Version classiqueVersion mobile

Inde-France (1870-1962) : Enjeux Culturels

 | 
Samuel Berthet

Deuxième partie. Politique, diplomatie et action culturelle françaises en Inde

De l’action consulaire à l’action diplomatique

Texte intégral

1À partir des années 1950, le choix de Pondichéry comme principal pôle de son action culturelle traduit la volonté politique de la France d’inscrire son action dans une continuité. Cette volonté s’appuie à la fois sur l’héritage de l’épisode colonial à l’époque moderne, mais aussi sur l’œuvre des philosophes et indianistes de Bernier, Duperron, et Burnouf à Filliozat en passant par Sylvain Lévi, mais aussi sur les relations de Tagore avec les intellectuels français, de Romain Rolland avec les intellectuels indiens ou encore ceux de Malraux avec Nehru et sa famille. Un dialogue semble ainsi se poursuivre entre les deux pays depuis plus de trois siècles. Cette permanence du dialogue franco-indien est-elle toutefois réelle ou factice ?

2Stanislas Ostrorog écrit en 1952 : « L’Inde est un monde nouveau. Des relations utiles ne pourront vraiment s’établir que si l’on trouve entre ce monde et le nôtre un dénominateur commun. Cette découverte reste à faire. » Et Malraux, à propos de sa visite en Inde en 1959, écrit dans ses Antimémoires : « Le général de Gaulle me chargea d’aller voir quelques chefs d’Etat dont les relations avec la France n’étaient plus que de convention ; et d’abord Nehru ». Pourtant, plus d’un siècle s’est déjà écoulé depuis le développement d’un réseau diplomatique français en Inde. Au niveau institutionnel, cette continuité se révèle être donc plus de l’ordre de la construction mémorielle que de la réalité politique.

La naissance du réseau consulaire français en Inde

3L’action diplomatique de la France au moment de l’Indépendance de l’Inde est marquée par une grande prudence, attitude héritée des décennies précédentes. La bonne volonté initiale laisse rapidement place au manque de moyens, puis à des malentendus et des obstacles politiques concernant les questions coloniales, en particulier celle des comptoirs. La présence et l’action culturelle prennent néanmoins rapidement la direction d’une coopération prometteuse. Elle reste cependant d’une ampleur limitée par rapport à celle d’autres pays. Bien souvent, on retrouve à leur origine des projets de coopération qui s’établissent à partir de liens tissés au cours des décennies précédentes, comme à Calcutta et à Bombay.

4Dès le XIXe siècle, la France ne manque pas d’atouts à faire valoir : sa présence dans les comptoirs (les loges étant pratiquement déjà abandonnées au milieu du XIXe siècle) et une longue histoire d’opposition à l’Angleterre. On peut y ajouter sa position géographique entre l’Inde et la Grande-Bretagne sur les routes maritimes après l’ouverture du Canal de Suez, une culture ayant une place sociale privilégiée parmi les élites occidentales et politiquement attractive pour un pays en train de constuire son idéologie nationaliste, sans oublier donc une tradition d’études indianistes.

5Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, plusieurs nations établissent des postes consulaires en Inde britannique, soutenant de plus en plus leur présence et les échanges commerciaux par une propagande active. Malgré les importants intérêts commerciaux français en Inde, le gouvernement n’inclut pas la région dans sa zone d’action, ne défend ni ses positions, ni les initiatives en sa faveur. Le partage du monde qui s’opère entre les grandes puissances, et dont la France est un des acteurs majeurs, l’éloigne de la péninsule. Les dynamiques coloniales guident sa politique étrangère et réorientent les circuits commerciaux vers son empire. Elles agissent de manière structurante sur l’action diplomatique et commerciale, et plus largement sur le rapport de la société française avec l’Inde.

6A partir des années 1870, la projection des rivalités nationales sur le théâtre mondial prend une nouvelle dimension. La culture devient à la fois un enjeu et une expression de ces rivalités. Dans leur étude sur la diplomatie culturelle de la France, Bernard Piniau et François Roche rappellent le rôle des postes consulaires :

  • 588 PINIAU B., ROCHE F. : Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995…

« La période qui s’étend de 1870 à 1914 est marquée par une forte pression des événements politiques sur la conduite des affaires culturelles de la France. Tandis que s’exacerbent en Afrique, en Orient, et en Extrême-Orient, les rivalités des grandes puissances, que d’incidents diplomatiques en accrochages militaires on frôle plusieurs fois la guerre, la culture et la langue françaises deviennent des enjeux politiques considérables. L’Italie, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie et bientôt les États-Unis, présents dans les mêmes zones, soucieux de conserver ou défendre leur influence sur les élites des pays tiers, se surveillent par l’intermédiaire de leurs postes diplomatiques et consulaires. »588

7Au milieu du XIXe siècle, alors que le commerce maritime en Inde est en plein essor, les chambres de commerce et d’industrie françaises réclament l’établissement, ou le rétablissement, de liens étroits par le biais d’une intervention directe de l’État. À partir de la seconde moitié du moyen âge, l’Inde occupe une place centrale dans les courants d’échanges commerciaux dans l’Océan indien et dans l’économie-monde en construction. La découverte de la route maritime directe par les Portugais, en 1498, augmente encore le poids du commerce des produits indiens, et plus généralement asiatiques, dans l’économie européenne. À tel point que la France, dont l’économie repose pour une moins grande part sur le dynamisme de son activité maritime que la Grande-Bretagne, le Portugal ou les Pays Bas, s’engage à son tour à jouer un rôle actif dans le commerce maritime direct avec l’Inde à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle.

8L’enjeu des relations commerciales et maritimes avec l’Inde peut se mesurer dans ses conséquences, non seulement économiques et technologiques, mais aussi celles de la grande entreprise de traduction des manuscrits indiens, ou encore les virages irréversibles dans les modes vestimentaires en Europe, et finalement sur la Renaissance, et la remise en cause des grands schèmes de pensée de l’Ancien régime.

9Après avoir brièvement entrevu une position clé sur l’échiquier politique de la péninsule, la France s’efface progressivement de la péninsule face à l’hégémonie britannique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Et, malgré le démantèlement de la troisième Compagnie des Indes orientales en 1795, le commerce entre la France et l’Inde se poursuit au siècle suivant. Dans ce contexte, l’histoire de l’établissements des rapports diplomatiques en la France et l’Inde britannique et que l’appel des chambres de commerce française au gouvernement français pour une action concertée constituent un épisode significatif de l’histoire des relations entre les deux pays.

(R)établir des liens directs…

  • 589 Ibid.

10La chronologie de l’établissement des postes diplomatiques est un point important dans l’histoire des relations franco-indiennes. Du fait de ses positions coloniales sur la péninsule, le réseau consulaire de la France en Inde tarde à être établi par rapport au reste de l’Asie.589Au milieu du XIXe siècle, la France occupe toutefois une position commerciale notable en Inde. Elle reste le deuxième partenaire commercial de l’Inde en Europe, après l’Angleterre. La création des postes consulaires de Calcutta et de Bombay laissent espérer que se rétablissent des liens directs entre les deux pays.

Essor du commerce indien et construction du réseau diplomatique français

  • 590 HAUDRERE P., BOUEDEC G., Les Compagnies des Indes, p. 6-7.

11Les défaites françaises et la fin du monopole accordé à la Compagnie des Indes orientales à la fin du XVIIIe siècle ne signifient pas l’arrêt du commerce français en Inde,590 même si, dans les comptoirs français, l’Angleterre a mis en place des dispositions entravant le redéploiement d’un volume d’activité susceptible de prendre une ampleur importante.

12Parallèlement, elle resserre son contrôle sur les réseaux de circulation interne des marchandises. Plus orientée vers l’exportation de matières premières, la péninsule continue d’offrir des possibilités d’échanges importantes. Ceci est attesté par la participation croissante prise dans le commerce avec l’Inde de l’Allemagne, des États-Unis, de la Belgique, de la Turquie ou du Japon. En outre, à la faveur de la Guerre civile en Amérique du nord, des mutations du trafic maritime et de la constitution d’une élite industrielle, le commerce indien connaît une augmentation considérable de son volume à partir du dernier quart du XIXe siècle.

La création du consulat général de France à Calcutta

13Capitale de l’empire des Indes britanniques jusqu’en 1911, Calcutta est le centre majeur du commerce, de la marine marchande, des finances et des investissements de la Grande-Bretagne en Asie :

  • 591 SARKAR S., « L’entrée dans le siècle : la première révolte », p. 28.

« Par son port se déversaient (depuis Calcutta) les textiles du Lancashire et autres produits manufacturés, et s’écoulaient céréales et matières premières. Cette balance commerciale favorable compensait les déficits encourus par la Grande-Bretagne dans ses échanges avec le reste du monde ».591

14La ville commande la riche et intensivement exploitée région du Bengale. Le comptoir français de Chandernagor, après avoir connu une période d’intense activité, est relégué au rang de petite bourgade dans la banlieue de la capitale du Raj. Cependant, le commerce entre le Bengale et la France suscite l’ouverture d’un consulat français à Calcutta, le premier poste du réseau diplomatique français à l’époque contemporaine.

15La création d’une agence consulaire est approuvée en 1837. La correspondance diplomatique française en Inde s’ouvre le 4 octobre 1839 par une lettre de Sébastiani, ambassadeur de France à Londres, au ministre des Affaires étrangères. Une lettre du 20 février 1840 précise que la mission du premier consul honoraire de France en Inde est : « d’assurer à notre commerce maritime au Bengale les avantages d’une intervention directe ».

  • 592 DEGROS M., « La création de postes diplomatiques et consulaire français de 1815 à 1870 », p. 219-22 (...)

16Dans la définition de la mission du premier consul de France en Inde, se pose la question du partage de l’autorité avec le représentant français à Chandernagor dont la proximité a d’ailleurs retardé l’installation.592 Vis-à-vis de l’administration de Chandernagor et des autres nations, le nouveau consul confirme avoir bien entendu qu’il devrait s’en tenir, à « l’extrême réserve (...) prescrite » par les instructions du Quai d’Orsay. La première lettre à en-tête imprimée du consulat de France à Calcutta date du 15 mai 1841.

  • 593 AMAE P -CCC- Cal n° 1 (f° 222).

17L’augmentation du commerce entraîne rapidement la transformation de l’agence consulaire en un consulat. Le comte Ulysse de Ratti-Menton est le premier diplomate nommé consul à Calcutta en 1846. Dans les années 50, le commerce français avec le port de Calcutta poursuit sa phase ascendante, malgré des conditions défavorables. Les principaux ports français qui l’alimentent sont respectivement Nantes, Bordeaux et le Havre.593

  • 594 Les "états du commerce" permettent d’étudier très précisément les entrées et sorties des pavillons (...)

18Dans les années 1870, le commerce franco-indien connaît encore quelques belles années. On note ainsi l’installation des maisons de soyeux de Lyon au Bengale.594 Pour évaluer avec exactitude le volume des transactions françaises avec l’Inde dans ces années-là, il faudrait ajouter au commerce effectué sous pavillon français celui qui s’effectue sous pavillon anglais ou sous étiquette anglaise comme le remarque le consul dans son rapport sur l’état du commerce à Calcutta pour l’exercice 1873-1874 :

« Dans toutes les statistiques indiennes concernant le commerce avec la France et l’Angleterre il convient de tenir compte du grand nombre de marchandises et produits français arrivant dans ce pays par l’Angleterre, après y avoir subi des modifications, souvent après y avoir reçu simplement l’addition d’une étiquette anglaise. Malgré la grande disproportion entre les chiffres français et anglais, la France occupe pour les importations d’Europe à Calcutta le deuxième rang, après l’Angleterre. »

Bombay : l’appel des chambres de commerce et d’industrie

19La première lettre entre le Quai d’Orsay et Bombay datée du 21 janvier 1841 est rédigée en anglais. À partir de cette année-là, la France y entretient, en effet, une agence consulaire. Le 26 mai 1849, le comte Ratti-Menton, soulignant le développement des importations françaises, réclame la transformation du poste en consulat :

« Monsieur le Ministre, Quelques français, négociants ou capitaines actuellement à Bombay, ont jugé à propos de me remettre la réclamation ci-jointe qui exprime leurs griefs contre les procédés de la douane de Bombay à l’égard de notre commerce. »

  • 595 Le Nord-Ouest de la péninsule indienne connaît alors une période particulièrement agitée. De 1839 à (...)

20Le commerce français en Inde subit encore à cette époque de nombreuses gênes de la part de l’administration britannique qui empêche les échanges franco-indiens de se poursuivre normalement et a fortiori de se développer. Avant la transformation du poste en consulat, la correspondance de l’agent consulaire montre toute l’importance stratégique de la ville sur un plan géographique. Ce dernier donne à Paris des nouvelles de l’Arabie, de l’Afghanistan, de l’Ile Maurice, et même de la Chine. En 1844, un vice-consul est nommé pour le poste de Bombay. Il renseigne Paris sur le mouvement des bateaux à vapeur, sur la situation en Inde, particulièrement les questions du Sind et du Punjab, mais aussi sur l’Afghanistan.595

21C’est en 1859 que la première lettre portant l’en-tête du vice-consulat de France à Bombay est envoyée au Ministère des Affaires étrangères. La correspondance régulière entre le poste et le Quai d’Orsay commence alors vraiment. Elle atteste que, dès 1856, le commerce français présente une importance certaine. 47 navires français sont signalés dans le port cette année-là, 95 en 1857, et 63 en 1858. L’augmentation des exportations se poursuit en 1858 et 1859. Les marchandises qui composent ces importations de provenance française sont les cotonnades, les verreries, les métaux, les matériaux de chemin de fer, l’alcool, les chevaux, les grains, les conserves alimentaires et les salaisons. Les peaux, le salpêtre, les graines, les châles du Cachemire et les cotons constituent les importations. Le 8 juillet 1864, une compagnie commerciale française se forme à Bombay, sous la direction de Jules Siegfried, la French Shipping Cie dont la maison mère est au Havre.

22Entre le moment où le comte Ratti-Menton attire l’attention du Quai d’Orsay sur l’activité du port de Bombay, en 1849 et les années 1860, la situation n’évolue guère. La décision de créer un consulat de France à Bombay est finalement prise en 1865, à la faveur de la crise cotonnière provoquée par la guerre de Sécession aux États-Unis. Celle-ci relance les exportations de coton des ports de l’Inde anglaise et fait du port de Bombay, qui pour l’occasion supplante Surat, une grande place des échanges maritimes. Le 27 octobre 1865, le vice-consul résume ainsi la situation :

« Depuis le commencement de la guerre d’Amérique, Bombay a pris un essor presque fabuleux. Cette guerre funeste, mortelle au commerce des États-Unis, a été par contre la source d’une augmentation de richesse et de prospérité sans précédents. »

23Le Comptoir national d’escompte s’établit à Bombay à la suite de la croissance exponentielle que connaît alors le commerce français connaît dans la ville. Cet accroissement des échanges, consécutif au développement des exportations de coton, attire l’attention des autorités françaises. Elles réunissent une commission du commerce extérieur pour étudier la question des relations commerciales françaises avec Bombay. Cette commission avance des arguments difficilement discutables en faveur de l’établissement de liens commerciaux directs. Le 2 décembre 1865, le rapport présenté devant le Comité général de l’Union nationale du commerce et de l’industrie est envoyé au Quai d’Orsay :

« Ainsi que vous le verrez, en prenant connaissance de ces documents, l’opinion générale est que Bombay est appelé, dans un avenir très prochain, à acquérir une grande importance et le vœu unanime est l’établissement de relations directes entre ce port et la France. »

  • 596 « Par l’organe de leurs Chambres de Commerce et des chambres consultatives des Arts et Manufactures (...)

24La réalisation de cet objectif dépend d’une implication du gouvernement français : « Le fret de Bombay pour la France est plus cher que pour l’Angleterre (…). Pour recouvrer l’influence perdue ou en créer une nouvelle, chacune des villes précitées émet son avis motivé ou ses vœux insistants en faveur d’un système de relations directes. »596

25L’objectif est donc clairement défini par les chambres de commerce : il s’agit de « recouvrer l’influence ou d’en créer une nouvelle » qui suppose « une résolution vraiment nationale ».

26Le 23 juillet 1866, la première lettre avec en-tête du « consul de France à Bombay » est envoyée au Ministère des Affaires étrangères, et, le 16 août 1866, la petite colonie française de Bombay célèbre pour la première fois la fête nationale. La célébration de « sa majesté l’empereur » est organisée par les soins des négociants français sous le patronage du consul. Dix sept personnes y assistent, « Anglais et tiers compris », on y signale également la présence des consuls de différentes nations. La même année, le consul à Bombay peut déjà faire état dans une lettre datée du 8 juillet 1867 de « l’accroissement de l’exportation directe de Bombay pour la France ».

  • 597 Ainsi, par exemple, l’agence consulaire de Ceylan, passe de Pointes de Galles à Colombo, l’agence c (...)
  • 598 "Compagnie des Messageries impériales" sous le Second Empire.
  • 599 Cependant dans la correspondance diplomatique relative à la période 1918-1940, les agences d’Aden e (...)

27Aux consulats de Calcutta et de Bombay s’ajoutent plusieurs agences consulaires réparties sur la péninsule et les régions voisines. Elles sont rattachées à l’autorité du consulat général à Calcutta qui se trouve ainsi à la tête d’un réseau d’agences consulaires, antennes du commerce français dans la mer d’Arabie, dans l’océan Indien et le golfe du Bengale et dont la localisation change selon les impératifs commerciaux.597 Les agents consulaires sont des représentants de maisons commerciales implantées, souvent des négociants britanniques, ou bien des représentants de la Compagnie des Messageries maritimes.598 La correspondance commerciale du consulat de Calcutta évoque tout d’abord l’existence des huit postes suivants : Aden, Cocanada, Rangoon, Akyab, Pointe de Galles, Madras et Lahore. Mais le tableau de recensement des postes consulaires envoyé par le consul général le 5 février 1873, suite à une circulaire du Quai d’Orsay, fait état seulement des six postes suivants : Pointes de Galles, Madras, Cocanada, Rangoon, et Akyab.599 Il faudrait également y ajouter celui de Goa. Ces agences consulaires ne jouent pratiquement aucun rôle sur le plan culturel.

Le développement des circuits coloniaux, ou l’Inde contournée

  • 600 L’abolition de l’esclavage est à l’origine du développement de ce commerce, d’“esclavage salarié”. (...)
  • 601 WEBER J., 1996 : Pondichéry et les comptoirs de l’Inde après Dupleix, La démocratie au pays des cas (...)

28Le début des années 1860 voit l’intensification du trafic maritime, le commerce des coolies vers les colonies françaises alimentant une activité importante à Pondichéry et Calcutta.600 Ce trafic d’être humain succède à l’esclavage dans des conditions proches de ce dernier. À partir de 1875, très fructueux décline. Objet de critiques grandissantes dans les années 1880, il va peu à peu cesser.601

  • 602 WEBER J., « Aux marges de l’Empire, l’Inde française », in MARKOVITS C., L’Inde Moderne, Paris : Fa (...)
  • 603 On remarquera particulièrement, dans ce rapport, l’importance de l’importation en France des tissus (...)

29Alors que le monde s’engage dans une nouvelle phase industrielle, l’ouverture du Canal de Suez, en décembre 1869, permet une accélération des échanges vers l’Asie. Le premier paquebot à passer le canal est un bâtiment de la compagnie française des Messageries Impériales, le Godavéri, qui dessert la ligne secondaire Pointe de Galles - Calcutta, par Pondichéry et Madras.602 La destination de la ligne principale de la compagnie, ouverte en 1862, est toutefois l’Indochine, préfigurant l’ordre hiérarchique des courants d’échanges soutenu par la France. Le 12 mars 1875, un rapport de la douane à Calcutta pour l’exercice 1873-1874 confirme que les ports indiens connaissent un accroissement de leurs activités. La France y participe certes de manière notable, mais, à la faveur de ce développement, c’est la position britannique qui se trouve renforcée. Cette emprise se mesure à la valeur des produits importés et exportés ainsi qu’à la part prise par la Grande-Bretagne dans l’exportation en Inde de produits français, et à l’importance des achats de produits indiens aux ports anglais par les Français.603 L’augmentation de l’importation de produits indiens en provenance de l’Inde anglaise se poursuit jusqu’à la fin des années 1880, tandis que la fréquentation des ports indiens par les navires français diminue. Le commerce français avec l’Inde s’effectue donc par la voie de bâtiments britanniques.

30Au milieu des années 1870, l’agent consulaire de France à Colombo signale un ralentissement du commerce français dans les mers de l’Inde. Celui-ci note une diminution des navires français qui relâchent à Ceylan, et signale, dans une lettre datée du 1er juin 1876 : « la situation de plus en plus défavorable de notre marine marchande dans les mers de l’Inde. » Les raisons qui semblent expliquer cette diminution des navires français résident dans l’ouverture aux ports méditerranéens et la plus grande capacité d’adaptation des armateurs italiens, par rapport aux armateurs français, aux mutations du transport maritime. Ainsi en 1874, le consul à Bombay constate l’augmentation du volume des échanges commerciaux de l’Inde, et la baisse de la part qu’y prend la France :

« La saison commerciale qui vient de finir au 30 juin dernier offre des résultats si intéressants au point de vue du mouvement toujours croissant des affaires avec la France, qu’il paraît étrange que notre marine n’y ait pris aucune part. »

31Plus loin, il signale que 70 navires étrangers ont pris charge pour la France.

32Le 30 juin 1877, le traité de commerce franco-britannique arrivant à expiration, les autorités britanniques se saisissent de l’occasion pour demander d’inclure l’Inde dans les accords commerciaux entre les deux pays, arguant de la position adoptée par la France vis-à-vis de l’Algérie. Jusque-là, les colonies paraissent avoir été exclues des conventions commerciales et maritimes avec les pays étrangers, à cette exception donc de l’Algérie pour la France. La mainmise britannique sur le commerce des produits indiens se renforce donc, alors que les orientations françaises favorisent ses nouvelles colonies au détriment de son commerce avec l’Inde. L’augmentation du volume d’échanges entre les deux pays au cours des années 1850-1860 est donc le fait de l’évolution des moyens de transports et de la crise cotonnière à un moment où les réseaux commerciaux ne sont pas encore exclusivement canalisés par les circuits coloniaux.

33Malgré le déclin du commerce français en Inde à partir du milieu des années 1870, et ses effets profonds sur les relations entre les deux pays, l’ouverture de la route méditerranéenne vers l’Inde a une conséquence bénéfique pour les relations franco-indiennes. Désormais, la France se retrouve sur l’itinéraire des voyageurs circulant entre la Grande-Bretagne et l’Inde.

Liaisons et représentants commerciaux français en Inde

  • 604 Il est fait état d’aménagements de la ligne Bombay- Marseille qui donneront "des facilités exceptio (...)
  • 605 On retrouve également cette expression chez Romain Rolland dans L’Inde.

34Les nouvelles routes maritimes placent la France "à la porte de l’Inde", faisant de Marseille le principal port de transit entre l’Inde et l’Europe,604 et la capitale et les côtes françaises deviennent le lieu de villégiature privilégié de la diaspora indienne. Le train Calais Express qui relie Marseille au port du Pas-de-Calais gagne le surnom de Bombay Express.605 Le gouvernement français et les compagnies françaises ne saisissant pas de l’occasion pour créer une liaison directe Bombay-Marseille, c’est finalement la compagnie Rubattino qui établit, en 1877, une ligne entre Gênes et Bombay, appelant le commentaire suivant du consul à Bombay :

  • 606 AMAE P -CCC-Bombay n° 2 (f°222-223), le 19.09.1877.

« C’est certainement l’absence d’une ligne française entre Marseille et Bombay qui a facilité le développement de la Cie Rubattino et qui l’a mise à même de venir établir sur les points déjà exploités par nos navires. »606

35Au début de l’année 1888, ce dernier accueille avec espoir un projet d’ouverture d’une ligne Marseille-Bombay par la Compagnie des Messageries Maritimes, une ligne « directe et à grande vitesse ». Il apporte tout son soutien à ce projet, et insiste sur le succès fort probable que ce dernier est appelé à rencontrer. La compagnie bénéficie d’une réputation flatteuse auprès des voyageurs dont il reste à tirer profit :

  • 607 Ce projet de ligne directe et rapide reliant Marseille à Bombay s’inscrit dans un projet plus vaste (...)

« Cette décision intelligente de la Compagnie des Messageries maritimes lui assurera d’une façon incontestable un trafic important en marchandises et en passagers, ces derniers n’hésitant pas à donner la préférence à nos paquebots mieux aménagés sous le rapport du logement, et surtout de la nourriture, que les navires de la Cie Péninsulaire, du Lloyd autrichien et de la Cie italienne Florio Rubattino ».607

36Un peu plus d’un an plus tard, au milieu de l’année 1889, le consul rappelle la nécessité de concrétiser ce projet :

« Le temps n’est-il pas venu pour la Compagnie (des Messageries maritimes) d’établir une ligne directe entre Marseille et Bombay ? Je n’insisterai pas sur son utilité bien reconnue. Ce consulat a signalé à plusieurs reprises au Département la nécessité de communications directes avec l’Inde ; il a fait ressortir longuement les avantages qu’en retirerait notre commerce. Aujourd’hui toute hésitation paraît devoir cesser (…). Il y a de l’avis de tous une place, une place large pour une ligne française parallèle. »

  • 608 Il est par ailleurs fait mention d’une ligne Aden- Kurachee- Bombay.

37D’ailleurs, toujours selon le consul, même les Anglais résidant en Inde seraient favorables à l’établissement d’une telle ligne. Toutefois le projet est abandonné.608 Cette absence de présence de la compagnie maritime française, dont les conséquences seront nombreuses, s’inscrit dans un cadre plus large. Le désintérêt croissant de la France pour l’Inde affecte les décisions des personnes qualifiées capables d’entretenir des relations commerciales dans une Inde où la concurrence est de plus en plus vive :

« Le marché des Indes offre des caractères particuliers qui nécessitent la présence de comptoirs et de représentants de nos maisons françaises, sans quoi il sera difficile, sinon impossible, je le répète, de reconquérir la prépondérance commerciale que nous avons exercée à un temps où la concurrence était beaucoup moins acharnée. »

38L’histoire du Crédit Lyonnais en Inde offre une illustration supplémentaire de cette mise à l’écart de l’Inde par la France. Manifestant un intérêt pour l’Inde dès la fin des années 1880, l’agence bancaire n’installe des agences à Bombay et Calcutta qu’au cours du premier semestre 1895. Lorsqu’il ouvre une agence à Bombay, son personnel est composé essentiellement de ressortissants suisses ou britanniques, et ne compte qu’un seul Français sur douze employés. Le directeur de l’agence justifie cette situation par l’impossibilité de trouver, pour l’Inde, des employés français qualifiés :

« Lorsque j’exprimais [au directeur de l’agence de Bombay] le regret qu’il eût si peu de Français dans son agence, il me faisait valoir qu’il lui avait été impossible de trouver des jeunes gens français au courant du travail des banques, parlant l’anglais qui veuillent accepter des situations à l’étranger. »

  • 609 Doit-on y voir l’origine de l’installation d’une communauté Bombayotte en France, particulièrement (...)

39L’agence de Calcutta connaît un développement modeste, celle de Bombay se constitue une très forte clientèle parmi les courtiers.609 Les consuls soulignent les conditions qui permettent aux établissements bancaires de réaliser d’importantes affaires en liaison avec le milieu du négoce, qu’ils décrivent comme très actif. Pour en profiter, ils insistent sur la nécessité de disposer d’une marge de manœuvre qui permette de s’adapter aux conditions locales. En 1899, le Crédit Lyonnais décide de la fermeture de ses deux agences à un moment pourtant où, en Inde, la conjoncture est particulièrement favorable à l’activité bancaire. L’influence de l’agence du Crédit Lyonnais à Londres, opposée à l’existence des deux agences depuis leur création, paraît avoir pesé dans cette décision de fermeture.

40C’est un nouveau coup dur porté aux échanges commerciaux entre la France et l’Inde, douloureusement ressenti par la petite communauté de négociants français qui avait vu l’installation des deux premières agences de la banque française comme le début de la mise en place d’un réseau en Inde britannique :

« Tous les Français, établis ou de passage, qui s’intéressent au mouvement créé en France pour favoriser l’extension de notre commerce avaient vu avec plaisir l’établissement du Crédit Lyonnais aux Indes. La création des deux agences à Bombay et à Calcutta leur semblait le début d’une entreprise plus importante. Ils pensaient que d’autres agences seraient ouvertes à Madras et à Rangoon (…). J’éprouve un profond regret de sa retraite inattendue qui détruit les espérances. »

41La France joue un rôle actif dans la réorganisation politique et commerciale selon des impératifs coloniaux, un rôle qui contribue à mettre progressivement fin à la vague de libéralisme des décennies précédentes. Cette réorganisation renforce l’emprise de la Grande-Bretagne sur l’Inde et fournit un cadre à son abandon par la France. L’essentiel de l’attention vers le monde asiatique est porté dorénavant vers l’Indochine, région hors de l’empire britannique. D’autant plus que cette orientation est soutenu par l’espoir que l’Indochine puisse offrir un accès au marché chinois.

Le commerce en Inde après l’ouverture du canal de Suez : développement et conséquences

42Dans son rapport sur le commerce et la navigation dans le port de Bombay, le consul français signale pour l’année 1890-1991 une augmentation du commerce anglais – « comme chaque année » précise-t-il - mais il note aussi la progression importante du commerce d’Autriche-Hongrie, tandis que « la Belgique gagne chaque année du terrain ». L’activité qui se développe de façon la plus importante est celle de l’Allemagne. Cette dernière relègue peu à peu la France au troisième rang des pays européens dans ses échanges avec l’Inde, tandis que le volume d’échange de la Belgique et de l’Autriche-Hongrie n’est plus que légèrement inférieur.

43L’absence d’agents pour la représenter a donc provoquer un déclin de la présence commerciale française par rapport aux autres pays. Les visites et séjours de représentants des maisons de commerce françaises produisent pourtant des résultats qui démontrent la place que leurs produits pourraient occuper sur le marché indien :

« En ayant des agents français sur place, rien ne serait plus simple que de se pourvoir des modèles qui flattent le goût général et nos fabricants pourraient lutter avec l’Allemagne, l’Autriche et la Belgique (…). Le commerce des objets de luxe a de nombreuses chances de succès aux Indes. La fortune privée est considérable et les particuliers peuvent faire des demandes de grande importance s’ils sont stimulés. (…) Si nos maisons de Lyon, Rouen, Saint-Etienne se décidaient à envoyer des jeunes gens parlant l’anglais, actifs, intelligents, il est hors de doute qu’elles réaliseraient des bénéfices très convenables. N’y a-t-il pas suffi à quelques voyageurs de Lyon de venir à Bombay, il y a quelques années, pour voir nos importations s’élever à un chiffre supérieur à celui des années précédentes ? »

44A travers ces analyses répétées maintes fois au cours de la publication des différents Rapports commerciaux des agents diplomatiques et consulaires de France, se pose la question de l’existence, hors de son propre empire colonial, d’un dynamisme négociant français capable de s’adaptater aux nouvelles conditions du commerce, notamment dans la partie de l’Asie passée sous influence anglo-saxonne :

« Les avis contenus dans ce rapport ont été maintes fois donnés par mes collègues et par moi-même de Yokohama, de Batavia, et de Calcutta. Il est absolument indispensable que nos compatriotes, s’ils veulent réussir dans ces pays de langues étrangères (…) se conforment au habitudes aux goûts et aux usages du pays pour leurs envois d’échantillons et de prospectus (…). Les seconds doivent être rédigés en anglais et les prix indiqués en roupies. »

45Ainsi se trouve rappelé à de très nombreuses reprises le lien entre la connaissance culturelle et l’action commerciale. D’ailleurs lors de sa première mission au Népal en 1897-1898, le grand philologue Sylvain Lévi prouve combien les relations culturelles peuvent ouvrir la porte aux échanges commerciaux :

« Naturellement je fais de mon mieux pour leur donner la plus haute idée de la France. Deb Shamsher m’a déclaré qu’ils recevaient de temps en temps des catalogues de maisons françaises, mais ces catalogues rédigés en français sont lettre morte. Personne, ici, ne sait le français. Il voudrait avoir des catalogues rédigés en anglais et s’empresserait alors de demander à Paris ce qu’il désire. Ils sont grands amateurs de bijouterie, joaillerie et articles de fantaisie, de luxe. Je m’empresse de vous faire connaître ce desiratum, heureux si mon séjour ici aboutit à quelque résultat pratique. »

46A la fin du XIXe siècle, le développement du commerce allemand commence à faire ressentir ses effets et annonce les prémices du développement d’une influence germanique en Inde :

« Il semble que les commerçants allemands ne négligent aucun des moyens de propagande susceptibles d’accroître sinon leur influence (ils n’en sont pas encore là) mais la renommée de leur pays (…). Ils travaillent énergiquement au développement de leurs intérêts dont l’importance augmente chaque année. Dans les maisons de commerce, les hôtels, on trouve des Allemands managers ou commis. On les trouve même chargés d’un service public et rétribués par le budget de l’Inde (…). Quoiqu’il en soit, il est à noter que les Allemands ont rencontré aux Indes britanniques un terrain favorable à leurs opérations ; ils en profitent très habilement et (…) le chiffre de leurs transactions suit une progression ascendante. »

47En 1921, une initiative de René Vadala, consul de France, va enfin ouvrir la voie à un courant d’échanges directs entre la France et l’Inde, grâce à la création d’une Chambre de commerce :

  • 610 Ibid.

« La meilleure propagande économique consiste à favoriser l’établissement de maisons françaises aux Indes, principalement de firmes important à Bombay des produits français. C’est ainsi que, sous mes auspices, s’est créée il y a quelques mois, une grosse affaire d’importation française, dont le siège social est à Paris, la principale agence est à Bombay, avec des ramifications dans les principales villes d’Extrême-Orient. Les produits français ont une bonne réputation aux Indes et on ne demanderait qu’à en acheter. »610

La Chambre de commerce française de Bombay

La création

48La Chambre de commerce française pour l’Inde occidentale et le Golfe persique est créée à Bombay le 21 juin 1921, à l’initiative de Vadala, qui en est le fondateur et le président d’honneur. Celle-ci va rapidement porter ses fruits, puisque, dès 1921, plusieurs fabricants et commerçants français s’installent à Bombay. Le consul livre la description suivante du grand port :

« C’est aujourd’hui une immense cité avec des avenues superbes, des docks, des monuments, des collèges magnifiques. On y compte 80 banques. C’est un port fort important "Urbs Prima in Indis", la porte de l’Inde. (…). Le Comptoir National d’Escompte de Paris et une douzaine de grosses maisons françaises y ont des succursales dont certaines sont aussi établies dans d’autres villes indiennes. La langue française est étudiée dans les collèges de Bombay où deux institutions ; le Cercle Littéraire et la Salle Française travaillent à sa propagation. »

  • 611 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 - AE à consulat, le 22.02.1921. « Le M Colonies ajoute que si vous (...)

49Du côté français, cette initiative reçoit le soutien de plusieurs maisons de commerce. Elle reçoit l’approbation du gouvernement français qui lui accorde un soutien soumis à la condition d’un fonctionnement autonome sur la base des contributions des adhérents611.

50On retrouve dans cette initiative des personnalités connues pour leur action dans le domaine culturel. Le professeur de français Louis Peltier, alors doyen de la colonie française à Bombay est le secrétaire général de la Chambre de commerce. Charlier, également professeur de français, est le correspondant de la Chambre de commerce à Ahmedabad, et Le Faucheur est responsable de l’impression du bulletin à Calcutta. Les principaux acteurs culturels français en Inde du début des années 1920 participent donc à l’organisation des échanges commerciaux franco-indiens. En ce qui concerne le soutien logistique, il est fourni par le consulat et son secrétaire, le très actif Papoussamy. Outre des services pour l’information et la coordination des initiatives commerciales, les statuts de la Chambre de commerce prévoient le soutien aux initiatives en faveur de la diffusion de la culture française :

  • 612 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 - Statuts de la Chambre de Commerce Française à Bombay. Art. 2.

« Art. 2. -- Elle encourage la création d’écoles ou d’associations en vue de l’enseignement du français aux Indes. »612

  • 613 Id., Règlement intérieur -- Titre IV. -- Art. 23.
  • 614 Près de la gare de Colaba.

51La Chambre concrétise également un projet formulé à plusieurs reprises, celui de création d’un musée commercial, c’est-à-dire un lieu d’exposition permanent des produits français en Inde.613 Bureau et musée commercial se trouvent dans les bureaux du consulat, à Wodehouse Road.614 La Chambre assure la diffusion d’un bulletin périodique auprès de ses membres, en France comme en Inde. Le Bulletin de la Chambre de commerce française pour l’Inde occidentale et le golfe Persique de Bombay constitue une des premières revues françaises publiées dans l’Inde britannique. La Chambre de commerce française de Bombay propose enfin de seconder : « les efforts faits par les Chambres de Commerce et autres associations en vue de faciliter le placement des jeunes français aux Indes. »

52Du côté indien, cette initiative reçoit une attention bienveillante et un soutien actif. Le sous-secrétaire du gouvernement de Bombay, par le biais de son représentant S.D. Mankar, et les avocats Mulla & Mulla, chargés de l’approbation et des questions juridiques, la qualifient « d’idée essentielle ». La création de la Chambre de commerce française de Bombay répond à une attente des partenaires commerciaux indiens. Ainsi, la même année, on note la création à Paris de l’Association sociale et commerciale hindoue, qui paraît être le pendant de la Chambre de commerce française de Bombay. Cette dernière association est créée le 2 mars 1921, à l’initiative de l’Indian Merchant Chamber de Bombay. Le consul à Bombay n’hésite pas à parler d’une structure ayant pour but « de rendre sur une petite échelle les services d’une organisation consulaire ». En outre, l’Association sociale et commerciale hindoue, est décrite par le consul comme possédant « une influence et des moyens très importants ». Le préfet de police de Paris donne également au Ministère des Affaires étrangères un descriptif de l’association dont ressort un avis très favorable. La description du préfet révèle une communauté indienne parisienne dynamique et entreprenante :

  • 615 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - (Émigration – émigration hindoue), Le préfet de Police à AE, le  (...)

« Sorte de Chambre de commerce hindoue en France, cette association a pour but de faire naître et de faciliter les transactions commerciales entre l’Inde et notre pays ainsi qu’entre celui-ci et les autres pays. Elle crée et renforce entre ses membres un esprit de solidarité et de camaraderie. »615

53Le consul souligne l’intérêt que pourrait avoir, pour les relations des deux pays, cette association indienne :

  • 616 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 (Affaires commerciales, financières et industrielles) - consulat à (...)

« Le commerce français pourrait peut-être tirer parti des relations que cette organisation vient de nouer avec l’Indian Merchant Chamber de Bombay en vue de développer les échanges directs entre la France et l’Inde. »616

54Bénéficiant du soutien actif à la fois du représentant français à Bombay et des partenaires commerciaux indiens, les activités de ces deux Chambres de commerce mettent en évidence le potentiel qui existe pour les échanges commerciaux entre les deux pays et semblent promises à un bel avenir. Trois quarts de siècle après l’appel au gouvernement français pour l’établissement de relations directes entre les deux pays par les Chambres de commerce et d’industrie françaises, cet objectif semble, pour la première fois, en voie de se réaliser.

Du développement à la campagne anti-française (1922-1926).

  • 617 C’était également le cas de son prédécesseur.

55Le 22 juin 1922, Daniel Lévi est nommé à Bombay. C’est un très jeune diplomate de 28 ans à qui échoit pour la première fois la responsabilité d’un consulat.617 Fils du célèbre indologue, il jouit d’un prestige certain. Arrivé avec le titre de consul suppléant, il est promu au rang de consul de troisième classe en avril 1925. En octobre de la même année, il est nommé à l’administration centrale et quitte donc Bombay. Pendant cette période d’un peu plus de trois ans, Daniel Lévi apporte tout son soutien à la Chambre. L’action commerciale initiée par son prédécesseur, Vadala, poursuit donc son développement. En outre, en 1922, un attaché commercial est délégué pour l’Inde, Ceylan et la Birmanie par le Ministère du Commerce et de l’Industrie, en la personne de Garreau Dombasle. Ce dernier apporte également son soutien à la Chambre qui devient un organe très actif. Le nombre d’adhérents de la Chambre passe de 47 membres, en janvier 1923, à 87 membres, au début de l’année 1924, et il dépasse la centaine six mois plus tard. Le consul souligne que cette action a permis de mettre en contact les agences indiennes avec de nombreuses firmes françaises, et assure qu’elle mène une « très féconde propagande ».

  • 618 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - L’attaché commercial aux Indes, le 16.12.1925.

56Les années 1925 et 1926 représentent un tournant pour la présence commerciale française. Une campagne de presse particulièrement violente commence en effet à se déchaîner contre la France à la fin de 1925, notamment au sujet de la politique française en Syrie. En 1925, le secrétaire général de l’attaché commercial indique dans une dépêche que le commerce français augmente mensuellement, mais que cette tendance est très sérieusement menacée par les effets des attaques régulières lancées par la presse. Suite à la parution d’articles sur la politique française à l’encontre des populations musulmanes dans ses colonies, une campagne de boycottage des produits français est organisée. L’attaché commercial en Inde signale à propos de ces articles : « les sérieuses conséquences, notamment pour nos fabricants de lainages de Roubaix et Colmar dont les affaires étaient en pleine progression ».618 Au mois d’avril 1926, la campagne continue.

  • 619 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 – consulat à AE, le12 août 1926.
  • 620 Soulignons que la chambre a publié au moins 11 bulletins trimestriels depuis sa création, le dernie (...)

57Les conséquences de cette campagne de presse sont aggravées par l’arrivée à la tête du consulat de Pierre Sudreau qui va mener la chambre à sa dissolution. Il prend son poste au cours du printemps 1926. Le 10 août 1926, la Chambre de commerce française de Bombay prononce sa dissolution. Le procès-verbal fait état d’un nombre de membres jugé trop limité, un constat qui apparaît en contradiction avec les chiffres indiquant une constante augmentation, du moins jusqu’en 1925. Selon l’attaché commercial c’est la volonté déterminée de la part de Sudreau qui a amené la Chambre de commerce à sa liquidation.619 Or, comme il le rappelle, la poursuite des activités de la Chambre était impossible sans le soutien du consul. Ce soutien, René Vadala et Daniel Lévi l’avaient accordé sans réserve. Quant à l’attaché commercial lui-même, ses bureaux sont installés à Calcutta, trop éloignés pour pouvoir intervenir dans les affaires commerciales françaises à Bombay. Ainsi la France se voit privée d’un outil indispensable à l’établissement de liens commerciaux directs, et plus généralement utile à ses relations avec l’Inde.620

58Parallèlement, on peut noter que la France n’a pas apporté de solution au problème des liaisons maritimes. Ainsi, en 1924, alors que le commerce français en Inde paraît devoir poursuivre son essor, l’attaché commercial écrit :

« Il sera temps, lorsque nous aurons réussi à occuper, sur les marchés de Bombay et de Calcutta, la place à laquelle nous pouvons légitimement prétendre, d’étendre notre action vers Rangoon. Mais est-il permis de parler d’extension à l’heure même où des mesures administratives viennent de faire échouer les pourparlers menés depuis deux ans entre armateurs français et indiens pour créer des relations maritimes directes si indispensables à la vie même de notre commerce. »

59Significativement, l’objet de la dernière requête de la Chambre de commerce française de Bombay est également le rétablissement de liaisons maritimes régulières entre la France et l’Inde :

  • 621 AMAE P – AO 1918-1940 – If 1918-1929 – Inde française n° 2 - Chambre de Commerce Française à Bombay (...)

« La Chambre de commerce Française à Bombay se faisant l’écho des doléances des principaux commerçants français établis aux Indes anglaises et de nombreux exportateurs de la Métropole appelle la bienveillante attention de son Excellence monsieur le Ministre des Affaires étrangères et de monsieur le Ministre du Commerce sur l’intérêt qu’il y aurait à provoquer l’établissement d’un service régulier de relations maritimes entre la France et les principaux ports indiens d’où le pavillon français a virtuellement disparu. »621

  • 622 AMAE P – AO 1918-1940 – Affaires communes n° 24 (Lignes de navigation françaises entre l’Europe et (...)

60Lors de sa visite à Calcutta, au sujet d’un rétablissement éventuel du service commercial entre les ports français et l’Inde, l’agent général des Messageries maritimes pour Ceylan et pour les Indes évoque les difficultés, les obstacles, les oppositions, « pour ne pas dire l’hostilité»622 rencontré sur place par ce projet. Deux raisons simples expliquent cette hostilité : le représentant de la société française à Calcutta est un agent de la compagnie rivale anglaise, la Peninsular Oriental qui s’emploie à combattre les intérêts de la compagnie française bien plus que de les défendre. Ensuite, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, la concurrence des autres nations s’est solidement installée avec l’établissement d’une ligne allemande, la Hansa dont trois navires assurent chaque mois des liaisons avec la côte de Coromandel et Calcutta, et celle de la ligne italienne, Societa Veneziana di Navigazione Vapore, qui assure une liaison par mois. Comme le souligne le consul général, le rétablissement du service commercial entre la France et l’Inde nécessite une action soutenue sur le moyen terme par le gouvernement français. L’entreprise aurait alors toutes les chances de réussir.

« La question qui nous intéresse devrait être discutée à Londres et l’intervention du Gouvernement français serait sans doute nécessaire (…). Les bénéfices ne peuvent venir qu’ensuite, lorsque la clientèle sera assurée d’un service régulier et que la marchandise sera bien traitée à bord. Cette clientèle, surtout indigène, sera facile à trouver. L’ancienne compagnie des Messageries Maritimes a laissé partout aux Indes d’excellents souvenirs. Pourquoi ne pas profiter de ce bon renom ? (…) On parle encore couramment du Dupleix, navire de la Compagnie qui faisait le service annexe de Calcutta à Colombo, en desservant Madras et Pondichéry. »

  • 623 AMAE P – AO 1918-1940 – Affaires communes n° 24 : Sous-secrétaire d’État chargé des ports, de la Ma (...)
  • 624 En 1924 un accord est passé entre la société française Michel Venture & Fils de Marseille et la soc (...)

61Une fois de plus, la réponse à l’appel des représentants des intérêts français en Inde s’avère timorée. En 1926, le sous-secrétaire d’État chargé des ports, de la Marine marchande et de la Pêche annonce les escales à Pondichéry et à Madras des navires de la ligne postale d’Indochine, une fois sur deux, au voyage aller, pour une période d’essai de six mois.623 L’établissement de cette ligne secondaire semble prendre effet, puisqu’on note, dès la fin des années 1920, la présence d’agents français de la Compagnie des Messageries maritimes à Madras. Cette ligne secondaire, qui touche les deux ports de la côte de Coromandel avec une fréquence très faible, et qui ne relie ni Calcutta, ni surtout Bombay, où embarquent généralement les voyageurs à direction de l’Europe, revêt un caractère tout à fait mineur.624

62Pour conclure sur la présence commerciale française en Inde, le tableau qu’en dresse un Hollandais rencontré par Maurice Pernot, au cours de sa mission menée au milieu des années 1920 pour le Ministère de l’Instruction publique, paraît un résumé assez juste de la situation. À cette occasion, le ressortissant des Pays-Bas revient sur l’Allemagne, qui a non seulement reconquis ses positions en Inde, mais a déjà pu les améliorer. Il note, en effet, que l’habitude des producteurs indiens reste plus forte que les mesures visant à l’interdiction de commercer avec l’Allemagne qui ont suivi la guerre. Puis l’interlocuteur revient sur le commerce français :

  • 625 PERNOT M., 1927 : Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient, p. 184, Paris : Hachette.

« Ce n’est pas moi qui vous apprendrai – répondit le Hollandais – que la France est bien loin d’occuper sur le marché indien la place qu’elle mérite. Je ne prétends pas que les Anglais vous aideraient à la conquérir ; mais je ne crois pas non plus qu’ils décourageraient systématiquement certains efforts. Il me semble que la faiblesse de votre action économique est due, pour une part, au fait que vos commerçants ne disposent, dans cette partie du pays, ni d’une banque française, ni d’une compagnie française de transport ; et, pour une autre part, à l’habitude que vos maisons ont prise de passer par l’entremise des exportateurs anglais. Combien de produits d’une provenance française incontestable, sont expédiés par des maisons étrangères, transportés par des maisons étrangères, et enfin distribués par des agents anglais ou anglo-indiens ! Dans ces conditions, le producteur voit son bénéfice s’éparpiller aux mains des multiples intermédiaires, dont les intérêts ne concordent pas toujours avec le sien, et il préfère s’abstenir. Voyez pourtant les résultats obtenus ici par votre Michelin : il a soigneusement étudié le marché, il a réservé sa représentation à une équipe de voyageurs français, jeunes, actifs et intelligents ; la moitié de l’Inde roule sur ses pneus. Il est vrai que cet exemple est unique ».625

Résidents français en Inde : une présence sur les marges

  • 626 A l’exception, parfois, duconsu cal de France à Calcutta et de son épouse.

63Au sujet des réunions de l’association des Amis de la France dans l’Inde britannique, un journal souligne ainsi l’inconvénient que représente l’absence de Français dans ce groupement francophone.626 Sans cette présence nécessaire pour donner une image vivante de la France, un journaliste s’interroge, dans le Statesman du 15 octobre 1911, sur la capacité de ce groupement à devenir une plate-forme pour des échanges culturels :

  • 627 En français dans le texte.
  • 628 AMAE P – CPC Nouvelle série – Inde n° 32 – Relations avec la France (f° 209- 210), 15.10.1911.

« La grande difficulté qu’une association de ce type doit affronter dans un endroit comme Simla, mais aussi à Calcutta, est le très petit nombre de Français disponible dans la société. Il y en a trois, je pense, à Simla, et c’est un très important inconvénient à tout vrai progrès, spécialement dans le cas de l’Inde, où tout court séjour dans la Belle France627 est hors de question. Une association composée uniquement de personnes anglaises peut, sans aucun doute, étudier l’histoire et la langue françaises, ou de toute autre nation, mais sans relations directes et suffisamment régulières avec des personnes françaises, il est pratiquement impossible d’acquérir cette familiarité avec leur langage et leur tempérament, ce qui est essentiel pour une appréciation correcte et “sympathic” d’une nation ».628

Description générale

La répartition par régions

64La colonie française d’origine métropolitaine en Inde au XIXe siècle se distingue par sa modestie, rappelée à de nombreuses reprises dans la correspondance diplomatique. En 1912, le recensement de la population par l’administration britannique pour son empire des Indes, Birmanie incluse, fait état d’une population française d’origine métropolitaine s’élevant à 1478 personnes. Si on exclue la communauté française en Birmanie, la population française d’origine métropolitaine en Inde britannique s’établit à 1267 ressortissants. La plus grande partie se trouve dans la présidence de Madras, avec 504 personnes (40 %), puis au Bengale, avec 175 Français (14 %), et ensuite celle de Bombay avec une colonie de 164 personnes (13 %). Il faut également signaler la population française recensée dans les "Provinces Centrales et Berar” qui est évaluée à 101 personnes, et celle dans l’Etat princier de Mysore évaluée à 90 personnes. Ces cinq régions réunissent au total 1034 Français sur 1267, soit environ 82 % du total.

  • 629 DESPONT J., 1951 : Nouvel atlas des missions, p. 16, Paris et Lyon : Bureaux de l’œuvre de la propa (...)

65Le sud-est de l’Inde, particulièrement la présidence de Madras, est donc la première région pour l’implantation de la colonie française dans l’Inde britannique. C’est également la première région en terme de présence des religieux français en Inde. L’archidiocèse de Pondichéry comprend plusieurs suffragants en dehors des limites géographiques de la colonie française tels que ceux de Coimbatore, Mysore, Kumbakonam et Salem appartiennent administrativement à la présidence de Madras.629 La répartition de la colonie française recoupe donc largement à l’implantation des religieux français dans l’Inde. Cette présence est faible dans le sud-ouest, à l’exception de l’état de Mysore confié à la Société des Missions Etrangères. Cette différence entre le sud-ouest et le sud-est de la péninsule est certainement à mettre en rapport avec le fait que le sud-ouest échappe en grande partie au clergé romain, du fait des tendances schismatiques du clergé de Goa, et de l’importance également du culte syro-malabar. En dehors des villes de Bombay et de Calcutta, la colonie française aux Indes britanniques est composée au début du XXe siècle essentiellement de missionnaires.

  • 630 Ainsi M. J. Baulez souligne dans le vicariat apostolique de Madras, qui n’est qu’un des vicariats a (...)

66Dans le tableau ci-dessous, on remarque une sur-représentation des femmes dans les Provinces Centrales et le Bérar, le Bihar et l’Orissa, la Présidence de Bombay ou encore la Présidence de Madras. Cette présence plus importante des femmes par rapport à celle des hommes s’explique par l’implantation de congrégations féminines.630 C’est également le cas en Birmanie. La France y entretient un temps un consulat et une agence consulaire, et le plus souvent deux agences consulaires. La colonie française, peu importante, y est aussi essentiellement composée de missionnaires.

  • 631 (Communiqué par le Gouvernement indien auconsu cal) - AMAE P – CPC-Nouvelle série : Inde n° 33 (f°2 (...)

Tableau IX : tableau statistique des Français résidant dans l’Inde anglaise (1912)631

Tableau IX : tableau statistique des Français résidant dans l’Inde anglaise (1912)631

Une présence très réduite dans les centres urbains

67Seulement deux recensements de la communauté française de Calcutta, réalisés par le consul général, sont conservés dans les registres de la Correspondance consulaire et commerciale dans les archives du Ministère des Affaires étrangères. La premier, du début de l’année 1891, signale la présence de six personnes : le directeur par intérim du Comptoir national d’escompte, un agent et un commis de la Compagnie des messageries maritimes, un négociant, un employé de la maison George Lockhart & Cie et un cordonnier. Dans celui de l’année suivante, on retrouve sept personnes, un négociant de passage étant ajouté à la liste des six personnes citées précédemment.

68Les échos des voyageurs français de Bombay nous ramènent aussi l’image d’une colonie très éparse, presque invisible :

  • 632 METIN A., L’Inde aujourd’hui, p. 22-23, op. cit.

« Il faut noter qu’à Bombay les Européens de langue française sont presque tous des Suisses ou des Belges. “Dans les établissements de nom français dans la ville, il y a des gens de toutes nations, nous disent les Anglais, peut-être même de vos compatriotes.” Le consul affirme qu’il connaît tout au plus sept résidents français à Bombay. “C’est nous, disait un Parsi, qui sommes les Français de Bombay”. »632

69Parallèlement on note, à travers la présence de leurs ressortissants, l’apparition et le développement de la présence et de l’influence d’autres pays tels que la Russie, le Japon, les États-Unis et l’Allemagne. Une présence des représentants des maisons commerciales allemandes, mais aussi, parfois, de techiciens ou de professeurs est à l’origine d’une progression de l’influence allemande fréquement soulignée par les consuls, comme ici en 1898 :

« C’est un Allemand, le Dr Hoernle qui est à la tête du collège des dialectes asiatiques de Calcutta ; c’est aussi un Allemand, le Dr Führer qui dirige le service des recherches archéologiques dans l’Inde.
J’admirais à ce propos l’esprit libéral des Anglais qui ouvrent toutes grandes les portes de leur domaine privé aux hommes d’une nation concurrente. "Détrompez-vous, me répondit-on, ce n’est point par libéralisme que les Anglais accueillent ainsi les étrangers. Les emplois des services purement scientifiques sont très faiblement rémunérés aux Indes ; il ne se trouve pas d’Anglais qui en veuille. Cela ne paye pas. Voilà qui vous explique la venue et l’installation ici d’Allemands qui n’ont été acceptés qu’à défaut de candidats anglais." »

Le réseau consulaire entre 1914 et 1940

70Le réseau consulaire français se met donc en place en Inde entre les années 1840 et 1870. Plutôt que de soutenir une intervention directe de la France dans ses affaires commerciales, il tente d’assurer un suivi administratif minimum des courants commerciaux. Il est basé sur deux consulats et quelques agences consulaires le long des côtes, qui rappelle la division entre loges et comptoirs aux siècles précédents.

  • 633 Outre le consulat de Bombay, on retrouve celui de Singapour et de Hongkong, ainsi que l’agence cons (...)

71La création des consulats français en Inde faisait suite à la nécessité d’assurer un suivi minimal des activités commerciales des ports des deux villes avec la France. Entre le Moyen et l’Extrême-Orient, l’Asie centrale et l’océan Indien, l’aire couverte par le consulat général de Calcutta et le consulat de Bombay se caractérise par son immensité à tous les niveaux : distances, population, et diversité socio-culturelle. Dans les annuaires diplomatiques, au chapitre “Possessions britanniques d’Asieˮ,633 la mention suivante concernant l’exequatur du consulat général de Calcutta : « Partie non comprise dans la présidence de Bombay — Birmanie ».

72La définition de la circonscription du consulat de France à Bombay est donnée pour la première fois dans l’Annuaire diplomatique de 1903 :

  • 634 Karachi.

« Présidence de Bombay (partie nord, sud, et centrale) ; la côte du Malabar, depuis l’embouchure de l’Indus jusqu’au cap Comorin, y compris la province du Sindh, la province frontière du Nord-Ouest et l’agence du Bélouchistan, le port de Kurachee634 et les États natifs relevant de la province de Bombay. »

73Ces deux circonscriptions consulaires couvrent une aire géographique qui s’étend du golfe Persique à la Birmanie en passant par Ceylan et le plateau himalayens, notamment le Bhutan et le Népal. Les postes consulaires français en Inde doivent également s’intéresser à Aden et Mascate, qui dépendent de l’empire des Indes britanniques, et l’occasion à la côte des Somalis, à Zanzibar, à l’Asie centrale, à Singapour aux confins persans, afghans, tibétains, et même chinois.

74Les comptoirs ont pesé d’un poids certain sur l’établissement des postes diplomatiques de la France en Inde en retardant l’établissement du poste diplomatique de Calcutta, par crainte d’un antagonisme entre les responsables du Ministère des Colonies et ceux des Affaires étrangères. Ce poids est encore plus grand dans le sud, et ses conséquences plus profondes. La présence de Pondichéry fait obstacle à l’ouverture d’un consulat à Madras, où de nombreux pays établissent un poste consulaire. La France se prive ainsi de tout point d’appui diplomatique en Inde du Sud où, sans compter la population des comptoirs, la communauté française est largement la plus nombreuse de toute l’Inde. En outre, il faut remarquer que les deux consulats survivent dans les conditions les plus précaires. Au milieu des années 1870, le consul de France à Bombay décrit ainsi ses conditions de vie :

  • 635 Le consul cite en exemple les traitements du consul d’Italie, et ceux du directeur de l’agence du c (...)

« Pour trouver un traitement égal à celui du Consul de France il faut descendre jusqu’au chirurgien de la maison du Gouverneur. Les gouvernements étrangers qui ont des Consuls de carrière leur donnent des appointements d’un tiers au moins supérieurs à ceux du Consul de France.
Le Consul se trouvant dans l’impossibilité d’avoir un établissement convenable à lui tout seul est réduit s’il est marié à renoncer à ses fonctions, s’il est célibataire à s’associer (comme c’est l’usage parmi les gens peu aisés) avec plusieurs personnes pour partager les dépenses de la maison. Il est inutile de dire qu’il perd ainsi une partie de sa dignité, toute son indépendance et se trouve obligé de refuser toute invitation. Cette position modeste convient beaucoup mieux à un gérant qu’à un titulaire. C’est donc en le faisant gérer le plus souvent possible qu’on peut tirer partie du poste de Bombay tel qu’il existe. »635

75Conséquence immédiate de ce manque de prestige et d’autorité : la même année, pour des raisons de protocole le consul n’est pas présenté au nouveau gouverneur de Bombay à l’arrivée de ce dernier.

76Quatre décennies plus tard, la situation est similaire à Calcutta, le poste diplomatique principal de la France en Inde britannique. En 1907, De Coutouly, consul général, saisit Paris des problèmes d’organisation du réseau consulaire français en Inde :

« L’absurdité de notre organisation consulaire dans l’Inde s’oppose à ce que l’Agent du Département ait des relations personnelles suivies, c’est-à-dire utiles, avec le Gouvernement central, dont la résidence se trouve à Simla environ huit, et quelques fois plutôt neuf mois, sur douze. Or, Simla est beaucoup trop éloigné de Calcutta, - plus de 2000 kilomètres, – quelque chose comme la distance de Paris à Belgrade –, pour y habiter loin d’une chancellerie exigeant sinon la présence réelle, du moins la proximité du chef de poste (…). On ne saurait attendre des solutions promptes, dans les choses comme celle-ci, tant que durera cette organisation parfaitement irrationnelle sous tous les rapports. »

77En 1912, dans un rapport relatif à sa « longue et lourde » gérance, un représentant du Quai d’Orsay précise :

« L’activité du poste n’a pas eu à se ressentir de l’absence du Vice-consul du moins en ce qui concerne le côté politique et le côté chancellerie. Quant au côté commercial, force a été de le négliger, à défaut de ce collaborateur dont j’ai été privé dés mon arrivée à Calcutta. »

78Et il ajoute que l’activité du personnel a « manqué de direction ».

  • 636 Ibid.

79Ainsi, lors de son séjour de sept mois à Simla – où se déplace en été le gouvernement du Raj, qui réside le reste de l’année à Delhi, à partir de 1911 –, le personnel du consulat général se compose d’un commis expéditionnaire, devenu chancelier substitué et d’un commis auxiliaire. Bien que n’appartenant pas au corps consulaire, ils assurent donc le fonctionnement du poste en l’absence du représentant du Quai d’Orsay, lui-même seulement gérant.636

80Avec le développement de la correspondance, les limites des capacités d’action des consulats français à Calcutta et à Bombay apparaissent en évidence. Prenant possession de son poste à Calcutta en tant que gérant, Charles Barret signale : « Sa seigneurie (le gouverneur du Bengale) pouvait croire qu’il n’y avait plus de Consulat Général de France à Calcutta. Il m’a semblé qu’il était satisfait de voir réapparaître un Agent français. »

81L’absence de tout projet politique de la France en Inde se mesure également au manque d’autorité des tenants des postes de Calcutta et Bombay. Les consuls français à Calcutta, en raison de leur rang modeste dans la hiéarchie diplomatique, sont dans l’impossibilité de traiter directement avec le vice-roi. Ce défaut d’autorité est révélé cruellement à plusieurs reprises. Il est également constaté par Alexandra David-Néel. En 1913, elle s’adresse directement à des amis à Paris pour obtenir l’autorisation des autorités anglaises de retourner au Tibet depuis le Bhoutan.

« Je ne sais pas si le protocole vous permet de traiter la question directement avec lui [le Vice-roi]. Vous ferez évidemment pour le mieux. Tout ce que je puis me permettre de vous dire c’est que je souhaite qu’il n’y ait pas intervention du consul. Je ne sais à quelle cause il faut attribuer cette situation, mais nos consuls paraissent jouir de très peu d’influence à Calcutta comme à Colombo. »

  • 637 AMAE P – CPC- Nouvelle série n° 33 – Inde, Relation avec la France - (f°124- 131)- Entrevue de M. B (...)

82Quand, pour la première fois un consul général discute des relations entre l’Inde et la France avec le vice-roi, après avoir eu toutes les peines du monde à obtenir un court entretien avec ce dernier,637 il est immédiatement rappelé en France, à la demande de l’ambassadeur de France à Londres :

« Il conviendra de mettre (le consul général) en garde contre les illusions que se font beaucoup d’agents sur la nature de leurs fonctions et sur la situation du Vice-roi. Ce n’est pas un gouverneur général, c’est le représentant direct et personnel de l’Empereur des Indes. Il jouit des privilèges et des honneurs de la souveraineté, il dispose des forces de terre et de mer, c’est lui, par exemple, et non le Ministère de la guerre qui organise et dirige en ce moment les opérations de l’armée anglaise en Mésopotamie car la presqu’île arabique et le golfe Persique relèvent de son autorité. Qu’un consul, même un consul général, et à plus forte raison un gérant de consulat s’étonne d’être obligé de demander une audience et que cette audience obtenue, il entretienne le Vice-roi d’affaires administratives et profite de l’occasion pour lui dire des choses désagréables, c’est non seulement se montrer inconvenant, mais c’est aussi témoigner d’une ignorance absolue de l’organisation de l’empire indien.
J’ai reçu quelquefois des plaintes de nos consuls sur l’insuffisance des honneurs rendus aux représentants de la France aux Indes. C’était de leur part méconnaître leur véritable situation. Ils ne sont pas les représentants de la France, ils ne sont même pas des agents politiques et dans toutes ses possessions le Gouvernement britannique fait une distinction entre les agents consulaires et les agents politiques. »

83Ainsi, l’ambassadeur à Londres soutient clairement une définition de la mission et du rang des consuls français dans la péninsule qui condamne ces derniers à ne rien pouvoir entreprendre.

  • 638 « Partie de l’Inde non comprise dans la circonscription de Bombay.- Birmanie » Voir Annuaires diplo (...)

84Malgré l’installation de postes consulaires à Calcutta et à Bombay, le désengagement entamé par la France à la fin du XVIIIe siècle se poursuit tout au long du XIXe siècle. La présence française tend même à diminuer nettement par rapport aux autres puissances, comme l’Allemagne par exemple. De 1914 à 1940, le réseau consulaire ne connaît pratiquement aucune modification. L’immense partie du monde qu’il couvre reste largement dépourvue de tout moyen d’action. Dans les annuaires diplomatiques, la circonscription consulaire du consulat général demeure définie par défaut, sans que les régions qu’elle recouvre ne soient citées.638 À Calcutta comme à Bombay, les consuls rencontrent les mêmes difficultés que leurs précésseurs avant 1914 :

  • 639 consu cal à AE, le 13.10.1930. Encore le consul n’évoque-t-il pas là le Népal, qui constitue un ter (...)

« La circonscription du consulat général de Calcutta est très étendue. La superficie totale de l’Inde est égale à la superficie de l’Europe moins la Russie. Même en ne comptant pas les territoires qui dépendent de la juridiction du Consulat de Bombay, la circonscription du Consulat de Calcutta est une des plus vastes qui existent. La Birmanie (qui se trouve à deux jours de Calcutta par bateau) est plus grande que la France ; la Présidence de Madras est plus grande que l’Italie ; les provinces du Punjab, United Provinces, Central Provinces sont chacune plus grande que la Grande-Bretagne. La population de l’Inde est d’environ 318 942 000 habitants, soit à peu près le 1/5 de la population du globe. La Province du Bengale a plus d’habitants que la Grande-Bretagne ; Madras en a un nombre proche. Les provinces d’Orissa et du Bihar ont chacune environ 34 000 000 d’habitants. Les États-Unis ont un consulat général à Calcutta, un consul à Madras, un consul à Bombay, un consul à Karachi, un consul à Rangoon. En ce qui concerne l’Allemagne, tout le Sud de l’Inde, y compris la Présidence de Madras est sous la juridiction du consul d’Allemagne à Colombo. Tous les consuls de carrière ont le grade de consuls généraux, sauf les consuls d’Argentine, du Brésil et de Tchécoslovaquie. »639

  • 640 consu cal à AE, le 03.05.1930.

85Le grand centre urbain de Madras, qui compte plus de 600 000 habitants, et toute l’Inde du Sud à sa suite restent sans représentation, alors que la majeure partie de la communauté française y réside toujours. C’est donc au seul consulat général de Calcutta qu’incombent le suivi et le soutien des œuvres culturelles sur la majeure partie de l’empire des Indes britanniques. Mais, faute de moyens, sa marge d’action à Calcutta même est extrêmement limitée. Les autres centres urbains et foyers potentiels de culture française inclus dans la circonscription du consulat général restent hors d’atteinte. La dispersion des centres de pouvoir dans le Raj continue d’ajouter une difficulté supplémentaire pour le consul général, une difficulté qui laisse cruellement apparaître l’insuffisance de personnel. Les activités du gouvernement britannique en Inde restent partagées entre la nouvelle capitale, Delhi, la capitale d’été, Simla, et, un mois par an, l’ancienne capitale du Raj, c’est-à-dire Calcutta. C’est à Calcutta qu’une fois par an le vice-roi reçoit tous les consuls généraux. Enfin, les consuls généraux des différents pays doivent également résider une certaine période à Darjeeling pour y suivre le gouvernement du Bengale. Les contacts du consul général avec les autorités du Raj restent donc essentiellement limités à l’invitation annuelle du vice-roi. Le reste de l’année, les contacts avec les fonctionnaires du Raj semblent difficiles, ces derniers étant très occupés, « partagés entre leur bureau et les obligations d’une vie mondaine très active ».640 C’est à Darjeeling que les contacts semblent finalement le plus facile.

86En outre, les agents du Quai d’Orsay doivent toujours assurer un relais consulaire pour les territoires rattachés directement ou indirectement à l’empire des Indes britanniques, c’est-à-dire la Birmanie, rattachée au Raj jusqu’en 1937, le Népal, les États du Nord-Est, mais aussi Mascate et Aden. Aux deux consulats de Calcutta et de Bombay s’ajoutent les agences consulaires de Karachi, Madras et Rangoon qui, lorsqu’elles ne sont pas vacantes, sont confiées soit à des Britanniques, soit à des agents de la Compagnie des messageries maritimes.

87En 1930, Danjou définit lui-même sa tâche de consul général comme celle d’un agent d’information, suivant en cela les instructions du Ministère des Affaires étrangères. Cependant aucune ligne d’action politique particulière ne paraît définie. Son rôle se limite à celui d’un témoin passif. Du reste, pour pouvoir tenir ce rôle, il lui manque à ses côtés un agent de carrière. Lors de son installation à Calcutta, le Quai d’Orsay a l’air disposé à compléter son réseau sur la péninsule par un poste consulaire supplémentaire, vraisemblablement à Madras. Plusieurs pays y entretiennent déjà un consulat dirigé par un consul de carrière comme l’Italie ou les États-Unis.

88La connaissance qu’ont les agents des Affaires étrangères de leur circonscription et de ses enjeux est également très variable et la part qu’ils prennent dans les relations des deux pays est très fluctuante. Certains y prennent une part active. C’est particulièrement le cas de René Vadala et Daniel Lévi, tous deux successivement en charge du consulat à Bombay entre 1920 et 1926. Ces six années marquent d’ailleurs une embellie importante des relations franco-indiennes. Mais, à partir de 1926, le consul André Sudreau aura à cœur, semble-t-il, de défaire l’œuvre de ces prédecesseurs. Les tenants du consulat à Bombay, sont toujours très jeunes et accèdent pour la première fois à ce niveau de responsabilité, et ce, avec les grades les plus modestes. En outre, le faible rang de ce poste dans la hiérarchie diplomatique les encourage à le quitter au plus tôt afin d’aller poursuivre leur progression dans la carrière diplomatique. Par conséquent, leur durée d’exercice à la tête du consulat est courte, ce qui ne permet pas d’y développer une action sur le long terme.

89Les consuls généraux de Calcutta paraissent souvent plus expérimentés et occupent plus longtemps leur poste. Néanmoins, leur rang et leurs attributions demeurent modestes. Après une série d’escales dans les ports de l’Inde, le capitaine de l’aviso Antarés, rapporte un témoignage sur l’état du réseau consulaire français en Inde :

  • 641 Extrait du compte-rendu n° 5 de l’Aviso "Antares" en date du 04.06.1931.

« Nous avons été reçus de façon parfaite par le consul général de France à Calcutta, les agents consulaires de Madras et d’Aden. Par contre à Colombo et à Bombay, nous avons trouvé des consulats sans consul. »641

90En 1930, le consul général à Calcutta attire l’attention sur l’importance des questions hiérarchiques en Inde. En écrivant au sujet du grade de son collaborateur, dont il souhaiterait :

  • 642 Voir sa description étonnante dans le Journal des Indes de Mircea Eliade.

« (qu’il) fût d’un grade plus élevé que celui d’attaché de chancellerie et qu’il fût bien choisi : sérieux, ayant l’expérience et une bonne éducation.642 Mon collaborateur actuel est un brave garçon, mais quand je le compare à ses collègues d’Amérique, d’Allemagne, du Japon, il paraît à côté d’eux un enfant. »

91Malgré de bons rapports personnels avec les responsables au Quai d’Orsay, la requête d’André Danjou n’est pas entendue.

92Ce manque de moyen apparaît d’autant plus que l’action des autres nations se développe, à commencer par l’Angleterre qui déploie pour sa propagande des moyens très importants :

  • 643 AMAE N – consu bom n° 12 -consu cal à AE - Propagande française, le 12.06.1920.

« Dans un pays comme l’Inde, colonie de la couronne britannique, la Grande-Bretagne s’octroie un véritable monopole de la propagande. Elle use largement de sa situation, faisant preuve de beaucoup d’activités, cependant qu’elle cherche à empêcher celle des autres nations de se manifester. L’Angleterre consacre à la propagande aux Indes des sommes considérables. Tout est mis en œuvre pour animer cet immense empire à reconnaître les bienfaits de la domination anglaise. »643

93Loin de corriger le déséquilibre qui affecte la représentation diplomatique française en Inde par rapport à d’autres régions privilégiées, la politique étrangère française après la Première Guerre mondiale tend à l’agraver. Lorsqu’il arrive à Calcutta en 1930, André Danjou, donne cette description du poste dont il prend alors la charge : « Ici tout, ou à peu près est à refaire (…) La situation est assez embrouillée (…). Le travail ne sera pas facile. Les archives sont mal tenues ou ne le sont pas du tout. On s’est contenté jusqu’à maintenant de faire marcher le service, tout doucement (…). Tout est à faire. Ce sera, du reste, passionnant. »

94Quelques années seulement avant que l’Europe ne soit à nouveau prise dans un enchaînement dramatique des événements, cette simple constatation en dit long sur l’état de la diplomatie française en Inde entre les deux guerres.

95La gravité de certaines campagnes anti-françaises et leurs conséquences a soulevé la nécessité d’une capacité d’intervention directe des autorités françaises pour la défense de ses intérêts en Inde. Si l’établissement d’un courant d’échanges à travers des correspondants de presse représente un moyen potentiel, l’implantation d’antennes du réseau de l’agence de presse française Havas en représente un autre.

96L’agence britannique Reuters est la source d’information de la presse indienne pour les informations en provenance de l’étranger. Dès sa création, la Chambre de commerce française de Bombay s’alarme de l’influence des dépêches diffusées par cette agence :

  • 644 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39- Bulletin de la Chambre de Commerce Française à Bombay. Procès-ver (...)

« L’agence Reuters a inondé la presse indienne des télégrammes sur la déconfiture de la Banque industrielle de Chine. Cette campagne n’a pu que nuire au prestige financier de la France aux Indes d’autant plus que deux navires appartenant plus ou moins à cette compagnie ont été vendus aux enchères publiques de la Haute Cour de Bombay. Notre Chambre recommandera à la dite banque de lancer une note dans les journaux indiens dès qu’elle aura pu recommencer ses affaires. »644

97Rapidement, plusieurs résidents français en Inde proposent donc une collaboration avec l’agence de presse française Havas.

  • 645 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36, Charles d’Estrée au directeur de l’Agence Havas, le 29 octobre 19 (...)

98En 1925, le secrétaire général de l’attaché commercial en Inde, Charles d’Estrée, se propose d’agir bénévolement comme relais de cette agence, en la tenant informée des événements indiens, en échange de la réception d’articles sur les questions françaises, et ce, afin de pouvoir contrecarrer les menées gallophobes de la presse en Inde, et plus particulièrement les attaques diffusées régulièrement au sujet des questions rhénane, marocaine et syrienne. Charles d’Estrée, rédacteur correspondant de L’Écho de Paris et collaborateur de plusieurs journaux et revues économiques,645 définit le rôle qu’il se propose de jouer de la façon suivante :

  • 646 Ibid.

« 1° Je vous informerai de toute nouvelle intéressante sur la politique et incidents divers
2° De mon côté, je serai tenu au courant des principaux faits se déroulant en France afin de pouvoir démentir toute nouvelle tendancieuse ; je m’entendrai avec les journaux pour leur communiquer tous vos télégrammes. L’intérêt général souffre de fait que les informations sont toutes transmises par Reuters et comme de juste anti-françaises. »646

99Le consul appuie cette initiative auprès du Service d’Information et de Presse :

  • 647 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - Note pour le Service d’Information et de Presse, le 02.12.1925.
  • 648 Ibid.

« La sous-direction d’Asie a été tenue informée des tendances généralement hostiles à la France manifestées par la presse des Indes, tant anglo-indienne qu’indigène, et notamment la campagne franchement gallophobe menée à l’occasion des événements du Riff et de la Syrie. S’il n’y a pas lieu d’en grossir à l’excès la portée, il est incontestable toutefois que ces manœuvres risquent à la longue de nous porter préjudice, notamment par leur action sur la population musulmane indienne, et par là sur le monde islamique. La sous-direction d’Asie verrait donc en principe avantage à ce que fussent étendus aux Indes les services d’une agence télégraphique française. »647
Cependant le consul écarte la candidature du secrétaire général de l’attaché commercial, jugeant que ce dernier est arrivé trop récemment en Inde. Il propose de confier ce rôle à l’attaché commercial tout en précisant : « Il appartient (à l’agence Havas) de l’approcher à ce sujet. »648

100Cinq ans plus tard, alors que l’agence Havas déploie son réseau en Asie, une autre occasion se présente. Le 1er octobre1930, elle passe une convention avec le gouvernement général de l’Indochine pour :

  • 649 AMAE N – consu cal n° 2 (Loges françaises - Agence Havas en Asie)

« … la création et l’organisation en Indochine, et dans les pays de l’Asie orientale et du Pacifique, d’un service spécial d’information et de propagande ».649

101Par cette convention l’agence Havas s’engage notamment :

  • 650 Ibid.

« Art. 1… à créer, et organiser un service spécial d’information et de propagande devant étendre son action sur l’Indochine et les pays d’Asie orientale, du Pacifique, et à assurer la diffusion en France, et dans les pays européens, des informations sur l’Indochine et les pays circonvoisins, et ce, par la transmission quotidienne d’informations par voie radiotélégraphique. »650

102Par ailleurs, la convention précise dans son article 7, qu’en Extrême-Orient :

  • 651 Ibid.

« Les correspondants de la société capteront directement les radiotélélégrammes émis quotidiennement par les postes français et indochinois. Ils assureront dans la presse locale, d’accord avec les représentants locaux du Ministère des Affaires étrangères, la diffusion de ces informations, ainsi que celles de toutes autres informations nécessaires ou utiles au développement de l’information dans ce pays ».651

103Outre Pnom-Penh, Hué et Ventiane, pour l’Indochine, la liste des correspondants de l’agence Havas pour les principales villes comprend des représentants dans les villes suivantes : Yokohama ou Tokyo, Pékin, Shanghai, Hong Kong, Yunnanfu, Manille, Batavia, Singapour, Rangoon et Bangkok. Aucune ville de la péninsule indienne n’est donc mentionnée.

  • 652 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - Lettre du 18.08.1930 d’André Weil.

104L’enjeu représenté par l’établissement de contacts directs en matière d’information et de presse n’échappe pas à Lévi, le principal acteur des relations culturelles franco-indiennes pour cette période. Ce dernier rencontre les responsables de l’agence Havas et les saisit de l’opportunité qu’il y aurait pour eux d’avoir un correspondant en Inde, ainsi que le signale Weil en 1930 : « J’ai reçu une lettre de Sylvain Lévi, qui a vu un représentant de Havas au sujet de l’organisation d’un service d’information dans l’Inde. Il m’écrit qu’il leur a esquissé un plan ».652

105Les démarches de l’éminent indianiste, pourtant très introduit dans les milieux officiels, ne sont pas plus suivies d’effet que les initiatives évoquées précédemment.

  • 653 Déjà en 1924 un article du Statesman relevait l’isolement de Pondichéry où aucune station T.S.F. et (...)

106Ainsi l’Inde se retrouve à l’écart du réseau d’information français mis en place en Asie par l’intermédiaire de l’agence Havas653. Le Quai d’Orsay qui s’interdit tout ce qui serait susceptible d’être perçu par l’Angleterre comme une collaboration avec des nationalistes indiens, applique sa prudence jusqu’à se priver du développement d’une coopération dans le domaine de la presse. C’est pourtant une condition essentielle aux relations directes entre les deux pays. Aussi, le traitement de la France dans la presse indienne et celui de l’Inde dans la presse française continuent-ils de passer par le filtre britannique.

Notes

588 PINIAU B., ROCHE F. : Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995…

589 Ibid.

590 HAUDRERE P., BOUEDEC G., Les Compagnies des Indes, p. 6-7.

591 SARKAR S., « L’entrée dans le siècle : la première révolte », p. 28.

592 DEGROS M., « La création de postes diplomatiques et consulaire français de 1815 à 1870 », p. 219-220.

593 AMAE P -CCC- Cal n° 1 (f° 222).

594 Les "états du commerce" permettent d’étudier très précisément les entrées et sorties des pavillons des différents pays, et des différents produits importés et exportés par ces pays.

595 Le Nord-Ouest de la péninsule indienne connaît alors une période particulièrement agitée. De 1839 à 1842, la première guerre d’Afghanistan ; en 1843, l’annexion du Sind ; de 1845 à 1846, la première guerre sikhe, qui sera suivie de la seconde de 1848 à 1849.

596 « Par l’organe de leurs Chambres de Commerce et des chambres consultatives des Arts et Manufactures, plusieurs villes de France, telles que Lille, Bordeaux, le Havre, Tourcoing, Roubaix, Reims, Louviers, Rouen, Mulhouse, Sainte Marie aux Mines, sont unanimes pour constater un état des choses qui n’était un mystère pour personne, et sur lequel on s’endort depuis plus d’un demi-siècle : c’est que les quatre établissements que la France possède dans l’Hindoustan (Chandernagor, Pondichéry, Karikal, et Mahé) se trouvent paralysés par l’influence anglaise, que l’Angleterre accapare tous les principaux produits de l’Inde pour les revendre à gros bénéfices et qu’elle pourvoie seule à la consommation de plus de cent millions d’indigènes. La chambre du Havre ne se fait aucune illusion sur le résultat négatif de nos opérations commerciales et sur les tentatives infructueuses de nos fabricants, tant qu’une résolution vraiment nationale ne sera pas prise à l’effet de soutenir vigoureusement la concurrence. La chambre de Bordeaux se résigne à faire la même déclaration. »

597 Ainsi, par exemple, l’agence consulaire de Ceylan, passe de Pointes de Galles à Colombo, l’agence consulaire de la côte Malabar, est parfois située à Cochin, parfois à Tellicherry. On peut faire la même remarque au sujet des agences consulaires du golfe du Bengale.

598 "Compagnie des Messageries impériales" sous le Second Empire.

599 Cependant dans la correspondance diplomatique relative à la période 1918-1940, les agences d’Aden et Lahore réapparaissent, tandis que celui de Pointes de Galles retourne à Colombo, celui de Cochin est transféré à Tellichéry ; celles de Cocanada et d’Akyab disparaissent.

600 L’abolition de l’esclavage est à l’origine du développement de ce commerce, d’“esclavage salarié”. Il s’agit d’un commerce réglementé de travailleurs indiens, — fort usités dans les colonies françaises aux Antilles, ainsi qu’à la Réunion, — qui doit assurer le retour en Inde après expiration du contrat. Cependant, une partie non négligeable de ce commerce s’exerce hors des conditions définies par la réglementation. Ce courant amène des coolies indiens jusqu’en Guyane française et à Mexico.

601 WEBER J., 1996 : Pondichéry et les comptoirs de l’Inde après Dupleix, La démocratie au pays des castes, , p. 178-182, Paris : Denoël.

602 WEBER J., « Aux marges de l’Empire, l’Inde française », in MARKOVITS C., L’Inde Moderne, Paris : Fayard, 1994, p. 609.

603 On remarquera particulièrement, dans ce rapport, l’importance de l’importation en France des tissus de soie, pour laquelle la France vient au premier rang. Ainsi, dans les années 1870-1880, plusieurs maisons françaises s’installent dans le Bengale, comme la maison lyonnaise Payen. L’activité séricicole après avoir connu une expansion exceptionnelle en France (à Lyon les activités de plus du tiers de la population active sont liées directement ou indirectement à la soie) connaît une grave crise.

604 Il est fait état d’aménagements de la ligne Bombay- Marseille qui donneront "des facilités exceptionnelles au public indien pour se rendre à Marseille qui est toujours le port favori de débarquement pour les passagers." AMAE P -CCC-Cal n° 16 - (f°19-120), le 10.10.1896.

605 On retrouve également cette expression chez Romain Rolland dans L’Inde.

606 AMAE P -CCC-Bombay n° 2 (f°222-223), le 19.09.1877.

607 Ce projet de ligne directe et rapide reliant Marseille à Bombay s’inscrit dans un projet plus vaste de réseau maritimes comprenant en outre des projets de ligne entre Bombay et le Golfe Persique avec des escales à Kurrachee, Bunderabbas et Bassorah ; et Bombay à Colombo avec des escales à Tellichéry ou Mahé. Il est à signaler que Bombay est alors relié à Marseille par la compagnie Peninsular, et la Florio Rubattino reliant Bombay à Gênes.

608 Il est par ailleurs fait mention d’une ligne Aden- Kurachee- Bombay.

609 Doit-on y voir l’origine de l’installation d’une communauté Bombayotte en France, particulièrement celle des courtiers parsis, qui s’opère simultanément ?

610 Ibid.

611 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 - AE à consulat, le 22.02.1921. « Le M Colonies ajoute que si vous trouvez auprès de nos nationaux à Bombay et aussi auprès des maisons françaises de la Métropole qui consentiraient à s’inscrire comme membres adhérents, un concours pécuniaire important garantissant le fonctionnement de la future Chambre, le concours à son Département sera acquis à cette institution et qu’elle pourra recevoir une subvention annuelle pour aider à son développement ».

612 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 - Statuts de la Chambre de Commerce Française à Bombay. Art. 2.

613 Id., Règlement intérieur -- Titre IV. -- Art. 23.

614 Près de la gare de Colaba.

615 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 24 - (Émigration – émigration hindoue), Le préfet de Police à AE, le 19.01.1922.

616 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 (Affaires commerciales, financières et industrielles) - consulat à Direction de l’Office National du Commerce extérieure, le 24.07.1923.

617 C’était également le cas de son prédécesseur.

618 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - L’attaché commercial aux Indes, le 16.12.1925.

619 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39 – consulat à AE, le12 août 1926.

620 Soulignons que la chambre a publié au moins 11 bulletins trimestriels depuis sa création, le dernier dont qui apparaît dans les archives est celui de mars 1925.

621 AMAE P – AO 1918-1940 – If 1918-1929 – Inde française n° 2 - Chambre de Commerce Française à Bombay à consulat, le 26.06.1923.
Pour l’exercice 1924-1925, sur 1045 navires chargés ou déchargés à Calcutta, 796 sont anglais, 76 américains, 60 japonais, 31 allemands, 28 hollandais, 27 italiens, 9 norvégiens. Seuls deux petits cargos venus d’Indochine représentent le pavillon français, le Campinas et… l’Albert Sarraut.

622 AMAE P – AO 1918-1940 – Affaires communes n° 24 (Lignes de navigation françaises entre l’Europe et l’Extrême-Orient) – Sous-secrétaire d’État chargé des ports, de la marine marchande et des pèches à MAE, le 03.04.1926.

623 AMAE P – AO 1918-1940 – Affaires communes n° 24 : Sous-secrétaire d’État chargé des ports, de la Marine marchande et de la Pêche à AE, le 03.04.1926.

624 En 1924 un accord est passé entre la société française Michel Venture & Fils de Marseille et la société de navigation italienne Maritima italiana, pour l’établissement d’une ligne reliant Marseilles, Gênes, Livourne, Naples, Port-Saïd, Suez, Bombay, et Karachi, -et en transbordement par connaissement direct sur les ports des Indes anglaises (Occidentales & Orientales), portugaises, et néerlandaises, le Golfe Persique, Maurice, les Seychelles, la Chine et le Japon.
Le premier départ a lieu le 25 mars 1924 par le vapeur 1ère classe Catselporziano, et le second sur le vapeur 1ère classe Valentino Coda. Nous ne disposons pas de plus d’informations sur cette ligne animée par ces sociétés italiennes et françaises. AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 40 - Michel Venture & Fils (Marseille), à AE le 23.02.1924.

625 PERNOT M., 1927 : Sur la Route de l’Inde, Inquiétude de l’Orient, p. 184, Paris : Hachette.

626 A l’exception, parfois, duconsu cal de France à Calcutta et de son épouse.

627 En français dans le texte.

628 AMAE P – CPC Nouvelle série – Inde n° 32 – Relations avec la France (f° 209- 210), 15.10.1911.

629 DESPONT J., 1951 : Nouvel atlas des missions, p. 16, Paris et Lyon : Bureaux de l’œuvre de la propagation de la foi.

630 Ainsi M. J. Baulez souligne dans le vicariat apostolique de Madras, qui n’est qu’un des vicariats apostoliques de la Présidence de Madras avec ceux de Mysore, de Coïmbatore et de Pondichéry, la présence des Religieuses de la Présentation, du Bon-Pasteur, du Saint-Cœur de Marie, de Saint-Louis de Gonzague, de Saint-Anne.
BAULEZ M. J., 1886 : Vingt ans dans l’Inde, de Ceylan au Népal, p. XVII-XVII, Paris : Challamel aîné, XVIII-198 p. Voir également AUBERT R. (Dir.), Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique, Paris : Letouzey et Ané, p. 1022-1025.

631 (Communiqué par le Gouvernement indien auconsu cal) - AMAE P – CPC-Nouvelle série : Inde n° 33 (f°20-21).

632 METIN A., L’Inde aujourd’hui, p. 22-23, op. cit.

633 Outre le consulat de Bombay, on retrouve celui de Singapour et de Hongkong, ainsi que l’agence consulaire de Poulo-Penang.

634 Karachi.

635 Le consul cite en exemple les traitements du consul d’Italie, et ceux du directeur de l’agence du comptoir national d’Escompte. Au cours de la correspondance apparaissent notamment les consulats des États-Unis, de Hollande, de Belgique, d’Allemagne, de Russie.

636 Ibid.

637 AMAE P – CPC- Nouvelle série n° 33 – Inde, Relation avec la France - (f°124- 131)- Entrevue de M. Barret avec Lord Hardinge, Vice Roi, 01.1916.

638 « Partie de l’Inde non comprise dans la circonscription de Bombay.- Birmanie » Voir Annuaires diplomatiques du MAE de 1870 à 1940.

639 consu cal à AE, le 13.10.1930. Encore le consul n’évoque-t-il pas là le Népal, qui constitue un terrain pourtant propice pour le développement de relations culturelles.

640 consu cal à AE, le 03.05.1930.

641 Extrait du compte-rendu n° 5 de l’Aviso "Antares" en date du 04.06.1931.

642 Voir sa description étonnante dans le Journal des Indes de Mircea Eliade.

643 AMAE N – consu bom n° 12 -consu cal à AE - Propagande française, le 12.06.1920.

644 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 39- Bulletin de la Chambre de Commerce Française à Bombay. Procès-verbal de la troisième réunion au consulat de France, le 23.09.1921.

645 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36, Charles d’Estrée au directeur de l’Agence Havas, le 29 octobre 1925.

646 Ibid.

647 AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 36 - Note pour le Service d’Information et de Presse, le 02.12.1925.

648 Ibid.

649 AMAE N – consu cal n° 2 (Loges françaises - Agence Havas en Asie)

650 Ibid.

651 Ibid.

652 AMAE N – SOFE n° 219 - Indes anglaises - Lettre du 18.08.1930 d’André Weil.

653 Déjà en 1924 un article du Statesman relevait l’isolement de Pondichéry où aucune station T.S.F. et aucune installation de téléphone sans fil n’était installée, malgré un projet présenté cinq ans auparavant pour servir de relais entre Djibouti et Saïgon, voire Saïgon à Paris. Le Statesman concluait ainsi : “Pondichéry est entièrement isolé du monde extérieur, et ne peut compter que sur les lignes télégraphiques britanniques ; si elles venaient à lui manquer, la capitale des établissements français dans l’Inde serait privée de toute voie de communication rapide". AMAE P – AO 1918-1940 - PB n° 40 (Voies de communications) consu cal à AE, le 16.03.1924.

Table des illustrations

Titre Tableau IX : tableau statistique des Français résidant dans l’Inde anglaise (1912)631
URL http://books.openedition.org/ifp/docannexe/image/8927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Institut Français de Pondichéry, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search