Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Deuxième partie. Politique, diplomatie et action culturelle françaises en Inde

Le decoupage du monde et les relations franco-indiennes

Texte intégral

1Du dernier quart du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale, le monde est divisé par les puissances coloniales en différentes sphères d’interventions. Politique, stratégique et économique à l’origine, ce découpage se traduit également au niveau culturel. Les représentations diffusées dans les médias nationaux focalisent leur attention sur les régions du monde où ces nations soutiennent activement une présence. Ces représentations s’attachent aux ressortissants et à la vie de la communauté qu’ils constituent. Les priorités en matière d’action culturelle, c’est-à-dire de propagande pour reprendre le vocable en usage, suivent celle d’ordre économiques ou militaires. Dès la fin du XIXe siècle, les grand-messes officielles que sont les expositions coloniales et les expositions universelles offrent la représentation des populations dominées, donnent à voir ‟la mise en valeurˮ des colonies, et laissent entrevoir les perspectives d’expansions futures. Le monde est mis en scène, dans une représentation mêlant impérialisme et nationalisme. Si l’art ‟hindouˮ y est encore présent, c’est à travers les représentations des pagodes d’Angkor, dont les reproductions occupent une place grandissante à chaque événement. Un glissement s’opère cependant. De l’Inde, raisonnablement abandonnée, comme s’en convainquent les partisans de l’expansion française, les représentations en France se déplacent vers l’Indo-Chine. Dans cette région les orientalistes français retrouvent les influences de la culture indienne. Et, espère-t-on, elle ouvrira la voie vers l’Empire du Milieu, cet autre Eldorado, libre de la tutelle britannique.

2Avec les médias de masse, la mise en scène du monde rentre un peu plus dans l’intimité des foyers. Construites en fonction d’intérêts conjoncturels, ces représentations tentent de revêtir un caractère d’immuabilité et marquent profondément la perception des régions concernées. À leur tour, elles nourrissent les engagements culturels, intellectuels, et politiques futurs. Ces représentations constituent en elles-mêmes un terrain stratégique que les différentes nations présentes en Inde investissent au fur et à mesure de leur développement : création des agences de presse, apparition du cinéma, des illustrés, puis de la bande dessinée pour la jeunesse, etc. L’usage de la propagande par les grandes puissances va crescendo, pour être définitivement consacré comme un moyen d’action déterminant des relations internationales lors de la Première Guerre mondiale. L’appartition des nouveaux moyens de communication lui donnent une ampleur et une emprise inédites, appelées à encore grandir après le retour de la paix entre les deux guerres, puis à l’Indépendance.

3Dans le contexte colonial, où les moyens de diffusion de l’information et des représentations servent à la fois l’intérêt national et impérial, la propagande agit dans les deux directions. Elle guide l’appréhension d’un regard, qui vise désormais le monde dans sa totalité, comme filtre des objets du discours et de l’imaginaire en provenance des colonies à destination de la métropole, mais aussi pour les objets en provenance de l’extérieur de la colonie à destination de la colonie.

4En Inde, contrôlant une large partie d’une presse riche et vivace, les Britanniques construisent une vision anglo-indienne du monde. La France y est une cible privilégiée, la "gallophobie" faisant partie des traits constitutifs de la conscience nationale britannique. Celle-ci s’exprime avec une virulence et un acharnement particulier dans le contexte colonial indien. Il s’agit, en effet, de s’affirmer aux yeux des administrés du Raj comme une puissance sans rivale. Et lorsque le danger de la reprise de l’expansion française est évoqué, plus qu’une réelle appréhension, il faut y voir une stratégie des Anglais de l’Inde afin d’encourager un plus grand investissement pour la défense de l’Empire.

5Si la France dispose d’atouts et de relais, notamment à travers la présence d’une élite indienne sur le territoire hexagonal, elle reste une cible de choix de la propagande coloniale articulée par les Britanniques, ce qui facilite l’acceptation par les décideurs français leur abandon de toute ambition en Inde. Les intérêts français sont également, et même surtout, victimes du respect par les autorités françaises des prérogatives britanniques mais aussi de sa propre propagande coloniale, qui l’amène à cultiver une image fantasmatique de l’Inde. Cette image fait obstacle à l’établissement de liens pratiques, et d’une stratégie qui intégrerait la démarche des élites indiennes en recherche de relais sur le plan international.

6En revanche, l’Allemagne, l’Italie, les États-Unis puis l’URSS se montrent prompts à offrir une plate-forme aux nationalistes indiens, appelés à prendre les rênes de leur pays dans un proche futur. La France reste engagée dans une logique coloniale affectant profondément la réflexion de ses intellectuels. Et c’est essentiellement l’éclat de quelques personnalités et la qualité de ses études qui permettent à la France de rester attractive pour les Indiens et de jeter des passerelles entre les deux pays.

La Grande-Bretagne

« Je dois certainement dire que l’étude du français est inutile et pourrait être nuisible. »
 - Le gouverneur de Bombay en 1911-

Francophilie privée et francophobie publique

L’association des Amis de la France dans l’Inde britannique

  • 654 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 125 (15.07.1911), p. 348.

« Dans cette réunion éminemment britannique, il ne fut pas prononcé un mot d’anglais. »654

7Dans la petite bourgade de Simla, résidence d’été du gouvernement britannique en Inde perchée sur les contreforts de l’Himalaya, loin des grandes cités du Raj et donc des représentants de l’élite indienne, les activités intellectuelles, culturelles et politiques sont l’apanage des seuls représentants de l’autorité britannique. Au cours de l’année 1911, une association voit le jour. Il s’agit de la création d’un club francophile qui se réunit à la belle saison. Il regroupe essentiellement des membres de l’administration anglaise, leurs proches, ainsi que quelques représentants des délégations étrangères.

Un prestigieux organigramme de personnalités britanniques

8Ce comité est l’œuvre de Mme Butler, femme d’un membre du Conseil exécutif du vice-roi pour l’enseignement. Il s’intitule la Société des Amis de la France dans l’Inde britannique. Butler en est la présidente, le vice-président en est Sir Henry Mac Mahon, directeur des Affaires étrangères et membre du Conseil législatif du vice-roi. La nouvelle association demande son affiliation à l’Alliance française par l’intermédiaire de Charles Barret, alors gérant du consulat général.

9À cette occasion, ce dernier évoque les conditions qui ont présidé à la création de ce comité :

« J’ai l’honneur de faire connaître au Département qu’il vient de se fonder à Simla un comité de l’Alliance française sous le nom de “Société des Amis de la France dans l’Inde Britannique” (...).
Le comité de la nouvelle société, dont la liste est ci-jointe, désireux d’être reconnu par l’Alliance française, m’a prié d’intervenir afin que ses dix membres fussent admis comme adhérents par cette association (…). Tant en raison de l’importance des personnalités qui se sont constituées en comité que de l’intérêt qu’il y avait à ne pas laisser refroidir ce beau feu, j’ai cru pouvoir garantir que l’Alliance française accueillerait avec empressement les nouveaux adhérents et serait heureuse des efforts qu’ils feraient sans plus de délai, en vue de grouper autour d’eux une nombreuse société sous le nom si sympathique qu’ils avaient choisi.
Le nouveau comité, qui dès le premier jour m’a offert la présidence d’honneur de la “Société des Amis de la France“, conformément aux statuts de l’Alliance française, et n’a cessé de me faire participer aux travaux préliminaires de son bureau, vient d’adresser à une cinquantaine de personnes, dont l’adhésion est virtuellement acquise, la circulaire ci-annexée. Avec seize membres déjà associés, on peut donc considérer que la “Société des Amis de la France“compte pour ses débuts plus de soixante adhérents. »

10Face aux réticences soulevées par cette initiative dans les milieux officiels, sa fondatrice, Butler, fait preuve de persévérance.

11L’histoire de cette société résume l’ambiguïté des rapports qu’entretient la société britannique en Inde avec la culture française :

« C’est un résultat très remarquable pour qui connaît l’élément anglo-indien, si exclusif, et même si hostile à tout ce qui est étranger. Le mérite en revient à la présidente et fondatrice Mme Harcourt Butler, femme d’un Membre du Conseil exécutif du Vice-roi pour l’Enseignement, qui sans se laisser décourager par les préventions qu’elle rencontrait jusque dans sa famille même, où son propre beau-frère lui faisait la plus énergique opposition, a réussi à grouper autour d’elle les sympathies nécessaires, avec l’approbation tacite mais efficace de son mari, satisfait d’être simplement membre du comité et, grâce à son influence encore, il n’est pas improbable encore que, par la suite, lorsque la société aura pris corps, le Vice-roi lui accorde son haut patronage. »

Des activités exclusivement mondaines

12La Société des Amis de la France dans l’Inde britannique se présente comme un club mondain anglais qui anime les douces soirées de la résidence d’été du gouvernement, plutôt que comme un comité d’action de l’Alliance française proprement dit. Au cours des réunions, tout ce que la société anglaise en Inde compte de plus brillant se retrouve. La société ne prend aucune initiative concernant l’enseignement de la langue française. On y échange en français des « propos futiles » entre Anglais. Le compte-rendu de la première réunion, le 17 septembre 1911, nous en donne un aperçu :

« Le comité de l’Alliance française récemment fondé à Simla sous le nom de Société des Amis de la France, comptant déjà plus de soixante membres, sa gracieuse présidente a jugé le moment venu de les convier à fêter la fondation de leur association ; et elle a organisé chez elle, le 17 septembre, une après-midi musicale qui fut un très brillant succès. Mme Harcourt Butler pour faire les honneurs de cette réception française, avait, dans une délicate intention, porté son choix sur la plus exquise des robes qu’elle eût en dernier lieu reçu de Paris, et autour de sa bonne grâce souriante se trouvait réuni tout ce que Simla, le plus élégant des séjours de l’Inde, offre de plus élégant et de plus raffiné. Le Conseil Suprême de l’Inde était là, presque au grand complet. Et pour le seul Français de Simla, ce fut mieux qu’une marque flatteuse de sympathie à l’égard de son pays, ce fut vraiment touchant que des hommes, chargés de l’administration d’un Empire de 300 millions d’habitants, eussent consenti à oublier un instant les graves soucis et les hautes responsabilités de leurs charges, pour venir échanger entre Anglais, des propos futiles dans une langue qui, si familière qu’elle leur soit, n’est pas la leur. »

Un refuge à l’abri des Indiens

13C’est un épisode original de l’histoire de la culture française à l’étranger que la création d’une société ouvertement francophile et composée presque exclusivement de membres britanniques dans un pays d’administration ouvertement francophobe. Dans cette station d’altitude, à l’intérieur de ce cercle largement imperméable à la présence indienne, les Britanniques en Inde peuvent laisser libre cours à leur inclination francophile :

  • 655 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 125 (15.07.1911), p. 348. L’article ne signale que des membres britanni (...)

« Au cours de cette réception, où le seul Français était M. Barret, le Gérant du Consulat général de France, et la seule étrangère Mme Reweliotty, la très jeune et très charmante femme du Gérant du Consulat Général de Russie, dans cette réunion éminemment britannique, il ne fut pas prononcé un mot d’anglais. »655

14D’ailleurs, malgré le succès de ces réunions mondaines, un journaliste du Statesman n’en exprime pas moins une certaine perplexité sur les capacités de l’association à développer des liens réels entre la France et l’Inde.

15Un autre journal, l’Advocate of India, s’attache aux répercussions positives que pourraient avoir les activités de l’association sur la situation dans le continent européen. Cependant, malgré la création de ce groupement francophile, qui réunit les plus hauts représentants britanniques, le rapprochement l’amitié franco-anglaise n’est pas à l’ordre du jour en Inde. Au même moment, la position anti-française des représentants du Raj se renforce. Que les Britanniques créent en Inde la Société des Amis de la France n’empêche pas, en effet, les autorités du Raj de soutenir, la même année, une politique discriminatoire vis-à-vis de l’enseignement du français. Cette position hostile est publiquement affichée par le gouverneur lors d’un discours prononcé en 1911 :

« Jusqu’ici le gouverneur n’avait pas fait de déclaration publique à ce sujet mais, à l’inauguration des nouveaux bâtiments de l’école “Sirdar Dastur Nosherwan Girl’s High School“à Poona, il a, dans le passage de son discours relatif à la trop grande multiplicité des sujets étudiés, et dont je fais parvenir, ci-joint, le texte, déclaré : “Je dois certainement dire que l’étude du français est inutile et pourrait être nuisible“ ».

16La contradiction entre l’attitude des Britanniques vis-à-vis de la culture française sur le plan privé et l’action des autorités concernant l’enseignement du français en Inde ne peut être plus évidente.

17Entre la gérance du consulat général par Charles Barret et le retour de ce dernier à ce poste, les deux consuls qui se succèdent, Roussin et Dejean de la Bâtie, montrent peu d’intérêt pour les activités de la Société des Amis de la France dans l’Inde britannique. Le premier se refuse même à y participer. Toutefois, l’association se maintient et poursuit ses réunions estivales. Elle survit même au départ de sa dynamique présidente, partie avec son mari nommé en Birmanie. La présidence se voit alors assurée par Lady O’Dwyer, femme du tristement célèbre lieutenant gouverneur du Punjab. Elle trouve un vice-président de choix en la personne du consul général de Russie, Nabokoff, parfait francophone. Ce dernier devient le meilleur soutien de la société selon Barret qui, depuis le consulat de Bombay, reçoit les échos de la vie sociale de la résidence d’été du gouvernement de l’Inde britannique. Une vie sociale dans laquelle, selon les journaux, la Société des Amis de la France dans l’Inde britannique continue de tenir une place de choix. Pour le chroniqueur de l’Advocate of India :

  • 656 En français dans le texte.
  • 657 L’Advocate of India, « Simla in the season : social life », le 31.08.1915.

« Le principal événement de la semaine concernant la vie sociale a été la représentation théâtrale donnée par des enfants et la réunion de la société des Amis de la France. Le vice-président, le Trésorier Honoraire et le secrétaire, respectivement M. Nabokoff, l’Honorable M. Sharp et M. Cotton, étaient “At home” chez Mme la présidente et les membres de l’association au Chalet vendredi soir où un programme musical avait été organisé. Plusieurs réceptions furent données au Chalet656 avant cette soirée (…). Il est inutile de dire que le programme était entièrement consacré à la chanson française, et aux récitations et pièces de musique composées par des Français. »657

18Le chroniqueur du Times of India présente le programme des réunions de l’association : lectures d’extraits d’ouvrages d’Anatole France pour la dernière soirée, chansons légères ou lyriques, poésies ou encore pièces de théâtre à d’autres occasions. Le chroniqueur rappelle les liens qui unissent la France et la Grande-Bretagne à travers les dramatiques événements en Europe :

  • 658 « Simla in the season » in Times of India, 04.08.1915.

« Lady O’Dwyer a invité chez elle les membres de l’association à une petite “party” délicieuse… inutile de préciser que les invitations avaient été écrites en français (…). Que l’on comprenne la langue ou non, il y a toujours un lien entre nous et la France qui a été signé et scellé dans le sang et qui ne devrait jamais être oublié. »658

19Devenu consul général de France à Calcutta en 1916, Charles Barret se réjouit de trouver bien vivante l’association qu’il avait vu naître. Cette année-là, hormis la fille aînée du vice-roi, on note la présence du maharaja de Kapurthala, seule présence indienne jamais signalée dans cette association. L’association semble toutefois disparaître pendant de la Première Guerre mondiale et il n’en est plus fait mention après 1916.

20Les bulletins de l’Alliance française rapportent fréquemment des comptes-rendus des réunions de la Société des Amis de la France dans l’Inde, présentée comme un comité d’action de l’association pour la propagation de la langue française dont les membres sont sociétaires. Cependant, l’existence de cette association ne marque pas de virage dans l’attitude des autorités britanniques à l’encontre de la culture française, notamment en ce qui concerne l’enseignement du français. Il s’agit d’une société à caractère privé où, à l’exception du maharaja de Kapurthala, on ne compte aucun membre indien. Les représentants britanniques lui accorde un statut social élevé en son sein, dans un cadre strictement privé, inaccessible aux Indiens. Que les contacts entre la population indienne et la culture française se développent, comme c’est le cas dans le dernier quart du XIXe siècle, suite à la progression de l’enseignement du français, et les autorités du Raj prennent des mesures discriminatoires à son encontre. Ces mesures sont justifiées par un discours de dénigrement. L’attitude des autorités du Raj vis-à-vis de la langue française fournit l’illustration de cette dichotomie entre les valeurs affichées à l’intérieur de la sphère publique et celles promues à l’intérieur de la sphère privée.

1902 à 1914 : Le temps des attaques.

21En 1902, le consul transmet au Ministère des Affaires étrangères la décision de la Commission de réforme de l’Éducation dans les universités indiennes concernant l’enseignement du français dans les universités en Inde :

« Quant au français, le rapport, page 65, dit simplement ceci : “le français ne sera plus admis comme langue facultative dans aucun concours excepté pour les femmes" ».

  • 659 Archives de l’Indian Office/ V/26/864/1 Indian University (Raleigh commission), Vol I Report, Simla (...)

22Cette année-là, une commission est formée en Inde britannique. Ses objectifs sont de réfléchir au mode de fonctionnement des universités et de préparer leur éventuelle transformation en institution enseignante.659 Pour les responsables britanniques en Inde, c’est aussi l’occasion de supprimer des programmes les matières dont l’enseignement est jugé pouvoir soutenir l’émancipation des élites indiennes. La commission décide donc de limiter l’accès de l’enseignement du français en l’excluant des programmes des examens pour les étudiants de sexe masculin.

23Dans le rapport original que cite le consul, on peut noter cette précision supplémentaire à la page 20, dans un paragraphe intitulé langues modernes d’Europe :

« À Bombay, le français, et à Madras, le français ou l’allemand, est inclus comme une seconde langue optionnelle dans le programme de B.A.. Dans le premier cas, du fait, comme cela a été dit que, de la facilité que présente cet examen en comparaison aux autres matières, le français est choisi par un grand nombre d’étudiants au détriment des études classiques des Provinces. Ce phénomène est à déplorer, et des mesures devraient être prises pour empêcher les étudiants de négliger l’étude des langues classiques dans le but de s’assurer un examen plus facile. Nous nous opposons à la substitution d’une langue classique par une langue moderne ; mais nous autoriserons les femmes de présenter le français, comme c’est désormais le cas à Calcutta ».

24Une étude des témoignages des différents acteurs de l’enseignement dans les universités en Inde, sur lesquels sont censées se baser les recommandations de la commission, permet de noter que l’enseignement du français n’est évoqué que par trois personnes, toutes trois britanniques et attachées à l’université de Bombay. Il s’agit de Mac Millan, principal de l’Elphinstone College, de W. H. Sharp, professeur de philosophie à l’Elphinstone College et de Giles, directeur de l’Instruction publique de Bombay. Sur ces trois personnalités, seul le second réclame ouvertement une mesure d’exclusion du français :

« J’apporte un entier soutien au témoignage fait par Mac Millan, qui après avoir observé les cas du latin et du français, a été convaincu qu’un changement est absolument nécessaire. Dans l’état actuel des choses, un homme peut obtenir les félicitations du jury sans être capable d’écrire une ligne correctement, parce que le nombre de points assignés à la composition est très faible. Depuis deux ans, le français est devenu un sujet très populaire parmi les étudiants du fait que c’est considéré comme facile. Il est dommage que le français ait atteint une telle prééminence. On ne peut pas l’appeler une langue classique, et il n’est pas souhaitable que les langues classiques indiennes soient découragées en sa faveur. Il est possible d’étendre l’étude d’un sujet facile en le rendant aussi difficile que les autres, mais il ne semble pas que cela ait été fait dans le cas présent. Le français a été introduit dans le cursus universitaire parce que les candidates féminines trouvaient difficile de présenter les langues classiques aux examens. »

25A la lecture des chiffres de Mac Millan, qui sont reproduits dans le même rapport, et sur lesquels Sharp dit fonder son analyse, on peut s’étonner de la version des faits livrée par ce dernier. Concernant le taux de réussite aux examens de seconde langue fournis par Mac Millan, qui note une “extinction” des cours de grec et une grande diminution du nombre d’élèves de latin depuis l’introduction du français, les statistiques sont les suivantes

« Previous examination – anglais : 25 %, sanscrit : 15 %, latin : 26 %, arabe : 12 %, français : 23 %, perse : 20 %, avesta et pahlavi : 10 %.
Intermediate examination – anglais : 25 %, sanscrit : 25 %, latin : 20 %, arabe : 23 %, français : 20 %, perse : 18 %.
B.A. examination – anglais : 25 %, sanscrit : 13 %, latin : 20 %, arabe : 14 %, français : 17 %, perse : 20 %, avesta et pahlavi : 12 %. »

26En outre, le même Mac Millan note un élément qui semble indiquer un niveau de difficulté supérieure des examens de français par rapport aux autres langues, puis qu’une note est assignée à la composition contrairement aux examens des autres langues :

« Dans les sujets au choix, aucune note n’est assignée aux examens pour l’épreuve de rédaction ou de composition concernant l’anglais, le sanscrit, l’avesta et le pahlavi, et seulement 5 % pour le français ».

27Par ailleurs, les sujets d’examen de M.A., de B.A., d’Intermediate Arts Examination, Previous Examination et Matriculation de l’année 1900-1901 permettent de constater un contenu très littéraire, et d’un niveau d’exigence relativement élevé.

28Enfin, on ne note aucun jugement défavorable à l’enseignement du français parmi les responsables indiens de l’enseignement des différentes langues classiques des universités qui, selon la version des faits de Sharp, devraient être concernés au premier chef. Cela n’empêche pas le directeur de l’Instruction publique de Bombay d’écrire :

« C’est devenu une chose sérieuse, cette manière extraordinaire qu’ont les gens de choisir le français et de négliger leur propres langues classiques. La seule raison est que l’examen de français est plus facile que celui de sanscrit. Il y a quelque temps, il était plus facile de passer le perse, et tout le monde prit le perse, maintenant tout le monde se retrouve autour du français. Cela prouve qu’il y a quelque chose de faussé dans le niveau. Il peut y avoir quelque personnes, spécialement des hommes d’affaires, pour qui le français peut être de quelque utlité, mais il est inconcevable que le français soit d’une quelconque utilité à la majorité des hindous et des musulmans. Avant de décider de restreindre le français aux candidats féminins, pour qui il était destiné à l’origine, il serait bien de prendre l’avis de la Chambre de Commerce, parce qu’il est dit que le français devient de plus en plus utilisé pour des questions commerciales. Un remise approximative à un niveau normal mettrait certainement fin à ce développement anormal du français. »

  • 660 SARKAR S., « L’entrée dans le siècle, la première révolte », p. 38-40, op. cit.

29Malgré les alternatives proposées, la décision de l’administration du vice-roi Lord Curzon, qui mène une action offensive contre l’émancipation des élites indiennes sur le plan politique mais aussi économique et culturel, est celle d’une exclusion du français des programmes universitaires pour les candidats de sexe masculin.660 Pour le consul à Bombay, les motivations qui ont présidé à cette mesure sont évidentes. Comme l’histoire et l’économie politique, que la commission mise en place par le vice-roi cherche à supprimer, le français participe au processus d’émancipation dans lequel les Indiens se sont engagés :

« La Commission de réforme de l’Education dans l’Inde, nommée par Lord Curzon sous le coup de l’effroi que lui causent les progrès immenses accomplis par les indigènes dans toutes les branches du savoir humain, et les critiques acerbes dont est criblée son administration, a simplement brisé l’ancien instrument qui avait donné de trop bons résultats, supprimé un grand nombre d’écoles secondaires, et rendu l’accès aux Universités si difficile, qu’une rare élite, formée de fils de natifs tout à fait sûrs, pourra seule y parvenir (…). C’est contre cet ostracisme que proteste le Conseil du Cercle Littéraire. J’ai peur que la protestation ne soit vaine : ce n’est pas de culture dont il s’agit, mais de politique. La pensée française est dangereuse ».

30Les autorités britanniques obtiennent en effet la condamnation de l’accès à l’enseignement du français dans les universités indiennes pour les étudiants de sexe masculin, à l’exception de la Présidence de Bombay où, grâce à la protestation du Cercle littéraire, il restera toléré.

  • 661 COHN B S., 1996 : Colonialism and its form of knowledge, The British in India, p. 56, Delhi : Oxfor (...)

31Le cas du français dans les programmes des universités indiennes illustre la réaction de crainte des autorités britanniques face à une appropriation des élites indiennes des outils d’une enseignement formel mis en place pour subvenir aux besoins de son administration.661

La déclinaison de la gallophobie britannique dans la société du Raj

  • 662 METCALF T R., 1995 : Ideologies of the Raj, p. 3 et p. 25, Cambridge : CUP.
  • 663 Expression empruntée à Albert Salon. Voir notamment SALON A., L’action culturelle de la France dans (...)

32L’expression récurrente d’attaques visant la France participe d’un élément fondamental dans l’élaboration de l’identité de la nation anglaise : la gallophobie. On retrouve à sa source plusieurs motifs. La rivalité de voisinage (concurrence commerciale, crainte de l’invasion) y joue un rôle évidemment important. Elle se nourrit également d’une volonté de se détacher d’une culture dont elle fut tributaire à partir du XIe siècle, et, surtout, de l’opposition entre christianisme et protestantisme, à un moment clé de la construction de l’identité britannique, au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle.662 Ce besoin de s’affirmer face à un rival majeur dans l’expansion coloniale au cours des mêmes siècles, se renforce lorsque la France élabore ce qui deviendra un caractère intrinsèque à sa manière de projeter dans le monde, à savoir un messianisme politique et culturel.663 La Révolution française permet de donner à ce projet un caractère constitutif de la nation. Même si les philosophes des Lumières se sont inspirés des théories d’outre-Manche, la Révolution affirment des principes qui heurtent les fondements de la monarchie parlementaire britannique.

33Aux XIXe et XXe siècles, la compétition entre les deux nations sur la scène africaine et asiatique redonne de la vigueur à cette rivalité. Pour de nombreux représentants du Raj, la position impérialiste du Royaume-Uni représente l’opportunité de donner libre cours à une inspiration gallophobique qui tout en sert les intérêts du parti colonial. Les relations franco-britanniques en Inde échappe en partie à la chronologie continentale de ces relations. Ni l’Entente cordiale de 1904, ni la Première Guerre mondiale n’affectent de manière significative cette tendance.

34Ce sentiment gallophobique n’est évidemment pas sans ambiguïté. L’héritage culturel français reste important et vivace au sein de la haute société britannique, comme nous l’avons vu avec la Société des Amis de la France en Inde britannique. La culture française doit rester cependant l’apanage des élites britanniques et ne pas franchir les parois de ce club, ni échapper au contrôle des autorités du Raj par une diffusion au sein des élites indiennes, comme les dites autorités commencent à le craindre à la fin du XIXe siècle. Les tentatives de suppression de l’enseignement du français pour les étudiants de sexe masculin après 1902 s’inscrivent dans ce cadre-là.

35La gallophobie sert aussi aux représentants du Raj à discréditer les autorités françaises aux yeux des populations colonisées et réaffirmer ainsi sa propre domination. Dans ce cadre, les populations musulmanes de son empire constituent une cible privilégiée. Les autorités britanniques cherchent à susciter une solidarité avec leurs coreligionnaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, notamment lors de la campagne de presse de 1926. Ceci n’empêche pas les mêmes autorités d’alerter les représentants du gouvernement français au sujet d’un danger musulman porté par la lutte des nationalistes indiens, menaçant l’ordre colonial dans le monde, et visant directement les intérêts de la France.

36Aucune évidence ne permet d’étayer ce fait, mais cette stratégie révèle la nécessité pour les autorités britanniques de solidariser les autorités françaises, à partir de 1904-1905, dans le cadre de la montée du mouvement nationaliste. Le « monde musulman » constitue ainsi un des acteurs principaux du Drame oriental que l’Occident est en train de construire et que la révolution bolchevique vient renforcer, après la Première Guerre mondiale. La France adhère à cette version britannique d’une vision orientaliste du monde revisitée à l’aune des rivalités sur la scène internationale, bien que cette construction s’inscrit à l’encontre de ses propres intérêts dans de nombreux cas.

Discréditer la puissance française

  • 664 BÉRARD M. (de), 1880 : « Voyage à Muury, Himalaya du Nord, et, Voyage dans le Nord de l’Inde, excur (...)

37Dans le dernier quart du XIXe siècle, la presse se développe très rapidement en Inde, avec des effets contradictoires. C’est un nouveau moyen mis à la disposition du pouvoir britannique afin d’accroître sa mainmise sur l’Inde, grâce au contrôle des courants d’information à la fois avec l’extérieur et à l’intérieur même de la péninsule. Ce développement concourt également à forger une opinion nationale qui pèse de plus en plus sur la vie politique. L’impact de la presse est perçu par Évremond de Bérard dés le début des années 1880, avant même la création du Congrès.664

38Les autorités britanniques instrumentalisent rapidement la presse, afin d’affirmer leur puissance aux yeux des Indiens, au détriment de leurs rivaux, et particulièrement de la France. L’impact de la presse sur l’opinion publique indienne devient très rapidement un sujet de préoccupation pour les autorités britanniques. D’importants organes de presse sont toutefois aux mains des autorités britanniques qui contrôlent également Reuters, la seule agence de presse en Inde. Par ces truchements, une gallophobie est régulièrement exprimée de manière virulente.

39Au sujet de la vie politique française, la presse anglo-indienne reproduit l’opinion anglaise, comme par exemple dans le Times of India, le 26 novembre 1910 : « Nous savons que la vie politique en France a tendance à être une série prolongée d’accidents. »

40La gallophobie de l’opinion anglo-indienne se traduit également par la volonté récurrente de disqualifier la puissance française dans le monde. Cette attitude trouve certainement une justification supplémentaire lorsque la France reprend son expansion dans le monde, notamment en Asie, et se trouve en position de concurrente potentielle de la Grande-Bretagne. En novembre 1898, le consul général relève les propos suivants dans un journal :

« Si l’Angleterre n’avait pas témoigné d’une complaisance excessive envers la France dans l’Afrique occidentale, l’étendue des possessions françaises serait beaucoup moindre. »

41Lors du contentieux de Fachoda, la presse anglo-indienne se déchaîne. Avec la question du Haut-Nil, le consul note un : « … ton particulièrement violent et agressif qui se manifeste quotidiennement dans les appréciations que formule la presse anglaise aux Indes au sujet de l’occupation de Fashoda par le Commandant Marchand. »

42Et il reprend l’extrait d’un article :

« "En fait l’Egypte est actuellement sous protectorat de la Grande-Bretagne ; elle y restera en dépit des protestations d’une nation jalouse et impuissante. Nous sommes sûrs de la victoire ; il suffit de la vouloir. L’issue d’une guerre n’est pas douteuse. Après avoir perdu l’Alsace et la Lorraine, la France perdra cette fois ses colonies, à commencer par Pondichéry et Chandernagor sur lesquels le gouvernement de l’Inde n’a qu’à étendre la main". »

43Selon lui, les attaques de la presse anglo-indienne constituent un moyen, pour les autorités britanniques, d’affirmer leur suprématie vis-à-vis de la population indienne :

« Ces rodomontades ont surtout pour but d’impressionner les populations de l’Inde aux yeux de qui l’Angleterre a eu jusqu’à présent le talent de s’attribuer une sorte de prépondérance à l’égard des autres puissances européennes. Il n’est pas certain que le public indien se laisse prendre à ces déclamations qui sont sans doute trop bruyantes pour n’être pas présomptueuses et ne pas dissimuler, sous une apparente audace, la crainte de complications où la Grande-Bretagne, avec les responsabilités multiples qui la sollicitent dans le monde, a plus à perdre qu’à gagner. »

44La volonté de s’imposer, en discréditant la présence de tout concurrent potentiel, en l’occurrence la France, apparaît clairement dans d’autres infomations que diffuse la presse de langue anglaise : « Depuis longtemps déjà les Anglais propagent parmi les Birmans la fable ridicule que, s’il ne vient plus de navires français, c’est que les Anglais nous les ont pris tous ».

45En outre, depuis 1857, la société britannique en Inde est marquée par un climat d’insularité entretenu par une crainte de l’agression fréquemment ravivée par la presse et la littérature anglo-indienne.

  • 665 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 19-21.

46L’empire britannique des Indes est au cœur du dispositif colonial anglais, et ses immenses frontières constituent une source inépuisable de craintes, fantasmatiques ou avérées, alimentées par les romanciers, les récits d’explorateurs et de voyageurs.665 Cette obsession de l’empire en danger culmine avec l’invasion du Tibet, en 1904-05, une invasion censée déjouer un complot mené par de supposés agents russes. La France fait également partie des représentations utilisées par la propagange anglaise en Inde soutenue par les lobbies coloniaux britanniques.

Le danger révolutionnaire

  • 666 L’expérience politique française dans ses petites colonies de la péninsule n’eut pas de rôle dans l (...)
  • 667 « Pendant la période 1907-17, le Raj fait face à une menace sérieuse des révolutionnaires indiens, (...)
  • 668 VAIKUNTHAM Y. P., « The French Revolution and the Late 18th Century Colonial South India », , p. 24 (...)

47Dans le contexte politique de l’Inde du début du XXe siècle, l’appropriation par les Indiens de l’histoire des idées et de la culture françaises représente un outil intellectuel menaçant pour le Raj.666 Le mouvement violent qui éclate au Bengale contre la première tentative de partition de cette province par les autorités britanniques fait peser une menace sur le Raj. pendant tout le début du siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, des actions violentes sont menées contre des représentants britanniques sur la péninsule, mais aussi en Grande-Bretagne et en France.667 Dès la fin du XVIIIe siècle, certains souverains indiens du sud de la péninsule, tel Tippu Sultan, donnent une interprétation nationaliste et anti-britannique des idéaux de la Révolution française.668 À court terme, l’impact de cette interprétation des valeurs révolutionnaires semble avoir été limité et marginal, mais il faudrait une étude de grande ampleur pour mesurer l’influence de l’histoire et la pensée françaises dans le combat et la littérature nationalistes en Inde.

  • 669 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 233.

48En 1922, à l’occasion d’une visite à Mysore, Désirée Lévi rapporte un témoignage qui insiste sur cette « tradition » d’amitié politique teintée de sentiments anti-britanniques : « Oui, soupire notre guide, Mysore a été autrefois un grand empire, ami des Français ; je vous montrerai dans un livre des lettres de Napoléon à Tippu Sahib, et oh ! M. Clémenceau." Notre Tigre national a fait partout ici la plus forte, la meilleure impression ; on cite des mots, ses faits et gestes ; à une autre époque il aurait pu devenir légendaire. »669

  • 670 MARKOVITS C., « L’état colonial et la société indienne », in MARKOVITS C. (dir), Histoire de l’Inde (...)

49Cette tradition politique reste évidemment basée plus sur des affinités idéologiques que sur des développements factuels. Toutefois, il paraît très probable que le processus d’identification à la France, sa longue histoire conflictuelle avec la Grande-Bretagne et ses idéaux révolutionnaires aient couru tout au long du XIXe siècle pour culminer à partir de 1904-1905. C’est ce qui explique par exemple la popularité de la figure de Jeanne d’Arc dans les revues de langues indienne. La contestation des “badhraloks” du Bengale – l’élite cultivée – se fonde sur les idées venues de l’Occident.670 Après les déceptions provoquées par les espoirs placés dans le libéralisme britannique, la philosophie et pensée politique françaises séduisent de plus en plus une partie de l’élite indienne.

50Aussi, dans le contexte du mouvement pour le swaraj, les références directes à l’idéologie révolutionnaire françaises deviennent fréquentes. Ainsi, en 1909, le nationaliste Aurobindo Ghose lance, dans Bengali, un journal nationaliste, un appel à la révolte qui reprend la devise française :

  • 671 Un journal français Les Nouvelles publie un article intitulé « Révolte de l’Asie ». Cet article rep (...)

« Il y a trois mots qui ont le pouvoir de jeter bas les gouvernements : liberté, égalité, fraternité. Le fiat divin a été prononcé qui appelle l’Inde à la vie : Unissez-vous ! Soyez libres ! Soyez grands ! »671

51Le milieu des années 1900 est marqué, en France, par la parution d’articles critiques vis-à-vis de l’administration britannique dans Le Temps, relais de la pensée officielle des élites de la Troisième République. Ce regain d’intérêt de la presse française pour les questions indiennes trouve un écho retentissant en Inde. Le consul général peut en effet apprécier l’enthousiasme que suscite en Inde cette expression d’un point de vue critique sur les affaires indiennes :

« Au mois d’août dernier un article du Temps sur le partage du Bengale, faisait sensation dans l’Inde et je le signalais, deux fois de suite, au Département. Cette fois l’objectivité du point de vue, la sympathique clairvoyance de l’inspiration étaient dignes du journal admirablement informé (…). Ici ce fut, dans les grands organes du parti conservateur le plus en communion d’idées, sur tant de points, avec les publicistes du Temps un étonnement mêlé de dépit. (…). Et cela se traduisait aussitôt par une poussée de relations commerciales dont je recueillais les symptômes au Consulat général. De la bonne politique, celle-là ! Le sentiment ne nuit pas toujours aux affaires. Or l’effet produit par un nouvel article du Temps paru le 31 décembre dernier, n’est pas moins profond ; mais il montre de la manière la plus heureuse que les circonstances, avec elles les appréciations, ne sont déjà plus les mêmes, qu’elles ont changé en mieux. La cause indienne a fait depuis d’immenses pas. Nous sommes témoins, depuis quelques semaines, de conversions extraordinaires. »

  • 672 Ainsi en 1911, par exemple, le MAE saisit le Ministère colonies au sujet d’une requête émanant de l (...)

52Ce positionnement critique vis-à-vis de son voisin d’outre-Manche ne durera pas. L’opposition indienne à l’administration britannique continue néanmoins de se développer, notamment sur le sol français. Chandernagor devient une plaque tournante de l’action violente du nationalisme bengali. À partir de 1909, l’affaire Charu Chandra Roy, sous-directeur du Collège Dupleix à Chandernagor, constitue la plus grande partie du début de la correspondance politique de la diplomatie française. Soupçonné d’être impliqué directement dans des actions nationalistes de nature violente, celui-ci obtient son acquittement en janvier 1909. Le Statesman accuse la France de soutenir le nationaliste bengali. Charu Chandra Roy est également remarqué pour la traduction d’articles français dans les journaux indiens. Si le Bengale et Chandernagor sont les foyers principaux du mouvement terroriste, celui-ci touche également les comptoirs français des autres régions de l’Inde.672

53Du reste, le mouvement nationaliste indien s’étend à l’Europe et aux) l’Amérique du Nord. Paris et New York sont soupçonnées par les autorités britanniques de devenir des bases de l’action anti-anglaise. La France métropolitaine devient pendant quelques années le refuge des principaux activistes du mouvement nationaliste indien. Parmi eux, on retrouve Madame Cama, secrétaire du grand leader politique Dadabhai Naoroji, les « généraux » Bapat and Hemachandra Das, l’éditeur de l’Indian Sociologist, Shyamji Krishnavarma, Sardar Singh Rana, ou encore le nationaliste hindou Vinayek Damodhar Savarkar.

  • 673 La première version de ce drapeau était composée de bandes horizontales jaunes et vertes. Le drapea (...)

54Cette communauté côtoie les révolutionnaires de différentes origines présents à Paris, et bénéficient du soutien d’une communauté indienne riche et organisée. En 1907, Madame Cama et un groupe de révolutionnaires indiens présentent dans la capitale française la seconde version du drapeau national indien, après celle montrée en 1906 à Calcutta.673

55Rapidement les autorités britanniques vont commencer des tractations et "l’affaire Savarkar" va sceller la coopération policière mettant fin aux activités dites "révolutionnaires" des nationalistes indiens sur le sol français. Le foyer de la contestation va se déplacer vers la Suisse et l’Allemagne d’un côté, et se poursuivre en Amérique du Nord, à New York mais aussi à Vancouver. Cela ne diminuera pas pour autant la virulence des attaques de la presse britannique en Inde contre la France.

Du principe de souveraineté à la solidarité

  • 674 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 59.

56Le mouvement nationaliste indien est tout à la fois politique, matériel et culturel. La plus grande rapidité des communications, des échanges d’idées et d’hommes à l’intérieur de l’Inde, et entre depuis la péninsule sont des éléments déterminants de son développement. Les étudiants sont parmi les principaux activistes de la radicalisation du mouvement. Ce dernier se transporte avec ses animateurs au sein de la communauté indienne, en Angleterre puis en France. Richard James Popplewell écrit : « Un événement inattendu de l’année 1907 fut l’apparition de partis révolutionnaires indiens à Londres, Paris et Vancouver. »674

  • 675 A MAE-P - CPC – relations avec la France -32-Bombay le 12.03.1908.

57En 1907, les actions violentes culminent en Inde. Les services secrets britanniques prennent alors conscience que des relais, voire des bases, pour l’organisation d’actions violentes fonctionnent à l’extérieur de l’Empire. Une des raisons du développement de ces organisations en dehors de l’Empire est de la plus grande impunité dont bénéficient leurs animateurs. En Angleterre même, la police et les services secrets de la métropole ne sont en effet pas préparés à l’espionnage de la communauté indienne. Lorsque la police de la métropole développe sa coopération avec les services secrets du Raj, le refuge de nombreux nationalistes indiens devient alors la France, proche de la Grande-Bretagne, mais également des Indes, puisque Marseille est le point de rupture le plus usité par les fonctionnaires du Raj venant d’Inde. Le train Calais-Marseille express est d’ailleurs surnommé le Bombay Express.675

  • 676 POPPLEWELL R. J, Intelligence and Imperial Defence, p. 125.

58Un des précurseurs et des animateurs principaux du mouvement nationaliste indien, en Angleterre puis en France, est Shyamji Krishnavarma, riche marchand de l’ouest de l’Inde présenté par les services secrets britanniques comme disciple de Tilak. En 1897, suite à l’emprisonnement de ce dernier, Krishnavarma part en Angleterre. En 1905, il commence à faire paraître la revue The Indian sociologist. La même année, il crée la l’association Indian Home Rule Society, et la Maison indienne, un hôtel pour étudiants qualifié par les services secrets britanniques d’hôtel pour étudiants nationalistes.676

  • 677 Id., p. 126.

59En septembre 1907, alors que les autorités britanniques commencent à mener des investigations sur la communauté indienne, Krishnavarma s’installe en France.677 La communauté indienne en France est alors peu importante, environ deux cent cinquante personnes, mais compte parmi elles de nombreux riches courtiers et des étudiants.

  • 678 Director of Criminal Intelligence. Agence centrale des services secrets du Raj, chargée, en 1903, p (...)
  • 679 Id., p. 135.

60La DCI, Director of Criminal Intelligence,678 commence à percevoir le danger potentiel représenté par la communauté indienne en France. En 1907, les révolutionnaires essayent de faire dérailler le train du Lieutenant-Général Sir Andrew Fraser. Les autorités françaises avertissent alors qu’un anarchiste russe du nom de Nicholas Stranski enseignait à quelques étudiants bengalis à Paris comment fabriquer des bombes.679 Un réseau de préparation d’actions violentes s’établit entre l’Inde et la France, via Chandernagor. L’incident n’entraîne pas de coopération entre les autorités françaises et les autorités britanniques. Les services secrets britanniques veulent voir dans la revue The Indian Sociologist et dans quelques journaux français la raison du développement de ces activités.

  • 680 Id. Le Président du Conseil, Ministre de l’Intérieur, à MAE, le 08.02.1909.
  • 681 Ibid. Puis suit ce descriptif des trois personnes présentées comme principaux soutiens des Indiens (...)

61En 1908, l’ambassade d’Angleterre à Paris intervient directement auprès du gouvernement français au sujet de la surveillance de la communauté indienne, pour une affaire mettant en cause une maison parisienne qui aurait fourni des explosifs à une maison de Chandernagor.680 Les autorités anglaises soupçonnent « quelques hindous habitant Paris, et qui étaient représentés comme des révolutionnaires militants ». Les soupçons semblent infondés, mais l’attention est désormais régulièrement portée sur la communauté indienne habitant en France. Ainsi dans un second rapport de police, on signale rue Richer des réunions « auxquelles assistaient quelquefois 15 ou 18 hindous » et que « les discussions paraissaient parfois très animées. »681

62Un rapport sur les hindous en France stipule par ailleurs que :

« le domicile de John Varma, (Indien) était un véritable refuge d’hindous et qui en avait hébergé une dizaine en 1906 et 1907, (…) des individus qui se trouvaient dans une situation assez précaire et la dame Levallard croit qu’ils recevaient des secours de divers compatriotes, notamment Krishnavarma, Tata et Rana ».

  • 682 Id., p. 78-80.
  • 683 Id., p. 104-110.
  • 684 Id., p. 111-112 — Ministre de l’Intérieur à MAE. L’ambassade d’Angleterre à Paris demande, par exem (...)
  • 685 Id., p. 148-152 : Lors du passage de Lord Minto en France, voyage de Marseille à Calais, entre le 1 (...)
  • 686 Id., p. 113-116 — MAE — Paris, le 12.01.1910. Les armes ayant servi à l’assassinat de M. Jackson à (...)
  • 687 Id., p. 117-120 – Minsitère de l’Intérieur à MAE.M. Rana, aurait été reconnu par les services angla (...)

63Dès lors l’ambassade d’Angleterre en France signale au Ministère de l’Intérieur "le passage possible d’un anarchiste hindou",682 demande la surveillance d’un "anarchiste hindou" aperçu à Tanger soupçonné de venir à Paris,683 des rapports sur les activités d’autres résidants,684 d’assurer une protection particulière au vice-roi lors de son retour d’Inde via la France,685 ou bien, enfin, saisit les autorités françaises au sujet d’une enquête sur des possibles réseaux d’ "anarchistes" soupçonnés de fournir des armes aux nationalistes en Inde.686 Cette dernière affaire suscitera plusieurs rapports et enquêtes.687

  • 688 A MAE-P - CPC – relations avec la France n° 35 : « The Indian agitation. Headquarters in Paris. A d (...)

64L’année 1909 voit l’assassinat, en Angleterre, de Sir William Curzon Wyllie, aide-de-camp du Secrétaire d’Etat des affaires indiennes, le premier attentat sur le sol britannique depuis les années 1880. L’idée que le foyer principal de l’action terroriste du nationalisme indien se trouve à Paris est diffusée dans la presse anglaise. Le Morning Post titre son édition du 1er janvier 1909 : "L’agitation indienne. Quartier général à Paris. Une dangereux complot".688 L’ambassadeur de France à Londres adresse une note au Quai d’Orsay à ce sujet :

  • 689 Id., Londres, le 14 janvier 1909.

« Le Morning Post a publié dans son numéro du 22 décembre, une dépêche de son correspondant de Paris d’après laquelle l’agitation anarchiste aux Indes qui préoccupe vivement le Gouvernement britannique comme le sait V.E. aurait sa direction centrale à Paris. »689

  • 690 Ibid.

65Un lecteur du journal accuse nommément un Indien installé en France et habitant Passy : Krishnavadarma,690 éditeur de l’Indian sociologist. Accusé, ce dernier réagit :

  • 691 Ibid.
  • 692 Ibid.

« Il s’est défendu par une lettre dressée au Morning Post. Il y nie l’existence du prétendu complot mais exprime, en même temps, avec une assez grande vivacité, les sentiments anti-anglais des nationalistes hindous. Il est à noter que M. Krishnavarma, malgré son hostilité contre la domination britannique, déclare que ce serait un acte de folie de ses compatriotes de commettre un attentat à Paris ; les moyens violents ne doivent, d’après lui, être employés même aux Indes qu’à la dernière extrémité. »691
Sur quoi l’ambassadeur de France à Paris conclut « il n’y a peut-être aucun fondement à ces bruits. »692

  • 693 Secrétaire d’Etat aux affaires indiennes de 190 à 1910.
  • 694 POPPLEWELL R. J, Intelligence and Imperial Defence, p. 136.

66L’ambassade d’Angleterre à Paris saisit régulièrement le gouvernement français pour la surveillance, voire l’arrestation, d’Indiens installés en France. Les autorités britanniques développent leurs moyens d’investigation en Angleterre mais buttent en France sur le droit d’asile, un des fondements de la souveraineté des Etats en Europe, comme ne manque pas de le rappeler Lord Morley,693 quand il signale qu’à la demande d’extradition de Krishnavarma les autorités britanniques se verront certainement rappeler : « Le refuge et le soutien de John Bull aux Polonais, aux Hongrois, à l’Italien Carbonari et aux tas d’autres réfugiés politique des quatre-vingt ou cent dernières années. »694

67Aucun gouvernement français n’est prêt alors à accepter la rupture du droit d’asile, et les autorités françaises répliquent aux requêtes britanniques en leur demandant de les adresser par les voies officielles.

  • 695 Id., p. 126, et p. 130-131.
  • 696 Id., p. 133-134.

68Au cours des années 1909-1910, l’affaire Savarkar, du nom d’un étudiant nationaliste, va défrayer la chronique et marquer un tournant dans les relations franco-britanniques. Étudiant en droit originaire de Poona, Vinayek Damodhar Savarkar fréquente la maison de l’Inde créée par Krishnavarma. Il passe pour un des principaux investigateurs de l’"action terroriste" parmi les étudiants indiens en Angleterre. En juin 1909, son frère Ganesh est condamné à la déportation. Quelques jours plus tard, Sir William Curzon Wyllie, qui avait participé au blocage de l’appel à la cour de son frère, est assassiné. Dés le mois de juin, la question de son extradition est étudiée par les autorités britanniques. En novembre 1909, Savarkar crée la Free India Society et appelle au soulèvement immédiat de l’Inde.695 Le 21 décembre 1909, à Bombay, le juge Jackson ayant condamné Ganesh Savarkar, frère de Vinayak, est assassiné.696

  • 697 Id., p. 138-139, et n° 75 p. 145.
  • 698 A MAE-P - CPC - Relations avec la France, Marseille, le 16.08.1910. L’étude de Popplewell fait l’im (...)

69En janvier 1910, alors que les preuves de son implication dans le meurtre ont été réunies, il part se réfugier en France. Mais peu de temps après, il retourne imprudemment en Angleterre et se fait arrêter.697 Alors qu’il est transporté de Londres à Bombay dans un navire de la Compagnie péninsulaire, il parvient à échapper aux autorités britanniques sur les quais de Marseille. La gendarmerie maritime française l’appréhende.698

70Les journaux anglais protestent alors vivement contre la détention en France de ce prisonnier britannique, et dénoncent une obstruction à leur justice. En dehors même du principe du droit d’asile évoqué plus haut et alors en force dans les nations européennes, la loi française stipule qu’une procédure judiciaire est nécessaire pour décider du sort du prisonnier, supposant un certain délai avant une éventuelle remise aux autorités britanniques.

  • 699 Id., p. 137, Londres le 6 octobre.
  • 700 Id., p. 139-143

71La presse anglaise se déchaîne, s’en prenant de manière véhémente à la France, évoquent un incident diplomatique et menacent "des suites à la Chambre". L’évasion du jeune nationaliste indien devient en Angleterre "l’affaire Savarkar", comme le signale l’ambassadeur de France à Londres.699 La pression anglaise a rapidement raison du principe de droit d’asile en France puisque Savarkar est remis aux autorités britanniques sans délai et, comme l’indique le Madras Time du 20 septembre, sans chercher « à mettre à l’épreuve la question de ses droits ».700 Dans cet article intitulé "La France et le mouvement anti-anglais", le journal qui se loue de l’attitude conciliante du gouvernement français, résume l’attitude de la France au cours des derniers mois :

  • 701 Ibid.

« De tout temps immémorial la France a, soit volontairement soit contre son gré, donné asile aux conspirateurs contre le Gouvernement anglais. (…) Depuis quelques années, le parti anarchiste Indien à la tête duquel se trouvait le fameux Shyamaji Krishnavarma, se sont réfugiés à Paris. (…) L’Entente cordiale a été une véritable ‘Entente Cordiale’ et le Gouvernement français soutenu par la majorité de ses sujets, n’a pas voulu tolérer dans son territoire une croisade anti-anglaise. Le premier acte d’amitié du Gouvernement français envers la Grande-Bretagne a été le consentement tacite du premier après l’arrestation de Vinayak Savarkar sur le territoire français (…) Question sur laquelle, le gouvernement français pour ne pas retarder l’action britannique ‘n’a pas cherché à mettre à l’épreuve la question de ses droits’. (…)
Le second exemple du désir du gouvernement français de ne pas entraver la Grande-Bretagne dans la difficile tâche d’étouffer l’anarchie dans ses territoires, est la récente prohibition de la réunion du Congrès National Égyptien à Paris. (…) Nous avons maintes fois dans ces colonnes, appelé l’attention sur l’intime analogie entre les nationalismes indiens et égyptiens, et la nature analogue des dangers qu’offrent les deux mouvements. Pendant que les nationalistes approuvaient l’assassinat de Boutros Pasha, l’on proclamait comme un héros l’assassin Dingra dans les rues du Caire. Longtemps avant la découverte des clubs anarchistes à Calcutta, les Chefs politiques indiens citaient le chef égyptien Mustapha Pasha comme un exemple que les patriotes indiens devaient suivre. En prohibant le Congrès Nationaliste Égyptien à Paris, il faut espérer que ces derniers profiteront de la leçon et s’en iront sur d’autres rivages où ils rencontreront moins de liberté dans l’alliance impie entre le Panislamisme et le réveil religieux hindou.
Maintenant que la France a fait valoir qu’elle désapprouve les croisades anti-anglaises dans son pays, on pourrait adopter des mesures qui, tout en tolérant la présence des réfugiés dans le territoire français, ne leur permettraient pas d’y poursuivre leurs occupations "scélérates". »701

  • 702 POPPLEWELL R. J, Intelligence and Imperial Defence, p. 135.

72L’objet de cet article, autant que de se féliciter de la coopération des autorités françaises, est de décourager les nationalistes indiens d’aller trouver refuge en France, pour y poursuivre des activités contre le gouvernement anglais. Il nous renseigne également sur l’attitude de la France, notamment son évolution au cours de l’année 1910. Dans cette seconde moitié de l’année 1910, la France adopte une attitude coopérative avec le gouvernement anglais à l’égard des nationalistes indiens. La crainte d’une dérive des mouvements nationalistes indiens et égyptiens vers une alliance des pays colonisés contres les puissances coloniales, sur laquelle la presse anglaise attire l’attention de la France, contribue certainement à cette évolution. La question de la remise en cause du fait colonial est en effet alors posée aux puissances coloniales par l’Égypte et par l’Inde, qui pose la question de son régime politique sur la scène internationale et bénéficie du relais de sa diaspora à travers le monde. À partir de 1910, le changement d’attitude de la France correspond aux débuts de la coopération française avec la CDI qui, dès 1909, se charge de la surveillance de la communauté indienne en Angleterre, et en améliore l’efficacité.702

73En janvier 1910, le Superintendant de la police de Bombay, John Arnold Wallinger est nommé officier itinérant du réseau de service secret chargé de surveiller les activités des nationalistes indiens en Europe. C’est en France que le porte en premier lieu sa mission. Les résultats arrivent rapidement. À la fin de l’année, il a réussit à mettre en place un réseau d’informateurs. Wallinger réussit par son action personnelle et directe auprès des autorités françaises à dépasser les problèmes de procédures officielles d’extradition.

  • 703 Id., p. 137-140

74Alors que la police française est décrite en février comme n’apportant que « peu d’assistance dans la surveillance des suspects indiens à Paris », deux mois plus tard, elle apporte désormais « une assistance importante ».703 Il faut noter que suite à "l’affaire Savarkar", on ne trouve plus de traces dans les dépêches diplomatiques de questions liées à des activités politiques de nationalistes indiens sur le territoire métropolitain français.

  • 704 A MAE-P - CPC - Relations avec la France, 41-46.
    Cependant selon Wallinger Mme Cama, bien que sur l (...)

75Les autorités britanniques interviennent directement en France pour la surveillance de ses citoyens d’origine indienne puisque dans un document "non officiel", du 3 septembre 1913, de deux pages, l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris saisit les autorités françaises de la question des activités de Mme Cama, Dame parsie de Bombay résidant à Paris. La lettre dit : « Elle est bien connue pour être au centre du mouvement anarchique indien. Elle réclame la "paternité" du journal Bandé Mataram, journal violemment ani-anglais incitant à l’assassinat, et interdit en Inde ».704

76Les autorités britanniques dénoncent sa présence lors d’un Congrès international de la Femme tenu à la Sorbonne en juin. « Elle est dite avoir été vue lors d’une réception à l’Élysée par le Président de la République, et a une autre donnée par le Ministère des Affaires étrangères. Elle a été photographiée avec d’autres personnes sur les marches du Ministère des Affaires Etrangères… » Le Ministère de l’Intérieur confirme la participation de Mme Cama à ce Congrès. Il confirme également que Mme Cama est bien la directrice du journal Bandé Mataram, précisant que le journal est édité depuis Genève. Finalement il semble que Mme Cama soit une intellectuelle indienne engagée, sans qu’il puisse lui être reproché de participer à l’organisation d’actes contre le gouvernement britannique en Inde.

  • 705 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 141.

77À partir de 1910, la communauté indienne, désormais sous surveillance en France, ne semble donc plus servir de base pour l’organisation d’actions violentes contre les autorités britanniques. Les centres de cette action se déplacent alors en Suisse, pays à travers lequel opère activement l’Allemagne et où résident de nombreux nationalistes égyptiens.705 En 1914, le principal centre du mouvement révolutionnaire indien se trouve, selon le CDI, en Amérique du Nord.

  • 706 A cette occasion, Mme Cama qui s’était déplacée à Marseille pour décourager les troupes indiennes d (...)
  • 707 Id., p. 220. Il faut ajouter les soldats de l’Inde française, ou recrutés en Inde par les autorités (...)

78La Première guerre mondiale remet l’Inde au centre des relations entre la France et la Grande-Bretagne. Dés août 1914, des troupes indiennes s’embarquent vers la France, et débarquent à Marseille sept semaines plus tard.706 En tout, ce sont environ 138 000 soldats indiens qui combattront sur le front des Flandres. À la fin de l’année 1915, les troupes indiennes, après plus quatorze mois de combat dans les Flandres, seront envoyées combattre en Turquie.707 Wallinger est chargé spécialement de combattre la propagande nationaliste anti-britannique, parmi les troupes indiennes, soutenue par l’Allemagne. Dés 1915, il installe son quartier général à Paris.

  • 708 Id., p. 221.
  • 709 A MAE-P - CPC - Relations avec la France, id. 121.

79Sur le continent européen, c’est par la Suisse qu’il opère. La collaboration de la police française avec les autorités britanniques devient totale. Elle accepte d’extrader ou d’expulser les suspects qui lui sont signalés. Le vétéran S.R. Rama est ainsi expulsé en Martinique, avec sa femme, d’origine allemande, et son fils. Les britanniques empêchèrent son retour pour raisons médicales malgré que les autorités françaises y soient favorables.708 Le ministre de la Guerre français, dans une lettre du 3 janvier 1916, signifie son accord pour l’arrestation et la remise aux autorités anglaises aux fins de déportations des « sujets britanniques indésirables sans que ces individus soient l’objet d’un arrêté d’expulsion ou d’une procédure régulière d’extradition. »709 Ce que confirme Popplewell :

  • 710 POPPLEWELL, p. 221, .

« En janvier 1916, les Britanniques avancèrent des mesures plus poussées que le Ministère de l’Intérieur approuva. Elles donnaient aux autorités militaires britanniques le pouvoir de déporter non seulement les agitateurs indiens qui avaient pénétrer dans les camps, mais aussi les sujets britanniques dont la présence était considérée par les autorités britanniques comme un danger pour l’armée.»710

80Ainsi la question indienne devient-elle à la veille de la guerre, et de façon encore plus accentuée pendant la guerre, un problème international. Dans le cadre de la du contrôle du mouvement nationaliste et de la répression des menées "terroristes", l’entente franco-britannique se traduit concrètement, essentiellement à partir de l’année 1910. Cette entente affaiblit encore les velléités de positionnement français sur la question indienne.

Permanence de la gallophobie (1918-1940)

81L’attitude nettement gallophobe de la presse anglo-indienne se vérifie pendant et après la Première Guerre mondiale :

  • 711 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36, AE à ambassadeur de France à Londres, le 07.01.1926.

« Nos agents de l’Inde Britannique m’ont depuis longtemps et à maintes reprises signalé l’attitude hostile de la presse indienne à l’égard de la France et marqué leur étonnement de compter parmi les plus violents à notre endroit les journaux de langue anglaise, d’inspiration officieuse, comme le Times of India (Bombay), et la Statesman (Calcutta). Le ton de ces feuilles - même pendant la guerre - fut tel, que nos consuls jugèrent en plusieurs circonstances devoir intervenir personnellement. »711

82A l’action de la presse de langue anglaise et de l’agence Reuters s’ajoute celle de la propagande allemande, également peu favorable à la France.

83En 1923, le consul à Bombay prévient à nouveau le Quai d’Orsay des différentes formes de propagande menées à l’encontre de la France :

  • 712 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 42 – consu bom à AE, le 19.05.1923.

« Cette campagne francophobe est nourrie des thèmes habituels de la propagande germanophile auxquels viennent s’ajouter tous les échos les moins amènes de la presse gallophobe turque.
À la longue cette campagne dirigée contre la France par cette feuille et par d’autres organes nationalistes indiens, tels que Mostlem Outlook, Servant of India, ou Modern Review, n’est pas sans produire quelqu’effet. Elle est habilement étayée par la presse indo-anglaise qui, après s’être un peu inquiétée des sympathies témoignées à notre égard par le monde de l’Islam, a le secret espoir de voir atteint le prestige incontestable dont la France jouit encore malgré tout dans les milieux hindous, et surtout auprès des musulmans des Indes. »712

84Deux ans plus tard, la presse anglo-indienne déclenche une nouvelle campagne gallophobe. À l’occasion des insurrections dans le Riff et en Syrie, elle dénonce le traitement injuste infligé par les autorités françaises aux populations musulmanes dans leurs différentes colonies :

  • 713 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36- AE à ambassade à Londres, le 07.01.1926.

« Les menées ont repris avec une vigueur nouvelle à la suite des événements de Syrie. On accueille de préférence les télégrammes les plus tendancieux, on les souligne des plus violents commentaires. On insère en bonne place, sous de sensationnelles manchettes, d’invraisemblables rapports de soi-disant correspondants, on dénonce le traitement infligé par la France à ses sujets musulmans dans toutes ses possessions d’Afrique et d’Asie ; on la met en demeure d’abandonner son mandat au plus vite, afin de répondre à la volonté clairement exprimée de toute la population syrienne.
Ces perfidies font peu à peu leur chemin, c’est ainsi que les musulmans viennent de fonder, tant à Bombay qu’à Calcutta, une ligue pour le boycottage des marchandises françaises. Notre attaché commercial se fait l’interprète de l’inquiétude de nos commerçants, et signale les conséquences possibles de ce mouvement qui menace de façon immédiate nos intérêts moraux et matériels aux Indes et, par là, dans tout le monde de l’Islam. »713

85Plus encore que contre ses intérêts en Inde, cette propagande anti-française diffusée par les autorités britanniques est perçue par la France comme une menace contre ses colonies et protectorats musulmans, voire contre ses colonies dans le monde. On note d’ailleurs que les revues de presse du consul général à Calcutta sont également adressées aux autorités françaises en Indochine.

86Lors de cette campagne, au cours des années 1925 et 1926, les consuls français vont tenter d’intervenir auprès des organes de presse. Les attaques ouvertement politiques de ces derniers ont fait prendre conscience à la petite communauté française en Inde de la nécessité de réagir. En 1926, malgré une attitude très prudente vis-à-vis des autorités anglaises en Inde, le Quai d’Orsay reconnaît pour la première fois la nécessité d’intervenir. Ses réactions restent toutefois très limitées. Il décide d’agir par la voie de son ambassade à Londres. Comme peut le constater le nouveau consul en avril 1926, avant même sa prise de fonction, cette démarche s’avère inefficace :

  • 714 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - consu bom à AE, le le 21.04.1926.

« Sur le paquebot qui me menait à mon poste en janvier, j’avais eu l’occasion de constater, par la lecture des journaux mis à la disposition des passagers de la Peninsular & Oriental entre Aden et Bombay, le ton agressif – quand ce n’était pas des attaques violentes – des leaders de la presse anglaise des Indes contre notre pays. Les journaux anglais s’accordent dans une furibonde unisson contre la France (…). Cette campagne a précisément recommencé dans le Times of India de Bombay, au moment où la démarche de notre ambassadeur aurait dû logiquement porter ses fruits. »714

87Du reste, l’ambassadeur en Grande-Bretagne avait anticipé cet échec du fait des délais induits par les différentes démarches avant que le rappel à l’ordre ne soit éventuellement signifié par les autorités de Londres aux organes de presse concernés. Aussi, l’ambassadeur préconise-t-il une intervention directe des consuls sur place. Encore faut-il que ces derniers jouissent d’une autorité suffisante, ce qui, hormis Daniel Lévi, n’est pas le cas. Mais, en pleine campagne anti-française, ce dernier est changé d’affectation :

  • 715 C’est nous qui soulignons. AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - ambassade à Londres à AE, le 29.01. 1 (...)

« J’ai parlé, la semaine dernière, au sous-secrétaire d’État Permanent pour les Affaires étrangères de la campagne anti-française menées aux Indes, non seulement dans la presse indigène, mais dans les journaux anglais, comme le Times of India et le Statesman. William Tyrel m’a promis de faire communiquer par l’India Office mes observations aux autorités compétentes, qui interviendraient autant qu’elles peuvent le faire.
Votre Excellence me permettra de faire observer que l’on ne saurait compter sur l’efficacité de mesures à prendre aux Indes, après communication entre plusieurs administrations d’État sur des indications vieilles de près de trois mois. Le seul moyen de défense contre des campagne de presse est l’intervention opportune de nos agents auprès des autorités à même d’exercer une action immédiate. C’est ce qu’avait adroitement fait M. Lévi et il est très regrettable que nos Consulats ne soient pas constamment gérés par des agents jouissant d’une autorité suffisante pour entretenir les Gouverneurs des questions importantes. »715

  • 716 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - Pondichéry à AE, le 09.12.1935.

88Au-delà des événements du Riff et de Syrie en 1926, la politique coloniale de la France à l’égard des populations de confession musulmane reste la cible de la presse anglo-indienne pendant toute cette période. Ainsi, par exemple, en 1935, le gouverneur de Pondichéry relève-t-il ces propos dans un article du Star of India du 8 décembre, intitulé Autour du Monde Musulman : « Il est un fait certain que le gouvernement français a peu d’égards pour la foi religieuse des pays qui lui sont soumis. »716

  • 717 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 42 – consu bom à AE, le 19.05.1923.

89De 1914 à 1940, la France subit également les attaques de certains organes de presse au sujet de la question rhénane. Elle est accusée de visées hégémoniques, tandis que l’Allemagne, présentée comme victime de la politique coloniale française dans la Ruhr, attire la compassion.717

La France

« “La nation qui possède l’Inde est la première du monde ", a dit Napoléon »
- La France coloniale illustrée, 1892 -

  • 718 PINIAU B., ROCHE F. : Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 14.

90A partir des années 1870, l’action culturelle devient un enjeu central dans la rivalité entre les États européens, et dans leur stratégie d’expansion.718 Dans la reconstruction qui suit la défaite de 1870, l’impératif colonial détermine les orientations générales de la politique extérieure de la France.

91La Troisième République reprend et organise l’effort d’expansion esquissé par les régimes politiques précédents. La réflexion sur le fait colonial précède cependant la Troisième République. La conquête britannique "des Indes", puis l’administration mise en place constituent un exemple suivi attentivement par une France dans la perspective de la construction de son propre empire.

92A partir des années 1870-1890, le traitement de l’actualité du monde en France est rythmé par les missions militaires ou scientifiques, par la vie de la communauté française à l’étranger, et par les expositions coloniales ou universelles qui sont l’occasion de mettre en scène l’expansion militaire et industrielle dans ses colonies, et ensuite leur « mise en valeur ».

  • 719 En 1879, Emile Guimet ouvre tout d’abord le musée qui porte son nom dans sa ville d’origine, à savo (...)

93Ces événements qui accompagnent le développement du pays sous la Troisième République forgent les représentations collectives pour les décennies à venir. Suite à la mainmise anglaise et au désengagement français, l’Inde y occupe une place de plus en plus réduite. Au fil des missions scientifiques, des expositions coloniales ou universelles, l’Indochine et la Chine vont concentrer l’attention que les Français portent à l’Asie. Les stands réservés à l’Indochine mettent en scène de façon grandiose les fastes d’un un véritable Eldorado asiatique, une nouvelle Atlantide. Dés 1889, des reproductions gigantesques des frontons de la pagode d’Angkor frappent l’imaginaire des visiteurs qui peuvent en retrouver les figures mystérieuses au musée Guimet dès 1879 à Lyon, puis à Paris, à partir de 1884.719 Les excavations de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), créée en 1898 à Hanoi, alimentent cette présence de l’Indochine dans les représentations de l’Asie. Cette importance grandissante à chaque exposition universelle ou coloniale se retrouve dans l’archéologie française, mais aussi dans la littérature.

  • 720 DEPPING G., 1860 : « Fragments d’un voyage en Orient – Eléphants de labour à Ceylan – Scènes funéra (...)

94Au milieu du XIXe siècle, l’étude de la presse et des catalogues de la librairie française rappelle que l’Inde est un objet central de réflexion que ce soit au niveau politique, ou linguistique. Par exemple, en 1851, un projet de ligne ferroviaire qui relierait Londres et Calcutta en sept jours fait l’objet d’un suivi très attentif par L’Illustration. Les étapes de la conquête du Punjab, puis de son intégration à l’empire des Indes sont également suivies avec attention. La nouvelle revue publie aussi des récits de voyages et des articles sur la société indienne, plutôt à caractère ethnologique. Le Tour du Monde publie dès son premier numéro un article sur l’Inde : « Fragments d’un voyage en Orient »,720 puis six autres articles jusqu’en 1870, date du début de la publication du récit de voyage de Louis Rousselet, « littérateur et voyageur », rédacteur en chef du Journal de la Jeunesse, qui constituera une référence pour ses contemporains de la fin du XIXe siècle, et notamment pour l’écrivain Jules Verne.

  • 721 On retrouve cette opinion dans de nombreux ouvrages. Voir par exemple : PENHOËN B.B. de, 1884 : L’I (...)

95La colonisation de l’Inde par l’Angleterre paraît recevoir un assentiment sans réserve. Ainsi pouvons-nous lire dans un article de L’Illustration, publié le 17 mars 1849 et intitulé « Les Anglais dans le Punjab », l’assertion suivante : « Du reste non seulement nous comprenons l’ambition de l’Angleterre, mais nous l’approuvons. Elle rendra à l’Asie les mêmes services que nous rendrons à l’Afrique, en la subjuguant, elle la civilisera ».721 L’Angleterre fait figure de modèle pour une France aux réalisations coloniales encore embryonnaires.

  • 722 OKADA A. (préf.), 1987 : L’Inde - Les Dossiers de L’Illustration, p. 92-93, Bagneux : Le Livre de P (...)

96Plus tard, lors de la grande révolte des Cipayes, au cours des années 1857 et 1858, L’Illustration vit pendant plusieurs semaines au rythme des télégrammes qui rapportent l’évolution de la situation dans la péninsule. « Les affaires de l’Inde sont la plus grande préoccupation du moment dans toute l’Europe »,722 peut-on alors lire dans un article, du 8 août 1857. Le joyau de l’empire colonial anglais apparaît comme la pierre angulaire de la domination européenne dans le monde.

  • 723 Ce sont les derniers articles qui leur seront consacrés dans L’Illustration.

97L’Inde n’est pas seulement au premier plan des préoccupations d’actualité, elle fait également l’objet de chroniques, de comptes rendus d’escales ou de voyages. Dans ces articles sur l’Inde, les comptoirs français trouvent leur place, notamment Karikal qui connaît alors une activité prospère.723

  • 724 GRANDIDIER A., « Voyage dans les Provinces méridionales de l’Inde 1862- 1864 », 1er semestre 1869-  (...)

98Des années 1840 aux années 1870, l’Inde est donc bien plus qu’un objet de curiosité, c’est une préoccupation majeure de la presse française relayant l’actualité dans le monde, comme l’hebdomadaire L’Illustration. C’est également au cours de cette période que sont publiés dans Le Tour du Monde « Voyage dans les Provinces méridionales de l’Inde 1862-1864 », d’Alfred Grandidier et « L’Inde des rajahs, voyage dans les royaumes de l’Inde centrale et dans la présidence du Bengale », de Rousselet724. Le premier récit, devient une référence du récit de voyage dans « l’Inde des pagodes », et le second dans l’Inde du Nord, celle des Rajas, des chasses au tigre, etc. Ce dernier s’inscrit dans la lignée des récits de voyageurs français orientalistes, comme Tavernier. Les nombreuses gravures que contient ce récit revivifient les clichés orientalistes et leur donnent une large diffusion.

Confirmation de l’Indochine, oubli de l’Inde

99Simultanément à l’extension de l’empire colonial, en Indochine notamment, l’Inde disparaît progressivement des préoccupations françaises, du moins telles qu’il est possible de les observer à travers les publications.

100En 1875, avec la reconnaissance du fleuve Songkoï, dans le Golfe du Tonkin, les espérances françaises en Asie se portent désormais vers l’Indochine et vers la Chine. Cette dépêche envoyée par le consul général est des plus explicites :

  • 725 AMAE P -CCC-Cal n° 7.

« Bien que l’espoir soit dissipé de voir le fleuve du Cambodge devenir l’égal du Nil ou du Gange, un autre bel affluent, le Songkoï a été reconnu parfaitement navigable pendant 200 milles, se jetant dans le Golfe du Tonkin par deux embouchures ; et dans son rapport la Commission française l’a cité “comme destiné sous tous les rapports à favoriser les relations commerciales du Céleste Empire avec nos colonies“ ».725

  • 726 Le dernier grand récit de voyage en Inde publié dans la revue. BERTHET S., « L’Inde dans la presse (...)

101Au fur et à mesure que l’empire colonial français grandit, l’Inde va susciter de moins en moins d’intérêt dans la presse. En Asie, la France répond donc à d’autres appels, ainsi que l’écrit, en 1871, Francis Garnier au début d’un long récit publié dans Le Tour du Monde726 :

  • 727 GARNIER F., 1874 : « Voyage d’Exploration en Indochine 1866-1868 », in Le Tour du Monde, 1er semest (...)

« Il y a longtemps déjà que les regards de la colonie étaient tournés avec curiosité et impatience vers cet intérieur de l’Indo-Chine (...). C’était maintenant sur l’organisation et l’exploration de la contrée que devait se porter toute l’attention du gouvernement local. Là était encore un vaste champ ouvert aux activités et aux ambitions… »727

102Le chapitre consacré à l’Inde française dans La France coloniale illustrée, publié en 1892, se fait l’écho de ce glissement d’intérêt de l’Inde vers l’Indochine :

  • 728 ALEXIS F., 1892 : La France coloniale illustrée. L’Algérie et les autres colonies françaises, Tours (...)

« L’Inde asiatique passe pour le plus beau, le plus fertile, le plus riche pays de la terre. Tous les grands caractères physiques et ethnographiques du globe y sont représentés : hautes montagnes, fleuves abondants, vallées pittoresque, plaines luxuriantes, climat varié, population dense, civilisée depuis les origines de l’histoire...“La nation qui possède l’Inde est la première du monde”, a dit Napoléon728. »

  • 729 Ibid.

103Après un descriptif des comptoirs et de l’histoire de l’aventure coloniale française en Inde, l’auteur formule la conclusion suivante : « Heureusement l’acquisition récente de l’Indo-Chine compense les pertes que nous avons subies. »729 Entre Inde et Chine, les ambitions coloniales françaises s’arrêtent donc sur l’Indo-Chine. La France y place ses espoirs d’expansion et de grandeur en Asie, espèrant bien la voir devenir une porte ouvrant sur le Céleste Empire, l’immense Empire du milieu.

  • 730 Parmi ces articles on en note quatre consacrés aux établissements français entre 1858 et 1863, dont (...)

104Le recensement des articles publiés sur l’Inde dans L’Illustration entre 1849 et 1914, et dans Le Tour du Monde, de 1860 à 1914, permet de constater un déclin dans le traitement de l’Inde. Dans la première revue qui a un rythme de parution hebdomadaire, on note la publication, de 1843 à 1949, de huit articles ; de 1850 à 1859, de dix-sept articles - dont neuf pour l’année 1857- ; de 1860 à 1869, de quatre articles ; de 1870 à 1879, à nouveau de quatre articles ; de 1880 à 1889, d’un seul article ; et enfin, de 1890 à 1899, de deux articles730.

  • 731 Le seul article qui évoque un comptoir est celui du contre-amiral Fleuriot de Langle, récit de voya (...)

105Dans Le Tour du Monde l’évolution est également significative.731 Comme dans L’Illustration, il est significatif de noter que l’Inde y apparaît dès le premier numéro en 1860, pour faire jusqu’en 1880 l’objet de nombreux et importants articles. On compte, en effet, encore quatre récits publiés en cinq livraisons pour les années 1880. Pour les années 1890, on ne compte plus qu’un récit décliné en un seul épisode, celui d’Émile Guimet, puis de nouveau un seul jusqu’en 1914, celui du général Dolot, un des premiers qui donne à voir dans la revue des photographies reproduites en impression directe.

Tableau X : Récits consacrés à l’Inde dans la revue Le Tour du Monde

Tableau X : Récits consacrés à l’Inde dans la revue Le Tour du Monde

Voyageurs, touristes et orientalistes en Inde de 1870 à 1918

Missions d’études ou missions d’agrément ?

106A partir de la fin du XIXe siècle, le nombre de voyageurs français chargés de mission d’étude en Inde augmente, mais, selon le consul général, celles-ci répondent à des ambitions touristiques grâce à des missions de complaisance, rarement justifiées par des buts véritablement scientifiques, ou par la volonté de mettre en place des échanges ou une coopération. Par ailleurs, la plus grande facilité de transport pour se rendre en Inde et pour circuler à l’intérieur du sous-continent ne s’accompagne pas forcément d’une augmentation des contacts avec les Indiens. La société du Raj est marquée, particulièrement depuis les années 1860, par une ségrégation de plus en plus draconienne entre les Européens et les Indiens. En outre, l’Inde est devenue la chasse gardée des scientifiques britanniques.

Missions artistiques

107Les archives ne laissent paraître aucune mission artistique en Inde subventionnée par le gouvernement français revêtant une importance majeure pour les relations culturelles des deux pays. En 1910, une mission du peintre Albert Besnard est prévue, ainsi que le passage de la peintre Marie Bermond, mais nous ne disposons pas de détails sur leur déroulement.

  • 732 AMAE P -CCC-Cal n° 15 - 1896.

108La mission artistique la plus intéressante dont nous ayons trace dans les archives du Ministère des Affaires étrangères a lieu en 1895. Il s’agit de la mission du peintre Druet. Cette mission de « peinture archéologique », confiée par le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, mène le peintre de l’île de Ceylan à Calcutta. Elle donne lieu à un événement intéressant puisqu’il expose devant le public indien ses œuvres ramenées de France et réalise des études graphiques. Dans la capitale du Raj, ses peintures font l’objet d’une exposition au musée de l’école des Beaux-Arts entre décembre 1895 et janvier 1896, exposition qui donne lieu à la publication d’un catalogue et de plusieurs articles. On peut y lire que Druet est considéré comme : « Le premier peintre français ayant apporté à Calcutta l’art de son pays ». Druet va devenir familier avec la région, puisqu’il participe également à l’expédition du prince d’Orléans qui relie le Golfe du Tonkin à Calcutta, en 1896.732

L’Inde investie à distance

109En 1896, après un long périple, une expédition conduite par le prince Henri d’Orléans arrive à Calcutta. Le prince achève son expédition par un séjour en Inde, le second après celui effectué en 1888. Cette expédition, menée en liaison avec la Société de géographie de Paris, est partie depuis le Golfe de Tonkin, à Hanoï en janvier 1895, pour remonter pendant quatre mois le Songkoï et le Mékong par un itinéraire inexploré long de 1700 kilomètres. Puis la mission s’est rendue à Tsei-Kou, au Tibet, et en Assam. L’expédition a ensuite remonté la rivière Irrawaddy, dont elle a établi le relevé des sources, avant de rejoindre la capitale du Bengale. De Calcutta, le prince poursuit son voyage jusqu’à Bombay, en passant par Chandernagor, Bénarès, Gwalior, Agra, Delhi, et Jaïpur. Au cours de cette traversée de la péninsule, Druet prévoit notamment l’exécution de travaux à Bénarès pour le prochain salon de peinture de Paris. Cette traversée de l’Inde n’est cependant que l’épilogue touristique de l’expédition exploratoire entre le Songkoï et le Mékong.

  • 733 AMAE P – CPC - Nouvelle série - Inde n° 48 - (f°247) Bruxelles, le 15.03.1912.

110Toujours en 1896, Dutreuil de Rhins effectue un relevé topographique et géographique du Tibet. La même année, un jeune professeur de l’École des Hautes Études et ancien élève de Sylvain Lévi, Alfred Foucher, est chargé par le gouvernement français d’une mission de recherches archéologiques dans l’Inde. Il séjourne au Cachemire entre 1895 et 1897. Il fait parvenir à Émile Sénart, et à Édouard Chavannes, professeur de chinois au collège de France, de nombreux objets : moulages de signes sanscrits, estampages et frottis d’après des pierres sculptées du muséum de Calcutta, de Bodh-Gaya, et de Bénarès, livres et catalogues, enfin clichés et épreuves photographiques de pierres gravées et antiquités hindoues. Parmi les documents rapportés, on compte une collection particulièrement intéressante de textes relatifs au Çaiva-arçana, un système mi-philosophique, mi-religieux ayant cours parmi les pandits du Cachemire. Son rapport pour l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres fait état de nombreuses perspectives de recherches sur l’hindouisme contemporain dans le Cachemire et les villes saintes de l’Inde. Ses recherches l’orientent vers le nord-ouest de la péninsule. Il se distingue alors par ses travaux dans le Swat et le Chitral, en devenant un précurseur des recherches sur l’art Gandhara dont il enrichit le musée du Louvres. Il est ensuite nommé à la tête de l’EFEO.733

Le Népal et Sylvain Lévi : amorce d’une coopération franco-népalaise ?

111La volonté du gouvernement du Népal de nouer des contacts avec les autres pays européens, et particulièrement la France, s’était manifestée en 1875. Cette année-là Sir Jung Bahadoor, Premier ministre du Népal, envisage de se rendre en Europe avec son frère, commandant en chef du Népal, six de ses fils, cinq neveux, dix officiers supérieurs, et « peut-être aussi quelques dames de sa famille ». Partant de Bombay pour se rendre à Naples, puis à Rome, Florence et Turin, et de là en France, où il prévoit d’arriver dans les premiers jours de mars. Mais victime d’une chute de cheval à Bombay Sir J. Bahadoor doit finalement annuler son voyage.

  • 734 CAILLAT C., 2000 : L’hindouisme étudié dans les textes et sur le terrain (extrait des Comptes rendu (...)
  • 735 Ibid.

112En 1897, la mission que réalise au Népal Sylvain Lévi, professeur au collège de France, marque une première pierre dans l’histoire du royaume himalayen et de l’amitié franco-népalaise.734 Le consul général rappelle le caractère exceptionnel de l’autorisation accordée au professeur pour cette mission dans le royaume himalayen. Selon lui, c’est une : « rare faveur de voyager et de résider pendant le temps nécessaire à l’accomplissement de sa mission ».735

113Un court extrait d’une lettre envoyée par le professeur au consul général suffit à deviner les liens qui se nouent dès cette première mission et marquent le début d’une amitié entre le Népal et la France :

  • 736 AMAE P -CCC- Calcutta n °17 - (f° 219-220) le 12.02.1898.

« Je ne suis pas seulement persona grata mais bien gratissima. Je suis comblé d’amabilités et de prévenances (…). Le commandant des troupes, Maharaja par intérim a spontanément envoyé des Pandits visiter officiellement les bibliothèques des monastères à la recherche des ouvrages que je désire, et il s’est offert à faire prendre pour moi les estampages ou inscriptions où je ne puis avoir accès. Ce n’est pas de l’amitié, c’est de la tendresse ».736

114L’intelligence remarquable, l’autorité scientifique et le patriotisme ardent du professeur donnent à sa mission l’importance d’une délégation officielle. Les autorités népalaises ne tardent pas à lui manifester à nouveau leur amitié. Ainsi, Deh Shamsha, maharaja par intérim du Népal offre au gouvernement français une collection de manuscrits. Le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts exprime sa gratitude en lui faisant parvenir le Bhagavata-Purana édité par l’Imprimerie nationale.

115Cette première mission met aussi en relief le désir du gouvernement du Népal de développer en dehors du Royaume-Uni, qui s’impose de plus en plus comme puissance tutélaire cherchant à intégrer le royaume himalayen au Raj, au même titre que les autres États princiers. Aussi, les autorités britanniques n’entendent-elles pas laisser se multiplier les contacts entre le Népal et les représentants étrangers. C’est ce que souligne le consul général au sujet des autorisations pour se rendre dans le royaume himalayen :

  • 737 AMAE P – CPC - Nouvelle série : Inde n° 48 – (f°145-151) ambassadeur de France en Angleterre, le 26 (...)

« Dans les questions de ce genre, on a ici l’habitude de prendre préalablement l’avis du Gouvernement indien. Sir Edward Grey ajoute que, de façon générale, le Durbar du Népal n’encourage en aucune façon les visites des voyageurs européens ».737

  • 738 Voir SINGARAVÉLOU P., L’Ecole française d’Extrême-Orient ou l’Institution des marges, op. cit.
  • 739 Jean Filliozat cité dans FUSSMAN, « La route de l’Inde », in AFI, 1998 : 50 ans de coopérations sci (...)

116Dans les rivalités entre nations européennes, l’archéologie et l’étude des civilisations constituent un terrain de choix. À la fin du XIXe siècle, lorsqu’il s’agit de concurrencer l’Asiatic Society de Calcutta par une institution qui s’en inspire, l’EFEO, les indianistes français échafaudent un projet d’implantation à quelques kilomètres de celle-ci… à Chandernagor.738 Cependant, pour accueillir un centre tel que l’EFEO dans l’ancien comptoir aux rives ensablées, un investissement, la réaffirmation d’une présence et éventuellement d’une certaine autorité paraissent indispensables. C’est donc finalement à Hanoi, en 1898, que la France établit son grand centre d’études en Asie, même si, dans les esprits, l’Inde reste au premier plan : « Le rêve ancien des fondateurs de l’EFEO d’étudier l’Inde sur son sol et parmi ses hommes. »739

  • 740 Ibid.

117Bien que située en dehors de la péninsule, l’objet principal de l’École reste l’étude de la culture indienne.740 D’après l’un de ses fondateurs, Sénart, elle doit établir un vaste réseau de correspondants travaillant dans les pays voisins de l’Indochine. Ainsi l’EFEO est-elle créée pour donner à la France un outil qui permette de rivaliser efficacement avec les Britanniques sur le plan scientifique.

118Lorsqu’il se consacre à des recherches sur le Népal, Sylvain Lévi garde lui aussi l’Inde en ligne de mire. C’est ce qu’il écrit en introduction de son livre paru en 1905, Le Népal, étude historique d’un royaume hindou :

« J’ai cru opportun de tracer dans un tableau d’ensemble les singulières destinées de ce coin de terre où semblent se répéter en réduction les destinées générales de l’Inde. L’histoire du Népal ainsi conçue m’apparaît moins comme une monographie locale que comme un prélude à une histoire générale de l’Inde. »

  • 741 LAFFOND J.-M., 1996 : « 1930 André Malraux en Gandhara », in Malraux et l’Inde, itinéraire d’un éme (...)

119Les scientifiques français abordent donc l’Inde par ses marges, là où le champ est libre de toute présence anglaise. Ceci se vérifie également à travers les investigations archéologiques d’Alfred Foucher en Afghanistan,741 et, avant lui, de Darmesteter. C’est encore le cas, plus tard, pour une voyageuse initialement passionnée par l’Inde, David-Néel, qui se consacre finalement au Tibet. Ces travaux périphériques par rapport à la péninsule, même si elles gardent l’étude de la culture de l’Inde pour objectif, éloignent l’indianisme français de sa source, de sa matière première.

120Du reste, les autorités anglaises font tout pour éviter les contacts ou les investigations des scientifiques des autres nations à l’intérieur de leur empire.

L’Inde chasse gardée de la Couronne britannique

  • 742 Présentés alors par Sylvain Lévi comme les manuscrits les plus anciens du monde.
  • 743 AMAE P -CCC-C17/205-206/15.01.1898.

121Lorsque, en 1898, le consul général transmet un don de l’assistant résident du Cachemire à l’Institut de France - une liasse de manuscrits,742 quelques pièces de monnaies en cuivre, quelques fragments de poteries en provenance des villes ensevelies au milieu des sables du désert de Takla-Makhan -, il insiste sur le caractère généreux de ce geste, précisant que les résidents britanniques ont, en effet, la faculté de conserver, pour l’usage exclusif des sociétés asiatiques anglaises, les documents en leur possession issus des recherches sur le sol indien.743

  • 744 Membre du conseil technique des troupes coloniales,
  • 745 Architecte, secrétaire de la Société des Beaux-arts.
  • 746 AMAE P – CPC – Nouvelle série n° 48, fouilles de Birmanie (f° 84-91)

122Les agissements des autorités au Raj concernant l’expédition de Birmanie organisée par le général de Beylié,744 projetée en 1906 sous la conduite de Gérard,745 est révélatrice de leur attitude vis-à-vis des investigations dans son empire. Cette expédition a pour objet l’étude de l’histoire de l’extension de la civilisation hindoue en Indochine sur le site de l’ancienne ville de Prone et le site de Moulmein, sites inexplorés sur lesquels les organisateurs se proposent de : « … rapporter des documents inconnus sur la civilisation, la religion, l’art et la littérature de la population. »746

  • 747 Id., (f° 96).
  • 748 Id., (f°99-101), Darjeeling, le 04.01.1907.
  • 749 Id., (f°102-105), Darjeeling, le13.01.1907.

123Seul le général Beylié se décide finalement à partir. Il demande de se faire adjoindre les services Duroisel, membre de l’EFEO et professeur de pali à Rangoon.747 Se pose alors la question des autorisations.748 Les conditions, formulées par le gouvernement central de l’Inde pour autoriser les fouilles « ne sont pas bien séduisantes », précise le général. Les autorités du Raj stipulent, en effet, que la permission accordée est : « … révocable à chaque instant. Tous les objets découverts resteront propriétés du Gouvernement indien. Obligation (est) de fournir tous les mois un rapport au Lieutenant Gouverneur, qui aura le droit de le publier dans les revues spécialisées de l’Inde, ainsi que les photographies prises.»749 Ce qui amène cette conclusion du consul : « Autant dire que les archéologues officiels indiens ne se soucient nullement de voir des confrères français leur faire concurrence chez eux. »

  • 750 Le Directeur général de l’Archéologie de l’Inde, M. Marshall.

124Tirant les conclusions des exigences des autorités britanniques concernant sa mission archéologique, le général Beylié : « … ne compte passer qu’un mois sur le terrain des fouilles, tout juste le temps nécessaire pour “sauver la face“ ». La mission a finalement lieu sans que le général de Beylié puisse mener les fouilles projetées. Les modestes investigations réalisées s’exécutent sous la surveillance des autorités anglaises, et notamment du directeur des services archéologiques de l’Inde qui s’est rendu de toute urgence sur les lieux. Le consul rapporte que Beylié : « a trouvé là-bas des autorités aimables, et des surveillants inquiets. Il a même été la cause d’une mobilisation secrète du service de l’archéologie, en la personne du Directeur général750 accouru au danger, mais demeuré dans l’ombre, invisible et présent. »

125Mis dans l’incapacité de poursuivre ses fouilles, Beylié conclut ainsi sa lettre au consul concernant sa mission : « Bref, tout fut terminé en neuf jours ». Finalement, les investigations initiales ont donc été largement mises de côté pour ne pas avoir à en offrir le fruit aux services archéologiques du Raj. D’ailleurs Beylié écrit au sujet du directeur de l’Archéologie : « Il comptait, je crois, me jouer un tour ou cueillir des lauriers faciles. Il rentrera bredouille. » C’est finalement au consul que revient le dernier mot de cette affaire : « Il résulte de cet exposé que le vaillant Général a pris son aventure de Birmanie comme il fallait la prendre, gaiement. »

126La France s’efface devant les prérogatives britanniques dans son empire des Indes, chasse gardée de ses scientifiques.

  • 751 SINGARAVÉLOU P., « Les Indianistes français et le Greater India », ..

127En 1908, une mission scientifique confiée à Lunet de Lajonquière dans la presqu’île malaise de Ceylan et dans l’Inde méridionale. Celle-ci a pour objet la recherche des origines de l’art cambodgien. Il faut encore mentionner les missions de Gabriel Jouveau Dubreuil, et celle de Jules Bloch, élève de Meillet et de Lévi, dans le sud de la péninsule de 1906 à 1908. L’annonce par Jules Bloch du but de sa mission déclenchera des commentaires sarcastiques dans les milieux scientifiques français. Ces réactions expriment l’incompréhension de nombreux scientifiques du début du siècle quant à l’utilité pour les indianistes de mener des recherches sur le terrain, le sanscrit étant alors considéré comme une langue morte, et donc le contact avec les Indiens inutile.751

  • 752 CAILLAT C., « L’hindouisme étudié dans les textes et sur le terrain », ..

128Ceci n’empêche toutefois pas Bloch de mener des recherches très fructueuses, voire fondatrices, notamment en ce qui concerne l’étude de la langue marathi. Un autre aspect précurseur de son œuvre est l’attention qu’il porte à l’étude des langues de l’Inde méridionale. Bloch mène une partie de ses travaux depuis Pune, au Deccan College Research Institute. Une de ses élèves reprendra ses travaux sous les auspices du même institut.752 Bloch est l’initiateur de la collaboration franco-indienne à Pune en matière d’indianisme.

  • 753 Id., (f°102-105), Darjeeling, le13.01.1907.

129Malgré l’intérêt de ses travaux, il faut souligner que Bloch, comme tout orientaliste est astreint à une exclusivité concernant la diffusion de ses travaux, celle-ci étant réservée à son institution de rattachement, c’est-à-dire l’EFEO. Ceci rend évidemment plus difficile le développement d’un partenariat franco-indien. Ce découpage des aires géographiques par les grandes écoles d’indianismes européennes, soutenues par leur gouvernement respectif, intègre un peu plus la science dans la perspective coloniale.753

  • 754 SINGARAVÉLOU P. 1999 : L’Ecole française d’Extrême-Orient…, p. 86-87, op. cit.

130Le partage de l’Asie, dès 1898, non seulement en régions politiques et économiques, mais aussi en aires d’investigation réservées rappelle le rôle de la science au service du nationalisme.754 L’Inde est le domaine de l’Angleterre et de ses savants, l’Insulinde, revient aux orientalistes néerlandais et l’Indochine à la France. Les nations européennes développent une science orientaliste correspondant à leurs beoins. Ces réalités coloniales conditionnent également la construction des sciences humaines et sociales. À partir du XXe siècle, la culture indienne passe, en France, dans le domaine des études des civilisations anciennes contrairement à celles d’Indochine et du Moyen Orient appartenant aux cultures vivantes.

  • 755 AMAE P – CPC - Nouvelle série - Inde n° 48 - (f°175-177) le 13.09.1909 (Pièces-jointes : coupures d (...)

131En 1909, il est fait état de la découverte à Shahji-Ki-Dheri, près de Peschawar, de cendres qui seraient celles du Bouddha, d’après des indications fournies par Foucher.755 La même année, le consul signale un des premiers voyages touristiques de groupe, organisé par l’agence Voyages d’études qui propose un itinéraire à travers la Russie, le Turkestan russe et chinois, jusqu’aux Indes.

  • 756 COTTEREAU M., CHARTIER H., le, 1910 : Extrême-Orient. Océan Indien (1ére partie). De Marseille à Co (...)

132Le premier guide français sur l’Inde, mentionné dans le catalogue de la Librairie française, paraît en 1910. Il a pour titre : Indes. Extrême-Orient. Océan Indien (1ére partie). De Marseille à Colombo. Guide pratique et pittoresque.756

133En 1911, après un premier voyage en 1891, bénéficiant de recommandations des plus hautes autorités du gouvernement français, Alexandra David-Néel s’embarque à nouveau vers l’Inde. Elle est chargée d’une mission du Ministère de l’Instruction publique. Ce périple étonnant à travers la péninsule indienne, et plus spécialement les confins himalayens, s’effectue après de nombreuses démarches auprès des autorités britanniques à Londres. C’est l’occasion pour l’ambassadeur de France à Londres d’expliquer le motif des réticences de ces dernières à délivrer des autorisations pour circuler dans ces régions, ainsi que celui de leur demande de renseignements complémentaires sur la personnalité et l’œuvre de David-Néel :

« Je crois devoir appeler sur ce point l’attention du Département en raison de la situation qui existe actuellement aux Indes où l’agitation politique se confond sur bien des points avec le mouvement religieux des esprits (…). Il faut que nous soyons en effet très prudents dans les missions que nous donnons aux Indes en ce moment car les autorités britanniques sont d’une sensibilité un peu ombrageuse sur tous les témoignages d’intérêts qui viennent de l’étranger à l’égard du mouvement des idées là-bas. »

134En 1914, espérant retourner au Népal depuis le Tibet, Alexandra David-Néel se verra refuser, par Londres, l’autorisation réclamée :

« Sir Edward Grey vient de me faire savoir, qu’après avoir consulté les autorités compétentes, le Gouvernement de sa majesté regrettait, dans les circonstances actuelles, de ne pouvoir accorder de facilités aux voyageurs européens pour entrer au Tibet, et qu’en conséquence il ne lui était pas possible d’accorder à Mme David-Néel l’autorisation qu’elle sollicitait. »

  • 757 AMAE P – CPC – nouvelle série n° 48 (f°293) - MIP et des Beaux-Arts à AE.

135La même année, une mission scientifique est à nouveau confiée à Lévi, ce dernier s’étant vu décerné l’année précédente le grade de docteur honoris causa par l’université de Calcutta. Il s’apprête à aller recevoir le diplôme, à l’occasion d’une mission définie comme économique, archéologique et linguistique, lorsque la guerre commence et diffère son retour dans la péninsule indienne.757 Le long séjour qu’il effectuera dans la péninsule en 1921 permettra de confirmer l’amitié et la reconnaissance des savants de l’Inde et du Népal à son égard

136A partir de 1883, un groupement se place au premier plan de l’action culturelle de la France dans le monde : l’Alliance française. L’Inde est une des régions d’Asie où elle s’implante le plus précocément. Pour autant, son action s’y développe avec prudence.

L’Alliance française de 1886 à 1944 : messisanisme culturel et perspectives coloniales

  • 758 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16, janvier-mars 1887 – « Assemblée générale du 24.02.1888. Rapport (...)

137En 1883, se constitue l’association qui porte à travers le monde le messianisme culturel français de la Troisième république. Elle base son action autour de la défense et la promotion de la langue française en France et à l’étranger, se fondant sur le principe suivant : « L’importance et l’avenir d’un pays dépendent, en grande partie, de l’extension de sa langue ».758 L’œuvre de l’Alliance est présentée clairement comme une œuvre patriotique, selon le double entendement prêté alors à ce mot. Il s’agit de « réparer » le désastre de la défaite de 1870, et de donner une nouvelle impulsion au rayonnement international du pays. Après la défaite de Sedan de septembre 1870, le traité de Francfort, du 10 mai 1871, a scellé la perte d’une partie de son territoire et porté atteinte à sa stature de grande puissance. Il s’agit en outre d’étendre l’influence française dans les territoires d’outre-mer.

  • 759 BRUÉZIÈRE M., 1983 : L’Af 1883-1983, Histoire d’une institution, p. 11-12, Paris : Hachette.

138L’attention se porte alors particulièrement sur le Maghreb, avec l’Algérie récemment conquise et le Protectorat imposé à la Tunisie par le traité de Bardo en 1881, et le Levant, considérés comme partie intégrante d’une sphère d’influence « traditionnelle ».759 L’établissement de l’association fait donc suite simultanément à la défaite face à la Prusse et à la mise en place du régime républicain. Ce mouvement républicain de reconquête du prestige national s’inscrit aussi dans le contexte de rivalités des grandes puissances dans le monde.

  • 760 Id., p. 10.
  • 761 Id. p. 11.

139Le 21 juillet 1883, la réunion à Paris du premier comité d’organisation de l’Alliance française est présidé par Paul Cambon, résident général en Tunisie et futur ambassadeur à Madrid, Constantinople et Londres. On y retrouve le directeur de l’Enseignement public en Tunisie, un chef de bureau au Quai d’Orsay, un représentant des communauté catholique, juive et protestante, ou encore Paul Bert, ancien ministre de l’Instruction publique.760 Parmi les présidents d’honneur des réunions suivantes on note les noms du sénateur Carnot, du général Faidherbe, du cardinal Lavigerie et de Ferdinand de Lesseps, et parmi les membres d’honneur, Octave Gérard, vice-recteur de l’Académie de Paris, Gaston Maspéro, directeur des musées d’Egypte, Désiré Nisard, Ernest Renan, Hippolyte Taine et Louis Pasteur. Parmi les président du Conseil d’administration riche de cinquante membres on peut citer Charles Tissot, ancien ambassadeur de France et membre de l’Institut. Paul Bert, Paul Cambon et Victor Duruy, ancien ministre de l’inspecteur général de l’Instruction publique, Pierre Foncin. Ce conseil compte des notabilités d’horizons différents : hommes politiques, diplomates, écrivains, archéologues, historiens – Ernest Lavisse notamment – géographes, magistrats, et l’éditeur Armand Colin.761

  • 762 Id., p. 30. De 1899 à 1914, c’est Pierre Foncin, ancien secrétaire général de l’association qui en (...)

140Les noms des premiers présidents confirment qu’il s’agit d’une véritable institution à caractère national. En 1886, Ferdinand de Lesseps succède à Charles Tissot. C’est ensuite Victor Duruy qui assume cette fonction (1889- 1891), puis le comte Colonna Ceccaldi (1892-1893), ministre plénipotentiaire et conseiller d’État, et le général Parmentier (1894-1899).762

141L’Alliance française, dont les statuts son votés par l’assemblée générale du 10 mars 1884, se définit comme « l’Association Nationale pour la propagation de la langue française dans les colonies et à l’étranger ».

142Dans son premier bulletin, au mois d’avril 1884, l’association présente l’évolution du nombre de ses sociétaires entre le 1er janvier 1884 et le 15 avril 1884, de 200 à 2 530 adhérents, et résume son programme :

143« Les fondateurs de l’Alliance française ont pensé qu’ils pourraient travailler utilement au maintien et à l’extension de l’influence de la France par la propagation de sa langue. Nous proposons :

  1. Dans nos colonies et dans les pays soumis à notre protectorat, de faire connaître et aimer notre langue, car c’est là peut-être le meilleur moyen de conquérir les indigènes, de faciliter avec eux les relations sociales et les rapports commerciaux, de prolonger au-delà des mers, par des annexions pacifiques, la race française qui s’accroît trop lentement sur le continent ;
  2. Dans les contrées encore barbares, de seconder les missionnaires français des divers cultes, ou les maîtres laïques français, pour la fondation et l’entretien d’écoles enseignant la langue française ;
  3. Partout enfin, d’entrer en relations avec les groupes de Français établis à l’étranger, afin de maintenir parmi eux le culte de la langue nationale.

144Les moyens d’action que nous comptons employer sont :

  • La fondation d’écoles ; des subventions accordées aux écoles qui existent déjà ; l’introduction de cours de français dans les écoles qui en sont dépourvues ;
  • La création d’écoles normales spéciales destinées à former des maîtres ;
  • Des encouragements aux livres et revues et particulièrement aux publications pédagogiques pouvant seconder l’œuvre de l’Alliance ;
  • La distribution de récompenses propres à assurer la fréquentation des écoles, à stimuler le zèle des élèves, à honorer celui des maîtres ou les bienfaiteurs de l’Alliance ;
  • La publication d’un Bulletin périodique
  • L’organisation de conférences et autres moyens divers de propagande ».763

145L’action que se propose de soutenir l’Alliance française présente de nombreuses similitudes avec celle du Service des Œuvres françaises à l’Étranger après la Première Guerre mondiale.

  • 764 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 33, le 07-09.1890, p. 71-77.
  • 765 Ibid.

146Dans un bulletin de l’année 1890, l’Alliance française rappelle ses buts et présente les arguments qui soutiennent son action.764 Au premier rang de viennent les qualités de la langue française, ensuite, le devoir patriotique qui s’attache à sa défense. Selon l’association, l’action pour la défense du français est à l’avant-garde de la défense des intérêts vitaux de la nation française. Elle est directement liée à la défense de ses intérêts commerciaux, et participe à la défense de l’influence française face aux dangers de la baisse de la natalité et face à ceux de la propagande des nations rivales.765

147Nous retrouvons ici quelques-uns des arguments du régime républicain pour justifier l’expansion coloniale. L’association veut donc créer autour de l’enseignement du français un courant fédérateur qui réunisse les représentants et les acteurs de l’influence française. On retrouve là une caractéristique essentielle de la politique culturelle de la France pour qui la diffusion de la langue est le préalable à toute influence et toute action culturelle.

148Afin de poursuivre ses objectifs, l’Alliance française met en place sur son territoire, Algérie inclue, des comités de propagande. Le reste du monde est couvert par des comités d’action répartis en quatorze sections. Les cinq premières sont constituées par l’Europe, les sections 6 à 8 par l’Afrique, la neuvième par le Levant, la dixième par l’Asie, la onzième par le Pacifique et les sections douze à quatorze par l’Amérique.

149L’intitulé exact de la section 10 est le suivant : « X. Section de l’Asie méridionale et de l’Extrême-Orient : Inde française, Indochine, Chine, Japon. » L’Inde britannique n’y est donc pas mentionnée spécifiquement. Le Bulletin de l’Alliance française fait un point trimestriel sur les réunions du conseil d’administration, les grandes directives et la progression de l’association. Il permet d’observer quelles sont en les orientations de ce grand courant fédérateur de la culture française dans le monde.

L’Inde française

« Combien vaste est la tâche dans cette populeuse région de l’Inde où nous avons à regagner près de deux siècles de temps perdu pour la propagation de notre langue. »
 - Bulletin de l’Alliance française n° 58, 1896-

150Rapidement, à l’intérieur du sous-continent indien, la scolarisation en Inde française apparaît comme la préoccupation principale de l’association. Dix ans après la création de l’Alliance française, la route semble encore très longue :

  • 766 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52,octobre-décembre 1894, p. 199-231.

« L’administration française, jusqu’à ces dernier temps, semblait se désintéresser entièrement dans l’Inde de l’éducation de la jeunesse coloniale. Il y a cinquante ans, il n’existait à proprement parler aucune école dans la colonie. On payait bien un maître d’école pour Pondichéry et un pour Chandernagor, mais c’était tout ce que le budget local consacrait à l’instruction proprement primaire.
D’importants progrès ont donc été accomplis et ils permettent d’envisager l’avenir avec quelque confiance. Mais la tâche sera lourde. M. Boulanger, à qui nous empruntons la plupart de ces renseignements, estime qu’il faudrait 557 écoles nouvelles dont la création coûterait 3 899 000 francs et que le traitement des maîtres nouveaux ne s’élèverait pas à moins de 1 300 000 francs par an. Devant l’énormité de cette dépense pour un budget local qui ne dépasse guère deux millions de francs, ce fonctionnaire proposait, en attendant des jours meilleurs, d’adopter le système anglais qui consiste à subventionner les bonnes écoles privées. L’idée mérite d’être étudiée. C’est d’ailleurs la méthode adoptée presque partout avec succès par l’Alliance française. »766

151Diverses solutions sont dès lors être envisagées, mais le problème des ressources reste récurrent et aucune mesure ne semble être mise en place pour la résoudre.

  • 767 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 3-4, janvier-mars 1885, p. 20-24.

152L’Alliance française suit de près les progressions de la politique de scolarisation dans les comptoirs à laquelle elle contribue par ses subventions. Son objectif est d’ y mettre en place des écoles qui pourront ensuite être prises en charge par l’administration française. Cependant le relais de l’administration française tarde à venir. Pourtant, comme le rappelle Pankristo Chauduri à l’institution Sainte-Marie de Chandernagor, le 24 août 1884, lors d’une réunion préliminaire en vue de la création d’un comité de l’Alliance française – qui finalement ne verra pas le jour – une opportunité se présente à la France, à travers ses comptoirs, pour attirer de jeunes diplômés indiens.767 La situation économique et sociale y étant largement dominée par l’influence britannique, le gouvernement français s’y désintéressant au profit des colonies plus récentes et des colonies de peuplement, les comptoirs ne se trouvent pas en position de jouer le rôle de relais vers les universités françaises.

  • 768 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 39, janvier-mars 1892, Assemblée générale - Rapport de M. Foncin, secré (...)
  • 769 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 58, janvier-février 1896, p. 16.
  • 770 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 43, janvier-mars 1893, p. 38.

153Après un premier comité créé en 1889, le comité de l’Alliance française à Pondichéry semble disparaître au début de l’année 1891,768 avant de se reconstituer sous l’impulsion de Ferrier, inspecteur de l’instruction publique en Inde française, à partir de 1896.769 Lors de cette interruption le rédacteur du Bulletin de l’Alliance française s’indigne : « Le comité, qui donnait les plus belles espérances, s’est découragé on ne sait pourquoi, et s’est dissous. Cette situation n’est guère digne de l’ancienne capitale de Dupleix — Qui voudra reprendre en main la cause de l’instruction des indigènes ?»770

154Cependant à la fin de la première décennie du XXe siècle, le comité de Pondichéry reste dans une situation financière précaire. L’association tente alors d’attirer l’attention dans son bulletin sur les ressources très limitées du comité de Pondichéry que, contrairement à de nombreuses autres antennes de l’Alliance française à l’étranger, aucun comité français ne parraine :

  • 771 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 116, le 15.04.1909, p. 144.

« Nous serions heureux que quelques-uns de nos Comités de Propagande leur vinssent en aide et prennent les écoles de l’Alliance Française dans l’Inde, sous leur patronage. »771

  • 772 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 118, le 15.10.1909. Il est fait état à la page 343 d‘un don de 100 roup (...)

155Patronage d’État ou privé, l’Alliance française cherche des relais pour soutenir une action à l’équilibre financier précaire. Significativement, la personne qui répondra à cet appel n’est d’autre que R. D. Tata.772

  • 773 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 133, le 15.07.1913, p. 339-344.

156En ce qui concerne Pondichéry, le Bulletin de l’Alliance française signale en 1913 : « Peut-être serait-il aussi temps d’essayer d’organiser à Pondichéry, malgré les moyens restreints dont dispose le Comité, des réunions et des conférences destinées à faire connaître son œuvre au grand public et à en faire ressortir l’intérêt vraiment national ».773

  • 774 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52, octobre-décembre1894, p. 199-231.
  • 775 MISRA-BESNARD K. 1998 : Le mouvement nationaliste en Inde. Le cas de Chandernagore : le premier mai (...)

157A moins de se diriger vers l’administration française, les rares enfants de l’Inde française qui apprennent le français et veulent poursuivre leur carrière doivent ensuite se diriger vers des institutions d’enseignement où dominent l’anglais, comme ne manque pas de le rappeler un Bulletin de l’Alliance française publié en décembre 1894.774 De plus, à partir de 1902, la possibilité, pour les étudiants de sexe masculin, de présenter le français en seconde langue étant remise en cause, les étudiants de sexe masculin ne peuvent plus poursuivre l’étude du français au niveau universitaire, que ce soit à Madras ou à Calcutta. La langue française perd ainsi un de ses rares débouchés. Au début du XXe siècle, à Chandernagor, le français tend à disparaître à l’intérieur même du collège Dupleix.775

158L’enseignement du français reste néanmoins attractif pour les populations sensibles à l’argument de la gratuité de la scolarité qu’offrent les établissements publics français par rapport aux coûteuses institutions privées fréquentées par les enfants de l’élite. Cette politique à caractère social qui touche, les différents rapports de l’Alliance française en témoignent, une partie très limitée de la population, ne peut soutenir de présence culturelle que par un suivi des francophones ainsi formés et d’une coordination entre leur études et les possibilités d’évolution professionnelle en Inde. Or, ces derniers peuvent poursuivre une carrière dans le système administratif colonial qui les oriente vers le monde francophone, coupés de l’environnement anglophone de l’Inde. La possibilité pour eux d’avoir une influence dans la péninsule supposerait une double formation, avec une qualification professionnelle correspondant aux conditions socio-culturelles du Raj, en plus de leur qualité francophone. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, les conceptions françaises en matière de géopolitique n’intégrent cependant pas la dimension de superposition des aires culturelles et des dynamiques qui peuvent en découler. Jusque dans les années 1940, l’action de l’Alliance française dans les comptoirs ne peut donc pas permettre la diffusion de la culture française dans le reste de l’Inde.

159D’ailleurs, en dépit de l’attachement à la culture française manifesté par une partie des élites indiennes, une des constantes dans les positions affichées par l’Alliance française est l’idée selon laquelle l’Inde ne représenterait pas un terrain favorable pour l’action culturelle de la France :

  • 776 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 83, “Rapport du secrétaire Générale de l’Assemblée Générale du 18.02.19 (...)

« L’Inde anglaise n’est pas une contrée très favorable à notre action ; nous n’y avons que le groupe de Secunderabad et quelques adhérents à Calcutta. »776

  • 777 BRUÉZIÈRE M., L’Af 1883-1983…, p. 11-12, .

160Dans sa mission de propagation de la culture française, l’action de l’Alliance est dirigée prioritairement vers les régions liées politiquement à la France, ou celles ouvertes à son influence, c’est-à-dire celles qui sont libres de l’emprise britannique. Son action se dirige d’abord vers les colonies, ou les régions considérées comme traditionnellement liées à la France, tel le Levant.777 L’Inde n’appartient donc pas aux régions du monde perçues comme prioritaires, en dehors des comptoirs, pourtant bien pauvrement dôtés. En tant que possession britannique, l’action y est considérée a priori comme difficile.

161À l’issue de l’assemblée générale du 24 février 1886, le secrétaire général énonce ainsi les principes qui doivent guider l’action de l’Alliance française dans les pays de civilisation dite orientale :

  • 778 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16, janvier-mars 1887, “Assemblée générale du 24.02.1886, rapport du (...)

« J’ai insisté longuement sur nos colonies pour deux raisons ; d’abord parce que là, ce me semble, doit se porter jusqu’à nouvel ordre l’effort principal de l’Alliance française, ensuite parce que nous y sommes chez nous et que nous pouvons parler tout à notre aise. Je serai plus bref en ce qui concerne les contrées d’une civilisation différente de la nôtre, où la France a des intérêts politiques et commerciaux et où la propagation de notre langue, instrument de notre influence, doit être entourée de certaines précautions. »778

  • 779 PINIAU B., ROCHE F., Histoire de la diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 32-36.
  • 780 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16, janvier-mars 1887, “Assemblée générale du 24.02.1886, rapport du (...)

162Pierre Foncin rappelle que la plus importante de ces contrées est le Levant, et ensuite le Maroc.779 Il souligne, en outre, l’importance de l’action à mener en direction des groupes de Français à l’étranger à Madrid, en Russie, à La Plata, à Panama ou à Rio de Janeiro ; ainsi qu’envers les pays et les régions de langue française tel que la Belgique, le Val d’Aoste, le Val de Suze, le Canada, la Louisiane, Haïti, et Maurice. Enfin, c’est très important, le secrétaire général prône, en ce qui concerne les pays « étrangers de civilisation européenne », de ne pas intervenir.780

163Au sujet de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie, Pierre Foncin analyse ainsi l’action des missionnaires anglo-saxons :

  • 781 Id. En gras dans le texte.

« … Les missionnaires anglo-américains répandent en Afrique, en Asie, en Océanie, leurs bibles d’abord, puis l’usage de l’alphabet de la langue anglaise : à la suite des bibles et des alphabets britanniques arrivent les cotonnades de Manchester. Nos voisins d’outre-Manche sont des gens pratiques et ils savent que partout où résonne la langue anglaise on achète des produits anglais. La langue est ainsi une arme, une force redoutable. »781

  • 782 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 63, 01.01-15.03.1897, « Mer des Indes et Extrême Orient », p. 43.

164L’action culturelle anglaise fait donc figure de modèle et l’Alliance française n’esquisse alors pas de projet concurrent dans les régions sous l’influence de l’Angleterre. En 1897, on peut encore lire ce constat au sujet des régions d’Asie sous contrôle britannique : « Somme toute notre langue rencontrerait de ce côté des facilités particulières d’expansion, si elle ne s’y heurtait à une concurrence redoutable, celle de la langue britannique. Là aussi l’Alliance française est appelée à servir directement les intérêts politiques et économiques du pays. »782

  • 783 M. BRUÉZIÈRE, L’Af 1883 – 1983, p. 80.

165Pendant la guerre, les outils culturels sont mobilisés pour participer à l’effort de propagande. C’est aussi le cas pour l’Alliance française qui entreprend en novembre 1914 la publication d’un Bulletin de guerre édité en neuf langues étrangères.783 Au sortir de la Première Guerre mondiale, dans le prolongement des habitudes volontaristes prises par l’État pendant le conflit, la notion de propagande va dominer l’action culturelle de la France dans le monde. Les différents aspects de l’action des États vont se décliner à travers elle : propa-gande commerciale, industrielle, économique, politique, intellectuelle, etc.

  • 784 AMAE N – CB n° 12 -consu cal à AE, le 12.06.1920 : Propagande française.

166Dans sa réponse à la circulaire n° 1 du Service des Œuvres françaises à l’Étranger, en vue d’établir l’état de « l’organisation des propagandes françaises et étrangères dans les circonscriptions consulaires », le consul à Bombay évoque l’importance de la propagande sur les plans politique, commercial, intellectuel, musical, artistique, médical, etc. « Il n’est pas jusqu’à la propagande sportive qui n’ait son importance, surtout dans un pays d’influence anglo-saxonne »,784 conclut-il.

  • 785 PINIAU B., ROCHE F. : Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 38.

167Le premier outil de la propagande est l’information. Le gouvernement français s’implique directement dans sa diffusion, à partir de l’hiver 1915- 1916. C’est le Ministère des Affaires étrangères qui est chargé d’organiser cette diffusion, notamment à travers la Maison de la Presse, dont l’objet est d’assurer la propagande via les livres, les filmd et les manifestations artistiques pour mener à la victoire contre l’Allemagne.785 Significativement, les dossiers du Quai d’Orsay concernant les publications dans la presse indienne de 1918 à 1940 sont réunis sous l’intitulé Presse et Propagande. Pour les relations culturelles franco-indiennes, la question de l’information est d’une importance telle que Lévi, lui-même, tente d’intervenir en faveur du développement de liens directs entre les deux pays dans ce domaine.

Héritage colonial et politique culturelle

168Les grandes orientations de l’action culturelle de la France dans le monde sont présentées dans une circulaire du Ministère des Affaires étrangères, publiée au mois de janvier 1920. Elle rappelle en préambule le rôle interventionniste et centralisateur du Quai d’Orsay dans tous les domaines de l’action française dans le monde. Les usages interventionnistes de l’État français y sont donc clairement établis ainsi que les régions vers lesquelles il privilégie le développement de son action culturelle. Selon Piniau et Roche :

  • 786 Id., p. 36.

« … le Quai d’Orsay avait été conduit à une profonde mutation qui mit toutes ses forces dans le conflit contre l’Allemagne. Cela passait, et on le comprit vite, par la guerre psychologique, le contrôle de l’information, l’encouragement à la propagande auprès des élites des pays neutres ou alliés (…). En règle générale, la conjoncture appelait naturellement à une centralisation, à un contrôle, à un dirigisme que la situation faisait mieux accepter. C’est sans doute à ce moment que s’imposèrent des habitudes volontaristes de l’État et que s’instaura une tradition qui allait marquer l’action culturelle extérieure de la France au XXe siècle. »786

  • 787 On note en effet la création d’un Service des écoles et des œuvres françaises en avril 1909. En 191 (...)

169Le Service des Œuvres françaises à l’Étranger est un service rattaché au Ministère des Affaires étrangères qui prend forme avant le conflit.787 Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est chargé de coordonner l’action culturelle française à l’étranger en répartissant le soutien du Quai d’Orsay aux missionnaires, comités de l’Alliance française, professeurs détachés dans les lycées ou collèges, etc. On retrouve sous son autorité différentes sections telles que la Section universitaire ou la Section des écoles.

170Après 1918, le Ministère des Affaires étrangères réaffirme son autorité sur l’action de la France dans le monde. Toujours dans la même circulaire, on peut lire après l’intitulé suivant :

  • 788 AMAE N – Inventaire du SOFE- Circulaire du MAE : Organisation du Service des Œuvres.

« L’action du Ministère des Affaires étrangères dans le domaine de la propagande – Service des Œuvres françaises à l’Étranger et Service d’information et de presse. S’il est un principe qui doive s’affirmer, quasi d’évidence, c’est qu’au Ministère des Affaires étrangères incombent la charge et la responsabilité des relations extérieures de la France et que, par conséquent, aucune action politique, économique ou intellectuelle ne peut être ni provoquée, ni poursuivie à l’étranger sans l’intervention de ce Ministère et en dehors du contrôle de nos agents diplomatiques. »788

171Cette circulaire attache une importance particulière à l’information.

172Le Quai d’Orsay réorganise l’action culturelle en regroupant les divers services existants. Concernant l’action en Extrême-Orient, il présente ses priorités de la manière suivante :

  • 789 Id., p. 53.

« Notre effort, en Extrême-Orient s’est surtout porté sur la Chine, puis sur le Japon et le Siam. Notre action est demeurée presque nulle aux Indes néerlandaises, en Australie et dans les Indes anglaises.
Bien qu’il soit intéressant d’arriver en partie à combler cette lacune, il n’en est pas moins vrai que c’est en Chine, dans le Japon et le Siam, que nous pouvons espérer obtenir les meilleurs résultats en matière d’œuvres scolaires et d’influence. Notre but n’est-il pas de constituer une clientèle intellectuelle et commerciale et ce but ne sera-t-il pas d’autant plus aisément atteint que notre enseignement s’adressera à des peuples, dont l’éducation moderne, en pleine formation, dépendra davantage de l’étranger. »789

  • 790 Voir aussi BERNARD C., 1991 : La Politique Culturelle de la France en Chine entre les Deux Guerres (...)
  • 791 AMAE N – Inventaire du SOFE : Circulaire du MAE : « Organisation du Service des Œuvres », p. 54.

173Les grandes lignes définies aggravent l’exclusion de l’Inde des axes prioritaires de l’action du Quai d’Orsay en favorisant un redéploiement dans les régions où, de façon empirique, il avait établi les bases de son action lors de la période précédente. La circulaire rappelle les nombreux établissements français en Chine « ayant le caractère d’écoles préparatoires » et l’opportunité de consolider les positions acquises par la France à Shanghai, en reprenant la direction de l’école de médecine et d’ingénieurs que dirigeaient les Allemands et qui fut fermée pendant la guerre.790 La circulaire rappelle également les allocations versées par le Ministère des Affaires étrangères à différentes écoles au Japon, ainsi qu’à différentes missions, précisant : « Nous allons avoir à nous maintenir en face de l’influence anglaise et contre l’influence allemande qui vont s’y développer dans des proportions redoutables ».791 Au Siam la circulaire préconise de chercher « au moins » à maintenir les établissements existants.

  • 792 Sous-section du SOFE, chargée comme son nom l’indique des relations avec les universités et les éco (...)
  • 793 Ibid.

174La circulaire conclut la présentation de ses objectifs dans les termes suivants : « Telle est l’œuvre entreprise, ou à entreprendre, par notre section universitaire des écoles.792 Le simple et trop rapide aperçu qui précède ne peut donner une idée de la tâche immense dont elle est chargée et qui doit assurer à notre propagande le plus précieux et le plus efficace rayonnement. »793 Ainsi, alors que la politique culturelle française se définit autour du soutien aux écoles, et plus généralement à la formation supérieure, il n’est fait mention d’aucune action en Inde, passée ou à venir. Pourtant, les populations qui sont définies par la circulaire comme la cible de l’action française sont celles dont l’éducation moderne dépend de l’étranger. C’est le cas des élites indiennes qui, malgré la domination britannique, ont montré que, loin d’être captives, elles faisaient preuve d’une capacité à mettre à profit l’offre internationale en matière d’enseignement supérieur selon ses propres intérêts.

  • 794 BERNARD C., La Politique Culturelle de la France en Chine entre les Deux Guerres Mondiales, p. 101- (...)
  • 795 ROUAUD S., 2001 : L’action culturelle de la France au Japon dans l’entre-deux guerres, Université d (...)

175La portée concrète de la définition de ces priorités va se mesurer par l’investissement consacré à la Chine, à travers l’important soutien apporté à certaines institutions de formation et aux bourses offertes aux étudiants chinois en France,794 mais aussi au Japon, avec le soutien à diverses initiatives et institutions sur place, et notamment l’Institut franco-japonais de Tokyo, créé par Sylvain Lévi en 1926.795 Nous avons vu cependant qu’en Inde, certains liens existent avec les intellectuels, tandis que plusieurs projets culturels étaient proposés par des personnalités indiennes, et parfois françaises.

  • 796 AMAE N – Consu bom n° 12 -consu cal à AE : Propagande française, le 12.06.1920.

176En juin 1920, le gérant du consulat à Bombay dans sa réponse à la circulaire n° 1 du Services des Œuvres, présente en détail la situation de la "propagande française en Inde". Énumérant les positions respectives des différentes nations et l’actif travail de l’Angleterre dans ce domaine, il souligne un secteur dans lequel la propagande française bénéficie du préjugé le plus favorable : la coopération intellectuelle, précisant : « La propagande politique française à Bombay, si l’on ne veut pas soulever les suspicions anglaises, doit être forcément limitée. »796 L’attitude prudente vis-à-vis de l’Angleterre réapparaît au premier plan.

177En 1929, le consul à Bombay manifeste son optimisme quant à la situation que pourraient trouver des professeurs venus de l’hexagone enseigner leur langue, tout en exprimant ses regrets de voir le gouvernement français ne pas s’impliquer dans l’organisation d’une école favorisant l’enseignement du français :

  • 797 AMAE N – Consu bom n° 12 -consu cal à AE, le 28.05.1929.

« Pas d’École Berlitz, Gouin ou autres où le français soit à la base de l’enseignement. Elles auraient à Bombay surtout, à Calcutta, à Madras, à Lahore ou Delhi peut-être quelques chances de réussite et quelques professeurs sérieux trouveraient, outre des classes et des leçons privées, quelques cours assez bien rétribués dans les écoles européennes ou dans les colleges des universités. »797

  • 798 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 -consu cal à AE, le 20.01.1930.

178Les appels du consul ne sont pas entendus. En 1930, le professeur Charlier quitte Ahmedabad après vingt années au service de la langue française. Le principal du collège universitaire où il officie adresse alors au Cercle littéraire et au consulat un appel à candidature, en vue d’assurer son remplacement. L’annonce précise le désir de voir Charlier être remplacé par un jeune professeur français de métropole parlant anglais. Elle indique que la rémunération est modeste mais que s’y ajoutent une prime d’Outre-mer et une augmentation progressive chaque année. Le consul à Bombay appuie cette requête au nom de l’influence française en Inde : « Pour notre influence et l’expansion de notre langue dans ce pays, il serait très souhaitable de voir ce poste occupé par un Français, et sans doute, votre Excellence jugera bon d’inviter quelques-uns de nos jeunes instituteurs, connaissant l’anglais, à poser d’urgence leur candidature ».798

  • 799 Voir le dossier suivant : AMAE N – SOFE n° 219.
  • 800 AMAE N – SOFE n° 219, le 14.04.1930 (Candidature de M. Dumézil).
  • 801 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 220.

179Cet appel à candidature d’un professeur français dans un collège universitaire d’une ville importante fait l’objet de différentes dépêches.799 Georges Dumézil pose sa candidature à ce poste, mais Jean Marx, un des responsables du Service des Œuvres françaises à l’Étranger et tête pensante de l’action culturelle française durant de longues années, l’encourage à rester à son poste en Turquie, où il juge sa présence plus bénéfique, et plus intéressante pour la poursuite de ses recherches.800 Aucune candidature n’est donc finalement communiquée au collège d’Ahmedabad. L’année suivante, le même Jean Marx enverra Georges Dumézil en poste à Uppsala en Suède.801

180Le Quai d’Orsay semble donc accorder peu de valeur à la recherche de terrain et à l’enseignement du français sur la péninsule. Ces choix remettent également en question le renouvellement de l’indianisme français. Un tel séjour en Inde, lors de ses années de formation, n’eût certainement pas été sans conséquence sur l’œuvre du futur grand historien des religions, précurseur de l’analyse structurale des mythes.

181En 1931, la Section des écoles, sous-direction du Service des Œuvres françaises à l’étranger, semble s’intéresser aux perspectives qui sont offertes à l’enseignement du français en Inde. C’est le mathématicien André Weil qui suscite son attention :

  • 802 AMAE N – SOFE n° 219 - Section des écoles à consu cal, le 26.04.1931.

« Depuis quelques années se manifestent en Inde, en particulier dans les milieux universitaires et intellectuels, une certaine curiosité pour la littérature et les arts français et un certain goût pour notre culture. »802

  • 803 Ibid.
  • 804 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Wei (...)
  • 805 AMAE N – SOFE n° 219 - André Weil à SOFE, le 18.02.1930.

182Depuis l’université musulmane d’Aligarh où il enseigne, Weil envoie plusieurs rapports traitant des perspectives offertes à la culture française en Inde. Le mathématicien est persuadé de la nécessité pour la France d’affirmer une présence culturelle en Inde.803 En 1931, une subvention lui est même confiée pour tenter de nouer des contacts dans les milieux universitaires. Aucun résultat ne semble voir le jour. Du reste, la subvention accordée est excessivement modeste en regard du projet présenté dans son rapport du 18 juin 1931, visé en sa présence par Jean Marx, Sylvain Lévi et Jules Bloch.804 Sylvain Lévi néanmoins reste en contact avec lui en vue soutenir des initiatives susceptibles d’établir un rapprochement avec les intellectuels indiens,805 mais le futur membre de l’Académie des sciences quitte l’Inde en 1932.

183Cette attention du Ministère des Affaires étrangères semble avoir été très ponctuelle et ne se traduit pas par un soutien à l’enseignement du français. En mars 1931, dans sa réponse à une candidature du professeur Annoussamy, de Toulouse, à un poste d’enseignant détaché en Inde britannique, la section des écoles confirme toute l’indifférence du Service des Œuvres à cet égard :

  • 806 AMAE N – SOFE n° 219 - SOFE (Section des écoles) à Daladier (député), le 25.03.1931.

« J’ai le regret de faire savoir qu’aucun poste d’enseignement relevant de mon département ne se trouve dans l’Inde britannique ».806

184Pour un professeur venant d’Europe, en l’absence de tout soutien de la part du Quai d’Orsay, enseigner la langue de Ronsard ressemble à un sacerdoce. Pour poursuivre leur activité, les professeurs de français en Inde doivent épouser la vie indienne. Du fait de l’absence de professeurs détachés, ce sont finalement les professeurs indiens qui représentent les principaux promoteurs de la culture française en Inde, particulièrement ceux ayant séjourné en France.

185La nécessité de former un groupement servant de plateforme culturelle et intellectuelle entre les deux pays a déjà été avancée au moment de la création du Comité franco-indien en 1914. Le projet le plus important à destination des professeurs indiens ayant étudié en France est l’association des Amis de Paris à Calcutta. Malgré son succès, cette initiative, qui ne reçoit pas le soutien du Quai d’Orsay, ne dure que de 1934 à 1935.

186En 1937, les Affaires étrangères finissent par accepter le projet d’un institut français en Inde. C’est l’Institut français de Lahore proposé par professeur Prakash Shastri et soutenu par Jules Bloch. Ce projet se voit, en effet, accorder une subvention pour l’exercice 1937-1938 :

  • 807 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71, SOFE (Section des Écoles) à Prakash K. Shastri (45, avenue de Ver (...)

« Monsieur, Je suis tout décidé à vous aider dans la réalisation de votre projet, je vous demanderais d’avoir l’obligeance de m’adresser aussitôt que possible d’accord avec notre ami M. Bloch de l’Institut de civilisation indienne, des précisions aussi grandes que possibles sur votre projet d’une création d’un centre d’études françaises à Lahore. Je vous demanderai de me faire savoir comment vous concevez votre liaison avec l’université, quel serait le fonctionnement de cet organisme, sa clientèle éventuelle.
J’envisage la possibilité de vous réserver un choix assez important de livres. »807

  • 808 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53,consu cal à AE, le 28.11.1938 (Voyage à Lahore).

187Une visite du consul général à cet institut, à la fin de l’année 1938, ne permet pas d’obtenir plus de précision sur la nature et les développements d’une initiative franco-indienne une fois de plus rapidement interrompue par la guerre.808

La participation des missionnaires français au système éducatif du Raj

La question du rôle culturel des religieux français en Inde

  • 809 AUBERT (R.), (Dir.), Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique, p. 1020-1022, op. cit(...)

188A la fin du XIXe siècle, les religieux français en Inde composent la très grande majorité de la communauté française en Inde. Leur présence est liée à la fois à l’expansion de l’activité missionnaire française dans le monde et au renouveau de l’action missionnaire chrétienne en Inde, un renouveau encouragé par les autorités britanniques.809

La présence missionnaire française dans le sud-est de la péninsule

  • 810 Voir SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde Analyse critique, p. 17-20.

189L’importance des missions religieuses dans le domaine de la propagande culturelle est reconnue par les responsables politiques de la Troisième République.810 On pourrait s’étonner dès lors de la tolérance vis-à-vis des missionnaires étrangers dont font preuve des autorités britanniques, par ailleurs si soucieuses d’empêcher le développement de toute influence française.

  • 811 Voir sur le mouvement d’organisation et la créations des nouveaux vicariats apostoliques : AUBERT R (...)

190Les religieux français contribuent à l’extension et l’organisation du clergé dans le sud de l’Inde au XIXe siècle. D’une implantation localisée, l’Eglise catholique étend alors ses activités sur de larges territoires. Plusieurs ecclésiastiques français sont nommés à la tête des nouveaux vicariats apostoliques qui sont créés lors des synodes de Pondichéry de 1845 et 1849.811 La seule société des Missions-Étrangères se voit confier dans l’Inde les vicariats apostoliques de Pondichéry, Mysore et Coimbatore, le vicariat apostolique de Vizagapatam étant confié à un membre des Salésiens d’Annecy. À cela, il faut ajouter la mission du Maduré confiée à la provinciale de la Compagnie de Jésus de Toulouse.

191Cette présence est facilitée par la Compagnie des Messageries maritimes. Dans le récit de son long séjour en Inde, Baulez évoque ces facilités de voyage accordées grâce au gouvernement français aux missionnaires de l’Hexagone :

  • 812 BAULEZ M.J., 1886 : Vingt ans dans l’Inde, p. 154, op. cit

« Ce n’est que depuis 1863 que les prêtres du Séminaire des Missions-Étrangères s’embarquent à Marseille ; jusqu’à cette époque, ils partaient à Bordeaux. Quand la Compagnie des Messageries Impériales (aujourd’hui Maritimes) ouvrit la ligne de l’Indochine, le Gouvernement français obtint pour les missionnaires une réduction des prix considérable.»812

  • 813 Id., p. 11.

192Une fois, sur place, le clergé français peut se féliciter de l’attitude des autorités britanniques vis-à-vis des missionnaires chrétiens. Ainsi Baulez note : « Les missionnaires et les chrétiens jouissent dans l’Inde d’une très grande liberté . »813

  • 814 Précédemment proviseur du collège colonial.
  • 815 LAOUENNAN Mgr, 1893 : Lettres sur l’Inde, p. XIII-XIV, Paris : Lecoffre.

193Une présence missionnaire française relativement importante s’implante donc dans la péninsule indienne, principalement au Sud-Est et au Centre. En 1879, la publication de la première partie du Directoire de la Mission de Pondichéry par Mgr Laouënnan, archevêque de Pondichéry,814 traduit l’importance de ce mouvement missionnaire français. Selon son auteur, cet ouvrage est : « … aux mains de tous les prêtres du sud de l’Inde. C’est le guide le plus sûr pour l’organisation et l’administration des chrétiens. »815

  • 816 BARTHÉLÉMY J.S.H. de, L’Inde anglaise et son état actuel, p. 177, op. cit.

194Simultanément à leur œuvre confessionnelle, les missionnaires français participent très activement à la tâche d’édification du système éducatif britannique en Inde. « À Madras, ce sont les missionnaires qui font presque tout, avec l’appui du gouvernement »,816 note Mgr Laouennan.

195Dans les écoles qu’ils créent, les missionnaires français mènent côte à côté œuvre scolaire et œuvre confessionnelle. L’action du père Renevier au collège de Mandjacoupam est un autre bon exemple :

  • 817 Saint Joseph de Cluny (NdA).
  • 818 BAULEZ M. J., Vingt ans dans l’Inde, p. 110-112, op. cit.

« Après avoir passé sept ans au Collège colonial de Pondichéry, le P. Renevier avait été envoyé là par Mgr Godelle pour commencer, à peu près sans argent, une œuvre qui exige avant tout des ressources pécuniaires. On lui dit : nous n’avons qu’une vieille maison à Mandjacoupam ; faites-en un beau collège (…). Quand il (le Père) put se faire comprendre, il se déclara Principal de l’Institution Saint-Joseph817 (…). Quelques frères de Bangalore furent appelés comme professeurs. Une dizaine d’élèves se firent inscrire, puis une vingtaine, puis une cinquantaine, et aujourd’hui il y en a près de six cents (…).
Les Anglais avaient aussi une école (…), la plupart des maîtres étaient eux-mêmes païens et le Principal était protestant ».818

196Le travail scolaire, qui s’ajoute à celui de la catéchèse, laisse peu de temps pour un éventuel travail en faveur de la culture française, particulièrement dans une région où la multiplicité des langues et des coutumes rend ces tâches difficiles.

197La dynamique de l’action missionnaire s’inscrit donc dans le cadre de l’organisation par le gouvernement du Raj du système éducatif. Les autorités britanniques encouragent cette œuvre tout en gardant le contrôle des programmes, ainsi que l’explique le père Renevier :

  • 819 Ibid.

« C’est surtout pour éloigner nos enfants de ce foyer d’indifférence religieuse, sinon d’athéisme, que le Collège de Mandjacoupam fut fondé. (…) En quelques années, l’école catholique fut à la hauteur de celle du gouvernement ; plusieurs élèves passèrent d’excellents examens et obtinrent les grades universitaires ; le Gouvernement anglais vint lui-même généreusement à l’aide de la Mission, et enfin le collège fut agrégé à l’université de Madras.
À ce propos, je ferai remarquer que les Anglais, loin de tracasser les écoles catholiques, les soutiennent, au contraire, absolument comme celles dirigées par les ministres protestants et par le Gouvernement lui-même. Des inspecteurs vont, de temps en temps visiter toutes les écoles et les collèges qui reçoivent des secours ; ils examinent les registres de présence, s’assurent que les classes sont faites convenablement, interrogent les élèves et donnent des avis aux professeurs. Mais là se borne leur ingérence. Chaque directeur est absolument libre de suivre la méthode qu’il préfère, de choisir les livres qu’il juge les plus convenables, en un mot de donner à son école ou à son collège la direction qu’il lui plaît. Le Gouvernement se contente de faire connaître les matières qui doivent être présentées pour les examens officiels. Il publie un “text-book“, c’est à dire un choix de morceaux littéraires, prose ou vers, pris dans les meilleurs auteurs ; les élèves qui se présentent aux examens ont à expliquer le texte d’après les idées de l’Etablissement auquel ils appartiennent.
Quand une école est déclarée par l’Inspecteur être dans de bonnes conditions, le Gouvernement lui accorde un secours, ordinairement la moitié des dépenses totales. »819

198Une autre aperçu de l’expérience d’enseignement dans le sud de la péninsule nous est donnée par le missionnaire Jauffrineau :

  • 820 ASM-E, JAUFFRINEAU P. 1936 : « Journal du Mysore » in Bulletin de la Société des Missions-Étrangère (...)

« Je fus envoyé, le 20 septembre 1905, au Collège Saint-Joseph, pour y enseigner l’anglais (…). À la fin de décembre 1905, je revenais à la procure pour faire un peu de tamoul (…). Je revins à Chikmagalur jusqu’en juin de l’année suivante, faisant à la fois de l’anglais, du tamoul et du canara, ainsi que… la chasse aux canards de temps à autre. »820

199La Birmanie fournit un exemple supplémentaire de cette action des missionnaires français dans l’empire des Indes britanniques. Le 7 mars 1907, le consul de France à Rangoon écrit au Ministère des Affaires étrangères au sujet de l’ouverture, par des prêtres français des Missions-Étrangères, d’une école chinoise qui est destinée à recueillir les orphelins à Mandalay, aux frais du gouvernement de la Birmanie :

  • 821 AMAE P – CPC – nouvelle série n° 20 : Birmanie et confins chinois. En collaboration avec Karine DEL (...)

« Ces orphelins sont élevés par les soins des prêtres français des Missions Etrangères de Paris, qui sont à la tête de cet établissement. Les Anglais, très libéraux en matière de croyances, ne se croient pas obligés de se passer du concours d’hommes dévoués, à cause de leur qualité de prêtres, et, même étrangers, ils les font concourir aux œuvres britanniques. (…) Le but du Gouvernement de Birmanie, en donnant son aide à cette école, est de mettre auprès des mandarins provinciaux de l’Ouest du Yunnan des jeunes gens connaissant l’anglais et les mœurs anglaises, et susceptibles par suite, de prêter leurs bons offices au développement des relations politiques et commerciales entre les deux pays ».821

  • 822 Pas plus que les récits du missionnaire Baulez ou les lettres de Mgr Laouënnan ou les archives du M (...)

200Loin donc de s’inquiéter de cette présence de missionnaires français, même en Birmanie où une rivalité potentielle entre les deux puissances existait seulement quelques années plus tôt, les autorités britanniques s’appuient au contraire sur leur action pour l’administration de leur empire. Du reste, l’étude des archives de la Société des Missions-Étrangères et des jésuites n’apporte pas d’indice de propagande particulière en faveur du français.822

  • 823 ASM-E/ Mission de Coïmbatore 1009/62/ Mgr Couadou à M. Maury. Bangalore, 2 mars 1882. « Etonnement (...)

201Le premier objectif de l’action missionnaire reste religieux, dans un contexte fortement marqué par la culture « païenne » et plus encore la concurrence protestante. Ainsi, lorsqu’en 1882, monseigneur Couadou tente de convaincre ses supérieurs d’affecter des religieux supplémentaires au collège de Coïmbatore, il ne fait aucun doute sur l’objet de sa requête : « Les protestants continuent de prêcher sans rivaux, et semer dans tout le pays la peste de leur doctrine ».823

  • 824 Id., 1009 – 46 - Mgr Couadou à MM les directeurs. Exposé du projet de fondation d’un Collège à Myso (...)

202Le même Couadou, lorsqu’il formule pour la première fois cette requête à ses supérieurs, ne cache pas le caractère incongru qu’elle peut sembler revêtir : « Vous allez peut-être rire de me voir demander des maîtres français pour enseigner l’anglais, et pour l’enseigner de manière à rendre les élèves capables de passer des examens en anglais (…). »824

  • 825 Id., 1009 – 71 – Mgr Couadou à M. Maury, Bangalore le 31 mai 1882.

203Puis, il tente de convaincre de la justesse de sa requête : « L’idée que nous ne pouvons pas enseigner dans une école anglaise est une idée saugrenue puisque nous avons tant d’exemples du contraire. »825

204Ainsi, les écoles dirigées par des prêtres des Missions-Étrangères contribuant à l’établissement de l’influence anglaise dans l’empire et ses confins, celles-ci reçoivent l’aval du vice-roi.

205Du reste, il semble que les missions françaises se soient résolues à ne mener aucune propagande culturelle en Inde. Ainsi, la présence des missionnaires français est à replacer dans son contexte à la fois religieux et politique. Si une présence de missionnaires français relativement importante est relevée dans le sud de l’Inde, il faut garder en mémoire l’importance de la présence des missionnaires des autres nations, protestants et catholiques, sans oublier les missionnaires indien eux-mêmes.

  • 826 Voir également J. DESPONT, Nouvel atlas des missions, p. 16.

206À ces considérations s’ajoutent celles sur la nature des établissements dans lesquels agissent les religieux français, et la position qu’ils y occupent.826 Monseigneur Couadou note, c’est un point très important, que l‘on ne trouve pas de religieux français à la tête des collèges universitaires des principales villes de l’Inde :

  • 827 ASM-E - 1009/46 - Mgr Couadou à MM. les directeurs. Exposé du projet de fondation d’un Collège à My (...)

« Parmi tous ceux qui s’occupent un tant soit peu de politique religieuse et de moralisation dans l’Inde, l’opinion générale est que ce pays doit appartenir à ceux qui s’en empareront par l’instruction, à ceux qui pour moraliser le peuple, se feront maîtres d’écoles, qu’ils soient protestants ou catholiques. Nos adversaires ne l’ont que trop bien compris ; aussi les voyons-nous se disperser dans tous les quartiers des villes et dans tous les villages, pour prendre les enfants sur les genoux de leur mère ; nous les voyons s’établir sur tous les points des grands centres afin d’attirer à leurs écoles la meilleure partie de la jeunesse, et se rendre ainsi maîtres de la génération qui se prépare. À Bangalore, à ma connaissance, outre deux collèges pour les Européens et leurs descendants, il y a un Collège du Gouvernement, où toutes les races peuvent se présenter, et au moins quatre ou cinq collèges appartenant à différentes sectes, et destinés à l’éducation des indigènes. À Maïssour, il y a un Collège du Gouvernement ouvert à tout le monde, un collège soutenu par les riches païens, surtout pour les Brahmes, et au moins deux collèges des Wesleyens. À Sheemoya (Nagar), un Collège du Gouvernement, pour toutes les classes de la société, et aussi un collège des Wesléyens. Je ne parle pas de quelques autres collèges, et des innombrables autres écoles primaires qu’ils sèment partout.
Et nous, nous qu’avons-nous à opposer à tout cela ? Quelques rares écoles primaires et un malheureux petit collège à Bangalore, duquel peuvent sortit annuellement 3, 4 ou 5 élèves pour les examens au Baccalauréat. Remarquez que nous ne pouvons guère prétendre à un plus grand nombre d’élèves parce que, en établissant notre collège, n’ayant surtout en vue que l’instruction de nos catholiques, nous avons cherché à nous mettre au milieu d’eux, loin des centres qui auraient pu nous procurer d’autres élèves. »827

207Dans les années 1880, on note plusieurs initiatives des prêtres français : en 1886, à Coïmbatore, le Père Rondy élève une école élémentaire au rang d’école secondaire, puis Couadou tente de mettre en place un collège universitaire. Les efforts de Couadou pour appeler la Société des Missions-Étrangères à prendre une part active dans la formation des élites indiennes, par le truchement du système éducatif anglo-saxon, ne semblent pas avoir rencontré l’approbation de ses supérieurs. Si certains religieux tentent de rapprocher l’action missionnaire française des grands centres de l’Inde, leur action reste toutefois limitée dans l’espace et dans le temps. Dans un article sur l’œuvre éducative de ses représentants en Inde, la Société des Missions-Étrangères dresse le bilan suivant :

  • 828 ASM-E - AUDIAU F., 1955 : « Œuvres d’éducation dans nos missions de l’Inde », p. 413-422, in Bullet (...)

« À cette époque, les missionnaires crurent le moment venu de se lancer dans l’éducation secondaire, et à côté de l’Ecole secondaire St-Michel, ils fondèrent un Collège universitaire. Ce Collège, comme celui de Cuddalore, ne fut un centre de rayonnement intellectuel que durant quelques années ; en 1904, il dut fermer en raisons de certaines causes locales, en particulier la rivalité du grand nombre de collèges déjà établis dans la ville.
Dans ce diocèse, une œuvre scolaire du même genre fut entreprise à Coonor et dura. L’année 1898 vit la fondation d’un autre collège, le Collège St-Joseph, bâti par la mission. Il continue encore, dans un cadre enchanteur de pins et d’eucalyptus, de préparer les élèves pour le Senior Cambridge examination. Nos pères gardèrent la direction de ce collège jusqu’en 1892, puis le passèrent aux frères irlandais de St-Patrick. »828

  • 829 ASM-EÉtrangères – 1009 – 170 – Mgr Couadou et les missionnaires de Maïsour à MM. les Directeurs. Lo (...)

208Si Couadou n’arrive pas à obtenir l’aide escomptée pour la création d’un collège à Mysore, il est également des plus pessimistes sur l’avenir du collège de Bangalore dont il s’occupe. « Le Collège de Bangalore n’est cela que de nom »,829 écrit-il. Il évoque ensuite l’impossibilité de préparer le baccalauréat, les cours s’arrêtant au First Examination in Arts, parle de « situation désespérée du Collège dans ses conditions actuelles. » et écrit même : « le Collège est à la veille de disparaître ».

209Pour insister sur la pauvreté et l’influence limitée des institutions enseignantes soutenues par la Société des Missions-Étrangères en Inde, Couadou cite en comparaison l’action des jésuites :

« Sans vouloir entrer dans aucune comparaison, personne, pensons-nous, ne songera à nier l’habileté des Jésuites. Qu’ont-ils fait ? À peine établis dans l’Inde, ils ont commencé à ouvrir d’immenses Collèges. Calcutta, Bombay et Trichinopoly leur ont acquis en ce genre une réputation sans rivale. Il y a quelques années, on offrit la mission de Mangalore à notre Société. Après notre refus, les Jésuites l’acceptèrent. Ceci ne date que d’hier et déjà ils ont à Mangalore même, un immense Collège, tant ils sont persuadés qu’il faut commencer par là. »

  • 830 On note toutefois la présence de missionnaires et de jésuites belges à Calcutta.

210Bombay, Calcutta et Madras ne dépendent pas de Provinciales françaises, et la présence de jésuites en Inde peut représenter parfois un élément défavorable à la culture française, comme c’est le cas avec l’action des jésuites allemands à Bombay.830

  • 831 La nouvelle mission de Maduré est confiée par Grégoire XVI aux jésuites de Toulouse.

211En Inde, c’est le district du Maduré qui échoit aux jésuites français, c’est à dire un district qui ne comprend pas de centres urbains de première importance, le plus grand de ces centres étant Trichinopoly.831 Le plus grand des établissements d’enseignement qu’ils dirigent, le Saint Joseph College, est d’ailleurs dans cette cité. Ils animent également un établissement d’enseignement secondaire à Palamcottah.

  • 832 Centre d’archives des Jésuites à Paris - Fmd 100, n° 3, documentation concernant la visite canoniqu (...)

212Les jésuites français installèrent tout d’abord le collège Saint Joseph à Négapatam, en 1844, « surtout pour les Européens et demi-Européens de Pondichéry et d’ailleurs ».832 L’établissement reçoit alors des Indiens. À partir de 1853, il renonce à accueillir des Européens. En 1866, il est affilié à l’université de Madras.

213Au début des années 1880, la réforme en faveur des établissements privées entreprise par le Raj, qui attribue un subside aux professeurs des établissements affiliés aux universités, assure un soutien financier au collège Saint-Joseph. Malgré tout, l’établissement trop isolé dans la bourgade de Négapatam ne doit pas tarder à déménager à Trichinipoly :

« Par suite de l’affiliation, le collège préparait aux examens de Matriculation, Firts Arts, ou F.A., et Bachelor of Arts, ou B.A. Si brillants que fussent les résultats, ils n’étaient rien auprès des cours des grands collèges de Madras et des autres villes, 14 ou 15 matriculés, 5 ou 6 F.A., et 2 ou 3 B.A., c’est tout ce qu’on pouvait opposer aux 40 ou 50 des autres collèges. Le nombre des élèves était le même en 1882 qu’en 1866. Negapatam était une petite ville, éloignée des centres populeux ; il n’y avait aucun espoir de se développer tant qu’on y resterait. Le transfert à Trichinopoly fut donc décidé. En décembre 1882, eut lieu la dernière distribution des prix à Negapatam ; le 18 janvier s’ouvrirent des cours à Trichinopoly. Les débuts furent pénibles. On eut d’abord à vaincre l’opposition protestante à l’arrivée d’un collège rival du leur (…). Grâce à la protection du Directeur de l’Instruction publique, toute opposition dut céder, et le gouvernement sanctionna le transfert. Du coup les élèves augmentèrent : de 420, chiffre maximum atteint à Négapatam, il monta à 781, en mars 1883. Le nombre des catholiques lui aussi augmenta et bientôt dépassa à lui seul le total de Négapatam. En attendant que les bâtisses fut prêtes, nos Pères vivaient à Clive’s, et les Scholastiques dans un hangar couvert de feuilles de palmiers sous les cocotiers entre la résidence actuelle et l’église. Les pensionnaires vivaient à Clive aussi, et venaient comme les Pères ici pour les repas. Clive’s avait été acheté par le Père de Noircout avec sa fortune personnelle ; la fortune du Père d’Erceville fournit l’argent nécessaire pour les bâtisses d’ici, residence, college, department, occupé par la High School actuellement, et le boarding. La somme donnée était de 500 000 francs environ, soit en roupies, à la valeur de ce temps, 250 000 roupies. Le Gouvernement accorda un subside pour la bâtisse du college department. En 1886, les cours purent se faire ici ».

214Le succès des premiers jours furent encourageants, en 1884-1885 on compte 8 élèves reçus à l’examen de B.A., 22 à celui de F.A. et 63 matriculés ; l’année suivante : 9 à l’examen de B.A., 26 à celui de F.A. et 58 matriculés. Les matières enseignées à Trichinopoly sont alors la physique, les mathématiques et l’histoire. En 1892, on y ajoute la Moral science, c’est-à-dire selon le vocable et le contexte de l’époque la philosophie.

215Jusqu’en 1909-1910, le collège suit la marche régulière des petits établissements, le nombre des élèves variant de 300 à 400. En 1911, son effectif entame une ascension rapide, avec 500, puis 600 élèves, pour se stabiliser entre 900 et 1000. C’est la plus grande institution dirigée par des prêtres français en Inde.

  • 833 Centre d’archives des Jésuites à Paris - Fmd 100 - « Annual Report for 1897- 1898 », p. 35-38, in D (...)
  • 834 Id., Voir les Annual Reports.
  • 835 Id., « Annual Report for 1908-1909 » - Correspondent, St. Joseph’s College, Trichinopolly.
    To Regis (...)

216Un document du college Saint Joseph de Trichinopoly de 1898 présente le programme suivant pour les langues concernant les cours de B.A. : en première langue, l’anglais, et en seconde langue, la latin, le sanscrit, ou le tamoul.833 Le français ne semble pas être inscrit dans les programmes du collège universitaire.834 Le français est brièvement évoqué comme seconde langue aux côtés du latin, en 1909.835 Toutefois, les sources ultérieures ne le mentionnent pas dans les programmes universitaires, du moins pas dans les programmes de B.A., et ce jusqu’au début des années 1930. En revanche, parmi les différents départements du lycée, il est fait mention d’un département de français.

  • 836 Ainsi, en 1931, il est mentionné la présence d’un lecteur français au Loyola College, avant l’intro (...)

217Il semble donc qu’un enseignement du français ait existé, soit en tant que seconde langue européenne, au niveau pré-universitaire, soit en tant que langue facultative, dans le cadre du diploma, examen universitaire facultatif.836 Les annual reports ne publient ni les résultats des examens du niveau secondaire, ni ceux des examens de diploma, contrairement aux examens de B.A. Cependant, il paraît fort probable qu’un enseignement du français se soit développé à ce niveau, ce qui justifierait cette information brièvement rapportée en 1909, et paraîtrait logique au regard de la situation au cours de la période ultérieure.

218Autre indice dont nous disposons sur l’activité culturelle à l’intérieur du collège, toujours grâce aux Annual reports, ou résumé de la vie des clubs et assocations. On en dénombre une dizaine, tel que la Litterary and Debating society, le Science club ou encore le Tamil club et la Sanscrit Parishad. Il n’y est jamais fait mention d’un club français.

219Pour les mêmes raisons que celles présentées plus haut concernant les prêtres de la Société des Missions-Étrangères, la présence des jésuites français dans le district de Maduré ne semble pas entraîner le développement d’une activité d’enseignement du français particulièrement importante, notamment si l’on compare avec le développement de l’enseignement du français dans la Présidence de Bombay.

220Lorsque Couadou cite en exemple l’action enseignante des jésuites français en Inde, c’est pour leur habileté à enseigner l’anglais ou les autres matières qui composent les programmes des colleges, modelés à partir du système anglo-saxon :

  • 837 ASM-E - 1009 – 71 - Mgr Couadou à M. Maury, Bangalore le 31 mai 1882.

« Les pères jésuites ont beaucoup de professeurs dans l’Inde et très peu d’Anglais. Le directeur du collège de Négapatam, et un des principaux professeurs de mathématiques sont français. Mr Vissac, qui est Français, pur sang, prépare bien des élèves pour les examens, et on n’a nullement dit qu’ils fussent moins bien préparés que les autres. »837

221Cependant, le français étant la seconde langue moderne européenne enseignée dans les écoles privées anglo-saxonnes, il paraît fort probable qu’il ait pu être enseigné au niveau pré-universitaire dans les établissements des jésuites français ou de la Société des Missions-Étrangères, non pas à tous les élèves, mais à une partie d’entre eux.

  • 838 MAINDRON M., Le Carnatic et le Maduré, Dans l’Inde du Sud, vol. 2, Kailash, Paris-Pondichéry, 1992  (...)

222Un autre élément important apparaît toutefois dans la remarque de Couadou. Il s’agit de l’action des jésuites dans les domaines scientifiques. Si une action culturelle semble devoir être attribuée aux jésuites c’est d’abord dans ce domaine-là, en tant qu’enseignant ou parfois comme chercheur, tel le père Fabre, naturaliste rencontré à Madurai par Maurice Maindron.838 Cette contribution de certains jésuites français à la fois à l’enseignement des sciences en Inde et aux échanges franco-indiens se vérifiera au cours de la période suivante.

  • 839 BAULEZ M.J., Vingt ans dans l’Inde, op. cit.
    LAOUENNAN Mgr, Lettres sur l’Inde.

223Il semble finalement que l’histoire de l’enseignement du français dans le sud de l’Inde ait suivi l’évolution imprimée par les réformes successives entreprises par l’université de Madras, sans que la présence missionnaire française n’ait eu de conséquence directe sur celle-ci. Si l’œuvre confessionnelle et éducative des missionnaires européens en Inde devait être divisée en deux catégories, dans la première catégorie (Saint Xavier, Saint Stephen, Loyola, etc), on trouverait les établissements éducatifs formant les élites indiennes occidentalisées et de confessions diverses. La présence des jésuites y est notable. La deuxième catégorie des établissements cible les classes les plus démunies de la population indienne. L’action des missionnaires français se situe dans cette seconde catégorie.839

224Le développement de l’action éducative des missionnaires français en Inde est rendue difficile par le manque d’investissement de la direction de la Société des Missions-Étrangères, pour les établissements qui en dépendent comme à Bangalore, auquel fait écho le manque de soutien du Quai d’Orsay. Contrairement à son action dans d’autres régions du monde, ce dernier ne s’appuie pas sur leur présence pour servir l’influence culturelle française. Quant à l’attitude tolérante des autorités britanniques vis-à-vis des religieux français, elle recoupe celle adoptée à l’égard des autres ressortissants dans les emplois administratifs. En l’absence de candidats britanniques, encadrés et surveillés, ils participent à l’administration du Raj. Cet esprit libéral fréquemment loué par les religieux français, s’explique d’autant mieux que, en Inde, leur influence culturelle est limitée.

L’absence de soutien du Quai d’Orsay

  • 840 Voir SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde Analyse critique, p. 103, op. cit.

225L’attitude de l’État français déterminante pour comprendre le rôle des missionnaires français. Conscient de leur rôle culturel, les gouvernements de la Troisième République soutiennent l’action des missionnaires français dans le monde, malgré la laïcisation de l’État.840 Toutefois en Inde, ce soutien consiste essentiellement aux facilités de transport.

  • 841 AMAE P – Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : C (Aucune (...)

226L’étude du soutien financier versé au secours religieux est très instructive. De 1884 à 1892, ce soutien se limite à une seule allocation de 60 roupies par an versée aux Petites Sœurs des Pauvres à Calcutta par le Service des Œuvres françaises à l’Étranger. En janvier 1893, celle-ci est supprimée.841 Le gouvernement français se distingue alors dans la capitale du Raj par l’absence totale de son soutien aux institutions religieuses :

  • 842 Il s’agit d’un versement d’une allocation annuelle pour la location d’un banc dans l’église catholi (...)
  • 843 AMAE P Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : consu cal à (...)

« Les administrations françaises énumérées plus haut et les consulats catholiques étrangers, quoique tous moins bien dotés que nous, ont conservé leur banc842 et, souvent, il m’a été demandé comment la France, qui se dit protectrice de la religion catholique à l’étranger, était la seule à se désintéresser des choses de ce culte, au point de refuser même une allocation aussi minime représentée par le paiement d’un banc à l’Eglise catholique (…). Enfin, (je demande) un crédit de 200 francs par an pour la District Charitable society (à raison de 100 francs par an pour chacune des deux sociétés) et les Friends of Foreigners in Distress qui donnent secours à tous les passants français et autres, matelots sans place etc. que nous ne pouvons secourir, le Département ne nous ayant jamais alloué la moindre somme comme fonds de secours. Ces sociétés sont alimentées notamment par les dons annuels de tous les consulats autres que le nôtre ».843

227En 1894, le consul demande l’inscription d’un crédit de quatre roupies par mois pour deux chaises, au titre de location d’un banc, dans l’église Saint Thomas, église catholique de Calcutta. Il juge ce crédit, un crédit « ancien, utile, politique ».

228En 1896, le Quai d’Orsay n’a toujours pas envoyé de réponse concernant les deux sociétés charitables. En revanche, la France loue un banc dans l’église Saint Thomas. À partir de 1897, le Ministère des Affaires étrangères verse une allocation de 90 francs à l’établissement Saint Joseph dirigé par l’ordre des Petites Sœurs des Pauvres, généralement composé par des religieuses françaises. Les mêmes subventions sont reconduites les années suivantes. En 1902, le consul général demande de porter à 170 francs leur allocation, mais le Quai d’Orsay répond négativement.

  • 844 AMAE P - Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : C -consu (...)

229En 1905, à l’initiative du consul, il est mis fin à la location du banc qui espère ainsi pouvoir reporter le montant de sa location sur la subvention accordée aux Petites Sœurs des Pauvres : « J’ai l’honneur de prier Votre Excellence de vouloir bien m’autoriser à effectuer le virement du montant de cette allocation en faveur des Petites Sœurs des Pauvres, généralement françaises, d’un ordre français, et dont l’œuvre susceptible de bénéficier à des sujets français est de nature à maintenir le renom de philanthropie de la France… »844

230Le Ministère des Affaires étrangères réplique en mettant en avant les orientations qui définissent l’usage des crédits destinés aux établissements religieux français à l’étranger :

  • 845 Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : consu cal à AE, le (...)

« Bonne note a été prise que les crédits sur lesquels est prélevée cette somme devaient être dorénavant consacrés aux pays où la France exerce une influence politique au moyen d’établissements religieux subventionnés, il est à prévoir qu’à l’avenir, votre poste ne pourra plus disposer de subventions dont j’ai signalé au département l’inutilité. »845

231La position adoptée par le Quai d’Orsay vis-à-vis des Petites Sœurs des Pauvres, indique donc très clairement sa volonté de ne subventionner que les œuvres des missionnaires français dans les régions qui appartiennent à sa sphère d’influence politique. Ceci correspond à l’attitude générale de la France dans les régions rassemblées dans le langage diplomatique sous le vocable “Possessions britanniques d’Asie”, une attitude qui consiste à n’y soutenir aucune initiative en faveur de son influence, pour reporter ses ambitions aux contrées d’Asie libres de l’emprise politique exercée par son voisin d’outre-Manche.

232Les remarques du consul général, en 1907, à propos du soutien des autorités britanniques aux établissements religieux en Birmanie sont également très explicites :

  • 846 AMAE P – CPC – Nouvelle série : Indes n° 20, Birmanie et confins chinois, 07.03.1907. Remerciements (...)

« Il y aurait là un bon exemple à suivre pour notre colonie d’Indo-chine, où nos missionnaires ne demanderaient certainement pas mieux que de se prêter à cette œuvre et cela nous serait d’autant plus facile à l’heure qu’il est, que nous serions sûrs, vers Mongtseu et Yunnansen de ne pas rencontrer la concurrence britannique. Les Anglais, en effet, paraissent bien résolus, pour le moment, à ne pas viser plus loin que Tali et à ne pas nous créer d’ennuis dans l’Est de la province ».846

233Le lien entre l’action des acteurs privés et les orientations de politique extérieure du gouvernement français apparaît à nouveau ici de manière évidente.

234Au sujet de l’action des missionnaires français en Inde, Stanislas Ostrorog, ambassadeur de France en Inde, déclarera plus d’un demi-siècle plus tard :

  • 847 AMAE P – RC 1944-1959 n° 95 - Amabassade à AE (DRC), le 14.05.1953.

« Pour des raisons évidentes l’œuvre des Missions ne pouvait avoir ici un caractère proprement français et toute action de même nature était interdite à nos représentants français. Jalouse dans l’exercice de son empire, l’Angleterre voulait apparaître aux yeux de l’Inde comme représentant tout l’Occident ».847

235Malgré tout, cette présence des religieux français dans le sud de l’Inde n’en doit pas moins être considérée comme un élément de soutien potentiel à la culture française. Certes, leur position, leurs moyens et le contexte ne leur permettent pas de lui faire occuper une place de premier plan, même au sein des institutions qu’ils animent. Toutefois, en tant qu’enseignants en langue anglaise, ils participent indéniablement à une forme d’action culturelle en Inde, et ils constituent un relais possible entre la France et l’Inde à l’intérieur du cadre scolaire et universitaire défini par les autorités britanniques.

236En outre, ils supportent l’enseignement du français dans les établissements secondaires. Ils participent au maintien de la langue française comme seconde langue européenne, ce qui contribuera, ou du moins facilitera, sa pénétration et son développement dans les programmes universitaires au début des années 1930 dans le sud de la péninsule.

L’adoption en France de la vision britannique de l’Orient

  • 848 RENOUARD M., 1994 : « L’odeur de l’Inde dans Kim », p 197- 201, in Arts, Littérature et Civilisatio (...)
  • 849 Le Livre de la Jungle et Le Second Livre de la Jungle, La Plus Belle Histoire du Monde au Mercure d (...)

237Kipling s’impose au tournant du siècle comme la référence pour tout ce qui concerne l’Inde. Au tournant du siècle, la consécration de Kipling constitue un phénomène culturel qui symbolise en France l’adoption du prisme britannnique.848 Après avoir passé les cinq premières années de sa vie en Inde, puis y être retourné pour exercer quelques années la profession de journaliste, il rencontre rapidement un succès immense en tant que romancier. En 1899, paraissent successivement Le Livre de la Jungle, Naulahka et Le Second Livre de la Jungle, puis en 1900 La Lumière qui s’éteint, et La Plus Belle Histoire du Monde, récit couronné la même année par l’Académie française.849

  • 850 Voir Catalogue de La Librairie Française.

238La fracture Orient - Occident véhiculée par la vision que l’on appelle alors anglo-indienne triomphe. De 1900 à 1905, paraissent neuf nouveaux romans du même auteur, plus une nouvelle édition de Capitaines Courageux. Dès lors, les éditions et les rééditions ne cessent plus.850 Ajoutant à sa reconnaissance populaire, l’université de Paris lui décerne le grade de docteur honoris causa. La France consacre l’écrivain porte parole et chantre de l’impérialisme, avant même son prix Nobel de littérature en 1907.

239L’œuvre de Kipling ancre dans les esprits ce rapport conflictuel appelé à influencer durablement les conceptions françaises au niveau tant politique que culturel. Au tournant du siècle, l’évocation récurrente d’un antagonisme culturel irrémédiable entre les civilisations dites d’Orient et d’Occident sert une cause politique précise : la cause coloniale. Les efforts de l’Angleterre pour solidariser son voisin d’outre-Manche aux dangers que doit affronter le Raj y contribuent fortement. L’Angleterre essaie, en effet, d’associer les troubles que connait sa colonie à la situation des colonies françaises, en présentant la révolte nationaliste indienne comme l’expression d’une révolte contre le fait colonial, une révolte anti-européenne, une révolte de l’Orient contre l’Occident. Région fantasmatique, issue de l’imaginaire romantique, l’Orient prend donc un caractère politique dans le contexte colonial de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

240En France, cette inquiétude concernant le contexte politique asiatique se trouve reflétée, en 1905, sous la plume de l’écrivain Ernest Pirion :

  • 851 PIRION E., L’Inde contemporaine et le mouvement national.

« Le mouvement est si fort et si contagieux, qu’il franchira peut-être les frontières. Un étudiant de Lahore me disait : “Il est odieux que le gouvernement envoie des régiments de Sikhs combattre contre les Chinois. Mais les Chinois, ce sont nos frères à nous !” Le mot est curieux. Quelle perspective, si le Japon, ou la Chine, faisaient un jour alliance de toute l’Asie contre l’Europe ! »851

  • 852 AMAE P – CPC- Nouvelle série - Inde (1896-1918).

241Suite à la victoire japonaise sur la Russie, l’Angleterre et la France commencent à craindre un mouvement général d’émancipation asiatique sous la forme d’un soulèvement général et violent de l’Asie, voire de "l’Orient" tout entier, contre la domination européenne. Le contenu de la correspondance politique des postes diplomatiques français en Inde qui se développe au début du XXe siècle est très instructif.852 L’intérêt de la France pour l’Inde va désormais se limiter essentiellement aux répercussions que pourraient avoir sur son propre empire les événements qui s’y déroulent. En dehors de cela, on ne trouve aucune ligne politique définie, et ses relations avec les Indiens sont soumises à l’impératif de ne rien entreprendre susceptible d’aller à l’encontre des intérêts britanniques.

242Le mouvement nationaliste en Inde commençant à être perçu comme participant à une menace globale de l’Asie contre l’Europe, le Raj apparaît dès lors comme le premier rempart contre cette révolte.

243Face à la montée du nationalisme indien, les autorités britanniques tentent de susciter une réaction de solidarité de la part de la France. Ainsi, communiquent-elles cette dépêche aux autorités françaises en 1907 :

  • 853 AMAE P – CPC Nouvelle série – Inde n° 33 – Relations avec la France, (f° 167- 169).

« Nos renseignements disent qu’ils reçoivent des factums de Paris et de New York. L’objet de toute cette littérature est le renversement du Gouvernement anglais, mais je crois que vous reconnaîtrez volontiers avec moi que ceux qui organisent cette campagne ne se sentiront point satisfaits s’ils n’obtiennent pas la destruction de toute domination européenne dans l’Inde. »853

244Destabilisée, l’autorité britannique tente de faire adopter à la France une attitude solidaire. Cette solidarité est d’ailleurs exprimée par Alfred Martineau, le gouverneur de Pondichéry :

  • 854 Ibid.

« Comme mon gouvernement lui-même n’a pas été moins cruellement éprouvé par un assassinat similaire [à celui de Tinnivelly] à Karikal, je suis bien obligé de reconnaître avec vous qu’il y a véritablement entre les nations d’Europe une solidarité étroite en ce pays et que, suivant votre propre expression, il y a avantage à coopérer ensemble pour briser les dangereuses organisations… »854

245Entre les deux guerres, les archives ne contiennent pas de rapport de mission en Inde. Pourtant on peut en relever une, celle confiée par le Ministère de l’Instruction publique à Maurice Pernot, grâce au récit qu’il en tire en 1927, Sur la Route de l’Inde - Inquiétude de l’Orient. La rareté des missions rejoint celle des publications françaises ayant trait à l’Inde que l’on peut constater dans le Catalogue de la Librairie française. De cette rareté, il ne faut pas forcément conclure à une absence de l’Inde dans le paysage intellectuel et artistique en France. Tagore, Gandhi, les princes et certains artistes indiens alimentent une certaine présence. On trouve des références à l’Inde dans l’œuvre de plusieurs intellectuels : René Daumal, Simone Weil, René Guénon, sans oublier, bien sûr Sylvain Lévi et Romain Rolland qui lui accordent une place prépondérante. Toutefois, les représentations héritées de la littérature et de la propagande britanniques dominent.

246Le succès de l’œuvre de Kipling est symptomatique de l’adhésion de la France à une vision d’un antagonisme exacerbé entre l’Orient et l’Occident. Ainsi, en 1924, le philosophe érudit de la nouvelle droite, René Guénon commence son avant-propos par la fameuse phrase de l’auteur anglais :

  • 855 GUENON R., 1983 : Orient et Occident, p. 7, Paris : Les éditions Vega.

« Rudyard Kipling a écrit un jour ces mots : East is East and West is West, and never the twain shall meet, "L’Orient est l’Orient et l’Occident est l’Occident, et les deux ne se rencontreront jamais" (…). L’habitude est de citer le premier vers isolément, comme si tout ce qui restait dans la pensée du lecteur était l’idée de la différence insurmontable exprimée dans ce vers ; on ne peut douter que cette idée représente l’opinion de la plupart des Européens, et on y sent percer tout le dépit du conquérant qui est obligé d’admettre que ceux qu’il croit avoir vaincus et soumis portent en eux quelque chose sur quoi il ne saurait avoir aucune prise. »855

247L’adoption par la France de la vision de l’Inde contruite par la propagande britannique valide l’acceptation de l’abandon de tout rôle actif en Inde. Cette résignation, qui peut surprendre étant donné sa présence historique sur la péninsule et les atouts dont elle dispose encore, confirme la validation au tournant du XIXe siècle du découpage du monde en zones coloniales. Ce découpage oriente réseaux commerciaux et action politique, mais aussi vision culturelle et constructions intellectuelles.

L’Inde sans les Français

  • 856 Voir les Catalogues de la Librairie française.

248Entre 1914 et 1940, en France, dès qu’il s’agit de l’Inde, Kipling reste la référence incontournable. De 1919 à 1921, son œuvre compte en France plus de dix-huit éditions, plus de seize de 1922 à 1925 et plus de trente-six éditions de 1934 à 1939.856

La France et l’Inde de Kipling

249Claude Farrère, membre de l’Académie française, ancien officier de marine, ayant servi en Asie sous les ordres de Pierre Loti, son maître en littérature, renvoie pour toute présentation de l’Inde à l’œuvre de l’auteur de Kim :

  • 857 Claude Farrère dans L’Inde perdue fait de Kipling la référence unique de toute connaissance de l’In (...)

« Au juste qu’est l’Inde ? Qu’on me pardonne d’avoir cité deux fois Kipling dans ce livre, dès sa seconde page. Mais la vérité doit prévaloir contre tous les mensonges. Et c’est uniquement de vérité qu’il s’agit ici. »857

250Après avoir renvoyé le lecteur français à Kipling pour présenter l’Inde, Claude Farrère revient sur l’échec de l’aventure coloniale française en Inde qui justifie le titre de son livre L’Inde perdue. Un échec, explique-t-il, qu’il n’y a aucune raison de regretter.

  • 858 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration…, p. 183-190, op. cit.
    Littérature et réalité se c (...)

251Maurice Pernot multiplie également les références à Kipling dans le livre qu’il écrit à l’issue de la mission qui lui a été confiée par le Ministère de l’Instruction publique. Ces références servent bien évidemment à étayer des descriptions mettant en scène les différences irréconciliables de deux mondes, l’Orient et l’Occident. L’avant dernier article consacré à l’Inde dans L’Illustration en juin 1938, s’intitule « Aux Indes de Kipling ».858

L’Inde perdue, sans retour

« L’Inde était désormais perdue, sans retour, pour la France ».
- Claude FARRERE C, L’Inde perdue, p. 201 -

252L’Inde continue de s’effacer devant l’Extrême-Orient et l’Indochine qui connaissent un engouement toujours plus grand. Dans les grands lieux où l’Asie est donnée à voir, expositions coloniales ou musées, tels que les musées Guimet et Cernuschi, le bouddhisme la Chine et l’Indochine sont les thématiques dominantes. Entre les deux guerres, les nouveaux pèlerins orientalistes se rendent dans ces deux pays, sur les traces de Pierre Loti. Alors qu’au début du XIXe siècle, elle concourait encore au renouvellement des perspectives de la recherche philosophique, linguistique et historiques, l’Inde apparaît désormais à la périphérie du monde contemporain.

  • 859 Une simple consultation des Catalogues de la librairie française suffit pour s’en convaincre. Citon (...)
  • 860 P. Cultru auteur d’une des premières thèses d’histoire coloniale : Dupleix : ses plans politiques, (...)

253L’aventure française en Inde va continuer à s’ancrer de plus en plus profondément dans l’histoire et l’idéologie coloniale.859 Dès 1905, Cultru, spécialiste de Dupleix, devient le premier maître de conférence d’histoire coloniale à la Sorbonne.860 Cette importance va trouver toute sa mesure avec La Revue d’Histoire des Colonies, créée en 1913, et dirigée par Alfred Martineau, ancien gouverneur de Pondichéry. Ce dernier occupera d’ailleurs la chaire d’histoire coloniale. Les articles, compte rendus de publications, et illustrations se rapportant aux Français en Inde au XVIIe et surtout au XVIIIe siècles occupent une place privilégiée dans la revue. Sous administration anglaise et ayant abandonné l’idée d’y jouer un rôle quelconque, la France accorde néanmoins à l’Inde une place centrale dans son idéologie coloniale. Le paradoxe réside dans le fait que c’est au nom de cette même idéologie que la France refuse tout investissement en Inde : l’Inde qui faillit être la nôtre s’impose au détriment de l’Inde qui est, et même de l’Inde qui est nôtre, c’est-à-dire celle des comptoirs. L’importance croissante des publication consacrées à l’histoire des établissements français de l’Inde aux XVIIe et XVIIIe siècles est à mettre en parallèle avec le désintérêt de la métropole pour leur administration aux XIX et XXe siècles.

  • 861 AMAE P – AO 1918-1940 - Affaires communes – n° 33 : École des langues orientales vivantes - École c (...)
  • 862 AMAE P – AO 1918-1940 - Affaires communes n° 83 - (Relations avec divers organismes - École des lan (...)

254La réorganisation des différents instituts d’orientalismes par le président de l’université de Paris, en 1929, offre une illustration supplémentaire de la mise à l’écart de l’Inde de la réalité contemporaine. Charléty envisage, en effet, d’installer à la Sorbonne les « instituts d’orientalisme ancien », expression par laquelle il désigne l’indianisme et le bouddhisme, tandis que « les institut d’orientalismes vivants », à savoir l’Institut des Hautes Études chinoises, l’Institut d’Études islamiques, etc., seraient installés près de l’École des langues orientales.861 Cette indication confirme la distinction entre les terrains que l’orientalisme scientifique français investit de façon dynamique, et ceux qu’il relègue au rang des civilisations passées. En outre, on note également que les cours de « langues indiennes modernes » représentent alors une part très modeste de l’enseignement de l’École des langues orientales.862

  • 863 FARRERE C., L’Inde perdue, p. 207, op. cit.

255Un autre élément de la présence de l’Inde dans le paysage intellectuel est l’histoire de l’aventure française en Inde aux XVIIe et XVIIIe siècle. Dès la fin du XIXe siècle, l’aventure coloniale française en Inde et son échec sont très fréquemment évoqués, et même revendiqués. C’est le cas de Claude Farrère, l’héritier de Pierre Loti. Selon l’auteur des Civilisés, l’abdication de la France face au rival britannique est finalement plus profitable que ne l’eût été la conquête : « L’Inde, immense et complexe eût été pour nous la plus redoutable des possessions ».863 Sans renier le colonialisme à la française, il développe l’idée que la domination anglaise présente de nombreux avantages par rapport à ce qu’aurait était la domination française, quitte à procéder par la voie de déductions empreintes de paradoxes :

  • 864 Id., p. 159-160.

« Et par surcroît, fut ainsi préservée toute cette civilisation multiple et bariolée, d’où la nôtre est peut-être sortie aux temps les plus anciens (…) C’eut été grand dommage pour les savants et plus grand dommage pour les artistes… Il a fallu toute la tolérance anglaise – d’aucun diraient le mépris anglais –, pour que soit sauvegardée cette vision prodigieuse, unique au monde et sans contredit. Or cette tolérance anglaise, c’est la tolérance française qui l’engendra. »864

256Si la France peut ainsi faire fièrement son deuil de sa présence en Inde, celle-ci n’en est pas moins intégrée à sa mythologie coloniale, celle d’une colonisation française fraternelle et intelligente :

  • 865 Ibid.

« La méthode française avait si bien réussi (…), s’était prouvée si miraculeusement apte à implanter sans coup férir et à frais très réduit, sur d’immenses territoires peuplés d’innombrables multitudes l’autorité de quelques chefs supérieurs par l’intelligence, par l’esprit de suite et d’organisation que, d’instinct, les Anglais l’adoptèrent. Et c’est de la sorte qu’aux Indes anglaises, parce qu’elles avaient été d’abord les Indes françaises, des flots de sang qui auraient pu couler ne coulèrent pas. »865

  • 866 LAFFITE M., 1932 : « De la découverte d’urnes funéraires dans l’Inde du Sud », p. 1-8, Revue de l’h (...)
  • 867 1929 : « L’instruction publique à Chandernagor en 1824 », p. 408-410, Revue de l’histoire des colon (...)
  • 868 Notes bibliographiques :
     - « Un récit inédit de la bataille de Goudelour ». - p. 497, 1913.
     - « Fab (...)

257L’Inde reste au centre de l’idéologie coloniale française dans de nombreuses publications, comme par exemple dans la Revue de l’Histoire des Colonies, dirigée par Martineau. L’épisode colonial français en Inde y joue, en effet, un rôle très important. En revanche l’Inde britannique et les comptoirs français après le XVIIIe siècle sont quasiment absents, à deux exceptions près : l’évocation de la découverte d’une urne funéraire dans le Sud de l’Inde,866 et une courte évocation de l’enseignement à Chandernagor au début du XIXe siècle.867 En revanche, l’étude des archives de Pondichéry suscite une publication intense.868

258L’Inde qui faillit être la nôtre intéresse donc toujours plus et l’Inde qui est toujours moins. En se reconnaissant une paternité sur la colonisation anglaise en Inde, les historiens et écrivains français attribuent à leur patrie une part du prestige de la domination anglaise et se rendent finalement par là encore un peu plus solidaires de celle-ci. La question de l’état de la présence française en Inde à l’époque contemporaine est évacuée au profit de cette vision idéalisée de son passé colonial. Parallèlement, les représentations inquiétantes attachées à l’Inde contemporaine se multiplient. Elles se nourissent de craintes diverses qui, à la manière de calques, se superpposent sur la carte de l’Inde : celle des mouvements nationalistes dans les colonies, celle du communisme ou encore celle d’une révolte du monde musulman.

259Perçue comme un élément central dans « un drame oriental » en gestation, l’image de l’Inde devient peu à peu à celle d’une contrée de tous les dangers.

Révolte asiatique et expansion du communisme : danger sur l’ordre colonial

  • 869 Ancien directeur de l’École Impériale de médecine de Tcheng Tou en Chine, et chargé de mission.
  • 870 Dr LEGENDRE A.-F., 1932 : La crise mondiale, l’Asie contre l’Europe, p. 253, Paris : Plon.

260En 1936, le docteur Legendre,869 un des principaux acteurs de l’action culturelle française en Asie, écrit à propos des mouvements nationalistes : « Jamais notre civilisation et même notre vie économique nationale n’ont été plus menacées ».870 Or, le nationalisme indien est alors le mouvement le plus avancé parmi les pays colonisés d’Asie.

  • 871 Ibid., et FARRERE C., 1939 : L’Europe en Asie, Paris : Flammarion, 101 p.
  • 872 FISHER M., 2004 : Counterflows to colonialism, Delhi : Permanent Black.

261À cette perception d’une menace intrasèque au mouvement nationaliste indien, s’ajoute le développement de la thématique d’une Inde menacée par l’expansion communiste dont l’évocation devient récurrente et perdurera jusque dans les années 1950, sous la plume du politologue francophone d’origine roumaine, Tibor Mende. Au cours des années 1920 et 1930, le communisme propose en effet un cadre idéologique pour les revendications de ceux appelle alors les return students. Diplômés des pays colonisés partis étudier en Occident, ils sont les témoins directs des contradictions entre l’idéologie égalitaire occidentale, qu’ils partagent au cours de leurs études, et la ségrégation sociale qu’ils retrouvent de retour dans leur pays.871 Leur expérience leur permet d’observer les stratégies des autorités colonisatrices et de leurs représentants sur leur propre terrain et, le cas échéant, à savoir en user.872

  • 873 Le Japon ne manque pas non plus de s’inscrire dans une démarche analogue en se présentant comme le (...)
  • 874 LEGENDRE Dr A.-F., La crise mondiale, l’Asie contre l’Europe, p. 251- 253.
  • 875 Ibid.

262Parallèlement, l’URSS saisit l’opportunité d’exploiter la recrudescence des antagonismes sociaux, en tournant à son avantage la vision dichotomique entre un Orient oppressé et un Occident colonialiste, capitaliste et oppresseur, en se plaçant comme le leader et le libérateur annoncé.873 Certains membres du mouvement nationaliste indien, Nehru en tête, ne restent pas insensibles aux sirènes du communisme et le docteur Legendre ne manque pas de rappeller les propos tenus par ce jeune avocat de quarante devenu président du Congrès lors de la session annuelle de Lahore en 1929. Il qualifie son discours de « bolchévique »874 et conclut ainsi : « L’action de Moscou s’affirme très réelle sur les couches instruites de l’Inde. »875

263La convergence entre le mouvement soviétique et les nationalistes asiatiques devient une des préoccupations majeures des analystes politiques en France. Les défenseurs de l’ordre colonial en France, dont Legendre est un éminent représentant, n’hésitent pas à franchir le pas et faire l’amalgame entre le mouvement anti-colonial indien, une rebellion générale des peuples asiatiques et l’opposition entre communisme et démocratie.

264Une autre crainte s’ajoute vis-à-vis de l’Inde à celle d’une conversion de ses élites au communisme, celle d’une solidarité musulmane anti-occidentale. Peuplée par la communauté musulmane la plus importante du monde, les risques d’extension du mouvement nationaliste indien à son propre empire n’en paraissent que plus grand aux yeux de la France. Dans le contexte de l’éveil des nationalismes, on craint les échos et les réactions que pourraient trouver dans les différentes régions du monde les événements qui touchent les populations musulmanes dans les colonies et les protectorats.

  • 876 AMAE P – AO 1918-1940 - Affaires communes n° 832 (Recommandations de Français) Londres, le 02.12.19 (...)

265La diversité des régions peuplées par les populations de confession musulmane disparaît derrière la conception monolithique de « monde musulman », ces régions étant confondues dans une image aussi inquiétante que vague de l’Orient. Ainsi, en décembre 1924, Maurice Pernot est chargé d’une mission du Ministère de l’Instruction publique : « … pour étudier en Egypte, à Ceylan, aux Indes, en Afghanistan et en Perse les sentiments de la population musulmane de ces pays à l’égard des Européens. »876

266Dans l’avant-propos de l’ouvrage que Pernot publie à l’issue de cette mission, l’auteur ouvre son récit par ces lignes qui résument bien les sentiments entretenus en France vis-à-vis de l’Inde et de l’Orient en général :

  • 877 PERNOT M., Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient, p. V.

« L’inquiétude qui règne en Orient a fait naître dans notre monde européen bouleversé lui-même, un surcroît d’alarme et d’appréhension (…). Des forces de destruction, des forces de création, qui sommeillaient depuis si longtemps que nous en avions oublié l’existence, se réveillèrent soudain. »877

267L’auteur, même s’il se propose de partager des vues éclairées sur la situation par un travail d’enquête et d’entretien, au demeurant très intéressant, n’en qualifie pas moins les événements, à la fin de son avant-propos, de « drame oriental ». Ce drame est largement mis en scène pour servir des vues politiques fixées avant son départ et définies par le titre de sa mission.

  • 878 Id., p. 144.

268L’antagonisme Orient – Occident trouve donc un avatar supplémentaire, de nature politico-religieuse. On retrouve cela dans les intitulés des revues de presse des postes consulaires français en Inde.878 Les autorités britanniques encouragent ce rapport antagoniste par des campagnes de presse qui visent à susciter une réaction anti-coloniale de la part des populations de confession musulmane à l’encontre de la France, et provoquer une réaction de solidarité des autorités hexagonales face au soulèvement nationaliste en Inde.

  • 879 Id., p. 253.
  • 880 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration…, p. 152-153, op. cit.

269L’Inde conjugue donc de nombreux paramètres sur laquelle la France des années 1920-1930 peut projeter ses craintes de désordre et d’insécurité, alors qu’elle met en scène son "âge d’or" colonial. N’ayant pas encore développé une approche multilatérale, la France appréhende les événements mondiaux de manière bipolaire. Ainsi, les intérêts de son voisin d’outre-Manche lui paraissent coïncider avec les siens. Le docteur Legendre écrit à ce sujet : « La Grande-Bretagne constitue à n’en pas douter la clé de voûte de tout l’édifice colonial ».879 Une idée que L’Illustration avait déjà exprimée en 1930 dans un article intitulé : « Les Indes anglaises menacées : la clé de voûte des empires coloniaux ».880Ainsi, alors que la notion de civilisation indienne se développe, notamment à travers les travaux des indianistes français, les questions politiques conditionnent sur les considérations scientifiques et culturelles.

Les autres nations

270Seconde nation européenne après la Grande-Bretagne, la position française en Inde va décliner au même moment où le commerce entre l’Inde et l’Europe connaît un nouveau développement, suite à l’ouverture du Canal de Suez. Ce déclin est concomittant à l’orientation coloniale prise par les réseaux commerçants français - sous l’impulsion du gouvernement de la Troisième République - et à la présence accrue des autres nations européennes. Au premier rang d’entre elles vient l’Allemagne, dont la présence en Inde semble progresser de manière continue malgré les revers subis lors des deux conflits mondiaux. Ce développement des relations avec l’Inde va constituer un obstacle supplémentaire pour la France. Dès la première guerre mondiale on voit apparaître le terme de propagande "germano-hindoue". Si la France ne peut accepter un tel rapprochement, elle ne propose cependant pas d’alternative aux élites indiennes à la recherche de partenaires sur la scène internationale. L’Allemagne n’est pas la seule à développer sa présence en Inde, que ce soit au niveau commercial ou culturel. L’Italie profite de l’ouverture du canal de Suez pour s’installer sur un marché qui semblait s’ouvrir à la France. Les autres puissances européennes suivent ce mouvement de même que les États-Unis, le Japon et bientôt l’URSS.

271Le développement d’une présence active en Inde des puissances qui ne possèdent pas d’empire colonial, au moment même où se retire la France, bien qu’elle y bénéficie d’une marge d’action importante, révèle l’ordre géostratégique qui se dessine par exclusion ainsi que la reproduction asymétrique en Asie des alliances contractées sur le continent. L’attitude britannique en Inde bienveillante vis-à-vis de l’Allemagne mais très virulente à l’encontre de la France illustre cette asymétrie.

272Par ailleurs, alors que la civilisation indienne accède à la reconnaissance internationale, notamment à travers l’attribution du prix Nobel de littérature à Rabindranath Tagore, les rivalités européennes se projettent de plus ne plus sur ce symbole du monde oriental que devient l’Inde. Cette projection des enjeux politiques européens, voire nationaux, se complique encore entre les deux guerres avec la (ré) apparition sur la scène mondiale de l’ancien empire russe devenu soviétique. Celui-ci devient un pôle d’attraction pour les élites des pays colonisés, ce qui associe l’Inde au camp opposé, et à un Orient menaçant.

273Le Japon offre un autre point d’ancrage à la revendication d’une entité culturelle asiatique moderne face au monde occidental. Dans ce contexte, Tagore offre une plateforme à cette reconnaissance des nations modernes asiatiques dans son université internationale de Santiniketan. L’universalisme et l’humanisme asiatique s’oppose au schéma occidental, ainsi que l’illustre la controverse entre Sylvain Lévi, Romain Rolland et Tagore. La question des relations culturelles de l’Inde avec le monde extérieur se diversifie, se multipolarise, notamment dans ses rapports au monde occidental et au monde moderne en général. L’histoire des relations culturelles entre la France et l’Inde est donc aussi l’histoire de l’attitude de la France face à cette multipolarité, que ce soit dans le champ de la politique, de la science ou de la culture.

274Dans son rapport sur le commerce et la navigation dans le port de Bombay, le consul français signale pour l’année 1890-1991 une augmentation du commerce anglais – « comme chaque année » précise-t-il - mais il note aussi la progression importante du commerce d’Autriche-Hongrie, tandis que « la Belgique gagne chaque année du terrain ». L’activité qui se développe de façon la plus importante est celle de l’Allemagne. Cette dernière relègue peu à peu la France au troisième rang des pays européens dans ses échanges avec l’Inde, tandis que le volume d’échange de la Belgique et de l’Autriche-Hongrie n’est que légèrement inférieur :

« Les Allemands parcourent le marché du matin au soir et, grâce à leur incroyable activité que rien ne déconcerte, ils ont triplé en un an leurs importations à Bombay (…). Nous l’avons déjà dit, nous le répétons et ne cesserons d’insister sur ce point : tant que nos maisons françaises, n’auront pas de comptoirs et des représentants à l’étranger, il leur sera difficile, sinon impossible de reconquérir la prépondérance exercée dans un temps où la concurrence était beaucoup moins acharnée.
Cette nécessité se fait sentir dans l’Inde plus peut-être que partout ailleurs. »

275En cette fin de siècle, plusieurs nations développent leur commerce et leur influence en Inde :

« Les marchandises françaises ont été jusqu’à ce jour relativement peu répandues sur l’immense marché des Indes. L’Allemagne, l’Autriche et la Belgique, par leurs produits à bon marché, se sont assurés aujourd’hui le monopole de ce débouché (…). Les expéditeurs français ont tort d’attendre les commandes. Le commerce indien est routinier, il a besoin d’être sollicité et si les Allemands, les Autrichiens, les Belges et les Suisses réussissent si bien, c’est grâce à leur prodigieuse activité, en multipliant leurs visites chez le client… »

276Parallèlement à cette présence, l’influence culturelle allemande commence à apparaître. Ainsi, cinq mois après cette dépêche, en juillet 1898, le consul général souligne à nouveau l’activité que déploient les Allemands « dans toutes les branches de l’industrie et du commerce », avant de poursuivre :

« Aux Indes depuis quelques années, ils redoublent d’efforts ; touristes, savants, voyageurs de commerce s’y succèdent en grand nombre ; il n’est pas un centre important de ce pays, — je l’ai constaté, — où le nom allemand, presque ignoré il y a quinze ans, ne soit connu. Où qu’on aille, à Agra, à Delhi, à Bénarès, à Jaïpur, Lahore ou Amritsar, au Cachemire même, la première question que pose le marchand natif à l’Européen de passage est celle-ci : "Vous êtes allemand ?" Détail assez curieux : on trouve partout des chromolithographies représentant les empereurs allemands Guillaume I et Guillaume II. J’ai même trouvé la photographie de ces deux souverains dans un sanctuaire de Bénarès. »

277La pénétration de l’influence de la culture allemande en Inde entre les deux guerres est en relation avec la poursuite de sa pénétration commerciale du marché indien. En 1919, dans une note au Service des Œuvres françaises à l’Étranger, le consul de France indique que le pavillon national a presque disparu du port de Bombay. Bien que ses ressortissants soient sous le coup d’une interdiction de territoire, l’Allemagne a quant à elle déjà réussi à réintroduire ses produits sur le marché indien.

278Parallèlement, d’autres nations comme le Japon confirment leur implantation :

  • 881 AMAE N – consu bom n° 12 – consulat à SOFE, le 12.06.1920.

« Nos anciens ennemis – Allemagne, Autriche, Turquie – qui occupaient aux Indes une place importante avant la guerre – la propagande allemande était très active – n’ont pas encore été admis à rentrer. Cependant au point de vue commercial, je dois signaler que les produits allemands commencent à arriver (…). Les Japonais ont acquis ici pendant la guerre une grande place dans le monde commercial. Ils cherchent à maintenir leur situation par la propagande. Les consulats, les grosses firmes commerciales, industrielles ou financières, les grands hôtels reçoivent des revues, albums de tourisme avc de nombreuses réclames etc., tous rédigés en anglais. »881

279Le développement des moyens de communication ainsi que la montée en puissance des États-Unis accroissent encore la domination de la culture anglo-saxonne en Inde. L’Allemagne met également en place des relais pour sa propagande et des structures d’échanges efficaces. Le Japon et l’Italie ont de leur côté profité de la guerre pour conforter leur position.

  • 882 Voir à ce sujet, par exemple, les revues de presse du 26 août et du 09 septembre 1935, duconsu cal. (...)

280Les autres nations utilisent très activement la presse pour la diffusion de leur propagande, comme l’Allemagne, les États-Unis, mais aussi le Japon et l’Italie. Cette dernière, par exemple, se montre attentive à l’opinion indienne, et les consuls n’hésitent pas à intervenir contre les attaques de la presse à l’encontre de Mussolini, ou encore à s’afficher comme une nation amie des pays asiatiques.882 Le Japon sait également profiter du contexte en se présentant comme « le champion de la race de couleur ». En ne prenant pas part aux réseaux d’information où se retrouvent et s’affrontent, par propagandes interposées, les différentes puissances, la France, cible privilégiée des campagnes allemandes et britanniques, prend le risque de voir son influence diminuée.

281En 1919, le responsable d’un projet de bibliothèque consacrée à l’Inde dans la ville de la Haye, en Hollande, réclame le soutien de la France. Sa démarche a pour but de contrecarrer des propositions de soutien venues d’Allemagne. À cette occasion, le responsable de ce projet de bibliothèque rappelle le rôle des organes de presse allemands dans les pays asiatiques, spécialement en Inde, et en appelle à une réaction de la France. Ainsi, il signale la diffusion par l’Allemagne d’articles :

  • 883 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - La Haye, le 22.02.1919, lettre adressée à A. Boinier. Le corresp (...)

« … habilement rédigés et faits pour frapper l’imagination orientale. Ils sont tendancieux à l’extrême, mais il faut avouer qu’en même temps ils sont fort utiles comme sources d’information et de renseignements pour les orientaux. Ils servent leurs besoins et leurs intérêts intellectuels (…). Faut-il leur laisser tout le terrain ? Où sont vos armes ? Où sont vos organisations pour combattre dans ces pays lointains ceux qui vous diffament et portent atteinte à votre honneur (…) ? Les pays orientaux neutres constitueront le terrain de leur activité, et de leurs opérations de toutes sortes. Mettez vous en garde contre cela. Ils ont bien réussi à suggérer aux orientaux la conviction qu’ils défendent leur religion et leurs droits contre les peuples qui les dominent, la France et l’Angleterre. Ils se posent comme libérateurs, comme défenseurs. »883

  • 884 AMAE N – SOFE n° 219 -consu cal à AE, le 16.07.1931.
  • 885 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 -consu cal à AE, le 30.12.1932.

282Dès 1931, la Deutsche Akademie installe des antennes en Inde, notamment à Calcutta et à Bombay. Pour l’année scolaire 1931-1932, cette institution attribue vingt bourses à des étudiants indiens, pour environ 300 candidatures reçues. Parmi les vingt candidats sélectionnés, la Deutsche Akademie retient cinq futurs ingénieurs, quatre médecins, quatre chimistes, un étudiant de littérature allemande, un de philologie, un de science vétérinaire, un d’agriculture, un de physique, un de musique et un d’aéronautique. L’Allemagne privilégie donc le développement de la coopération scientifique. En outre, ce programme de bourses se double d’une intelligente propagande : la liste des candidats retenus est publiée dans les journaux.884 L’action française ne peut se comparer à celle de son voisin d’Outre-Rhin, puisque la même année, le consul général écrit au Ministère des Affaires étrangères : « J’approuve l’institution d’une bourse en faveur d’un étudiant indien. Ce serait à mon avis une excellente forme de propagande. »885

283Bien qu’elle ait été sous le coup d’une interdiction en Inde jusqu’au début des années 1920, dès le début des années 1930, l’Allemagne fait figure de modèle pour son action culturelle aux yeux d’André Weil. Ainsi pour le mathématicien qui est chargé de présenter un programme d’action pour la « propagande intellectuelle de la France », c’est elle qui indique la marche à suivre :

  • 886 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Wei (...)

« Les Allemands font actuellement une propagande active ; il vient de se fonder à Bombay une branche de la Deutsche Akademie, qui encourage l’enseignement de l’allemand, distribue des livres etc., et aussi accorde annuellement sept ou huit bourses d’études à des jeunes Indiens désireux de poursuivre leurs études en Allemagne (…)
Il faut répandre aux Indes des renseignements sur les facilités qu’on trouve en France pour le travail scientifique, et aussi des renseignements d’ordre matériel sur le coût de la vie, les frais d’études etc. La Deutsche Akademie, en ce genre, a publié sur l’Allemagne un fascicule fort bien fait. Une publication de ce genre pour la France rendrait certainement des services. »886

284A la même époque, les postes consulaires français ne disposent toujours pas du minimum de documentation nécessaire pour répondre à la demande des étudiants indiens et relayer leur requête auprès des différentes institutions d’enseignement supérieur dans l’Hexagone. En 1930, une dépêche du consul général permet de saisir combien les étudiants indiens désireux de rentrer en contact avec la France se retrouvent démunis :

  • 887 AMAE N – SOFE n° 219 – consu cal à AE, le 25.11.1930.

« Il arrive fréquemment que des étudiants indiens s’adressent à moi pour connaître les noms de nos principales écoles (notamment de chimie, d’électricité, écoles d’ingénieurs etc.), le programme des matières qui y sont enseignées, le montant des frais d’études etc. D’autres me demandent de leur indiquer le montant des inscriptions de nos universités, les formalités à remplir pour suivre les cours de l’Institut Pasteur et les coûts d’études dans cet établissement. Je n’ai aucune documentation me permettant de renseigner un étudiant désireux d’aller continuer ses études en France. »887

285Comparé avec l’effort français en Chine au début du XXe siècle, l’absence d’investissement de la France en Inde paraît encore plus flagrant. Même à Bombay dans les années 1920, alors qu’elle y dispose d’une position privilégiée, grâce au relais des élites parsies, notamment, la représentation culturelle française souffre de sa vetusté :

  • 888 Ibid.

« Le second élément, non moins important, qui freine actuellement le plein épanouissement de l’activité de cette association est l’installation véritablement vétuste et pauvre de sa salle de réunions, qui décourage le snobisme de beaucoup de nos amis. Dans un pays ou le culte du club est poussé à un degré aussi élevé qu’à Bombay, le siège du Cercle ne souffre de comparaison avec aucun des immeubles dont disposent les clubs et associations anglais, allemand, italien, véritables centres de réunions mondaines. »888

L’action de l’Allemagne

286En 1930, André Weil souligne l’intérêt des élites indiennes tant pour l’Allemagne que pour la France :

  • 889 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Wei (...)

« Comme je vous l’ai dit, l’Inde me paraît être en ce moment, à tous les points de vue et particulièrement dans le domaine intellectuel dans une période de changements rapides, où toute intervention peut avoir des résultats considérables. Il y a notamment une tendance à se tourner vers les pays d’Europe continentale, et de préférence vers la France et vers l’Allemagne, dont il serait temps de profiter ».889

287Cet intérêt pour la langue et la culture allemandes se développe au cours de cette période, tout d’abord aux côtés de la langue et de la culture française, comme l’illustre cette requête de l’université d’Allahabad en 1930 :

  • 890 AMAE N – SOFE n° 219 - ENLOV, Paris, le 12 .05.1930.

« L’université d’Allahabad nous demande de lui envoyer un lecteur qui serait chargé pendant trois heures par semaine d’un enseignement du français et de l’allemand élémentaire aux étudiants indiens de façon à les mettre en mesure de lire des articles de presse. »890

288Progressivement, la culture et la langue allemandes incarnent seules ce vecteur associé aux sciences modernes. Cette évolution est soutenue par une action culturelle allemande qui répond aux besoins des élites indiennes tout en bénéciant aux intérêts allemands. Cette action prend toute son ampleur au cours des années 1930.

289La tendance qui porte les élites indiennes vers l’Allemagne se traduit dans le choix des destinations des étudiants indiens à l’étranger. Ainsi, en 1932, lorsque l’Amrita Bazar Patrika, important journal à tendance nationaliste, publié à Calcutta, dessine les grands traits de la carte des études à l’étranger, l’Allemagne, aux côtés des États-Unis, y est la destination privilégiée dans de nombreux domaines, comme le rapporte le consul général :

  • 891 L’Europe continentale par opposition à la Grande-Bretagne.
  • 892 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 -consu cal à AE, le 17.03.1932.

« L’auteur de cet article se propose, on ne peut en douter, de décourager les Indiens d’aller continuer leurs études en Angleterre. L’Angleterre n’est pas, d’après lui, le pays où un étudiant peut acquérir le meilleur enseignement supérieur. Si un étudiant en droit est obligé d’aller étudier le droit en Angleterre, c’est en Allemagne qu’il faut aller pour étudier les sciences modernes et la mécanique ; en Amérique aussi se trouvent les meilleures écoles pour former des agriculteurs, des industriels, des ingénieurs ; pour la littérature, les universités anglaises sont inférieures aux universités françaises ou allemandes ; pour la chirurgie et la médecine, il faut aller à Paris ou à Vienne. Le climat de l’Angleterre, surtout en hiver, est comparable à “l’enferˮ. La nourriture anglaise est détestable. Les Indiens sont encore plus mal traités que les autres étrangers à cause de leur couleur de peau. En résumé, l’enseignement donné dans les écoles du Continent891 est supérieur à celui qui est donné dans les écoles anglaises, et les frais d’études sont moins élevés. Sur le Continent, du reste, on se moque des prétentions des Anglais qui se croient appartenir à une “race supérieure“ ».892

290En plus des sciences dites modernes et de la mécanique, l’Allemagne est une destination recommandée pour les études littéraires, un domaine dans lequel la France occupait encore une place privilégiée quelques années auparavant. Si, en dehors des études de droit, les études en Angleterre sont dépréciées, l’attraction qu’exercent les États-Unis permet d’assurer la primauté anglo-saxonne. Du reste, dès la fin du XIXe siècle se constitue une communauté estudiantine indienne nombreuse et structurée en Amérique du Nord.

291La réputation dont bénéficient les études en Allemagne n’est pas à mettre seulement sur le compte de la qualité de ses scientifiques. Elle est à mettre en corrélation avec les nombreux séjours de professeurs et d’étudiants indiens. En effet, l’Allemagne a choisi de développer sa coopération avec l’Inde dans le domaine universitaire :

« L’article se termine par un éloge des Allemands qui paraissent avoir une sympathie particulière pour les Indiens. “Les étudiants qui reviennent d’Allemagne rapportent de ce pays les plus beaux souvenirs de leur vie”. L’auteur rappelle que les universités allemandes accordent toutes sortes de facilités aux jeunes Indiens qui vont continuer leurs études en Allemagne et donnent même des bourses aux plus méritants d’entre eux . »

  • 893 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 141.
  • 894 C’est L’ambassadeur de France aux États-Unis qui l’emploie en 1916. AMAE P – Correspondace politiqu (...)

292Pendant le conflit, le mouvement nationaliste indien est mis à profit par les nations européennes. En Europe, le centre du mouvement s’est déplacé de Paris à la Suisse, pays où résident également de nombreux nationalistes égyptiens, et à travers lequel opère l’Allemagne pour sa propagande.893 L’Allemagne mène une propagande anti-britannique très active au sein des troupes indiennes qui prennent part au conflit sur le front en France. On forge alors le terme de propagande “germano-hindoue”.894

293En 1919, le responsable du projet de la bibliothèque consacrée à l’Inde en Hollande met en relief le rôle que jouent les revues et les organes de presses étrangers en Inde :

  • 895 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - La Haye, le 22.02.1919.

« Je reviens à la question de la correspondance indienne pour la Francfurter Zeitung et le Wiener Arbeiter ; le but en est évidemment d’organiser une “tête de pont” et un “centre de sympathies” mais aussi de flatter l’amour-propre et d’accentuer les sympathies des orientaux en portant leur cause, leurs griefs éventuels, à l’aide d’un grand journal européen, devant le tribunal du monde (…) »895

294Cet interlocuteur insiste auprès du Quai d’Orsay sur la nécessité pour la France de suivre la même stratégie. Il évoque la question des correspondants indiens en France capables de relayer auprès de leurs journaux, les informations sur la France, selon des idées plus conformes aux intérêts du pays.

295Peu de temps après la Première Guerre mondiale, en 1920, avec le soutien de Victor Bash, professeur à la Sorbonne, le professeur Sarkar présente à nouveau ce projet. En décembre de cette année-là, tous deux saisissent le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts de leurs intentions, qu’ils adressent alors au Quai d’Orsay afin que celui-ci livre son opinion sur le projet :

  • 896 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22- Ministère de l’Instruction Public et des Beaux-Arts à AE, le 13.1 (...)

« M. Victor Basch, professeur à la Sorbonne, et M. Sarkar, président de l’université du Bengale, m’ont demandé audience pour m’entretenir d’un projet de création de centres d’études pour les étudiants de l’Inde. Ces centres seraient organisés sur le modèle de ceux qui ont été créés pour les étudiants chinois.
Avant d’examiner ce projet, je serais heureux de connaître votre avis sur l’opportunité de cette création. Je désirerais savoir notamment si l’exécution du projet de M. Basch ne provoquerait pas d’observation de la part du gouvernement britannique. »896

  • 897 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - Note de M. Berthelot sur le projet Benoy Kumar Sarkar, L’Inde et (...)
  • 898 Né à Bratislava, titulaire de la chaire de littérature allemande à la Sorbonne, avant de devenir pr (...)
  • 899 CHAUDURI S., 1990 : « Presidency College », , p. 207-208, in CHAUDURY S., Calcutta the living city, (...)

296Le 26 janvier 1921, le professeur Sarkar adresse un mémoire intitulé La France et l’Inde. Ce projet vise au développement des relations franco-indiennes sur le plan culturel et intellectuel, mais aussi commercial. La précision et la largeur de ses vues en font de ce projet un programme précurseur, une véritable base pour l’établissement d’une coopération entre les deux pays.897 Le Ministère des Affaires étrangères y fait cependant barrage soupçonnant Sarkar d’intentions nationalistes et de sympathies progermaniques. Sylvain Lévi entretient ces soupçons. Pour le philologue, les voyages en Allemagne de l’intellectuel bengali et son mariage avec une femme allemande en sont autant de preuves. Ces soupçons ne semblent cependant pas justifiés. La personnalité de Basch à elle seule constitue une garantie contre ces accusations.898 La démarche de Sarkar est celle d’un intellectuel indien de son temps, ouvert à la coopération avec les nations européennes. Outre ses responsabilités à la tête de l’université de Calcutta, il est un des directeurs de l’International Bengal Institute.899

  • 900 Notamment en participant à la collecte de fonds pour le Memorial Sylvain Lévi – Archives de Rabindr (...)

297L’argument consistant à considérer ses relations avec l’Allemagne comme la preuve d’un nationalisme radical, promoteur de la révolte contre l’ordre colonial, procède d’une connaissance erronée des intentions qui animent les élites indiennes. On retrouve de façon récurrente de la part des responsables français ce défaut dans l’analyse politique qui constitue un handicap pour les relations deux pays. Les étudiants, chercheurs et professeurs indiens ayant voyagé en Allemagne sont en effet très nombreux. Ils y sont attirés par des conditions d’accueil intéressantes et des bourses incomparablement plus nombreuses qu’en France. Le principal pilier de la communauté indienne en France, S.R. Rana, qui réside en France du début du siècle jusque dans les années 1950, et qui œuvre activement pour les relations culturelles franco-indiennes,900 est également marié à une Allemande. Les soupçons de duplicité sur les intentions de Sarkar sont très peu crédibles.

298Les vues du Quai d’Orsay sont toutes différentes. :

  • 901 Ibid.

« Au premier plan, Sarkar met le développement des relations commerciales des Indes avec la France ; il dissimule sous des ratures maladroites le désir d’établir depuis la France des relations avec l’Allemagne interdites par le Gouvernement anglais. Par la suite, il découvre son but réel en proposant la création en France de bureaux qui s’occuperaient d’enseignement technique, grouperaient des étudiants et s’intéresseraient au journalisme.
Le programme des cours et conférences vise principalement les institutions politiques de l’Inde : il s’agit de faire bénéficier la “jeune Asie” de l’idéalisme de la France qui a tant fait pour l’“affranchissement de l’esprit humain”.
En somme, c’est un programme de nationalisme à rejeter. Tout au plus si M Sarkar insiste, on pourrait lui répondre que la France ne refuserait pas à détacher à l’université du Bengale des professeurs de français si la demande en était faite par le Gouvernement des Indes ».901

299Aucune suite n’est donc donnée au projet et aucun professeur de français n’est détaché. Du reste, imaginer que le gouvernement du Raj britannique puisse réclamer le détachement de professeurs de français révèle la méconnaissance du contexte indien.

300Entre les deux guerres, les intentions qui animent les élites indiennes méritent d’être analysées. Des malentendus perdurent jusqu’à aujourd’hui sur ce sujet, comme une intervention lors d’un séminaire consacré à Sylvain Lévi le démontrait très récemment. Une admiration porte une partie des élites indiennes à se tourner vers la France. Quelques étudiants et professeurs viennent sur leurs fonds propres y compléter leurs études auprès de grands professeurs ou d’instituts techniques et scientifiques réputés. Lorsqu’ils essayent de solliciter un courant d’échanges, la France se range derrière une prudence dissuasive au nom des prérogatives britanniques. Au contraire, l’Allemagne, qui n’est dirigée par le parti nazi que plus tard, et condamnée à ce titre encore plus tardivement par les autres nations occidentales, encourage le développement des échanges avec l’Inde devenant ainsi un point d’ancrage pour les intellectuels indiens en Europe. Interpréter cela comme une attitude anti-française des élites indiennes n’est pas pertinent. Une des meilleurs analyses nous est fournie par le consul général en 1932 :

  • 902 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 – consu cal à AE, le 30.12.1932.

« Quelle que soit leur sympathie pour l’Allemagne ou la France, les intellectuels indiens sont avant tout des Indiens : ils veulent que les relations qu’ils ont nouées en Europe leur servent à quelque chose, aient leur contrepartie et que leur pays et eux-mêmes recueillent les avantages de cette amitié. Ils ont une grande admiration pour la France. »902

301Le manque de coordination de la représentation française fera échouer plus tard une tentative d’association des Amis de Paris en Inde, sous l’égide de Sylvain Lévi. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’ambassadeur Ostrorog ne peut que constater le déclin de l’influence culturelle française en Inde qui a eu lieu entre les deux guerres :

  • 903 AMAE P – RC 1944-1959 n° 95 – AFI à AE (Direction des Affaires culturelles), le 14.05.1953.

« À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les mieux informés des Indiens estimaient que la France avait cessé de jouer un rôle de quelque importance dans un monde où triomphait la civilisation anglo-saxonne. La puissance économique des États-Unis et les desseins politiques de l’Angleterre adroitement associés aux aspirations de l’Inde justifiaient ce point de vue. La langue française (…) perdait chaque année du terrain. »903

302L’absence de dessein du Quai d’Orsay et la concurrence grandissante des autres nations sur la péninsule sont les deux raisons majeures de ce déclin. Dès le tournant des années 1910, le consul Valada voyait dans l’action des autres nations une source d’inspiration pour le redéploiement de l’influence française :

  • 904 Id., p. 43.

« Il faut chercher aussi à attirer des Indiens et des Anglais en France comme étudiants, commerçants, touristes, propriétaires résidents car ils apportent leur argent sur le sol français (…). Hors de cela, c’est de la pure rhétorique sans base. Le travail intelligent seul pourra enrichir la France dans sa lutte en vue de sa renaissance économique et financière. La concurrence matérielle est devenue dans le monde d’une âpreté inconnue jusqu’ici et désormais il ne suffira pas d’être une nation cultivée policée, raffinée, distinguée, littéraire et artistique. Il faut aussi devenir comme les Anglais, les Américains, les Japonais et les Allemands une nation excessivement commerciale, industrielle, financière, maritime, coloniale, pratique. »904

303L’action culturelle de la France est donc à situer par rapport à celle des autres puissances. Après 1871, ses choix s’inscrivent dans une perspective de relèvement et de reconstruction nationale, à partir de ses possessions coloniales. Bien que victorieuse, il en sera de même après 1918 : choix du tout français et concentration sur son empire, et ce à l’exclusion d’autres initiatives parallèles. Ces choix restreignent son action et font obstacle à la prise en compte du bilatéralisme et du multilatéralisme et à leurs implications culturelles, comme par exemple le pluri-linguisme ou les multiples affiliations.

304La défense de ses intérêts nationaux, que ce soit en Indochine ou dans les comptoirs, a prévalu sur l’innovation et l’adaptation aux réalités multipolaires. Si la nécessité impérieuse du développement d’une présence, attendue par une partie des élites indiennes, apparaissait clairement à certains représentants et experts ayant une connaissance de terrain des réalités indiennes, comme le consul Valada, le mathématicien Weil, l’ambassadeur Ostrorog, ou plus tard l’ingénieur Mayer, les appels de ces derniers ne trouvent pas de relais suffisament solides au sein des preneurs de décision pour se traduire en une politique culturelle coordonnée et soutenue.

L’Inde et la pensée coloniale française

305Même si au XIXe siècle la France semble se résoudre à ne plus exercer d’influence directe sur l’Inde, elle revendique une influence héritée de l’épisode colonial des XVIIe et XVIIIe siècles, dont les comptoirs sont les reliques. Un discours de l’Alliance française à leur sujet est révélateur de cette nouvelle perception :

  • 905 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52 (10-12.1894), p. 199-231.

« Il peut sembler étrange que nous ayons considéré comme une région à part nos établissements de l’Inde, dont la superficie est si mince. Remarquons, toutefois, premièrement qu’une population de près de 300 000 âmes n’est pas une quantité négligeable, en second lieu que ces établissements rappellent un passé glorieux dont le souvenir est loin d’être éteint dans la mémoire des indigènes (…). Mais ce qui nous a frappé surtout, c’est que l’Inde Française, qui a abdiqué tout rôle politique, se trouve au point de vue intellectuel et moral dans une situation exceptionnelle. D’une part, elle est en contact direct avec l’immense empire anglo-indien, elle peut en suivre au jour le jour les expériences administratives, et renseigner à cet égard la métropole. D’autre part, elle est attachée aux flancs même de la société hindoue ; elle est mieux placée que personne pour en étudier les races, les langues, les usages, les croyances, l’esprit. Elle peut exercer au nom de la France, sur cette grande famille humaine, sa part légitime d’influence. À ces divers titres, c’est bien une région distincte, une des provinces de la pensée et de l’éducation française ».905

306A la fin du XIXe siècle, un discours est élaboré qui fait de l’épisode indien de l’aventure coloniale française un précédent historique idéalisé. On cultive le souvenir d’une alliance franco-indienne et l’idée d’une possible colonisation fraternelle, par opposition à la colonisation britannique et à sa froide efficacité. Ceci est d’autant plus aisée que cette période est associée à l’apogée de la grandeur de la France.

307Alors que s’échafaudent les théories distinguant l’administration coloniale indirecte à l’anglaise et à l’administration directe à la française, l’Inde sert d’illustration à ce discours. Dans la seconde moitié des années 1870, la Troisième République établit un système électoral qui, bien que partialement et partiellement représentatif, permet aux comptoirs français d’envoyer un représentant dans chaque chambre, fournissant une preuve de cette spécificité revendiquée d’une administration coloniale française par rapport à la colonisation anglaise. Ainsi, les petits établissements français en Inde qui, au début du XIXe siècle étaient devenus au mieux un objet de dépit ou au pire un objet de railleries, acquièrent un poids idéologique grandissant.

  • 906 GUIMET É., BON G. le, 1992 : Mirages indiens, De Ceylan au Népal (1876- 1886), p. 145, Paris : Phéb (...)

308Cette importance croissante de l’aventure française en Inde et des comptoirs français dans le discours colonial français ne s’accompagne toutefois ni d’une attention particulière pour les comptoirs maintenus dans une indigence certaine. Leur situation reste largement ignorée au profit des colonies plus récentes en Asie et en Afrique. Certains historiens et idéologues veulent même voir une filiation directe entre la colonisation anglaise et les épisodes de l’aventure française dans la péninsule. Lorsque dans son récit de voyage dans le sud de l’Inde, il s’attarde longuement sur l’aventure des Français en Inde, Emile Guimet résume l’histoire du fait colonial par une phrase simple et définitive : « Le Français trouve, l’Anglais utilise ».906

309Les luttes d’influence qui se dessinaient déjà avant 1914 éclatent lors de la Première Guerre mondiale. De nouveaux moyens de propagande sont alors mis en œuvre, dont l’utilisation va se poursuivre après le conflit. En outre, l’émergence des puissances asiatiques se confirme, tandis que l’avènement de l’URSS radicalise encore le débat Orient-Occident. Dans ce contexte, comment la France victorieuse mais affaiblie, projette sa culture pour laquelle une partie des élites indiennes avait montré son attachement ? Celui-ci résiste-t-il aux évolutions et bouleversements en cours ? La réponse dépend en grande partie des perspectives de dialogue et d’échanges culturels que la France va se montrer capable d’offrir à l’Inde.

Internationalisme et nationalismes

« Des panoramas complets de géographie idéologique désormais se déroulent derrière chaque regard ».
- Raymond Schwab, La Renaissance Orientale -

L’Inde et les français : la France et la civilisation indienne

Culture et civilisation, considérations culturelles et enjeux politiques

  • 907 « Le terme de civilisation a été défini au 18ème siècle comme ce qui rend les individus plus aptes (...)

310Plus encore que celui de culture, le terme de civilisation, d’usage récent, est directement lié au phénomène de développement de l’influence coloniale et occidentale au cours du XVIIIe siècle.907 Les débats autour de la définition de cette notion acquièrent une vigueur particulière dans l’Inde nationaliste du début du XXe siècle. Les scientifiques français et particulièrement Sylvain Lévi contribuent de manière déterminante à l’interprétation de cette notion dans le cadre de l’Inde, ce qui n’empêche toutefois pas les malentendus quant à son usage entre l’indianiste français et certains penseur indiens, et notamment Tagore, qui « incarne » alors la civilisation indienne aux yeux de l’Occident.

311Dès la fin du XVIIIe siècle, les termes civilisation et culture rentrent en concurrence. La revendication d’une filiation à une société d’origine, qui réunisse certains critères afin d’être considérée comme une civilisation, est un aspect crucial du nationalisme, que l’on peut qualifier de mythe fondateur. La notion de civilisation sert d’alibi culturel à l’idéologie coloniale, par le truchement d’une conception hiérarchique du rapport entre les sociétés soutenue par l’idéologie du progrès. Cette notion sert également l’idéologie nationaliste des peuples colonisés, la reconnaissance d’un certain niveau de civilisation justifiant la revendication du statut d’indépendance. Théoriquement fondées sur des considérations culturelles et scientifiques, la notion de civilisation recouvre des enjeux essentiellement politiques.

312A l’époque moderne en France, avec la remise en cause grandissante de la toute puissance du schéma de la création biblique, la connaissance de l’Inde est mise à contribution pour l’œuvre de (re)construction de l’histoire de l’humanité. Ainsi l’Inde apparaît-elle dans l’œuvre de nombreux précurseurs de la pensée moderne, de Montaigne à Renan en passant par Voltaire ou Montesquieu, tous deux lecteurs du voyageur François Bernier. Entre les deux guerres, cette démarche devient polémique face à la pluralité des opinions et les divergenses politiques.

Espoirs de Renaissance orientale franco-indienne

« Toujours ce vieil espoir de voir les savants des deux mondes unis dans une même grande tâche d’érudition. »
- Désirée Lévi, Dans l’Inde -

  • 908 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 228.

313Entre les deux guerres, l’œuvre du poète Tagore trouve un écho profond dans de très nombreux pays. Un cadre symbolique encadre le rapport de son œuvre avec la France. En 1914, le jour de la déclaration de guerre, Clémenceau envoya à la Comtesse de Noailles l’Offrande Lyrique,908 tandis qu’en 1940, le jour de l’entrée des Allemands à Paris, la radio française donne Amal ou la Lettre au Roi, une pièce écrite par le poète bengali. Toujours en 1940, quelques mois avant son décès, le poète, déjà très affaibli, narre ses souvenirs d’enfance entouré de ses proches, parmi lesquels Christine Bossennec, qui les traduira quelques années plus tard.

314Dès les années 1910, la consécration de Tagore lui confère le statut de pèlerin capable d’ouvrir la voie à un renouveau des relations entre la France et l’Inde, et de forger une profonde affinité qui irait au-delà du domaine culturel pour atteindre celui d’une entente “civilisationnelle”. La France meurtrie recherche alors, en dehors de ses frontières, des figures capables de restaurer une vision harmonique du monde.

315Du côté français, le principal interlocuteur de Tagore est tout d’abord Sylvain Lévi. Ce dernier cumule les chaires au Collège de France, à la Sorbonne et à l’École pratique des Hautes Etudes. En Hexagone, le philologue offre au monde asiatique un point d’ancrage solide au sein des institutions et de la scène intellectuelle. La composante indienne reste pour lui une composante et un référent majeurs, à la fois au niveau scientifique mais aussi affectif.

316Les éléments semblent réunis pour une coopération franco-indienne du plus haut niveau sur le plan culturel et intellectuel. À l’aube des années 1920, Nag dépeint dans son journal une certaine euphorie et confirme le bien fondé de ces espoirs pour les deux pays :

  • 909 NAG K., Memoirs, p. 9.

« Dr Tagore commençait à faire entendre l’appel prophétique de son clairon. Son Visva Bharati serait bientôt inauguré et le professeur Sylvain Lévi serait le premier savant occidental a être invité à Santiniketan pour collaborer avec Tagore. Je commençais à envoyer mes articles sur Sylvain Lévi, l’indianisme français, Rodin et Nataraja, et l’iconographie indienne. Tous les Indiens de Paris furent invités pour le pot de départ du Professeur Lévi au Café Voltaire. Le Professeur Paranjpe écrit un prashati en sanscrit qui fut traduit en français par le professeur Jules Bloch. Bandé Mataram fut chanté et mademoiselle Naoroji présenta quelques-unes de ses chansons en langue gujratie, hindie et kutchchie. Je félicitai le professeur Lévi de la part des membres de Santiniketan, et le professeur donna une allocution pleine d’inspiration sur la collaboration culturelle franco-indiene, remerciant les Indiens de Paris pour leur chaleureux au revoir. La cérémonie fut un véritable succès et nous nous quittions avec de grands espoirs. M. Emile Sénart vint pour féliciter Sylvain Lévi, et j’envoyai ma bibliographie de Sylvain Lévi à la Modern Review. »909

317Au début des années 1920, les ambitions de Sylvain Lévi, chef de file de l’indianisme français, et de Tagore, porte-parole de la culture indienne, se rejoignent. Le dialogue des deux hommes va cependant avoir du mal à s’extraire du contexte politique.

318Entre les deux guerres, la civilisation indienne acquiert une reconnaissance scientifique grandissante dans les travaux français. Celle-ci peut servir à légitimer, sur le plan culturel, les revendications nationalistes de l’élite politique indienne. L’université de Calcutta, alors dirigée par un leader intellectuel du mouvement nationaliste, Asoutosh Mukherjee, ainsi que Tagore, le comprennent rapidement. L’invitation à Santiniketan de Lévi par Tagore, en 1920, est à situer dans ce contexte. L’adresse de bienvenue des étudiants de Visva Bharati au philologue est d’ailleurs explicite à ce sujet :

  • 910 Archives privées de M et Mme Vermeil. t.d.a.

« À l’occasion de cette rencontre des amis du savoir oriental (i.e. B.B. Royal Asiatic Society), nous offrons de tout cœur la bienvenue au docteur Sylvain Lévi, érudit qui connaît si bien les trésors de l’Est (…).
Il fut un temps ou l’Inde (la terre de Bharat) était glorieuse ; magnifique et glorieuse était sa littérature ; notre gloire fait maintenant l’objet de souvenirs, mais il y a une chose que nous n’avons pas oubliée, c’est l’hospitalité envers nos invités (…).
La terre de Bharat, dont le langage était raffiné et dont la culture et la civilisation ont été adoptées par les autres nations, n’est maintenant aujourd’hui plus respectée. Pourquoi devrait-il en être ainsi ?
Je me souviens d’un ami qui était votre compatriote. Il avait une grande connaissance des langues orientales, et son nom était James Darmesteter. Il était un Océan de compréhension pour nous les Indiens. Puissiez-vous, s’il vous plaît, suivre son exemple. »910

319L’impact de Lévi et, à sa suite, de l’EFEO, sur les historiens indiens, et particulièrement bengalis, est évidente. Les travaux de Georges Cœdès, d’Henri Parmentier ou encore de Jean Przyluski situent l’Inde dans une histoire du monde, où elle n’apparaît plus seulement comme dominée et influencée, mais comme source d’influences en Asie du Sud et du Sud Est.

320Toujours en 1920, Lévi fonde l’Association française des Amis de l’Orient avec Pelliot, Émile Sénart et Hackin et d’autres grandes figures de l’orientalisme. L’association s’impose comme l’intermédiaire pour les institutions françaises, qu’il s’agisse de l’École des Langues orientales ou du Quai d’Orsay. Elle est hébergée par le musée Guimet avec qui elle travaille en étroite collaboration. Ses statuts stipulent dans l’article premier :

  • 911 L’Association française des Amis de l’Orient (brochure diffusée par l’association).

« L’association dite "Association française des Amis de l’Orient" ou A.F.A.O., fondée en 1920, a pour but de développer les relations intellectuelles et artistiques entre la France et les Nations d’Orient et d’Extrême-Orient. »911

  • 912 Ibid.

321Dans le troisième article : « Elle fait participer ses adhérents à la vie et au rayonnement des musées d’art oriental, en particulier du "Musée Guimet". »912

  • 913 AMAE N – SOFE n° 256 ; et DÉ N., Madam Lévir Dyari, p. 17.
  • 914 Les études bouddhiques et les études en tibétologie occupent une place très importante dans les inv (...)

322Andrée Karpelès et sa sœur Suzanne font partie du groupe de départ qui donne vie à l’association ; la seconde en tant que secrétaire.913 Ainsi, l’Association française des Amis de l’Orient s’impose comme l’institution compétente pour les questions ayant trait à l’Orient, que ce soit pour l’organisation des conférences de Tagore, par exemple, ou pour l’aide aux étudiants originaires des pays "orientaux". Les activités de l’Association française des Amis de l’Orient et du musée Guimet sont toutefois largement plus orientées vers l’Indochine l’Extrême-Orient et le bouddhisme, que vers l’Inde et l’hindouisme.914

  • 915 LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière, p. 181.

323Une anecdote de Suzanne Karpelès, secrétaire de cette association, rappelle tout à la fois l’événement que représente la venue de Tagore : « Pour éviter toutes difficultés avec le gouvernement britannique, ce fut notre société que le Ministre des Affaires étrangères chargea d’organiser des réceptions dignes du lauréat du prix Nobel (…) ».915 Le rôle semi-institutionnel de l’Association française des Amis de l’Orient est ici confirmé, en même temps que l’extrême prudence du gouvernement français vis-à-vis des autorités britanniques. Cette prudence est poussée à un degré étonnant lorsque l’on sait que le prix Nobel est alors reçu et invité officiellement par tous les chefs de gouvernement des pays où il se rend, en Europe, comme en Amérique et en Asie.

  • 916 L’Institut de civilisation indienne coordonne et centralise les enseignements relatifs à l’Inde et (...)
  • 917 Voir par exemple : " Religions indiennes du Cambodge et du Laos dans l’Indochine ", in Maspero G. 1 (...)
  • 918 MASSON-OURSEL P., 1923 : La Philosophie comparée, Imprimerie des Presses Universitiares de France, (...)
  • 919 LACOMBE O., L’Absolu selon le Vedânta, les notions de Brahman et d’Atman dans les systèmes de Cnaka (...)

324L’Institut de civilisation indienne, créé en 1927, fournit un outil institutionnel qui diffuse les conceptions scientifiques de Sylvain Lévi sur l’Inde.916 Ce dernier est entouré d’un groupe de professeurs dont la qualité des travaux assurent la renommée de la France auprès des intellectuels Indiens. Les travaux de certains de ses collègues, tels que ceux de Henri Parmentier sur les états hindouisés d’Inde et d’Indochine,917 concourent à établir et consolider le concept de Grande Inde. Le rôle et l’œuvre d’Alfred Foucher, de Jules Bloch, de Cœdès, de Pelliot, d’Hackin de Przyluski ont été signalés. Il faut mentionner également les travaux de Demiéville, Grousset, Mauss, Paul Masson Oursel,918 Olivier Lacombe,919 et le rôle de Meile. L’indianisme français apporte une contribution très significative à l’étude de la culture indienne. Nationalisme indien et ambitions messianiques françaises se traduisent au niveau scientifique dans une interprétation républicaine de l’histoire de l’Asie méridionale proposée par Sylvain Lévi et le concept de Grande Inde/Greater India. Certaines écoles historiques de l’Inde se l’approprie tout en lui donnant une interprétation différente qui soutient le mouvement pour l’indépendance et le nationalisme indien. Nationalisme indien et études historiques et philologiques convergent.

  • 920 Pour toutes ces indications biographiques concernant Prabodh Bagchi, voir notamment DÉ N., Trad. de (...)
  • 921 Prabodh Bagchi publiera notamment India and China a thousand years of cultural relations. Il est ég (...)
  • 922 Puis, en 1945, il rejoint Visva-Bharati comme directeur recherche, tenant de la chaire d’indologie, (...)

325Dans son effort de construction d’une école historique de l’Asie, Sylvain Lévi trouve un relais dans un groupe de jeunes universitaires indiens qu’il prend sous sa tutelle à Paris, voire même lors de ses missions en Asie. Ces derniers sont essentiellement basés dans la capitale bengalie. Prabodh Bagchi, étudiant de Calcutta, est l’un des membres de ce groupe. Son parcours est révélateur des relations alors entretenues entre l’école historique française dirigée par le philologue français et les futurs historiens indiens de l’Asie du Sud et du Sud Est. Diplômé de l’université, Prabodh Bagchi se spécialise dans les langues chinoise et japonaise, mais aussi dans les études jaïnes.920 Asoutosh Mukherjee l’envoie poursuivre une mission de recherches sous la direction de Sylvain Lévi à Visva Bharati. Ce dernier propose à l’université de Calcutta que Prabodh Bagchi l’accompagne dans sa mission au Népal. Le chercheur bengali se voit ainsi doté de la bourse de voyage Gosh, afin de poursuivre ses recherches sous la direction du philologue en Indochine, au Japon, et finalement en France, où il partira en 1923. Il y reste jusqu’en 1926, date à laquelle il obtient son doctorat de lettres pour ses travaux sur la civilisation indienne.921 Il rejoint alors le département d’Histoire et Culture de l’Inde antique de l’université de Calcutta et devient également le secrétaire de la Royal Asiatic Society.922 En tant qu’élève de Sylvain Lévi, il fait en effet partie de l’école de la Greater India. À la fin des années 1940, il est honoré par l’EFEO.

  • 923 NAG K., ROLLAND R., Correspondance, The Tower and the Sea, p. 293-298.
  • 924 Autre leader intellectuel de premier plan en Inde, éditeur de Prabasi et de The Modern Review.
  • 925 Il est également l’auteur de Pre-historic Japan, et India and the Pacific World.

326Kalidas Nag est une autre figure intellectuelle du nationalisme indien. Ami à la fois de Tagore, de Lévi et de Romain Rolland, il est un des piliers du mouvement humaniste. Il débute comme professeur d’histoire au Scottish Church College, à Calcutta, après avoir obtenu son B.A. dans l’université de la même ville.923 En 1920, il devient principal de Mahindra College, à Colombo. En 1921, il rejoint la Sorbonne pour y mener des recherches sur l’Artshastra et la Diplomatie en Inde Ancienne, sous la direction de Lévi. En 1923, il obtient son doctorat de lettres et retourne en Inde. Entre-temps il a rencontré Romain Rolland avec lequel il s’est lié d’amitié et entame une longue correspondance. De retour à Calcutta, il enseigne l’histoire de l’Inde antique à l’université. Il épouse Santa Devi, écrivain et fille de Ramananda Chaterjee.924 En 1926, Kalidas Nag publie ses travaux sous le titre de Greater India,925 entérinant ainsi la notion de Grande Inde.

  • 926 « A world association of writers ». Association internationale d’écrivains pour la liberté d’expres (...)
  • 927 NAG K., ROLLAND R., Correspondence, The Tower and the Sea, p. 245.
    Malheureusement nous n’avons auc (...)

327De 1930 à 1931, il est invité par différentes universités aux États-Unis. À partir de 1932, il édite la revue Indian and The World, soutenu par l’Indian Bureau, une structure qui se définit comme « an organ of internationalisme and cultural federation ». Lorsque l’occasion lui en est donnée, il y accorde une large tribune à la culture française. En 1934, il est cofondateur et secrétaire éxécutif du P.E.N. Bengal, Tagore étant le président du P.E.N. India.926 Après plusieurs voyages en Amérique Centrale, Grande-Bretagne et Afrique du Sud, il représente l’Inde à la conférence du Commonwealth, à Sydney, puis enseigne en Australie et en Nouvelle-Zélande. Entre-temps, en 1928, il a créé, à l’université de Calcutta, un cercle francophile, la Société Indo-Latine927. Parallèlement à l’histoire de la civilisation indienne, Kalidas Nag enseigne le français.

  • 928 Sir Jivanji Modi (1854 - 1933), leader de la communauté parsi, orientaliste distingué. Bachelier en (...)

328Les affinités de Lévi avec ses homologues indiens ont également des résonances universalistes, surtout avec le professeur Jivanji Modi, célèbre linguiste : « Savant très connu, connaissant parfaitement lui-même la France, ses savants et leurs travaux – il a une façon de dire “le grand Burnouf“qui va droit au cœur de mon indianiste – lisant le français, on est vraiment avec lui dans la compagnie d’un citoyen de l’univers. »928

329Le début des années trente marque donc la rencontre des deux nations autour d’aires de recherche communes. Les divisions rattrapent rapidement un dialogue civilisationniste qui ne parviendra pas à s’extirper du contexte colonial et des rivalités européennes. La France n’est pas la seule à proposer une interprétation de la civilisation indienne, cette dernière devenant un terrain de propagande et d’expression des rivalités entre les puissances. Ainsi, dans les orientations de l’indianisme français, on note l’expression d’une rivalité envers une nation européenne qui n’est pas l’Angleterre, mais l’Allemagne.

L’indianisme au service des rivalités politiques

330La crainte de voir l’Allemagne s’attribuer un rôle d’interlocuteur privilégié de l’Orient constitue un axe important des rapports scientifiques de la France avec l’Inde. De son côté, l’Allemagne, par sa propagande, tente de susciter la sympathie de l’Inde en se présentant comme victime du colonialisme français. La vision allemande favorise une approche dans laquelle le sanscrit, le védisme et l’aryanisme apparaissent comme les éléments centraux de la civilisation indienne.

  • 929 SINGARAVELOU P., « Les Indianistes français et la Greater India »…

331A la fois par réaction, mais aussi par les effets de la disposition géographique de sa présence dans la région, l’école française d’études indiennes propose sa propre interprétation.929 Aux études sanscrites, la France oppose les études dravidiennes. Au modèle hiérarchisé de la société védique, l’indianisme français oppose un modèle égalitariste issu de son interprétation de la philosophie bouddhiste. Ce modèle combine le fruit de ses investigations aux marges de la péninsule avec l’influence des idées méritocrates et républicaines dont Sylvain Lévi est en quelque sorte l’incarnation. Il écrit à ce sujet :

  • 930 Sylvain Lévi cité dans id., p. 6.

« L’indianisme français est surtout attiré par le bouddhisme, la seule production du génie indien qui soit d’ordre universel par son aspiration et par son histoire, et dans le bouddhisme même sa prédilection constante va au bouddhisme dit "septentrional" qui a couvert une aire de beaucoup la plus étendue. »930

  • 931 LÉVI S., 1926 : L’Inde et le Monde, , p. 10, Paris : Honoré Champion. On retrouvait ce point de vue (...)

332Au supposé génie conquérant d’un peuple aryen idéalisé par l’Allemagne, Lévi oppose un génie de l’Inde opérant par influence pacifique. Son interprétation n’est toutefois pas dénuée d’ambiguïté, puisque selon lui, ce génie ne se révèlerait que par association avec d’autres cultures tutélaires : « L’Inde n’a produit ses chefs d’œuvre définitifs que sous l’action de l’étranger ou sur la terre étrangère (…). Dans l’Inde propre, à Agra, le Taj Mahal qu’un juge compétent (Fergusson) place au même rang que le Parthénon, est l’œuvre d’un Grand Mogol. »931

  • 932 « Le plus grand de ses fils, le Bouddha, elle l’avait oublié. Tandis que le Tibet, la Chine, la Cor (...)
  • 933 SAID E., Orientalism, Western conception of the Orient, p. 221, Penguin : Delhi.

333Sylvain Lévi expose sa conception de la culture, la civilisation et l’histoire indiennes dans un recueil de conférences publié en 1926, sous le titre de L’Inde et le Monde. On y retrouve toute l’importance qu’il accorde au bouddhisme et au rôle des puissances extérieures dans la mise en valeur de la culture indienne, ces dernières étant seules capables de révéler à l’Inde son propre génie.932 Bien que Lévi ne soit pas un promoteur de la cause coloniale, il est évidemment difficile de ne pas y voir l’influence de la théorie française d’association développée par Albert Sarraut. On y retrouve également une composante de l’orientalisme qui voudrait qu’un rôle traditionnel échoit à l’Occident en Orient, en livrant à ce dernier les clés de la compréhension de sa propre histoire de sa propre civilisation.933

334Malgré des prises de positions de certains indianistes français, et notamment de Lévi, les orientations de l’indianisme français restent influencée par la pensée coloniale française, le concept de l’association et les aires d’investigations de l’empire français. Celles-ci correspondent en effet à l’espace colonial puisqu’elles s’intéressent particulièrement au sud de l’Inde et à la culture hindoue en Indochine. La tentation d’imposer un modèle civilisationnel français d’interprétation de la culture indienne, une relation d’exclusivité face au rival allemand, et la participation active au découpage en aires géographiques correspondant aux différents empires coloniaux sont donc des éléments déterminants dans les orientations des études indiennes en France.

335Basée, d’un côté, sur des dynamiques influencées par son empire colonial et la rivalité avec l’Allemagne, et, de l’autre, sur l’élaboration d’une identité nationale opposée à la tutelle coloniale anglaise, la réflexion des indianistes français et celle des intellectuels indiens autour du concept de Grande Inde était donc susceptibles de connaître certaines divergences. Un autre facteur de division et de discorde est la diversité des approches de l’Inde, cette fois parmi les intellectuels français. Ces approches recouvrent des démarches animées par des préoccupations différentes et échappant aux seuls domaines scientifique ou culturel.

Acteurs du dialogue franco-indien, la diversité des approches

  • 934 Les différentes références faites par Montaigne à l’Inde rappellent encore une fois que l’Inde est (...)

336Depuis le XVIe siècle, au moins, l’Inde est une matière offerte à la spéculation, tant intellectuelle, que romantique des penseurs français.934 Au début du XIXe siècle, les études indiennes sont intégrées au cadre institutionnel. Les indianistes, essentiellement des philologues, acquièrent une autorité scientifique. L’Inde reste toutefois un sujet d’investigation qui n’est pas l’apanage des seuls indianistes. Aux côtés de l’indianisme académique se présentent d’autres partisans d’un dialogue avec l’Inde. Parmi eux, on trouve le philosophe René Guénon. Ce dernier s’oppose à la philosophie moderne occidentale, dans une perspective plus proche de Nietzsche, du modèle védique et de l’école allemande. Très versé dans l’ésotérisme, il cherche à rétablir une société pré-moderne, la société contemporaine ayant selon lui subi une dégradation sociale et intellectuelle, conséquence de l’influence moderniste. Pour y parvenir, il se réfère aux conceptions qu’il considère comme traditionnelles, et entend retrouver en Orient les fondements véritables de ces philosophies.

  • 935 JULLIARD J., WINOCK M., Dictionnaire des intellectuels français, p. 566-567.

337C’est dans cette perpective d’opposition au modernisme qu’il s’intéresse aux cultures "orientales". L’Inde occupe une place importante dans ses premiers travaux. Il y conjugue une érudition certaine et des raisonnements à la rigueur sèche. Ces travaux lui valent une influence importante parmi les élites intellectuelles et artistiques en France, notamment pour sa contribution au débat Occident – Orient, qu’il tente de replacer dans un cadre intellectuel.935

  • 936 Ibid.
  • 937 Id., p. 566-567.

338Parmi les personnalités sur lesquelles il exerce une influence, on trouve au premier chef les surréalistes, notamment Breton et Artaud, mais aussi les penseurs fascistes ou « nationaux révolutionnaires ».936André Gide, Drieu La Rochelle, Raymond Queneau, et Jean Paulhan, créateur chez Gallimard de la collection Traditions doivent un tribut important à son œuvre.937 Bien qu’il ait été un auditeur assidu de ses conférences, Sylvain Lévi refuse de diriger les travaux de recherche de Guénon. Dans la seconde partie de son œuvre, ce dernier se rapproche du soufisme et tend à délaisser la philosophie indienne.

339Les mouvements néo-hindous s’inscrivent également en porte à faux contre la civilisation occidentale moderne. Mais ils préfèrent proposer comme alternative une philosophie réformatrice et syncrétique. Le principal de ces mouvements est le mouvement de théosophie de Blavatsky, dénoncé par Guénon. Dès la fin des années du XIXe siècle, ce mouvement joue un rôle prépondérant dans les représentations de l’Inde par des conférences et des publications très nombreuses. Il trouve un relais parmi les élites occidentalisées en Inde, notamment Gandhi ou Annie Besant.

340Un autre mouvement néo-hindou est celui du nationaliste bengali Aurobindo Gosh. Rejoint à Pondichéry par Mira Richard, épouse d’un diplomate français, il développe un mouvement réformateur de l’hindouisme qui trouve une large audience. L’écrivain Jean Herbert participe à la diffusion de ses œuvres en traduisant nombreux de ses écrits. Il rencontre des sympathies nombreuses en France et parmi certains indianistes comme Suzanne Karpelès. Son développement appartient toutefois essentiellement à l’histoire de la deuxième moitié du XXe siècle.

  • 938 MORAND P. 1936 : La route des Indes, Paris : Plon.

341Même si elle n’occupe plus cette place centrale qu’elle avait dans la dynamique intellectuelle au milieu du XIXe siècle, l’Inde est présente de façon diffuse dans le paysage culturel du XXe siècle. Elle représente un sujet d’intérêt pour de nombreux intellectuels et artistes français, un intérêt qui dépasse largement le cercle des indianistes. Il serait impossible de citer tous les auteurs, musiciens, danseurs, peintres, etc. dont l’œuvre contient une référence à l’Inde. René Daumal, est un des plus connus de ceux-là. Il faut également rappeler que le jeune André Malraux traverse l’Inde en 1931, pour une première initiation à une passion qui restera un des fils conducteurs de sa vie et de son œuvre. Henri Michaux y consacre une part importante de son Barbare en Asie. Quant à Paul Morand, il intitule un de ses ouvrages, dont pas une seule page n’a trait à l’Inde, La Route des Indes.938 Si l’Inde susbsiste dans le paysage culturel français, c’est de manière floue et inquiétante, par renvoi à un système de références construites jusqu’au tournant du XIXe siècle et réactualisées, plus que par de nouvelles investigations et la poursuite d’un dialogue vivant.

  • 939 JULLIARD J., WINOCK M., Dictionnaire des intellectuels français, p. 998-999.
  • 940 TAGORE R., 1917 : « Message de l’Inde au Japon », in ROLLAND R., Aux peuples assassinés, Editions d (...)

342Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un autre intellectuel s’affirme en France comme un interlocuteur incontournable du dialogue entre l’Orient et l’Occident. Il s’agit de Romain Rolland. Prix Nobel en 1916 pour Au-dessus de la mêlée, un recueil d’articles, ce dernier se distingue par ses biographies consacrées à des personnalités indiennes telles que Gandhi et Ramakrishna. Son passage d’une pensée pacifiste européenne à une pensée pacifiste internationaliste l’amène à se rapprocher des intellectuels indiens.939 C’est dans cette perpective qu’il noue des liens avec Tagore, avec qui il collabore dès 1917,940 et avec Kalidas Nag, à partir de 1922. Il se rapproche également des Britanniques Andrews et Pearson. Comme eux, il délaisse progressivement Tagore au profit de Mohandas Gandhi qui devient, dans les années 1920, le principal représentant de l’Inde dans le monde. Son refus de la violence amène rapidement Romain Rolland à devenir un de ses partisans. N’ayant jamais été en Inde et ne parlant ni l’anglais, ni aucune langue indienne, Romain Rolland est avant tout un écrivain engagé qui met la question de l’Inde au service de ses idéaux, ce qui lui est vivement reproché par les indianistes universitaires, et particulièrement Sylvain Lévi qui rejette une vision de l’Inde qu’il juge émancipée de toute réalité.

343Cette trop rapide présentation permet seulement de ne pas perdre de vue la complexité du dialogue entre la France et l’Inde. Cette diversité des approches, à l’image du débat intellectuel de cette époque, divise les rares partisans d’un dialogue concret entre les deux pays. Du côté indien, les relations entre Kalidas Nag, Mohandas Gandhi et Rabindranaht Tagore, pour ne citer qu’eux, ne sont pas moins dénuées de complexités. Si le prestige du poète rejaillit sur son pays, les questions politiques se mèlent à l’appréciation de son œuvre. Ainsi, l’importance de l’Inde dans le grand débat Orient – Occident, et la rivalité à laquelle se livre à son sujet la France et l’Allemagne semblent atteindre leur paroxysme au cours de ses séjours en Europe.

Tagore, Sylvain Lévi et Romain Rolland : dialogue et mésentente

  • 941 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 -consu cal à Stuttgart à AE, le 19.05.1921 (Hommage allemand à Tag (...)

344Pendant la Première Guerre mondiale apparaît le terme de « propagande germano-hindoue ». Au cours du printemps et de l’été 1921, la France et l’Allemagne tentent, par l’intermédiaire de Tagore, de s’afficher comme interlocuteurs privilégiés de l’Inde. Lors de son séjour dans l’Hexagone, une fête littéraire est projetée pour le mois d’avril. À cette occasion, les écrivains français refusent toute « solennité où serait admise des œuvres d’un Allemand ». La participation de l’écrivain et homme politique Conrad Hausmman se voit donc refusée.941 Les écrivains allemands protestent alors contre « l’exclusivisme du monde littéraire français », et lorsque Tagore se rend en Suisse allemande, ils lui remettent, au cours d’une cérémonie à Lucerne, plus de 400 ouvrages dédicacés. Dans le même temps, ils créent un fonds de littérature allemande en son honneur. Dans une lettre de remerciements adressée à ces donateurs, il est prêté au poète des propos particulièrement révérencieux sur les liens privilégiés unissant l’Allemagne et l’Inde :

« L’Allemagne plus que tout autre pays du monde a contribué à ouvrir et à élargir le canal qui relie les forces de la raison et de l’intelligence occidentales à l’Inde, et l’hommage d’amour que l’Allemagne a apporté spontanément aujourd’hui, à un poète de l’Orient, approfondira certainement encore ces relations, en leur donnant un caractère intime et personnel. »

345Le consul général de France à Stuttgart ajoute encore :

« On annonce que Tagore visiterait un certain nombre de villes allemandes, où un chaleureux accueil lui serait réservé. Il y sera certainement fêté avec l’arrière-pensée chez beaucoup d’Allemands d’influencer favorablement l’âme hindoue, à travers son plus moderne représentant, avec la pensée chez tous, de montrer l’Allemagne accueillante dans la défaite aux plus nobles forces de l’humanité, leur demandant et leur accordant la plus large compréhension, jouant en un mot, vis-à-vis du génie asiatique, le rôle de représentant méconnu et persécuté du génie de l’Europe. »

  • 942 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - Ministre de France à Stockholm à AE, Le 1er juin 1921 (Séjour en (...)

346Les inquiétudes françaises ne tardent pas à se voir confirmer. À la fin du mois de mai, Tagore se rend en Suède pour un cycle de conférences sur le bouddhisme et le rapprochement Orient - Occident. Le 1er juin 1921, les échos d’une entrevue accordée par le poète à des journaux allemands arrivent de Suède : « … dans laquelle il aurait fait un éloge pompeux de la culture allemande, et, d’une manière générale, du caractère du peuple allemand. »942 L’affaire fait grand bruit en France, surtout à Strasbourg, où le professeur Verneuil signale ces articles dans le Bulletin quotidien de la presse allemande, revue de la presse allemande publiée par l’université alsacienne. Le Quai d’Orsay en saisit à son tour le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Pour ce même ministère, Sylvain Lévi en retrace tout le déroulement :

  • 943 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - MIP et des Beaux-Arts à AE, le 20 juillet 1921.

« Le 22 mai le Roter Dag publiait un article du Comte Kyerserling sur Tagore. Tagore avait été son hôte à Darmstatdt en arrivant en Suisse ; avant sa visite aux pays scandinaves, Keyserling écrivait dans cet article : "Tagore qui n’est jamais venu en Allemagne voit dans ce pays l’avenir de l’Occident. Selon Tagore, c’est l’Allemagne qui provoquera la renaissance intellectuelle et morale de l’Europe. L’Amérique est plus matérialiste que jamais. Les États vainqueurs sont frappés de cécité. C’est en Allemagne que peut renaître et que renaîtra la nouvelle humanité" Et le reste à l’avenant. »943

  • 944 Ibid.
  • 945 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - MIP et des Beaux-Arts à AE, le 20 juillet 1921.

347Puis, Lévi explique comment les journaux allemands ont repris les uns après les autres ces allégations prêtées au poète, lorsque celui-ci se trouvait en Scandinavie, « officiellement reçu et fêté à Copenhague et à Stockholm. »944 De retour en Allemagne, à Darmstadt, où Kyerserling a convoqué pour lui « tous les intellectuels de l’Allemagne »,945 à l’occasion d’une semaine Tagore, le poète apprend la publication de ces articles. Dès le 11 juin, il écrit à Sylvain Lévi :

  • 946 Ibid.

« J’ai eu l’occasion d’apprendre que certaines assertions, qui me sont attribuées, ont été publiées dans un journal allemand, et que mes amis en France en ont éprouvé une certaine surprise (…). Je vous prie instamment de m’aider à informer mes amis que c’est là une assertion inexacte, qui m’a surpris moi-même plus que personne… L’article a paru tandis que j’étais en Suède, et c’est seulement par hasard qu’il m’est arrivé d’en savoir quelque chose, longtemps après sa publication. Dr Otto de l’université de Marburg, m’a promis de publier une rectification946… »

  • 947 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan.

348Le même jour, Lévi écrit à Tagore pour le tenir informé d’un don de livres destiné à son institution de Santiniketan de la part du Comité Tagore de Strasbourg. Cette rivalité franco-germanique et l’active propagande déployée autour du poète aident à mieux saisir la portée de la déclaration suivante de ce comité : « Il importe que les idées et les cultures françaises soient largement représentées à cette université appelée à jouer un grand rôle dans les relations futures entre l’Occident et l’Orient. »947

349Le 14 juin, en accusant réception de la lettre de Lévi, le poète répète son embarras après la parution en Allemagne des articles évoqués plus haut :

  • 948 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - MIP et des Beaux-Arts à AE, le 20 juillet 1921.

« Vous aurez certainement reçu ma dernière lettre qui s’est croisée avec la vôtre. Les fausses déclarations, qui ont paru dans les journaux durant mon absence, m’ont causé un grand ennui, et je prends des mesures pour que pareille offense ne se renouvelle pas contre moi dans l’avenir. C’est pourquoi, le dernier jour que je passerai en Allemagne, je profiterai de cette occasion pour dire aux gens combien cette altération des faits m’a blessé. »948

350On mesure donc tout le poids qui pèse sur Rabindranath Tagore lors de ses passages en Europe. À travers lui, c’est l’Inde, « l’âme hindoue », pour reprendre un terme employé par le consul général de France à Stuttgart, qui se trouve accaparée par les rivalités européennes, et plus spécialement la rivalité franco-allemande, une rivalité qui pèse considérablement sur les relations franco-indiennes. Le refus du Quai d’Orsay de soutenir le projet des professeurs Sarkar et Bash, mentionnés plus haut, en est une illustration.

351Les enjeux et des rivalités politiques rejaillit également au sein des partisans du dialogue franco-indien. Ainsi, lors des visites de Tagore en France, en 1920 et 1921, Sylvain Lévi évite d’introduire l’écrivain indien à Romain Rolland, malgré le désir des deux hommes de se rencontrer. Le pacifisme internationaliste et l’approche romantique de l’Inde de Romain Rolland dérangent le professeur, patriote et fervent défenseur des valeurs républicaines, dans ses exigences tant scientifiques que politiques.

352Romain Rolland et Tagore parviennent néanmoins à se rencontrer. Ce dernier rend visite à l’écrivain en Suisse en 1921, puis le retrouve à nouveau en 1926. Une collaboration s’en suit autour de la condamnation du nationalisme occidental, auquel Tagore tente d’opposer une conception orientale du monde et Romain Rolland son pacifisme internationaliste. Les divergences ne tardent pas à éclater au grand jour entre le philologue, le poète et le pacifiste.

  • 949 Zeitgeist, "esprit du temps". Mouvement de philosophie allemand néo-romantique qui traverse le 19èm (...)

353En 1922, à l’occasion d’une conférence de Tagore sur le nationalisme, l’épouse du philologue fait déjà état du désaccord entre les idées de son mari et celle du poète. En 1923, la controverse s’aggrave. Alors qu’il séjourne au Japon, Lévi trouve dans un journal un article qui fait état de l’enthousiasme qu’aurait manifesté Tagore pour le mouvement philosophique allemand Zeitgeist.949 Il s’en suit une lettre du professeur du Collège de France à Tagore :

  • 950 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 247-248.

« Ah Gurudev ! D’où que vous soyez issu, vous n’êtes pas un prophète ! Vous croyez que l’Occident a besoin d’un message de paix de l’Orient. L’Orient a encore plus besoin de paix que l’Occident. »950

354Lévi évoque les troubles de l’Inde, « l’enfer chinois », « l’effrayante crise » traversée par le Japon, où les étudiants sont « empoisonnés par le bolchévisme », pour conclure sur l’incapacité du grand artiste indien à saisir les réalités politiques de son temps :

  • 951 Ibid.

« Oui, vous êtes un rêveur, le plus extraordinaire des rêveurs (…), mais penchez vous et regardez l’homme ordinaire, et alors vous ne raillerez plus notre passion de liberté. Vous aurez à reconnaître alors que, pour un homme ordinaire, la dignité dans la vie ne peut exister sans liberté. »951

355Sylvain Lévi oppose alors une Inde brahmanique et aristocratique – dont il fait implicitement de Tagore le représentant – et une Inde bouddhiste et démocratique, qui lui est particulièrement chère. Il fait un rapprochement entre cette Inde bouddhiste, vaincue par l’Inde brahmanique, et l’Occident « de plus en plus démocratique » et « qui croit dans les Droits de l’homme ».

356Les accusations de Sylvain Lévi contre Tagore sont sévères, puisque le poète participe personnellement très activement au regain d’intérêt pour le bouddhisme, à travers les enseignements et les recherches menées à Santiniketan, auxquels d’ailleurs le chef de file de l’indianisme français a été invité à participer. Enfin, le dévouement de Tagore pour l’éducation en Inde, ses initiatives dans le domaine du micro-crédit, des coopératives de production ou de l’agronomie, et ce jusqu’à sa mort, font de lui un exemple rare dans l’histoire des artistes et des intellectuels du monde contemporain.

  • 952 Ibid.

357Dans la fin de sa lettre, Lévi tente d’atténuer ses critiques et écrit qu’il ne sait si c’est lui ou bien Tagore, voire les deux, qui se trompent. Les relations entre les deux hommes n’en resteront cependant pas indemnes.952 Elles connaissent un déclin à partir de ce moment-là.

358En 1925, les prises de positions anti-coloniales du poète, comme celles de Rolland, incitent Sylvain Lévi à monter au créneau dans Les Appels de l’Orient :

  • 953 « Les Appels de l’Orient », février- mars 1925, cité dans : ROLLAND R., 1961 : Rabindranath Tagore (...)

« Romain Rolland, qui peint l’Inde de Gandhi comme Philostrate peignait la Grèce des Gymnosophistes dessert l’Inde qu’il prétend glorifier. Tagore, qui dénonce à ses compatriotes, à la Chine, au Japon, les fautes et les crimes de l’Occident, et qui oppose en contraste un Orient de fantaisie, fait tort à l’Asie, à l’Europe et à son propre idéal. »953

359En 1923, on retrouvait, à l’origine de la controverse entre les deux hommes, l’expression de sentiments sympathiques à l’endroit de l’Allemagne par Tagore. C’est dans sa réaction à ces propos que Sylvain Lévi reprend l’opposition de l’Orient et de l’Occident, avec d’un côté un Orient de révoltes, menacé par le bolchévisme, et un Occident démocratique attaché aux libertés individuelles et aux Droits de l’homme. L’appréciation d’un intellectuel vivant dans une société marquée par la ségrégation d’un pouvoir colonial imposé par une nation occidentale, pouvait être différente. Pour Tagore, seul un renouveau asiatique pouvait laisser espérer l’établissement, dans le monde, d’un rapport de force plus équilibré. Qui des deux grands hommes était le plus utopique ? Poursuivant des buts similaires, représentant des pays dans des situations différentes, après s’être rejointes leurs positions divergèrent. La politique prit finalement le dessus sur l’amitié cultivée sur le terrain de la culture.

De Tagore à Gandhi, le “Christ des Indes”954

  • 954 Expression reprise à Romain Rolland pour le titre d’un de ses textes, « Le Christ des Indes ». ROLL (...)

360Acculé par Sylvain Lévi sur le front de l’opposition entre un Orient aux valeurs aristocratiques et un Occident aux valeurs démocratiques, Tagore ne pouvait que resserrer ses liens avec Rolland. Ce dernier est prompt à mettre en exergue les faiblesses d’une Europe prise dans ses passions nationalistes, face à des valeurs humanistes et universalistes, dont il trouve l’incarnation dans certains personnages mythifiés de l’Inde. Cependant, à leur tour, les relations avec Tagore vont connaître progressivement un déclin.

  • 955 LINÉ S., Tagore Pèlerin de Lumière, p. 245-256.
  • 956 ROLLAND R., 1951 : Inde, journal (1915-1943), Tagore, Gandhi, Nehru et les problèmes indiens, Paris

361Il y a tout d’abord le fameux épisode du voyage en Italie en 1926. Au cours de son séjour, le poète bénéficie du statut d’invité officiel, ce qui ne l’empêche pas de rencontrer clandestinement des intellectuels opposés au régime fasciste.955 À son retour d’Italie, Romain Rolland obtient de lui une condamnation publique du régime de Mussolini. Mais l’intellectuel pacifiste commence à se représenter Tagore comme un artiste aux conceptions éloignées des enjeux politiques immédiats.956 Il veut en voir la preuve dans la nouvelle passion de Tagore pour la peinture, jugée comme une mondanité à caractère futile. Il l’exprime clairement dans son journal, lorsque les deux hommes se rencontrent pour la dernière fois, le 28 août 1930 à Genève.

362Surtout, Tagore est pris de vitesse par une figure montante. Dans le contexte de nouvelle montée des passions politiques, la figure de Gandhi trouve une audience toujours plus large, qui éclipse peu à peu le prix Nobel de littérature. En 1925, Rolland écrit à leur sujet :

  • 957 ROLLAND R., Gandhi et Romain Rolland…, p. 438-439.

« On sent au fond l’antipathie insurmontable entre le libre esprit amoureux de toutes les formes de la vie (et passablement dilettante) et le puritain qui impose à ses disciples des règles de mortification, d’ascétisme et d’en faire une milice prête à tous les sacrifices. Tagore. Gandhi. Deux mondes, dont la séparation ne cesse pas de s’accentuer. »957

  • 958 « Le premier sujet de discussion fut à propos des idoles. Gandhi les défendait, car il croit la mas (...)
  • 959 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration…, : « L’arrestation de Gandhi ».
  • 960 Id. : « Mahatma Gandhi, le messie hindou ».
  • 961 ROLLAND R., Gandhi et Romain Rolland…, p. 426-429.

363Pourtant dans un premier temps, Rolland s’est aligné sur le scepticisme des opposants à Gandhi en Inde qui accusent le nouveau leader d’obscurantisme, du fait de son goût pour la manipulation des foules, ou pour son opposition à l’accès des femmes à certains enseignements.958 Dans la presse française, Gandhi apparaît tout d’abord comme un agitateur, ainsi dans L’Illustration, en mars 1922.959 Puis, en juillet 1924, il est décrit sous les traits d’un prophète.960 Son aura ne cessera de grandir, devenant une figure charismatique. Son action trouve de nombreux relais dans le monde anglophone. Il rallie à lui les admirateurs de Tagore, comme Pearson ou Andrews. C’est suite aux visites et aux témoignages de ces derniers, que Romain Rolland abandonne son sceptiscime et se convertit au gandhisme.961

  • 962 Ibid.
  • 963 ROLLAND R., Mahatma Gandhi, p. 9-10, Paris : Stock.
  • 964 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration, p. 144.

364Son essai sur le “Mahatma” doit beaucoup au témoignage d’Andrews.962 Cet essai hagiographique, qui paraît dans la revue Europe, à la fin de l’année 1923, et qui est publié chez Stock, en 1924. Dès les premières lignes, le personnage, comparé à Saint François d’Assise, est campé de façon pittoresque.963 Au cours des années 1930 et 1940 Gandhi devient l’incarnation de la lutte pour l’indépendance de l’Inde. Dans L’Illustration, les grandes manifestations de 1930 prennent le nom d’insurrections gandhistes.964 Son voyage en Europe, en 1931, permet de mesurer l’aura mystique dont est entouré le leader politique aux allures d’ascète.

365Tagore et Gandhi sont deux figures fort différentes et le basculement de notoriété du premier en faveur du second est significatif. On peut y voir, le passage de relais d’un type d’élite à une autre. Tout d’abord le premier est un artiste et un intellectuel rattaché à une lignée d’aristocrates érudits et réformateurs profondément enracinés dans la culture de leur pays. Son grand père cotoya la Reine Victoria et on dit qu’il refusa le titre de lord. Le passage obligé des études en Angleterre fut pour Tagore un moment difficile de sa vie, et il développa une nostalgie pour une enfance aux accents de Renaissance, bercée par les arts. Il crée Santiniketan pour éviter aux futurs étudiants de l’Inde de subir cet exil et utilise l’aura que lui confère son œuvre artistique au bénéfice de la lutte politique de l’Inde.

366Le second, membre du barreau britannique, est avant tout une figure politique. Lors de ses études en Angleterre, il cherche à s’identifier à la figure du gentleman. Gandhi rejoint ensuite l’Afrique du Sud, où il fait ses premières armes comme défenseur de la communauté indienne. À partir de son retour en Inde, sa notoriété croît jusqu’à lui confèrer un ascendant incontestable sur le parti du Congrès. Il devient simultanément le représentant principal du dialogue entre l’Occident et l’Inde. Toutefois, si le parcours et l’action de Tagore sont riches concernant les contacts culturels avec la France, très peu de choses sont à signaler dans ce domaine concernant Gandhi.

  • 965 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien…, p. 75.

367Les conséquences de l’évolution socio-culturelle des élites indiennes sur la place de la culture française en Inde ont été soulignées par Colette Khan.965 Tagore appartient à une élite érudite qui a une connaissance profonde de la culture occidentale. Incontestablement un sentiment de familiarité pousse cette élite vers la culture française, parce qu’elle y perçoit un élément fondamental de la culture moderne. Gandhi appartient à une autre catégorie, celle que certains auteurs des années 1930 ont appelé, souvent avec un mérpis mal disimulé, les return students. Bien qu’elle s’affiche anti-occidentale, celle-ci est plus tributaire des préjugés anglo-saxons qui lui ont été inculqués tout au long de sa formation.

368Dans une lettre à Andrée Karpelès en 1924, Romain Rolland donne ces indications :

  • 966 ROLLAND R., Rabindranath Tagore et Romain Rolland, p. 122-123.

« Chère amie, vous me demandez pourquoi je n’écris pas un Tagore. C’est un de mes vœux. Pour le réaliser, je voudrais aller dans l’Inde, vivre quelques mois – ou quelques semaines – auprès du poète car on écrit pas un Tagore comme on écrit un Gandhi. C’est infiniment plus complexe et plus riche de pensée, et aussi plus indien ».966

  • 967 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien, p. 75.

369Ceci se vérifie puisque Rolland écrit son essai sur Gandhi avant même de le rencontrer. Les propos de Gandhi sur la conception de la place de la culture française sont également significatifs : « Je portais mon attention vers d’autres détails réputés utiles à la formation d’un monsieur anglais. On me dit que je devais prendre des leçons de danse, de français et d’élocution ».967

370Lors de son passage en France en 1931, sur la route le menant, via le Bombay Express, en Grande-Bretagne, il n’y a rien à signaler en dehors d’une ferveur certaine, mais rien de comparable avec la dimension intellectuelle et culturelle que représente chacun des passages et séjours de Tagore en France.

L’Inde vue de France

371Selon une tendance qui se dessine dès les années 1870, l’Inde recule dans l’ordre des préoccupations, laissant place à l’Indochine et à la Chine. La radicalisation du mouvement nationaliste en 1904-1905 ramène momentanément l’Inde au premier plan, puis, entre les deux guerres, elle apparaît sporadiquement au gré des événements, souvent tragiques, de sa marche vers l’Indépendance. La crainte du communisme et d’un bouleversement de l’ordre colonial, habilement entretenue par les Britanniques, amène ces événements à être considérés comme des facteurs de déstabilisation qui participeraient à une menace générale pesant sur les nations coloniales, la France en particulier et l’Occident en général. La vigueur des études indianistes françaises, avec notamment la création de l’Institut de Civilisation indienne, l’influence de Lévi et les tentatives de dialogue d’un Tagore ou d’un Romain Rolland ne parviennent pas à infléchir cette tendance. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’Inde est de plus en plus vue à travers le prisme britannique. À l’heure de l’Indépendance, la France doit encore trouver le chemin du dialogue avec l’Inde.

L’Inde et la scène mondiale dans la perspective des décolonisations

372L’Indépendance de l’Inde est annoncée par le gouvernement britannique dès le 15 mars 1946. Rapidement, le nouvel État qui prend place dans le concert des nations aspire à jouer un rôle actif sur le plan international. Les craintes sont alors vives que les conflits qui succèdent à la Deuxième Guerre mondiale en Asie – guerre d’Indochine ou de Corée – replongent le monde dans un conflit généralisé. L’objectif de l’Inde est double : se positionner en chef de file des nations colonisées et du monde asiatique, en encourageant les mouvements d’indépendance, et éviter de se retrouver prise à nouveau dans un conflit mondial, dans lequel elle aurait vraisemblablement tout à perdre. Alors que sa politique est en contradiction sur de nombreux points avec celle du gouvernement indien, la France se montre peu réceptive à l’événement que constitue l’accession à la souveraineté d’un pays représentant pourtant une part importante de l’humanité.

L’Indépendance

  • 968 Le Monde, « Bulletin de l’étranger : L’Indépendance de l’Inde », p. 1-2, « De grandes fêtes et quel (...)

373L’Indépendance de l’Inde se prépare alors que la France est en pleine période de reconstruction. L’événement considérable que représente l’indépendance de l’Inde ne passe pas inaperçu dans la presse française. Les nouvelles sur la situation en Inde arrivent par dépêches envoyées de Londres. L’avenir des princes suscite des interrogations, de même que les troubles qui accompagnent la marche vers l’Indépendance. Ainsi, le journal Le Monde salue l’entrée sur la scène internationale : « … de l’État le plus puissant d’Asie : l’Inde, et celle du plus important État musulman du monde : le Pakistan. »968

374Par un départ jugé habile, l’Angleterre semble une fois de plus ouvrir la voie. Plus que l’Inde ou les Indiens eux-mêmes, ce sont à la fois l’habileté apparente des Britanniques à avoir su saisir le mouvement irrépressible d’émancipation des nations asiatiques, tout en préservant au mieux ses intérêts, et les répercussions sur le reste de l’Asie qui apparaissent au premier plan de l’analyse française :

  • 969 Id., p. 1.

« À minuit, ce soir, l’empire des Indes aura vécu. Par une décision dont la hardiesse ne le cède qu’à l’habileté, c’est la Grande-Bretagne elle même qui, en toute liberté, a scellé cette indépendance. Aussi bien par un retour des choses qu’on eût cru impossible voici quelques mois seulement, les manifestations qui, dans tout le monde indien, vont célébrer cette date historique, n’auront-elles pas un caractère anti-britannique. En sachant apprécier avec réalisme les forces nouvelles qui, en un quart de siècle ont bouleversé l’Asie entière, le Parlement de Londres et le gouvernement unanime auront réussi à sauvegarder aux Indes l’essentiel de la présence anglaise. Avec une précieuse économie de moyens, la Grande-Bretagne y poursuivra son œuvre séculaire (…). Mais il reste maintenant à d’autres de s’inspirer de son exemple. Car il serait peu sage d’ignorer trop longtemps quelles suites l’indépendance de l’Inde ne tardera de comporter dans tout le reste de l’Asie. »969

375L’événement ne suscite pas un traitement majeur de la part de la presse française et n’entraîne pas une reconsidération des rapports avec l’Inde, que l’on aurait pu attendre après l’apparition sur la scène internationale d’un si grand pays. Tout d’abord, le départ des Britanniques, s’il s’opère dans les conditions sanglantes de la Partition de l’Inde et du Pakistan, ne procède pas d’une confrontation directe entre la nouvelle autorité et l’ancienne. Surtout, la France n’en est pas à l’heure des décolonisations. Son indépendance n’amène donc pas à porter un nouveau regard sur l’Inde.

  • 970 En revanche la série de deux grands articles qu’il présentera dans Paris-Match en juin 1952 s’inscr (...)

376L’état de connaissance des journalistes français sur l’Inde reste en 1947approximatif, si on s’en réfère au consul de France à Bombay. Raymond Cartier, alors journaliste à Samedi Soir et à Paris-Matin, fait preuve de correction et de professionnalisme, lors d’une escale à Bombay au cours d’un tour du monde.970 En revanche l’attitude de Branellec, journaliste, écrivant pour Le Monde, Combat, Paris Prose et Carrefour et bénéficiant d’un ordre de mission du Ministère de l’Information, peut laisser perplexe :

  • 971 AMAE N – Consu bom n° 11 - Consu bom à AE, le 15.02.1947.

« Il y a sans doute quelques cruautés à parler de M. Branellec (…) on demeure attristé à l’idée des informations que M. Branellec risque de fournir sur l’Orient et le Proche-Orient (…). Le niveau de ses connaissances personnelles est tel qu’il rend fort difficile toute espèce d’initiation. Il confondait, par exemple, le Taj Mahal hôtel de Bombay, avec le monument d’Agra. Ses lectures sur les Indes paraissaient se limiter à La Croisière du Hachich de Henry de Monfreid, quant à acheter des livres sur place, ses moyens ne lui permettaient pas… et d’ailleurs M. Branellec ne sait pratiquement pas l’anglais. »971

  • 972 Voir Annexes - Archives journaux et revues : Le Monde 1947-1954.

377L’Indépendance passée, les premiers pas de l’Inde ne font pas l’objet d’un suivi particulier. Lorsque Robert Guillan revient sur l’événement au cours de deux articles dans Le Monde, les 23 et 28 septembre, c’est pour souligner la persistance de la présence anglaise : « Aux Indes l’Angleterre s’en va... les Anglais restent », et, faisant écho aux peurs de la fin du XIXe siècle vis-à-vis de la Russie des Tsar, alerter l’opinion sur la menace soviétique : « Les Indes et le péril russe ».972

378Le reporter met une fois de plus l’accent sur la conservation des intérêts britanniques en Inde :

  • 973 R. GUILLAN, « Aux Indes, l’Angleterre s’en va… les Anglais restent », le Monde, 23.10.1947, p. 1

« L’Angleterre quitte les Indes !… Avons-nous su mesurer l’importance énorme de l’événement pour le monde, pour l’Europe et pour nous même ? L’Angleterre est en train de faire, en dépit des émeutes et de la guerre religieuse, un départ “réussi” : je dirai plus loin en quoi. Voici qui mérite plus d’attention que les Français ne paraissent avoir accordé jusqu’ici à l’expérience en cours. Si je puis, après un séjour de six mois où j’ai parcouru toute l’Inde, résumer mes impressions en une expression sans doute un peu simpliste, mais qui veut exprimer le sens de la réussite, je dirai que l’Angleterre s’en va, mais que les Anglais restent. L’Angleterre transfère le pouvoir politique aux Indiens, mais demeure puissante aux Indes. »973

379Le choix du reporter de traiter de la menace soviétique dans son second article consacré à l’Inde marque la persistance d’un thème déjà récurrent entre les deux guerres. Ce thème est abondamment repris et exploité par Tibor Mende. En revanche, on ne note aucun article qui proposerait de dresser un état des lieux de l’Inde, de son potentiel économique, scientifique ou technique, et de suivre l’aventure humaine inédite qui s’engage avec l’accession à la souveraineté de cette population immense, porteuse d’une culture riche et diverse. Contrairement à de nombreux autres pays, cet état des lieux ne sera pas proposé au cours des années suivantes.

  • 974 id., S. RAO, « Misère et dissensions menacent l’avenir de l’Inde libre », 30.08.1947, p. 2.
  • 975 RIVET D., 1995 : « Quelques réactions de la presse française à l’accesion de l’Inde à l’indépendanc (...)
  • 976 L’analyse de l’action de Gandhi dans Le Monde ne s’intéresse qu’à la pratique du jeûne de ce dernie (...)

380Par ailleurs, les troubles rattrapent l’actualité de l’Inde : troubles à l’intérieur comme à l’extérieur.974 Dès les mois de septembre, c’est la guerre du Cachemire qui attire l’attention. Puis, le 30 janvier 1948, le retentissement considérable de l’assassinat de Gandhi éclipse le reste de l’actualité de l’Inde.975 Sa mort est plus l’occasion de manifester des passions partisanes, que la manifestation d’un réel intérêt pour la personne et son œuvre.976 Gandhi mort, il semblerait d’ailleurs, à lire la presse française, que personne ne doive lui succéder, pas même celui qu’il a désigné comme son successeur, Nehru, surnomé l’homme à la rose. La politique du nouvel État, son attitude au Cachemire et la course à l’armement qui s’en suit est, qu’il s’agisse du Monde ou de Paris Match, en contradiction avec les idéaux du leader du Congrès assassiné. De 1949 à 1954, si l’Inde apparaît régulièrement dans la presse française d’actualité, c’est à travers des questions qui concernent le rapport de force entre les deux blocs.

L’Inde et les conflits asiatiques

  • 977 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 211 - Note au sujet des rapports économiques franco-indiens, 05.1960.

381Dans ses rapports annuels et ses dépêches, l’ambassadeur Ostrorog explicite comment un rapprochement avec l’Inde permettrait à la France de maintenir son influence en Asie, surtout après la défaite en Indochine. Les différents chargés de mission font unanimement état de la compétence de leurs homologues indiens, et du fonctionnement de structures performantes pour le développement d’échanges entre les deux pays. Par ailleurs, à partir de la seconde moitié des années 1950, l’Inde est pendant quelques années le premier client asiatique de la France.977 Cependant, dans la presse française, l’image du nouvel État demeure celle d’une région de tous les dangers, dans la continuité des représentations coloniales.

382Après une période qui la voit sous les feux de l’actualité, du fait des conflits asiatiques qui menacent de dégénérer en affrontement des deux blocs, l’Inde disparaît à nouveau des préoccupations, réduite à des visions réductrices et fantasmatiques. Les nouveaux médias, bande dessinée en couleur, et cinéma technicolor ont depuis longtemps recyclé les clichés hérités de la période coloniale, que ce soit à travers les aventures de Tintin, de Jo, Zette et Jacko, celle Corentin ou des 4 As par exemple, ou les adaptations par Fritz Lang du Tigre du Bengale et du Tombeau Hindou, production franco-germanique à succès de l’entre deux guerres. Parallèlement, le succès du Pèlerinage aux Sources de Lanza del Vasto, paru pendant la guerre, renforce l’idée d’une Inde hors du temps.

383Sa position au carrefour des tendances hégémoniques soviétiques, chinoises, et occidentales, ainsi que sa volonté de prendre la tête d’un mouvement des pays colonisés donnent momentanément à l’Inde et à son Premier ministre une place importante dans l’actualité mondiale. L’Asie est saisie, en Corée et en Indochine, par des conflits susceptibles d’évoluer en conflits mondiaux qui exacerbent l’adversité entre l’Est et l’Ouest. L’Inde revendique tout à la fois une position neutre et un rôle actif dans la résolution des conflits, tant en Asie que dans les autres régions du monde, comme la Grèce. De manière générale, cette attitude suscite l’incompréhension de la part des deux camps.

  • 978 Voir par exemple FONTAINE A., 1954 : « Regards sur l’histoire de demain, Le vrai défi de Tibor Mend (...)
  • 979 Le Monde : MENDE T., « Les difficultés de la République indienne », p. 3, 14. 04. 1950 : n° 1, « Le (...)

384En France, tandis que le conflit d’Indochine et l’opposition entre les deux blocs concentrent l’essentiel de l’attention des intellectuels français, l’Inde et sa politique ne suscitent aucune prise de position particulière. Tibor Mende, spécialiste de géopolitique et idéologue du bloc occidental, est un des rares à s’y intéresser. Il soutient ses vues à travers différentes publications, notamment dans Le Monde.978 Son propos vise essentiellement à mettre l’accent sur les dangers qui menacent l’Inde. Il l’exprime tout d’abord dans une série de trois articles qui paraissent dans Le Monde, en mars 1950, sous le titre générique : « Les difficultés de la République indienne ». Il y traite successivement de l’agitation au Bengale, du conflit au Cachemire, et enfin des problèmes économiques « sans solution » de la République indienne.979

385Il présente l’image d’une Inde au bord du gouffre dans un ouvrage au titre qui se veut prémonitoire : L’Inde devant l’orage, publié au Seuil la même année et qui connaît plusieurs éditions. En toile de fond sourd la menace de déstablilisation de l’Asie, et du monde à sa suite, sous le coup du basculement de l’Inde dans le camp soviétique. La thématique d’une Inde de tous les dangers est remise au goût du jour dans les médias de référence. L’Inde devient le négatif des rêves de sécurité et de rationalité de l’Occident.

  • 980 Le cinquième étant consacré à l’attitude de l’Angleterre.
    Le Monde : LEVY R., série « Poudrières d’A (...)
  • 981 Le Monde, p. 3, 29.06.1951.

386Dans le même journal, Roger Lévy enfonce le clou en consacrant deux de ses cinq articles à l’Inde dans une série intitulée « Poudrières d’Asie ».980 Le 29 juin 1951, Le Monde propose une analyse du Cachemire au titre évocateur : « Le conflit du Cachemire. - L’Inde et le Pakistan risquent de tirer les marrons du feu au profit de Mao et de Staline ».981 Dans ses articles, Guillain, l’autre spécialiste des questions asiatiques du journal, dresse également des perspectives inquiétantes. L’Inde semble inévitablement vouée au désastre.

  • 982 Archives journaux et revues : Paris-Match
  • 983 Paris-Match n° 259, 13.03.-20.03.1954, p. 19, Télégrammes : « Sécurité sociale pour les vaches ».
    Id(...)

387Choc des photos à l’appui, Paris-Match tient les mêmes propos dans les très rares articles que la revue consacre à l’Inde.982 L’Inde famélique y côtoie les fastes princiers, les défilés militaires soulignent l’abandon de la ligne non-violente de Gandhi. Les vaches devant les banques symbolisent l’archaïsme de la société. L’unique dépêche consacrée à l’Inde reproduite dans le journal annonce l’institution d’une sécurité sociale pour les bovidés sacrés. Et quand Christiaens, secrétaire d’État, se rend en Inde, en 1954, bien que le but de son séjour soit de négocier la vente d’avions militaires, c’est assis sur un éléphant que les lecteurs de Paris Match peuvent l’admirer.983

388Face au traitement partial et partiel de l’Inde, l’ambassadeur a fort à faire pour susciter l’intérêt des dirigeants français. L’image de l’Inde et sa connaissance se sont tellement dégradés qu’en 1952 il accompagne une demande d’ouvrages français sur l’Inde, suite à une requête de la Bibliothèque nationale de Calcutta, de l’avertissement suivant :

  • 984 AMAE P – AO1944-1955- Inde 101 - AFI à AE, le 16.09.1952.

« Ce ne sont évidemment pas les œuvres de journalistes ayant fait récemment un tour rapide en Inde et communiquant ensuite leurs impressions personnelles sur les intouchables, la famine et la partition, qui peuvent convenir. »984

  • 985 PETIT-DUTAILLIS Y., MULLA M., 1951 : L’Inde dans le Monde, MASSON-OURSEL P. (préf.), Paris : Payot.

389En revanche, on notera que l’ouvrage de Petit-Dutaillis et de Mani Mulla, L’Inde dans le Monde, qui dresse une étude fort intéressante de la situation de la République indienne ne trouve aucun écho,985 pas plus que les nombreux rapports de missions techniques ou scientifiques qui soulignent le potentiel de l’Inde et les perspectives de coopération.

390Ces clichés d’une Inde de tous les dangers brouillent les cartes et rendent difficile toute analyse objective de la situation indienne. Aussi, dans ses rapports annuels, l’ambassadeur Ostrorog tente-t-il de dresser un état des lieux détaillé de la situation en Inde, de sa place dans les relations internationales et de l’état des relations franco-indiennes, comme en 1952 :

  • 986 AMAE P – AO1944-1955- Inde 122 AFI à AE, le 27.01.1953. Dépêche accompagnant L’Inde en 1952, p. 10- (...)

« L’étude que j’ai l’honneur de vous adresser n’a pas ce caractère de concision qui me paraît désirable, et je n’ignore pas qu’un aussi long document rebute par avance. Il peut toutefois offrir quelqu’intérêt à titre de pièce d’archives pour permettre de trouver un jour trace d’événements qui ne seront pas sans conséquence. »986

391Dans cette étude, l’ambassadeur tente d’atténuer les considérations pessimistes qui ont généralement cours. Cette année-là, aucune catastrophe n’est survenue et les « choses sont allées leur train » indique-t-il. Aux prédictions sombres des analystes, il répond par un parallèle avec la situation en Europe :

  • 987 Ibid.

« À considérer cette situation, les esprits hostiles ou seulement chagrin trouvent motif à dire que l’avenir est sombre et que l’Inde marche à l’abîme. À quoi les Indiens pourraient répondre avec non moins d’arguments, que l’Europe semble condamnée et que la perspective d’une Troisième Guerre mondiale obscurcit déjà l’horizon. Pour l’Inde comme pour l’Europe l’avenir est certainement plus mesuré. »987

  • 988 Au premier chef desquels les États-Unis, et l’Angleterre, mais aussi, le Canada, la Birmanie, l’All (...)
  • 989 Id., p. 76 et p. 81.
  • 990 Id., p. 58-69.
  • 991 Id., p 79-81.

392Les positions commerciales occupées par de nombreux pays, indiquent bien les possibilités d’échanges commerciaux avec l’Inde.988 La rapidité avec laquelle l’Allemagne occidentale a reconquis sa position, par la voie de la coopération technique, prouve la possibilité d’une action efficiente et rapide.989 Les difficultés que connaît alors l’Inde avec l’URSS, les relations déjà difficiles avec la Chine, la volonté d’assouplir ses liens avec la Grande-Bretagne et la crainte de l’hégémonie des États-Unis suscitent un intérêt certain pour le dialogue avec d’autres puissances.990 Cet intérêt se retrouve dans les coopérations engagées avec le Japon, l’Allemagne, la Yougoslavie, et à une moindre échelle les autres nations européennes et celles du Commonwealth.991

  • 992 Ibid.

393L’enthousiasme manifesté en faveur de la France, lors des accords de Genève ou la cession de facto des comptoirs, confirme les dispositions de l’Inde pour une coopération. Aussi l’ambassadeur invite-t-il à sortir de « l’impasse actuelle » et à revenir sur les dispositions de la déclaration commune d’amitié de 1947 afin de mettre à profit : « le désir de l’Inde d’étendre ses contacts extérieurs pour assouplir l’attache avec l’Angleterre, (et) l’intérêt commun des deux pays à un accroissement de leurs échanges économiques et culturels. »992

394Alors que la Chine s’impose en tant que leader de la scène asiatique, l’Inde recule encore dans la hiéarchie des préoccupations en France. Il est significatif que, à partir de la fin des années 1950, Tibor Mende ne consacre plus d’ouvrages à l’Inde. Dans une publication comme la revue Europe qui accordait une large place à l’Inde avant la Deuxième Guerre mondiale, il faut attendre 1982 pour voir à nouveau un numéro lui être consacré, et ce, à travers Tagore. On trouvera difficilement, dans les publications de quelque genre que ce soit, un reflet de l’Inde contemporaine, au niveau artistique ou intellectuel, à l’exception des revues de réflexion religieuse tel qu’Etudes.

  • 993 AMAE P – AO 1956- 1967 – Inde : voir tout le dossier 182 (Presse et Radio).

395Cette absence de représentation de l’Inde est renforcée par le fait que la France se montre toujours aussi peu encline à établir des échanges avec les journaux indiens. Ainsi lorsque des journalistes et représentants de groupes de presse indiens sont invités en Europe, l’ambassade de France tente, en vain, d’attirer l’attention du Quai d’Orsay, afin qu’ils soient également invités en France.993 Et quand, exceptionnellement, un journaliste s’arrête dans l’Hexagone, les conditions ne sont pas réunies pour rendre son séjour bénéfique, ainsi que le montre l’extrait de cette depêche choisi parmi tant d’exemples :

  • 994 AMAE P – AO 1956- 1967 – Inde 182 -AE, Note pour M Manac’h, le 19.10.1960.

« Le rédacteur en chef de l’Hindustan Standard, M. Mag, actuellement en séjour à Paris, aurait fait part de sa déception devant l’accueil réservé en France aux journalistes indiens, par comparaison avec les égards dont les mêmes journalistes sont l’objet dans la plupart des autres pays européens. (…) L’attention du Service de Presse a également été attirée sur cette question par M. des Closières. »994

  • 995 Tintin et les Cigares du Pharaon, première édition en noir et blanc en 1934, réédité en couleur en  (...)

396L’absence de regard neuf sur l’Inde trouve également sa source dans la persistance et le renouvellement de clichés qui consacrent une Inde immobile et fantasmatique que l’on retrouve dans les médias, comme la bande dessinée ou le cinéma.995

Renouvellement des perspectives coloniales ou perspectives coloniales renouvelées ?

397Après la Seconde Guerre mondiale, en France, les études orientales connaissent une certaine défection tant de la part des intellectuels, que de celle des pouvoirs publics. Cette défection accroît encore la division coloniale des champs d’investigation des études orientales. Elle est mise en évidence par le soutien actif dont elles bénéficient outre-Manche. Ainsi, dès 1944, Anthony Eden met en place une commission interministérielle en Grande-Bretagne. La commission Scarborough étudie les mesures à prendre suite à l’évolution des rapports en Asie.

398Le rapport établi par la commission est éloquent quant au virage dans lequel décide de s’engager la Grande-Bretagne en Asie, notamment sa décision de rompre avec la période passée, et de renouveler son approche par un investissement à la taille des nouveaux enjeux qui se présentent :

  • 996 LEVY R., « Chronique : Etudes Orientales », p. 7, dans Le Monde, 10.02.1950.

« Les civilisations de l’Occident et de l’Orient ont été rapprochées par la révolution des communications, et ni la superstition, ni l’ignorance ne sauraient continuer à les séparer. Tout exige que nos bonnes intentions ne se révèlent pas vaines du fait d’un manque de compréhension, auquel peut parer une organisation adéquate des études orientales (…). L’intérêt national est en jeu (…). Il faut former une tradition académique comparable en qualité et en continuité à celle des principales humanités et des sciences, pourvoir à la préparation de tous ceux qui se destinent à des carrières dans les pays d’Orient, satisfaire et développer l’intérêt croissant dont le grand public fait preuve à l’égard de ces pays (…), toute économie ayant pour effet de restreindre la préparation de ceux qui représentent la Grande-Bretagne à l’étranger est une fausse économie ».996

  • 997 Rédacteur du Journal Asiatique, publié par la Société asiatique.
  • 998 LEVY R., « Chronique : Etudes Orientales ».

399Lors d’une conférence tenue par les orientalistes britanniques, au cours de l’été 1949, au château de Durham, les scientifiques présentent l’élaboration d’un annuaire oriental qui bénéficie d’un soutien financier conséquent. Par ailleurs, des sommes importantes sont affectées à un programme de travaux de traduction. Pour le journal Le Monde, Paul Demiéville et Jean Sauvaget,997 membres de la Société asiatique invités à cette conférence, commentent ainsi ces initiatives britanniques : « Tout étonnant que cela puisse paraître, l’orientalisme britannique se voit inondé depuis deux années d’une abondante manne. »998

  • 999 Ibid.

400Concrètement le rapport de cette commission formule des recommandations financières qui marquent une augmentation considérable du budget britannique consacré aux études orientales, et la mise en place de 100 bourses affectées à l’Asie, en plus des voyages à l’étranger des professeurs d’universités. Les augmentations de budget concernent tous les domaines des études orientales. Un ancien diplomate britannique explique ces mesures par le fait qu’ayant perdu certaines de ses positions politiques en Orient et en Extrême-Orient, la Grande-Bretagne « estime opportun d’y développer ses valeurs culturelles ». Auteur de l’article, l’orientaliste Roger Lévy conclut : « Entendra-t-on en France (…) le cri d’alarme des deux savants français ? Ces études sont menacées ici - instruments de travail et publications insuffisantes, maîtres trop rares, etc. »999

  • 1000 SINAGARAVELOU P., « Les indianistes français et la Greater India ».
  • 1001 Ibid.

401Quand le gouvernement britannique choisit de favoriser la politique de traduction, la France, par l’intermédiaire de la direction générale des Affaires culturelles, opte pour le tout français. Pour son approche du monde oriental, c’est toujours sur l’EFEO que compte la France, au risque de voir se perpétuer certaines ambiguïtés qui avait présidé à la naissance et au fonctionnement de cette institution jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. De 1946 à 1948, Suzanne Karpelès part en mission en Inde pour promouvoir la diffusion des travaux de l’EFEO. Elle organise des expositions et des conférences, notamment à Pondichéry à la fin du mois de janvier 1948.1000 À cette occasion, le 30 septembre, l’EFEO décerne à Prabodh Bagchi le titre de membre d’honneur. Cette mission de Suzanne Karpelès dans le cadre de la promotion de la Grande Inde reçoit le meilleur accueil.1001 À l’heure du panasiatisme indien qui se concrétise notamment par l’organisation de l’Inter-Asian Conference à Delhi, en mars 1947, le concept de Grande Inde correspond aux préoccupations et à la ligne du gouvernement de l’Inde indépendante.

  • 1002 GROUSSET R. « L’école d’Extrême-Orient, p. 6, Le Monde, 18. 03.1952.

402En 1952, à l’heure des indépendances en Asie, René Grousset écrit : « Mais n’avions-nous pas raison de dire tout à l’heure que l’École avait bien mérité des trois nations indochinoises, et que, par l’École, la France avait bien servi l’Indochine ? »1002

403Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, l’attitude britannique paraît ouverte au changement des rapports dans le monde, quand l’attitude française se réfère au passé.

Notes

654 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 125 (15.07.1911), p. 348.

655 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 125 (15.07.1911), p. 348. L’article ne signale que des membres britanniques, auxquels il faut ajouter le gérant du consul, M. Barret.

656 En français dans le texte.

657 L’Advocate of India, « Simla in the season : social life », le 31.08.1915.

658 « Simla in the season » in Times of India, 04.08.1915.

659 Archives de l’Indian Office/ V/26/864/1 Indian University (Raleigh commission), Vol I Report, Simla, 1902, 93 p., et V/26/864/2 Vol II Abstract (divisé en sections par université numérotées séparément). Traduit par l’auteur pour cet extrait et les suivants.

660 SARKAR S., « L’entrée dans le siècle, la première révolte », p. 38-40, op. cit.

661 COHN B S., 1996 : Colonialism and its form of knowledge, The British in India, p. 56, Delhi : Oxford University Press.

662 METCALF T R., 1995 : Ideologies of the Raj, p. 3 et p. 25, Cambridge : CUP.

663 Expression empruntée à Albert Salon. Voir notamment SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde Analyse critique, p. 102.

664 BÉRARD M. (de), 1880 : « Voyage à Muury, Himalaya du Nord, et, Voyage dans le Nord de l’Inde, excursion à Attok sur l’Indus », Le Tour du Monde, p. 113-144, 2ème semestre 1880.

665 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 19-21.

666 L’expérience politique française dans ses petites colonies de la péninsule n’eut pas de rôle dans le développement de la vie politique nationale en Inde. Voir WEBER J., « Les institutions représentatives en Inde au 19ème siècle », p. 135-167 in Les Cahiers du SAHIB n° 3, Rennes : PUR.

667 « Pendant la période 1907-17, le Raj fait face à une menace sérieuse des révolutionnaires indiens, cette menace fut une motivation majeure du développement des opérations des services secrets britanniques au niveau mondial, et les services secrets impériaux jouèrent un rôle important pour la défense de l’empire lors de la Première guerre mondiale. » POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 57-58.

668 VAIKUNTHAM Y. P., « The French Revolution and the Late 18th Century Colonial South India », , p. 249-257, in WANQUET C. et JULLIEN B., (Dir.) Révolution française et Océan indien, prémices, paroxysmes, héritages et déviances.

669 LÉVI D., Dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. 233.

670 MARKOVITS C., « L’état colonial et la société indienne », in MARKOVITS C. (dir), Histoire de l’Inde moderne, 1480-1950, p. 426-437, op. cit.

671 Un journal français Les Nouvelles publie un article intitulé « Révolte de l’Asie ». Cet article reprend le 5 juillet 1909 la citation d’Aurobindo Ghose.

672 Ainsi en 1911, par exemple, le MAE saisit le Ministère colonies au sujet d’une requête émanant de l’ambassade d’Angleterre à Paris dans le but d’une collaboration des autorités françaises dans leurs possessions pour “la répression des menées swadéchistes” à Pondichéry.

673 La première version de ce drapeau était composée de bandes horizontales jaunes et vertes. Le drapeau présenté à Paris s’inspirait de cette première version avec quelques légères modifications.

674 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 59.

675 A MAE-P - CPC – relations avec la France -32-Bombay le 12.03.1908.

676 POPPLEWELL R. J, Intelligence and Imperial Defence, p. 125.

677 Id., p. 126.

678 Director of Criminal Intelligence. Agence centrale des services secrets du Raj, chargée, en 1903, par la réforme de Lord Curzon, des activités de renseignement tant pour l’interne que pour l’étranger. S’y ajoute la C.D.I., Criminal Investigation Department, pour le renseignement dans les provinces de l’Inde. Id., p. 42-43.

679 Id., p. 135.

680 Id. Le Président du Conseil, Ministre de l’Intérieur, à MAE, le 08.02.1909.

681 Ibid. Puis suit ce descriptif des trois personnes présentées comme principaux soutiens des Indiens de passage avec M. John Varma : « Krishnavarma Schymaji, fondateur du Sociologue Indien, écrit dans divers journaux pour combattre l’influence anglaise aux Indes. Belle fortune. Tata, domicilié rue Halévy directeur de la maison intitulée "Tata son & Cie", commissionnaires en perles et soieries indiennes. Belle fortune. Rana Sardarsinkji, 46, rue Blanche, lapidaire pour le compte de la maison Tata. »

682 Id., p. 78-80.

683 Id., p. 104-110.

684 Id., p. 111-112 — Ministre de l’Intérieur à MAE. L’ambassade d’Angleterre à Paris demande, par exemple, un rapport sur un nommé Acharya Tirimal, étudiant, 22 ans, né à Madras. Le rapport signale « Étudiant, il aurait vécu trois ans rue Lafayette, puis à partir du mois de novembre 1909, alors qu’il était courtier en perles, rue du Faubourg du Temple. Aucune activité politique ne la fait se faire remarquer. »

685 Id., p. 148-152 : Lors du passage de Lord Minto en France, voyage de Marseille à Calais, entre le 11 et le 12 décembre lors de son retour en Grande-Bretagne (en route to London), une protection particulière est demandée dans la crainte d’attentats de nationalistes indiens. L’affaire est prise très au sérieux de part et d’autre.
« Protection from any attempt of annoyance or molestation by any Hindus, now sojourning in your country, who may feel dissatisfied with his rule in British India. »

686 Id., p. 113-116 — MAE — Paris, le 12.01.1910. Les armes ayant servi à l’assassinat de M. Jackson à Nasik seront également identifiées par les autorités anglaises comme provenant de France.

687 Id., p. 117-120 – Minsitère de l’Intérieur à MAE.M. Rana, aurait été reconnu par les services anglais pour : "avoir servi d’intermédiaire pour deux compatriotes indiens au moment de l’achat des armes. Le sieur Rana est notoirement en relation avec les anarchistes hindous qui sont de passage à Paris. Son nom est mêlé aux différentes enquêtes motivées par les actes des révolutionnaires hindous."

688 A MAE-P - CPC – relations avec la France n° 35 : « The Indian agitation. Headquarters in Paris. A dangerous conspiracy ».

689 Id., Londres, le 14 janvier 1909.

690 Ibid.

691 Ibid.

692 Ibid.

693 Secrétaire d’Etat aux affaires indiennes de 190 à 1910.

694 POPPLEWELL R. J, Intelligence and Imperial Defence, p. 136.

695 Id., p. 126, et p. 130-131.

696 Id., p. 133-134.

697 Id., p. 138-139, et n° 75 p. 145.

698 A MAE-P - CPC - Relations avec la France, Marseille, le 16.08.1910. L’étude de Popplewell fait l’impasse sur ce tournant que représente pourtant l’affaire Sarvakar.

699 Id., p. 137, Londres le 6 octobre.

700 Id., p. 139-143

701 Ibid.

702 POPPLEWELL R. J, Intelligence and Imperial Defence, p. 135.

703 Id., p. 137-140

704 A MAE-P - CPC - Relations avec la France, 41-46.
Cependant selon Wallinger Mme Cama, bien que sur la liste du CDI depuis 1907, ne représenterait pas un danger grave puisqu’il la considère comme dépourvue d’intelligence (« brainless »). POPPLEWELL, p. 221.

705 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 141.

706 A cette occasion, Mme Cama qui s’était déplacée à Marseille pour décourager les troupes indiennes de participer à la guerre, est sommée de quitter la ville le 27 octobre 1914.

707 Id., p. 220. Il faut ajouter les soldats de l’Inde française, ou recrutés en Inde par les autorités françaises.

708 Id., p. 221.

709 A MAE-P - CPC - Relations avec la France, id. 121.

710 POPPLEWELL, p. 221, .

711 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36, AE à ambassadeur de France à Londres, le 07.01.1926.

712 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 42 – consu bom à AE, le 19.05.1923.

713 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36- AE à ambassade à Londres, le 07.01.1926.

714 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - consu bom à AE, le le 21.04.1926.

715 C’est nous qui soulignons. AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - ambassade à Londres à AE, le 29.01. 1926.

716 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - Pondichéry à AE, le 09.12.1935.

717 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 42 – consu bom à AE, le 19.05.1923.

718 PINIAU B., ROCHE F. : Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 14.

719 En 1879, Emile Guimet ouvre tout d’abord le musée qui porte son nom dans sa ville d’origine, à savoir Lyon. Rapidement déçu par le nombre de visiteurs, il le transporte à Paris, où il ouvre ses portes en 1884, et où il connaîtra le succès que l’on sait. Il influencera les vocations de personnalités telles que David Néel ou, plus tard, Malraux. Plus qu’un seul lieu d’exposition, le musée Guimet deviendra également un lieu de conférences.

720 DEPPING G., 1860 : « Fragments d’un voyage en Orient – Eléphants de labour à Ceylan – Scènes funéraires à Calcutta », p. 87-90, Paris, 1er semestre 1860.

721 On retrouve cette opinion dans de nombreux ouvrages. Voir par exemple : PENHOËN B.B. de, 1884 : L’Inde sous la domination anglaise, p. VI-VII, et p. X, Paris : Guiraudet et Jouaust, vol. I.

722 OKADA A. (préf.), 1987 : L’Inde - Les Dossiers de L’Illustration, p. 92-93, Bagneux : Le Livre de Paris.

723 Ce sont les derniers articles qui leur seront consacrés dans L’Illustration.

724 GRANDIDIER A., « Voyage dans les Provinces méridionales de l’Inde 1862- 1864 », 1er semestre 1869- 2ème semestre 1869, 2 épisodes ; ROUSSELET L., « L’Inde des rajahs, voyage dans les royaumes de l’Inde centrale et dans la présidence du Bengale », 2ème semestre 1871 - 1er semestre 1874 (6 épisodes).

725 AMAE P -CCC-Cal n° 7.

726 Le dernier grand récit de voyage en Inde publié dans la revue. BERTHET S., « L’Inde dans la presse française du milieu du XIXe siècle au début du 20ème siècle », in La Lettre du C.I.D.I.F., n° 21, Paris, août 1999, p. 23-38.

727 GARNIER F., 1874 : « Voyage d’Exploration en Indochine 1866-1868 », in Le Tour du Monde, 1er semestre 1874.

728 ALEXIS F., 1892 : La France coloniale illustrée. L’Algérie et les autres colonies françaises, Tours : Alfred Mame et fils éditeurs.

729 Ibid.

730 Parmi ces articles on en note quatre consacrés aux établissements français entre 1858 et 1863, dont 3 à Karikal.

731 Le seul article qui évoque un comptoir est celui du contre-amiral Fleuriot de Langle, récit de voyage effectué en 1859 et publié en 1863, qui tente de dresser un portrait ethnologique du comptoir de Mahé. Voir BERTHET S : 1999, « L’Inde dans la presse française du milieu du XIXe siècle au début du XXe siècle », p. 25, in La Lettre du C.I.D.I.F., n° 21, Paris.

732 AMAE P -CCC-Cal n° 15 - 1896.

733 AMAE P – CPC - Nouvelle série - Inde n° 48 - (f°247) Bruxelles, le 15.03.1912.

734 CAILLAT C., 2000 : L’hindouisme étudié dans les textes et sur le terrain (extrait des Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, fasc. IV, Paris, nov.-déc. 2000). Dès 1837, une collection de manuscrits bouddhiques du Népal fut offerte par B. H. Hogdson à la Société asiatique.

735 Ibid.

736 AMAE P -CCC- Calcutta n °17 - (f° 219-220) le 12.02.1898.

737 AMAE P – CPC - Nouvelle série : Inde n° 48 – (f°145-151) ambassadeur de France en Angleterre, le 26.07.1898

738 Voir SINGARAVÉLOU P., L’Ecole française d’Extrême-Orient ou l’Institution des marges, op. cit.

739 Jean Filliozat cité dans FUSSMAN, « La route de l’Inde », in AFI, 1998 : 50 ans de coopérations scientifique et technologique entre la France et l’Inde, p. 146, Delhi.

740 Ibid.

741 LAFFOND J.-M., 1996 : « 1930 André Malraux en Gandhara », in Malraux et l’Inde, itinéraire d’un émerveillement, p. 35-37.

742 Présentés alors par Sylvain Lévi comme les manuscrits les plus anciens du monde.

743 AMAE P -CCC-C17/205-206/15.01.1898.

744 Membre du conseil technique des troupes coloniales,

745 Architecte, secrétaire de la Société des Beaux-arts.

746 AMAE P – CPC – Nouvelle série n° 48, fouilles de Birmanie (f° 84-91)

747 Id., (f° 96).

748 Id., (f°99-101), Darjeeling, le 04.01.1907.

749 Id., (f°102-105), Darjeeling, le13.01.1907.

750 Le Directeur général de l’Archéologie de l’Inde, M. Marshall.

751 SINGARAVÉLOU P., « Les Indianistes français et le Greater India », ..

752 CAILLAT C., « L’hindouisme étudié dans les textes et sur le terrain », ..

753 Id., (f°102-105), Darjeeling, le13.01.1907.

754 SINGARAVÉLOU P. 1999 : L’Ecole française d’Extrême-Orient…, p. 86-87, op. cit.

755 AMAE P – CPC - Nouvelle série - Inde n° 48 - (f°175-177) le 13.09.1909 (Pièces-jointes : coupures de presse). Cette découverte nourrira un débat sur l’authenticité ou non de ces cendres en question.

756 COTTEREAU M., CHARTIER H., le, 1910 : Extrême-Orient. Océan Indien (1ére partie). De Marseille à Colombo. Guide pratique et pittoresque, Paris : Librairie du Tourisme.

757 AMAE P – CPC – nouvelle série n° 48 (f°293) - MIP et des Beaux-Arts à AE.

758 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16, janvier-mars 1887 – « Assemblée générale du 24.02.1888. Rapport du secrétaire générale sur les progrès de l’association pendant l’année 1887, p. 22-29 (Nous retrouvons également dans ce numéro un discours prononcé par Renan à cette occasion).

759 BRUÉZIÈRE M., 1983 : L’Af 1883-1983, Histoire d’une institution, p. 11-12, Paris : Hachette.

760 Id., p. 10.

761 Id. p. 11.

762 Id., p. 30. De 1899 à 1914, c’est Pierre Foncin, ancien secrétaire général de l’association qui en devient le président.

763 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 1, avril 1884.

764 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 33, le 07-09.1890, p. 71-77.

765 Ibid.

766 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52,octobre-décembre 1894, p. 199-231.

767 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 3-4, janvier-mars 1885, p. 20-24.

768 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 39, janvier-mars 1892, Assemblée générale - Rapport de M. Foncin, secrétaire général, p. 6.
Inde française : « Depuis le retour en France de M. Martinet, le courageux fondateur de nos comités de l’Inde française, je crains bien que l’œuvre à laquelle il s’était dévoué avec Mme Martinet ne se trouve compromise. Nous avons eu pourtant d’assez bonnes nouvelles de Mahé ; nous n’avons rien reçu de Karikal ».

769 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 58, janvier-février 1896, p. 16.

770 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 43, janvier-mars 1893, p. 38.

771 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 116, le 15.04.1909, p. 144.

772 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 118, le 15.10.1909. Il est fait état à la page 343 d‘un don de 100 roupies, soit 167 francs de M. D. Tata, naturalisé français et habitant Paris, pour les écoles de l’Af de Pondichéry. Signalons en 1900 une subvention de la fondation Rotchschild aux deux comité de Pondichéry, la Société Progressiste et le Comité d’action de Pondichéry qui semble perdurer. AAf-P - Bulletin de l’Af n° 79, 15.04.1900, p. 96.

773 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 133, le 15.07.1913, p. 339-344.

774 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52, octobre-décembre1894, p. 199-231.

775 MISRA-BESNARD K. 1998 : Le mouvement nationaliste en Inde. Le cas de Chandernagore : le premier maillon de la décolonisation (1905-1952), p. 52, Université de Nantes Atlantique.

776 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 83, “Rapport du secrétaire Générale de l’Assemblée Générale du 18.02.1901 : Extrème-Orient et Océanie”, p. 150.

777 BRUÉZIÈRE M., L’Af 1883-1983…, p. 11-12, .

778 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16, janvier-mars 1887, “Assemblée générale du 24.02.1886, rapport du secrétaire générale sur la situation et le développement de l’Af pendant l’année 1886”, p. 14.

779 PINIAU B., ROCHE F., Histoire de la diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 32-36.

780 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 15-16, janvier-mars 1887, “Assemblée générale du 24.02.1886, rapport du secrétaire générale sur la situation et le développement de l’Af pendant l’année 1886”, p. 16.

781 Id. En gras dans le texte.

782 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 63, 01.01-15.03.1897, « Mer des Indes et Extrême Orient », p. 43.

783 M. BRUÉZIÈRE, L’Af 1883 – 1983, p. 80.

784 AMAE N – CB n° 12 -consu cal à AE, le 12.06.1920 : Propagande française.

785 PINIAU B., ROCHE F. : Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 38.

786 Id., p. 36.

787 On note en effet la création d’un Service des écoles et des œuvres françaises en avril 1909. En 1910, il redevient un simple bureau qui, à la veille de la guerre, ne compte que deux fontionnaires. - Ibid.

788 AMAE N – Inventaire du SOFE- Circulaire du MAE : Organisation du Service des Œuvres.

789 Id., p. 53.

790 Voir aussi BERNARD C., 1991 : La Politique Culturelle de la France en Chine entre les Deux Guerres Mondiales, Université de Nantes Atlantique, 217 p.

791 AMAE N – Inventaire du SOFE : Circulaire du MAE : « Organisation du Service des Œuvres », p. 54.

792 Sous-section du SOFE, chargée comme son nom l’indique des relations avec les universités et les écoles que soutient la France à l’étranger.

793 Ibid.

794 BERNARD C., La Politique Culturelle de la France en Chine entre les Deux Guerres Mondiales, p. 101-103, et p. 168-169.

795 ROUAUD S., 2001 : L’action culturelle de la France au Japon dans l’entre-deux guerres, Université de Nantes Atlantique, 131 p.

796 AMAE N – Consu bom n° 12 -consu cal à AE : Propagande française, le 12.06.1920.

797 AMAE N – Consu bom n° 12 -consu cal à AE, le 28.05.1929.

798 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 -consu cal à AE, le 20.01.1930.

799 Voir le dossier suivant : AMAE N – SOFE n° 219.

800 AMAE N – SOFE n° 219, le 14.04.1930 (Candidature de M. Dumézil).

801 PINIAU B., ROCHE F., Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, p. 220.

802 AMAE N – SOFE n° 219 - Section des écoles à consu cal, le 26.04.1931.

803 Ibid.

804 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Weil pour le développement de la coopération française en Inde (rapport du 18.06.1931 visé par Marx, Lévi, Bloch et Weil).

805 AMAE N – SOFE n° 219 - André Weil à SOFE, le 18.02.1930.

806 AMAE N – SOFE n° 219 - SOFE (Section des écoles) à Daladier (député), le 25.03.1931.

807 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71, SOFE (Section des Écoles) à Prakash K. Shastri (45, avenue de Versailles), le 16.02.1937.

808 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 53,consu cal à AE, le 28.11.1938 (Voyage à Lahore).

809 AUBERT (R.), (Dir.), Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique, p. 1020-1022, op. cit.

810 Voir SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde Analyse critique, p. 17-20.

811 Voir sur le mouvement d’organisation et la créations des nouveaux vicariats apostoliques : AUBERT R. (dir.) : Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique, p. 1022-1023, op. cit.
WERNER R.P. O., 1886 : Atlas des missions catholiques, GROFFIER V. (trad.), Fribourg : Ed B. Herder.
DESPONT J. (Abbé), 1951 : Nouvel atlas des missions.

812 BAULEZ M.J., 1886 : Vingt ans dans l’Inde, p. 154, op. cit

813 Id., p. 11.

814 Précédemment proviseur du collège colonial.

815 LAOUENNAN Mgr, 1893 : Lettres sur l’Inde, p. XIII-XIV, Paris : Lecoffre.

816 BARTHÉLÉMY J.S.H. de, L’Inde anglaise et son état actuel, p. 177, op. cit.

817 Saint Joseph de Cluny (NdA).

818 BAULEZ M. J., Vingt ans dans l’Inde, p. 110-112, op. cit.

819 Ibid.

820 ASM-E, JAUFFRINEAU P. 1936 : « Journal du Mysore » in Bulletin de la Société des Missions-Étrangères, p. 769-777.

821 AMAE P – CPC – nouvelle série n° 20 : Birmanie et confins chinois. En collaboration avec Karine DELAYE.

822 Pas plus que les récits du missionnaire Baulez ou les lettres de Mgr Laouënnan ou les archives du MAE.

823 ASM-E/ Mission de Coïmbatore 1009/62/ Mgr Couadou à M. Maury. Bangalore, 2 mars 1882. « Etonnement de la manière dont le Conseil à Paris a accueilli la demande de prêtres pour le Collège. Utilité des œuvres d’enseignement pour la propagation de l’évangile. Solution d’unir le Séminaire au Collège. Difficultés qui rendent cette solution irréalisable. »

824 Id., 1009 – 46 - Mgr Couadou à MM les directeurs. Exposé du projet de fondation d’un Collège à Mysore, le 1er décembre 1881.

825 Id., 1009 – 71 – Mgr Couadou à M. Maury, Bangalore le 31 mai 1882.

826 Voir également J. DESPONT, Nouvel atlas des missions, p. 16.

827 ASM-E - 1009/46 - Mgr Couadou à MM. les directeurs. Exposé du projet de fondation d’un Collège à Mysore, le 1er décembre 1881.

828 ASM-E - AUDIAU F., 1955 : « Œuvres d’éducation dans nos missions de l’Inde », p. 413-422, in Bulletin des Missions-Étrangères.

829 ASM-EÉtrangères – 1009 – 170 – Mgr Couadou et les missionnaires de Maïsour à MM. les Directeurs. Long rapport sur l’importance des œuvres d’éducation pour l’apostolat dans les Indes. Bangalore, le 01.05.1888.

830 On note toutefois la présence de missionnaires et de jésuites belges à Calcutta.

831 La nouvelle mission de Maduré est confiée par Grégoire XVI aux jésuites de Toulouse.

832 Centre d’archives des Jésuites à Paris - Fmd 100, n° 3, documentation concernant la visite canonique de 1934-1935 (J. Demaux-Lagrange) : Trichinopoly, Le Collège Saint Joseph, 1er novembre 1934, par le révérend père Mahé, recteur, 3 p

833 Centre d’archives des Jésuites à Paris - Fmd 100 - « Annual Report for 1897- 1898 », p. 35-38, in Distribution of Prizes, 11.04.1898, St Joseph College Press, Trichinopoly, 1898.

834 Id., Voir les Annual Reports.

835 Id., « Annual Report for 1908-1909 » - Correspondent, St. Joseph’s College, Trichinopolly.
To Registrar, Madras University, Madras. 28.08.1909.

836 Ainsi, en 1931, il est mentionné la présence d’un lecteur français au Loyola College, avant l’introduction du français au programme de B.A.

837 ASM-E - 1009 – 71 - Mgr Couadou à M. Maury, Bangalore le 31 mai 1882.

838 MAINDRON M., Le Carnatic et le Maduré, Dans l’Inde du Sud, vol. 2, Kailash, Paris-Pondichéry, 1992 (1ère éd. 1909), p. 173. De l’établissement des jésuites français à Madura, Maindron donne cette simple description : « un modeste établissement perdu sous les feuillages ».

839 BAULEZ M.J., Vingt ans dans l’Inde, op. cit.
LAOUENNAN Mgr, Lettres sur l’Inde.

840 Voir SALON A., L’action culturelle de la France dans le monde Analyse critique, p. 103, op. cit.

841 AMAE P – Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : C (Aucune mention n’est faite de Bombay dans les inventaires), consu cal à AE, le 02.04.1894 . L’Eglise Saint Thomas de Calcutta est dirigée par des missionnaires belges (Série – id.-consu cal à AE, le 30.11.1902).

842 Il s’agit d’un versement d’une allocation annuelle pour la location d’un banc dans l’église catholique de Calcutta.

843 AMAE P Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : consu cal à AE, le 02.04.1894.

844 AMAE P - Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : C -consu cal à AE, le 06.12.1905.

845 Série C administrative, 1876-1907 C36/secours religieux/Allocations par postes : consu cal à AE, le 15.02.1906. La subvention accordée pour la location du banc est tout simplement supprimée et n’est donc pas reportée sur celle des Petites Sœurs des Pauvres.

846 AMAE P – CPC – Nouvelle série : Indes n° 20, Birmanie et confins chinois, 07.03.1907. Remerciements à Karine DELAYE.

847 AMAE P – RC 1944-1959 n° 95 - Amabassade à AE (DRC), le 14.05.1953.

848 RENOUARD M., 1994 : « L’odeur de l’Inde dans Kim », p 197- 201, in Arts, Littérature et Civilisation du Monde Anglophone n° 4, Pau : P.U.P.

849 Le Livre de la Jungle et Le Second Livre de la Jungle, La Plus Belle Histoire du Monde au Mercure de France, Naulahka, et La Lumière qui s’éteint chez Ollendorff.

850 Voir Catalogue de La Librairie Française.

851 PIRION E., L’Inde contemporaine et le mouvement national.

852 AMAE P – CPC- Nouvelle série - Inde (1896-1918).

853 AMAE P – CPC Nouvelle série – Inde n° 33 – Relations avec la France, (f° 167- 169).

854 Ibid.

855 GUENON R., 1983 : Orient et Occident, p. 7, Paris : Les éditions Vega.

856 Voir les Catalogues de la Librairie française.

857 Claude Farrère dans L’Inde perdue fait de Kipling la référence unique de toute connaissance de l’Inde que ce soit pour la géographie physique et humaine ou l’histoire.
FARRERE C., 1933 : L’Inde perdue, p. 3-5, Paris.

858 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration…, p. 183-190, op. cit.
Littérature et réalité se confondent tant qu’on peut même y trouver la photo d’un jeune indien présenté comme Kim.

859 Une simple consultation des Catalogues de la librairie française suffit pour s’en convaincre. Citons seulement un des titres évocateurs, et précoce dans sa date de parution : HAMONT T., 1881 : Un essai d’Empire français dans l’Inde du 18ème siècle, Dupleix d’après la correspondance inédite, Paris : Plon.

860 P. Cultru auteur d’une des premières thèses d’histoire coloniale : Dupleix : ses plans politiques, sa disgrâce, soutenue en 1905. Voir SINGARAVÉLOU P., « Les Indianistes français et le Greater India ».

861 AMAE P – AO 1918-1940 - Affaires communes – n° 33 : École des langues orientales vivantes - École coloniale/École nationale des Langues orientales vivantes (Sommaire d’un entretien avec M. Charlety, du 13.03.1929).

862 AMAE P – AO 1918-1940 - Affaires communes n° 83 - (Relations avec divers organismes - École des langues orientales vivantes - École coloniale).

863 FARRERE C., L’Inde perdue, p. 207, op. cit.

864 Id., p. 159-160.

865 Ibid.

866 LAFFITE M., 1932 : « De la découverte d’urnes funéraires dans l’Inde du Sud », p. 1-8, Revue de l’histoire des colonies Société de l’histoire des colonies françaises, Paris.

867 1929 : « L’instruction publique à Chandernagor en 1824 », p. 408-410, Revue de l’histoire des colonies, Paris Société de l’histoire des colonies françaises.

868 Notes bibliographiques :
 - « Un récit inédit de la bataille de Goudelour ». - p. 497, 1913.
 - « Fabre d’Eglantine et la falsification du Décret de liquidation de la Compagnie des Indes. » - p. 241-243, 1914.
 - « Les Archives de la Compagnie des Indes à Lorient. » - p. 266-270, 1915.
 - « Un inventaire des anciennes Archives de l’Inde française. » - p. 115-118, 1916.
 - « Un Mémoire inédit de Dupleix. » - p. 214-120, 1917.
 - « La chronologie des monuments Pallavas. » - p. 362-363, 1917.
 - « Les Etudes historiques dans le Sud de l’Inde. » - p. 229-238, 1918.
 - « Coup d’œil d’ensemble sur l’Histoire du Sud de l’Inde jusqu’en 1754. » - p. 357- 367, 1918.
 - « Les anciennes archives judiciaire de Chandernagor. » - p. 493-494, 1918.
 - « Les testaments de François Martin et de Marie Cuperly. » - p. 150-153, 1919.
 - « Les idées de Delaitre sur les affaires de l’Inde à l’Inde à la fin de 1754. » - p. 329- 336, 1920.
 - « Les registres paroissiaux de Chandernagor. » - p. 297-299, 1921
Comptes rendus :
 - Archives de l’Inde française. Correspondance du Conseil supérieur de Pondichéry avec le Conseil de Chandernagor. Tome I publié par Edmond Gaudert ; t. II, avec introduction, par Alfred Martineau. - Société de l’Histoire de l’Inde française, Pondichéry, 1916, 2 vol. de 520 et 440 p. - p. 455-467.
Etc. nous ne pouvons reproduire en note de bas de page toutes les références. Voir Annexe.

869 Ancien directeur de l’École Impériale de médecine de Tcheng Tou en Chine, et chargé de mission.

870 Dr LEGENDRE A.-F., 1932 : La crise mondiale, l’Asie contre l’Europe, p. 253, Paris : Plon.

871 Ibid., et FARRERE C., 1939 : L’Europe en Asie, Paris : Flammarion, 101 p.

872 FISHER M., 2004 : Counterflows to colonialism, Delhi : Permanent Black.

873 Le Japon ne manque pas non plus de s’inscrire dans une démarche analogue en se présentant comme le champion de la race jaune.

874 LEGENDRE Dr A.-F., La crise mondiale, l’Asie contre l’Europe, p. 251- 253.

875 Ibid.

876 AMAE P – AO 1918-1940 - Affaires communes n° 832 (Recommandations de Français) Londres, le 02.12.1924. C’est à partir de ce ce voyage d’étude que Maurice Pernot, agrégé d’université, ancien correspondant à Rome au Journal des Débats publie en 1927 chez Hachette, Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient, on notera que parmi les pays traités, l’Inde, l’Egypte, Ceylan, l’Afghanistan et la Perse, cette étude accorde une place centrale à la péninsule indienne.

877 PERNOT M., Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient, p. V.

878 Id., p. 144.

879 Id., p. 253.

880 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration…, p. 152-153, op. cit.

881 AMAE N – consu bom n° 12 – consulat à SOFE, le 12.06.1920.

882 Voir à ce sujet, par exemple, les revues de presse du 26 août et du 09 septembre 1935, duconsu cal. - Ibid.

883 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - La Haye, le 22.02.1919, lettre adressée à A. Boinier. Le correspondant, dont l’identité n’est pas mentionnée, se réclame entre autres de Klobukowki, ancienconsu cal à Calcutta, de Maurice Barrès, des professeur E. Aymonier, de l’École coloniale, Cabaton, et Aristide Marre, tous trois présentés comme orientalistes.
On peut lire en outre : « C’est une question vitale pour les pays orientaux, et une question de précaution, sinon d’intérêt direct, pour les pays occidentaux de contrecarrer les visées propagandistes. »

884 AMAE N – SOFE n° 219 -consu cal à AE, le 16.07.1931.

885 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 -consu cal à AE, le 30.12.1932.

886 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Weil pour le développement de la coopération française en Inde (rapport du 18.06.1931 Visé par Marx, Lévi, Bloch et Weil).

887 AMAE N – SOFE n° 219 – consu cal à AE, le 25.11.1930.

888 Ibid.

889 AMAE N – SOFE n° 219 - Propagande intellectuelle dans l’Inde britannique - Propositions d’André Weil pour le développement de la coopération française en Inde (rapport du 18.06.1931 visé par Marx, Lévi, Bloch et Weil).

890 AMAE N – SOFE n° 219 - ENLOV, Paris, le 12 .05.1930.

891 L’Europe continentale par opposition à la Grande-Bretagne.

892 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 -consu cal à AE, le 17.03.1932.

893 POPPLEWELL R. J., Intelligence and Imperial Defence, p. 141.

894 C’est L’ambassadeur de France aux États-Unis qui l’emploie en 1916. AMAE P – Correspondace politique et commerciale -Nouvelle série-Inde n° 33 – Relations avec la France (f° 160), Washington, le 12.07.1916.

895 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 23 - La Haye, le 22.02.1919.

896 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22- Ministère de l’Instruction Public et des Beaux-Arts à AE, le 13.12.1920.

897 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - Note de M. Berthelot sur le projet Benoy Kumar Sarkar, L’Inde et la France, le 26.01.1921.

898 Né à Bratislava, titulaire de la chaire de littérature allemande à la Sorbonne, avant de devenir professeur d’esthétique, ce dernier est également un des dreyfusards de la première heure, et un des premiers adhérents de la Ligue des Droits de l’Homme et créera à Rennes la première section de province. Grande figure du front populaire, les allemands saccagent son appartement après leur entrée à Paris, alors qu’il a fui à Lyon. Les miliciens l’assassinent le 10 janvier 1944. JULLIARD J., WINOCK M., Dictionnaire des intellectuels français, les personnes, les lieux, les moments, Paris : Seuil, 1996, p. 118-119.

899 CHAUDURI S., 1990 : « Presidency College », , p. 207-208, in CHAUDURY S., Calcutta the living city, Vol II : The present and the future, Oxford : OUP.
Binaykumar Sarkar (1887-1949). Economiste, un des membres fondateurs du Conseil national de l’Éducation du Bengale et directeur de l’académie Panini d’Allahabad, membre correspondant de la Société d’économie politique, Paris (en 1922). (Voir également : AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 – consu cal à AE, le 30.12.1932).

900 Notamment en participant à la collecte de fonds pour le Memorial Sylvain Lévi – Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan - Lettre de Rathindranath Tagore à R.S. Rana, le 09 01 1938.

901 Ibid.

902 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 71 – consu cal à AE, le 30.12.1932.

903 AMAE P – RC 1944-1959 n° 95 – AFI à AE (Direction des Affaires culturelles), le 14.05.1953.

904 Id., p. 43.

905 AAf-P - Bulletin de l’Af n° 52 (10-12.1894), p. 199-231.

906 GUIMET É., BON G. le, 1992 : Mirages indiens, De Ceylan au Népal (1876- 1886), p. 145, Paris : Phébus. L’évocation du souvenir de nos héros injustement oubliés devient un lieu commun, un véritable poncif de la plupart des ouvrages français s’intéressant à l’Inde.

907 « Le terme de civilisation a été défini au 18ème siècle comme ce qui rend les individus plus aptes à la vie en société (1757, Mirabeau) et surtout comme le processus historique de progrès (on dira plus tard évolution) matériel, social et culturel (1760, Mirabeau), ainsi que le résultat de ce processus, soit un état social considéré comme avancé. Par métonymie, le mot désigne aussi une société caractérisée par son degré d’avancement (1867, Mirabeau), emploi avec lequel le pluriel tend à l’emporter à partir du 19ème siècle ». REY A. (Dir.), Dictionnaire historique de la langue française, p. 767, Paris : Robert.

908 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 228.

909 NAG K., Memoirs, p. 9.

910 Archives privées de M et Mme Vermeil. t.d.a.

911 L’Association française des Amis de l’Orient (brochure diffusée par l’association).

912 Ibid.

913 AMAE N – SOFE n° 256 ; et DÉ N., Madam Lévir Dyari, p. 17.

914 Les études bouddhiques et les études en tibétologie occupent une place très importante dans les investigations des indianistes français, universitaires comme amateurs.

915 LINÉ S., Tagore, Pèlerin de Lumière, p. 181.

916 L’Institut de civilisation indienne coordonne et centralise les enseignements relatifs à l’Inde et aux pays du Sud-Est asiatique. L’Institut s’attache plus particulièrement à l’étude du sanscrit. Les cours de cet institut préparent au certificat d’études indiennes qui compte comme certificat de Licence.
Voir aussi SINGARAVÉLOU P., « Les Indianistes français et le Greater India ».

917 Voir par exemple : " Religions indiennes du Cambodge et du Laos dans l’Indochine ", in Maspero G. 1929 : Un empire colonial français : Indochine, p. 257-274, Paris. Bruxelles : G. van Oest ; C. R. de P. C. Bagchi, 1929-30 : « On some Tântrik texts studied in ancient Kambuja », in BEFEO, n° 29 : 356-357 ; " Indian influence upon Siamese art", Indian Art and Letters, nouv. série n° 4 (1) : 18-41, 1930 ; C. R. de B. J. Chatterjee, 1927, Indian Cultural Influences in Cambodia, in BEFEO, n° 31 (1-2) : 229-231 ; " L’expansion de la culture hindoue en Extrême-Orient " (Trad. en japonais par N. Matsumoto, Tokyo Shimbun, 1943), Indochine, n° 104 : 8-11.

918 MASSON-OURSEL P., 1923 : La Philosophie comparée, Imprimerie des Presses Universitiares de France, Paris.

919 LACOMBE O., L’Absolu selon le Vedânta, les notions de Brahman et d’Atman dans les systèmes de Cnakara et de Râmânoudja, Paris, Annales du musée Guimet, Geuthner, 1937.

920 Pour toutes ces indications biographiques concernant Prabodh Bagchi, voir notamment DÉ N., Trad. de Désirée Lévi : Dans l’Inde, de Ceylan au Népal., p. 234-235.
Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan- Visva-Bharati News February 1949, p. 76.

921 Prabodh Bagchi publiera notamment India and China a thousand years of cultural relations. Il est également le traducteur pour Pre-Aryan and pre-Dravidian inIndia, d’après des textes de Sylvain Levi, Jean Przyluski, et Jules Bloch, et l’auteur d’un lexique sanscrit-chinois.

922 Puis, en 1945, il rejoint Visva-Bharati comme directeur recherche, tenant de la chaire d’indologie, et principal de Vidyabhavan, la section des Sciences Humaines. En 1948, il est nommé membre d’honneur de l’EFEO.

923 NAG K., ROLLAND R., Correspondance, The Tower and the Sea, p. 293-298.

924 Autre leader intellectuel de premier plan en Inde, éditeur de Prabasi et de The Modern Review.

925 Il est également l’auteur de Pre-historic Japan, et India and the Pacific World.

926 « A world association of writers ». Association internationale d’écrivains pour la liberté d’expression créée en 1921, à Londres.

927 NAG K., ROLLAND R., Correspondence, The Tower and the Sea, p. 245.
Malheureusement nous n’avons aucune archive sur la Société Indo-Latine. Nous n’apprenons son existence que par la correspondance entre Romain Rolland et Kalidas Nag publiée récemment.

928 Sir Jivanji Modi (1854 - 1933), leader de la communauté parsi, orientaliste distingué. Bachelier en 1871, il obtient un B.A. en 1877 en droit. Attiré par la connaissance de la Perse ancienne, il se mit à apprendre le français et l’allemand. Il reçut de nombreuses reconnaissances. Membre de Sociétes savantes françaises, la France lui décerna les distinctions d’Officier d’Académie en 1898, d’Officier de l’Instruction en 1902 avant donc de le décorer du grade de Chevalier de la Légion d’Honneur en 1925. L’université d’Heideberg lui décerna un doctorat en 1912, et il reçoit également le grade Chevalier par la cour d’Angleterre, en 1930. Il est l’auteur d’une impressionnante bibliographie d’ouvrages rédigés en gujeratie, en français et en allemand. DÉ N., Madame Lévir Diary, p. 199-200.

929 SINGARAVELOU P., « Les Indianistes français et la Greater India »…

930 Sylvain Lévi cité dans id., p. 6.

931 LÉVI S., 1926 : L’Inde et le Monde, , p. 10, Paris : Honoré Champion. On retrouvait ce point de vue chez James Darmesteter.

932 « Le plus grand de ses fils, le Bouddha, elle l’avait oublié. Tandis que le Tibet, la Chine, la Corée, le Japon, l’Indochine répétaient pieusement la biographie du maître, l’Inde qui lui avait donné le jour ne savait plus rien de lui. », id., p. 15.
« Il est superflu d’allonger cette liste, elle laisse entrevoir assez ce que l’Inde doit, dans l’éveil de sa conscience, à son contact avec l’Europe. », id., p. 18.

933 SAID E., Orientalism, Western conception of the Orient, p. 221, Penguin : Delhi.

934 Les différentes références faites par Montaigne à l’Inde rappellent encore une fois que l’Inde est un sujet investi précocement par les intellectuels français à l’époque moderne, bien avant le XVIIIe siècle et l’apparition de l’indianisme.

935 JULLIARD J., WINOCK M., Dictionnaire des intellectuels français, p. 566-567.

936 Ibid.

937 Id., p. 566-567.

938 MORAND P. 1936 : La route des Indes, Paris : Plon.

939 JULLIARD J., WINOCK M., Dictionnaire des intellectuels français, p. 998-999.

940 TAGORE R., 1917 : « Message de l’Inde au Japon », in ROLLAND R., Aux peuples assassinés, Editions des jeunesses socialistes romandes, 93 p.

941 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 -consu cal à Stuttgart à AE, le 19.05.1921 (Hommage allemand à Tagore).

942 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - Ministre de France à Stockholm à AE, Le 1er juin 1921 (Séjour en Suède du poète Rabindranath Tagore).

943 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - MIP et des Beaux-Arts à AE, le 20 juillet 1921.

944 Ibid.

945 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - MIP et des Beaux-Arts à AE, le 20 juillet 1921.

946 Ibid.

947 Archives de Rabindra Bhavan à Santiniketan.

948 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 22 - MIP et des Beaux-Arts à AE, le 20 juillet 1921.

949 Zeitgeist, "esprit du temps". Mouvement de philosophie allemand néo-romantique qui traverse le 19ème siècle, de Goethe à Nietzsche, et connaît un renouveau après la Première Guerre mondiale.

950 DUTTA K., ROBINSON A., Rabindranath Tagore, p. 247-248.

951 Ibid.

952 Ibid.

953 « Les Appels de l’Orient », février- mars 1925, cité dans : ROLLAND R., 1961 : Rabindranath Tagore et Romain Rolland, Lettres et autres écrits, p. 132- 133, Cahiers Romain Rolland, n° 12, Paris : Albin Michel.
Voir également : GUHA C., 1996 : Nag-Rolland, Correspondence, The Tower and the Sea.

954 Expression reprise à Romain Rolland pour le titre d’un de ses textes, « Le Christ des Indes ». ROLLAND R., 1969 : Gandhi et Romain Rolland, Correspondance, extraits du journal et texte divers, p. 417-419, Paris : Albin Michel.

955 LINÉ S., Tagore Pèlerin de Lumière, p. 245-256.

956 ROLLAND R., 1951 : Inde, journal (1915-1943), Tagore, Gandhi, Nehru et les problèmes indiens, Paris.

957 ROLLAND R., Gandhi et Romain Rolland…, p. 438-439.

958 « Le premier sujet de discussion fut à propos des idoles. Gandhi les défendait, car il croit la masse incapable de s’élever immédiatement aux idées abstraites. Tagore ne supporte pas qu’on traite éternellement le peuple en enfant. Gandhi allégua les grandes choses obtenues en Europe, par moyen de l’idole-drapeau. », id., p. 427- 428.

959 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration…, : « L’arrestation de Gandhi ».

960 Id. : « Mahatma Gandhi, le messie hindou ».

961 ROLLAND R., Gandhi et Romain Rolland…, p. 426-429.

962 Ibid.

963 ROLLAND R., Mahatma Gandhi, p. 9-10, Paris : Stock.

964 OKADA A., L’Inde, les dossiers de L’Illustration, p. 144.

965 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien…, p. 75.

966 ROLLAND R., Rabindranath Tagore et Romain Rolland, p. 122-123.

967 KHAN C., État et développement des études françaises dans le monde indien, p. 75.

968 Le Monde, « Bulletin de l’étranger : L’Indépendance de l’Inde », p. 1-2, « De grandes fêtes et quelques incidents ont marqué la naissance des deux nouveaux dominions », (Londres, correspondant particulier par téléphone), 16.08.1947.

969 Id., p. 1.

970 En revanche la série de deux grands articles qu’il présentera dans Paris-Match en juin 1952 s’inscrit dans la droite ligne des clichés diffusés habituellement. Son portrait de Nehru vaudra même des reproches à l’ambassde de France à Delhi.

971 AMAE N – Consu bom n° 11 - Consu bom à AE, le 15.02.1947.

972 Voir Annexes - Archives journaux et revues : Le Monde 1947-1954.

973 R. GUILLAN, « Aux Indes, l’Angleterre s’en va… les Anglais restent », le Monde, 23.10.1947, p. 1

974 id., S. RAO, « Misère et dissensions menacent l’avenir de l’Inde libre », 30.08.1947, p. 2.

975 RIVET D., 1995 : « Quelques réactions de la presse française à l’accesion de l’Inde à l’indépendance : 1946-1948 », p. 148, in AGERON C.-R., MICHEL M. (éd.), 1995 : L’ère des décolonisations, Paris : Karthala.

976 L’analyse de l’action de Gandhi dans Le Monde ne s’intéresse qu’à la pratique du jeûne de ce dernier.

977 AMAE P – AO 1956-1967 - Inde 211 - Note au sujet des rapports économiques franco-indiens, 05.1960.

978 Voir par exemple FONTAINE A., 1954 : « Regards sur l’histoire de demain, Le vrai défi de Tibor Mende », p. 9, in Le Monde, 31.03.1954.
Toujours dans Le Monde : MENDE T., « Le pacte de défense du Sud-Est asiatique, Un quart de l’humanité », n° 1, p. 1-é, 12.05.1954, p. 1-2 ; n° 2 : « L’opération Inde », p. 1 et 3, 14.05.1954 ; n° 3 : « De Karachi à Rangoon », 15.05.1954 ; et n° 4 : « Un vide de puissance », p. 4, 16-17.05.1954.
Voir également une revue de son livre en 1950 : « Une étude Tibor Mende : L’Asie du Sud-Est entre deux mondes », p. 4, 26-27.12.1950. Les titres d’articles de Tibor Mende résument l’essentiel de son propos : un appel urgent au camp de l’ouest à s’investir en Asie du Sud-Est. Dans son ouvrage il parle d’ailleurs de l’esprit de croisade qui l’anime à son départ pour l’Inde (MENDE T., L’Inde devant l’orage, p. 8).

979 Le Monde : MENDE T., « Les difficultés de la République indienne », p. 3, 14. 04. 1950 : n° 1, « Le Bengale foyer d’agitation » ; n° 2, « La querelle du Cachemire », p. 3,15.04.1950 ; n° 3, « Les problèmes économiques restent sans solution », p. 3, 16-17.04.1950.

980 Le cinquième étant consacré à l’attitude de l’Angleterre.
Le Monde : LEVY R., série « Poudrières d’Asie ». n° 1 - « Le Cachemire occupé », P1 et 4, 28. 11.1950 ; n° 2- « L’Inde et ses grands voisins », p. 3, 29.11.1950.

981 Le Monde, p. 3, 29.06.1951.

982 Archives journaux et revues : Paris-Match

983 Paris-Match n° 259, 13.03.-20.03.1954, p. 19, Télégrammes : « Sécurité sociale pour les vaches ».
Id, « Le ministre supersonique a vendu 50 ouragans (L’Inde premier client- Vente de 50 ouragans à New-Delhi qui en possédait déjà 71 dont 32 à quelques minutes de vol du Cachemire.- p. 33 Mme et Mr Christiaens, secrétaire d’état à l’air, sur un éléphant à Amber.) p. 32-33.

984 AMAE P – AO1944-1955- Inde 101 - AFI à AE, le 16.09.1952.

985 PETIT-DUTAILLIS Y., MULLA M., 1951 : L’Inde dans le Monde, MASSON-OURSEL P. (préf.), Paris : Payot.

986 AMAE P – AO1944-1955- Inde 122 AFI à AE, le 27.01.1953. Dépêche accompagnant L’Inde en 1952, p. 10-11.

987 Ibid.

988 Au premier chef desquels les États-Unis, et l’Angleterre, mais aussi, le Canada, la Birmanie, l’Allemagne occidentale, l’Egypte, le Japon, le Kenya, l’Australie, Ceylan, Singapour, le Pakistan, la Chine, la Hollande… AMAE P – AO1944- 1955- Inde 122 AFI à AE, le 25.01.1955. Dépêche accompagnant L’Inde en 1954.

989 Id., p. 76 et p. 81.

990 Id., p. 58-69.

991 Id., p 79-81.

992 Ibid.

993 AMAE P – AO 1956- 1967 – Inde : voir tout le dossier 182 (Presse et Radio).

994 AMAE P – AO 1956- 1967 – Inde 182 -AE, Note pour M Manac’h, le 19.10.1960.

995 Tintin et les Cigares du Pharaon, première édition en noir et blanc en 1934, réédité en couleur en 1954 et 1959. Voir également le début du Lotus Bleu, et Les aventures de Tintin au Tibet. Ce dernier récit, second séjour du héros reporter porté par le souffle des expéditions himalayennes, thème à succès, notamment depuis l’expédition de Herzog-Lachenal sur l’Annapurna en 1953. Toujours de Hergé, on peut citer Les aventure de Jo et Zette et Jocko dans La Vallée des Cobras. Voir aussi et surtout les aventures de Corentin, série à succès de Cuvelier publiée à partir de 1946 dans Le Journal de Tintin, reprise dans Zorro-Jeudi Magazine, à partir de 1947. Voir aussi Les aventures de Yann le Vaillant au pays du Bouddha vivant, publié dans Cœur vaillant ou encore la série Pom et Teddy, etc.
Pour le cinéma voir les deux productions germano-franco-italiennes tournées par Fritz Lang en 1958, Le Tigre du Bengale, et Le Tombeau Hindou, troisième version d’une histoire déjà portée avec succès à l’écran par deux fois en France en 1927 et 1938. Le discours orientaliste y est illustré par la mise en scène presque exaustive des clichés sur lesquels il s’appuie. Les films et la série Tintin inspireront un autre film à succès qui pérpétue la tradition orienaliste : Indiana Jones et le Temple maudit.
GODDIN P., 1984 : Corentin et les chemins du merveilleux – Paul Cuvelier et la bande dessinée, p. 16, Bruxelles : Lombard.

996 LEVY R., « Chronique : Etudes Orientales », p. 7, dans Le Monde, 10.02.1950.

997 Rédacteur du Journal Asiatique, publié par la Société asiatique.

998 LEVY R., « Chronique : Etudes Orientales ».

999 Ibid.

1000 SINAGARAVELOU P., « Les indianistes français et la Greater India ».

1001 Ibid.

1002 GROUSSET R. « L’école d’Extrême-Orient, p. 6, Le Monde, 18. 03.1952.

Table des illustrations

Titre Tableau X : Récits consacrés à l’Inde dans la revue Le Tour du Monde
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search