qui a joué un rôle important dans l’établissement de l’Institut. En visite à Pondichéry au cours du mois de juin 1957, Ostrorog écrit :

  • 1188 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 323 - AFI à AE - Visite à Pondichéry, le 21.06.1957, 7 p.

« Les résultats obtenus par le Professeur Filliozat, M. Daniélou et M. Legris montrent ce qui peut s’accomplir lorsque des hommes de qualité sont en place. La voie est ouverte : à nous d’agir en sorte qu’elle se poursuive et s’élargisse sans se perdre dans les sables des disputes de clocher. »1188

- La section d’indianisme : certitudes et interrogations

179Deux ans après son inauguration, c’est la partie de l’Institut consacrée à l’indianisme qui s’avère fonctionner le mieux. L’autorité de son directeur assure la prééminence de cette section sur les trois autres. Sa mise en place est un succès même si, parmi les diplomates français, des doutes s’expriment quant à son rôle au sein de la collaboration franco-indienne. L’Institut français d’Indologie, comme l’indianisme français dans son ensemble, doit faire face aux évolutions géopolitiques d’après guerre. En choisissant comme instrument de son action, en Inde, une institution française faisant référence à l’EFEO, n’existe-t-il pas un risque de perpétuer les ambiguïtés liées au contexte colonial ? Le choix de l’ancien chef-lieu des comptoirs renforce cette interrogation.

180En 1951, l’idée avait été avancée d’implanter l’Institut à Chandernagor, marquant ainsi un retour au projet initial de l’EFEO. Le consul général de France à Calcutta s’opposa alors à ce qu’il considérait comme un projet faisant peu cas de la situation politique dans l’ancien comptoir à ce moment-là :

  • 1189 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 101 – consu cal à AFI, le 03.07.1951.

« Les avis sérieux sont unanimes sur ce point, Chandernagor est bien le dernier endroit où nous devrions, en cédant à d’indianistes et pressantes sollicitations, édifier l’institut culturel dont rêvent certains. Il est d’ailleurs loin d’être prouvé qu’une telle initiative soit même recommandable sur le plan politique. »1189

181Ainsi, un souhait de permanence anime l’indianisme français. Celui-ci procède certainement d’une volonté légitime de revendiquer l’héritage des prestigieux aînés, mais il marque également une façon de se tenir en retrait par rapport aux évolutions politiques et culturelles dans le monde.

182Sur un plan plus pratique, en choisissant un lieu aussi isolé que Pondichéry pour une institution aussi importante, la section d’indianisme limite considérablement ses possibilités de contact avec les indianistes indiens alors que de tels contacts seraient évidemment plus faciles à Calcutta, Pune, Bénarès ou à Delhi, par exemple, les autorités indiennes manifestant d’ailleurs leur volonté de développer un partenariat dans de tels centres. L’absence presque totale de l’Institut français d’Indologie dans la correspondance diplomatique est le signe de son fonctionnement régulier, mais peut aussi être perçue comme le signe d’une participation rare aux échanges franco-indiens.

183La question d’une coopération plus poussée entre scientifiques indiens et français au sein de l’Institut, concernant les deux sections – études indianistes et études scientifiques – est d’ailleurs posée dans une note de la direction générale des Affaires culturelles et techniques, du mois d’avril 1961. Elle formule une proposition pour une gestion et une direction mixtes propre à faciliter une l’interaction entre les spécialistes des deux pays :

  • 1190 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195- Direction des Affaires culturelles et techniques : Note au sujet (...)

« L’accord culturel à intervenir devrait également prévoir une participation indienne aux frais de fonctionnement de l’Institut de Recherches de Pondichéry, lequel comprend, on l’a vu, une section d’indologie et une section de biologie végétale, spécialisée dans les recherches relatives à la flore du sud de l’Inde. Sous réserve d’une acceptation financière, l’on pourrait envisager dans chacune des deux sections de l’institut, d’accueillir des chercheurs indiens qui travaillent côte à côte avec leurs collègues français. De plus l’Institut pourrait se voir doter, selon une formule voisine de celle qui est appliquée à la Maison franco-japonaise de Tokyo ou à l’Institut d’Archéologie orientale du Caire, d’un comité de patronage groupant savants français et indiens qui pourraient ainsi établir et contrôler, en étroite collaboration, le programme des activités de l’Institut ».1190

184La question d’une plus grande collaboration entre les indianistes français et indiens se pose effectivement. Manac’h la relève déjà en 1960 en s’interrogeant sur la pertinence de la localisation de l’Institut :

  • 1191 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action cultur (...)

« Le conseiller culturel estime que l’Institut fonctionne convenablement. M. Filliozat fait chaque année un séjour de trois mois à Pondichéry et quelques jeunes indologues y travaillent. Si nous voulons toucher les milieux indiens, pourquoi notre effort dans le domaine de l’indologie serait-il localisé à Pondichéry ? M. Filliozat est spécialiste de tamoul, et l’on comprend que Pondichéry soit un centre bien situé pour une telle étude. Mais il n’y a pas en Inde que le tamoul. Les recherches d’indologie concernent l’ensemble du territoire indien. À ce titre, Pondichéry n’est qu’une petite ville de province ».1191

- La Section des Sciences

185La section scientifique de l’Institut, prévue à sa création pour s’intéresser aux sciences géographiques, biologiques et agricoles, se spécialise finalement dans les domaines de la botanique et de la cartographie du manteau végétal. Au tournant des années 1950, la direction générale des Affaires culturelles et techniques espère un plus grand partenariat avec le gouvernement et les spécialistes indiens, dans le cadre d’un plan d’ensemble pour l’Institut.

  • 1192 Travaux de la Section scientifique et Technique de l’Institut Français de Pondichéry, Tome I, vol. (...)

186Au cours des premières années, c’est Legris, inspecteur des Eaux et Forêts, qui dirige cette section. Il est assisté par deux professeurs détachés de Bombay pour l’établissement d’une carte de la couverture végétale du sud de l’Inde. Une véritable coopération scientifique s’établit. Son ampleur est à la mesure des crédits que l’on est prêt à lui consacrer, prévient cependant l’ambassadeur en 1957. Cette année-là, l’Imprimerie de la Mission à Pondichéry publie le premier volume de Travaux de la Section scientifique et Technique, de Institut Français de Pondichéry.1192 On y trouve au sommaire : « L’économie des plantations dans l’Inde du Sud », de Jacques Dupuis, précédé d’une « Note sur la carte écologique du Tapis Végétal », de Legris, et suivi de « Note sur une flore anormale de Datura Fastuosa » de V Meher-Monji et de M. V. Dhabolkar, chercheurs indiens titulaires du M.Sc.

  • 1193 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – AFI à AE, le 23.03.1960.

187En 1959, le projet de cartographie reçoit le soutien de la FAO et de l’Unesco, et, en 1960, l’administration indienne donne son accord pour la prise en charge des frais d’impression de la carte de l’ensemble du territoire indien, et la mise à disposition de collaborateurs indiens. Le programme d’impression de la cartographie de l’ensemble du territoire indien s’établit sur deux ans.1193 À l’issue de sa visite en Inde, Manac’h pointe à nouveau le problème de l’éloignement par rapport aux institutions indiennes orientées vers les mêmes domaines que la section scientifique de l’Institut français de Pondichéry :

  • 1194 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action cultur (...)

« Dans ce domaine aussi, une décentralisation est nécessaire. Si l’on veut poursuivre les travaux cartographiques et l’étude des sols, ce n’est pas de Pondichéry que l’on peut rayonner vers les frontières du Pakistan à la Chine. C’est à Dehra Dun que se trouve le grand Institut forestier de l’Inde. En outre, cartographie et botanique ne sont qu’un aspect de la science. Une véritable "section scientifique" doit donner place à d’autres spécialités, sans doute plus importantes dans un pays qui cherche à s’industrialiser ».1194

188L’utilité des travaux de cartographie et de biologie végétale menés à Pondichéry est évidente. Ces travaux procèdent d’une volonté soutenue de la part des autorités indiennes. Mais l’on reste cependant très éloigné des ambitions ayant présidé à la création de la section scientifique de l’Insititut, notamment celles présentées par Betteleheim.

- De la section Civilisation et Langue françaises à la création de l’Alliance française

189Cette dernière section est dirigée par un professeur du collège français. Elle présente à l’origine trois subdivisions. La première se propose d’organiser des cours pratiques de langue française à destination des habitants de Pondichéry, particulièrement aux fonctionnaires et aux nouveaux étudiants de l’école de médecine et aux étudiants auxquels sont attribuées des bourses d’études en France. En 1957, il n’est pas fait état des résultats de cette sous-section, pas plus que dans les rapports postérieurs. Il semble donc qu’elle soit restée à l’état de projet.

190La seconde sous-section est celle des cours d’interprétariat. Elle fonctionne à partir de 1956. 25 personnes suivent alors son eneignement.

  • 1195 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 13, 1 (...)

191Les cours de langue et civilisation françaises représentent les activités de la troisième sous-section. En mars 1957, ils ne sont toujours pas ouverts, faute d’étudiants. « Des étudiants indiens ne viendront, en effet, jamais à Pondichéry pendant deux ans dans le seul but de faire du français »,1195 note l’ambassadeur.

  • 1196 Ibid.

192Le sort du développement des activités d’enseignement du français à Pondichéry est alors suspendu à l’implantation d’un centre universitaire, par le gouvernement indien, susceptible d’attirer dans l’ancien chef-lieu des comptoirs des étudiants indiens. La section de civilisation et langue françaises pourrait alors devenir le French Department de ce centre d’enseignement supérieur indien. L’ambassadeur signale que les activités d’enseignement du français de l’Institut seront appelés à débuter lorsque « autre chose que l’Institut attirera les étudiants à Pondichéry. »1196 En 1957, le projet de création de cette université est toujours en suspens. À nouveau, le manque de concertation préalable entre les autorités françaises et indiennes est mis en évidence. D’accord sur des principes, une fois la question de Pondichéry disparue de l’actualité politique, elles semblent incapables, ou peu intéressées, d’envisager leur traduction concrète.

193Un des autres objectifs assigné à cette section, à savoir l’organisation de stages pour les professeurs de français en Inde, est remis en cause. Au cours d’une réunion, les professeurs de français en Inde manifestent le souhait que les sessions de leur stage de perfectionnement se tiennent dans un lieu différent chaque année.

  • 1197 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AE : Note faite à l’occasion du voyage en Extrême-Orient de M. M (...)

194En 1958, alors que les autorités françaises décident de supprimer cette section, un nouveau comité de l’Alliance française est mis sur pied. Il bénéficie dès cette année d’un équipement audiovisuel pour l’enseignement accéléré1197, qui reste d’ailleurs longtemps inutilisé. Ainsi, en 1960, lors de sa visite, le directeur général des Affaires culturelles et techniques rapporte :

  • 1198 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Note résumant les entretiens de M. Seydoux et les conclusions au (...)

« Alliance française : Les locaux sont très satisfaisants. Le matériel audiovisuel est inutilisé. »1198

195Au cours des années qui suivent la ratification du traité de cession en 1962, l’Alliance est appelée à devenir progressivement, un élément important de la vie culturelle française à Pondichéry en même temps qu’un grand centre de l’association.

L’Ecole de Médecine

196L’Ecole de Médecine est cédée à la charge du gouvernement indien. Dès le départ, de nombreux malentendus apparaissent quant au fonctionnement et au financement. D’un côté, la France semble décidée à se dégager de toute responsabilité financière. De l’autre, le gouvernement indien ne voit pas l’intérêt d’un partenariat coûteux avec la France, à moins que cette dernière ne mette à disposition des spécialistes de grande qualité.

197Dès 1955, la question de l’école de médecine occupe une grande partie de la correspondance relative à Pondichéry. En août 1955, le gouvernement indien demande le remplacement des deux professeurs dont la mission est arrivée à terme, ce qui suscite une discorde sur le mode de financement de la mission de leurs successeurs et remet en cause l’avenir du collège médical. Après plusieurs mois d’incertitudes, le gouvernement indien choisit de maintenir le caractère franco-indien de cette institution, c’est-à-dire un enseignement bilingue dispensé par des professeurs des deux pays. Par ailleurs, des missions de professeurs français sont envisagées par l’ambassade de France à la demande du gouvernement indien.

  • 1199 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 14-15 (...)
  • 1200 Ibid.

198L’Ecole de Médecine ne forme toutefois pas des médecins à proprement parler, mais des officiers de santé. Pour obtenir le grade de médecin, l’achèvement du cycle d’études dans une école de médecine, en Inde ou en France, est nécessaire, ce qui ne va pas sans difficultés. L’école de médecine de Pondichéry n’y étant pas reconnue, les étudiants ne peuvent pas terminer leurs études en France. Un des problèmes à résoudre est à nouveau celui de la propédeutique, et plus particulièrement la propédeutique chimie et biologie ou P. C.B.. L’institution d’une pre-medical year en 1956-1957 vient y remédier. Il reste encore nécessaire qu’une faculté de sciences, en France, reconnaisse cette année comme équivalente du P. C.B., et qu’ensuite une faculté de médecine française reconnaisse les quatre années d’enseignement qui pourraient ainsi être dispensées dans le collège médical de Pondichéry. Enfin, il faudrait alors financer la fin des études pour les meilleurs étudiants.1199 En outre, la reconnaissance du P. C.B. de l’école de médecine de Pondichéry passe par la présence d’un professeur agrégé. L’ambassadeur juge cet effort utile : « Nous aurons donc, en ce qui concerne l’école de médecine, des dépenses nouvelles à faire ; mais elles valent la peine. »1200

  • 1201 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AE : Note faite à l’occasion du voyage en Extrême-Orient de M. M (...)

199A la fin de l’année 1958, la mise au point d’études médicales en français et en anglais, la création d’un P. C.B. pondichérien et l’octroi de bourses aux étudiants indiens ne sont toujours pas mis en œuvre.1201 En 1959, il semble qu’aucune des deux parties ne soient prêtes à engager les dépenses les plus élémentaires. Sénèque, professeur en poste au collège médical considère que les activités du second cycle de médecine, notamment celles de chirurgie, ne peuvent être poursuivies selon les conditions minimales d’hygiène prescrites :

  • 1202 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI à AE, le 10.13.1959.

« Tout est à bâtir, une grande partie des locaux actuellement en usage étant des hangars insalubres, établis à la fin du siècle dernier. La première pierre des nouveaux bâtiments a été posée en 1956. Depuis rien n’a suivi. »1202

  • 1203 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI à AE, télégramme, le 24.01.1959.

200Un des points de discorde réside dans la question de la présence de spécialistes français et du mode de financement de leur mission. En 1956, lors de sa visite à Delhi pour la signature du traité de cession, la ministre indienne de la Santé publique, la princesse Amrit Kaur, formule au ministre français Pineau la demande d’envoi d’un professeur pour l’Ecole de Médecine de Pondichéry. Le professeur Brumpt est envoyé. Après le départ de la princesse Amrit Kaur, descendante du maharaja de Kapurthala liée à la France, l’attitude du Ministère indien de la Santé publique change, et accepte seulement la venue de professeurs agrégés. Le Ministère des Affaires étrangères juge cette condition inacceptable. En 1959, Stanislas Ostrorog signale au Quai d’Orsay qu’il est prêt à mettre fin à une collaboration qui représente une source inépuisable de malentendus : « Les Indiens doivent comprendre que nous ne sommes pas demandeurs. »1203

  • 1204 Ibid.
  • 1205 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Note résumant les entretiens de M. Seydoux et les conclusions au (...)

201Finalement la candidature de Paviot, chef de clinique et candidat à l’agrégation, est acceptée par le Ministère indien de la Santé publique. Mais en 1960, la coopération française au sein du collège médical semble à nouveau compromise : seule leur très grande qualité peut justifier la présence coûteuse de professeurs français dans une institution indienne.1204 Or, les longs séjours de tels spécialistes paraissent difficilement envisageables, le directeur des Affaires culturelles et techniques soutenant que des séjours de trois mois constituent une durée maximale.1205

  • 1206 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, télégramme, le 24.10.1961.

202En 1961, dans un télégramme, l’ambassadeur signale que le recrutement des élèves de l’école de médecine dépasse désormais le plan local, sans que l’on dispose de plus de précisions.1206 L’école de médecine est donc appelée à se maintenir, voire à s’élargir, même si elle n’échappe pas aux interrogations du Quai d’Orsay quant à la pertinence du développement d’une coopération depuis l’ancien chef-lieu des comptoirs français en Inde :

  • 1207 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action cultur (...)
  • 1208 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Mission du professeur Jean Bernard, septembre 1960.

« Dans ce domaine encore il convient d’éviter que la coopération franco-indienne sur le plan médical ne soit sous le seul clocher de Pondichéry »,1207 note la direction d’Asie Océanie.
Le professeur Jean Bernard met en avant l’idée que si un centre de recherche médical se développe à Pondichéry il doit s’attacher à un problème précis qui intéresse l’Inde. En outre, il note dans son rapport : « L’effort principal doit être fait en dehors de Pondichéry, dans les grandes villes de l’Inde ».1208

De la remise en question à la confirmation

203Au tournant des années 1950, l’investisement financier pour le maintien des institutions culturelles françaises à Pondichéry est remis en cause par la Direction des Affaires culturelles et techniques :

  • 1209 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action cultur (...)

« Sans doute devons-nous tenir compte de l’état d’esprit d’une petite partie de la population de notre ancien établissement et, en conséquence, jouer le jeu de la France à Pondichéry, mais nous devons éviter, en prévision d’une passation difficile, d’y mettre l’essentiel de nos moyens et de notre d’argent. De toute façon, la ville de Pondichéry ne sera jamais caisse de résonance ni centre d’irradiation vers le centre de l’Inde. Tout d’abord, elle est trop petite et trop éloignée des centres vitaux de l’Inde. Surtout, elle rappelle de manière désagréable aux Indiens le souvenir de l’ancienne souveraineté française sur une parcelle de leur continent ».1209

204Le choix de la France de développer son effort culturel en Inde, essentiellement dans son ancien comptoir de Pondichéry, suscite des interrogations chez l’ambassadeur. En effet, ce dernier est confronté, sur place, à la difficulté de mise en application des accords pour le maintien des établissements culturels dans l’ancien comptoir :

  • 1210 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 15-16 (...)

« Ceci peut amener à poser la question de savoir s’il vaut vraiment la peine de faire pareilles dépenses à Pondichéry. En effet, si nous pouvions consacrer au détachement de lecteurs et de professeurs dans les Alliances françaises et les universités indiennes, à l’envoi de professeurs et de techniciens en missions temporaires et à l’accroissement du nombre de bourses et de nos moyens de diffusion culturelle en général, les crédits que nous affectons en ce moment à Pondichéry, nous obtiendrions certainement des résultats spectaculaires. Alors que Pondichéry est une petite ville somnolente, mal reliée au reste de l’Inde et qui ne semble pas avoir d’avenir, à moins que le gouvernement de l’Inde ne soit disposé à y investir des sommes considérables, éventualité qui n’est d’ailleurs pas entièrement exclue. Il serait certainement plus intéressant d’avoir un institut ou un collège dans une grande ville de l’Inde. »1210

205L’ambassadeur reconnaît cependant que l’abandon de la présence culturelle française dans les anciens comptoirs est rendu difficile par l’attachement qui les lie sentimentalement à la France.

  • 1211 Ibid.

206Le sort de la présence française est lié à la hauteur des investissements de la France. Comme l’indique Ostrorog, la question est donc de savoir si elle est prête à assumer le maintien à Pondichéry d’une présence culturelle : « Il ne faut pas oublier que nos institutions et nos professeurs n’attireront du monde dans cette petite ville que par la valeur de leur enseignement et de leurs travaux ; il faut donc y mettre le prix, ou alors ne rien faire. La plus mauvaise solution serait certainement la demi-mesure. »1211

207Dans les instructions à l’ambassadeur, en 1961, au chapitre culturel, le poids de l’ancien établissement est à nouveau rappelé. Après plusieurs années de transition infructueuse, le Quai d’Orsay paraît déterminé à s’engager vers une réduction conséquente de son investissement :

  • 1212 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 139 - AE (DGACT) : Instructions à pour M. J.P. Garnier, le 05.04.1961.

« Ce complexe assez lourd, maintenu surtout pour des motifs d’intérêt local, compliqués d’incidence en France, apparaît disproportionné à son rendement réel : la situation géographique de Pondichéry, la médiocrité des effectifs, parfois même de l’enseignement, le manque de débouchés des éléments qui y sont formés ne lui permettent guère de jouer dans l’ensemble de l’Inde un rôle vraiment efficace. Les Indiens eux-mêmes s’étonnent de l’importance que nous y attachons. La Direction Générale des Affaires culturelles et techniques envisage donc de l’élaguer sensiblement. »1212

  • 1213 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - DGACT : Note au sujet de l’action culturelle de la France en Ind (...)

208Pour l’année 1961, la France consacre 59,15 % de son investissement culturel en Inde dans l’ancien comptoir, soit 1.045.000 nouveaux francs pour un total de 1.767.000. Ce budget se répartit ainsi : 10 000 pour les établissements religieux, 40 000 pour l’Alliance française et son laboratoire audiovisuel ; le fonctionnement de l’Institut entraîne un coût qui représente plus de 17,5 % du budget total, 310 000 nouveaux francs répartis entre les deux sections d’indologie et de biologie végétale ; le budget du collège français couvre plus du tiers du budget total de l’action culturelle française en Inde, avec 685 000 nouveaux francs.1213

209On mesure encore mieux l’importance de l’investissement consacré à l’ancien comptoir, quand on sait que l’Alliance française de Madras ne finit que difficilement par obtenir le détachement d’un professeur au début des années 1960, et qu’elle reste tenue à fonctionner essentiellement sur ses propres ressources, alors que dix-sept professeurs sont détachés au collège français à Pondichéry. Il faut rappeler également l’incapacité en matière budgétaire et en personnel dans laquelle se trouvent les Alliances françaises de Calcutta et de Bombay pour répondre aux nombreuses sollicitations qu’elles reçoivent, notamment pour des projets de coopération avec des institutions d’envergure nationale, voire internationale, comme le TIFR ou l’Institut National des Statistiques.

210Le Ministère des Affaires étrangères paraît déterminé à prendre des mesures très conséquentes en direction d’une réduction de l’investissement français à Pondichéry, lorsque, à la fin de l’année 1961, un revirement s’opère en faveur du maintien de l’activité culturelle française dans les anciens comptoirs. L’initiative en revient à Jean-Paul Garnier, le nouvel ambassadeur, à l’issue d’un entretien avec le Premier ministre indien, le 16 octobre. Dans un télégramme, il saisit le Quai d’Orsay d’une demande de révision des positions françaises :

  • 1214 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, télégramme, le 24.10.1961.

« Le Premier ministre indien en personne a demandé personnellement lors de notre entretien du 16 octobre de lui faire parvenir rapidement une note sur les perspectives de notre action culturelle après la ratification du traité de cession des établissements français à l’Union indienne (…). Les considérations dont fait état la note du 25 avril de cette direction gardent évidemment toute leur valeur en elles-mêmes, mais ne seraient pas à leur place dans le texte envisagé. Elles iraient au contraire à l’encontre du but recherché en l’occurrence. Je ne puis que laisser le soin au département de donner à ce schéma sa forme définitive, avec adjonctions et modifications éventuelles, avant de les transmettre d’urgence au Premier ministre (français) qui désire le joindre au projet de loi, portant ratification du traité du 28 mai 1956, qu’il compte déposer incessamment sur le bureau de l’assemblée nationale (…). Il serait sans doute utile de pouvoir faire état à la tribune de notre parlement, lors du débat sur la ratification, des déclarations du pandit Nehru favorable au développement de notre influence culturelle tant à Pondichéry que dans l’ensemble du sous-continent indien. Je rappelle qu’à plusieurs reprises, le Premier ministre (indien) a déclaré - notamment devant moi- qu’il souhaitait que Pondichéry restât "une porte ouverte sur la France et sa culture, nécessaire d’ailleurs à l’Inde, ne fut-ce que pour faire un certain contrepoids à l’emprise anglo-saxonne dans ce domaine" ».1214

211La nouvelle note proposée par l’ambassadeur présente la transition des institutions culturelles de Pondichéry comme étant engagée dans un sens positif qui laisse entrevoir des perspectives à approfondir. Elle réaffirme la possibilité pour Pondichéry de devenir le centre d’enseignement du français en Inde. Cette nouvelle note fonde ses espoirs sur le souffle nouveau qui résulterait de ratification du traité de cession :

  • 1215 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, télégramme, le 24.10.1961 : Proposition de note à tran (...)

« L’expérience de quelques années de régime transitoire à Pondichéry nous permet aujourd’hui d’affirmer que notre action culturelle, loin d’être condamnée à disparaître avec la disparition des anciens comptoirs, se trouve consolidée et dans certains domaines étendue à l’Union indienne entière.
Les négociations poursuivies en 1954 nous ont donné l’assurance que notre collège et que la langue française y occuperaient toujours la place essentielle. Ce résultat acquis, c’est à nous qu’il revient maintenant d’adapter notre établissement aux conditions nouvelles. Il devra notamment être intégré au système scolaire indien par des ajustements de programme et la reconnaissance des diplômes qu’il décerne à la faveur d’un accord culturel dont on peut désormais envisager la signature après une négociation qui suivrait assez rapidement la ratification des accords (…).
Il sera possible de donner à notre action plus de souplesse et d’amplitude. Conscientes déjà que Pondichéry restera une porte ouverte sur la France, les autorités indiennes ont décidé dans le cadre de leur plan quinquennal d’augmenter considérablement leurs dépenses culturelles dans ce territoire et d’ouvrir une université où le Français sera véritablement enseigné. Nous voyons naître la possibilité de nous intéresser directement à la formation des professeurs de français, et de faire apparaître Pondichéry comme un centre naturel de perfectionnement pour tous ceux, en Inde, qui souhaitent mieux connaître notre langue et notre culture. Mais nous sommes assurés que notre action ne sera plus, comme dans le passé, limitée à un rôle local. »1215

212L’investissement de la France à Pondichéry est donc appelé à être maintenu. Les articles du traité de cession relatifs à l’option pour la nationalité française, prolongeant la politique d’intégration poursuivie en Inde française depuis 1870, donneront une utilité et une vigueur nouvelle à la fois au collège français – qui deviendra le lycée français -, et à l’Alliance française de Pondichéry. En outre, après 1962, le collège français se voit à nouveau confier la responsabilité de l’organisation des stages des professeurs indiens.

213Les années 1944 - 1962 représentent une période de transition pour l’action culturelle de la France en Inde au cours de laquelle différentes options se dessinent. Dans le sud de l’Inde, il apparaît que les impératifs politiques de la France déterminent son action culturelle. À Pondichéry, après une transition mal préparée, du moins sur le point de vue de l’enseignement, un changement d’orientation est envisagé entre 1959 et 1961. La France semble prête à fermer cette fragile et coûteuse fenêtre ouverte sur sa culture. Mais, à la faveur de la ratification du traité de cession, une place centrale est finalement maintenue à l’ancien comptoir dans son action culturelle. Ainsi, après presque trois siècles, une expérience originale est tentée pour un avenir commun à construire.

214La mise en place de centres de diffusion de la culture française directement soutenus par le Ministère des Affaires étrangères constitue une part de l’action culturelle. La coopération linguistique, artistique, scientifique et technique, et l’étude de leurs modalités pratiques, en dehors de ces centres de diffusion, c’est-à-dire en coopération directe avec les centres indiens, constituent un autre axe possible de l’action culturelle. Au lendemain de l’Indépendance de l’Inde, il apparaît plus que jamais indispensable de tenter de définir le cadre dans lequel peut s’inscrire cette cooépration avec les institutions indiennes, que ce soit en matière d’enseignement, de formation, de sciences sociales ou de sciences exactes, etc.

Notes

1003 Grand dictionnaire de la langue sanscrite.

1004 « Rapport sur un voyage d’information en Inde d’octobre 1948 à mars 1949, sur l’invitation de l’université de Poona », , p. 185-187, Compte-rendu de l’Académie des Inscriptions des Belles Lettres, Paris, 1949.
« Rapports sur un projet de Thesaurus Linguae Sanscritae », p. 218-221, Actes du XXIe Congrès International des Orientalistes, Paris : Société Asiatique, 1949.
AMAE P – RC 1945-1959 n° 96 - consu Bom, le 07.10.1948 : « Louis Renou à débarqué hier sans ressources. Il part dans quatre jours pour le Gujerat ».

1005 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 - (8- Livres – revues), AC (C. Journot)) à MAE, le 14.04.1951.

1006 AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 - AFI à AE, le 27.03.1950. Council on Higher Learning in the Oriental Humanities.

1007 AMAE P – RC 1945-1959 n° 96 - AE (Bureau des missions) à AFI.

1008 AMAE P – RC 1945-1959 n° 96 - AFI à AE, le 11.01.1952.

1009 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 - AFI à AE (AO), le 01.09.1952.

1010 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 27.11.1948.

1011 Ibid., et rapport du conseiller à l’ambassade, Raoul Bertrand.

1012 Ibid.

1013 Ibid.

1014 MONTAUD A., 1987 : « Le hindi en 1947 : la question de la langue nationale, ses origines et ses conséquences », , p. 133-151 in Les Cahiers du SAHIB n° 5, Rennes : P.U.R.

1015 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 27.11.1948.

1016 Ibid.

1017 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 101 - AFI à AE, le 05.12.1952.

1018 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 194 - AE Note au sujet du programme de bourses attribuées à des techniciens indiens, le 03.03.1960.

1019 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 194 - AE à AFI, le 15.03.1960.

1020 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 194 - AE : Note au sujet du programme de bourses attribuées à des techniciens indiens, le 03.03.1960.

1021 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 140 AFI à AE (Direction du S.I.P. ), le 18.02.1964.

1022 Ibid.

1023 Ibid.

1024 Ibid.

1025 AMAE P – RC 1945-1959 - n° 95 (8), consu cal à AFI, le 31.10.1950

1026 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 - AFI à AE le 25.01.1951.

1027 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle…, p. 79.

1028 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AO à ambassade à Londres, le 27.03.1946.

1029 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – ambassade à Londres à AE, le 09.10.1946.

1030 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AE à consu cal, le 15.10.1946 ; et le 29.10.1946 (Note pour le président).

1031 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AE, le 30.10.1946.

1032 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AE (Télégramme à l’arrivée), le 05.04.1947.

1033 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 1 – AFI à AE, le 18.12.1947.

1034 AMAE P – RC 1944-1959 n° 96 – AFI à AE, le 20.05.1948.

1035 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 239 - Note sur l’état des relations franco-indiennes, le 29.11.1962.

1036 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - consu cal à Affaires Etrangères, le 30.07.1945.

1037 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 (non daté : mi-août 1944)- AE : Note sur la création d’un institut français aux Indes.
La géographie de la péninsule est alors envisagée par la diplomatie française de la manière suivante : Bombay la capitale économique, Delhi la capitale politique et Calcutta la capitale culturelle.

1038 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100, AE, le 13.07.1944.

1039 Ibid.

1040 Voir plus loin au sujet de l’enseignement du français.

1041 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AE, le 13.07.1944.

1042 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - Compte-rendu de la mission effectuée par Pierre Gourou… (09-10.1950), Paris, le 10.11.1950.

1043 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, le 24.02.46.

1044 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC - Note pour la DAO, le 25.02.1946.

1045 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, le 16.03.46.

1046 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, (non daté, entre le 21.03.46 et le 21.05.46).

1047 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DRC à consu cal, le 30.11.1946.

1048 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – Jean Filliozat à Directeur du département d’Asie, le 30.07.1947.

1049 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AE à chargé d’affaires de France à Karachi, le 30.01.1948.

1050 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – DAO : note pour la DGRC, le 03.10.1947.

1051 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 – AFI à AE, le 02.10.1950.

1052 Ibid.

1053 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 2 – AFI à AE, le 09.11.1951.

1054 Id., AFI à AE, le 07.01.1953.

1055 Id., DAO : Note pour la DG du personnel, le 26.01.1953.

1056 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 98 et 112.

1057 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – AE à AFI, le 15.02.1960.

1058 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – AFI, le 17.05.1957 : Note sur l’activité culturelle française en Inde.

1059 Les raisons en sont multiples et notamment la désobéissance dans l’armée indienne.

1060 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 100 - AFI à AE, le 02.10.1950.

1061 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 3 - AFI à AE, le 01.09.1954.

1062 Id., le 11.11.1953.

1063 Id., le 01.09.1954.

1064 Id., le 11.11.1953.

1065 Ibid.
Au mois de mai Stanislas Ostrorog doit rappeler d’urgence, par télégramme, l’imminence de l’échéance. id., le 08.05.1954 (télégramme).

1066 Ibid.

1067 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - le 05.12.1956.

1068 Id., le 17.05.1957.

1069 Id., le 18.11.1957.

1070 Conseiller culturel.

1071 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Note résumant les entretiens de M. Seydoux… 02.1960, p. 6.

1072 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AE à AFI, le 10.05.1960.

1073 Id., le 26.03.1960.

1074 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 – J. SOETZEL : Rapport sur la mission de M. Jean Soetzel, en Inde et au Pakistan.

1075 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 – consu bom à AFI, le 02.06.1954.

1076 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 – consu bom à AE, le 05.09.1958.

1077 Id., le 05.07.1958.

1078 Ibid. Le consul et M. Sanna recommandent Mme Mookherjee.

1079 Id., le 25.04.1958.

1080 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- consu bom à AFI, le 03.09.1959.

1081 Institut de recherche linguistique qui se consacre notamment à la composition d’un dictionnaire encyclopédique de la langue sanscrite auquel les indianistes français contribuent.

1082 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- AE à AFI, le 27.07.1960.

1083 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195- consu bom à AFI, le 13.08.1961.

1084 Il a alors achevé sa thèse de doctorat à l’université de Pune sur le culte de Vithoba et le pèlerinage de Pandhapur.

1085 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 140 - AFI à AE, Rapport de la fin de mission-L’Inde de 1961 à 1965, le 24.05.1965.

1086 En 1964, on compte 550 étudiants recevant un enseignement du français à l’université, dans le cadre d’un enseignement en deux degrés, vraisemblablement celui du Certificate et du Diploma. La French Association est toujours sur pied. On note également un enseignement du français pour les Cadets de l’Académie militaire. La volonté de constituer une Alliance française est manifestée.
AMAE N – consu bom n° 11 - Rapport de la délégation de l’Assemblée nationale, p. 48, le 22.04.1964, 54 p.

1087 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE : Visite de M. Lequiller à Bangalore et Hyderabad, le 16.02.1959.

1088 Ibid.

1089 L’État d’Hyderabad devient l’Andhra Pradesh suite aux mouvements pour la reconnaissance des grandes unités linguistiques. Bien qu’intégré à l’Union indienne et voisin de l’État du Tamil Nadu, il semble encore appartenir en 1953 à la circonscription consulaire de Bombay.

1090 Aux côtés de l’Af de Bombay, de l’université de Bombay, de celle de Pune, l’université d’Hyderabad fait partie des centres soutenus par le consul de France à Bombay par l’envoi de livres (AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (9 : livres- revues).

1091 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AFI à AE, le 16.02.1959.

1092 Ibid.

1093 Ibid.

1094 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 192 – AFI à AE, le 08.03.1962.

1095 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 196- Rapport sur la Mission en Inde (Delhi/Asian history Congress, du 9 au 13 décembre 1961) et au Pakistan (Rajahani/Pakistan de l’Est-Philosophical Congress/ du 2 au 5 janvier 1962) de Charles Pellat, Professeur à la Sorbonne de la Section des Études arabes et islamiques de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris. 21.03.1962.

1096 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, p. 2, le 10.12.1957, 5 p.

1097 ASM-E, AUDIAU F., 1955 : « Œuvres d’éducation dans nos missions de l’Inde », p. 413-422, Bulletin des Missions-Étrangères.

1098 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, p. 1-2., le 10.12.1957, 5 p.

1099 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 2 - « Demande d’ouverture d’un consulat à Chennai » (note de Daniel Lévi), Paris, le 13.02.1948.

1100 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 2 - AFI à AE, le 07.01.1953.

1101 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101 - AFI à AE, le 23.03.1953. et AMAE P – RC 1945-1959 n° 95 (9 : livres- revues), AFI à AE, le 18.09.1953.

1102 DG des RC du MAE.

1103 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action culturelle, p. 1-2, le 10.12.1957.

1104 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101- consu mad à AFI, le 12.11.1954.

1105 Ibid.

1106 Ibid.

1107 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101- consu mad à AE, le 26.11.1954.

1108 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 101- consu mad à AFI, le 25.11.1954.

1109 Id., le 07.12.1954.

1110 Id., le 14.02.1955.

1111 Ibid.

1112 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action en Inde dravidienne, le 27.06.1956. Roger London fait référence citation à l’appui à une dépêche de l’ambassadeur du 5 mars 1954.

1113 Ibid.

1114 A la base de l’essor des Alliances de Calcutta et de Bombay se trouve des professeurs qualifiés tels que Christine Bossennec, Pierre Amado, Jean Batbedat, Sanna etc.

1115 Birla, capitaine d’industrie et mécène d’origine marwarie, installé à Calcutta. AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, Au sujet de notre action en Inde dravidienne, le 27.06.1956.

1116 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – S. OSTROROG, Note sur l’action culturelle de la France en Inde, p. 3, le 17.05.1957, 16 p.

1117 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, le 19.11.1957.

1118 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – S. OSTROROG, Note sur l’action culturelle de la France en Inde, p. 3, le 17.05.1957, 16 p.

1119 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193- consu mad à AFI, le 19.11.1957.

1120 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – S. OSTROROG, Note sur l’action culturelle de la France en Inde, p. 3, le 17.05.1957, 16 p.

1121 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - consu mad à conseiller culturel à Delhi, le 19.11.1957.

1122 Ibid.

1123 Ibid.

1124 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 - AE à AFI, le 16.04.1959.

1125 Id., consu mad à AFI : Au sujet de notre action culturelle, p. 2-3, le 10.12.1957.

1126 Id., le 27.06.56.

1127 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- consu mad à conseiller culturel à Delhi, le 13.01.1960.

1128 Ibid.

1129 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- consu mad à AFI, le 20.12.1960.

1130 Ibid.

1131 Ibid.

1132 AMAE P – AO 1956-1967 - 239 -Note : RC franco-indiennes, le 13.09.1962.

1133 « Il faudrait faire un effort pour toucher la jeunesse. Or les moyens sont absolument insuffisants tant en ce qui concerne les professeurs de l’Af (puisqu’il n’y en a plus qu’un maintenant) que le bâtiment… » Nous disposons d’un chiffre indiquant l’inscription de 145 élèves aux cours pour l’année 1964, le professeur étant Jean Deloche.
AMAE N – consu bom n° 11 - Rapport de la délégation de l’Assemblée nationale, p. 44-45, le 22.04.1964.

1134 Id, p. 42-43.

1135 Sans compter la population des anciens établissements.

1136 AMAE P – AO 1944-1955 - Inde 80 - consu cal à attaché culturel, le 01.12.1945.

1137 AMAE P – AO 1944-1955 – 100 If : Note du ministère de la France d’outre-mer à AE, le 21.08.1947.

1138 BICHAT P. 1997 : « La présence culturelle française à Pondichéry et sa mémoire », p. 24, in La Lettre du C.I.D.I.F., n° 15, novembre 1997, p. 15-96.

1139 Ibid.

1140 MISRA-BESNARD K., Le mouvement nationaliste en Inde

1141 AMAE P - RC 1945-1959 n° 95 DRC à Minsitère de la France d’outre-mer, le 05.08.1953.

1142 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 101 – consu cal à AFI, le 03.07.1951.

1143 Ibid.

1144 Société culturelle indo-française.

1145 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, le 02.09.1961.

1146 Ibid.

1147 WEBER J., Pondichéry et les comptoirs de l’Inde après Dupleix…, p. 390.

1148 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 - Note pour le secrétaire d’État, le 17.07.1954.

1149 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 - Note : Centre pilote franco-indien de Pondichéry, le 03.07.1954.

1150 Ibid.

1151 Ibid.

1152 Id., Note du Professeur Robert Debré.

1153 Ibid.

1154 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 - AE à AFI, le 13.08.1954.

1155 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 – AFI à AE, le 17.08.1954.

1156 Id., le 24.08.1954.

1157 Dans un discours à Londres le 16 décembre, Nehru déclare devant le Parlement que le gouvernement indien avait entrepris de faire de Pondichéry un foyer d’étude de langue et de culture française.
AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81 – ambassade à Londres à AE, le 09.12.1954.

1158 Voir à Annexe : Le Monde.

1159 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81- le représentant français à AFI, le 25.11.1954.

1160 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81- AFI à DRC, le 01.12.1954.

1161 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 81- Secrétariat des Conférences à Assemblée technique, le 20.12.1954.

1162 Ibid.

1163 WEBER J., Pondichéry et les comptoirs de l’Inde après Dupleix

1164 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 80- Représentation française à Pondichéry à AFI, le17.12.1954, et : id., le 25.11.1954.

1165 Id., le 17.12.1954.

1166 Ibid.

1167 AMAE P – AO 1944-1955 – If n° 80 1944-1955 – DG des Affaires Politiques, Note, le 07.01.1955.

1168 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 1, 17.05.1957, 8 p.

1169 AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – représentant français à Pondichéry, Note sur la future organisation du poste à Pondichéry, le 05.03.1955.

1170 « Les représentants français sont absorbés par les questions administratives, militaires et budgétaires héritées du statut de colonie des anciens comptoirs. Les questions de liquidation n’ont pas été envisagées. » On compte encore environ 1 500 militaires de l’armée active administrés par le bureau de Pondichéry, dont 200 en congé à Pondichéry. Les actes de l’ancien bureau militaire des établissements français de l’Inde « dont les origines sont mal connues » comprennent une correspondance quotidienne avec l’Indochine, Madagascar, l’Outremer et la Métropole. AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – Inspection des postes diplomatiques et consulaires, le 17.06.1955.

1171 AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – DRC à représentant à Pondichéry et à AFI, le 17.01.1955.

1172 AMAE P – AO 1956-1967 - If 3 – Président du Conseil à représentant français à Pondichéry, sous couvert de l’AFI, le 11.01.1955 : Instructions.

1173 Ceci nous ramène à l’ancien système français d’examens du baccalauréat et d’admission dans les universités. La propédeutique étant l’équivalent du DEUG aujourd’hui.

1174 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 8, 17.05.1957.

1175 Ibid.

1176 Id., p. 10.

1177 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194- AE : Note faite à l’occasion du voyage en Extrême-Orient de M. Malraux, p. 9, 18.11.1958, 18 p.

1178 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action culturelle en Inde et du centre de Pondichéry, février 1960. Le Collège français compte alors environ 450 élèves.

1179 Ibid.

1180 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – DGACT : Note résumant les entretiens de M. Seydoux et les conclusions auxquelles il est parvenu, p. 8-9, 02.1960, 10 p.

1181 Ibid.

1182 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195- Direction des Affaires culturelles et techniques Note au sujet de l’action culturelle de la France et de son avenir, p. 2, le 25.04.1961.

1183 Id., p. 7.

1184 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 192 - AFI à AE, le 23.08.1962.

1185 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 80 - AFI à AE, le 18.03.1955.

1186 Id., le 21.03.1955 (depuis Pondichéry).

1187 Id., le 02.12.1955.

1188 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 323 - AFI à AE - Visite à Pondichéry, le 21.06.1957, 7 p.

1189 AMAE P – AO 1944-1955 – Inde 101 – consu cal à AFI, le 03.07.1951.

1190 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195- Direction des Affaires culturelles et techniques : Note au sujet de l’action culturelle de la France et de son avenir, p. 4, le 25.04.1961.

1191 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action culturelle en Inde et du centre de Pondichéry, février 1960.

1192 Travaux de la Section scientifique et Technique de l’Institut Français de Pondichéry, Tome I, vol. I, Imprimerie de la Mission, Pondichéry, 50 p.
AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 323 - AFI à AE - Visite à Pondichéry, le 21.06.1957, 7 p.

1193 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 – AFI à AE, le 23.03.1960.

1194 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action culturelle en Inde et du centre de Pondichéry, février 1960.

1195 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 13, 17.05.1957.

1196 Ibid.

1197 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AE : Note faite à l’occasion du voyage en Extrême-Orient de M. Malraux, p. 11, le 18.11.1958.

1198 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Note résumant les entretiens de M. Seydoux et les conclusions auxquelles il est parvenu, p. 8, 02.1960.

1199 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 14-15, 17.05.1957.

1200 Ibid.

1201 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - AE : Note faite à l’occasion du voyage en Extrême-Orient de M. Malraux, p. 9, le 18.11.1958.

1202 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI à AE, le 10.13.1959.

1203 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI à AE, télégramme, le 24.01.1959.

1204 Ibid.

1205 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Note résumant les entretiens de M. Seydoux et les conclusions auxquelles il est parvenu, p. 10, 02.1960, 10 p.

1206 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, télégramme, le 24.10.1961.

1207 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action culturelle en Inde et du centre de Pondichéry, février 1960.

1208 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - Mission du professeur Jean Bernard, septembre 1960.

1209 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 194 - DAO : Note au sujet de l’aspect politique de notre action culturelle en Inde et du centre de Pondichéry, février 1960.

1210 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 193 – AFI : Note sur l’activité culturelle française en Inde, p. 15-16, 17.05.1957.

1211 Ibid.

1212 AMAE P – AO 1956-1967 – Inde 139 - AE (DGACT) : Instructions à pour M. J.P. Garnier, le 05.04.1961.

1213 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - DGACT : Note au sujet de l’action culturelle de la France en Inde et son avenir, le 25.04.1961.

1214 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, télégramme, le 24.10.1961.

1215 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 195 - AFI à AE, télégramme, le 24.10.1961 : Proposition de note à transmettre au Premier ministre indien sur les perspectives de l’action culturelle de la France en Inde en vue d’accords culturels à la suite de la ratification prochaine du traité de cession des anciens comptoirs.

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search